Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Revues

  • Cercle des Amis de Léon Degrelle

     

    Numéro de mai 2019 : un gros 20 pages d’infos

    degrelliennes !

     

     

    C’est avec grand plaisir que nous avons reçu la dernière publication du Cercle des Amis de Léon Degrelle, un copieux numéro puisqu’il compte 20 pages d’informations toujours passionnantes.

     

    S’ouvrant sur le beau texte « Flottille d’âmes » issu de Révolution des âmes (« Là est la vraie révolution : apporter un peu de lumière dans ces esprits, le redressement dans ces âmes ; moins douter de soi ; dompter l’imparfait ; se relever vers le meilleur, et vers le beau, et vers les autres ; respirer enfin son âme »), cette 32e Correspondance privée offre à nouveau une foultitude de précieux renseignements sur l’actualité et les publications degrelliennes.

     

    cercle des amis de léon degrelleRetenons le magnifique blason « Rex » sculpté en noyer : pour le commander, se renseigner à l’adresse de l’artiste perig.kerys@orange.fr.  Relevons aussi les éditions de Revolución de las Almas (éditions Esparta, 15€, avec une préface de José Luis Jerez Riesco –l’auteur de León Degrelle en el exilio (voir ce blog au 28 mai 2016)– et une introduction de Xosé Carlos Ríos –docteur en Histoire médiévale, spécialiste du monde celtique et chrétien, de l’histoire de la musique et du drame wagnérien) et El Dr. Leuchter y el fascinante Hitler (éditions Sieghels Libreria Argentina, 15€).

     

    cercle des amis de léon degrelle

     

    Ce livre avait déjà connu une édition à la Libreria Europa de Barcelone en 1992, ainsi qu’une édition française sous le titre Le Fascinant Hitler !, qui, pour les raisons de sécurité que l’on peut imaginer après la lourde condamnation, dans la Belgique de 1980-1981, des éditeurs de la Lettre au Pape à propos d’Auschwitz, ne comporte aucune indication d’éditeur, de date ni de lieu autre que « Imprimé dans la Communauté européenne », ce qui en rendit la distribution excessivement difficile et aléatoire !

     

    cercle des amis de léon degrelle

     

    Mais la revue du Cercle des Amis de Léon Degrelle recense également près de quatre pages de livres qui ne peuvent qu’intéresser tout degrellien, tels De l’Hostilité, de l’écrivain-poète Kurt Eggers, volontaire à la SS-Panzergrenadier Division Wiking à laquelle appartiendra également la SS-Sturmbrigade Wallonie (traduction de notre amie Edwige Thibaut qui publia l’indispensable L’Ordre SS. Ethique et Idéologie, ainsi que le précieux Heinrich Himmler, esquisse d’une vie : voir ce blog au 22 janvier 2016, ainsi que le blog « Dernier Carré – Weltanschauung » au 3 janvier 2017) ; Reflets de l’âme fasciste : ce recueil de textes d’Augusto Turati, secrétaire général du Partito Nazionale Fascista, avec une préface de Mussolini, est réédité avec une postface de Gabriele Adinolfi (incontournable théoricien de la mouvance nationaliste révolutionnaire européenne, voir https://www.eurhopethinktank.eu/fr) ou Le Jeune Hitlérien Quex, de Karl Aloys Schenzinger, médecin-écrivain, qui paiera l’immense succès de son roman (à l’origine de Hitlerjunge Quex, l’un des films les plus populaires du cinéma national-socialiste) d’un emprisonnement dans un camp américain et de l’interdiction de publication.

     

    cercle des amis de léon degrelle

     

    Tous ces livres –comme la plupart de ceux présentés dans cette Correspondance– sont disponibles sur https://bnat-france.com/

     

     

    cercle des amis de léon degrelleMais la revue s’enrichit également de textes originaux, tel celui présentant le hongrois Ferenc Szalasi, théoricien du Plan d’organisation de l’état Magyar, à l’origine du Parti de la Volonté Nationale qui deviendra finalement le Parti des Croix Fléchées. Devenu « Guide de la Nation » après la trahison du régent Horthy, Ferenc Szalasi put mettre en œuvre son programme social, en même temps qu’il leva une dizaine de divisions pour lutter contre le bolchevisme.

     

    Parmi les autres importantes contributions, il faut signaler la seconde partie de la transcription intégrale de l’entretien que Louis Pauwels et André Brissaud eurent avec Céline en 1959 (filmé pour la télévision française, mais aussitôt interdit), ainsi que la première partie d’un parallèle entre Rainer Maria Rilke et Robert Brasillach.

