Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cardinal van roey

  • L’Encyclopédie de De Bruyne : mensonges et perfidie (6)

     

    Le vrai visage de la hiérarchie catholique

     


    27 Courtrai.jpg« 
    Le Coup de Courtrai (02.11.1935) […], coup d’éclat qui lui vaut une sanction sévère du Cardinal E. VAN ROEY (20.11.1935) déclenchant la rupture avec le Parti Catholique (21.02.1936). »

    Si le « Coup de Courtrai » constituait bien « l’apothéose » des campagnes degrelliennes « de dénonciation des dysfonctionnements du parti catholique », il s’inscrivait, comme nous venons de le voir (sur ce blog: commentaire n° 6 de l'Encyclopédie, 8 avril 2017), dans le cadre d’une pure « action politique » selon l’encyclique papale et non d’action catholique : Léon Degrelle, pour complaire à Mgr Picard et aux désirs de l’ACJB, avait d’ailleurs défini le mouvement Rex comme un « mouvement catholique d’action » (Rex, 12 juillet 1934) pour bien le distinguer de l’ACJB, « mouvement d’action catholique ».

     

    Lire la suite

  • "Les Journaux de guerre": ça n’en finira jamais... Léon Degrelle, toujours dans le collimateur du CEGESOMA !

    LD Journaux de guerre CEGES.jpgLe CEGESOMA, – l’ancien Centre de documentation de la Seconde Guerre Mondiale – a repris l’idée de la reproduction de journaux de cette époque et décidé de donner sa « collaboration » [sic] à la « publication indépendante » Les Journaux de Guerre 1940-1945... La neuvième livraison est consacrée à Léon Degrelle et reproduit le numéro du 1er janvier 1941 du Pays Réel, avec les vœux du Chef de Rex ainsi que le discours de nouvel an d’Adolf Hitler : une lecture roborative et toujours brûlante d’actualité, aujourd’hui que nos sociétés en totale déliquescence sont mises en coupe réglée par les désormais sacro-saints banksters politico-financiers.

    Mais pour accompagner et encadrer le public ignare dans une lecture qui pourrait lui donner des idées dangereusement incorrectes, l’éditeur a pris soin de joindre une grande double page précisant ce qu’il faut penser de Léon Degrelle, de ses idées, de son mouvement. A la manœuvre: des briscards chevronnés de l’antifascisme – ayant parfois bénéficié sans vergogne de l’hospitalité de Léon Degrelle – tels Martin Conway (professeur-réviseur d’histoire à Oxford) en juillet 1988, ou l’inamovible bibliothécaire de la vérité officielle Alain Colignon, et des seconds couteaux tels le journaleux Olivier Rogeau et la jeune universitaire tout juste formatée Sophie Soukias qui a ici l’occasion de régurgiter sa parfaite soumission au politiquement correct…

     

    ***

    Lire la suite