Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeanne brevet

  • Le Tombeau du Géant Léon Degrelle

     

    Le mémorial prédestiné !

     

    Il y a quasiment cent vingt ans que naissait Léon Degrelle. Précisément cent dix-huit ans aujourd'hui. Et exactement trente ans qu'il nous quitta (ce blog au 31 mars 2024).

     

    Largement temps, pensons-nous, pour rendre l'hommage qui revient de droit au meilleur des fils de Bouillon, avec son prestigieux prédécesseur, Godefroid, le chef de la Première Croisade qui libéra la route vers le Tombeau du Christ et dont le destin impressionna vivement le jeune Léon (ce blog au 15 juin 2023).

     

    Léon Degrelle fut, lui, le chef des Croisés wallons au Front de l'Est pour libérer l'Europe de la menace bolchevique. Tous deux furent animés par une foi ardente et par la volonté de permettre à leurs contemporains d'élever leur âme par-dessus les contingences matérielles afin de vivre une authentique vie d'homme transcendant sa condition.

     

    Brochure Légion 1941.png

    Dès leur engagement, les Volontaires pour le Front de l'Est se sont assimilés aux Croisés de Godefroid de Bouillon. La photo ci-avant montre les jeunes rexistes en partance pour leur camp d'instruction défilant devant la statue de l'Avoué du Saint-Sépulcre, place Royale, à Bruxelles : elle est extraite de la brochure célébrant, à l'automne 1941, le départ de la Légion Wallonie (p. 11). Ci-dessous, la photo de Léon Degrelle marchant en tête de colonne, devant le premier Croisé, publiée dans le supplément Magazine, du Pays réel, les 23 et 24 août 1941. Elle sera également reprise dans la brochure Légion Wallonie (p. 5).

    PR Magazine 1941.08.24 Légion Godefroid.png

     

     

    Ce fut le combat de Léon Degrelle, inlassable et salutaire, mais tant calomnié car ingrat, pour la Révolution des Âmes :

     

    « Ce ne sont pas les traités économiques, pas même les réformes structuelles des hommes d'Etat qui rendront à l'univers la vigueur et la richesse. Cela n'est rien sans le reste. Le reste, ce sont les vertus élémentaires, le courage, la générosité, l'abnégation, le don de soi-même.

    Ceux qui sauveront le monde pourri d'égoisme et de cupidité sont ceux-là seuls qui ne comptent pas leurs sacrifices, qui sont prêts, simplement, tous les jours, au fond de leurs coeurs, à ces gestes d'immolation qui devraient être normaux. [...]

    La déformation des consciences, qui scandalise et même effraie aujourd'hui, n'est que la conclusion d'une longue déchéance des vertus humaines et spirituelles ; c'est la passion de l'or, la volonté d'être riches n'importe comment, c'est la frénésie et l'affreux matérialisme de notre temps, l'appétit immédiat du sensible et du palpable, l'égoïsme monstrueux de la lutte pour soi seul, qui ont corrompu les hommes et, à travers eux, les institutions. [...]

    C'est parce que les âmes sont vides que les hommes se battent. C'est parce qu'ils ne croient plus qu'aux biens terrestres qu'ils se les disputent avec cette sauvage âpreté.

    Tant que les âmes n'auront pas été guéries, la cupidité, la haine quelles engendrent se déchaîneront de plus en plus.

    Ou la révolution des âmes, ou l'abjection de plus en plus sanglante de l'univers.... »

     

    Nous avons récemment diffusé le communiqué du Dernier Carré annonçant l'arrêt de ses activités (ce blog au 15 mars 2024). La « Communauté des Anciens du Front de l'Est » dont il était le porte-parole et le soutien est effectivement l'inexorable victime du temps qui passe. Cela ne veut évidemment pas dire que l'idéal solaire que nous ont transmis ces héros magnifiques puisse disparaître : le Dernier Carré a transmis au Cercle des Amis de Léon Degrelle, en même temps que tout son appui matériel, son soutien actif pour la diffusion la plus large auprès de la jeunesse des impératifs de la révolution des âmes.