     

    Mais la contribution qui nous intéressera le plus est sans conteste l’évocation par Blas Piñar de Léon Degrelle, mon ami.

     

    cercle des amis de léon degrelleAvant d’être le tribun charismatique et le Caudillo incontesté des nationalistes espagnols rassemblés dans le mouvement Fuerza Nueva, le notaire Blas Piñar fut directeur de l’Institut de Culture hispanique, destiné à resserrer les liens entre l’Espagne et les pays hispano-américains (son successeur fut le Docteur Gregorio Marañón, membre de l'Académie Royale Espagnole et préfacier de Léon Degrelle).

     

    Blas Piñar se sentit toujours concerné par le sort de Léon Degrelle, participant activement à sa protection physique, économique, politique :

    « Mes contacts avec Léon Degrelle sont devenus plus intenses à partir d’un article que j’ai publié dans Fuerza Nueva, le 21 février 1970 (n°162) Il portait le titre « Ceux qui ne pardonnent pas » [il s’agit en fait du numéro 163, dont la virulence du propos provoqua, entre autres, la première saisie, chez l’imprimeur, du bimensuel Fuerza Nueva, pourtant réputé issu du « bunker franquiste », par la Direction générale de la Presse, sur ordre du ministre de l’Information et du Tourisme, Alfredo Sánchez Bella, membre de l’Opus Dei bien décidée à se débarrasser de l’encombrant Léon Degrelle]. Je protestais dans cet article contre l’ordre de perquisition et de saisie qui, à la demande du gouvernement belge, avait été dicté par le ministre des Affaires étrangères, Gregorio López Bravo [également membre de l’Opus Dei]. Si Léon Degrelle était capturé, il serait transféré dans son pays pour appliquer la peine de mort à celui qui avait été reconnu coupable d’un crime dont le délai de prescription avait été prolongé [le député Blas Piñar n’hésita pas à relayer cette position courageuse aux Cortès, dans son discours du 20 février 1970, dénonçant le marché sordide que le nouveau gouvernement de Franco (le douzième, d’octobre 1969 à juin 1973, emmené par Luis Carrero Blanco et faisant la part belle aux technocrates de l’Opus Dei) semblait prêt à accepter : « Le prétexte donné pour lancer le mandat d’amener contre Léon Degrelle est bien mince. Le gouvernement espagnol a voulu amadouer le gouvernement belge, qui boycotte l’entrée de l’Espagne dans le Marché commun, en lui livrant Degrelle ! »]. […]

    cercle des amis de léon degrelle

    Blas Piñar en meeting dans les arènes monumentales combles de Madrid (plus de 30.000 personnes !) en 1979. Le drapeau à croix de Bourgogne n’est pas hissé en l’honneur de Léon Degrelle : il représente les « Requetés » carlistes espagnols, un des piliers du mouvement franquiste. C’est l’empereur Charles-Quint, également duc de Bourgogne, qui emmena ce symbole en Espagne où il figura naturellement sur les étendards militaires jusqu’au XIXe siècle. Il orne toujours le drapeau historique de la Garde royale.

     

    La vie de Léon Degrelle n’était pas facile en Espagne. J’ai rejoint le groupe qui l’a aidé, non seulement pour le sauver des difficultés économiques qui l’assaillaient, mais aussi pour sa propre sécurité.

    Ses ennemis, à l’affût, voulaient le tuer et son statut d’exilé politique ne suffisait pas pour jouir de la protection généreuse du gouvernement espagnol. Des difficultés économiques, il a pu les surmonter. Mais il ne pouvait pas échapper à la persécution. Des gens venaient de l’étranger, périodiquement, dans le but de lui prendre sa vie.

    Une fois, pour l’éviter, on lui chercha un refuge dans un monastère [l’abbaye bénédictine du Valle de los Caídos] ; une autre, il a été admis à l’hôpital [la « Ciudad Sanitaria Francisco Franco » de Madrid (aujourd'hui Hospital Gregorio Marañón) où Léon Degrelle dut se faire opérer sous l'identité du Capitaine Fernando Sáenz chez qui il se cachait] et une autre, il a été caché dans une ville de la province de Ciudad Real [l’ordre de « recherche et capture » de Léon Degrelle donné en février 1970 par le gouvernement d’Opus Dei obligea Léon Degrelle à entrer à nouveau, 25 ans après son arrivée en Espagne, dans une pénible clandestinité de deux ans, changeant onze fois de refuge].

