Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jean vermeire

  • « Degrelle n’entendait rien à l’allemand ! » « Hitler ne comprenait pas le français ! »

    Voilà des assertions gratuites auxquelles nous avons eu l’occasion de tordre le cou à de multiples reprises déjà (notre blog aux 10 et 12 mai 2016 ; 5 janvier, 21 juin et 20 juillet 2018 ; 25 mai 2021).

    Jeune Nation LD 11 juin 2021.JPG


    M
    ais rien n’y fait : nous avons appris par un correspondant, ami français de Léon Degrelle, que peu après la publication de notre dernier article sur l’ « exceptionnelle proximité spirituelle » d’Adolf Hitler et Léon Degrelle (25 mai 2021) documentant justement les compétences linguistiques de chacun, le site du mouvement français Jeune Nation du pourtant clairvoyant degrellien Yvan Benedetti, auteur d’un bel article dans le premier Cahier d’histoire du nationalisme consacré à Léon Degrelle (voir notre blog aux 30 novembre 2016 et 6 février 2021) a publié, le 11 juin suivant, un article d’un certain Francis Gourmain se présentant comme « passionné d’histoire et fin observateur de notre société », intitulé Léon Degrelle ne parlait pas allemand.

    Ce contributeur régulier de Jeune Nation ne pousse cependant pas sa passion de l’histoire degrellienne jusqu’à se renseigner sur le site du Dernier Carré – Léon Degrelle qu’il ne connaît probablement même pas. Il bénéficie d’autres sources : des « personnes qui ont été directement en contact avec Degrelle » (c’est-à-dire, visiblement, ne l’ayant rencontré qu’occasionnellement), sans aucun doute sympathiques, mais dont le témoignage ne doit pas s’affranchir de la critique car il ne pourrait qu’amener à des conclusions abusives et péremptoires, telle que celle de Jeune Nation : « Degrelle ne parlait donc pas allemand, voilà maintenant un fait historique bien établi sur des témoignages sérieux, indépendants et concordants ».

    LD+Fabiola+Baudouin.jpgAlidor (alias Paul Jamin, le « Jam » de Rex) imagine la rencontre surréaliste (humainement mais aussi linguistiquement) de Léon Degrelle avec les anciens souverains belges, Baudouin et Fabiola : l'Ardennais ânonne un français hispanisé, tandis que l'aristocrate castillane  répond par l'expression wallonne du doute (le « Ben voyons » zémourien) !...

     

    Dans le contexte de Francis Gourmain, prétendre établir un « fait historique » en trompetant que « Degrelle ne parlait donc pas allemand » revient à s’attribuer la découverte que le Commandeur de la Wallonie ne pouvait rien comprendre à l’allemand… et que donc « après enquête […], il apparaît sans aucun doute possible » qu’il ne dit pas la vérité lorsqu’ « il fait état de conversations sur un ton libre et informel avec Adolf Hitler et de confidences directes que ce dernier lui a faites » !!!

    Outre que Léon Degrelle n’a jamais prétendu lire le théâtre de Schiller dans le texte ou déclamer les vers de Goethe, il a néanmoins clairement expliqué (nous le rappelons ci-après) comment il pouvait suffisamment comprendre l’allemand pour surprendre tous ses interlocuteurs.

    A quoi peut donc alors servir le sensationnalisme de cet article présenté à la manière d’un scoop rétablissant une prétendue vérité occultée ? Surtout que son auteur se sent quand même obligé d’expliquer l’extraordinaire et incontestable proximité entre Adolf Hitler et Léon Degrelle (« le courant passait entre les deux hommes »), alors qu’ils sont censés ne pouvoir se parler de manière intelligible : « le langage explicite ne représente que dix à trente pourcents de la communication entre deux êtres ». Cela laisse quand même singulièrement sur sa faim : qu’étaient alors les soixante-dix à quatre-vingt-dix pourcents restants de leurs conversations ? Des borborygmes ? Des œillades ? Des gesticulations ? Du mime ? De la danse ?

    Cet article date déjà d’un an. Mais comme on nous en parle encore, nous ne pouvons que mettre à nouveau –et définitivement ?– les points sur les « i ».

    Voici le texte intégral de l’article de M. Gourmain.

     

    « 

    Dans ses écrits, Léon Degrelle revendique une grande proximité avec le Führer, il fait état de conversation sur un ton libre et informel avec Adolf Hitler et de confidences directes que ce dernier lui a faites.

    Seulement, après enquête auprès de personnes qui ont été directement en contact avec Degrelle, il apparaît sans aucun doute possible que Degrelle ne parlait pas allemand.

    Nous avons d’abord posé la question à Monsieur Pierre Dortiguier qui a rendu visite à plusieurs reprises à Degrelle à Málaga et à son secrétaire à Madrid, et voici sa réponse :

    « Merci de cette question sur Léon : non, il ne parlait pas l’allemand, comme me l’a assuré son secrétaire Raimond Van Leeuw. Il parlait avec A.H. par un interprète. Et dans sa bibliothèque à Málaga que j’ai vue en partie, car nous sommes restés jusqu’au soir sur la terrasse, je n’ai pas vu d’ouvrages [note FG : Pierre veut dire « d’ouvrages en allemand » car nous lui avions demandé de préciser ce point]. Je l’ai revu ensuite trois fois à Madrid chez son secrétaire que j’ai visité huit ans consécutivement. Raymond non plus ne parlait pas allemand, sauf le commandant Lippert qui était sorti 1er ou second de l’École de Guerre. »

    Réponse très claire que nous avons transmise à Mark Weber, historien Américain à la tête de l’iHR (Institute for Historical Review = Institut d’histoire révisionniste).

    Mark parle allemand, c’est à lui qu’on doit la traduction de pas mal de discours d’Hitler en anglais que nous avons nous-mêmes repassé en français sur JN.

    Or, ci-dessous Mark explique qu’il a essayé de s’entretenir avec Degrelle en allemand et que cela n’a rien donné :

    « Thank you, François, for your earlier message, and for passing on the message of Pierre. During a visit to France, probably in 1989 or 1990, I was with a French friend who had a good relationship with Degrelle. On an occasion when he had to speak anyway with Degrelle by telephone, he encouraged or at least permitted me to also speak with him. After “introducing” me, he put on line with Degrelle. As I recall, I probably first said a few words in very simple French. Then I tried to speak with him in German. I was surprised that, as quickly became clear, Degrelle did not speak or understand German. Of course, that meant that our “conversation” was brief. I appreciate all the more what Pierre wrote to you, because – based on my own experience – I have assumed that Degrelle and Hitler must have spoken with each other through an interpreter – perhaps more than one. »

    Ni Pierre Dortiguier ni Mark Weber ne remettent en cause le fait que Degrelle ait été proche d’Hitler et qu’il ait eu des conversations avec lui. La photo en illustration montre bien que le courant passait entre les deux hommes, rappelons que le langage explicite ne représente que dix à trente pourcents de la communication entre deux êtres.

    Degrelle ne parlait donc pas allemand, voilà maintenant un fait historique bien établi sur des témoignages sérieux, indépendants et concordants.

    »


    Quand nous avons eu connaissance de cette « mise au point historique », il y avait déjà six mois qu’elle était mise en ligne. Nous avons néanmoins posté la brève réponse ci-après, témoignage de Léon Degrelle lui-même afin qu’il soit bien clair que ce dernier n’a jamais établi sa « grande proximité avec le Führer » sur ses compétences linguistiques. Sans nous faire évidemment d’illusions sur la portée d’une réponse si tardive…

     

    « 

    couv-rex-hitler-relie-w-TcRcjstb-6de8.jpgLéon Degrelle s’est expliqué lui-même sur sa connaissance passive de la langue allemande:

    « Officiellement, j’ignorais la langue allemande […]. Avec le temps, certains Allemands s’aperçurent que j’avais parfaitement compris des réflexions qu’ils avaient échangées, à mon insu, croyaient-ils. Ils me firent la réputation d’un jouteur redoutable, connaissant l’allemand sur le bout des doigts, mais qui faisait semblant de l’ignorer. La vérité, c’est que je ne savais pas l’allemand. Je n’ai jamais eu de dispositions spéciales pour apprendre les langues germaniques. Je ne comprenais donc pas l’allemand, mais – ce qui est une toute autre chose – je devinais l’allemand, comme j’ai toujours deviné les autres langues. Connaissant les quelques centaines de mots de base, j’établissais des rapports, des intonations me frappaient. En tout cas, en allemand, j’ai toujours compris ce que je ne devais pas comprendre. Parfois, quand l’interprète avait escamoté une nuance dans sa traduction, je l’interrompais pour rectifier. Les autres s’exclamaient alors : “Vous voyez bien que vous connaissez l’allemand !” Et pourtant je ne le connaissais pas. Je le sentais, c’est tout. […] Pendant la guerre, quand même j’avais parfaitement compris, je faisais semblant de n’avoir rien compris du tout. Ainsi, pendant que l’interprète s’éternisait à bredouiller sa traduction, j’avais tout le temps de préparer et de peser mes réponses. C’était un petit truc extrêmement utile. » (De Rex à Hitler, Editions de l’Homme Libre, p. 328).

    Sur les relations personnelles entre Adolf Hitler et Léon Degrelle, vous devriez consulter le blog du « Dernier Carré – Léon Degrelle » (Association des Anciens de la Légion Wallonie, de leur famille et de leurs amis) :

    – le 5 janvier 2018: sur la maîtrise du français que possédait Adolf Hitler ;

    – le 25 mai 2021: sur la qualité exceptionnelle des relations entre Adolf Hitler et Léon Degrelle.

    »


    Mais rencontrons néanmoins les principaux arguments développés par les deux témoins de Francis Gourmain.

    Ce n'est effectivement pas parce qu'un correspondant américain –Mark Weber, historien aujourd'hui à la tête de l’institut américain d’histoire révisionniste– a essayé de parler allemand (en ne préjugeant même pas de son accent) avec Léon Degrelle au téléphone à la fin des années 1980 que celui-ci n'y pouvait rien comprendre durant la guerre où il n'était pratiquement environné que de hauts-gradés germanophones avec qui il devait avoir à faire quotidiennement.

    De plus, M. Mark Weber n’est pas un témoin si neutre ou objectif qu’on voudrait nous le faire croire. L’Institute for Historical Review (dont il devint le directeur en 1995) négocia, au début des années 1990, l’exclusivité de la publication aux Etats-Unis de certains ouvrages de Léon Degrelle traduits en anglais (notamment la série Le Siècle de Hitler –dont seulement six volumes ont vu le jour en français : les trois premiers –Hitler né à Versailles– aux Editions Art & Histoire d’Europe : Le Traquenard de Sarajevo, La Pseudo-guerre du droit et Les Tricheurs de Versailles, à rechercher sur Rakuten ou le site de bouquinistes Livre Rare Book ; les trois autres aux Editions de l’Homme Libre : Hitler démocrate, 2 vol. et Hitler unificateur). Mais l’affaire tourna court, achoppant à l’évidence sur des questions de sous (frais de traduction, droits d’auteur et autres).

    Mais il y a plus : les responsables de l’Institute for Historical Review –en ce, véritables spécialistes de la révision de l’histoire !– se permirent de dénoncer le travail de Léon Degrelle, mettant en cause non seulement son objectivité (l’entreprise degrellienne réhabilitait-elle trop efficacement la figure d’Adolf Hitler ?), mais aussi les « nombreuses erreurs de fait » qui parsèmeraient son travail (se gardant cependant bien d’en donner le moindre exemple !) et, pour faire bonne mesure, se plaignant aussi de « fréquentes répétitions » ! Tant qu’ils y étaient, pourquoi ne pas lui avoir reproché aussi d’écrire en français ? Il est vrai qu'ils osèrent même enjoindre à Léon Degrelle d'abandonner son œuvre sur Adolf Hitler !

