Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dernier Carré "Léon Degrelle"

  • Les mémoires « effilochés » d’Anne Degrelle-Lemay

     

    V. Les lacunes historiques d’Anne…

     

     

    adolf hitler,anne degrelle-lemay,charles maurras,solre-le-château,usmard legros,six jours de rex,heil hitler,marcel lemay,marc lemay,jeanne lemay,francis balace,jean thévenet,maria antonia dans,la hoja de roble,josé luis jerez riesco,gregorio maranon,otto gille,felix steiner,jean-michel charlier,lisyanka,tcherkassy,gniloï-tikitch,jean vermeire,fernand kaisergruber,jean mabire,major bode,jeanne degrelle,philippe dutilleul,la führer de vivre,raymond van leeuw,pieter jan verstraete,drapeaux de compagnie,si j'avais un fils

    Léon Degrelle a tout fait pour retrouver ses enfants, pas seulement matériellement en les accueillant en Espagne où ils firent leur vie, sauf Léon-Marie victime d’un accident mortel après quelques mois et Chantal qui était déjà mariée en France, mais affectueusement surtout. De la part d’Anne, cette affection fut-elle réciproque, spontanée et sincère ? Oui, nous affirme-t-elle avec assurance. Et nous n’avons aucune raison de ne pas la croire. Mais l’édition de cette « espèce de journal à destination de mes enfants et de mes petits-enfants » (p. 169) est-elle bien sans arrière-pensée ? Ses enfants pourraient-ils vraiment y trouver un portrait authentique de « Degrelle, L’homme qui changea [le] destin » de leur mère et grand-mère ?

     

     

    Anne Degrelle Couverture.jpgDepuis que nous avons commencé la présentation du livre de mémoires d’Anne Degrelle-Lemay, nous n’avons pu que souligner la carence et le biaisement continuels de l’information (ce blog à partir du 23 octobre 2022).

    Destiné surtout –affirme l’auteur– à mieux faire connaître à sa famille la vie, la pensée, l’idéal de leur grand-père et arrière-grand-père (« Je leur ai tant parlé de leur aïeul qu’ils veulent maintenant en savoir davantage », p. 165), ce livre ne pouvait passer sous silence la première moitié de la vie de Léon Degrelle. Encore qu’il ne dise pratiquement rien de l’enfance, des années d’université (un mot sur le journal L’Avant-Garde, un autre sur Mgr Picard et les Cristeros mexicains, p. 87)… Sur Rex, rien non plus, à part l’intérêt pour la politique sociale nationale-socialiste (p. 109, sans expliquer qu’en évoquant le régime hitlérien, la presse rexiste ne faisait alors que remplir sa mission d’information ni que le Führer y fut éreinté, pratiquement jusqu’à la capitulation de la Belgique) ou la politique de neutralité, « une clairvoyance [de la part de Léon Degrelle, qu’Anne estime] semblable à celle de Charles Maurras, un de ses grands amis »… que son père n’a –malheureusement– jamais rencontré ! (p. 110).

     

    Même si elle a la Belgique en horreur (« Je dois reconnaître que le coup de foudre n’était pas seulement pour [mon père], mais pour l’Espagne que j’aimais déjà autant sinon plus que la France et surtout que la Belgique que je haïssais depuis tant d’années pour tout le mal qu’elle fit à ma famille », p. 73), Anne se devait d’en expliquer l’originalité à ses enfants pour qu’ils comprennent mieux l’action de leur grand-père aussi bien en ce qui concerne la politique intérieure de Rex que pour le recrutement des Légionnaires du Front de l’Est. Mais là aussi, on nage dans l’imprécision et l’ignorance : « Nous savons que la Belgique se divise en deux régions, la Wallonie et la Flandre. Des cultures différentes, des langues différentes, des spécificités différentes. En Wallonie, on parle français, en Flandre le flamand, le néerlandais ainsi que l’allemand. » (p. 133). Outre que le flamand, sauf à le considérer comme un patois, est la même langue que le néerlandais effectivement parlé en Flandre, l’allemand n’est, quant à lui, parlé que dans les cantons de l’est, à la frontière allemande, c’est-à-dire enclavés en Wallonie.

     

    Anne semble également ignorer les origines françaises de son papa (une fois, p. 23, elle le présentera pourtant comme « belgo-français » : voir plus loin). Pourtant, dans un texte écrit en 1949 expressément pour ses jeunes enfants dont il était séparé depuis plus d’un lustre (l’aînée, Chantal, avait quinze ans ; Anne, treize ; Godelieve, onze ; Léon-Marie, dix et Marie-Christine, cinq) et qu’Anne doit nécessairement connaître, son père ne manque pas de détailler : « Edouard Degrelle [le grand-père d’Anne] était né à Solre-le-Château, ville française, puisque l’Ardenne est coupée par la frontière belgo-française, ligne arbitraire, souvent modifiée, région pleine de simplicité et de noblesse. Elle était originaire de Gonrieux et pendant deux cents ans, avait porté le nom de cette terre. Les le Grêle de Gonrieux avaient cette devise qui fait croire qu’ils n’étaient pas costauds, mais qu’ils étaient bien décidés à vivre : Grêle est, mais croîtra ! Les Degrelle de Solre-le-Château habitaient depuis plusieurs générations une grande maison à pignons, blanche et vaste. Deux cent quatre-vingt huit Degrelle y étaient nés. Les familles étaient nombreuses, un Livre de Raison remontant à 1589 en fait foi ». (Léon Degrelle, Mon Combat, s.l., s.d., p. 20). Usmard Legros, le premier biographe de Léon Degrelle précise que 1589 est en fait l’année de naissance, à Sains-du-Nord (Avesnois), du « plus lointain ancêtre connu, Martin de Grelle » (Un homme… un chef. Léon Degrelle, 1937, p. 24).

    Degrelle Solre-le-Château.jpgMonument funéraire de la famille Degrelle dans le cimetière de Solre-le-Château (nord de la France). Cette concession à perpétuité fut élevée par Constantin-Joseph Degrelle (1784-1869), l’arrière-grand-père de Léon.

    « Mon père était d’origine wallonne. Il était né dans un beau village des Ardennes appelé Bouillon. Sa langue maternelle était le français. Et les zones aux nombreux conflits sociaux, régions minières et industrielles, étaient en terre flamande. » (p. 100) Sauf que les zones industrielles minières –à part un site dans le Limbourg flamand– se trouvent toutes en région wallonne, dans les provinces de Liège et du Hainaut, fiefs de la gauche socialiste et communiste avant de devenir terreau rexiste (c’est pourquoi l’hommage à la Légion Wallonie célébrant le succès de la percée de Tcherkassy, le 1er avril 1944, débuta à Charleroi : ce blog au 7 mars 2022).

     

    Quand Anne se mêle de l’histoire politique de son père, ce n’est pas mieux, incapable, par exemple, de situer correctement les relations de la famille Lemay avec son père :

    « Toute la famille de ma mère, à cette première époque de sa vie politique, le soutenait inconditionnellement. Elle partageait avec des milliers de personnes (âgées et jeunes, aisées ou pauvres) cette foi en un homme honnête décidé à lutter pour leurs droits. […] Mon père, un homme de principes et catholique jusqu’à la moelle, amoureux de sa Belgique natale, vit en Hitler un créateur d’hommes, un chef qui avait sorti son pays aux millions de chômeurs de la misère économique et lui avait rendu l’orgueil national après l’humiliation infligée à l’Allemagne après la Première Guerre mondiale. Mais il recherchait maintenant une expansion territoriale, couronnement de son ambition personnelle. Ce fut alors qu’en terminant l’un de ses meetings rassemblant des foules immenses, mon père lança son premier “Heil Hitler”. Pour mes grands-parents et le reste de la famille maternelle, cela signifia la rupture totale avec lui. » (p. 18).

    Sans doute parce que sa famille maternelle lui aura répété mille fois cette histoire, Anne Degrelle-Lemay se crut autorisée à revenir plus précisément sur les circonstances de la rupture de sa famille maternelle avec Léon Degrelle, les rendant du coup encore plus invraisemblables.

    C’est ainsi qu’Anne situe cette rupture des Lemay avec son père à l’époque des retentissants « Six Jours de Rex » : ils furent organisés du 19 au 24 janvier 1937 au Palais des Sports de Bruxelles et accueillaient chaque jour quelque quinze mille personnes payant chacune au moins 5 francs pour écouter Léon Degrelle :

    « Mais ce que mon père ne m’a pas dit alors et que je n’ai appris que bien des années plus tard de la bouche de ma grand-mère maternelle, c’est qu’à la fin du sixième jour, il commenta le succès de la politique hitlérienne en faisant de son chef un exemple à suivre et en exprimant ouvertement son admiration naissante pour lui. Il termina le meeting par un “Heil Hitler !” qui déclencha une polémique sauvage dans le monde politique –mais aussi citoyen– de l’époque. Mon grand-père maternel et toute la famille Lemay, jusqu’alors admirateurs de son combat aux racines profondément chrétiennes, commencèrent à l’écouter avec un certain scepticisme. » (p. 92).

     

    Pays réel 1937.01.21.JPG

    Reportage du Pays réel, le 21 janvier 1937.

     

    Plus loin, Anne confirmera les limites strictement patriotiques du soutien des Lemay, qui furent alors inexorablement atteintes (mais il ne s’agit plus du meeting « du sixième jour », c’est même le tout premier) : « C’est au cours du premier meeting qu’il commença à commenter les résultats de ce chef de l’Etat allemand. Déjà, il ne dissimulait pas son affinité avec lui aussi bien en ce qui concerne la politique intérieure que son aversion naissante qui finirait rapidement par devenir le but principal de son combat : Staline et son communisme. A partir du moment où il commença à adhérer tacitement [sic !] aux projets d’une future lutte européenne contre l’URSS emmenée par l’armée allemande –qui avait envahi son propre pays–, ses meetings se limitèrent à faire du recrutement. Dans la famille Lemay –celle de ma mère– cela provoqua un rejet total et certainement aussi dans de nombreuses autres familles qui ne pouvaient même pas imaginer laisser leurs fils aller se battre coude à coude avec l’envahisseur de leur pays, aussi noble que soit le but commun. » (p. 142).

    Tout le monde sait que le discours de Léon Degrelle se terminant par la profession de foi en l’avenir national-socialiste de l’Europe nouvelle fut prononcé le 5 janvier 1941 et non en 1937 à l’occasion des « Six Jours de Rex » : les différents thèmes traités dans les cinq discours prévus à cette occasion (le samedi était réservé à un « gala artistique ») ne pouvaient en aucun cas se clore (ni commencer !) par le salut à celui qui, à ce moment, était occupé à redresser l’Allemagne :

    - Les scandales et la révolte des citoyens
    - Rex reconstruira l’Etat
    - Justice sociale – Paix flamande
    - La jeunesse – Les valeurs morales – L’Eglise
    - Au-delà des partis : la Patrie !

     

    Pays réel 1937.01.25.JPG

    Reportage du Pays réel, le 25 janvier 1937. La photo montre Léon Degrelle et son épouse Marie-Paule, née Lemay, assistant au gala artistique de Rex, le samedi 23 janvier, organisé dans la salle de concert de la Société royale de la Grande Harmonie, peu avant sa démolition laissant place à l’actuelle place de l’Albertine, face aux bâtiments de la nouvelle Bibliothèque Royale.

     

    Si donc, après-guerre, Belle-Maman Lemay a raconté à Anne que c’est dès 1937 que son mari et sa famille prirent leurs distances avec Léon Degrelle à cause de sa proximité soudainement affichée avec l’horrible Hitler, ce ne peut s’expliquer que par leur volonté de se montrer, après-guerre et par grégarisme opportuniste, le plus antihitlérien possible.

    C’est ainsi qu’Anne rapporte la rupture des Lemay en assénant les contresens les plus invraisemblables à propos des raisons de l’engagement de son père aux côtés de l’Allemagne nationale-socialiste : « Mon père […] vit en Hitler […] un chef qui avait […] rendu à son pays l’orgueil national après l’humiliation infligée à l’Allemagne après la Première Guerre mondiale. Mais il recherchait maintenant une expansion territoriale, couronnement de son ambition personnelle. Ce fut alors qu’en terminant l’un de ses meetings rassemblant des foules immenses, mon père lança son premier Heil Hitler. Pour mes grands-parents et le reste de la famille maternelle, cela signifia la rupture totale avec lui. » (pp.17-18) Comme si Léon Degrelle avait non seulement accepté, mais cautionné à l’avance l’invasion de son pays par le Troisième Reich !

    Plus loin, Anne enfonce encore ce clou inepte pour souligner l'entêtement coupable de son père : « Je crois sincèrement qu’à cette époque déjà [août 1944], ma mère ne partageait plus les idéaux de son mari belgo-français qui combattait aux ordres d’un chef dont le seul but était de se rendre maître de l’Europe. » (p. 23).

    Anne ne peut pourtant pas ignorer les explications fournies par son père dans le document écrit en 1949 dont nous venons de parler. On y lit : « La Collaboration signifiait pour Léon Degrelle l’épanouissement de son pays dans une Europe unie et réconciliée. Il se ralliait à une politique de collaboration européenne non pas par sympathie pour l’homme Hitler et parce qu’il était allemand, mais dans la mesure où il était devenu européen et où il synchronisait toute la symphonie européenne pour en faire un chant plein de grandeur et d’harmonie. » (Mon Combat, p. 209). Prouvant qu’il ne s’agit pas d’explications a posteriori, il cite également quelques écrits de l’époque, publiés dans Le Pays réel, entre autres, celui-ci : « La rupture des carcans européens, l’organisation de l’Europe en une entité cohérente, va ramener le vieux Leo Belgicus à ses destinées nationales. Dans l’Europe d’Hitler, nous allons être une incomparable jetée de l’Europe centrale vers la mer du Nord et les Océans ; un confluent fabuleux des richesses du Continent et des autres mondes. » (Le Pays réel, 20 avril 1941).



    Pays réel 1941 08 09.pngEst-ce involontairement qu’Anne se fait tout de même l’écho des véritables raisons de l’engagement des milliers de Belges qui prêtèrent un serment de fidélité à Adolf Hitler dans la guerre contre le bolchevisme ? « J’ai expliqué les raisons pour lesquelles ils partirent pour le front de l’est : avant tout, pour recouvrer des droits pour leur pays, pour le représenter avec honneur et, en définitive, pour lutter pour l’Europe. » (p. 142).

    Mais les Lemay constituant désormais sa famille de prédilection, elle est bien obligée de leur donner raison en approuvant leur condamnation anticipative (et patriotique !) de la participation des rexistes et autres partisans de l’Europe nouvelle à la croisade antibolchevique aux côtés des Allemands ayant envahi la Belgique !