    Pour le protéger, il a été adopté par Matilde Martínez Reina, a changé son nom et a été rebaptisé León Ramírez Reina. J’ai rédigé, en tant que notaire, l’acte d’adoption. »

    (Sur les relations entre Blas Piñar et Léon Degrelle, outre l’ouvrage déjà cité León Degrelle en el exilio, on se reportera surtout aux mémoires de Blas Piñar lui-même, La Pura Verdad).

     

    cercle des amis de léon degrelle

    Meeting de Blas Piñar et Fuerza Nueva, en 1977, seuls à pouvoir remplir « Las Ventas », les formidables arènes de Madrid : au premier rang de l’assistance, Léon Degrelle et son épouse Jeanne Degrelle-Brevet, se sachant observés par la presse, s’abstiennent de lever le bras pour le salut franquiste lors de l’exécution des hymnes patriotiques espagnols.

     

    Pour pouvoir avoir accès aux mines d’informations précieuses du Cercle des Amis de Léon Degrelle, il est indispensable d’adhérer au Cercle (25 euros pour la France ; 32 euros pour l’Europe). En France, il est toujours possible d’envoyer un chèque à l’ordre du Cercle des Amis de Léon Degrelle (BP 92733, 21027 Dijon Cedex). Mais en Belgique, par exemple, où l’usage des chèques a disparu, il faut utiliser le paiement Paypal.

     

    Le Cercle n’est cependant pas à l’abri des persécutions, même mesquines, du Système :

    « Le groupe Paypal a supprimé par trois fois le compte du Cercle : aucun motif n’a été avancé. Aucune explication ne nous a été donnée et la seule réponse que nous avons reçue à nos multiples appels et courriels a été de nous dire que : “Nous avons définitivement restreint [sic] votre compte”. Le solde positif que nous avions sur ce compte est bloqué durant 180 jours !!!

    Nous avons donc créé un nouveau compte pour le règlement Paypal :

    cercleamisdeld@gmail.com »

     

  • Joris van Severen et Léon Degrelle

    Léon Degrelle s’engagea au Front de l’Est.

    Joris van Severen aurait-il franchi ce pas ?

     

    Suite à un article paru dans le courrier trimestriel du Centre d’Etudes Joris van Severen (« Un camarade de tranchée de Joris van Severen sur le front de l’Yser, officier sur le Front de l’Est ? »), nous nous sommes intéressé à l’histoire du colonel Jules Frankignoul, officier de l’armée belge prisonnier à l’Oflag de Prenzlau, qui, en 1944, se porta volontaire pour rejoindre la Division Wallonie au Front de l’Est avant d’y renoncer sur pression de son entourage (voir ce blog au 23 janvier 2019).

     

    Nous avions écrit que nous ne pouvions « souscrire à la conclusion de Maurits Cailliau, sentant par trop son politiquement correct contemporain » car nous avions interprété qu’il se réjouissait que l’ami de Joris van Severen ne se soit pas compromis au Front de l’Est.

     

    Nous posant la question de savoir en quoi la qualité d’ami de Joris van Severen eût pu paraître incompatible avec un engagement au Front de l’Est, nous ajoutions : « Il n’est évidemment pas question pour nous d’imaginer ce que l’histoire du Verdinaso, du mouvement flamand et de la collaboration fût devenue si Joris van Severen n’avait pas été assassiné le 20 mai 1940. Mais peut-on exclure qu’il eût pu entrevoir de nouvelles possibilités pour le Dietschland après la victoire allemande ? qu’il eût d’ailleurs pu s’y voir encouragé par l’entourage royal ? qu’à l’instar de Léon Degrelle, il se fût engagé contre le communisme, aussi patriotiquement que tant d’autres Flamands ? qu’il eût pu se montrer fier de l’engagement de son ami Frankignoul dans les rangs de ceux qui voulaient bâtir une nouvelle Europe libérée des banksters, authentiquement nationale et sociale ? »

     

    Joris vitrail.jpegC’est à cela qu’entend répondre M. Maurits Cailliau dans le nouveau courrier (2e trimestre 2019, pp. 19-20) du Studiecentrum Joris van Severen.

     

    Entretemps, il nous est prêté, en tant que rédacteur de notre Courrier, un excès de « political correctness » –accusation que, par ailleurs, nous rejetons avec force. Elle se fonde sur le soupçon que nous aurions voulu innocenter celui qui fut l’ami de Joris van Severen au temps du Front de l’Yser d’un possible engagement au Front de l’Est. Nous savons tous en effet que nombre de disciples de Joris van Severen –et sûrement pas parmi les plus modestes d’entre eux – ont résolument franchi ce pas.