     

     

    jeune nation,yvan benedetti,francis gourmain,alidor,pierre dortiguier,raimond van leeuw,mark weber,institute for historical review,theodore o'keefe,robert faurisson,arthur meyer,ein fähnlein,jean vermeire,paul otto schmidt,pourquoi pas?,ion antonescu

     

     

    Ce dernier et scandaleux courrier adressé fielleusement au « Dear General Degrelle » est daté du 28 janvier 1994, est signé par le directeur de l’époque, Theodore O’Keefe, et n’a pas reçu de réponse. Cela se comprend à la lecture de ses insultantes calomnies, mais aussi par l’état de santé déclinant de Léon Degrelle qui devait succomber quelques semaines après sa réception : l’ultime coup de pied de l’âne au mémorialiste de La Campagne de Russie tant apprécié par Robert Faurisson…

    Si Mark Weber n’a donc peut-être pas de raisons personnelles d’accabler Léon Degrelle, sa généralisation abusive à partir d’une brève et fortuite conversation téléphonique (le « il ne parlait pas l’allemand » devenant immédiatement « il ne comprenait pas l’allemand » et face à tant d'ignorance, la conjecture de la nécessité de « plus d'un interprète » !) semble bien trouver son origine dans les relations tumultueuses de son Institute avec le dernier Commandeur de la Légion Wallonie.

    Mais revenons à notre sujet. Nous avons repris contact avec notre camarade allemand Arthur Meyer, qui, dès 1984, fut un participant actif aux cérémonies commémoratives de la percée victorieuse de Tcherkassy à Bad Windsheim (ce blog aux 2 mars 2021 et 15 mars 2022). De même que, chez nous, en Belgique, il participa très régulièrement aux réunions d’Anciens et d’amis de la Légion Wallonie.

     

    Meyer 1.jpegPage de couverture de la revue allemande Ein Fähnlein (« Un petit drapeau », sous-titre : « pour préserver la vertu et la tradition »). Le but de ce magazine allemand paraissant irrégulièrement est d’établir des ponts entre les générations pour que puissent se comprendre « les jeunes Allemands des années 30 et 40 du vingtième siècle et les jeunes Allemands du vingt-et-unième siècle ». Les pastilles censurant certaines parties d’uniformes sur les photos (par exemple les fez des soldats de la division Handschar) sont placées pour respecter les lois de la République fédérale d’Allemagne : un symbole signifiant l'interdiction de la vision même de choses décrétées in-visibles ! Comme le souligne l’éditeur avant de publier une page de BD de notre ami Korbo : « Tout passe mieux avec un peu d’humour » !...

     

    Arthur Meyer a en effet signé voici peu un article richement illustré dans la revue Ein Fähnlein zur Erhaltung von Tugend und Tradition (février 2021) qui commémore la réunion historique des Anciens Légionnaires avec leur Chef, dans la propriété majorquine du Haupsturmführer Jean Vermeire le 12 juin 1989 (ce blog au 11 mai 2020), réunion à laquelle il demeure fier d’avoir pu assister : « Léon Degrelle était déjà malade à l’époque et la chaleur de l’été aggravait encore son état d’insuffisance cardiaque. Vermeire, qui m’avait félicité pour mon engagement dans les réunions de Bad Windsheim, m’avait aussi spontanément invité. Je pense bien que j’étais le seul Allemand à être présent à cette réunion. […] C’est alors que le titulaire de la Croix de Chevalier avec Feuilles de Chêne intervint. Il prit un par un chacun de ses hommes dans ses bras et les embrassa. Aucun œil ne put rester sec et personne n’eut honte de ses larmes coulant désormais à flots. Après la cérémonie, nous profitâmes de l’ombre de la terrasse et Vermeire me présenta au Chef. Il y avait déjà deux ans que je correspondais par lettre avec lui, mais aujourd’hui je pouvais enfin rencontrer ce héros courageux et tellement éprouvé. Et moi aussi, selon l’usage wallon, je fus enlacé et embrassé par lui, –quel honneur ce fut pour moi ! »

    Nous avons donc demandé à Arthur Meyer comment il avait communiqué avec Léon Degrelle, à Majorque ainsi que dans sa correspondance. « Comme je l’écris, c’est Jean Vermeire qui m’a présenté à Léon Degrelle : il parlait parfaitement allemand et il put me servir d’interprète, même si le Chef écoutait attentivement tout ce que je disais et pouvait réagir à mes propos. Pour la correspondance, je pouvais compter sur l’aide du Légionnaire Alex Stroinowsky qui était devenu un véritable ami : c’est lui qui traduisait nos échanges. »

     

    LD + Meyer Majorque 89.jpeg

    Parmi la bonne vingtaine de photos illustrant l’article d’Arthur Meyer, ces deux-ci témoignent de la chaleur de sa rencontre avec Léon Degrelle. Ne manquons pas la dédicace du Commandeur, en parfait allemand (déclinaisons, pronoms, trémas, majuscules compris !) : « Pour vous, Arthur, avec mes meilleures salutations ».


    Q
    uant à l'argument de la bibliothèque, il relève du grotesque: peut-on imaginer le visiteur de Léon Degrelle profiter de la présence des invités sur la terrasse pour faire autre chose que de promener rapidement son regard sur les longs rayons de la bibliothèque de l'auteur de Hitler pour 1000 ans ? Et certes pas de l’inventorier, même « en partie » ! Non seulement c'eût été malvenu, mais impossible, vu qu'elle comportait, rien qu'à Malaga, plusieurs milliers de livres.

    En ce qui nous concerne, nous pouvons en parler à l'aise pour en avoir dressé personnellement une fraction de l’immense catalogue (Jeanne, l’épouse de Léon Degrelle, avait entrepris elle-même ce patient recensement, peu après les funérailles de son mari). Nous n’en avons donc examiné en détail que la dernière partie : si la toute grande majorité des titres étaient bien entendu en français, une grande partie était en espagnol et de nombreux volumes intéressants en allemand (un tout petit reliquat, en anglais). Consultant les premières pages de ce seul relevé partiel, nous retrouverons sans peine plusieurs dizaines de titres en allemand. Certes des classiques comme Wenn alle Brüder schweigen, mais aussi des documents historiques comme les SS-Leitheft, des mémoires allemands sur Tcherkassy, l’holocauste, la SS, les crimes de guerre alliés, etc., des ouvrages d'art sur ou de Breker, Speer, Hitler (même Picasso !), le judaïsme, etc.

     

    Bib 1.jpeg


    P
    ar ailleurs, le témoignage de Raymond Van Leeuw n'est pas nécessairement déterminant non plus pour la thèse de Jeune Nation.

    I
    l ne parlait pas allemand ? Sans doute, comme la plupart des Légionnaires. Mais Raymond n'était pas attaché non plus à Léon Degrelle sur le Front et n'assista certes pas aux rencontres de son Commandeur avec Adolf Hitler ! Qu'un interprète fût parfois présent est certainement probable, mais on n'en possède pas de trace, ni photographique, ni écrite. Le seul témoignage de première main vient d'une interview de l'interprète officiel Paul-Otto Schmidt à l'hebdomadaire belge Pourquoi Pas ? le 21 septembre 1962. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la barrière de la langue n'avait pas l'air de jouer quelque rôle (voir notre blog au 12 mai 2016) : « Je me souviens fort bien de Degrelle, qui vint rendre visite au Führer à deux ou trois reprises. Votre compatriote était un des rares individus qui ne tremblaient pas en présence du dictateur. Il y allait avec fougue et ne craignait pas de couper la parole au maître du IIIe Reich. »

     

     

    PourquoiPas 21 09 1962 Interview Schmidt.jpg


    L
    ’hebdomadaire bruxellois Pourquoi Pas ? interviewe l’interprète officiel du Führer, Paul-Otto Schmidt : c’est spontanément que ce dernier insiste sur la proximité entre Adolf Hitler et Léon Degrelle, notamment lors de leurs conversations animées.


    Q
    uel est dès lors l’intérêt du « fait historique bien établi », mais complaisamment biaisé, claironné par Francis Gourmain ? Croit-il vraiment à son scoop, alors qu’enfonçant des portes ouvertes (Léon Degrelle n’a en effet jamais prétendu parler couramment allemand !), il sert en réalité l’eau au moulin des contempteurs de celui que le Führer se fût choisi pour fils, tout heureux de crachoter leurs calomnies, même par sous-entendus : « mythomanie », « mégalomanie », « mensonges »...

    Rappelons donc la conclusion de nos enquêtes sur les compétences linguistiques de Léon Degrelle et Adolf Hitler –et donc leur capacité à se comprendre sans interprète (voir les références en début d’article ; rappelons qu’il est établi que le Führer et le général Ion Antonescu se parlaient volontiers en français, sans interprète : ce blog au 25 mai 2021) : « Adolf Hitler comprenait parfaitement le français. Mieux : il le parlait assez couramment pour convaincre un témoin allemand qu’il s’exprimait “dans un excellent français”. Léon Degrelle, quant à lui, comprenait l’allemand suffisamment pour en avoir au moins une bonne connaissance passive. Les deux hommes pouvaient donc pleinement se comprendre, quelle que soit la langue utilisée. »

     

     

  • L’hommage de Léon Degrelle à Sepp Dietrich…

    …décoré par le Führer de la Croix de Chevalier de la Croix de Fer

    avec Feuilles de Chêne, Glaives et Brillants

     

    1. LD+ Sepp Dietrich + Wieser Charleroi.jpegC’est à Charleroi que Léon Degrelle rencontra pour la première fois le SS-Obergruppenführer Sepp Dietrich avec qui il se lia immédiatement d’amitié (ce blog au 12 janvier 2021). On voit ici le Chevalier de la Croix de Fer Léon Degrelle en conversation amicale avec le Chevalier de la Croix de Fer avec Feuilles de Chêne et Glaives, le Général d’armée Sepp Dietrich, et, entre eux, le Chevalier de la Croix de Fer SS-Hauptsturmführer Hermann Wieser, Adjutant du Général Dietrich.

     

    Le 20 février 1944, Léon Degrelle, Commandeur de la SS-Sturmbrigade Wallonien, recevait des mains mêmes d’Adolf Hitler la Croix de Chevalier de la Croix de Fer. Six mois plus tard, le 27 août, le Führer, l’ayant une nouvelle fois fait amener par son avion personnel à son Quartier Général sur le Front de l’Est –du jamais vu !–, lui décernait, en lui étreignant la main droite entre les deux siennes, les Feuilles de Chêne, lui déclarant « Si j’avais un fils, je voudrais qu’il soit comme vous ! » (ce blog, notamment, au 23 juillet 2021).

    Trois semaines auparavant, le 8 août, un prestigieux ami de Léon Degrelle, le Général Josef (« Sepp ») Dietrich, créateur de la SS-Leibstandarte « Adolf Hitler », Chevalier de la Croix de Fer (5 juillet 1940) avec Feuilles de Chêne (31 décembre 1941) et Glaives (14 mars 1943) avait reçu les Brillants des mains du Führer.

    2. Sepp Dietrich Brillants.jpgLe 8 août 1944, en son Quartier Général du Front de l’Est, à l’endroit même où, quelques jours plus tard, il recevra avec émotion Léon Degrelle, le Führer ajoute les Brillants à la Croix de Chevalier de la Croix de Fer avec Feuilles de Chêne et Glaives de Sepp Dietrich, enserrant également la main de son général d'armée entre les deux siennes.