    Mais cela ne serait-il justement pas le tout premier chef d’accusation qui valut la condamnation à mort par contumace de Léon Degrelle par le Conseil de Guerre de Bruxelles, le 27 décembre 1944 ? A savoir « Avoir porté les armes contre la Belgique et ses alliés » ? Sauf qu’il fallut quand même attendre un arrêté-loi pris à Londres le 17 décembre 1942, pour déclarer les soviétiques alliés de la Belgique, c’est-à-dire près d’un an et demi après l’entrée en action de la Légion Wallonie et Léon Degrelle, et neuf mois après l’arrivée du second contingent emmené par John Hagemans (ce blog au 26 août 2022) !…

    [Ici, nous ne résistons pas à l’opportunité de vous présenter un petit intermède qui serait comique s'il n'était malséant, offert par le clown Proprof de l’Université de Liège, l’inénarrable Besace (ce blog au 30 juin 2016) qui avait déjà minimisé les atrocités de l’épuration en parlant d’excès aux limites acceptables et des pistolets-mitrailleurs de la Résistance qui partaient tout seuls (ce blog au 8 novembre 2019). Ici, il s’étouffe à l’idée qu’on puisse ne pas trouver judicieuses ces lois rétroactives et nous propose donc son « regard particulier » sur le sujet : « Les arguties juridiques invoquées par les combattants de l’Est quant au caractère rétroactif de la législation qui leur était appliquée parce qu’une circulaire interprétative étendait à l’URSS la notion d’ “allié” de fait, ne tenaient guère devant une évidente réalité : endosser le feldgrau quelques mois après l’invasion [en fait, quinze mois quand même, soit le quart de la durée de toute la guerre !] était un péché contre l’esprit bien plus que contre un article du Code pénal. » Il suffisait d'y penser ! Et de promulguer cet ajout dogmatique au Décalogue ! (Francis Ballace, “Collaboration et répression en Wallonie : un regard particulier ?”, in Collaboration, répression, un passé qui résiste, Sous la direction de J. Gotovitch & Ch. Kesteloot, p. 53).]

    Malheureusement pour Anne Degrelle-Lemay, nous savons que le patriotisme de sa famille privilégiée fut pour le moins à géométrie variable, notamment par la lettre de Léon Degrelle à l’avocat des Lemay, Jean Thévenet (20 mars 1954) ; le seul Lemay a y être traité positivement est d’ailleurs son beau-père Marcel Lemay, l’époux de Belle-Maman, décédé à l’orée de la guerre et qu’il y appelle son « ami charmant ». On y apprend, entre autres, que Belle-Maman Lemay ne trouvait apparemment pas inconvenant de s’afficher au bras de son gendre « incivique », jusqu’au moins… 1944 et que le fils aîné, Marc Lemay, apporta la bénédiction de sa famille aux volontaires du premier contingent de la Légion Wallonie en partance pour le front de l’Est, le 8 août 1941 ! (ce blog au 20 décembre 2022).

     

    Départ 8 août Gare Nord.jpeg

    L’aîné des fils Lemay ne fut pas seul à venir saluer, le 8 août 1941, à la Gare du Nord de Bruxelles, le départ des nouveaux Croisés pour leur combat sacrificiel contre la menace bolchevique sur l’Europe.

     

    Nous verrons ailleurs (quand nous parlerons de Jeanne Degrelle-Brevet) que Léon Degrelle pouvait parfois s’agacer des lacunes historiques de sa fille. Aussi pourrions-nous nous réjouir que tout ce qui concerne la vie militaire de son père soit directement tiré de ses propres livres. Mais nous allons vite déchanter.

    Les livres de son père lui sont bien sûr l’occasion de célébrer son courage et sa valeur militaire : « Il ne pouvait passer inaperçu. Il s’attira rapidement le respect non seulement de ses hommes, mais aussi des autorités allemandes qui surent voir en lui un soldat courageux, un grand stratège emmenant ses hommes avec courage et intelligence à des victoires et des conquêtes de villes et de régions d’importance capitale sur la route vers Moscou. Des victoires qui lui valurent une ascension fulgurante dans la hiérarchie et les décorations militaires. Les pages de son livre uniquement consacrées aux combats, aux misères, aux tragédies, aux souffrances atroces, je ne vais pas les mettre dans ces mémoires. Ce que je veux souligner, c’est le courage de ce soldat qui parvint à être un des commandants militaires les plus admirés par ses hommes et par les plus hautes autorités allemandes. Elles le respectaient. Il pouvait leur parler d’égal à égal. […] Les décorations étincelant sur son uniforme d’officier rendaient justice à ses progressions régulières dans le commandement militaire. […] J’avais seulement sept ans. Bien qu’on nous tînt, nous les enfants, à l’écart de ces événements, nous savions que nous avions un père qui était un HEROS pour notre entourage. Et quand nous avions l’occasion de le voir entre des meetings et des réunions, l’affection qu’il nous prodiguait compensait les longues absences que nous devions subir. Je possède toujours des photos attachantes de ces rencontres éphémères, dont une, en particulier, sur l’escalier de notre maison de la Drève de Lorraine » (pp. 146 et 148).

     

    LD Drève Anne+Léon-M.+God..jpgEst-ce une des photos dont parle Anne ? En permission après la bataille de Tcherkassy et sa réception par le Führer lui octroyant la croix de Chevalier de la Croix de Fer, Léon Degrelle pose sur les marches de sa villa de la Drève de Lorraine avec Anne, Léon-Marie et Godelieve (février 1944).

    Mais ce que saluera surtout Anne Degrelle-Lemay tout au long de ses citations, c’est le talent littéraire de son père :

    « On devrait étudier le livre de mon père, “La Campagne de Russie”, dans les facultés d’Histoire, sinon de Lettres, car c’est une page de l’histoire de l’Europe et, qui plus est, magnifiquement écrite. Ce n’est pas Victor Hugo, mais c’est un grand auteur. […] “La Campagne de Russie”, cette grande épopée écrite en un français magnifique et traduite en de nombreuses langues, ne cessera jamais d’apparaître dans mes commentaires sur la personnalité de mon père, qui n’était pas seulement un simple soldat, mais un être humain aux profondes racines chrétiennes. […] C’est sur le front du Dnieper que commença l’immense odyssée de cette guerre cruelle, qu’il a magnifiquement racontée dans son livre “La Campagne de Russie”. Je reconnais que la lecture de ce livre ne m’attirait pas dans l’absolu, mais je l’ai terminé fascinée, stupéfaite non pas tant par l’aventure de ces hommes, mais pas la beauté des descriptions de chaque recoin, de chaque village, de chaque rivière, de chaque bois de cet immense et merveilleux pays qu’est la Russie. Ces six cents pages reflètent une lutte acharnée, traversant les régions et les localités aux noms imprononçables pour moi. […] Maintenant que je me suis attelée à la tâche d’entrer dans les pages de ce livre, je me sens difficilement capable de pouvoir refléter le sentiment qui m’envahit et l’admiration pour cet écrivain capable de transmettre de manière magistrale l’état d’âme de ces milliers d’hommes dont il était devenu responsable. […] Le Donetz, le Dnieper, le Caucase, l’Ukraine n’ont plus de secrets pour moi. Cette envie qui m’a prise d’écrire pour partager quelque chose de mes souvenirs m’a amenée à plonger dans la lecture de sa fameuse “Campagne de Russie”. Elle m’a passionnée, émerveillée ; elle m’a fait pleurer… ou sourire car, au milieu de tant de malheurs, ce génie de la plume trouve toujours le mot juste, la pointe sarcastique qui vous éloigne pour une seconde du récit dramatique et si souvent sanglant. […] Chaque description, comme sortie de la palette d’un peintre, parlait avec une sensibilité quasi hors de propos au milieu de cet enfer, de paysages enneigés, de bois dont les branches couvertes de givre brillaient à la lumière du soleil couchant. Des pages d’une beauté absolue : un baume pour le cœur et l’esprit. […] En lisant entre les lignes, je ressens l’angoisse spirituelle qui l’étreignait, lui si croyant, face à tant d’horreur et de morts. Mais “La Campagne de Russie” demeure l’épopée de sa vie qui attire le plus ses adeptes. Alors que pour moi, c’est elle qui a causé le plus de traumatismes dans ma vie. » (pp. 141 et 144-146).

     

    Almas ardiendo1-horz.jpg

    « Le livre peut-être le plus connu en Espagne parmi ses œuvres spirituelles est “Les âmes qui brûlent”, avec une introduction et la traduction de Don Gregorio Marañón, édité dans les années 50. » (p. 166). Première édition d’Almas Ardiendo (jusqu’à aujourd’hui, il y en eut plus d’une douzaine !) aux éditions La Hoja de Roble (« La Feuille de Chêne », avec une aquarelle de la célèbre peintre naïve espagnole María Antonia Dans, 1922-1988) fondées à Lora del Rio par Léon Degrelle en 1954. Ci-dessous, l’édition soignée proposée par le président de l’Asociación Cultural Amigos de Léon Degrelle, José Luis Jerez Riesco, en 2009. Dans des « Paragraphes préliminaires », il propose une méditation sur Les âmes qui brûlent/Les âmes ardentes, inspirée par les Pères de l’Eglise, les philosophes grecs et romains ainsi que la réflexion spirituelle de José Antonio ; il donne aussi de précieux renseignements sur les premières éditions de cet ouvrage, aussi bien en français qu’en espagnol. Actuellement épuisée, cette édition peut se télécharger (malheureusement sans les Préliminaires de José Luis Jerez Riesco ni le Prologue de Gregorio Marañon).

    Almas ardiendo3.jpg

     

    « Je ne veux cependant pas terminer mon histoire sans consacrer quelques pages au Léon Degrelle poète, philosophe et écrivain, car ce sont les aspects de sa vie que j’ai le plus admirés. Doté d’une grande sensibilité, il a abordé magistralement des thèmes aussi délicats que l’amour, la beauté, la célébration de sa terre natale qui a abouti à “La Chanson ardennaise”. Il n’a jamais perdu la foi en Dieu. Elle le poussa à écrire “Je te bénis ô belle mort”, des poèmes inspirés par l’œuvre de Sainte Thérèse d’Avila. Je les ai gardés longtemps sur ma table de nuit. […] Je conserve dans ma bibliothèque un espace spécial pour diverses brochures, soigneusement éditées, de vers et de réflexions qui montrent un homme profondément spirituel. L’une d’elles est intitulée “Aux mauvais jours” et fut écrite à l’hôpital de Saint-Sébastien en 1945… Une vraie relique. Chaque fois que je la lis, une immense tristesse m’envahit. Dans son long exil, ce qui l’a sauvé, ce fut l’intense vie intellectuelle qui ne l’abandonna jamais. […] Sa plume fut ce qui le sauva mentalement durant son long enfermement dans un sous-sol obscur et, plus tard, lorsqu’il commença à aller mieux, chez notre chère Clarita. C’est chez elle qu’il trouva la paix nécessaire pour continuer à écrire, entre autres, sa “Campagne de Russie”. Il ne répondit jamais à mes questions : que faisais-tu ? de quoi vivais-tu ? Tout ce que je sais, c’est qu’il n’arrêta jamais d’écrire, de la poésie, de l’histoire, tous ces livres magnifiques qui remplirent sa vie en exil. » (p. 166).

    Remarquons au passage que jusqu’à la dernière page de ses mémoires, Anne Degrelle-Lemay aura été incapable de trousser le moindre compliment (ici, sur le précieux don poétique de son père) sans l’assortir de remarques fielleuses sur l’origine de son argent !...

    Mais ces considérations paraîtront bien anodines face aux remises en question d’événements historiques rapportés dans les livres autobiographiques du Commandeur de la Légion Wallonie !

    Rappelons-nous qu’Anne n’a pas hésité pas à traiter son père de « raconteur de carabistouilles » (traduction élégante de « narrador embaucador », termes désignant un narrateur filou, trompeur, escroc, p. 93 ; ce blog au 23 octobre 2022). Elle va maintenant lui attribuer une nouvelle calembredaine… Ou, plutôt, elle va avaliser la thèse des hyènes de l’histoire sur la relation unique développée par Adolf Hitler envers Léon Degrelle. Et ce, à propos de la fameuse phrase « Si j’avais un fils, je voudrais qu’il fût comme vous. » (ce blog aux 12 mai 2016, 21 juin et 20 juillet 2018).

    « Il nous a souvent raconté que Hitler lui avait dit “Si j’avais un fils, j’aimerais qu’il soit comme vous”. Moi, je le regardais et lui, il me souriait. Il connaissait mon scepticisme. J’ai toujours été difficile à convaincre. Mais peut-être que c’était vrai… » (p. 154).

     

    adolf hitler,anne degrelle-lemay,charles maurras,solre-le-château,usmard legros,six jours de rex,heil hitler,marcel lemay,marc lemay,jeanne lemay,francis balace,jean thévenet,maria antonia dans,la hoja de roble,josé luis jerez riesco,gregorio maranon,otto gille,felix steiner,jean-michel charlier,lisyanka,tcherkassy,gniloï-tikitch,jean vermeire,fernand kaisergruber,jean mabire,major bode,jeanne degrelle,philippe dutilleul,la führer de vivre,raymond van leeuw,pieter jan verstraete,drapeaux de compagnie

    Pour Anne Degrelle-Lemay, l’insigne proximité manifestée par Adolf Hitler envers son père, Léon Degrelle, ne relèverait que d’une fiction romanesque que sa sagacité « cartésienne » serait parvenue à détecter !...

     

    Le regard d’Anne et le sourire de son père tels qu’ici rapportés ne sont pas un regard de confiance et un sourire de bienveillance. Non, le scepticisme qu’aurait ainsi, comme toujours, brandi Anne face aux affirmations de son père rend au contraire son regard dubitatif, sinon incrédule, tandis que le sourire avec lequel aurait répondu son père manifesterait une connivence avec sa fille, tellement « cartésienne » qu’il en reconnaîtrait ainsi sa lucide perspicacité ! Certes, elle ajoute « peut-être que c’était vrai », mais dans ce contexte, comme elle l’a dit ailleurs, cela ne se pourrait que si l’on acceptait de « prendre des vessies pour des lanternes » (p. 93 ; en espagnol : « comulgar con ruedas de molino », communier avec des meules de moulin [à la place d’hosties] !).

    Mais qu’en est-il en réalité ?