    En ce qui nous concerne, nous nous garderons bien d’écrire l’histoire avec des « et si… » à propos de ce que Joris van Severen aurait pu faire s’il n’avait pas été assassiné à Abbeville en mai 1940. Toutefois, et après avoir étudié de nombreux documents allemands ainsi que les notes du journal de Joris van Severen lui-même, nous avons bien peur de devoir penser qu’il aurait plutôt partagé le sort d’un Paul Hoornaert, le chef de la Légion Nationale, qui mourut dans un camp de concentration allemand [certains parlent de Sonnenburg, aujourd’hui en Pologne, sur l’Oder, réservé à des opposants politiques des pays occupés ; d’autres du Fort de Breendonk, près d’Anvers] (nous avons rassemblé nos conclusions dans un essai intitulé « Les soupçons légitimes des Allemands sur le Verdinaso » qui sera publié dans le 23e Annuaire Joris van Severen qui paraîtra en mai prochain).

     

    Nous regrettons d’avoir heurté M. Cailliau à propos de ce que nous avons compris à tort comme une tentation de « politiquement correct » et nous ne polémiquerons pas sur le fait de savoir qui écrit le plus d’histoire-fiction en évoquant la possibilité de réaliser le rêve thiois au sein du IIIe Reich ou celle d’aller mourir dans un de ses camps de concentration puisque, malheureusement, Joris van Severen n’a eu la possibilité d’effectuer aucun de ces choix après son assassinat à Abbeville, le 24 mai 1940.

     

    Lire la suite

  • « 25 ans sans Léon Degrelle »

     

    Commémoration du 31 mars à Valence (Espagne)

     

    A l’occasion du 25e anniversaire de la disparition de Léon Degrelle, Devenir Europeo et l’Association Culturelle des Amis de Léon Degrelle ont organisé, le 6 avril dernier à Valencia une émouvante réunion d’hommage à la mémoire de Léon Degrelle (ce blog au 5 avril 2019).

     

    Devenir Europeo Logo.png

     

    Voici les textes des principaux orateurs, au premier rang desquels José Luis Jerez Riesco, fondateur de l’Association, Ramón Bau, ancien secrétaire général du Cercle Espagnol des Amis de l’Europe (CEDADE) ainsi qu’une importante interview d’Eduardo Núñez, actuel président de l’Asociación Cultural Amigos de León Degrelle.

     

    Lire la suite

  • Cercle des Amis de Léon Degrelle

     

    Nouvelle parution du Degreller Beobachter !

     

    Couverture Cercle 31.jpegLa 31e Correspondance privée du Degreller Beobachter nous est parvenue ! Nous voulons bien entendu parler de la Lettre du Cercle des Amis de Léon Degrelle, qui demeure un véritable observatoire de l’actualité degrellienne et de tout ce qui touche à l’épopée des héros qui crurent en l’Europe nouvelle.

     

    Ce courrier est illustré par la belle photo colorisée de Léon Degrelle et Otto Skorzeny: l'Obersturmbannführer Skorzeny est en civil, mais Léon Degrelle porte son uniforme de Standartenführer (voir ce blog au 28 novembre 2017) ainsi que toutes ses décorations.

     

    La trente et unième livraison du courrier du Cercle s'ouvre sur un texte fort intéressant de Léon Degrelle publié dans L’Avant-Garde du 19 mars 1928 et intitulé « Que font à Liège les jeunes ? » : il y rendait compte de l’action des étudiants catholiques de cette université d’Etat (seule l’université de Louvain est catholique, appartenant à l’Eglise et administrée par les évêques de Belgique).

     

    Ces étudiants catholiques –qui publiaient un magazine estudiantin Le Vaillant– n’acceptèrent pas la condamnation de Charles Maurras et de l’Action Française (5 septembre 1926) et osèrent « croiser le fer, plume contre crosse, avec Pie XI ». C’était surtout le pot de terre contre le pot de fer, mais lorsque ces étudiants à qui la hiérarchie avait enlevé leur moyen d’expression publièrent un nouveau magazine, Le Quartier latin, ils ne firent que s’attirer davantage encore de persécutions, au point de rendre leur publication et l’existence même de leur groupe impossibles.