    Quelques semaines après l’inconcevable attentat du 20 juillet, Adolf Hitler reconnaît et honore ses fidèles.

    Le 5 juillet 1940, après les combats sur le front de l’Ouest, un communiqué de l’OKW annonçait la remise de la Croix de Chevalier de la Croix de Fer au Kommandeur Sepp Dietrich, Général de corps d’armée :

    « Le Führer et Commandant en chef de la Wehrmacht, sur proposition du Commandant en chef de l’Armée de Terre, le Generaloberst von Brauchitsch, a décidé d’attribuer la Croix de Chevalier de la Croix de Fer au Kommandeur de la Leibstandarte-SS-Adolf Hitler, le SS-Obergruppenführer Sepp Dietrich. Par sa propre initiative, dans son secteur, le SS-Obergruppenführer Sepp Dietrich a réussi à établir une tête de pont sur le canal de l’Aa, près de Watten et a influencé de manière décisive la poursuite des opérations en Hollande, comme il l’avait déjà fait en Pologne par son courage particulier en étroite camaraderie avec les unités blindées et les unités motorisées de la Wehrmacht. ».

    Sepp Dietrich fut le premier Waffen-SS à recevoir cette distinction : elle lui sera remise par Adolf Hitler en personne.

     

    Le 1er janvier 1942, le SS-Obergruppenführer Sepp Dietrich reçut un télex personnel d’Adolf Hitler l’informant que les Feuilles de Chêne avaient été attribuées à sa Croix de Chevalier de la Croix de Fer le 31 décembre précédent :

    « A l’occasion des vœux du Nouvel An, je vous remercie et je vous adresse mes vœux de bonheur les plus cordiaux pour vous et ma courageuse Leibstandarte. La décoration avec les Feuilles de Chêne exprime avec vigueur ma fierté concernant les exploits de ma Standarte. »

    Sepp Dietrich recevra sa distinction des mains du Führer au Grand Quartier Général où il demeurera invité jusqu’au 6 janvier.

    3. Sepp Dietrich Adolf Hitler Glaives.jpgLe 14 mars 1943, à l’issue de la campagne du Donets où la Leibstandarte se couvrit de gloire en reprenant Kharkov, les Glaives étaient attribués à la Croix de Chevalier de la Croix de Fer avec Feuilles de Chêne de Sepp Dietrich « en raison de ses mérites pour l’avenir du peuple allemand ». Et ce, à nouveau, par Adolf Hitler en personne, honorant par la même occasion tous les soldats de la seule unité à porter son nom.

     


    Nous avons retrouvé dans les archives de feu le Président du « Dernier Carré » Fernand Kaisergruber (ce blog aux 16, 20, 29 mars 2018; 12 mars 2019), copie de la lettre de félicitations que, du Front d’Estonie où il venait d’arriver, Léon Degrelle envoya au Général d’armée Sepp Dietrich pour avoir gagné l’exceptionnelle et illustre distinction des Brillants à sa Croix de Chevalier.

     

    4. Lt félécitations LD.JPG

    5.SS-Freiwilligen Sturmbrigade

            « W a l l o n i e n »

                                                                 Hébergement local, le 11.8.44.

    Au

             Führer de la Leibstandarte « Adolf Hitler »

                                                                        Oberst-Gruppenführer

                                                                                 Sepp Dietrich

     

    Oberstgruppenführer !

    Mes hommes et moi venons d’entendre à la radio, ici sur le « Front de Narwa », la nouvelle de l’honneur merveilleux et mérité que le Führer vous a manifesté en vous accordant la Croix de Chevalier avec Glaives et Brillants. Nous en sommes vraiment très heureux.

    Permettez, à mes Officiers et moi-même ainsi qu’à l’ensemble des Volontaires SS de la Sturmbrigade « Wallonien », de vous féliciter de tout cœur. Nous pensons souvent à vous ainsi qu’à la magnifique Leibstandarte « Adolf Hitler » qui venez, une fois de plus, d’être distingués par cette gloire particulière.

    Toutes nos pensées vont à vos excellents Chefs que nous avons eu le plaisir de connaître à Bruxelles, mais surtout, c’est tout particulièrement vers vous, Oberstgruppenführer, qu’elles se dirigent. Aussi nous permettons-nous de vous adresser encore nos meilleurs vœux de Soldat !

                                                                             Heil Hitler !

                                                                           (s. L. Degrelle)

                                                SS-Sturmbannführer und Kommandeur

                                                der SS-Freiwilligen Sturmbrigade

                                                               «  W A L L O N I E N  »



    Cette lettre nous permettra deux commentaires.

    Tout d’abord, elle confirme les liens amicaux qui ont pu se tisser entre les deux Commandeurs dès leur première rencontre à Charleroi pour le défilé de la victoire de la percée de Tcherkassy : Léon Degrelle devait emprunter à Sepp Dietrich les véhicules blindés pour le défilé de ses troupes dépourvues de tout. Si, de prime abord, semble-t-il, le général SS –dont les hommes étaient à ce moment cantonnés en Belgique, en même temps que ceux de la Hitlerjugend, en formation au camp de Beverloo– en fut quelque peu agacé, toute réticence disparut dès que les deux frères d’armes purent se rencontrer. Le courant s’établit immédiatement entre les deux héros défendant leur idéal à la pointe de leurs armes.

    Car le parcours des deux soldats est singulièrement similaire. Aucun des deux n’est militaire de carrière ou sorti d’une école militaire et tous deux ont appris le métier des armes sur le tas, dans la seule et unique perspective de faire triompher la révolution des âmes, qui s’est identifiée à la révolution nationale-socialiste. C’est ainsi que Sepp Dietrich intégrera rapidement la milice politique de la SS pour devenir général de la division blindée issue de la garde du corps du Führer, la Leibstandarte Adolf Hitler, puis du 1. SS-Panzerkorps, et enfin de la 6. Panzerarmee. Léon Degrelle, quant à lui, dans la nouvelle configuration européenne née de la défaite des ploutocraties en mai 1940, saisira l’opportunité d’inscrire son pays dans le nouvel ordre européen en participant activement, dans l’honneur et la gloire, à la croisade antibolchevique, devenant, par ses seuls mérites militaires, Commandeur de sa Légion de Volontaires pour le Front de l’Est « Wallonie ».

     

    La première rencontre de Sepp Dietrich

    et Léon Degrelle

    Le défilé et la prise d’armes des Légionnaires wallons

    à Charleroi, le 1er avril 1944

     

    Le défilé de la SS-Sturmbrigade Wallonien,

    place du Manège

     

    5. 01.04.44 Charleroi Fanfare.jpegIl est 11 heures. Les grands boulevards de la ville connaissent leur animation ordinaire. Sur la place située derrière l’Hôtel de Ville [place du Manège], la musique de la Leibstandarte Adolf Hitler entonne les première mesures d’hymnes wallons, cependant que les personnalités allemandes et l’état-major du Chef de REX prennent place des deux côtés de la voiture blindée d’où le Commandeur de la Leibstandarte Adolf Hitler, SS-Obergruppenfuehrer et Panzergeneral de la Waffen-SS Sepp Dietrich va passer la Brigade en revue et devant laquelle, debout, se tient le Chef de REX.

    (Reportage du Pays réel, 2 avril 1944)

     

    6. 01.04.44 Charleroi Défilé Manège.jpeg

     

    La réception à l’Hôtel de Ville

    Peu après le défilé, Léon Degrelle entouré des autorités allemandes, de représentants du parti et de personnalités de l’Administration du Grand-Charleroi, était l’hôte de M. Englebin. Ceint de son écharpe tricolore, le maïeur remercia en termes émus le Chef d’honorer de sa présence la ville de Charleroi. Il exprima la joie qu’il éprouvait de l’honneur qui était fait à sa ville en recevant, la première chez elle, les soldats révolutionnaires nationaux-socialistes, –« ces soldats qui, avec leur sang, ont écrit une page de gloire dans les annales de cette guerre et dans notre Histoire ».

    7. 1944.04.01 Charleroi Réception Dietrich+Englebin.jpeg

    Le bourgmestre rexiste du Grand-Charleroi, Oswald Englebin (ce blog au 29 mai 2018), accueille chaleureusement le Général Sepp Dietrich (derrière qui se trouve Léon Degrelle).

     

    8. 1944.04.01 Charleroi Réception LD+Dietrich+Englebin 1.JPG

    C’est à pied et au milieu d’une foule en liesse qu’après le défilé de la place du Manège, les autorités allemandes et civiles se rendent à l’Hôtel de ville de Charleroi pour la réception offerte par le Bourgmestre. On reconnaît, de gauche à droite, le capitaine SS Hermann Wieser, le lieutenant SS Jean Vermeire, Léon Degrelle, Commandeur de la Brigade d’Assaut Wallonie, le général Sepp Dietrich, Commandeur de la Division blindée Leibstandarte Adolf Hitler, le bourgmestre du Grand-Charleroi Oswald Englebin ; au second rang, entre Léon Degrelle et Sepp Dietrich, on reconnaît Victor Matthys, chef a.i. de Rex.

     

    Prenant la parole, Léon Degrelle a tenu à exprimer ses remerciements à M. Englebin et à manifester sa joie d’être venu à Charleroi, au centre de ce pays noir qui a fourni le plus de soldats à la Brigade.

    (Reportages du Journal de Charleroi, 3 avril 1944, et du Pays réel, 2 avril 1944).

     

    La prise d’armes, place Charles II, face à l’Hôtel de Ville

     

    9. 01.04.44 Charleroi Place Charles II.jpeg

    La Brigade SS-Wallonie, en bon ordre, attend que les officiels viennent la saluer : les cent cinquante récipiendaires de la Croix de Fer sont en évidence sur trois rangs. Au fond, au bas du perron de l’Hôtel de ville décoré du drapeau à croix de Bourgogne, un important détachement des Jeunesses Légionnaires sera également salué par Léon Degrelle.

    10. 1944.04.01 Charleroi Revue LD+Jungclaus+Dietrich.jpeg

    Léon Degrelle, le SS-Gruppenführer Richard Jungclaus, représentant de Himmler en Belgique, et le SS-Obergruppenführer Sepp Dietrich passent en revue un détachement de la 12. SS-Panzer-Division “Hitlerjugend” formant un peloton d'honneur pour les Légionnaires wallons.

    11. 1944.04.01 Charleroi Etendards.jpeg

    Le même groupe d’officiers (Léon Degrelle est caché par la haute stature de Jungclaus) parviennent à hauteur de la Brigade Wallonie et de ses étendards.

     

    La Grand’Place est noire de monde quand le Sturmbannfuehrer Léon Degrelle fait son apparition, cependant que la musique de la Brigade SS-Wallonie entame la marche des Grenadiers. S’avançant vers le Général Dietrich, il lui dit : « Je vous présente la Brigade SS-Wallonie », puis il l’accompagne pour passer en revue nos formations au garde à vous, ainsi qu’une compagnie d’honneur allemande qui présente les armes. Le Chef procède ensuite à la remise des décorations. Cette cérémonie simple dans sa grandeur dure quelque temps. Après quoi, le Chef se dirige vers la tribune qui a été hissée au milieu de la place et prend la parole.