    Le récit de la célèbre phrase que le Führer adressa au fils qu’il se choisit est très précisément extrait –nous dit Anne Degrelle-Lemay– de La Campagne de Russie de Léon Degrelle (et présenté d’emblée comme un récit « romanesque » ; nous citons le texte tel que donné par Anne et expliquerons ensuite nos soulignages) :

    « Dans son livre “La Campagne de Russie” [Anne donne le titre en français], il raconte, comme dans un roman, l’aventure de sa rencontre avec Hitler : “17 février. Nous nous étions retrouvés, vainqueurs, de l’autre côté de la rivière Lisyanka. Nous étions sauvés. Nous avions gagné. Le lendemain, notre immense colonne était en marche depuis quelques heures, protégée par les blindés du général Hube. Un petit avion décrivait des cercles au-dessus de nous et finit par atterrir près de nous. C’était un appareil de reconnaissance envoyé par Hitler. Il était à ma recherche. Aussitôt, mes soldats me hissèrent dans l’avionnette. Je traversai, en quatre heures de vol, le sud puis tout l’ouest de la Russie. A la nuit tombée, j’atterrissais à l’aéroport du G.Q.G. Mais dans quel état ! L’uniforme en lambeaux, déchiqueté par tant de corps à corps. Himmler me donna une chemise propre et fit en sorte qu’on arrange ce qu’il restait de mon uniforme. En échange, je laissai dans sa belle salle de bain d’énormes poux furieusement anthropophages. Puis il m’emmena dans sa voiture verte, à une heure du matin jusqu’au lieu de rendez-vous avec le Führer. Je vois encore Hitler s’avancer vers moi, me serrer contre lui et… me remettre le Collier de la Ritterkreuz qui était alors –il ne faut pas l’oublier– la décoration la plus élevée de l’Armée allemande. Il me prit les mains entre les siennes et me dit simplement : “Je me suis fait tant de soucis pour vous !” Je me retrouvais là, près de Hitler, dans sa cabane rustique, devant une cheminée où quelques bûches crépitaient. En quittant son bureau, nous nous réunîmes avec quelques maréchaux dans un salon voisin pour fêter avec une bouteille de champagne –lui qui n’aimait pas les boissons alcoolisées– la victoire de Tcherkassy.”

    Il nous a souvent raconté que Hitler lui avait dit “Si j’avais un fils, j’aimerais qu’il soit comme vous”. Moi, je le regardais et lui, il me souriait. Il connaissait mon scepticisme. J’ai toujours été difficile à convaincre. Mais peut-être que c’était vrai… » (pp. 153-154).

    Campaña de Rusia.JPGLe problème est que le texte fourni par Anne Degrelle-Lemay n’est en rien extrait de La Campagne de Russie, ni de la version espagnole La Campaña de Rusia qui en est la traduction fidèle. D’où vient-il ? Et pourquoi remplace-t-il la version donnée dans l’œuvre originale, « cette grande épopée écrite en un français magnifique » quasiment digne de Victor Hugo (voir ci-avant) ? Voilà qui jette quand même un sérieux doute sur la sincérité de l’appréciation du talent littéraire de son père exprimée par Anne…

    Le texte choisi n’est en effet aucunement littérairement travaillé par son auteur : il s’agit de la retranscription des interviews données par Léon Degrelle à Jean-Michel Charlier, que celui-ci a publiées en 1985 dans Léon Degrelle : persiste et signe (éditions Jean Picollec ; nous citons le texte français d’après ce livre). Le texte cité par Anne se trouve aux pages 331-332 (pp. 313-314 de l’édition espagnole Léon Degrelle firma y rubrica, Ediciones Dyrsa, 1986).

    Mieux, –ou plutôt pire !–, Anne Degrelle-Lemay s’est permise de corriger des expressions et de réécrire des tournures ou des passages entiers : c’est ce que nous avons souligné dans notre citation de son livre, comme si c’était la version corrigée par ses soins qui, en réalité, méritait les éloges !

    Firma y rubrica.jpeg
    C’est ainsi, par exemple, qu’elle corrige en « petit avion », « avion-cigogne », traduction du surnom donné à cet avion de reconnaissance construit pas l’ingénieur Gerhard Fieseler et dont le train d’atterrissage surélevé lui valut d’être appelé Storch (cigogne). Elle change aussi « chars » en « blindés », « champ d’aviation » en « aéroport » ou « quelques centaines de gros poux russes » en « énormes poux »… Elle ajoute des phrases inutiles (« Nous avions gagné ») et se permet aussi de réécrire tout le passage relatif à la réception au champagne que Léon Degrelle avait écrit de la sorte ; « Sortant de son bureau, je m’étais à peine attablé dans un salon voisin avec ses maréchaux qu’il [Adolf Hitler] avait surgi une bouteille de champagne au bout de chaque bras, nous les apportant pour festoyer, lui qui détestait les boissons alcoolisées ! » (La Campagne de Russie, p. 336).

    Malheureusement, la seule chose qu’elle ne change pas, c’est l’erreur de transcription qui se trouve tout au début de la citation : « Nous nous étions retrouvés, vainqueurs, de l’autre côté de la rivière Lisyanka. »

    Lisyanka n’est pas une rivière, mais une ville (qui donne d’ailleurs son titre à un chapitre de La Campagne de Russie : pp. 314-322 ; pp. 149-153 de l’édition espagnole). C’est Jean-Michel Charlier qui commet l’erreur en retranscrivant les paroles de Léon Degrelle qui avait sans doute parlé de « la rivière de Lisyanka ». Dans La Campagne de Russie, il explique d’ailleurs que le moment-clé de la percée de Tcherkassy fut le passage de la rivière traversant cette ville : « Nous nous dépêtrâmes dans la neige épaisse et descendîmes le long de la route. Nous finîmes par atteindre, au cœur de Lysjanka, la rivière, très large, gonflée, ourlée de crêtes de glace. » (p. 322). Cette rivière, c’est le Gniloï-Tikitch.

    Mais là, bien sûr, n’est pas le plus important. La scène que rapporte Anne représente la rencontre qu’Adolf Hitler a voulue en faisant chercher Léon Degrelle par son avion personnel sur le front le 20 février 1944. Or ce n’est pas à cette occasion que le Führer a prononcé la fameuse phrase où il se reconnaissait un fils spirituel en Léon Degrelle. C’est six mois plus tard, le 27 août 1944, comme il le souligne justement dans ses entretiens avec Jean-Michel Charlier, source privilégiée d’Anne, mais qu’elle ignore ici : « Hitler, en m’étreignant la main dans ses deux mans, pensait-il qu’au-delà de ses forces qui s’épuisaient, à force de travail, j’étais là, jeune lion ? Six mois plus tard, il me dirait la phrase célèbre : Si j’avais un fils, je voudrais qu’il soit comme vous ! Dès février 1944, il avait décidé que je porterais l’étendard de l’Europe nouvelle en Occident. Il me faisait recevoir officiellement à Paris. » (Persiste et signe, p. 337 ; p. 319 de l’édition espagnole).

    Et cette nouvelle rencontre –à nouveau voulue par Adolf Hitler en faisant encore chercher Léon Degrelle par son avion personnel sur le front– est également parfaitement documentée dans La Campagne de Russie (pp. 377-381 ; pp. 180-183 de l’édition espagnole) : « Hitler avait repris une vigueur nouvelle. […] Il me décora. Puis il me guida vers une petite table ronde. […] Son œil brillait de bonne humeur. Il se lança avec passion dans un débat sur l’avenir du socialisme. Son visage, admirablement soigné, frémissait. Ses mains fines et parfaites avaient des gestes élémentaires mais ardents, compagnes vivantes de l’orateur. […] Au moment du départ, comme s’il eût voulu graver à jamais dans mon cœur un souvenir plus personnel, Hitler revint me prendre la main dans ses deux mains : “Si j’avais un fils, me dit-il lentement, affectueusement, je voudrais qu’il fût comme vous…” »

    Cette reconnaissance d’un étranger à l’insigne proximité spirituelle s’exprima à peine un mois après la tentative d’assassinat perpétrée, le 20 juillet 1944, par des officiers allemands félons…

    Alors, d’où vient la mise en doute par Anne de la phrase d’Adolf Hitler ? Et, pour mieux l’étayer, pourquoi avoir placé tout le récit de la rencontre de son père avec le Führer (sans être capable de choisir la bonne date !) dans la fiction d’un roman qu’elle se permet de réécrire ?

     

    Vermeire Charleroi 01.04-horz.jpg

    « Le lieutenant Jean Vermeire donne le ton. Lui, porte une veste de général privée d’insignes et une culotte de cheval mauve que, de Frédéric II à Keitel, nul ne découvrit jamais dans l’armée allemande. » (Saint-Loup, Les SS de la Toison d’Or, Presses de la Cité, p. 81).

    « Un petit détail amusant, c’est que lors d’un de nos premiers rassemblements au camp de Regenwurmlager, le major Bode avait dit, à bien haute voix, en voyant Vermeire pour la première fois : Was ist den das für ein Operetten Offizier ! Et c’est certes la raison pour laquelle Vermeire ne manquait plus jamais la moindre occasion pour critiquer le major Bode. » (Fernand Kaisergruber, commentaire dactylographié sur le livre de Jean Mabire, Légion Wallonie, Au front de l’est, 1941-1944, Presses de la Cité).

     

    Outre que nous avons vu l’irrésistible propension d’Anne Degrelle-Lemay à semer partout les graines morbides de sa méfiance et de ses soupçons, une origine de la remise en cause particulière de la phrase historique du Führer pourrait bien être le SS-Hauptsturmführer Jean Vermeire. Son incommensurable orgueil fut en effet cruellement blessé, non seulement par le refus constant de Léon Degrelle de le reconnaître officiellement comme son « bras droit » (« J’en ai déjà un, ça me suffit ! » plaisantait-il, mi-moqueur, mi-agacé), mais aussi par celui de son épouse Jeanne Degrelle-Brevet de lui confier les drapeaux de la Légion, après le décès du Commandeur (ce blog au 17 janvier 2016).

    C’est en effet à partir de la disparition de son Chef que Jean Vermeire entreprit d’écorner sa « légende », notamment en remettant en question la réalité de la fameuse phrase (ce blog au 21 juin 2018).

    En 2008, en participant au documentaire de Philippe Dutilleul, Léon Degrelle ou la Führer de vivre, il échafauda l’impossibilité mentale pour Adolf Hitler d’avoir même imaginé prononcer pareille phrase à l’adresse d’un étranger. Comme si cet officier par usurpation (nous nous expliquerons plus tard sur ce terme), qui n’a jamais pu même voir le Führer autrement qu’en image, avait quelque compétence historique ou psychologique l’autorisant à se mettre à sa place…

    « Il voulait avoir un fils ? Le fils d’un Belge ? C’est pas des phrases à répéter !... Ça ne tient pas debout ! Ça m’a toujours heurté… Et on reprend cette phrase… on reprend cette phrase… tout le temps… tout le temps…

    Hitler s’est avancé vers Degrelle et il lui a dit textuellement : “Ich habe mich grosse Sorge gemacht”, “Je me suis fait des grands soucis”. [Il exhibe un papier] Voilà ! Et ça, moi, j’ai reçu ce texte, après, par Gille. Après, parler du fils d’Hitler… C’était un affront à tous les jeunes de l’Allemagne ! Il y avait d’autres héros tout de même !... Donc il n’a pas dit ça ! Ce n’est pas possible ! C’est… c’est… c’est égoïstement inventer l’histoire qui obligeait toute l’Allemagne… Et nous alors ? Qu’est-ce qu’on devient là-dedans ???... Mais je lui ai demandé plusieurs fois : je dis, mais… “Ohhhhh…, il m’a dit, ben… oh là là… j’ai été reçu comme un fils.” Voilà, je dis, la légende ! »

     

    Vermeire papier Gilles.JPGDans le film de Philippe Dutilleul, comme preuve que jamais Adolf Hitler n’aurait pu dire à Léon Degrelle que s’il avait un fils, il aimerait qu’il soit comme lui, Jean Vermeire présente sa source en agitant une grande feuille blanche devant la caméra (capture d’écran du film-documentaire Léon Degrelle ou la Führer de vivre donnant « la parole aux derniers témoins directs et proches de Léon Degrelle »).

    Mais la caméra prend bien soin de ne pas filmer son contenu en gros plan. Il s’agirait pourtant d’un document intéressant, prétendument écrit par le Generalleutnant Herbert Otto Gille, commandeur de la 5. SS-Panzerdivision Wiking, affirmant qu’à la réception à laquelle il fut convié avec Léon Degrelle à la Wolfschanze du Führer, ce dernier n’aurait fait qu’exprimer son inquiétude sur le sort des Wallons. Nous le croyons bien volontiers, car le général Gille fut convié au Quartier Général de Hitler avec les principaux Commandeurs ayant assuré le succès de la percée de Tcherkassy. Ce qui veut dire qu’il parle de la rencontre du 20 février 1944 et non de celle du 27 août, qu’il ne fait donc que confirmer ce que Léon Degrelle a toujours dit (notamment dans La Campagne de Russie, p. 328) et qu’il nous aurait vivement intéressé de connaître l'intégralité de ce compte rendu. Pour sa part, Léon Degrelle a écrit : « le Führer s’était avancé vers moi, m’avait pris la main droite dans ses deux mains et l’étreignait avec affection. […] je ne sentais que ses deux mains qui pressaient la mienne, je n’entendais que sa voix, un peu rauque, qui m’accueillait, me répétait : “Vous m’avez donné tant d’inquiétude !..” ». Le scoop de Vermeire n’est donc qu’un mensonge (mais le personnage en est coutumier !). On se demande d’ailleurs s’il a effectivement rencontré le général Gille pour lui commander un procès-verbal des propos d’Adolf Hitler à Léon Degrelle ! Surtout que, pour des raisons de simple chronologie, il ne pouvait de toute évidence concerner la phrase qui « heurte » tant Vermeire et lui servir à convaincre Léon Degrelle d’affabulation… On regrettera donc qu’il n’ait pas harcelé plutôt le général Felix Steiner qui était, lui, bien présent le 27 août (c’est lui qui est sur la photo que nous publions plus avant entre Adolf Hitler et Léon Degrelle) !

    Ci-dessous, une photo officielle des commandeurs qui furent reçus par le Führer, le 20 février 1944 : de gauche à droite, Herbert Otto Gille, Theo-Helmut Lieb et Léon Degrelle, reçus à Berlin par le chef de la presse du Reich, le Dr Otto Dietrich.

     

    adolf hitler,anne degrelle-lemay,charles maurras,solre-le-château,usmard legros,six jours de rex,heil hitler,marcel lemay,marc lemay,jeanne lemay,francis balace,jean thévenet,maria antonia dans,la hoja de roble,josé luis jerez riesco,gregorio maranon,otto gille,felix steiner,jean-michel charlier,lisyanka,tcherkassy,gniloï-tikitch,jean vermeire,fernand kaisergruber,jean mabire,major bode,jeanne degrelle,philippe dutilleul,la führer de vivre,raymond van leeuw,pieter jan verstraete,drapeaux de compagnie

     

    « Ça ne tient pas debout » ? Et les préoccupations constantes d’Adolf Hitler vis-à-vis de Léon Degrelle depuis leur première rencontre du 26 septembre 1936 jusques et y compris les derniers moments dans le Führerbunker (tous les détails sur ce blog au 21 juin 2018) tiennent-elles debout ?

    « Il y avait d’autres héros tout de même » ? D’innombrables, en effet ! Mais y en eut-il un seul autre que Léon Degrelle –qu’il soit Allemand ou Volontaire étranger – que le Führer fît rechercher sur le front par son avion personnel pour le recevoir personnellement, –et ce, à deux reprises !–, lui remettre les plus hautes décorations militaires et s’entretenir particulièrement avec lui ? Et où serait l’affront aux jeunes de l’Allemagne (surtout de la Waffen SS, composée par ailleurs à plus de 70% de camarades non-Allemands) quand l’élite du commandement militaire allemand de la Wehrmacht avait cherché à assassiner son chef suprême en pleine guerre ?...