     

    Cette histoire touche évidemment de près Léon Degrelle puisqu’il est le grand responsable de la condamnation de l’Action Française par Pie XI : c’est lui qui parvint, en mai 1925, à faire élire par les étudiants belges Charles Maurras « maître à penser de la jeunesse belge » au terme d’une enquête des Cahiers de la Jeunesse Catholique (voir ce blog au 29 mars 2017)

    LD cercle amis 1.jpeg

    Aussi ne cache-t-il pas son amicale sympathie pour ses condisciples de la « Cité ardente » : « On les désavouait de tous côtés mais cependant on leur conservait dans un petit coin très fraternel du cœur, une très vive sympathie. Car leur geste de révolte était dicté seulement par un ardent patriotisme et par l’amour de la civilisation qui fait le charme et la douceur de leur ville natale. Ils étaient aveugles, mais avaient le cœur droit. » En concluant toutefois que « la cause de ces Liégeois était impossible à défendre », Léon Degrelle ne peut que leur opposer sa position et celle des étudiants catholiques de l’université de Louvain : « nous qui avons abandonné le drapeau de L’Action Française, auprès duquel nous avions tous bataillé jadis[, nous] sommes partis pour ce seul motif : parce que nous avions vu que nous avions tort. »

     

    Et comment Léon Degrelle et ses compagnons virent-ils qu’ils avaient tort ? « Nous avons, un jour, été trouver Mgr Picard ; nous avons eu chez lui de véhémentes discussions ; finalement il a déchiré de haut en bas le voile sombre : nous avons vu clair. Nous avons plié les genoux. […] Les Liégeois n’ont pas trouvé sur leur route, un apôtre à la Picard. Ils ont voulu pousser leur soc à travers les rochers puisqu’on les chassait des terres grasses : le soc s’est brisé… »

     

    Mais qui était Mgr Picard (voir ce blog au 5 avril 2017) pour obtenir pareille sublime soumission de la part du fougueux meneur d’hommes qui venait d’organiser –le 12 janvier précédent– le sac de l’exposition bolchevique de Bruxelles ?

     

    Laissons parler Léon Degrelle qui se remémore, en 1976 : « Tout en étant étudiant, j’ai […] vécu sous son toit. Mgr Picard […] était le prêtre le plus extraordinaire que j’ai connu dans ma vie. C’était un saint. Et pour moi, l’essentiel de la vie d’un prêtre, c’est d’être un porteur de sainteté. Il doit être en exclusivité un héraut de la vie spirituelle. […] Mgr Picard, lui, était le saint complet. Je lui servais la messe tous les matins à six heures, car souvent, la nuit, nous trimions encore ensemble, ou revenions fourbus, en troisième classe, d’une conférence à un bout ou l’autre du pays. » (Jean-Michel Charlier, Léon Degrelle Persiste et signe, p. 49)

     

    Capture.PNGMais la sympathie de Léon Degrelle ne va pas spontanément –loin de là !– à ceux que l’Eglise officielle a remis en selle pour remplacer les étudiants maurrassiens de Liège : s’il ne critique pas avec sa férocité coutumière la reparution de la revue officielle Le Vaillant, il compare néanmoins son directeur à sa bête noire louvaniste, l’étudiant en droit Yvan Lenain qu’il va écrabouiller un an plus tard dans son Avant-Garde en montant le canular de son arrestation par la Sûreté de l’Etat ! Yvan Lenain était directeur du mensuel Nouvelle Equipe dont Léon Degrelle fut secrétaire de rédaction (il y publia, l’année précédente, son célèbre poème Mon Pays me fait mal, qui marqua profondément Robert Brasillach), mais qu’il quitta pour fuir son solennel ennui : « Moureau, c’est Lenain. Lui aussi prend de petits airs philosophiques. Mais avec cette différence que parfois on le comprend : Lenain, jamais. […] Les rédacteurs du Vaillant ne laissent rien prévoir encore. Ils ont bien essayé d’aligner des pâquerettes entre les doigts de pieds des muses mais ce n’était pas brillant ! Le brave Moureau ne m’a pas encore convaincu de son génie poétique à ce jour ! »

     

    Pour en savoir plus sur Mgr Picard (p. 19 sv.), le sac de l’exposition bolchevique (p. 39 sv.) ou Yvan Lenain (p. 98 sv.), nous renvoyons le lecteur à l’indispensable Cristeros que les Editions de l’Homme Libre viennent de sortir, rassemblant tous les écrits de Léon Degrelle sur ce mouvement de résistance catholique (voir ce blog aux 10 janvier et 7 février 2019).

     

    Un itinéraire rexiste ?

     

    Il faudrait tout citer dans ce que propose cette 31e Correspondance, tant sa lecture est passionnante, mais en nous concentrant sur l’actualité degrellienne, nous pensons bien mettre suffisamment l’eau à la bouche de nos lecteurs.