    (Reportage du Pays réel, 2 avril 1944)

     

    12. 1944.04.01 Charleroi Remise décorations 1.JPG

    Léon Degrelle vient d’accrocher la Croix de Fer de Première Classe sur la tunique de l’Obersturmführer Marcel Lamproye, titulaire de l'Agrafe en argent des combats rapprochés. Attendant leur tour, on reconnaît l’Obersturmführer Marcel Bonniver, portant également cette Nahkampfspange en argent (il enlève son gant pour serrer la main du Commandeur) et l’Untersturmführer Jean-Marie Lantiez. A l’arrière-plan, l’Oberscharführer Pascal Bovy ; derrière Léon Degrelle, le Général Sepp Dietrich et l’Untersturmführer Roger Wastiau, qui présente les décorations à Léon Degrelle (identifications permises grâce à l'ouvrage de Théo Verlaine, La Légion Wallonie en photos et documents, éd. De Krijger, 2005).

     

    Le discours du SS-Obergruppenführer Sepp Dietrich

     

    13. Sepp + Vermeire 1.jpgSuccédant au Chef, le Général Dietrich, Commandeur de la Leibstandarte Adolf Hitler, adresse ensuite aux Légionnaires un discours que traduit phrase par phrase notre Camarade Vermeire.

     

    « Camarades !

    Je salue la Brigade d’Assaut SS-Wallonie, de retour au pays après avoir livré tant de si durs combats en Russie soviétique.

    Aux côtés de la grande armée allemande, vous avez lutté contre le pire ennemi de tous les temps. Vous avez été encerclés dans la région de Tcherkassy avec vos camarades de la Division Wiking. Mais par votre courage et votre détermination, vous êtes parvenus à sortir de ce mauvais pas, ne ménageant aucun sacrifice pour aider vos camarades dans leur détresse. Vous avez prouvé que vous aviez la victoire en mains. Jusqu’à la dernière minute, avec l’ensemble des forces allemandes engagées, vous avez offert le plus bel exemple de volonté et de pugnacité que l’on puisse donner.

    En deux époques différentes, j’ai connu ce pays –et plus particulièrement la ville de Charleroi. J’ai pu apprécier pendant l’autre guerre ce peuple fier. Déjà, j’avais senti combien on pouvait trouver chez lui de camaraderie.

    14. Sepp + Vermeire 2.jpeg

    Aujourd’hui, Soldats, vous portez l’uniforme allemand et vous montrez que vous avez compris le sens de la Révolution et des temps nouveaux qu’elle annonce. Et vous avez aussi désormais compris ce que signifient les mots Honneur et Fidélité.

    L’ennemi peut continuer sa propagande mensongère. Cela n’empêchera aucun de nous de continuer la lutte. Car nous savons pourquoi nous nous battons : pour l’idéal de grandeur et de liberté que le Fuehrer propose à nos peuples. Et nous continuerons la lutte, chers Camarades, jusqu’à la victoire totale.

    Volontaires wallons ! Vous êtes venus de tous les milieux à la Brigade d’Assaut, travailleurs, intellectuels et paysans : le peuple belge doit comprendre la ferveur de votre sacrifice. Si quelques-uns dans ce pays ne l’ont pas encore compris, il convient de répéter que vous luttez pour votre patrie. Et cette lutte continuera jusqu’à la victoire, jusqu’à ce que la liberté soit accordée à tous ceux qui combattent pour la paix.

    15. 1944.04.01 Discours Sepp Dietrich 1.JPGMaintenant que vous retournez en congé chez vous, je vous souhaite à tous un repos bien mérité dans vos familles : il vous fortifiera dans votre conviction révolutionnaire. A ce moment, nous nous retrouverons et nous reprendrons le combat pour servir notre Idéal.

    Soldats de la Brigade d’Assaut SS-Wallonie ! Je suis heureux que le Fuehrer vous ait accordé cette permission spéciale.

    Pour le Fuehrer,

    Sieg Heil ! »

    16. Pays réel, 02.04.1944.JPG

    (Discours reconstitué à partir des reportages du Pays réel, 2 avril 1944 –l’introduction au discours et la photo ci-dessus proviennent de ce reportage–, le Journal de Charleroi, 3 avril 1944, et la Brüsseler Zeitung, 2 avril 1944)

     

    La seconde remarque que nous émettrons à propos de la lettre de félicitation de Léon Degrelle à Sepp Dietrich concerne sa signature précisant qu’il envoie ses félicitations au Kommandeur de la Leibstandarte “Adolf Hitler” en tant que « Kommandeur der SS-Freiwilligen Sturmbrigade “Wallonien” ».

     

    Voilà qui confirme, s’il le fallait encore, la réalité du commandement militaire exercé par Léon Degrelle sur la Brigade d’assaut SS-Wallonie (voir à ce sujet notre blog au 5 mars 2018).

    4. Lt félécitations LD.JPGSelon le méchant De Bruyne –prétendu historien, spécialiste ès détractions contre la Légion Wallonie et son Chef–, à la mort de Lucien Lippert, le 13 février 1944, Degrelle ne serait pas devenu Commandeur : « Rien de semblable ne se produira » car « malgré de pressants appels du pied de la part de Degrelle […], Himmler s’y refusera à chaque fois, estimant que la désignation […] doit se faire spontanément » (Axe et Alliés, Hors-Série n° 10). D’où De Bruyne tient-il pareille fable ? Car si les promotions à la SS se faisaient « spontanément », pourquoi tient-il tant, depuis toujours et mensongèrement, à invalider les dernières promotions obtenues par Léon Degrelle ?

    C’est que, pour le prétendu encyclopédiste à la méchanceté chevillée au corps, il ne s’agit que de discréditer la valeur militaire du Chef de la Wallonie : « Son image de supercombattant créée de toutes pièces à coups de propagande tapageuse », « Degrelle n’a pas eu à exercer de commandement militaire, il en était d’ailleurs parfaitement incapable ».

     

    Pourtant, jamais le polémiste malveillant ne parviendra à expliquer pourquoi le chef suprême de toutes les armées du Reich, Adolf Hitler en personne, prit la peine –à deux reprises et dans des conditions absolument uniques– de récompenser avec un éclat inouï la valeur militaire de celui qui n’en aurait pas eue !

     

    17. Brusseler Zeitung LD Kommandeur 22.02.1944 p.1.JPG

    18. 1944.02.23 Brusseler Zeitung LD.JPG


    Au lendemain de la réception spectaculaire au Quartier Général du Führer de Léon Degrelle et des autres commandeurs victorieux de la percée de Tcherkassy, la Brüsseler Zeitung, quotidien national-socialiste de langue allemande paraissant à Bruxelles, publie, le 22 février 1944, le reportage reçu la veille par téléscripteur de Berlin, présentant le nouveau Chevalier de la Croix de Fer très précisément comme le « Commandeur de la Brigade de Volontaires Wallonie ».

     

    Pour asseoir sa théorie de la « génération spontanée » du titre de Commandeur, le malfaisant De Bruyne écrit donc : « Le 3 septembre 1944, la presse allemande, sans qu’on lui dicte ses gros titres [à l’encontre de tous ses « confrères », l’étourdi De Bruyne accrédite donc la parfaite indépendance de la presse du Reich], fait référence à Degrelle comme SS-Stubaf. u. Kdr. der SS-Frw. Brig. Wallonien ». Sauf que, dès le 20 février 1944, les communiqués officiels reconnaissent l’autorité de Léon Degrelle sur la Sturmbrigade Wallonien, et l’assimilent explicitement aux « Kommandeure » de Tcherkassy (notre blog au 5 mars 2018) ! Sauf aussi que la lettre de Léon Degrelle au Général Sepp Dietrich date aussi d’avant septembre. Et qu’on ne voit pas bien non plus le Kommandeur de la SS-Sturmbrigade Wallonien usurper un titre officiel dans une lettre officielle à un dignitaire officiel de la SS et du IIIe Reich…

    kk.JPG

    Dans son éloge funèbre du Commandeur Lucien Lippert, tué dans les combats de Tcherkassy le 13 février 1944, la Brüsseler Zeitung du 25 février écrit explicitement : « Ainsi, et par l’attribution de la Croix de Chevalier à Degrelle, son ami et successeur en tant que Commandeur, les hauts faits de la Légion wallonne –l’actuelle Brigade SS-Wallonie– ont également reçu leur reconnaissance méritée des plus hautes instances allemandes. » L'article est signé par le Hauptmann Erich von Lehe qui fut, jusqu'en juin 1942, l'officier de liaison allemand entre la Légion Wallonie du Commandeur Lucien Lippert et la 97. Jäger-Division du Général Ernst Rupp : il sait donc parfaitement de quoi il parle !... (ce blog au 23 août 2021).

  • The Axis Forces in World War Two

    Belles illustrations pour une documentation

    souvent lacunaire

     

    The Axis Forces est une revue d’histoire militaire consacrée, comme l’indique son titre, aux troupes de l’Axe Rome-Berlin-Tokyo et à ses alliés. Elle existe depuis janvier 2017 et en est à son dix-huitième numéro, dont la couverture s’illustre du portrait de Léon Degrelle.

    Il s’agit d’une célèbre photographie officielle (ici colorisée, tout comme, notamment, sur le boîtier du film de Jean-Michel Charlier Léon Degrelle, Autoportrait d’un fasciste, exemplaire d'objectivité : ce blog au 1er juillet 2017) qui a été prise en mai 1943 au Regenwurmlager de Pieske (Meseritz), soit peu avant le passage à la Waffen-SS.

    Le jeune soldat de la Légion Wallonie, parti, à trente-cinq ans, au Front de l’Est avec le premier contingent, le 8 août 1941, a déjà pris du galon : il est en uniforme de Leutnant (sous-lieutenant) de la Wehrmacht, porteur des Croix de Fer de Seconde Classe (3 mars 1942) et de Première Classe (21 mai 1942), de l’Ostmedaille (Médaille du Front de l’Est) obtenue le 15 août 1942, au moment de sa création, ainsi que de l’Infanterie Sturmabzeichen (Insigne d’assaut d’Infanterie), décerné le 25 août 1942. Le cartouche du magazine cache le Verwundetenabzeichen (Insigne en bronze des blessés) conquis dès le 23 mars 1942 : il se trouve en effet juste sous la Croix de Fer de Première Classe (elle se distingue bien sur la photo en noir et blanc de la page suivante du magazine où Léon Degrelle est casqué et porte la barrette de l’Ostmedaille au-dessus de la poche de poitrine et non plus son ruban au second bouton de la vareuse sous celui de la Croix de Fer de Seconde Classe). L'examen de cette photo qui nous permet de détailler les décorations militaires que le courage de Léon Degrelle sur le Front de l'Est lui a gagnées en un an à peine met aussi en évidence l'absence totale de leur simple énumération dans les sept colonnes que le malhonnête De Bruyne consacre au fondateur de la Légion Wallonie dans sa prétendue Encyclopédie.

    Axis Forces LD NB 1942.JPGLa casquette du sous-officier s’orne également de l’Edelweiss des Chasseurs de montagne que le Général Ernst Rupp a permis aux Wallons de porter après qu’ils eurent héroïquement servi au sein de sa 97. Jäger-Division (« Partout où marchera et combattra le bataillon wallon, ses héros morts marcheront et combattront en esprit avec lui. […] Que mes meilleurs vœux et ceux de toute la division accompagnent le bataillon et chacun de ses membres. » Generalleutnant Ernst Rupp, Ordre du jour de la Division du 18 novembre 1942 ; ce blog au 30 décembre 2019).