     

    Aussi, en ultime hommage à Léon Degrelle, qui demeure l'inspirateur de la ligne de conduite de nos vies, le Dernier Carré a élucidé le lieu-dit Tombeau du Géant à Bouillon, sa ville natale : ce patronyme prédestiné se devait d'être complété par le nom même de Léon Degrelle. Et, pour l'officialiser, il a encouragé l'édition d'une carte postale touristique exaltant Léon Degrelle en son ultime demeure, le Tombeau du Géant Léon Degrelle.

     

    Deux petits portraits se détachent du ciel nuageux : le premier, colorisé, du jeune tribun pourfendeur des banksters affairistes, à l'instar du Christ-Roi chassant les marchands du Temple (à propos de cette photo, voir ce blog aux 3 mai 2021 et 11 novembre 2023) ; l'autre (repris de notre blog au 15 juin 2019), de l'exilé demeuré fidèle à son serment le liant à l'homme qui le considéra comme son fils et qui fut le dernier rempart de l'Européen face au nihilisme bolchevique.

     

    LD Retiro.jpg

     

    Les deux profils en miroir dominent le sarcophage naturel dessiné par l'élégant méandre de la Semois dans le hameau bouillonnais de Botassart que, depuis la victoire des Romains sur les Trévires en 57 avant Jésus-Christ, la tradition a appelé « Le Tombeau du Géant ». C'est en cet endroit, au bocage majestueusement cloisonné par la coulée argentée de la rivière, que Léon Degrelle voulut que ses restes reposent. Permettant de donner enfin un nom au Géant ! (Un fidèle degrellien publia d'ailleurs, en 2010 déjà, de belles images de la célèbre presqu'île sous le titre « Léon Degrelle. Ici repose un Géant »).

     

    Nous avons évoqué longuement la saga qui aboutit à la dispersion des cendres du dernier Commandeur de la Légion Wallonie, à la fois au sommet du mont Kehlstein, dans les Alpes bavaroises, et au cœur du lieu-dit « Tombeau du Géant » dans les forêts ardennaises autour de Bouillon (ce blog au 31 mars 2019).

     

    Anne (Degrelle) Lemay eût certes pu et dû expliquer les tenants et aboutissants de cette affaire aussi sensible que lourde de conséquences dans ses souvenirs effilochés, Degrelle, el hombre que cambió mi destino (« Degrelle, l'homme qui changea mon destin », ce blog à partir du 23 octobre 2022). Mais elle a étrangement préféré n'en dire mot...

     

    Rappelons donc qu'à l'issue de la crémation du défunt, c'est le Hauptsturmführer Jean Vermeire qui, au petit matin du 2 avril 1994, emporta les cendres dans sa propriété espagnole des Îles Baléares. Voulant alors à toute force être seul dépositaire des étendards de la Légion, il exerça auprès de Jeanne Degrelle, la veuve de son Chef, le chantage odieux des cendres contre les drapeaux ! Excipant d'un testament périmé désignant Berchtesgaden comme lieu de dispersion, il parvint à entraîner à sa suite Anne Lemay ne décolérant, quant à elle, pas car, dans ses dernières volontés manuscrites, son père avait désigné comme légataire universelle celle qu'il aima éperdument, son épouse Jeanne. Elle fut en effet l'Unique pour qui il eût « voulu vivre cent ans pour la combler de tendresse » ; mais, pour Anne, elle ne fut jamais qu'une marâtre usurpatrice (ce blog aux 17 janvier 2016 et 13 mars 2023)...