    Nous ne commenterons pas davantage cette indécente prétention de Vermeire de faire la leçon (post mortem !) à son Chef, d’oser l’accuser d’égoïsme, de se mettre outrageusement dans la peau d’Adolf Hitler et des jeunes soldats allemands et de se plaindre péniblement qu’on ne fasse pas davantage cas de lui et, accessoirement, des autres Bourguignons : nous avons eu l’occasion de dire ce que nous en pensions sur ce blog le 21 juin 2018. Mais nous laisserons à un autre Volontaire wallon, du Second contingent du 10 mars 1942, Raymond Van Leeuw, le soin de dire ce qu’il faut définitivement penser de celui qui bâtit toute se carrière militaire sur le mensonge de son grade !

    Raymond Van Leeuw fut, lui, le véritable homme de confiance de Léon Degrelle dont il organisa le secrétariat lorsqu’il le rejoignit en Espagne : nous citerons des extraits de lettres qu’il envoya à Anne Degrelle ainsi qu’à son mari Servando Balaguer : il nous faudra en effet à nouveau parler du rôle néfaste de Vermeire à l’occasion de la disparition du Commandeur de la Légion Wallonie et dont sa fille ne souffle mot (voir la dernière partie de notre présentation de son livre L’homme qui changea mon destin).

    Le travail de sape concernant la relation entre Adolf Hitler et Léon Degrelle mené avec opiniâtreté par Jean Vermeire après 1994 est intéressant à suivre car il permet d’établir un parallélisme assez précis avec ce qu’on peut lire chez Anne Degrelle-Lemay.

    Pieterjan Verstraete.jpegC’est ainsi qu’il amena l’historien flamand Pieter Jan Verstraete à écrire dans sa biographie de Léon Degrelle : « Que Hitler, à l’occasion de cette troisième rencontre [le 27 août 1944] avec le vaniteux Degrelle, ait dit : “Si j’avais un fils, je voudrais qu’il soit comme vous”, cela s’est avéré, des années plus tard, n’être qu’une invention. Selon son ami intime Vermeire, le Führer aurait simplement dit qu’il s’était fait de “grandes inquiétudes” sur le sort de Degrelle et des siens sur le front. » (Le beau Léon. Léon Degrelle, Aspekt, 2010, p. 121).

    Remarquons que pour donner du poids à son scoop, Vermeire s’est présenté comme un « intime » de Léon Degrelle, et même comme son « ami » (mon Dieu, est-il encore besoin d'ennemis avec de pareils amis ?) ! C’est également en termes semblables qu’Anne nous le présente : « Jean Vermeire qui était un de ses grands confidents » (p. 140).

    Notons aussi en quoi consiste la correction de l’histoire que Vermeire offre à Verstraete : ce n’est pas « Si j’avais un fils… » que le Führer aurait dit à Léon Degrelle ; il aurait seulement fait part de ses « grandes inquiétudes ». Du coup, lorsque l’historien flamand, pour raconter la rencontre précédente, celle du 20 février 1944, s’en remet à ce que le Commandeur de la Wallonie a écrit dans La Campagne de Russie, il publie le texte en prenant soin –tout comme Anne– de supprimer le passage où Adolf Hitler fait part de son inquiétude à Léon Degrelle : pour justifier l’intervention de Vermeire, ce détail doit en effet disparaître puisque le créateur de fake news le situe… six mois plus tard !!!

    Anne Degrelle-Lemay pense sans doute faire la même chose en citant le récit de la réunion du 20 février 1944 qu’elle place, sans le dire, au 27 août 1944 afin d’établir que la seule chose exprimée par Adolf Hitler ce jour-là fut, comme le prétend Vermeire, son inquiétude et non pas sa confidence toute personnelle.

    « Mais peut-être que c’était vrai… » Le coup de pied de l’âne, qui ne veut pas dire son nom !...

    Jean Vermeire ne publia jamais rien, mais, dès qu’il se rendit compte, après la disparition de Léon Degrelle, qu’il ne réaliserait jamais son objectif de s’emparer des drapeaux de compagnie dessinés par John Hagemans pour la Légion (ce blog au 17 janvier 2016), il s’efforça d’influencer négativement ceux qui pensaient pouvoir recourir à ses « souvenirs » et à sa compétence comme à une source fiable de première main.

    En ce qui concerne Anne Degrelle-Lemay, cela alla même plus loin puisqu’elle s’en remit à lui pour la dispersion des cendres, s’en servit pour contester les dernières volontés testamentaires de son père et l’appuya dans l’affaire des drapeaux : nous aurons l’occasion d’y revenir dans notre dernier examen des mémoires effilochés d’Anne Degrelle-Lemay.

     

    Vermeire urne Führer de vivre.JPG

    L’ancien SS-Hauptsturmführer Jean Vermeire n’hésita pas à exhiber l’urne funéraire vide de Léon Degrelle devant la caméra de Philippe Dutilleul pour son documentaire Léon Degrelle ou la Führer de vivre en affirmant mensongèrement avoir respecté les dernières volontés du défunt (ce blog aux 17 janvier 2016 et 31 mars 2019). Il refusa toujours de rendre cette relique à l’épouse de son Chef, Jeanne Degrelle-Brevet.

  • Les mémoires « effilochés » d’Anne Degrelle-Lemay

     

    IV. Des bribes et des morceaux…

     

    1 Anne + Léon Madrid 2.jpg

    Comme elle le précise dans ses mémoires, Anne Degrelle-Lemay n’écoute son père qu’avec un esprit « plus critique que favorable » (p. 128)…

     

    2 Anne Degrelle Couverture.jpgQuand nous avons appris la nouvelle de la publication du petit livre d’Anne Degrelle-Lemay, Degrelle, L’homme qui changea mon destin (ce blog au 29 juin 2022), nous avons réellement cru que nous aurions enfin accès à l’histoire véritable des années d’exil du plus célèbre condamné à mort de Belgique (27 décembre 1944). De celui qui, déchu de la nationalité belge en 1944, vit, par deux fois de son exil heureusement inaccessible à la persécution des « épurateurs » belges, les délais légaux de prescription prolongés expressément pour son seul cas (Lex Degrelliana de 1964, renouvelée en 1974), fut déclaré « étranger indésirable » (1974) et « interdit de séjour » (1984). Et alors que le mausolée de Mussolini ne dérange personne à Predappio, les cendres de Léon Degrelle, dans la foulée de son décès (31 mars 1994) furent immédiatement frappées –fait unique dans l’histoire de la Belgique– d’interdiction d’accès au territoire belge par un arrêté royal spécial pris en urgence par Albert II (18 avril 1994) : en effet, pour les éternels haineux, « la présence sur le territoire belge des restes mortels de Léon Degrelle est incontestablement de nature à provoques des troubles à l’ordre public » (Moniteur belge du 23 avril 1994) !!!

     

    3 Moniteur 18 avril 1994 Cendres LD.jpeg

     

    Cette multiplication des artifices juridiques pour persécuter Léon Degrelle n’est cependant rien face à l’acharnement des autorités politiques et judiciaires belges pour obtenir son extradition –c’est-à-dire l’exécution de sa condamnation à mort– et, accessoirement, pour empoisonner son existence en exil.

     

    Mais des conditions de vie de son père, malheureusement, Anne Degrelle ne souffle pratiquement pas mot. Sauf, nous l’avons vu (ce blog au 23 octobre 2020), pour rendre inutilement suspecte l’origine des fonds nécessaires à son train de vie et à la construction de la Carlina. Elle ne peut pourtant pas avoir ignoré toutes les entreprises de son père pour gagner sa vie. C’est ainsi qu’après avoir été obligé de quitter son domaine de Constantina, il constitua, au fil des ans, diverses sociétés commerciales plus ou moins éphémères et rentables, dont, par exemple, Madrid Europa SA, s’occupant de matériel agricole et industriel ainsi que d’édition. Les statuts en furent déposés en 1963 devant le notaire Blas Piñar, de Madrid, Le directeur de l’entreprise portait désormais le nom de Léon José de Ramírez Reina alors que, parmi les trois actionnaires, se trouvait le beau-frère d’Anne, Antonio de la Rosa, le mari de sa sœur Godelieve…

     

    C’est qu’Anne n’a pas l’air non plus d’être plus précisément au courant d’autres événements capitaux de la vie d’exilé de son père. Concernant, par exemple, les circonstances de son adoption devant mener à l’obtention de la nationalité espagnole dont elle semble mettre en doute la version pourtant avérée donnée par le principal intéressé.

     

    « Dans sa chère Andalousie, tout le monde le regardait comme un monsieur étrange qui parlait un espagnol des plus bizarres, qui était très beau, amusant et familier. A cette époque, il était “Don Juan Sanchís de La Carlina”. Lorsque je suis arrivée en 1958, il disposait déjà de ses papiers officiels espagnols. Je ne suis jamais vraiment parvenue à savoir comment il avait obtenu le nom de famille Ramírez Reina figurant sur sa carte d’identité espagnole. D’après ce qu’il m’a raconté, une dame de Constantina l’avait adopté, lui donnant ainsi son nom. » (p. 130)

     

    4 CI Leon Jose de Ramirez Reina 1-vert.jpg

    De validité limitée, les cartes d’identité espagnoles devaient être remplacées tous les cinq ans : voici celle, obtenue en 1971, de Léon Degrelle, devenu León José de Ramírez Reina. (Documentation © Jacques de Schutter).

    6 Juan Ramirez Filosia2.jpgL’alcalde de Constantina, le Dr Juan Ramírez Filosía, de par ses liens familiaux avec Matilde Ramírez Reina qui adopta Léon Degrelle, deviendra un cousin par alliance du Commandeur de la Légion Wallonie !

     

    À nouveau, du mystère et des soupçons où il n’y en a pas. On a d’ailleurs peine à croire qu’Anne qui a vécu cinq ans à Constantina n’ait jamais, sinon rencontré, du moins entendu parler de Matilde Ramírez Reina, veuve de 72 ans, habitant 13 calle Pozuelo, et qui tint longtemps commerce dans la petite ville. Elle était de la famille de l’alcalde (bourgmestre), le docteur Juan Ramírez Filosía, responsable provincial du Movimiento et ami proche de Léon Degrelle : c’est d’ailleurs dans sa maison que fut dressée la chapelle ardente où fut veillé toute la nuit du 22 au 23 février 1958, jour des funérailles, le corps de Léon-Marie Degrelle (ce blog au 26 février 2016). Matilde Ramírez Reina était également la tante de l’ancien propriétaire de la Carlina, Manuel Amaya. Ce sont ces deux proches, Juan Ramírez Filosía et Manuel Amaya, qui seront les témoins de son acte d’adoption, le 24 décembre 1954. Tous les détails sont dans Degrelle en el exilio (de José Luis Jerez Riesco, aux éditions Wandervögel, 2000, p. 228). Blas Piñar, président du parti nationaliste Fuerza Nueva, explique dans ses mémoires que c’est lui qui, en tant que notaire, assura la légalité de l’acte d’adoption, le 17 septembre 1955 (La pura Verdad, Fuerza Nueva, 2002, p. 307).

     

    Lire la suite

  • Les mémoires « effilochés » d’Anne Degrelle-Lemay

    III. Les persécutions liées au nom Degrelle

     

    Anne + LD Uniforme Phal. Carlina 1.jpg

    LD Mariage Anne 21.07.1962.jpegEn 1962, Anne prépare son mariage en Espagne avec son papa. Le voici tel qu’il accompagnera sa fille à l’autel, le 21 juillet, jour de la fête nationale belge, en grand uniforme de gala de la Phalange espagnole, paré de toutes ses décorations gagnées aux combats du Front de l’Est.

     

    Nous avons vu, dans le second volet de notre présentation des mémoires d’Anne Degrelle-Lemay, combien lui étaient apparues scandaleuses les persécutions politiques, sociales, financières subies par la famille Lemay, uniquement –selon ce qu’elle nous dit– pour avoir été apparentée à Léon Degrelle par son mariage avec Marie-Paule Lemay.

     

    Mariage Marie-Paule Tournai.jpg

    Dans le salon de la maison de ses parents, rue Saint-Jacques, à Tournai, le 29 mars 1932, Marie-Paule Lemay attend Léon Degrelle, son futur époux, entourée de ses pages et demoiselles d’honneur.

     

    Elle y revient encore dans les dernières pages de son livre : « La France est le pays où j’ai vécu et souffert de la haine dès la fin de la guerre lorsque je vivais dans la maison de ma grand-mère. Les paysans de la région étaient assez nettement à gauche. C’est alors que nous, les cinq enfants, nous dûmes cacher notre identité et prendre le nom de ma mère, alors en prison pour “collaboration”. Mon oncle, son frère, agriculteur qui dirigeait la ferme, nous raconta qu’on le lyncha presque, la dernière année de la guerre lorsqu’un de ces résistants découvrit qu’il était un beau-frère de Léon Degrelle. » (p. 164).

    Porter le nom Degrelle est désormais une malédiction dont il faut à tout prix essayer de se protéger, car tous ceux qui le portent sont voués à être implacablement persécutés : « Avec le temps, j’appris que toutes les sœurs, les beaux-frères et neveux de mon père finirent également dans d’immondes prisons. Ses parents, mes grands-parents paternels, alors déjà très âgés, et ayant indiciblement souffert à cause de l’assassinat d’un de leurs fils et des combats menés par l’autre fils au Front, furent également incarcérés dans des prisons séparées. C’est ainsi qu’ils périrent tous les deux sans qu’on leur permette de se revoir un instant, même lorsqu’ils tombèrent gravement malades. Sans le moindre soutien, pas même d’un prêtre, eux, fervents catholiques, fidèles à leur foi jusqu’au bout, moururent sans plus rien savoir des leurs. » (p. 30).

    Mais pour Anne, la principale victime de cette vindicte impitoyable fut sa mère, l’épouse de Léon Degrelle.

    LLB 1946 05 17 Condamnation MP 1-vert.jpg

    La Libre Belgique, 17 Mai 1946.

    « Elle fut la femme la plus forte que j’ai connue. Je pourrais parler pendant des heures de sa force intérieure. Elle avait vécu des années d’authentique enfer, séparés de ce qu’elle aimait le plus, ses enfants, et en particulier cette petite fille qui la fuyait maintenant. Elle avait enduré la haine démentielle de tout un pays et de juges sectaires habités par un sentiment de vengeance aveugle contre des gens en leur majorité absolument innocents de quelque crime. Elle, uniquement pour être la femme de Léon Degrelle, mérita le pire des châtiments, condamnée à dix ans de prison. Et quelle prison ! » (p. 48)

     

    En effet, pour lui avoir rendu visite à la prison de Namur, Anne peut certainement témoigner des conditions ignobles de détention de sa mère ainsi que du traumatisme que cette visite provoqua chez elle qui n’avait qu'une dizaine d'années : « Ce que nous vîmes tout d’abord, ce n’était pas des gardiennes, mais des religieuses. Pour moi, une religieuse était synonyme de bonté et de douceur, mais ce que nous avions devant nous, c’étaient des femmes en habit religieux, oui, mais avec le regard le plus dur et le plus haineux que j’aie jamais vu.