     

     La couverture de ce numéro 18 d’Axis Forces met en lumière l’article-phare, signé par le rédacteur en chef, Massimiliano Afiero, Walloon volunteers in the German armed forces (« Les volontaires wallons dans les forces armées allemandes »). Il est également richement illustré (notamment par quelques photos qui avaient été demandées au « Dernier Carré »), mais comporte aussi quelques erreurs qu’il eût été facile d’éviter avec un minimum de recherche ou en proposant l’article à une simple relecture (pour notre part, nous sommes toujours heureux de pouvoir compter sur l’expertise bienveillante d’un amateur éclairé !).

    Il faut dire que la bibliographie de l’auteur est plutôt sommaire : à part trois de ses propres ouvrages consacrés à la Légion (que nous ne connaissons pas : un en anglais et deux en italien), elle ne renseigne qu’un méchant De Bruyne (For Rex and for Belgium, 2004) ainsi que, –heureusement !–, Léon Degrelle (La Campagne de Russie, dans la traduction italienne de 1981) et Jean Mabire (Légion Wallonie au front de l’est, 1987). Mais aujourd’hui, est-il encore possible d’ignorer Théo Verlaine, La Légion Wallonie en photos et documents (2005), André Lienard, Légion Wallonie (Heimdal, 2 vol., 2015 et 2019, pour les nombreux documents originaux publiés : ce blog au 3 mai 2021), ni surtout, précisément sur le même sujet que veut traiter Massimiliano Afiero, Thibault Daoût, Un Corps Franc de volontaires belges contre le Bolchevisme (deux importants articles in La Belgique en guerre, Editions De Krijger, n° 1, 2014 et n° 2, 2018).

    Axis Forces 15.JPGContrairement à ce que dit la légende de la photo du haut, nous n’assistons pas à un engagement dans les combats de Gromowaja-Balka, mais à un exercice de tir à Blagodatch où la Légion a établi ses quartiers après la sanglante bataille de « Gromo ». L’Adjudant Léon Degrelle porte fièrement les pattes d’épaule d’Oberfeldwebel qu’il y a gagnées (bord argenté avec deux étoiles). Le Commandeur Pierre Pauly est l’officier portant lunettes, un genou en terre, près du Légionnaire participant à l’exercice, en arrière-plan de Léon Degrelle.

    Car The Axis Forces commence fort, en voulant brosser un rapide aperçu de la situation politique de la Belgique : l’auteur prétend décrire l’irréductible opposition entre des Flamands protestants et des Wallons catholiques : « Dans la Belgique occupée par les forces armées allemandes en mai 1940, cohabitaient toujours deux peuples différents par la religion et la langue : les Wallons au sud, catholiques et francophones, et les Flamands au nord, protestants et germanophones. »

    C’est télescoper un siècle d’histoire : l’actuelle Belgique –unie par la religion, mais divisée par la langue– n’est que le résultat de la désolante partition du prospère Royaume Uni des Pays-Bas –qui avait quelque peu ressuscité les florissantes XVII Provinces bourguignonnes (le fabuleux Leo Belgicus : voir ce blog aux 8 août 2017 et 17 octobre 2018)– initiée par la révolte insurrectionnelle bruxelloise de 1830. Ces émeutes qui aboutirent à la scission des Pays-Bas se déclenchèrent, notamment, pour des raisons religieuses (les provinces du Nord et le roi Guillaume d’Orange étant protestants, contrairement à la Flandre et à la Wallonie catholiques) et linguistiques (les Wallons francophones refusant le néerlandais officiel tout comme la bourgeoisie flamande essentiellement francophone, alors que le peuple utilisait les différents parlers régionaux, ne pratiquant pas le néerlandais « standard » qu’il ne comprenait guère).

    C’est aussi ignorer la volonté politique des authentiques nationalistes que furent Léon Degrelle et Joris Van Severen, soucieux du destin de nos régions : en rétablissant l’unité des XVII Provinces sous le nom de « Bourgogne » ou de « Dietschland » (Pays thiois) sans distinction linguistique, ils eussent permis de retrouver l’âge d’or qui irradia les règnes de Philippe le Hardi à Charles-Quint, où tous les citoyens partageant cette même aire historique et culturelle profitèrent de la même prospérité économique et de la même opulence artistique (ce blog au 7 mai 2019).

    Mais revenons à l’article d’Axis Forces, tout en précisant bien qu’il n’est pas question dans cette présentation d’établir un « corrigé » du texte (qui fourmille d’approximations factuelles et d’erreurs, de dates notamment) : notre seul but est d’en redresser les principales inexactitudes et de replacer les événements dans leur contexte politique.

    « Pour des raisons évidemment raciales, les Allemands acceptèrent immédiatement les volontaires flamands dans les rangs de leurs formations de Waffen-SS […]. En ce qui concerne les Wallons par contre, la collaboration ne vint que plus tard, grâce surtout à l’action de Léon Degrelle. »

    Plutôt que de « raisons évidemment raciales », nous parlerions surtout de reprise aveugle de la Flamenpolitik (politique favorisant la Flandre au détriment de la partie francophone du pays) déjà pratiquée pendant la Première Guerre mondiale. Conjuguée à la réputation de sélection et d’excellence physiques de la SS, cette stratégie fut menée avec succès par l’administration militaire allemande, dirigée par le hobereau prussien Alexander von Falkenhausen, pour ruiner les rêves d’indépendance des Flamands et précipiter leur assimilation dans le Reich.

    Capture2.JPGEn Chine communiste, Alexander von Falkenhausen est considéré comme un héros pour avoir aidé la résistance chinoise contre l’invasion japonaise de 1930 à 1938, même si c’était en tant que conseiller militaire du nationaliste Tchang-Kaï-chek. Son buste a récemment été inauguré (2016) sur la Place des Volontaires étrangers défenseurs de la Chine, du Jianchuan Museum Cluster de Sichuan, musée privé consacré, entre autres, à la guerre sino-japonaise. On l’aperçoit ici entre les bustes de Minnie Vautrin (missionnaire américaine à Nankin) et Bernhard Arp Sindberg (avec la toque : ce jeune Danois travaillant dans une importante cimenterie à Nankin organisa l’inviolabilité du site accueillant des milliers de réfugiés chinois en hissant… le drapeau allemand à croix gammée).

    C’est pour lutter efficacement contre cette politique délétère pour le pays que Léon Degrelle, sciemment ignoré par les autorités allemandes, saisira l’opportunité de la guerre à l’Est et saura, par son courage et ses hauts-faits militaires, contourner l’obstacle de la Militärverwaltung, parvenant à traiter directement avec Adolf Hitler en personne. Seule façon à son point de vue de ruiner les manœuvres des réactionnaires allemands de Bruxelles et de lui permettre de parvenir à ses fins politiques, c’est-à-dire assurer à son pays une place honorable au sein de l’Europe nouvelle (ce blog au 28 juin 2017).

    Léon Degrelle ne manquera pas de déplorer amèrement les mauvais choix des nationalistes flamands, mettant en évidence leur précipitation, mauvaise conseillère : « Non seulement les Flamands avaient décidé tout de suite de s’engager mais ils l’avaient malheureusement fait d’une façon assez maladroite. La maladresse de leur politique m’a désespéré pendant toute la guerre. Ils s’étaient, en juin 1940, jetés trop vite dans les bras des Allemands. Ils avaient reçu des embrassades, mais pas de garanties. Ils se sont lancés de la même façon dans l’aventure du front de l’Est, s’alignant dans les rangs de la Waffen S.S. sans avoir obtenu la moindre promesse politique, sans que même leur soit reconnu le droit à être commandés dans leur langue et par des hommes de leur peuple. Jusqu’au dernier jour de la guerre, leur commandeur serait un Allemand. Eux qui avaient répété pendant des années leur slogan “In Vlaanderen Vlaamsch” admettraient –on ne leur avait même pas demandé leur avis– de laisser tomber en Russie leur vieille langue chargée de civilisation et de n’utiliser que l’allemand pour leur commandement ! […]

    Ces impérialistes [annexionnistes allemands] s’employaient à nous manœuvrer pour nous séparer. Ils jetèrent les Flamands en août 1941 dans les bras de la Waffen S.S., où les risques étaient gros d’être malaxés. La Waffen S.S. était une puissance, mais une puissance dangereuse : il ne fallait entrer là qu’en force. Nous, les Wallons, par contre, on nous avait catapultés tactiquement parmi les unités de la Wehrmacht, l’armée ancienne, opposée en de nombreux points à la Waffen S.S. Alors que nous partions précisément pour constituer une unité politique supérieure, l’Europe, certains Allemands nous coupaient dès avant le départ en deux tronçons, Wallons d’un côté, Flamands de l’autre ! […]

    Nous sentions que la situation de notre pays était désespérée, qu’il était menacé de séparation et d’absorption, que seulement en atteignant une situation d’égaux, nous pourrions, peut-être, un jour, acquérir la position de force qui nous permettrait de traiter avec les Allemands en hommes respectés. […] Que nous servait en effet d’imaginer une Europe s’étendant jusqu’à Vladivostok si notre petit pays, au lieu de pouvoir s’exalter à la pensée de refleurir au sein d’une grande unité européenne, ne parvenait même pas à conserver sa minuscule personnalité ! » (Léon Degrelle : Persiste et signe, pp. 265-267).

     

    Plus loin, Massimiliano Afiero écrit : « Le 2 novembre 1935, Degrelle fonda le Parti Populaire de Rex, qui, en 1936, obtint 34 sièges au Sénat. »

    Meulenijzer Coup de Courtrai.jpgLe 2 novembre 1935, c’est la date de ce qui fut appelé le « Coup de Courtrai », la remise en cause par Léon Degrelle et trois cents jeunes rexistes (c’est-à-dire des militants organisant la propagande du journal Rex) de la direction du Parti Catholique qu’ils veulent régénérer, à l’occasion du Congrès des Cercles et Associations catholiques. Cette action de rupture fut ainsi saluée par Robert Brasillach : « C’est le 2 novembre 1935 que Rex vint véritablement au monde » (Léon Degrelle et l’avenir de Rex, p. 36). Sans doute est-ce là l’origine du renseignement de M. Afiero, car c’est en réalité le 23 février 1936, lorsque le Parti Catholique proclama sa rupture définitive avec Rex en interdisant à ses membres d’encore y collaborer que Léon Degrelle annonça l’intention du « Front populaire de Rex » de se présenter seul aux élections (ce blog au 8 avril 2017).

    En aucun cas, Léon Degrelle, allergique au mot même, n’établit quelque parti politique sur le mode traditionnel : il fonda le Mouvement populaire de Rex, comme il l’explique très précisément : « Je n’avais rien à voir avec les vieillards pourris du Parti catholique [qui me condamnèrent]. […] Ce geste, au lieu de me blesser, me libérait. C’est grâce à lui qu’en quelques mois, avant les grandes élections de 1936, je pus créer un Rex national, en dehors et au-dessus des ukases de l’Eglise politique et des vieux partis. Rex serait ouvert à tous les Belges [aux non-catholiques comme aux catholiques]. Nous somme devenus de la sorte le Mouvement Rexiste. Pas le parti rexiste. Je n’ai jamais admis le mot parti. Parti signifie quelque chose de séparé. C’est se couper d’une partie des gens. Mouvement, c’est ce qui avance. » (Léon Degrelle : Persiste et signe, p. 109).

     

    Autre précision nécessaire à la vérité historique, le résultat des élections législatives du 24 mai 1936 n’est pas de 34 sénateurs rexistes, mais de 21 députés et 8 sénateurs.