     

    Vermeire Jeanne 05.04.94.jpeg

    Trois jours après avoir emporté les cendres du Commandeur de la Sturmbrigade Wallonien, le SS-Hauptsturmführer Vermeire (pourtant détenteur de la dague portant la devise « Mon honneur s'appelle fidélité » !) écrivait à Jeanne Degrelle, la veuve de son Chef, cette lettre pour la rassurer sur la fidèle exécution des dispositions testamentaires de Léon Degrelle. Il les connaît donc parfaitement et s'engage formellement à les accomplir. Il n'en fera rien et sera une nouvelle fois parjure (il avait déjà menti sur son grade dans la déclaration sur l'honneur qu'il prononça et signa au moment de son engagement à la Légion, passant ainsi frauduleusement du rang de troufion [soldat-milicien] à celui d'officier [lieutenant]).

     

     

    Fournissant alors une caution familiale à l'accomplissement de la forfaiture de Vermeire, Anne l'accompagna un an plus tard en Allemagne. Et donc, contre la volonté expresse de son père et de son héritière, la vindicative vida l'urne cinéraire au sommet du Kehlstein, sur le versant dominant le Königsee (c'est-à-dire juste à l'opposé du Berghof d'Adolf Hitler). Elle prit soin aussi de photographier les cendres parmi les roches affleurant le sol de la montagne, en guise de carte funéraire pour sa sœur Chantal (ce blog au 2 septembre 2023), tellement attristée par cette querelle familiale que le soi-disant « bras droit » de son père n'eut de cesse d'envenimer.

     

    LD Kehlstein.jpeg

     

    C'est cette photo qui permit, par l'identification des bâtiments visibles en contrebas, puis de celle des rochers aux formes uniques, de retrouver rapidement la trace des cendres sur la terre typiquement noire des Alpes.

     

    Une partie en fut ramenée afin de satisfaire aux ultimes volontés de Léon Degrelle de retrouver son terroir et sa patrie. Cinq ans passèrent encore pour que l'événement pût coïncider avec le centenaire de sa naissance et, le 15 août 2006, fête patronale de sa Maman, ses cendres furent enfin enfouies au Tombeau du Géant, au cœur de la forêt de Bouillon (ce blog au 31 mars 2019).

     

    Notre blog avait alors publié quelques-uns de ces détails ainsi que les données de géolocalisation. Aujourd'hui, les auteurs de cette carte-vue destinée à la plus large diffusion populaire rendent enfin et fièrement justice au meilleur des fils de Bouillon en traçant ces quelques lignes biographiques au verso réservé à la correspondance  :

    « Né à Bouillon le 15 juin 1906, Léon Degrelle crée le mouvement Rex de révolution des âmes et participe à la Croisade contre le communisme (1941-1945). Alors qu’il combat au Front de l’Est, un tribunal le condamne à mort. Il se réfugie en Espagne jusqu’à son décès, le 31 mars 1994. Très attaché à son terroir, Léon Degrelle voulait que ses cendres soient dispersées dans les forêts de Bouillon. Elles le furent au Tombeau du Géant, donnant enfin tout son sens au patronyme de ce lieu-dit. »

     

    On ne pouvait écrire notice plus concise et précise. Et rebaptiser plus légitimement aussi cet endroit de légende : renfermant désormais les cendres de Léon Degrelle, le Tombeau du Géant Léon Degrelle porte maintenant bien son nom.

     

    Bouillon Tombeau du Géant LDb.png

     

  • Les mémoires effilochés d’Anne Degrelle-Lemay

    VI. Des « histoires » aux allures de méchantes

    carabistouilles !

     

    1.LD+Anne Dispute.jpg

    « J’ai commencé à connaître beaucoup de facettes de la personnalité de mon père. Je suis devenue son principal inquisiteur. Mes interrogatoires étaient constants. […] C’était un incroyable raconteur de carabistouilles […]. Mes questions délicates, pleines de pièges involontaires, fruits de mon esprit cartésien, lui posèrent plus d’un problème » (p. 93).

     

    2.Anne Degrelle Couverture.jpgMalgré son titre Degrelle, l’homme qui changea mon destin, les mémoires d’Anne Degrelle-Lemay, comme nous l’avons constaté (ce blog depuis le 23 octobre 2022), ne nous apprennent pas grand-chose sur la vie d’exil de Léon Degrelle en Espagne. Et nous doutons que, malgré leurs demandes pressantes, la curiosité des arrière-petits-enfants du fils qu’Adolf Hitler se fût choisi pourra s’en satisfaire. Surtout si leur source d’informations privilégiée n’est que leur grand-mère : « Ils me demandent souvent : “Grand-mère, comment vont tes mémoires ?” Je leur ai tellement parlé de leur bisaïeul, qu’ils veulent en savoir plus. Les conversations surgissent sans crier gare dans n’importe quelle réunion familiale, avec des questions et parfois des discussions passionnantes. La troisième génération s’intéresse et veut en savoir davantage. […] Je suis particulièrement fière en voyant leur curiosité pour se rapprocher de cet arrière-grand-père qu’ils ne connaissent que par ses livres et les histoires que leur raconte leur grand-mère. » (p. 165).

    N’oublions pas que le titre de son livre, L’homme qui changea mon destin, s’articule autour de deux personnages : l’homme Léon Degrelle, présenté comme le principal acteur (c’est lui qui agit sur le destin de l’autre) et Anne Degrelle-Lemay qui va raconter cet homme si important qu’il « changea [son] destin ».

    Mais au bout du compte, c’est plutôt le second personnage qui tire la couverture à lui comme elle le laisse entendre à la fin de ses mémoires : « cette biographie n’est pas la mienne en tant que telle, mais plutôt celle d’une fille d’un politique, un poète, un écrivain… que j’ai connu tardivement et que j’ai essayé de juger, toujours selon mes critères propres. » (p. 141). C’est donc bien d’elle qu’il s’agit principalement, surtout lorsqu’elle parle de son père, ou plutôt lorsqu’elle le juge, uniquement « selon [ses] critères propres », non autrement précisés.

    Relisons donc son livre dans la perspective autobiographique : comment se raconte-t-elle ? comment présente-t-elle ses relations avec sa famille et ses proches ?...

     

    3.Pays réel 1936.07.27 Naissance Anne.JPG

    Le Pays réel du 27 juillet 1936 annonce en première page la naissance, deux jours plus tôt, d’Anne, la petite sœur de Chantal Degrelle.

     

    Ce n’est que passé le milieu de son texte qu’Anne Degrelle évoque sa naissance, qui la relie directement au chef de l'Italie fasciste : « [Mon père] me raconta que le jour de ma naissance, il était à Rome et que c’est Mussolini qui lui communiqua l’heureuse nouvelle : le 25 juillet 1936. » (p. 102). Ce qu’elle ne dit pas, c’est que son nom même était un hommage au Duce puisqu’il reprenait celui d’Anna Maria, son dernier enfant, née sept ans auparavant : « J’ai passé avec [Mussolini] une huitaine de jours passionnants, presque familiaux, puisqu’il m’a annoncé lui-même la naissance de ma fille Anne, à qui j’ai donné le prénom de sa dernière fille à lui. » (Jean-Michel Charlier, Léon Degrelle. Persiste et signe, p. 175).

    Détail curieux : dans une autre interview, à Jacques de Launay, Léon Degrelle se serait trompé sur le jour de la naissance de sa fille en donnant une date plus tardive de deux jours (mais probablement ne s’agit-il que d’une erreur de transcription du journaliste-historien) : « Je l’ai vu [Mussolini] pour la première fois, trois mois après ma victoire électorale du 8 mai 1936, avec 21 sièges de députés, voyons, c’était le jour de la naissance de ma fille Anne, le 27 juillet 1936. » (Jacques de Launay, Histoires secrètes de la Belgique, 1935-1945, p. 198) !

     

    4.Chantal+Anne St-Nicolas 1943.jpg

    Drève de Lorraine, 6 décembre 1943 : les sages petites Chantal et Anne ont reçu leurs cadeaux de Saint-Nicolas. Parmi ceux-ci, un petit magasin d’épicerie a été déposé sur l’imposante malle au décor floral du XVIIe siècle trônant dans le hall d’entrée.

     

    De sa prime enfance à la Drève de Lorraine, Anne ne conserverait que de rares souvenances, mais suffisamment précises pour donner de sa maison une description quasi architecturale (en n’oubliant surtout pas l’indispensable note culpabilisatrice sur la « ruine familiale ») ; « Je me souviens comme si c’était hier que la première chose qu’on voyait en entrant dans la maison, en haut de l’escalier monumental, c’était cette Louve capitoline allaitant deux enfants, Romulus et Remus. Mon père était amoureux de la Rome impériale, passion que j’ai héritée de lui, et innombrables étaient les vestiges et témoignages de cette merveilleuse civilisation qu’on retrouvait à travers toute la maison : livres, vitrines, mosaïques, reproductions de sculptures, etc. L’art était sa passion, à l’égal de la politique qui entraîna plus tard notre ruine, mais je parlerai de cela plus tard. […] à cinq ou six ans, j’avais l’habitude d’aller explorer le reste de la maison : les salons aux meubles du XVIIIe siècle français, la salle à manger que j’examinais quand il allait y avoir un dîner important et je regardais, bouche bée, cette table merveilleusement dressée, ces fauteuils, ces lumières… Et le bureau de mon père ! Un bureau où il se rendait invisible à nos yeux. Je me souviens qu’on ne voyait pas les murs : uniquement des livres et des tapisseries flamandes […]. Je fouillais ces tapisseries en cherchant une ouverture pour entrer car la porte restait fermée… Et alors, je restais à observer ce beau monsieur, élégant, magique… mon père. Et tout à coup, il me voyait, éclatait de rire et me prenait dans ses bras. Pour quelques secondes, il était à nouveau mon père. […] Je n’ai aucun souvenir cependant de fêtes d’anniversaire, de premières communions, de vacances en famille » (p. 15).

     

    5.Chantal+Anne Bureau Drève.jpg

    Chantal et Anne s’amusent dans le bureau de leur père : leur petite table à dessin est placée devant la cheminée ; à l’arrière-plan, on distingue un impressionnant globe terrestre du XVIIIe siècle.

    Les moments heureux en famille à la Drève de Lorraine évoqués par Léon Degrelle, alors qu’Anne avait cinq ans, dans le Degrelle m’a dit de la Duchesse de Valence n’eussent-ils pas pu stimuler ses souvenirs ? D’autant plus que sont évoquées à leur appui les mêmes photos que celles dont parle Anne (p. 148, ce blog au 23 janvier 2023) : « Père affectueux, il n’avait jamais manqué, même aux heures les plus tumultueuses de son action, d’être le compagnon de ses enfants. Il jouait avec eux, leur racontait mille histoires amusantes et naïves.

    Papa, t’es un comique ! lui répétait, ravie, sa petite fille Annette.

    Il avait alors trois petites filles en vie, Chantal, Annette, Godelieve (Godelieve veut dire en flamand, petite amie de Dieu) et un garçonnet qui s’appelait Léon-Marie. Libre pendant des heures, chaque jour, Léon Degrelle courait les bois avec eux, durant ce bel été 1941, leur expliquant la vie des animaux et des plantes, leur développant de jolies légendes, ou bien jouait avec eux, plus enfant qu’eux, dans les fleurs ou les foins coupés de sa prairie. Il existe de lui de charmantes photos d’alors. Ses enfants sont blottis près de lui. » (pp.356-357).

    6.Dreve de Lorraine 1943.jpg

    Les enfants de Léon Degrelle, Annette, Godelieve, Léon-Marie et Chantal, profitent de la permission de leur papa (ici en civil, en avril 1943) pour se blottir près de lui, le temps d’une photo.

    Lire la suite