Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dernier Carré "Léon Degrelle"

  • « Damnatio memoriae »

    Haro sur Léon Degrelle !

     

    Dans la Rome antique, la damnatio memoriae (damnation mémorielle) vouait à l’oubli éternel, par un vote du Sénat, le condamné (essentiellement des empereurs tels Néron, Caligula, Héliogabale,…), en brisant ses statues et en effaçant son nom de tous les documents officiels.

     

    Aujourd’hui, cette peine extrême semble naturellement destinée aux vaincus de la Seconde Guerre mondiale.

     

    Voici l’information dont nous venons de prendre connaissance via des dépêches d’agence.

     

    Deux survivants de l’Holocauste et un ancien résistant polonais ont intenté un procès, avec constitution de partie civile, à une maison d’édition de Gdansk ayant publié certains ouvrages de Léon Degrelle, « officier SS ayant été décoré par Hitler » : les deux premiers volumes du Siècle de Hitler ainsi que Hitler démocrate. Tous livres publiés en France, en 1986 et 1987 pour les premiers, Le Traquenard de Sarajevo et La Pseudo-Guerre du Droit: 1914-1918 (éditions Art et Histoire d'Europe), en 2002 pour Hitler démocrate (en deux tomes toujours disponibles aux Editions de l'Homme Libre, 30€/vol. sur https://editions-hommelibre.fr/).

     

    Arrestation LD.jpgPour l’avocat des plaignants qui tiennent à garder l’anonymat, « La promotion du nazisme et la négation de l’Holocauste sont un délit en Pologne et sont passibles, en théorie, de poursuites pénales qui aboutissent rarement, mais la plainte avec constitution de partie civile devrait empêcher les tribunaux de ne pas la traiter. »

     

    Selon ce juriste du cabinet Dentons, le plus important cabinet international d’avocats au monde, précisant intervenir bénévolement dans cette affaire, ses clients se sentent « blessés dans leur dignité de personnes ayant souffert sous l’occupation allemande nazie en Pologne ». Pour eux, « les livres de Degrelle sont de la propagande nazie et non des documents historiques ». En effet, «  ils ne contiennent pas d’introduction qui en préciserait le contexte. »

     

    Les plaignants réclament « l’arrêt de la distribution des livres de Degrelle, la publication d’excuses dans les médias polonais et le versement de 9500 euros à des œuvres de charité ».

     

    Affaire –exemplaire du souci pour les libertés de presse, de pensée et d’expression caractérisant nos sociétés– à suivre, comme on dit…

     

  • Hommage à Fernand Kaisergruber

     

    La Famille vous remercie

     

     

     

    1a Fernand_Kaisergruber_3-42.jpg

     

    Croix Bourgogne.jpg

     

    A tous ceux qui ont rendu hommage à Fernand Kaisergruber, qui nous ont écrit, à ceux dont nous n'avions pas les adresses ou que nous aurions pu oublier : la famille tient à vous remercier pour toutes les marques de sympathie et les mots de soutien que vous lui avez adressés.

     

    Le malheur de l'avoir perdu ne doit pas faire oublier le bonheur de l'avoir connu.

     

    Croix Bourgogne.jpg

     

    0b Fernand.jpg

     

  • 31 mars 1994 – 31 mars 2018 : 24e Anniversaire de la disparition de Léon Degrelle

     

    LD Paysage.jpg

    Le Jeudi Saint 31 mars 1994, à 23h15, à l’Hôpital Parque San Antonio, de Malaga, s’éteignait Don León José de Ramirez y Reina, permettant à Léon Degrelle de vivre dans l’éternité.

     

    Qu’était la mort pour Léon Degrelle qui, toujours, fut animé de l’insatiable joie de vivre propre à la jeunesse ?

     

    « La jeunesse veut vivre. Mais mourir, c’est aussi vivre quand on meurt noblement, quand on projette sa vie en la donnant. Tandis que vivre mochement, c’est mourir, mourir chaque jour, mourir dès le premier jour. »

     

    En ce jour d’hommage à celui qu’Adolf Hitler se plut à reconnaître comme son fils, qu’il tint à décorer personnellement des plus hautes distinctions militaires, qu’il reconnut comme Volksführer des territoires belges libérés et désigna comme premier Chancelier de la nouvelle Bourgogne, intéressons-nous au sens qu’il voulut donner à sa vie, à ce qu’il reconnaissait comme le moteur d’une vie méritant d’être vécue : le service des autres pouvant aller jusqu’au sacrifice, l’apostolat pour élever l’homme vers le bien et le beau, la révolution des âmes pour libérer les hommes du matérialisme et les élever jusqu’aux joies d’une vie embrasée par la foi.

     

    Lire la suite

  • Honneur et Fidélité : Adieu à Fernand Kaisergruber

    C'est sous un crachin au diapason de notre désolation qu'ont été célébrées, ce jeudi 22 mars, au cimetière d'Uccle, les funérailles de Fernand Kaisergruber.

    Quelque cent cinquante personnes étaient présentes pour accompagner la famille et lui rendre un peu de l'amitié que nous prodigua sans jamais compter Fernand.

     

    Des témoignages lus avec émotion par sa fille cadette et ses petits-enfants, nous retiendrons surtout la bienveillance et la compréhension qui caractérisaient son amour pour chacun des siens, de même que son souci de les encourager toujours à épanouir leur véritable personnalité dans le souci du bien et du beau. Pour une vie accomplie dans l'honneur parce que vécue dans la fidélité aux vraies valeurs.

    Lire la suite

  • Fernand Kaisergruber raconte...

     

    Mon honneur s'appelle fidélité

     

    Voilà déjà quatre jours que Fernand nous a quittés. Ses sobres funérailles seront célébrées demain midi. Sans l'apparat de l'institution catholique (qu'il avait définitivement associée à la plus vile hypocrisie), mais avec le cérémonial –drapeaux et chants– qu'il avait souhaité pour rappeler son indéfectible fidélité à l'idéal de grandeur et de justice qu'il avait choisi de servir dans l'honneur.

    Cet idéal solaire se fracassa face à la brutalité des forces matérielles des coalisés capitalistes et communistes qui surent briser les hommes en anéantissant leurs patries en même temps que leurs familles. Mais cet idéal se maintint toujours dans le cœur des survivants et de tous ceux qui purent les connaître et les apprécier, en recherche de vérité historique comme de justice sociale.

    Voici comment Fernand Kaisergruber raconta les derniers moments de sa vie militaire, qui, à l'époque comme aujourd'hui, a été et est toujours considérée sans appel possible comme un crime inexpiable...

     

    9 FKBaibusy.jpgDans une clairière, nous découvrons une maison de garde-barrière en bordure d'une petite voie ferrée et décidons d'y passer la nuit. Elle est habitée et déjà une bonne demi-douzaine d'autres soldats y ont trouvé refuge aussi.

     

    L'habitant des lieux est un homme âgé, commis à la garde des voies. Ancien combattant de 14-18, il y a perdu une jambe. Nous avons pris place parmi les autres soldats et cassons la croûte, assis à même le sol, en attendant la nuit. Pendant ce temps-là, l'hôte nous parle de la guerre, de celle-ci mais aussi de l'autre, lorsque la radio lance un communiqué.

     

    C'est l'annonce de la mort d'Hitler, la capitulation de Berlin et, je crois me souvenir, aussi le message très digne du Grand-Amiral Dönitz, successeur d'Hitler.

     

    Les larmes qui coulent doucement sur le visage ridé de notre hôte et le contenu du message nous bouleversent autant les uns que les autres ! L'homme a éteint le poste et s'est assis parmi nous. Il s'efforce de contenir discrètement les sanglots qui le secouent. Tout le monde s'est tu, personne n'a le goût de parler. Le silence est lourd. [...]

     

    Tant d'années d'efforts, de peines, de sang... Un bilan impossible, car ce ne peut être simplement un assemblage de colonnes de chiffres, des statistiques avec autant de morts, de disparus, de blessés et infirmes ! On ne peut chiffrer toutes les souffrances individuelles, jour après jour et heure par heure.