    Elles nous introduisirent dans une sorte de parloir avec deux bancs, une grande table au milieu et une minuscule ouverture par où passait à peine la lumière.

    Après un long temps d’attente, des pas se rapprochèrent et l’impatience grandit dans mon âme… Elle entra enfin par cette porte, entre deux religieuses gardiennes de prison. Elles ne nous permirent pas d’avoir le moindre contact physique avec elle. Ni une caresse, ni un baiser. Ma sœur Chantal et moi, nous ne pouvions qu’obéir. Je n’ai même pas été capable verser une seule larme en voyant ces êtres cruels capables de torturer ainsi des petites filles et une mère qui avait tant souffert. Elles savaient pourtant que le seul crime qu’elle avait commis était de porter le nom de son mari.

    Physiquement, elle était méconnaissable. Cette femme dont nous nous rappelions l’extrême beauté, avec ses beaux yeux bleus et sa chevelure blonde, ne nous paraissait plus que l’ombre d’elle-même. Son expression déchirée par la douleur, les yeux gris, noyés des larmes qu’elle ne pouvait empêcher de couler, un petit corps qui se devinait à peine sous un sombre uniforme et les pieds chaussés d’espadrilles. Elle qui n’avait été que glamour et élégance.

    Nous voulions lui donner quelques gâteaux mais les geôlières nous en empêchèrent. Assises de part et d’autre de la table, nous ne pouvions que nous regarder, nous imprégner de cette image tragique sous le regard glacé de ces “servantes de Dieu”. […]

    Je crois que, jusqu’à aujourd’hui, ce souvenir est le plus traumatisant et le plus infiniment douloureux qu’aucun autre qui l’a précédé. Chaque fois que je revois cette image de profond désespoir, de solitude et d’abandon total, je ne peux retenir mes larmes. Quinze ans plus tard, j’en ai également arraché à mon père, son mari, quand je lui ai raconté cela de la manière la plus minutieuse possible. Quant au sujet des responsabilités, c’est une autre affaire. J’y reviendrai… ou non. […]

    Ma grand-mère, voyant à quel point nous avions été marquées, tout à fait inconsolables, décida qu’il n’y aurait plus de visites à la prison. Des années plus tard, ma mère nous raconta que ce fut elle qui décida que nous ne reviendrions plus, car elle ne voulait plus nous voir souffrir ainsi. » (pp. 38-39).

     

    Michel Lemay Dutilleul Capture écran.JPG

    À nouveau, Anne Degrelle-Lemay laisse entendre que son père pourrait porter de (secrètes ?) responsabilités dans l’emprisonnement de sa mère et ses conditions de détention. Mais, en définitive, elle choisira de ne pas en dire davantage dans son livre : « Quant aux responsabilités… j’y reviendrai… ou non. »

    Son oncle Michel qui connaît certainement le sujet mieux qu’elle, ne tournera pas autour du pot. Il déclarera tout net –et sans sous-entendus accusateurs, ni même imputer quelque responsabilité au mari de sa sœur– face à la caméra de Philippe Dutilleul pour son documentaire au titre-jeu de mots déplorable Léon Degrelle ou la Führer de vivre (2009): « Le fait d’avoir été mise en taule pendant quatre ou cinq ans alors qu’elle n’avait rien fait, c’est certain que ce fut quelque chose de déplorable. D’ailleurs aucune épouse d’homme politique n’a eu à subir son sort. Normalement, on s’adresse au personnage, pas à son épouse ! Donc elle a certainement énormément souffert. Ça a cassé sa vie, forcément. Si elle était en prison, elle payait pour son mari. C’était un couple, ils ont fait quand même cinq gosses. Évidemment, comme toute jeune femme, quand elle a vu l’ascension de son mari, je suppose qu’elle a été un peu grisée. C’est normal. Mais elle n’a jamais pris position ; elle n’est jamais intervenue personnellement dans les affaires politiques quelles qu’elles soient. » (Capture d’écran du film-documentaire Léon Degrelle ou la Führer de vivre donnant « la parole aux derniers témoins directs et proches de Léon Degrelle »).

     

    Pour Anne et les autres enfants du Commandeur de la Wallonie, comme nous l’avons vu dans notre chapitre précédent, changer de nom et porter celui de la mère alla donc de soi, non pour égarer les recherches des « détectives » de Léon Degrelle –il fallait pour cela trouver des résidences gardées secrètes– mais pour échapper aux persécutions d’une épuration sans fin.

     

    « A nouveau, l’inconnu. Pourquoi cet autre nom aujourd’hui ? Pourquoi une telle crainte chez les adultes de ce que nous pourrions raconter de cette vie qu’il fallait effacer absolument ? Et là, à dix ans déjà et plus mûre que n’importe quel enfant de mon âge, je commençai à adapter mon esprit à une future existence de mensonges, de peur de tout faire foirer et surtout de questionnements : qu’avait fait mon père pour que je doive me cacher de lui, enterrer ce nom qui mettait en danger ma vie ainsi que –je l’ai su plus tard– celle de mon oncle Manu et de sa famille. » (p. 32)

     

    « Des amies, à cette époque, je ne me souviens pas d’en avoir eu une en particulier. Je me sentais toujours différente. Ma famille n’était pas normale. Du reste, je n’avais ni père, ni mère. Je portais un faux nom. Je me sentais prisonnière de cette situation anormale. C’était comme une flétrissure qui ne me quitterait jamais. » (p. 45).

     

    On le voit, cette situation n’est pas sans conséquence sur le psychisme de l’enfant. Mais comme elle le découvrira rapidement, ce changement de nom était néanmoins nécessaire pour protéger les enfants de Léon Degrelle contre la haine de la populace. Mais s’agit-il bien d’une haine irraisonnée ? Tous ces braves gens ont-ils nécessairement tort ? A nouveau, Anne entretient le doute : « Qu’avait fait mon père pour que je doive enterrer ce nom qui mettait en danger ma vie ainsi que celle de mon oncle Manu et de sa famille ? » !...

     

    Anne se contentera de nous rapporter deux ou trois expériences qui, si elles n’ont pas mis sa vie ou celle de ses sœurs en danger et relèvent donc davantage de l’anecdote, sont néanmoins révélatrices de l’intolérance de la société pour tout ce qui touche aux « vaincus » et, plus précisément de l’exécration désormais attachée au nom de Degrelle.

     

    « Ma sœur Chantal avait une amie, Henriette, qui appartenait à une famille de propriétaires terriens très appréciée dans la région. Un jour, elle fut invitée à la maison et rencontra un des cousins appartenant à la noblesse. C’était un conte de fées, car elle tomba éperdument amoureuse de ce garçon. Et je n’exagère pas. Mais, en vérité, cet amour entraînerait un véritable drame. Chantal, innocente et aveuglée par l’amour, lui raconta toute sa vie. Ce qui ne posa aucun problème au garçon. Bien plus, son amie lui sembla encore plus intéressante avec ce halo de mystère, sa fausse identité et ses aventures incroyables. Mais lorsqu’il raconta tout à ses parents, ceux-ci virent tout de suite le problème. C’est ainsi que finit cette histoire d’amour. Chantal dut tout avaler d’un coup. Un coup bas de la vie, qui lui brisa le cœur à dix-sept ans ! Jamais plus ils ne se revirent. On ne jouait pas avec la France qui avait combattu dans “La Résistance”. » (p. 51).

    MP Lemay Soir 1946 05 17.JPG

    Portrait-charge de Marie-Paule Lemay pendant son procès (Le Soir, 17 mai 1946)

    « En 1953, je me suis présentée à mon premier BAC. […] A nouveau, je dus payer les pots cassés à cause de ma nouvelle identité : j’avais cessé d’être Anne Lemay pour redevenir Anne Degrelle. Aucune de mes compagnes de classe ne s’était aperçue que j’avais réussi puisque l’Anne Lemay qu’elles connaissaient n’apparaissait sur aucune des listes officielles.

    L’année suivante, pour le second BAC, où j’obtins la « mention très bien » en philosophie (j’avais choisi Voltaire), ma découverte du résultat fut encore plus romanesque.

    Ce jour-là, ma meilleure amie, Martine Parent, m’avait proposé de venir dormir à sa maison. Le soir, nous étions toutes les deux dans sa chambre à écouter à la radio la liste alphabétique des candidats reçus. Soudain mon vrai nom sort et je me mets à faire de bonds de joie sur les lits. Martine me regardait sans rien comprendre et je dus tout confesser du mensonge dans lequel j’avais vécu depuis la fin de la guerre.

    Je ne me souviens plus des explications que j’ai dû donner au reste de la famille. […]

    Le plus triste de cette histoire, c’est que Martine et moi, nous dûmes cesser de nous voir. Il n’était pas question que je rentre dans le cercle de cette famille de grands industriels de Roubaix, une autre ville importante du nord de la France où ils vivaient. Dix ans après la fin de la guerre, c’était toujours la même chose ! » (p. 56).

     

    On le voit, la détestation attachée au nom « Degrelle », suscitée par la haine des démocrates victorieux, fut bien une réalité, imposant aux enfants du dernier Commandeur de la Légion Wallonie l’indispensable précaution de se cacher en changeant de nom.

     

    Nous ne pouvons néanmoins que manifester de l’étonnement lorsque l’auteur nous explique que les enfants de Léon Degrelle réussirent à se préserver en portant le nom Lemay, en même temps que ses oncles Lemay n’étaient nullement protégés par leur nom et se faisaient persécuter uniquement parce qu’ils auraient été parents par alliance du même Léon Degrelle !

     

    En fait, ne furent cruellement persécutés parce qu’ils s’appelaient Degrelle que les parents et les sœurs (le frère avait déjà été assassiné !) de Léon Degrelle ainsi que leurs maris. Et, bien sûr, son épouse qui portait le nom Degrelle depuis son mariage, le 29 mars 1932.

    Avenir Lxg 1947.10.11 Appel père LD.JPG
    L'Avenir du Luxembourg, 10 octobre 1947.

     

    Et les Lemay alors ? Y compris l’oncle Emmanuel (« Manu » dans le récit d’Anne) réfugié au fin fond de la Dordogne où les villageois résistantialistes auraient découvert ses liens de parenté avec Léon Degrelle (dont ils n'avaient probablement jamais entendu parler) ?

     

    Cet oncle, Emmanuel Lemay, avait épousé, peu auparavant, en 1944, Lucette Roger qu’Anne aimera « aussi comme une mère, “une de plus” » (p. 47). Est-ce bien pour héberger des enfants belges qui portaient son nom qu’il se fit menacer et insulter ? « Le 16 août était l’anniversaire de la mort de quelques héros locaux de la Résistance. Une manifestation d’hommage était organisée dans une clairière près de notre maison. Mon oncle et la famille s’associèrent à la cérémonie : discours du maire et de quelques anciens combattants, bouquets de fleurs et beaucoup d’émotion. En échange de sa collaboration –dans ce cas, le mot est bien choisi – mon oncle ne reçut qu’insultes et menaces. Ils sont même venus le chercher pour le livrer à la police. À nouveau cette haine viscérale contre toute la famille. Uniquement pour être le beau-frère de Léon Degrelle. » (pp. 32-33).

     

    Mais il semble bien que le nom Degrelle ne soit pour rien dans les malheurs de la famille Lemay, tout de même plutôt dérisoires comparés à ceux des Degrelle. Le parcours de la famille Lemay entre 1939 et 1945 ne semble en effet pas avoir eu grand-chose à voir avec la Résistance et qui aurait donc très bien pu s’attirer toute seule les tourments de l’ « épuration ». Encore que nous n’ayons jamais trouvé trace de quelque procès impliquant des membres de la famille Lemay ou de leur importante et florissante société « Ciments Lemay » (dont pourrait sembler plausible l’implication dans la construction du formidable Mur de l’Atlantique, tant celui-ci dut engloutir tous les matériaux des usines continentales nécessaires au béton de ses bunkers : mais aucune trace n’en est à retrouver).

     

    Dans un courrier de 1954 (dont nous avons pu conserver le brouillon) à l’avocat de sa femme, Jean Thévenet, conseil de la famille Lemay croyant se sauver en l’accablant, Léon Degrelle règle l’affaire en quelques lignes éclairantes : « Les autres de la famille Lemay [à part mon épouse Marie-Paule] ? Mais la femme de l’aîné [Marc, 1912-1942], était au vu et au su de toute la ville de Tournai, la maîtresse d’un Allemand. Le deuxième Lemay, Jean, prisonnier des Allemands, au lieu de rester avec ses camarades, fit demander par sa mère sa libération anticipée dès l’automne de 1940, en s’adressant à des religieux, d’une part, en me demandant, d’autre part, d’intervenir près d’Abetz, ambassadeur du Reich, ce que je fis, et Jean Lemay fut libéré sur ordre télégraphique de Ribbentrop. Le troisième, Emmanuel [1920-1988], fut membre de la fameuse milice de Darnand, fit même une période d’entraînement à la mitrailleuse ! Il épousa –durant l’été 1944 !–, la fille d’un collaborateur notoire, échevin rexiste d’une grosse agglomération ouvrière de la banlieue de Mons [Gustave Roger, de Bracquegnies ?], mariage auquel j’assistai en uniforme d’officier supérieur de la SS, collier de la Ritterkreuz au cou. Il existe une photo assez drôle de ma belle-mère [Jeanne Lemay-Caton, 1888-1970] à mon bras, cette après-midi là. Tout ce monde était devenu entretemps anglophile ? Disons plutôt qu’il le devint, comme beaucoup d’autres, lorsqu’ils eurent senti le vent tourner. Le 8 août 1941, au départ de la Légion Wallonie pour le front de l’Est, l’aîné de mes beaux-frères d’alors était venu à Bruxelles, fort affectueusement, m’apporter à la gare du Nord, les adieux de la belle-famille.

    Donc là, vraiment, qu’on mette des sourdines aux indignations post-fabriquées ! »

    1954.03 LD Thévenet Lemay.jpeg


    M
    ais Anne Degrelle-Lemay demeurera inflexible dans ses certitudes et sa conviction de la culpabilité de son père : « De nos longues conversations et de mes innombrables heures de lecture m’est restée l’image d’un père qui a foutu la vie de sa famille en l’air, et la mienne en particulier » ! (p. 141).

     


    À suivre

     

  • Les mémoires « effilochés » d’Anne Degrelle-Lemay

    II. Anne Degrelle ou Anne Lemay ?

     

    Anne + LD 1958.jpg

    Une des toutes premières photos, probablement prise dans un bar de Constantina, d’Anne Degrelle avec son père chez qui elle est arrivée en juillet 1958. Léon Degrelle porte une cravate et un brassard noirs en signe de deuil pour son fils Léon-Marie, mort dans un accident de la circulation, le 22 février précédent.