     

    Un premier article fait écho au compte rendu de la communication d’un historien local –Jean-Michel Bodelet, auteur notamment d’un Sur les traces de Godefroid de Bouillon– au colloque de l’asbl Saint-Hubert d’Ardenne, le 24 novembre 2017 : « Jean H., itinéraire d’un rexiste borquin (1936-1945) » (ndlr : « Borquin » est le nom donné aux habitants de Saint-Hubert, évoquant sa spécialité de saucisson de porc fumé et cuit à la vapeur). Ce compte rendu est publié sur le site L’avenir.net de l’ancien journal L’Avenir du Luxembourg (qui accueillit, le 5 novembre 1922, le tout premier poème de Léon Degrelle !). Le site présente ainsi la contribution de J.-M. Bodelet : « l’histoire d’un Borquin, traître à la patrie, qui avait été séduit par le discours ravageur de Degrelle au milieu des années 1930, poussant cette fascination à l’extrême en s’engageant aux côtés des nazis. » Mais il termine paradoxalement par ces derniers mots du conférencier « Jean H. est tout sauf un nazi » !

     

    Les 17 pages du texte intégral de l’article de Jean-Michel Bedelet est publié dans le Tome XII des Cahiers d’Histoire de Saint-Hubert d’Ardenne (368 p., 35€+10€ de frais d’envoi, quand même !). Nous aurons sans doute l’occasion d’y revenir.

     

    L’abbé Norbert Wallez

     

    S’il existait quelques rares articles concernant Norbert Wallez –l’ancien directeur du quotidien catholique Le XXe Siècle, découvreur des talents de Hergé et Léon Degrelle–, un certain Marcel Wilmet, ancien employé des Studios Hergé, vient de commettre une première biographie de ce fameux abbé (auquel l’Abbaye d’Aulne doit d’être l’attraction touristique d’aujourd’hui, mais de ça, l’auteur n’en a cure) : L’Abbé Wallez, l’éminence noire de Degrelle et Hergé. Le titre même montre le parti-pris politiquement correct de l’auteur : cet abbé est pire qu’une traditionnelle éminence grise, son éminence est carrément noire ! Comme son âme, certainement !

     

    Wallez Avt Garde 29 11 1928.JPG

    Le Cercle des Amis de Léon Degrelle ne manque d’ailleurs pas de souligner le postulat de départ de M. Wilmet : « Au travers de cette biographie, l’auteur veut faire connaître ce religieux pour dévoiler l’influence –selon lui– “néfaste” qu’il a exercée sur le jeune dessinateur Hergé, mais également sur Léon Degrelle qui travaillait à l’époque à la rédaction du quotidien catholique Le Vingtième Siècle… » Et de constater : « Malgré les nombreuses photographies et documents, le livre tourne au règlement de compte politique et aux ragots ».

     

    Le scoop de l’auteur, c’est que l’abbé aurait été le véritable idéologue de Rex à travers son influence sur Léon Degrelle ! Et qu’il serait aussi seul responsable des quelques dérives antisémites décelables dans l’œuvre de Hergé !! La différence entre les deux jeunes gens ? Léon Degrelle est un méchant qui a pris les armes aux côtés des Allemands. Hergé, lui, est un gentil, qui a toujours refusé quelque engagement dans un parti et ne fut finalement influencé par l’abbé démoniaque qu’à l’insu de son plein gré !

     

    Nous aurons aussi l’occasion de revenir sur cette monographie tellement bien orientée qu’elle ne reçoit que des éloges de la part de la grande presse nous protégeant des « fake news » (voir ce blog au 28 novembre 2018) : c’est ainsi que le Cercle ne manque pas d’épingler le titre de l’inénarrable Soir du 4 décembre dernier : Norbert Wallez, le saint-esprit du fascisme belge et sulfureux ami d’Hergé !

     

    Editions pirates (?) de Léon Degrelle

     

    Le Cercle ne manque pas non plus de recenser les nouvelles éditions (pirates ou non ?) des œuvres de Léon Degrelle. La réédition de Tintin mon copain est sans aucun doute une édition non autorisée car elle ne respecte en rien les volontés de son auteur qui avait écrit cet ouvrage pour rendre hommage à son ami Hergé décédé en 1983 : c’est Jean Mabire qui, à cette occasion, lui en donna sans doute l’idée (voir ce blog au 27 janvier 2016).