    Axis Forces : « Dans les années précédant immédiatement le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le parti de Degrelle observa une attitude pacifiste, exprimant la volonté de maintenir la Belgique hors de la guerre et à distance de l’alliance franco-anglaise. Cette ligne politique a été mal interprétée, comme une sorte de soutien, quoique indirect, à la politique expansionniste allemande ».

    Même si la presse fit semblant de croire que le neutralisme de Rex manifestait son soutien à la politique allemande, il est important de souligner que cette politique avait été définie par le Roi Léopold III lui-même dès le 14 octobre 1936 et appliquée et défendue officiellement par le gouvernement belge. Il est tout aussi important d’observer que si Léon Degrelle et Rex défendirent avec une ferme honnêteté la neutralité absolue de la Belgique, ce ne fut pas le cas du Roi et de son gouvernement qui favorisèrent outrageusement les anciens alliés de 14-18, allant jusqu’à accepter la présence permanente auprès de Léopold III du Général Edouard Laurent, représentant du Général Gamelin, chef d’Etat-Major de la Défense nationale française ! (ce blog aux 28 juin 2017 et 22 juin 2021).

     

    Axis Forces : « Le Conseil général du mouvement rexiste a lancé la constitution d’une nouvelle unité paramilitaire sur le modèle de la SS allemande, les Formations de Combat. Cette unité était chargée de protéger les chefs et les réunions du mouvement et de collaborer avec la police locale et les autorités allemandes afin de maintenir l’ordre dans le pays. »

    SS Hugo Boss.jpgC’est le couturier national-socialiste Hugo Boss, spécialisé dans les uniformes militaires, qui, à la demande d’Adolf Hitler en 1932, dessina les uniformes de la SS. Dès que le Washington Post leva le lièvre en 1997, les « ayants droit » n’ont pas manqué de réclamer des compensations sonnantes et trébuchantes au désormais « leader » (Führer, en anglais et en franglais) du prêt-à-porter masculin…

     

    En créant, le 9 juillet 1940, les Formations de combat, d’inspiration évidemment paramilitaire, Léon Degrelle entendait reconstituer le « Service d’ordre et de sécurité » de Rex, dissous par la loi « anti-milices privées » du 4 mai 1936. Et si leur uniforme était noir, sa coupe n’avait rien à voir avec l’élégance de celui de la SS allemande : aucune référence n’a jamais été faite avec l’ « Ordre noir », même si la troupe d’élite rexiste entendait bien représenter l’ « avant-garde des bâtisseurs de l’ordre nouveau » (Pays réel, 11 octobre 1940). Constituant un des principaux viviers de recrutement pour la Légion Wallonie, les Formations de combat ne furent d’aucune utilité pour « collaborer […] avec les autorités allemandes afin de maintenir l’ordre dans le pays. » Probablement l’auteur confond-il ces unités avec les Gardes wallonnes, créées en juillet 1941 par Léon Degrelle reprenant le nom des légendaires troupes de Charles-Quint (ce blog au 30 décembre 2019), qui seront placées sous l’autorité de la Wehrmacht et seront chargées de la surveillance et de la protection d’installations militaires, de lignes de chemin de fer, de ponts, etc. (ce blog au 9 juillet 2017).

    LD Formation de combat.jpgLéon Degrelle en uniforme des Formations de combat.

    Le 8 août 1941, Léon Degrelle et ses amis se rendront au Palais des Beaux-Arts pour la cérémonie de départ du premier contingent de Volontaires de la Légion Wallonie en uniforme des Formations de combat, affichant les bâtons noueux rouges de la croix de Bourgogne sur la poche de poitrine droite –signe évident de la volonté politique qui les animaient de rendre la Belgique aux XVII Provinces bourguignonnes– et non pas avec celui des Gardes wallonnes, troupes auxiliaires de police, coiffées d’ailleurs du casque de la gendarmerie.

    Garde Wal..jpeg

    Les Gardes wallonnes portent le casque des forces de l’ordre, modèle Adrian, du nom de l’ingénieur français qui les imagina au début de la Première Guerre mondiale : au constat de l’efficacité de la protection qu’il assurait, le ministre de la Guerre, Charles de Broqueville, le fit adopter par l’armée belge en octobre 1915.

    Quel dommage, une fois encore, que Massimiliano Afiero n’ait pas confié son texte à une relecture. Il aurait sûrement évité la mauvaise retranscription du nom du chef de la Première Croisade, Godefroid de Bouillon, roi de Jérusalem –ou plus précisément, « Avoué du Saint-Sépulcre » : « Le 8 août 1941, 860 volontaires wallons quittèrent la gare de Bruxelles. Mais avant le départ, une grande manifestation fut organisée, tout d’abord au Palais des Beaux-Arts, puis sur la Place Royale, face à la statue de Geoffrey du Boulogne [sic], l’inspirateur de la première croisade contre les infidèles » !

    Il n’y eut pas de manifestation sur la Place Royale, le 8 août 1941, seulement le défilé des Légionnaires qui, en quittant le Palais des Beaux-Arts, remontèrent vers la Place Royale pour traverser la Place des Palais, face au Palais royal, emprunter le boulevard Botanique et arriver à la place Rogier et à la gare du Nord. La petite histoire veut qu’en défilant devant la statue de Godefroid de Bouillon, érigée au centre de la Place Royale, un Volontaire s’écria « Godefroid ! Voici les nouveaux croisés ! » Le symbole était d’autant plus frappant que le Chef, Léon Degrelle, originaire de Bouillon, avait vécu toute son enfance à l’ombre du château de Godefroid, enflammé par les récits de la Première Croisade.

    Précisons aussi que ce n’est qu’en septembre 1941 qu’arrivèrent les écussons aux trois couleurs belges, sommés du nom « Wallonie » : il s’agissait de calmer les remous parmi certains Volontaires choqués de devoir revêtir l’uniforme feldgrau (ce blog au 2 février 2021).

     

     

    Axis Forces : « Le Hauptmann René Dupré, commandant de la quatrième compagnie, fut tué en marchant sur une mine. Ce fut le premier mort de la Légion. »

    Gustave Adam Pays réel.jpeg
    Il n’est pas possible de passer sous silence le destin du Légionnaire Gustave Adam, qui fut malheureusement la première et toute jeune victime de la Légion : il n’avait que dix-neuf ans lorsque, le 13 novembre 1941, il trouva la mort en participant, sous les ordres du capitaine René Duprés, aux combats contre un camp de partisans dans une forêt le long de la rivière Samara. Le Pays réel a célébré son sacrifice en ces termes : « Gustave Adam fut le premier mort de la Légion Wallonie.  Né le 14 février 1922, il était bien jeune quand il participa, dès le début de Rex, à l’action de notre Mouvement. […] Son désintéressement, sa sincérité, sa loyauté lui attiraient le respect même de la part de nos adversaires politiques qui reconnaissaient en lui : un pur ! […] Gustave Adam repose aujourd’hui dans les terres de l’Est, il laisse le souvenir d’un cœur généreux, d’une âme dévouée, assoiffée d’idéal. »

    Si le capitaine (Hauptmann) René Duprés ne fut pas le premier Bourguignon à laisser la vie au Front de l’Est, il fut néanmoins le premier officier à succomber au cours du terrible hiver 1941 en s’aventurant à cheval, aveuglé par le blizzard, dans un champ de mines. C’était dans les neiges de Grichino, à l’ouest du Donetz, le 1er décembre 1941 (l’encyclopédiste De Bruyne renseigne inexplicablement dans son opus magnum à prendre avec des pincettes –ce blog au 23 mars 2017– le… 3 novembre 1942 ! C'est néanmoins lui aussi qui affirme que le Capitaine René Duprés « est le premier mort d'une très longue liste de légionnaires », d'où sans doute l'erreur de Massimiliano Afiero).

    Dans sa Campagne de Russie, Léon Degrelle a retracé avec émotion les derniers moments de l’héroïque officier de trente-deux ans : « Egarée parmi ces rafales qui tourbillonnaient jusqu’à trois mètres de hauteur, une de nos compagnies s’engagea dans une des zones minées. Le commandant avançait en tête, à cheval. C’était un jeune capitaine de l’armée belge. Il portait le beau nom campagnard de Dupré. Sa bête cogna sur un de ces engins terribles. Le cheval monta tout droit à deux mètres de hauteur, retomba, les intestins épars, tandis que le cavalier gisait dans la neige rouge, les jambes déchiquetées. La steppe criait, sifflait, miaulait sa victoire. Nos soldats durent, avec deux morceaux de bois, fixer les membres tailladés et transporter ainsi sur des branches de sapin leur infortuné capitaine. Après quelques kilomètres, ils atteignirent une isba déserte.

    Il fallut vingt-six heures avant qu’une ambulance tout terrain pût arriver au secours du mourant. Il avait onze fractures. Il fumait par petits coups secs. Il fit ses adieux à ses garçons. De grosses gouttes de sueur descendaient le long de son visage, tellement la souffrance le torturait. Il succomba, sans un mot de regret, en tirant une dernière fois sur sa cigarette… » (pp. 44-45).

    On le voit, les détails anecdotiques ou les précisions politiques ne sont pas la priorité de l’auteur qui se concentre essentiellement sur l’organisation du Bataillon wallon d’Infanterie 373 (constitué « conformément à l'ordre n° 3680/41 du commandement allemand ») et ses engagements militaires. Ce qui est évidemment important pour savoir qui fait quoi et à quel moment, mais prive le lecteur des nécessaires informations expliquant certaines réactions humaines ou certains aménagements de l’organigramme.

    1941, 22 août. Prestation de Serment 2 (Soir).jpgLe 22 août 1941, en tant que Commandeur de la Légion Wallonie, le Major Georges Jacobs prête solennellement serment d’ « obéissance au haut commandement de l’armée allemande et à son chef suprême Adolf Hitler » sur le sabre du General der Kavallerie (général de corps d’armée) Franz Freiherr von Dalwigk zu Lichtenfels, répétant la formule dictée en français par l’officier de liaison, le Lieutenant Leppin, qui en précise la portée : « Dans le combat contre le bolchevisme ». Léon Degrelle y insistera dans son discours : « [Notre serment au Chef des Armées antisoviétiques] sera limité dans le temps : sa portée sera exactement circonscrite par la durée de la guerre contre le Bolchevisme. »

    C’est ainsi, par exemple, que tous les bouleversements survenus dans les premiers mois de l’histoire de la Légion sont énumérés sans la moindre explication : « Le Hauptmann Jacobs, jugé inapte à commander une unité militaire sur le champ de bataille, fut remplacé par l’ancien officier de l’armée belge, le Hauptmann Pierre Pauly. L’officier de liaison allemand, le lieutenant Leppin, fut également renvoyé à la demande expresse de Degrelle. Pour le remplacer, arriva un officier de réserve, le Hauptmann Erich von Lehe. […] En raison des pertes sévères et du manque de personnel, le commandeur Pauly décida de dissoudre la deuxième compagnie, en en répartissant les survivants parmi les autres compagnies. […] Le Hauptmann Pauly fut rapatrié, officiellement pour raisons de santé. »

    Il eût été plus exact de dire que le Major Georges Jacobs, âgé de près de 50 ans, vétéran de la Guerre de 14-18, fut victime –comme soixante-six autres Légionnaires, dont six officiers– des effroyables conditions climatiques de ce premier hiver de guerre. Il fut démobilisé le 20 décembre 1941 (demeurant en poste jusqu’à l’arrivée de son successeur), ce qui ne l’empêcha pas de revenir courageusement au Front à la fin de la guerre : après avoir dirigé le Service Légionnaire (entraide et protection des familles de Légionnaires, des Gardes Wallonnes, etc.), puis le Département de la Discipline intérieure de Rex, l’ex-Commandeur Georges Jacobs reprit du service en septembre 1944 à la Division Wallonie avec le grade de SS-Sturmbannführer. Le Major Jacobs aurait également été victime de la raillerie de Légionnaires qui l’auraient surnommé « PPM », c’est-à-dire « Pauvre Petit Major ». Un sobriquet que ne manquent jamais de reprendre les chroniqueurs d’après-guerre (dont le mange-ragots De Bruyne), mais que Léon Degrelle a dénoncé comme provenant de Jean Vermeire. Ce détail est d’autant plus piquant que ce dernier avait quant à lui usurpé son grade de lieutenant en mentant sur sa situation dans l’armée belge lors de son engagement dans la Légion : il n’était donc lui-même qu’un PPM, « Pauvre Petit Menteur » !

    Saint-Loup annoté LD Jacobs-Vermeire.jpegEn lisant Les SS de la Toison d’Or de Saint-Loup (1975), Léon Degrelle découvre l’anecdote sur le prétendu surnom donné par les Légionnaires au Commandeur Jacobs : il manifeste son scepticisme et identifie spontanément la « source » de Saint-Loup, qu’il discrédite par une annotation manuscrite réprobatrice.

     

    Léon Degrelle tenait Georges Jacobs en grande estime. C’est à lui qu’il confia son testament et les archives de la Wallonie, mais dans la débâcle des derniers jours de la guerre, le Major Jacobs ne put garder ces dernières (qui devraient donc probablement toujours se trouver aujourd’hui chez les Russes). Fait prisonnier le 27 mai 1945 à Bohmstedt (au nord de l’Allemagne, en bordure de la mer du Nord) par les Britanniques, il est rapidement remis aux autorités belges, rapatrié, jugé et condamné à la peine de mort. C’est Saint-Loup qui donne le détail ignoble de la répression haineuse de son pays : « En 1946, prisonnier en Belgique, ce grand bourgeois riche et cultivé fut frappé d’une amende de trois millions qu’il ne put solder intégralement malgré la vente de tous ses biens. Malade, presque mourant à l’infirmerie de la prison de Saint-Gilles, il vit arriver un huissier qui, dans l’espoir de parfaire la somme due à l’Etat, pratiqua la saisie des biens encore disponibles, c’est-à-dire une paire de chaussettes de rechange et s’en fut avec. » (Les SS de la Toison d’Or, p. 100). Réfugié en Espagne après la commutation de sa peine et sa libération anticipée, Georges Jacobs décédera le 14 février 1964 à Constantina, le village andalou où Léon Degrelle s’était installé (ce blog au 15 décembre 2020).

    Cimetière Constantina.jpgC’est dans le petit village  de Constantina, dans la province de Séville, que le Major Georges Jacobs trouva refuge, non loin de La Carlina, le somptueux domaine édifié par son chef Léon Degrelle (ce blog au 28 mai 2016) : il repose auprès de Léon-Marie Degrelle dans le cimetière municipal (ce blog au 26 février 2016).

    Si Léon Degrelle –appuyé par le nouveau Commandeur Pierre Pauly qui arrive à la Légion le 30 décembre 1941– demanda expressément le renvoi du Lieutenant Leppin, l’officier de liaison allemand entre la Légion et les autorités militaires allemandes, avocat prussien, protestant et particulièrement arrogant, c’est qu’il sut se rendre tellement odieux aux Wallons –allant jusqu’à les traiter d’Untermenschen– que son maintien auprès de la Légion était devenu impossible. Léon Degrelle exigea donc son départ et son remplacement par un officier connaissant bien le français. Ce remplacement fut effectué au début de l’année 1942 et est mentionné dans une note datée du 15 février 1942 du Major Baumann (Kommandostab Z, section de l’administration militaire allemande chargée des liaisons avec les formations militaires et paramilitaires belges). Le nouvel officier de liaison sera le Hauptmann Erich von Lehe, 47 ans, un aristocrate de Hambourg parlant parfaitement la langue des Bourguignons et qui saura nouer des relations amicales avec Léon Degrelle et ses hommes. Docteur en philosophie et lettres, spécialiste en paléographie et histoire régionale, il appliquera sa science de la critique historique à la constitution de ses convictions politiques et raciales. Il restera en poste jusqu’en juin 1942. Après avoir été renvoyé en Allemagne pour cause de maladie, il sera transféré à l'Etat-Major du Général von Falkenhausen à Bruxelles où il s'occupera des affaires des Légionnaires wallons jusqu'à l'évacuation du pays par les Allemands. Selon son petit-fils, Klaus Vogel (cofondateur de SOS-Méditerranée), il conservera intacte jusqu'à sa mort, le 23 avril 1983, son amitié pour Léon Degrelle (Tous sont vivants, Les Arènes, 2017).

    LD+Von Lehe.jpeg

    Le 15 juin 1942, trente-sixième anniversaire de Léon Degrelle, John Hagemans organisa une cérémonie pour l’accueil des jeunes du contingent du 10 mars qui renouvelèrent leur serment de fidélité au Chef. Dans son discours exaltant la jeunesse nationale-socialiste de Rex, Léon Degrelle rappela clairement le but de leur engagement : « refaire les XVII Provinces au sein de la Germanité ». A cette occasion, l'officier de liaison Erich von Lehe qui, l'avant-veille, avait fêté ses 48 ans reçut l’insigne de Rex des mains de Léon Degrelle.

    Quant au capitaine Breveté d’Etat-Major Pierre Pauly, trente-sept ans, qui succéda au quinquagénaire Georges Jacobs, si son action de reprise en mains des troupes wallonnes porta incontestablement ses fruits, ses sautes d’humeur et ses accès de colère donnèrent bien du fil à retordre à Léon Degrelle : c’est ainsi qu’il dut sauver deux Légionnaires, soupçonnés de vol dans le magasin de ravitaillement, du conseil de guerre ou l’aumônier Joseph Sales du peloton d’exécution pour abandon de poste face à l’ennemi… Le Commandeur ne resta en fonction qu’à peu près quatre mois, du 15 décembre 1941 au 8 avril 1942.

    Pauly Croix Fer 2e classe.jpegAprès les durs combats de Gromowaja-Balka, le Generalmajor Werner Sanne, Commandeur de la 100. leichte Infanterie-Division, récompensa l’héroïsme des Wallons de trente-sept Croix de Fer de Seconde Classe, –fait exceptionnel pour un seul bataillon !–,  lors d’une prise d’armes, le 13 mars 1942. Le Commandeur Pierre Pauly fut le premier à la recevoir.

     

    Ordre jour Wehrmacht.pngAfiero donne précisément le bilan des héroïques combats de Gromowaja-Balka (28 février-1er mars 1942) se soldant par soixante-cinq morts et cent dix blessés et récompensant la Légion de trente-sept Croix de Fer de Seconde Classe et d’une citation à l’ordre du jour de la 100e Division d’Infanterie légère du général Werner Sanne (en réalité à l’ordre du jour de la Wehrmacht, dans le communiqué du Haut Commandement des Forces armées, rédigé au Quartier Général du Führer, le 5 mars 1942), Léon Degrelle, étant, quant à lui, promu directement au grade d’Oberfeldwebel, adjudant, pour bravoure au feu (sans passer donc par le grade de Feldwebel, sergent, contrairement à ce qu'affirme De Bruyne dans sa soi-disant Encyclopédie qui donne le grade de Feldwebel au 22 mars 1942, alors que le Soldbuch de Léon Degrelle renseigne directement Oberfeldwebel au 28 février 1942 –voir ce blog aux 28 novembre 2017 et 21 mai 2016).

    A la suite de ces événements, les traits caractériels du capitaine Pauly ne firent que s’aggraver : il accusera publiquement nombre de ses hommes de lâcheté face à l’ennemi et giflera une quinzaine de Légionnaires, dont certains venaient d’être décorés par le général Sanne. Et ce, non seulement en présence de Léon Degrelle, mais aussi de l’officier de liaison von Lehe qui rédigea une plainte auprès de la justice militaire ! Pierre Pauly passa donc devant le conseil de guerre où il fut considéré comme irresponsable de ses actes grâce à un certificat médical du médecin de la Légion, le Dr Silvère Miesse.

    LD Pauly Sanne.jpeg

    C’est un Commandeur Pauly souriant de satisfaction qui regarde le Général Sanne féliciter Léon Degrelle qui vient de recevoir la Croix de Fer de Seconde Classe et de se voir promu adjudant et proposé pour le grade d’officier. En effet, si Léon Degrelle était incontestablement le chef spirituel de la Légion, lui insufflant en permanence la foi en l’idéal, il n’en était pas moins pénétré de réelles valeurs militaires : courage et esprit de sacrifice, intelligence de la situation sur le terrain et sens de l’initiative, exemplarité de la conduite entraînant la confiance des hommes et stimulant leur ardeur au combat.

    Démobilisé, il passa un an et demi dans un centre médical allemand avant de rentrer en Belgique. Il restera néanmoins toujours fidèle à Rex. Léon Degrelle a d'ailleurs souligné, dans La Campagne de Russie, cette fidélité fanatique à Rex, en rapportant l'héroïque engagement de la dernière chance du Commandeur dans les combats acharnés de Gromowaja-Balka : « Le commandeur, capitaine Pauly, rassembla les débris de toutes les Compagnies et, une grenade à la main, se jeta le premier à la contre-attaque en poussant notre vieux cri : "Rex vaincra !" Tout ce qui restait de valide au Bataillon le suivit, y compris les armuriers, les cuisiniers, les estafettes, les charretiers. Ce fut une mêlée frénétique. » (p. 83)

     

    Pierre Pauly occupera donc diverses fonctions administratives et journalistiques (Radio Bruxelles, L’Avenir) avant d’intégrer la Formation B (chargée notamment de la protection des autorités rexistes). C’est ainsi qu’il participera aux représailles consécutives à l’assassinat du bourgmestre de Charleroi, Oswald Englebin (ce blog au 7 juin 2018), avant d’être évacué en Allemagne en septembre 1944. Il se rend alors aux troupes alliées avant d’être transféré aux autorités belges. Il devra alors vivre une véritable saga judiciaire, jugé tout d’abord par le Conseil de guerre de Tournai qui le condamne à mort pour trahison, le 6 juillet 1945. En appel, le 11 décembre, la Cour militaire confirme la sentence. Dans le cadre de la tuerie de Courcelles, le Conseil de guerre de Charleroi le condamne à nouveau à la peine de mort, le 3 août 1946. Les conclusions circonstanciées de son avocat pour établir son déséquilibre mental firent qu’en appel, son cas fut disjoint des autres accusés par la Cour militaire qui décida de le placer en observation médico-mentale. Dès lors, l’ancien commandeur de la Wallonie n’eut de cesse d’être fusillé à son tour, envoyant même une supplique en ce sens au Régent, le Prince Charles : il sera passé par les armes à Tournai, le 21 juin 1948, sept mois après ses vingt-sept co-inculpés, exécutés en représailles de Courcelles.

    1942. von Lehe+LD+Pauly (Sado).jpgCélèbre photographie de l’agence de presse SADO (Service Auxiliaire de DOcumentation) mettant en scène une réunion au PC de la Légion Wallonie sur le Front de l’Est : devant la carte militaire, le Capitaine Erich von Lehe et le Commandeur Pierre Pauly suivent attentivement les commentaires de l’Adjudant Léon Degrelle.

    La seconde partie de l’article de Massimiliano Afiero chroniquant l’action des Volontaires wallons dans les forces armées allemandes, paraîtra dans la prochaine livraison (n° 19 de novembre 2021) du magazine The Axis Forces. Certes, un tel article laissera sans doute quelque peu dubitatifs les amis et la famille des Anciens Légionnaires du Front de l’Est. Néanmoins, tel quel, certes imparfait, il pourra susciter l’attention et la curiosité chez ses lecteurs anglophones ignorant tout de l’épopée bourguignonne et les amèneront –pouvons-nous espérer– à continuer à se renseigner aux bonnes sources bibliographiques (sans oublier les blogs informatiques comme celui du Dernier Carré !).

    Exercice Cie Bonniver.JPG

    Pour vous abonner à cette revue d’histoire militaire non conformiste au format pdf (ainsi qu’à la revue sœur Fronti di Guerra, paraissant, elle, en italien), il vous suffit de faire un don de (minimum !) 10 euros au compte de l’association culturelle Ritterkreuz : IBAN: IT70 K076 0103 4000 0009 3983 450.

     

    Ce versement (surtout s’il peut se montrer un peu plus généreux) est indispensable pour soutenir les auteurs dans leurs recherches (et nous savons combien elles sont indispensables !) afin de traquer le plus opiniâtrement possible la vérité historique dans un domaine livré chaque jour un peu plus aux fantasmes haineux des pseudo-historiens spécialisés en réécriture du passé et des médias devenus outils de rééducation sociétale.

  • Il y a 75 ans : la « libération » de la Belgique.

     

    Récits degrelliens de l’épuration. Appel à témoins !

     

    Nos amis du ‘t Pallieterke s’inquiètent, fort judicieusement, de l’orientation que prendront les célébrations du septante-cinquième anniversaire de la Libération de la Belgique en septembre 1944, craignant qu’aucune cérémonie n’évoque la répression sauvage dont furent victimes, non seulement ceux qui crurent en l’ordre nouveau ou sympathisèrent avec l’Allemagne victorieuse, mais même ceux qui n’eurent pour seul tort que d’être dans le collimateur –pour quelque raison que ce soit– de ceux qui se découvrirent soudainement une vocation de « résistant » épurateur.

     

    Repressieverhalen 1.jpgL’hebdomadaire nationaliste flamand a donc lancé un « appel à témoins » afin de documenter cette face souvent occultée de la « Libération », rappelant d’ailleurs que, voilà 75 ans, ‘t Pallieterke et son rédacteur en chef Bruno De Winter (qui n’appartenait en aucune façon à ceux qu’on désignait par l’expression « les noirs », par référence non pas à la couleur de leur peau mais à celle de leur uniforme) furent les premiers à stigmatiser dans leurs articles l’inhumanité aveugle de la répression. Cet appel à témoins concerne bien évidemment toutes les régions de Flandre, mais également de Wallonie puisqu’une simple recherche sur Google a montré au rédacteur en chef Karl Van Kamp qu’à part une photo de femmes tondues à Charleroi, il n’y a pratiquement rien à trouver sur le net, comme si « ce pan de l’histoire avait été consciencieusement gommé de la mémoire francophone », comme si « du côté wallon, il n’y avait eu que de courageux résistants alors que du côté flamand, il n’y avait que des collabos. Cette fable est tellement ancrée dans les esprits que même en Flandre, on finit par y croire. »

     

    Sans doute est-ce d’ailleurs pourquoi, dans son ultime ouvrage Tintin mon copain, Léon Degrelle consacrera trois chapitres (« Hergé sous les verrous », « L’intolérance absolue », « C’était affreux, affreux ! ») à cette face hideuse et donc bien cachée de la victoire qui va se célébrer sans états d’âme à travers toute l’Europe dans quelques semaines.

     

    Dans cet ouvrage, Léon Degrelle propose en fait un condensé de ce qu’il avait déjà publié dans ses Lettres à mon Cardinal (le primat de Belgique Léon-Joseph Suenens), exemples atroces des exactions subies par les « collaborateurs » ou prétendus tels en Belgique, accompagnés par d’autres exemples venant de France, puisque Tintin mon copain, contrairement aux Lettres, n’intéressait pas que le seul microcosme belge.

     

    Lettres Cardinal.jpegNous reproduisons ici le texte des Lettres à mon Cardinal, publié sans illustrations, accompagné des photographies documentant Tintin mon copain, que les éditeurs voulurent le plus richement illustré pour en corroborer toutes les déclarations et en faire une sorte de vingt-cinquième album des aventures du célèbre reporter.

     

    En effet, comme le souligne l’hebdomadaire flamand ‘t Pallieterke, si les textes concernant la répression de la collaboration en Wallonie sont rares, difficiles d’accès et parfois même falsifiés (il donne l’exemple éclairant des parents de la passionaria socialiste d’origine flamande Laurette Onkelinx dissimulant son passé familial pour le moins « nazi-compatible » sous des délires frénétiquement hystériques –voir ce blog au 18 janvier 2016), les photographies les illustrant sont encore plus rares.

     

    Lire la suite

  • L’affaire de la fameuse phrase d’Adolf Hitler à Léon Degrelle : « Si j’avais un fils, je voudrais qu’il fût comme vous ! »

    Rivarol : histoire d’un malentendu

     

    Nous vous engagions naguère (ce blog au 31 mai 2018) à ne surtout pas manquer de vous procurer l’édition du 6 juin de Rivarol, l’ « Hebdomadaire de l’opposition nationale et européenne » : c’est là que nous pensions pouvoir vous faire la « divine surprise » de la parution de notre dossier sur l’Affaire de la fameuse phrase d’Adolf Hitler à Léon Degrelle : « Si j’avais un fils, je voudrais qu’il fût comme vous ! »

     

    En effet, suite à la publication de l’article d’un Paul-André Delorme faussement élogieux sur Léon Degrelle, flamboyant fasciste wallon, nous avons écrit, le 14 mai, à Jérôme Bourbon, directeur de la rédaction, parallèlement à la réfutation que nous publiions en plusieurs articles (ce blog aux 13, 20 et 29 mai).

     

    Nous reçûmes la réponse suivante (21 mai) : « si vous souhaitez rédiger un article dans RIVAROL, ou à défaut faire paraître une lettre dans le courrier des lecteurs, pour faire valoir en toute liberté votre point de vue, j'y suis tout à fait favorable ». Le dernier et plus important article de réponse aux contre-vérités reprises par M. Delorme n’étant pas encore achevé, nous envoyâmes immédiatement un « courrier des lecteurs ».

     

    Rivarol 17 avril 2018.jpegLe 30 mai, nous proposâmes néanmoins l’article achevé à M. Bourbon pour une éventuelle publication : « nous avons pensé vous proposer une sorte de mise au point sur la fameuse phrase d'Adolf Hitler "Si j'avais un fils..." En effet, c'est cette anecdote qui sert essentiellement à asseoir la réputation, sinon de menteur, du moins de fabulateur, que se plaisent à entretenir désormais les historiens, même de notre "famille de pensée" [à propos de Léon Degrelle]. Vous trouverez ce texte en annexe: voulez-vous nous dire si vous pensez pouvoir le retenir pour une prochaine publication ? »

     

    Nous reçûmes immédiatement la réponse suivante par retour de courrier électronique : « Je publie votre texte dans notre prochain numéro, celui daté du 6 juin. » Le malentendu est que M. Bourbon ne parlait pas de notre article concernant « Si j’avais un fils… », mais répondait simplement à notre message précédent concernant le Courrier des lecteurs !

     

    Emporté par notre joie, nous avons ainsi pris une vessie pour une lanterne, mais qu’importe : le lecteur de Rivarol sait maintenant où s’adresser pour chercher des informations sérieuses et vérifiées sur Léon Degrelle. Et nous continuons, de notre côté, à engager nos lecteurs à s’abonner à l’excellent et courageux Rivarol (www.boutique-rivarol.com).

     

    S’il est une anecdote qui embête particulièrement les historiens politiquement corrects, c’est bien ce propos prêté au Chef du Troisième Reich et rapporté par Léon Degrelle après la fin de la guerre : « Si j’avais un fils, je voudrais qu’il fût comme vous ! » (La Campagne de Russie, 1949, pp. 15 et 381 ; Degrelle m’a dit, 1961, p. 393 ; Hitler pour 1000 ans, 1969, p. 161 ; Lettres à mon Cardinal, 1975, pp. 54, 325, 334)…

     

    En voici le contexte précis : « Au moment du départ [de la Wolfsschanze, le Quartier-Général du Führer en Prusse orientale où Léon Degrelle fut reçu, pour la seconde fois, à partir du 27 août 1944], comme s’il eût voulu graver à jamais dans mon cœur un souvenir plus personnel, Hitler revint me prendre la main dans ses deux mains : “Si j’avait un fils, me dit-il lentement, affectueusement, je voudrais qu’il fût comme vous…” Je scrutai ses yeux clairs, si sensibles, à la flamme simple et rayonnante. Il s’en alla sous les sapins, par un chemin semé de brindilles. » (La Campagne de Russie, p. 381).

     

    Pan 21.03.1973 1.jpegAgitée tout d’abord comme une preuve de la coupable proximité que Léon Degrelle se targuait d’avoir eue avec le prétendu responsable de la Seconde Guerre mondiale, cette phrase fut rapidement contestée, puisque pareille proximité ne pouvait que relever de la mythomanie pour un gouvernement belge cherchant, par le discrédit, à faire oublier ses propres faux-semblants dans sa volonté feinte de récupérer et exécuter l’exilé espagnol censé « avoir trahi son pays et porté les armes contre ses alliés ».

     

    En effet, la réalité de cette confidence, à elle seule, pourrait justifier toute l’attitude politique de Léon Degrelle pendant et après la guerre et donner à son action une consistance que les historiens stipendiés s’efforcent donc de ridiculiser depuis 1945 à coups de demi-vérités, calomnies, persiflage et sarcasmes.

    Lire la suite

  • « Dictionnaire amoureux de Tintin » : par Albert Algoud, tintinolâtre douteux, menteur et grossier

    D'un dictionnaire relatif à Tintin, on attendrait un recueil de renseignements sur l'univers du « héros des jeunes de 7 à 77 ans », un état des connaissances le concernant, bref un répertoire d'informations exactes, croisées, vérifiées, passées au crible de la critique historique. D'un dictionnaire « amoureux », on accepte avec joie l'a priori favorable, on pardonne volontiers l'excès hagiographique et on se réjouit d'avance de parcourir un inventaire original et divertissant de l’œuvre immortelle de Hergé.

     

    albert algoud,dictionnaire amoureux de tintin,léon degrelle,hergé,tintin mon copain,tintin,olivier mathieu,jean vermeire,jiv,germaine kieckens

     Hélas, déformation « amoureuse » ou scrupule historique oblige, nous avons immédiatement voulu vérifier si une occurrence « Degrelle » y figurait. Eh oui ! Elle existe bien ! Mais, face à tant de flagornerie politiquement correcte, face à un tel aplatissement bien-pensant, face à cette trimballée de mensonges rituels récités tel un catéchisme des lieux communs antidegrelliens, tout plaisir de lire nous a quitté, tout ensemble que l'estime que nous aurions pu avoir pour l'humoriste présumé, chroniqueur de France-Inter, connu pour sa prétendue tintinolâtrie féconde, mais dont nous avouons que ce « dictionnaire » est le premier pensum à nous être tombé entre les mains (cadeau d'anniversaire providentiel d'un Philippulus bienveillant).

    Lire la suite