     

     

    Anne Degrelle Couverture.jpgNous avons terminé la première partie de notre présentation des mémoires d’Anne Degrelle-Lemay (ce blog au 23 octobre 2020) par l’attitude surprenante de son père à son égard : « Pour lui, j’avais grandi dans un milieu hostile. Même lorsque je lui disais qu’il n’y eut jamais de commentaire haineux à son égard de la part de la famille Lemay, il en voyait le résultat dans ma prédisposition à douter. » (p. 93).

     

    Doutes qui se manifestèrent dès le tout premier contact : « Il n’était pas cette personne terrible que nous devions absolument fuir “pour notre sécurité”, comme on nous l’avait répété pendant tant d’années. Nous étions deux personnes qui se cherchaient, qui se regardaient, qui enlevaient des barrières. Nous faisions connaissance, mais toujours avec méfiance en ce qui me concerne ; et lui, il se rendait compte que j’avais encore du mal à l’inclure dans ma vie. » (p. 67).

    Et Léon Degrelle avait sans doute bien raison de soupçonner l’hostilité plus subtile que la famille Lemay instilla dans l’esprit de ses enfants. C’est Anne qui l’explique encore, à l’occasion d’une affirmation semblable d’apparent détachement des Lemay à son encontre : « Je ne puis qu’affirmer que je n’ai entendu de la bouche de ma grand-mère ou de n’importe lequel de mes oncles la moindre parole négative sur mon père. On ne parlait tout simplement pas de lui et, plus incroyable encore, nous ne posions pas de questions non plus sur lui. C'était un sujet tabou. Le simple fait de prononcer son nom pouvait nous mettre en danger. » (p. 42).

    Mais ce n’est pas du détachement ou de l'insensibilité, c’est de l’anxiété mêlée de suspicion, comme le reconnaît d’ailleurs Anne un peu plus loin : « Je lui expliquais que je ne pouvais relever ni estime ni aversion de la part de la famille Lemay. À peine de l’indifférence apparente, mais aussi de la peur, de la crainte d’avoir à répondre à des questions embarrassantes de notre part » (p. 93).

    Mais tout cela est-il bien vrai ? Anne nous laisse quand même entendre que les propos des Lemay sur Léon Degrelle n’étaient finalement pas si équivoques que cela, comme elle l'admet dans le récit de sa première rencontre avec son père : « Il n’était pas cette personne terrible que nous devions absolument fuir “pour notre sécurité”, comme on nous l’avait répété pendant tant d’années. » (p. 67). Elle le confirme encore dans le compte rendu de ses conversations à La Carlina : « C’est là que j’ai appris de vive voix ce qu’avait été la vie de cet être mystérieux et redoutable qu’on m’avait décrit durant toute mon enfance. » (p. 128).

    Pourquoi, d’ailleurs, la famille Lemay aurait-elle sinon utilisé toutes les ressources de la damnatio memoriae à l’encontre de leur parent par alliance, à savoir le silence, la calomnie et l’iconoclasme : « C’était un sujet tabou. Le simple fait de prononcer son nom pouvait nous mettre en danger. De sa vie et de ses erreurs politiques, de sa “responsabilité” dans le malheur de tant de gens, on ne parlait jamais. À la maison, il n’y avait aucune photo qui pouvait nous le rappeler. On en avait même découpé quelques jolies, comme celle où nous étions avec lui, ma sœur Chantal et moi, et que je lui ai montrée des années plus tard. “Ils m’ont guillotiné !” me dit-il, plaisantant toujours avec les choses les plus tristes… » (p. 42). Cette iconoclastie se voulait d’ailleurs systématique : « Malgré les soins attentifs de la famille Lemay pour découper les photos sur lesquelles apparaissait mon père, j’ai quand même pu l’apercevoir sur certaines d’entre elles. » (p. 66).

     

    Photo coupée Chantal+Anne.jpeg

    Anne publie dans son livre (p. 43) une photo où elle figure avec sa sœur Chantal (à gauche) : la famille Lemay a pris soin d’enlever la tête de Léon Degrelle (on en voit toutefois la main gauche autour de la taille d’Anne), en déchirant la photo à la main et non aux ciseaux, comme en témoigne les bords arrachés autour de la tête des enfants.

     

    L’éducation ainsi reçue par Anne a laissé de telles traces évidentes que son père perçoit les réticences de sa fille dès le premier abord : lorsqu’elle débarque à Séville qui l’enivre de son atmosphère lumineuse et paradisiaque, Léon Degrelle n’est pas dupe : « Mon père était également déconcerté, pas à cause des palmiers ni du parfum des jasmins, mais par ma réaction. » (p. 67). Elle précise en effet que sa première attitude en rencontrant son père fut celle de la méfiance : « À ce moment, il fallait encore que de nombreux doutes disparaissent pour que j’aie totalement confiance en lui. » (p. 67). Et cette confiance est-elle possible puisque son frère les avait quittées, sa mère et elle, pour rejoindre « le responsable de tous [leurs] malheurs », –chose dont elle ne veut même pas « essayer de comprendre les raisons » (p. 61) ? Son attitude, en découvrant son père, n’a pu que trahir pareils sentiments embarrassés.

    C’est que « jamais mon père ne renonça à nous retrouver, à récupérer ses enfants ». Alors que, toujours, la famille Lemay fut résolue à l’en empêcher : « La famille de ma mère, comme d’authentiques garants de notre sécurité, essayait de nous emmener d’un endroit à l’autre, d’un collège à l’autre, s’efforçant d’égarer ces pseudo-détectives qui essayaient de nous localiser et de nous suivre à la trace, toujours à l’affût. » (p. 61).


    Le récit de l’enfance d’après-guerre d’Anne donne plusieurs exemples de ces parties dramatiques de cache-cache dans la Dordogne de son oncle Manu qui l’y recueille, et jusqu’au collège où il l’a mise en pension dans les Alpes : « De notre séjour à Annecy, demeurent quelques témoignages photographiques : Chantal, Godelieve et moi, portant l’uniforme du collège, sur la balustrade en fer forgé d’un pont près du lac.

    Lac Annecy Chantal God Anne.jpeg

     

    Mais qui a pris cette photo ? […] Notre père dont on nous cachait tout afin de nous protéger (mais on ne nous l’a expliqué que bien après) ? Des années plus tard, en regardant cette photo, mon esprit de détective a commencé à assembler les pièces du puzzle et j’eus la certitude que les auteurs de ce reportage clandestin n’avaient pu qu’être les limiers de mon père. Cinq enfants ne disparaissent pas sans laisser de trace. Leur recherche ne pouvait cesser avant d’avoir porté ses fruits, dix ans plus tard. Je m’imagine l’angoisse de ma grand-mère et de mes oncles devant effacer tout indice et rester en alerte permanente pour empêcher qu’ils puissent atteindre leur objectif et nous emmener chez lui. » (p. 37).

    « Mais nous demeurions cachés. C’était vraiment la volonté de la famille de ma mère de nous mettre à l’abri des agents de mon père. Ma famille maternelle craignait qu’il nous kidnappe. Le Puy-Haut était l’endroit idéal. Mais depuis l’Espagne, mon père n’abandonnait pas et je le comprends aujourd’hui… Un jour, mon oncle Manu arriva à la maison hors d’haleine après avoir monté en courant la côte du Puy-Haut. Il nous demanda de nous cacher et, surtout, de ne pas aller sur la terrasse. Une voiture immatriculée en Espagne venait d’arriver au Chaubier (sa maison ainsi que la nôtre pendant trois ans). Mon oncle était parvenu à les semer, je ne sais pas encore comment, mais on n’a plus entendu parler de ces détectives espagnols… provisoirement. » (p. 42).

     

    On le voit, si les Lemay ne disent pas crûment de mal de leur beau-fils, beau-frère ou mari, ils se conduisent envers lui comme envers un pestiféré ou un malfaiteur. Anne y insiste d’ailleurs : « Durant toute notre vie, [ma mère] avait lutté pour nous tenir à l’écart de son influence, de l’incertitude d’une vie dont elle a toujours voulu nous tenir éloignés » (p. 72) ; « Ce n’est qu’un exemple du souci permanent avec lequel [ma grand-mère et mon oncle] vivaient pour nous protéger de tout danger » (p. 42) !

     

    MP+Chantal+Anne+Léon-M+God.jpg

    Dans le parc de la Drève de Lorraine, Marie-Paule Degrelle-Lemay et ses enfants, (de g. à dr.) Chantal, Anne, Léon-Marie et Godelieve : « Je me souviens de ma mère, apparemment heureuse, mais je me rendais compte qu’elle souffrait. D’abord, à cause de l’accident de Chantal, et, plus imperceptiblement (les enfants sentent ces choses), à cause de la vie tellement particulière qu’elle supportait suite aux dérives politiques de son mari. » (p. 15).

     

    Aussi doit-t-elle changer de nom dès son arrivée chez son oncle en Dordogne : « il fallait effacer définitivement ce nom et le remplacer par celui de notre mère. Ce fut le début de cette vie aux origines fictives, à l’enfance réinventée, aux drames qu’il fallait abandonner en un endroit caché et lointain de notre mémoire. Attention à ne jamais parler de cette courte vie antérieure, de cette famille, celle de mon père, qu’il ne fallait pas même nommer et de laquelle, pour notre sécurité, on réussit à nous séparer pour toujours. » (p. 32). « Cette vie a fini par me plaire. J’ai arrêté de me considérer comme un drôle d’oiseau. Je portais un faux nom. Personne ne le savait. Du coup, ma vie d’avant avait cessé d’être un fardeau. » (p. 34).

    Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Anne vécut écartelée entre les deux familles, sans se rendre compte, apparemment, qu’on lui imposait un état de recluse sous prétexte d’empêcher son père de le lui imposer (« Ma famille maternelle avait peur qu’il nous kidnappe », p. 42)…

    C’est ainsi qu’après avoir refusé de comprendre pourquoi Léon-Marie, son frère adoré avait rejoint « le responsable de tous [leurs] malheurs […] cette personne dont le nom seul était tabou », elle, qui se considérait comme « celle qui était la plus opposée à tout ce qu’il représentait dans [leur] vie », dut néanmoins, sur les instances de sa mère, accepter de rejoindre son père après la mort accidentelle de Léon-Marie : « La douleur fut atroce. Je me souviens seulement de ma mère que nous étions incapables de consoler et chez qui nous ne pouvions qu’ajouter de la douleur à la douleur. […] La force de ma mère m’impressionnait chaque jour davantage. Toutes ses pensées allaient vers mon père. Elle imaginait à quel point cet homme devait être brisé. Dans son cœur, il n’y avait pas de place pour la rancune. Son mariage était brisé, mais aujourd’hui, c’étaient des parents unis dans la tragédie. […] De sorte qu’un jour, alors que je revenais du travail à la maison, cette mère détruite me dit : “Je veux que tu ailles en Espagne consoler ton père.” » (pp. 61-64).

     

    LD+Tombe Léon-Marie Constantina.jpg

    La tombe de Léon-Marie, premier des enfants de Léon Degrelle à avoir rejoint leur père en Espagne : quelques mois à peine après son arrivée, il fut victime d’un accident de moto à Séville, le samedi 22 février 1958. Ses funérailles furent célébrées le lendemain à Constantina ; il repose dans le cimetière municipal (ce blog au 26 février 2016).

     

    Anne qui, tout au long de ses souvenirs, se présente comme une cartésienne intransigeante, analyse alors cet écartèlement, à partir de l’expérience de son frère : « Qu’est-ce que je faisais soudainement en Espagne ? Ce Léon Degrelle, mon père, n’avait jamais fait partie de ma vie. Je devais apprendre à le connaître, tout en sachant que tous deux, nous devions supporter un terrible malheur : la mort d’un garçon de dix-huit ans. Ma mère m’avait envoyée pour le “consoler” : mais moi aussi, j’étais détruite et pétrie de sentiments mitigés. Je ne voulais pas que des pensées difficiles à écarter me viennent à l’esprit. Je savais que ce père devait souffrir indiciblement de ce nouveau coup du destin. D’un autre côté, il y avait cette fuite de mon frère d’un foyer qui lui avait tout donné, d’une mère et de sœurs qui l’adoraient, vers un père qu’il considérait (je l’ai compris par après car j’ai partagé ces mêmes sentiments) comme un exilé, un homme qui souffrait d’une séparation cruelle de toute sa famille. Il ne s’agissait pas de se détacher de sa famille maternelle mais d’un désir devenu une obsession d’apprendre de vive voix quels avaient été les péchés et les “crimes” de cet homme cherchant désespérément à revoir ses enfants, leur raconter sa version de l’histoire, et se faire pardonner pour le calvaire qu’ils avaient eu à souffrir par “sa” faute. » (p. 66).

    Cet écartèlement est bien présent aussi lors de la toute première rencontre entre le père et la fille –ce qui, comme nous l’avons vu– n’a pas échappé à Léon Degrelle : « Je ne pouvais me défaire de l’image de ma mère, si combattante et d’une noblesse de caractère et de sentiments peu courante, que j’avais laissée à Paris submergée de douleur. Mais je savais ce qu’elle voulait : que je l’aide, lui, à surmonter ce coup tragique, ultime coup du destin à notre famille. » (p. 67).

    Léon-Marie.jpg« [Léon-Marie] avait une tête pleine de rêves ; c’était un grand lecteur, romantique et mélomane jusqu’à la moelle ; il avait aussi une qualité qui nous enchantait tous, son sens de l’humour. Nous passions avec lui des moments de rire incroyables, avec des gags dignes des meilleurs humoristes, mais sans jamais dépasser les bornes car c’était un gentleman, avec cette classe naturelle qu’il avait héritée de sa mère. » (p. 61).

     

    Aussi, dans ses mémoires, si Anne ne manque pas de souligner l’amour qu’elle vouera désormais à ce père retrouvé, cet amour se teintera néanmoins toujours de circonspection : « Suprêmement élégant, portant costume clair et cravate. J’examinais tout. Il était exactement comme je me l’imaginais. Ce fut un coup de foudre (l’amour au premier regard). Voilà ma première impression. […] Son visage grave, au regard profond, aux yeux brillants pleins de larmes. Ce sont eux qui furent responsables du fait que je ne pourrais plus vivre séparé de lui. » (p. 66). « Nos retrouvailles aboutirent à un coup de foudre. Je l’aimais, tout en sachant qu’il me ferait souffrir. » (p. 72). « Les questions que la raison m’inspirait pour que je voie une réalité que je ne voulais pas accepter demeuraient dans un fond caché de mon esprit, prisonnières d’un amour naissant dont j’avais tant besoin. Nous nous aimions, point final. » (p. 80). Elle conclura ainsi dans les dernières pages : « J’ai appris à le juger, à me faire ma propre opinion, plus critique que favorable. […] Ces années de la Seconde Guerre mondiale, depuis le départ en 1941 du premier contingent de la Légion Wallonie jusqu’au désastre final en 1945, ont constitué l’axe central de cette biographie : non la mienne en tant que telle mais en tant que fille d’un politique, d’un poète, d’un écrivain… que j’ai connu tardivement et que j’ai toujours essayé de juger selon mes propres critères. » (pp. 128 et 141).