     

    Léon Degrelle avait expressément désiré une édition au format des Aventures de Tintin, abondamment illustrée et utilisant, si possible, la même typographie, le même procédé de numérotation ainsi que des pages de garde rappelant les dessins épars des pages « bleues » ouvrant et fermant les albums Tintin. Rien de tout cela, ici : le format fait 15x23, compte du coup 410 pages et coûte 30€ (+frais d’envoi). L’édition originale de Tintin mon copain (Editions Pélican d’Or, Klow, Syldavie, 2000) étant aujourd’hui quasiment introuvable, il reste au degrellien tintinophile la possibilité d’y avoir accès en version pdf via de nombreux sites internet…

     

    Degrelliana.jpegDeux autres parutions d’œuvres de Léon Degrelle en allemand sont présentées dans ce courrier :

    - Im Kerker, qui avait été publié, parallèlement à sa version française La guerre en prison (1941), sous le titre Ich war gefangener (Kerkertagebuch aus Belgien und Frankreich) en 1944. Cette nouvelle édition (Winkelried Verlag, 304 pages) coûte 19 euros (+3€ de frais de port)

    - Meine Abenteuer in Mexiko est la traduction allemande (par Charlotte Demmig, qui était une chroniqueuse littéraire et cinématographique catholique) parue en 1937, de Mes Aventures au Mexique, publié en 1933. La jaquette de couverture était illustrée par le dessinateur Hermann Müller, spécialisé dans les illustrations de romans d’aventures pour la jeunesse. Cette nouvelle édition (Winkelried Verlag, 112 pages) coûte 14 euros (+3€ de frais de port).

     

    Les (nécessaires !) adhésions (25 euros pour la France; 32 euros pour l’Europe) au Cercle des Amis de Léon Degrelle sont à souscrire sur www.boutique-nationaliste.com où vous trouverez certainement aussi de quoi alimenter votre fringale de « degrelliana » au sens le plus large !

  • Le colonel Jules Frankignoul, ami de Joris van Severen, conquis par Léon Degrelle, candidat-officier à la Légion Wallonie…

    Un camarade de tranchée de Joris van Severen sur le front de l’Yser, officier sur le front de l’Est ?

     

    Voilà le titre interrogatif d’un article de Maurits Cailliau, historien à qui rien de ce qui concerne le chef du Verdinaso n’est étranger, publié dans le dernier courrier trimestriel du Studiecentrum Joris van Severen (1er trimestre 2019, p. 17 sv.).

     

    Comme nous le verrons immédiatement, c’est par un soupir de soulagement que se termine l’article : non, ce camarade de Joris van Severen, devenu colonel BEM de l’armée belge, ne se sera pas compromis dans cette collaboration armée que fut la Légion Wallonie : « Peu importe, l’ami que se fit Joris van Severen dans les tranchées du Front au cours de la Première Guerre mondiale n’est donc jamais allé au Front de l’Est ! »

     

    Studiecentrum 1.jpgEn fait, cet article est censé donner une réponse claire à un article publié sous le même titre interrogatif en 2009, permettant d’enlever définitivement ce point d’interrogation laissant entendre qu’il se pouvait que se soit laissé compromettre « le capitaine francophone Frankignoul que Joris van Severen avait pu apprécier au plus haut point sur le front de l’Yser, comme le montrent quelques fragments extraits des journaux de guerre de Joris van Severen ». Et ce précieux complément d’information, Maurits Cailliau l’aurait enfin trouvé grâce aux renseignements pêchés dans la récente biographie de Léon Degrelle par Bruno Cheyns (De Führer van Bouillon, pp. 419-420 ; voir ce blog aux 10 décembre 2017 et 5 janvier 2018)…

    Lire la suite

  • Une surprenante publication de Rivarol… sera celle du point de vue du « Dernier Carré » sur la profonde relation Adolf Hitler – Léon Degrelle

    L’affaire de la fameuse phrase

    d’Adolf Hitler à Léon Degrelle :

    « Si j’avais un fils, je voudrais qu’il soit

    comme vous ! »

     

    Nous avions prévu de consacrer le dernier volet de notre réponse à l’article de Paul-André Delorme paru dans Rivarol, le 11 avril dernier au propos prêté au Chef du Troisième Reich et rapporté par Léon Degrelle après la fin de la guerre : « Si j’avais un fils, je voudrais qu’il soit comme vous ! »…

     

    Hitler papa3 22 02 78.jpegComme nous l’avons dit dans notre article précédent (ce blog au 29 mai), nous avons écrit au directeur de la rédaction, M. Jérôme Bourbon qui nous a élégamment proposé de publier notre mise au point dans son hebdomadaire.

     

    C’est ainsi que notre point de vue sur l’affaire de la phrase « Si j’avais un fils… » qu’Adolf Hitler adressa à Léon Degrelle devrait paraître dans les éditions de Rivarol du mercredi 6 juin prochain.

     

    Cette phrase est en effet emblématique de la haine des antidegrelliens ne pouvant admettre une telle proximité avec le maître du IIIe Reich, car si elle était telle que le dit Léon Degrelle (et telle surtout qu’on peut le déduire de la conduite d’Adolf Hitler à son égard), elle ne ferait que confirmer la pertinence, le réalisme et la possibilité évidente de concrétisation de la politique de Léon Degrelle.

     

    Aussi la mise en doute de cette exclamation d’extrême sympathie est-elle obligatoire pour tout « historien » politiquement correct. Ressassée ad nauseam, elle est au cœur de la réputation de vantard mythomane qu’il est désormais de bon ton d’imposer au héros de Tcherkassy, le fils que le Führer se fût choisi !

     

    Ne manquez donc sous aucun prétexte Rivarol

    mercredi prochain 6 juin !

     

     (Abonnements: www.boutique-rivarol.com)

  • Une surprenante publication de Rivarol (3) : Comment démolir Léon Degrelle en faisant semblant de l’apprécier…

    Voici donc le troisième volet de notre réponse à l’article de Paul-André Delorme publié par Rivarol, le 11 avril dernier, aux pages 10 et 11.
    Entre-temps, nous avons bien entendu écrit à la rédaction pour marquer notre surprise consternée face à la publication dans cet hebdomadaire de haute tenue intellectuelle et morale d’une « biographie » célébrant apparemment Léon Degrelle, flamboyant fasciste wallon, mais reprenant en réalité la plupart des poncifs de l’antidegrellisme, et ce, quelques jours seulement après le vingt-quatrième anniversaire de sa disparition.

    Le directeur de la rédaction, M. Jérôme Bourbon, nous a assuré de sa compréhension et proposé de faire valoir notre point de vue dans le « Courrier des lecteurs », ce que nous avons fait en un bref article renvoyant les lecteurs de Rivarol à notre blog, car nous aurions eu besoin sans aucun doute également de deux pages entières de l’hebdomadaire pour détailler notre mise au point…

    Degrelle Léon (Palais de Chaillot 5.03.44) 01.JPGComme nous l’avons montré, les bévues, lapsus et autres pataquès ne manquent pas : relevons encore l’erreur de prénom du frère de Léon Degrelle sauvagement assassiné à Bouillon le 8 juillet 1944 : il ne s’agit pas de « Gérard », mais d’Edouard Degrelle ! Par ailleurs, « les collaborationnistes français […] Doriot, Déat et de Brinon » n’ont jamais honoré Léon Degrelle « de leur présence lors de certains de ses discours en Belgique » ; ils ont par contre tous bien assisté au fameux meeting du Palais de Chaillot à Paris, le 5 mars 1944…

    Mais bien plus grave est la reprise inattendue des calomnies diffamatoires à l’égard de Rex et de son Chef ou du persiflage gratuit des affirmations de Léon Degrelle, dans l’intention d’établir et stigmatiser ses prétendues rodomontades de mythomane.

     

    Dans cette avant-dernière mise au point, nous donnerons un exemple significatif de calomnie diffamatoire.

     

    Lire la suite

  • Un scoop de « Médor » : Rex en technicolor !

    ddd.jpgEn mars dernier, le journal télévisé de la RTBF diffusait une séquence sur la récupération de « clichés peu connus découverts un peu par hasard dans une cave bruxelloise » par le « magazine d’enquête » Médor, par ailleurs totalement inconnu.

    Même si la séquence (toujours visible sur www.rtbf.be/auvio) bénéficiait de l’éclairage objectif de l’historien Mathieu Simons (auteur de l’excellent Rex et l’Ordre Nouveau dans l’arrondissement de Verviers 1935-1945, voir ce blog en date du 30 juin 2016), rien dans ce que montrait la télévision belge francophone n’avait l’air particulièrement inédit, ce qui apparentait plutôt le reportage à un film promotionnel pour un nouveau magazine en quête de publicité et de lecteurs. Le fait d’ailleurs que les photos ne soient pas reproduites dans leur état d’origine, mais aient été colorisées faisait même penser sinon à une supercherie, en tout cas à une manœuvre sensationnaliste.

    Nous avions d’autant plus rapidement oublié ce « scoop » que nous n’avions jamais trouvé trace de la publication Médor chez aucun libraire… Jusqu’à ce que nous tombions par hasard sur elle, parmi les innombrables bandes dessinées d’un magasin spécialisé du centre de Bruxelles !

     

    Lire la suite