     

    Je songe à tant de blessés qui n'ont pu être secourus et sont morts tout seuls. Ce sont toutes ces souffrances et détresses vécues dans la solitude souvent qu'il y a lieu de multiplier par autant de millions. Il y a ceux qui ont été blessés deux fois, trois fois ou davantage, ce qui implique qu'à chaque fois, ils sont retournés au front. Il faut faire la somme de toutes les souffrances de chaque individu en particulier pour comprendre l'ampleur des sacrifices de toute une jeunesse, mais aussi des plus vieux dans les derniers mois de la guerre, car tous furent mis à contribution à ce moment-là. Et c'est vrai de part et d'autre, car pas plus chez l'adversaire, ce ne sont pas ceux qui font les guerres qui les déclarent.

     

    Et je ne dis pas cela pour moi, pour nous qui étions volontaires et qui l'assumions en toute connaissance de cause, non pour le plaisir de faire la guerre, qui me répugne comme à tout le monde, mais parce que nous avions estimé qu'en étant arrivé là, il n'était pas possible d'attendre paisiblement la fin, plus ou moins à l'abri, sans avoir le courage d'aller défendre là où il y avait lieu, les valeurs qui étaient les nôtres et nous étaient précieuses.

     

    Nous n'irons pas à Touapse. Du Donetz au Caucase. De Tcherkassy à l'Oder, p. 288 (édition à compte d'auteur, 1991. Cette édition est épuisée : une réédition est prévue. Une édition en anglais est disponible aux Editions Helion & Company).

     

  • In Memoriam Fernand Kaisergruber: 18 janvier 1923 – 16 mars 2018

    0b Fernand.jpgDepuis ce matin du 16 mars, toute notre grande famille du Dernier Carré est sous le choc du décès de son président Fernand Kaisergruber, emporté, à 95 ans, par les suites d'une pneumonie diagnostiquée dans la nuit du 4 au 5 mars dernier.

     

    C'est après la disparition de son chef Léon Degrelle, le 31 mars 1994, que Fernand, soucieux de la transmission auprès des jeunes générations de l'idéal qui enflamma toute la jeunesse européenne, décida de relancer une association de soutien aux anciens Volontaires du Front de l'Est : le « Dernier Carré ». Rassemblant la communauté des Anciens, de leur famille et de leurs amis dans le but d'aider matériellement et moralement les Anciens et leurs veuves, le Dernier Carré s'est également donné pour mission, sous l'impulsion opiniâtre de Fernand, d'entretenir les lieux de souvenir de nos héros (ainsi du monument aux Morts de la Légion érigé en Estonie) et de défendre bec et ongles la mémoire du dernier Commandeur de la Brigade Wallonie, Léon Degrelle, par ses publications et ses « blogs » sur Internet.

     

     

    Lire la suite

  • L’Encyclopédie de De Bruyne : mensonges et perfidie (15)

     

    La vraie carrière militaire de Léon Degrelle

     

     

    2. Réalité du commandement militaire exercé par Léon Degrelle

     

    eddy de bruyne,tcherkassy,joseph goebbels,himmler,ritterkreuz,ferdinand schoerner,marc augier,henri moreau

     

    Nous avons pu voir (cf. ce blog au 28 novembre 2017) que De Bruyne réduit la « carrière militaire » de Léon Degrelle à ses seuls grades militaires, –et encore !–, arrêtés à celui d'Obersturmbannführer (lieutenant-colonel), alors que Léon Degrelle fut effectivement promu Standartenführer (colonel) et même, selon De Bruyne, Oberführer (général). Mais là, comme nous l'avons vu, le prétendu récipiendaire, Léon Degrelle lui-même, ne s'en est jamais prévalu.

     

    Quoi de mieux pour un persécuteur de la trempe calomniatrice de notre De Bruyne que d'inventer les prébendes dont se targuerait sa victime pour mieux pouvoir prétendre ensuite qu'elle n'est qu'un vaniteux menteur !!!

     

    Mais pourquoi ces « amputations » au curriculum du Commandeur de la Division Wallonie ? Probablement parce que cela va dans le sens des obsessions du prétendu encyclopédiste (ces promotions relèveraient davantage de la politique que de la réelle valeur militaire du récipiendaire) et lui permet surtout de passer sous silence la véritable carrière militaire de Léon Degrelle.

    Lire la suite

  • Léon Degrelle : bientôt le héros d'un opéra ?

    LD Lohengrin.jpgL'OperaBalletVlaanderen (la scène lyrique d'Anvers et Gand) vient d'annoncer la création (en coproduction avec les opéras de Nuremberg et de Madrid) d'un nouvel opéra intitulé Les Bienveillantes, d'après le roman éponyme de l'américano-français Jonathan Littell retraçant le parcours inévitable d'un méchant nazi à travers l'historiographie convenue de la IIe Guerre mondiale.

     

    Publié en 2006, ce pensum de plus de 1400 pages est vite devenu, grâce aux trompettes unanimes de la presse stipendiée, un best-seller trustant le Grand Prix du Roman de l'Académie française, puis le Prix Goncourt. Grâce à une habile et lucrative politique en matière de droits d'auteur, cette œuvre romanesque –la seule qu'il écrivit jamais– suffira à assurer le bien-être matériel de son auteur puisqu'on a recensé une vente de près d'un million d'exemplaires rien que dans l'espace francophone et qu'entre 2006 et 2011, ce docu-fiction horrifico-pornographique a été traduit en une vingtaine de langues pour se vendre à travers tous les continents, suscitant des « produits dérivés » sous forme de pièces de théâtre et, aujourd'hui, pour relancer la machine douze ans plus tard,... un opéra !

     

     ***

    Lire la suite

  • In Memoriam André Van Hecke

    André Van Hecke

    Veuf de Jeanine Colson,

    né le 6 octobre 1923, à Assebroek et

    décédé à Dworp, le 21 décembre 2017.

     

    Berkenkruis-horz.jpg

     

     C’est avec émotion que nous vous annonçons que notre cher Camarade flamand André Van Hecke a rejoint la lumière de son idéal solaire en ce Solstice d’Hiver 2017, promesse de renouveau et réveil des énergies.

     

     Par sa totale imperméabilité au découragement et au fatalisme, la vie d’André Van Hecke fut une parfaite illustration de la devise de Guillaume d’Orange-Nassau, dit le Taciturne, père des Pays-Bas modernes libérés de l’obscurantisme religieux espagnol ayant ruiné l’héritage bourguignon de Charles-Quint, «Il n’est pas besoin d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer».

     

     Membre fondateur du Sint-Maartensfonds, puis de l’association Hertog Jan van Brabant, destinés à venir en aide aux anciens combattants du Front de l’Est, André Van Hecke, lui-même ancien volontaire de la croisade antibolchevique condamné par les tribunaux de l’ «épuration démocratique», fut également l’éditeur de la revue bimestrielle Periodiek Contact qui, de 1984 à 2003, avec l’aide précieuse de son épouse Jeanine Colson, fut un important vecteur de la «Nouvelle Droite» en Flandre, tout en maintenant intact l’esprit «frontiste».

    andré van hecke

     

     andré van heckeInterviewé par le magazine pour téléspectateurs Humo en 2004, André Van Hecke stupéfia ses interrogateurs en ne reniant rien de ses engagements, à l’instar d’ailleurs de Léon Degrelle avec qui il entretint une correspondance suivie et qu’il aida financièrement pour quelques-unes de ses publications. La proximité d'André Van Hecke avec celui qui eût été le premier Chancelier de la nouvelle Bourgogne ressuscitant et agrandissant les Pays-Bas bourguignons de Charles-Quint se mesure au tutoiement que -fait rarissime- Léon Degrelle utilisait avec lui. 

     

     Quelques extraits de cette interview pour saluer sa mémoire :

    «Je suis heureux de m’être engagé dans la Waffen-SS à l’âge de 18 ans. Cela m’a ouvert à de nouvelles idées : j’ai appris à prendre ma propre vie en mains. Je ne regrette absolument pas mes choix d’alors. Je ne regrette qu’une seule chose, c’est que nous ayons perdu la guerre. Bien sûr que nous fêtons le 20 avril ! Nous pensons toujours à Adolf Hitler. Il fut notre chef, notre commandant suprême, le premier concepteur de l’idée nationale-socialiste

     

    andré van hecke

    andré van hecke