     

    Anne+LD Tolède.jpg

    Photo touristique prise à Tolède, lors du premier séjour d’Anne Degrelle auprès de son père (portant toujours le deuil de son fils) : il fera avec elle le voyage de Madrid, visita Tolède, puis remonta vers le pays basque pour la laisser à Irun, dans le train de Paris : « Tout ce qu’il voulait, c’était me faire profiter au maximum de sa présence, emplir ma mémoire de souvenirs merveilleux et me convaincre de la vie magnifique qu’il pouvait nous offrir, à mes sœurs et à moi, si nous voulions revenir chez lui » (p. 72).

     

    La famille Degrelle, quant à elle, non seulement ne bénéficiera pas d’une telle affection spontanée tant elle avait sombré dans l’oubli le plus total, mais, de plus, elle devra endurer davantage que la défiance entretenue envers son père : une quasi-aversion.

    « Et moi ? Avais-je encore quelque souvenir de la maison de mes grands-parents paternels ? Et de Bouillon ? Très vaguement. J’avais beaucoup de tantes car mon père avait quatre sœurs. L’une d’entre elles, l’aînée, se fit religieuse cloîtrée –je pense que c’était de l’Ordre du Carmel […]. De mes tantes et de mes cousins, de mon oncle assassiné, je n’ai pas le moindre souvenir. […] Cependant, ce fut l’une de mes tantes, Louise, la sœur quasi-jumelle de mon père, qui porta la responsabilité de la reprise de contact de mon frère avec son père. J’ai déjà raconté […] cette chasse incessante de la famille Degrelle pour nous emmener en Espagne auprès de mon père, jusqu’à ce qu’à l’insu de ma mère, ils « kidnappèrent » mon frère et l’emmenèrent sans passeport ni papiers, caché dans une voiture, jusqu’à Séville. Nous savons désormais à quelle tragédie aboutirent ces retrouvailles. » (p. 162).

     

    Marie + Louise-Marie Couvent.jpg« Nous avons été voir une fois [la sœur aînée de mon père] et c’est à peine si je me souviens de son visage, mais je me rappelle bien l’affection avec laquelle elle nous embrassa. Je ne sais pas ce qu’elle pensait de son frère Léon. Mère Marie des Abys –c’est ainsi que nous la connaissions– a vécu toute la guerre ainsi que la persécution dont fut victime le reste de sa famille, parents, frères et sœurs, depuis la solitude de son couvent. Je sais qu’elle est morte très âgée et que mon père eut énormément de chagrin lorsqu’il apprit son décès. » (p. 162 ; Marie, sa sœur aînée –30 juillet 1896 - 6 mars 1980– était la marraine de Léon, voir ce blog au 15 juin 2021. Marie était religieuse de l'ordre de la Visitation de Sainte-Marie ; elle est ici au côté de sa nièce, Louise-Marie Massart, dans le parc du monastère des Abys, à Paliseul, non loin de Bouillon).

    « Ghislaine Massart, une nièce de mon père –c’est-à-dire une cousine à nous–, découvrit (je dois saluer ici les talents de détective de ces membres de la famille) l’endroit où travaillait ma mère à Paris […]. Mon frère, qui vivait également à Paris, allait souvent la voir après ses cours. C’est ainsi que ma cousine le retrouva et commença son travail de “réconciliation familiale”… Elle ne réalisait pas le mal qu’elle faisait à la famille Lemay, à ma mère en particulier, à ma grand-mère, qui nous avaient élevés pendant toute notre enfance et notre adolescence, qui nous avaient protégés de la rancune et de la haine de ceux qui nous persécutaient uniquement à cause de notre nom. » (p. 61).

     

    LD+Guilaine Massart.jpgLéon Degrelle dans son refuge de Majalimar, en 1949, en compagnie de sa nièce Ghislaine Massart, la fille de sa sœur Louise-Marie.

     

    « Au mois de juillet 1958, […] de nouvelles figures que je ne connaissais de nulle part débarquèrent tous les jours. Des cousins du côté de mon père, la famille Degrelle, que je n’avais jamais vus de ma vie. Une de mes cousines, Ghislaine Massart, était précisément la responsable de la fuite de mon frère de Paris, qui connut une fin si tragique. […] Et, parmi ces arrivées en bataille, j’eus l’honneur de connaître un autre cousin, fils d’une sœur de mon père, au regard mauvais, que je fuyais et qui essaya de m’embrasser entre deux portes en s’attirant ainsi une baffe magistrale. » (p. 77).


    Mais à nouveau, si Anne n’éprouve qu’antipathie ou indifférence pour sa famille paternelle, c’est à son père qu’elle en impute la responsabilité : n’affiche-t-il pas son désintérêt pour la vie d’après-guerre des Lemay ? Aussi n’hésitera-t-elle pas à manifester à son tour amnésie et insensibilité : « Il savait que la famille Lemay nous avait sauvés de la cruelle vengeance des vainqueurs dont furent victimes tant de familles emprisonnées dans des conditions inhumaines. Parmi elles, sa propre famille : parents, sœurs, nièces adolescentes… Persécution dont nous fûmes protégés mes sœurs, mon frère et moi, mais à laquelle n’échappa pas ma mère. Dans nos conversations, il essayait de ne pas approfondir ce que furent notre enfance, notre vie estudiantine et notre relation inexistante avec la famille Degrelle. Il devait souffrir en voyant que nous n’avions absolument aucun souvenir d’elle. Fracture complète. Vide total. » (p. 86).

    Anne se fera néanmoins violence en s’efforçant de garder le contact avec le côté Degrelle de sa famille, mais son apparente bonne volonté ne pourra se couronner d’aucun succès :

    « Pourtant, j’ai essayé de garder des relations familiales avec tous, en allant les visiter avec mes enfants à Bruxelles, ainsi qu’à Anvers où vivait une de mes tantes mariée avec un Flamand [Suzanne Lamoral]. Ils étaient des plus affectueux, se coupant en quatre pour nous faire plaisir et essayer de rattraper le temps perdu, mais avec le temps, nous nous sommes éloignés et nous ne nous sommes même pas revus quand mon père est mort. » (p. 162 ; de la fratrie de Léon Degrelle, en 1994, seules vivaient encore Suzanne Lamoral et Louise-Marie Massart, toutes deux malades, handicapées –Louise-Marie étant même aveugle– et incapables de faire le voyage d’Espagne).

     

    Parents LD+Anne Chantal.jpg

    Anne Degrelle n’aurait malheureusement quasi plus aucun souvenir précis de ses grands-parents paternels. Rapportant les propos de son père, elle nous dit que sa grand-mère paternelle était « la femme la plus généreuse et douce au monde, incarcérée comme le reste de sa famille dans une cellule nauséabonde, sans pouvoir revoir ni son mari ni lui donner un ultime baiser avant de mourir » (p. 165). Elle est ici avec sa grand-mère, tandis que sa sœur Chantal est avec son grand-père dans le parc de la Drève de Lorraine ; à l’arrière-plan, son père est en conversation avec Victor Matthys.

     

    La conclusion s’impose donc, sans appel : « En cet été de 58, tous ces oncles et cousins débarquèrent les uns après les autres à La Carlina. En me rappelant cela aujourd’hui quelque 60 ans plus tard, je dois reconnaître que je ne les ai jamais considérés comme ma famille. » (p. 162).

    Et son corolaire, inévitable, est : « Ma véritable famille fut toujours la famille Lemay. Et ma grand-mère maternelle est irremplaçable dans mon cœur. » (p. 162).

    Aussi le ton est-il tout autre lorsqu’il est question des parents maternels. D’autant plus qu’ils eurent également, semble-t-il, à souffrir après la guerre. Et la cause de cette souffrance est clairement imputée à Léon Degrelle, même si cette cause est tout accidentelle, due au seul mariage de Marie-Paule.

    « Mais nous sommes toujours en 1945, la guerre vient de finir et nous nous retrouvons dans cet orphelinat de l’Assistance publique. Qui est ce couple qui s’approche de nous et nous invite à les suivre avec tant d’amour ? Il s’agissait d’un frère de ma mère et de sa femme. Ma grand-mère maternelle, ma bonne-maman adorée, s’était rendue à Bruxelles et les avait envoyés pour nous sauver. » (p. 28).

    « Ma bonne-maman [Lemay] ne nous abandonnerait jamais malgré qu’à cette époque elle avait déjà 57 ans. Elle était restée veuve durant toute la guerre et ses fils étaient déjà majeurs et indépendants. Elle n’avait plus désormais d’yeux que pour ces cinq enfants “orphelins” à cette époque. » (p. 29).

    « La dernière nuit [avant mon départ en pension à Annecy], –je ne sais si j’étais plus sensible que les autres–, je ne fis rien d’autre que pleurer et ma bonne-maman ne trouva pas d’autre remède que de se coucher avec moi. Elle avait un lit immense avec un édredon en plumes (déjà à cette époque) et un grand feu de cheminée. Je ne sais pas si ce fut une bonne idée de passer cette dernière nuit blottie contre ma bonne-maman –ma mère pendant tant d’années– car il m’en est resté un souvenir si profond et agréable qu’aujourd’hui encore j’en suis émue en me le rappelant. » (p. 34). « Je suis terriblement pratique. Je tiens mes pieds fermement sur terre. Comme je l’ai dit, je vis au présent. Et mon présent, c’était, en premier lieu, ma bonne-maman, ma raison de vivre, et ensuite, le collège. » (p. 45). « J’ai appris à vivre au jour le jour avec cette merveilleuse grand-mère qui, dans sa volonté de nous aider et de nous protéger de cette tragédie qui l’atteignait elle-même, s’était transformée en notre mère. » (p. 46).

    La bonne-maman Lemay occupe ainsi une place toute particulière dans le cœur d’Anne, ayant littéralement remplacé sa mère dans sa prime adolescence et l’ayant surtout « protégée » de son père qui semble même craindre de reconnaître sa responsabilité dans la situation où s’est retrouvée plongée la famille Lemay, qui est la seule que se reconnaît Anne : « Arriva le moment des questions aussi bien de son côté que du mien. Mais il n’osait pas trop creuser, craignant d’apprendre les détails du calvaire qu’avaient vécu ma mère, ma grand-mère, mes oncles maternels et nous autres, ses cinq enfants, qui avons échappé à l’Assistance publique grâce, précisément, à cette femme intelligente, courageuse, merveilleuse : ma grand-mère maternelle. » (p. 85).

     

    Bonne-maman Lemay1.jpeg

    Les portraits que nous avons de la bien-aimée « bonne-maman » d’Anne Degrelle-Lemay sont rares : celui-ci provient de son livre de souvenirs (p. 33). De gauche à droite, au premier plan, Anne, Godelieve, Chantal et Léon-Marie ; à l’arrière-plan, Jeanne Lemay-Caton et, dans ses bras, la petite Marie-Christine. Nous le reproduisons car celui dont nous disposons est justement amputé du visage d’Anne (ci-dessous : Anne est debout à l’arrière-plan) : de gauche à droite, devant la grand-mère Jeanne Lemay, Chantal, Marie-Christine, Léon-Marie et Godelieve.

    Bonne-maman Lemay2.jpg

     

    « La maison ou, plutôt, la ferme, appartenait à mon oncle Manu, le petit frère de ma mère, à peine marié et papa d’une fillette d’à peine un an qui deviendrait l’amie inséparable de ma petite sœur du même âge. Mon oncle était ingénieur agronome et, suivant sa vocation, avait acheté cette ferme […]. Je me souviens de ces années à Eyliac comme comptant parmi les plus heureuses de ma vie. » (pp. 29-30).

     

    « Le Périgord était une région où la Résistance avait été très active pendant toute l’occupation allemande. Quand mon oncle Manu arriva à Eyliac, jeune marié, les paysans et les fermiers des environs ne connaissaient rien du reste de la famille. Ils s’estimaient, s’aidaient pour les travaux des champs ; ils étaient amis. Mais lorsque nous sommes arrivés, ma grand-mère et nous cinq, les bonnes gens de l’endroit commencèrent d’abord à avoir des soupçons, puis à poser des questions et enfin à manifester ouvertement leur haine. […] Mon oncle ne reçut que des insultes et des menaces. […] De nouveau cette haine viscérale contre toute la famille. Uniquement pour être le beau-frère de Léon Degrelle. Je ne pouvais pas passer sous silence cet épisode de la vie de mon oncle qui nous a tant aidés et protégés dans cette étape de notre vie, si difficile pour tous. » (pp. 32-33).

     

    « La famille de ma mère (des industriels importants en France), malgré qu’elle fut frappée de sanctions financières exorbitantes uniquement pour avoir été de la famille politique de Léon Degrelle, continua de jouir d’une fortune considérable de sorte que, grâce à elle, nous pûmes continuer à fréquenter de bons collèges » (p. 35).

     

    Mariage LD-MP 29.03.1932.jpg

    Photo du mariage de Léon Degrelle avec Marie-Paule Lemay, prise dans le jardin de la propriété des Lemay, à Tournai, le 3 mars 1932, au lendemain des fêtes de Pâques. C’est probablement la seule fois que les deux familles furent réunies pour une fête. « Entre-temps, ma mère vivait le pire cauchemar de sa vie (mais on ne nous avait alors rien raconté), enfermée dans une geôle en Belgique après avoir été condamnée à dix ans de prison pour être la femme de Léon Degrelle. » (p. 29).

     

    « [Marie-Paule Lemay] savait que sa mère et ses frères avaient perdu une fortune en paiement d’ “indemnités de guerre”, confiscation de leurs biens et coups quasi-mortels à la cimenterie de la famille Lemay, tout cela à cause des liens de parenté avec Léon Degrelle. Et en outre, ils durent encore supporter tous les frais de notre éducation et de notre scolarité pendant l’incarcération de ma mère. » (p. 47).

    « J’évoquais simplement des images de foyer, d’amour, de rires de ma petite sœur, de bûches flambant dans la cheminée, de baisers de ma bonne-maman ou de ma tante Lucette (que j’aimais aussi comme une mère, “une de plus”) » (p. 47).

    « Le conseiller familial, –c’était mon oncle Michel (un frère de ma mère) qui, déjà à cette époque, dirigeait nos vies presque comme un père – voulait me garder auprès de lui et me conseiller dans mes études et la voie à suivre. Il vivait avec sa femme, ma tante Pierrette, à Tournai, à seulement 40 km de Lille. C’est lui qui dirigeait l’énorme usine des “Ciments Lemay” fondée par son père, mon grand-père Marcel Lemay, et qui traversa de multiples péripéties pendant la guerre. Brillant ingénieur, il succéda à deux de ses frères (également ingénieurs industriels) qui, pour diverses raisons, finirent l’un au Venezuela, l’autre au Mexique. Bref, mon oncle Michel et son épouse Pierrette me prirent sous leur aile. J’étais la fille qu’ils n’avaient pu avoir. » (p. 54).

    « Un jour, j’ai surpris des conversations entre eux sur leur désir de m’adopter légalement, tout d’abord par amour, et puis aussi pour débarrasser ma mère des frais de mon éducation. » (p. 56).

    anne degrelle-lemay,léon-marie degrelle,carlina,emmanuel lemay,damnatio memoriae,chantal degrelle,godelieve degrelle,jeanne lemay,marie-paule lemay,marie degrelle,abys,ghislaine massart,louise-marie massart,suzanne lamoral,michel lemay

    L’oncle Michel, l’aspirant papa d’Anne, a bien décidé de tourner la page degrellienne : rangé désormais dans la bien-pensance, il s’est racheté une réputation politiquement correcte grâce à des fréquentations choisies, s’est offert un rond-point à Tournai en blocs de pierre de ses carrières, –l’inaugurant avec le ministre-président de la Région wallonne, le socialiste Rudy Demotte (à gauche ; Michel Lemay lève le drap à droite ; capture d’écran NoTélé). Il légua une somme relativement symbolique aux filles de feue sa sœur Marie-Paule, avant de laisser l’essentiel de sa fortune à un fonds de mécénat local portant son nom et celui de sa deuxième épouse, Claire Lemay-Poncheau, géré par la Fondation Roi Baudouin. Son faire-part de décès, en 2012, ne signale que de rares amis de l’establishment tournaisien, aucun membre de sa famille, et mentionne les honneurs officiels que son néo-conformisme lui ont valus.

     

    « Mais l’événement le plus triste qui vint ternir mon bonheur, peu de jours après la naissance de ma petite Hélène, fut le décès de ma grand-mère maternelle, pivot et guide de toute mon enfance et adolescence [28 janvier 1970]. Je ne pus être à ses côtés aux moments ultimes de sa vie, car Hélène n’avait que quinze jours et avait besoin de toute mon attention. » (p. 104)

     

    « Ma mère mourut au printemps de 1984 [le 29 janvier !]. […] Je pleurai désespérément. Se mêlaient en moi la peine immense de sa perte et le remords de l’avoir laissée seule en France, ayant choisi de vivre aux côtés de ce père dont elle avait voulu nous éloigner pendant quinze ans. » (p. 118)

     

    « Mon unique famille fut la famille Lemay. Pendant les années les plus cruciales de mon enfance et de ma jeunesse, ma grand-mère et mes oncles ont toujours été à mes côtés. Ma mère, après ses cinq ans de torture carcérale, revint dans nos vies avec des cicatrices impossibles à fermer. Elle fut admirable dans ses efforts pour essayer d’ignorer les souvenirs qui la tourmentaient, soigner les blessures de son corps et de son esprit, et assumer ses responsabilités quant à notre formation humaine et intellectuelle. » (p. 117)

    Anne Degrelle est donc d’abord et avant tout Anne Lemay. En témoigne encore le vif désagrément dont elle nous fait part au moment de son installation dans l’Espagne de son père : « Mais en Espagne, j’étais la fille de Léon et mon nom devait être Degrelle : cela m’a coûté énormément de devoir m’y habituer. » (p. 131).

     

     

    L’essentiel de la documentation iconographique de cet article provient du CPDH (Collection Privée de Documentations Historiques) de ©Jacques de Schutter.

     

     

    À suivre

     

  • Les mémoires « effilochés » d’Anne Degrelle-Lemay

    I. La Carlina

     

    1.Carlina. Vue érienne.jpg

    Vue aérienne de La Carlina.

     

    Nous avons annoncé, il n’y a guère, la parution d’un petit livre en espagnol intitulé Degrelle, l’homme qui changea mon destin, écrit par Anne Degrelle-Lemay, une des filles du fondateur de Rex, dernier Commandeur de la Légion Wallonie (ce blog au 29 juin 2022).

    Ecrite en deux parties s’articulant autour des retrouvailles de la jeune femme surprotégée par la famille de sa maman avec son père forcé à l’exil, cette chronique intitule amèrement ces périodes marquées par une adversité quasi constante « Une vie effilochée » et « Les raccommodages du destin ».

    Dans la mesure où nous recevions pour la toute première fois le témoignage d'un enfant de Léon Degrelle –Anne– ayant longtemps partagé sa vie d’exil à Constantina et Madrid (Chantal a toujours vécu et vit encore en France ; Léon-Marie est malheureusement décédé en 1958 –ce blog au 26 février 2016–, et Marie-Christine en 2006 ; pouvons-nous espérer que Godelieve –84 ans aujourd'hui– ait tenu un journal qui soit un jour rendu public ?), nous nous attendions à un « coup de tonnerre » historique, nous révélant des pans inédits de la biographie du dernier Commandeur de la Légion Wallonie, ayant vécu les cinquante dernières années pleines de rebondissements de sa vie chevaleresque en Espagne.

    Force nous est néanmoins de constater qu’il n’en est quasiment rien et que c’est le récit entier d’Anne Degrelle-Lemay qui nous apparaît effiloché

     

    3.Carlina construction.jpg

    Construction de La Carlina, la villa andalouse de Léon Degrelle.

     

    Ce ne sont évidemment pas des révélations sur les combats rexistes ni sur la guerre au Front de l’Est que nous attendions de la petite fille née en 1936 et qui n’avait que neuf ans quand son père put s’échapper miraculeusement de l’apocalypse de 1945 (le rappel de ces années de la vie de Léon Degrelle ne consiste d’ailleurs qu’en citations –bien lacunaires– de ses livres que tout le monde intéressé a lus).

    Du moins nous attendions-nous à du nouveau sur sa vie d’exil si peu documentée et si riche en péripéties et rebondissements des plus étonnants (voir notamment ce blog au 28 mai 2016) : les quarante-neuf années de l’exil devraient intéresser tout autant les degrelliens –de même que les historiens du fascisme, de l’Europe ou de la Seconde Guerre mondiale– que les trente-neuf ans de la vie publique relativement mieux connue de Léon Degrelle.

    C’est sur la villa de son père à Constantina qu’elle s’épanchera le plus, mais sans donner les détails que nous aurions attendus (par exemple, la vie sociale et familiale à Constantina, l’origine des relations avec les militaires américains, l’originalité de ses conceptions architecturales ou les avancées scientifiques permises par ses fouilles archéologiques : ce blog, notamment, aux 17 octobre 2018 et 31 mars 2021).

     

    4.Carlina début 60.jpg

    La Carlina, telle que la connut Anne à la fin des années 50.

     

    À notre grande surprise malheureusement, –sans que nous puissions nous l’expliquer–, elle ne manque jamais d’exprimer des soupçons sur l’origine (pourtant parfaitement légale) des fonds nécessaires à la construction de La Carlina, ce qu’elle n’eût pourtant pas dû méconnaître si elle n’avait privilégié, sinon les ragots malveillants, du moins les fantasmagories de son imagination trop fertile : il faut, pour son esprit –quoi qu’elle prétende– plus romanesque que cartésien, que cette villa soit l’aboutissement de manœuvres secrètes et mystérieuses au sein du puissant réseau de relations haut placées de son père.

    Anne indiquera néanmoins la véritable raison de la conception et de la réalisation de la merveilleuse villa Carlina : elle était « un véritable palais pour recevoir sa femme et ses enfants » (p. 68). « Je voulais que vous puissiez vivre dans un monde d’art et de beauté, que chaque recoin de cette terrasse soit une surprise pour la vue et pour le cœur », lui a clairement fait savoir son père (p. 79). Mais là aussi, elle ne peut s’empêcher de mettre en doute la sincérité de ces paroles : « Quelques semaines après le départ [de mon frère Léon-Marie], nous avons commencé à recevoir de magnifiques lettres nous racontant les merveilles de Séville, de Constantina, le village de la Sierra sévillane où mon père s’était construit (avec quel argent ?) une authentique demeure préparée –comme lui-même le prétendait– pour recevoir toute sa famille » (p. 62) !

    Ces soupçons qu’elle exprime de manière récurrente révèlent à tout le moins un manque évident de confiance envers un père si célèbre et tant honni, tellement adulé et pourtant persécuté, n’aimant que le beau et le bon et accusé des pires monstruosités, mais se sortant miraculeusement des pires situations : « Nous vivions-là dans un monde irréel, où trop de questions ne trouvaient que difficilement des réponses » (p. 79). « Comment un homme exilé, sans ressources apparentes, a-t-il pu financer cette merveille ? Il avait des amis influents, parmi lesquels deux architectes. […] Les amis financiers sont un autre thème que je ne veux pas aborder pour le moment » (p. 68).

     

    5.Carlina Tour 60.jpg

    « Une tour de quatre niveaux dominait tout l’édifice. Trois des étages correspondaient à une chambre à coucher disposant d’un salon et d’une salle de bain. Quand je revins en Espagne, j’occupai définitivement l’appartement du deuxième étage, et mon père celui du troisième. » (p. 68)

     

    C’est d’autant plus regrettable qu’Anne en rajoute dans la suspicion : « pour que je n’aie pas de soupçons sur l’origine de ce train de vie, il m’emmena en voiture dans le pays basque, plus précisément à Bilbao. […] La raison du voyage était un rendez-vous avec des industriels des hauts-fourneaux de Biscaye, de bons amis à lui. Et surtout, il fallait que je puisse le voir, lui, en tant qu’homme d’affaires leur parlant à tu et à toi, travaillant comme n’importe quel homme pour financer la vie luxueuse qu’il voulait offrir à sa famille. Un politique, un écrivain, soudainement transformé en homme d’affaires ? » (p. 72). « Mon père me parlait d’affaires auxquelles il était partie prenante, non pas en tant qu’associé au capital (il ne disposait d’aucunes liquidités), mais comme personne d’influence dans les milieux du pouvoir de l’époque, accompagnant ces hommes d’affaires heureux d’avoir l’aide de ce magicien de la parole. Il voyageait à Bilbao (je l’ai personnellement accompagné pendant mon premier séjour en Espagne), pénétrant dans le monde de l’industrie métallurgique. » (p. 95)

    L’activité d’ « influenceur » avant la lettre de Léon Degrelle laisse visiblement sceptique sa fille pour qui il ne semble guère normal, voire moral, de tirer quelque avantage de relations éminentes et qui s’imagine devoir découvrir d’obscurs secrets : « Quand il me laissa à la gare d’Irun, mon cœur saignait, mais mon esprit (toujours cartésien) commençait à se poser de nombreuses questions. J’essayais de donner un sens à des faits où je ne voyais rien de clair. Je savais qu’il me faudrait bien plus approfondir ce qu’était la personnalité de cet homme si cultivé, attachant et séducteur » (p. 72). « Je n’ai jamais su clairement comment La Carlina avait été financée. Quand je le lui demandais, il tournait autour du pot et je n’en savais pas plus. C’est-à-dire que je n’ai jamais pu faire la lumière sur cette affaire. Jongleries, ingéniosité, aides miraculeuses… “Et voilà le résultat” concluait-il sans sourciller. » (p. 86)

     

    6.Carlina jardins 60.jpg

    « La propriété s’appelait La Carlina, comportant une terrasse avec deux piscines, des mosaïques romaines achetées chez des antiquaires de Séville (la plus grande partie provenait de la ville d’Italica [ancienne cité romaine fondée par Scipion l’Africain], des colonnes de marbre, des fontaines dans tous les coins, des endroits où s’asseoir pour lire… » (p 68).

     

    De quelques-unes de ces relations –et ce ne sont pas les mêmes !–, elle se félicite pourtant d’avoir pu bénéficier : « Au cours de ces années, 1958 à 1962, je crois que mon père m’a présentée à tout Madrid. Et j’étais enchantée de l’accompagner. […] Les comtes de Mayalde, par exemple, lui vouaient une affection particulière. Ce fut le comte, Don José Finat, qui le sauva de l’hôpital militaire de San Sebastian après son atterrissage forcé […]. C’est à cette époque que j’ai également connu la famille de Serrano Suñer. Mon père m’avait raconté son parcours politique en tant que ministre des Affaires étrangères de son beau-frère Francisco Franco. […] Mais la personne la plus excentrique que j’ai connue alors fut la Duchesse de Valence. Elle occupait un petit palais à Avila, rempli d’antiquités, d’œuvres d’art et d’une collection de plats en céramique des XVIIe et XVIIIe siècles » (p. 89).

     

    7.Carlina bureau.jpg

    « A l’intérieur, il y avait un salon énorme avec une cheminée ainsi que la table de travail de mon père qui me rappelait son bureau de la Drève de Lorraine à Bruxelles et qui communiquait avec une de mes pièces préférées, la bibliothèque. » (p. 68).

    8.Carlina Cheminée salon.jpg

    Le salon et la cheminée monumentale ; à l’avant-plan, un coin du bureau de Léon Degrelle qu’on voit sur la photo précédente. L’inscription de la cheminée est extraite de Révolution des âmes : « Un petit peu de feu dans quelque coin du monde et tous les miracles de grandeur restent possibles. »

     

    Pour Anne Degrelle-Lemay, il est certain que les activités de son père relèvent d’obscures manigances dont l’issue heureuse ne pouvait dépendre que du réseau secret de ses relations insignes : « Les difficultés financières qu’il subit dans sa vie politique passionnante, il dut les affronter également dans sa vie de bâtisseur de Constantina. Dans ce village magnifique où s’engagea ma vie espagnole, je commençais à connaître beaucoup de facettes de la personnalité de mon père. Et je devins son principal inquisiteur. Mes “interrogatoires” étaient permanents. Je voulais comprendre la façon dont il était arrivé à la situation privilégiée où il se trouvait. Comme je l’ai déjà dit, c’était un incroyable raconteur de carabistouilles aussi bien dans sa vie politique précédente que dans sa vie actuelle. Mes questions délicates, pleines de pièges involontaires, fruits de mon esprit “cartésien”, lui posaient bien des problèmes. Il me répondait avec sincérité ou avec cette fantaisie magnifique qui vous font prendre des vessies pour des lanternes. La foi soulève les montagnes, mais jusqu’à un certain point. Je ne savais pas quoi penser. […] L’ “architecte-bâtisseur” improvisé connaît des problèmes économiques importants. […] La solution ? Faire appel aux amis puissants. C’était une époque de sa vie –et de la mienne– qu’il m’est douloureux de rappeler. Il avait des amis inconditionnels qui l’aidèrent depuis le premier jour où il foula le sol espagnol. » (p. 93).

    Voilà un portrait qui ne manquera certainement pas de faire plaisir aux historiens appointés du CEGESOMA et aux logomacheurs à la Balace et à la De Bruyne, véritables raconteurs de carabistouilles quant à eux (pour le CEGESOMA, voir ce blog aux 18 mars et 11 octobre 2016, 30 novembre 2019, 22 octobre 2020 ou 11 mars 2022 ; pour Balace, aux 30 juin 2016, 23 mars 2017, 6 juillet ou 8 novembre 2019 ; pour De Bruyne, quinze articles, du 23 mars 2017 au 5 mars 2018) ! D’autant qu’elle avait déjà laissé sous-entendre la possible mégalomanie de son père, en donnant alors un exemple précis qui n’en était finalement pas un ! « Mon père nous racontait aussi que tous les matins, avant le petit-déjeuner, ils priaient tous ensemble et puis bavardaient en latin. J’avais vraiment du mal à le croire. Mon père était comme ça. