Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

francis balace

  • L’écrivain flamand Filip De Pillecyn, à propos de l’exécution de Victor Matthys

    Une illustration de la « répression sans mesure
    et sans fin »…

    Un ami flamand, lecteur régulier du blog « Dernier Carré – Léon Degrelle », a lu attentivement notre écho « degrellien » aux préoccupations du ‘t Pallieterke à propos de l’anniversaire de la Libération risquant fort d’occulter la face hideuse de celle-ci (la répression aveugle des « inciviques », voir ce blog au 6 juillet 2019). Ce qui l’a décidé à nous offrir la récente réédition du journal de Filip De Pillecyn (1891-1962), écrit pendant ses 58 mois d’incarcération pour cause de collaboration, dans quinze cellules de trois prisons !

     

    De Pillecyn 1.jpegSalué comme « le Prince des Lettres néerlandaises » par le romancier flamand Gérard Walschap (1898-1989, baronisé en 1975), Filip De Pillecyn est l’un des plus importants écrivains flamands contemporains. Après des études de philologie germanique à l’Université Catholique de Louvain, il s’engage en 1915 comme combattant volontaire sur le front de l’Yser. Son expérience de soldat flamand dans une armée francophone l’amène à formuler les bases de l’ « activisme » flamand. Séduit par la doctrine nationale-socialiste, il rêve d’un Diestschland corporatif indépendant au sein de l’empire germanique (à l’instar, dirons-nous, de la Bourgogne de Léon Degrelle).

     

    Membre du Conseil culturel flamand fondé par le prêtre nationaliste Cyriel Verschaeve (1874-1949), De Pillecyn s’attache à développer un art flamand dont l’enracinement exprime l’âme du peuple, et devient directeur général de l’enseignement secondaire. Arrêté en septembre 1944, il sera condamné trois ans plus tard à dix ans d’emprisonnement, à un million de francs de «dommages et intérêts» à l’Etat belge ainsi qu’à la suppression de ses droits civiques et à une interdiction d’encore publier ses œuvres. Libéré conditionnellement en 1949, il parvient à publier ses derniers romans grâce à une maison d’édition spécialement créée pour les auteurs frappés d’interdit professionnel par la prétendue « épuration ». Avant son décès le 7 août 1962, Filip De Pillecyn sera encore membre du Comité du Pèlerinage de l’Yser dont les rassemblements annuels à la tour de l’Yser sont l’occasion de rappeler les buts du Frontbeweging (« mouvement frontiste » créé pour protester contre l’unilinguisme francophone de l’armée belge et affirmer la spécificité flamande) : « Plus jamais de guerre, autonomie et paix de Dieu ».

    Pillecyn Vlaamse Weeldereeks.jpg

    Filip De Pillecyn, « Pur styliste », carte postale de la série « Vlaamse Weeldereeks » (Collection Patrimoine flamand) distribuée par De Standaard Boekhandel, à l’époque département librairie du quotidien catholique De Standaard qui crache aujourd’hui toutes ses dents contre ce livre de Filip De Pillecyn (voir ci-après).

    Lire la suite

  • Il y a 75 ans : la « libération » de la Belgique.

     

    Récits degrelliens de l’épuration. Appel à témoins !

     

    Nos amis du ‘t Pallieterke s’inquiètent, fort judicieusement, de l’orientation que prendront les célébrations du septante-cinquième anniversaire de la Libération de la Belgique en septembre 1944, craignant qu’aucune cérémonie n’évoque la répression sauvage dont furent victimes, non seulement ceux qui crurent en l’ordre nouveau ou sympathisèrent avec l’Allemagne victorieuse, mais même ceux qui n’eurent pour seul tort que d’être dans le collimateur –pour quelque raison que ce soit– de ceux qui se découvrirent soudainement une vocation de « résistant » épurateur.

     

    Repressieverhalen 1.jpgL’hebdomadaire nationaliste flamand a donc lancé un « appel à témoins » afin de documenter cette face souvent occultée de la « Libération », rappelant d’ailleurs que, voilà 75 ans, ‘t Pallieterke et son rédacteur en chef Bruno De Winter (qui n’appartenait en aucune façon à ceux qu’on désignait par l’expression « les noirs », par référence non pas à la couleur de leur peau mais à celle de leur uniforme) furent les premiers à stigmatiser dans leurs articles l’inhumanité aveugle de la répression. Cet appel à témoins concerne bien évidemment toutes les régions de Flandre, mais également de Wallonie puisqu’une simple recherche sur Google a montré au rédacteur en chef Karl Van Kamp qu’à part une photo de femmes tondues à Charleroi, il n’y a pratiquement rien à trouver sur le net, comme si « ce pan de l’histoire avait été consciencieusement gommé de la mémoire francophone », comme si « du côté wallon, il n’y avait eu que de courageux résistants alors que du côté flamand, il n’y avait que des collabos. Cette fable est tellement ancrée dans les esprits que même en Flandre, on finit par y croire. »

     

    Sans doute est-ce d’ailleurs pourquoi, dans son ultime ouvrage Tintin mon copain, Léon Degrelle consacrera trois chapitres (« Hergé sous les verrous », « L’intolérance absolue », « C’était affreux, affreux ! ») à cette face hideuse et donc bien cachée de la victoire qui va se célébrer sans états d’âme à travers toute l’Europe dans quelques semaines.

     

    Dans cet ouvrage, Léon Degrelle propose en fait un condensé de ce qu’il avait déjà publié dans ses Lettres à mon Cardinal (le primat de Belgique Léon-Joseph Suenens), exemples atroces des exactions subies par les « collaborateurs » ou prétendus tels en Belgique, accompagnés par d’autres exemples venant de France, puisque Tintin mon copain, contrairement aux Lettres, n’intéressait pas que le seul microcosme belge.

     

    Lettres Cardinal.jpegNous reproduisons ici le texte des Lettres à mon Cardinal, publié sans illustrations, accompagné des photographies documentant Tintin mon copain, que les éditeurs voulurent le plus richement illustré pour en corroborer toutes les déclarations et en faire une sorte de vingt-cinquième album des aventures du célèbre reporter.

     

    En effet, comme le souligne l’hebdomadaire flamand ‘t Pallieterke, si les textes concernant la répression de la collaboration en Wallonie sont rares, difficiles d’accès et parfois même falsifiés (il donne l’exemple éclairant des parents de la passionaria socialiste d’origine flamande Laurette Onkelinx dissimulant son passé familial pour le moins « nazi-compatible » sous des délires frénétiquement hystériques –voir ce blog au 18 janvier 2016), les photographies les illustrant sont encore plus rares.

     

    Lire la suite

  • Fernand Kaisergruber, l’honnête homme,…

    … face aux historiens malhonnêtes (Eddy De Bruyne et Francis Balace)

     

    Voilà déjà un an que nous a quittés Fernand Kaisergruber fondateur de notre association « Dernier Carré », rassemblant « la Communauté des Anciens du Front de l’Est (Légion Wallonie), de leurs familles et de leurs amis » dans le but « d’aider matériellement et moralement les Anciens et leurs veuves »…

     

    Kaisergruber%2c Fernand (mit Zigarette).jpgVeillant toujours scrupuleusement à honorer la raison d’être originelle de son association, Fernand fut ainsi pratiquement le dernier à quitter le « Dernier Carré » des glorieux Volontaires de la Croisade antibolchevique, des derniers Légionnaires à s’être sacrifiés pour sauver les valeurs de notre civilisation et jeter les bases d’une Europe nouvelle fondée sur la justice sociale, la solidarité communautaire, la mise hors-la-loi de la finance apatride et la reconnaissance du travail comme principe moteur de l’économie.

     

    Aujourd’hui donc, s’il n’est plus question d’aide matérielle aux Anciens, il nous reste cependant la mission « d’entretenir la flamme de leur idéal auprès des jeunes générations », la raison d’être de notre blog, qui, selon la volonté de Fernand, n’existe que pour tordre le cou aux mensonges et calembredaines répétées par tous les pseudo-historiens trop paresseux pour examiner objectivement les sources historiques, ou trop lâches pour mettre en péril leur gagne-pain soumis au politiquement correct.

     

    En ce jour anniversaire de la disparition du toujours scrupuleux Fernand Kaisergruber, nous ne pouvions mieux illustrer son honnêteté foncière qu’en donnant à lire le courrier qu’il envoya à l’ « historien » Eddy De Bruyne, à l’occasion de la sortie de son méchant livre Les Wallons meurent à l’Est (1991), qui deviendra encore plus méchant sous le titre Léon Degrelle et la Légion Wallonie, la fin d’une légende (2013)…

     

    On y voit un Fernand s’efforçant de croire encore à la bonne foi d’un De Bruyne dont, en septembre 1986, il avait apprécié une monographie sur le recrutement d’étrangers (surtout russes) à la Légion Wallonie, tout en soulignant ses énormes a priori défigurant complètement la réalité de la vie des Wallons au Front de l’Est.

    Capture-horz.jpg

    Par contre, Fernand condamne sans ambiguïté la préface du néfaste Francis Balace, dont il ne s’explique pas la présence dans ce livre. Alors qu’elle aurait dû lui fournir l’explication lumineuse du parti-pris antidegrellien de De Bruyne (à propos des « préfaces » de Balace, cette « crapuleuse besace », voir ce blog aux 30 juin 2016 et 23 mars 2017) !

     

     

    Lire la suite

  • Mathieu Simons, Rex et l’Ordre nouveau dans l’arrondissement de Verviers. 1935-1945 (Préface de Francis Balace, Editions Vieux Temps, Andrimont, 2013)

    Rex Verviers Couverture.jpgAntérieur à la remarquable exposition de Stavelot – Rex et l’Ordre Nouveau dans l’arrondissement de Verviers : voir le courrier du Dernier Carré n° 86–, ce livre à la documentation inédite en fournit tout le contexte historique.

    Nous n’avons pas manqué l’occasion de nous rendre à l’Abbaye de Stavelot en mars 2015 et avons été séduit non seulement par la richesse exceptionnelle des pièces exposées –et dont souvent, nous ignorions jusqu’à l’existence : quel dommage qu’il n’y eût aucun catalogue !– mais surtout par leur somptueuse présentation et les notices historiques irréprochables qui les accompagnaient. Un travail scientifiquement historique sans défaut de Mathieu Simons qu’on aimerait voir faire école !

    Et, à propos d’école, tout à notre enthousiasme en quittant l’expo, nous voulûmes partager notre émerveillement avec la préposée à l’accueil :

    « – L’exposition a été un succès en ce qui concerne le nombre de visiteurs ?

    – On ne peut pas se plaindre, il y a eu du monde tous les jours…

    – Je veux bien le croire car c’est une magnifique leçon d’histoire ! Je suppose qu’on n’a pas manqué d’y inviter les écoles des environs ?

    – Vous voulez rire ? Les écoles ? Pour le rexisme ? Ah non, hein ! Par contre, notre prochaine exposition sera consacrée au journal d’Anne Frank et à une reconstitution de sa cachette à Amsterdam : là, on a prévu une visite obligatoire de toutes les écoles ! »

    Ainsi écrit-on l’histoire...

    Mais revenons au livre de Mathieu Simons.

    Lire la suite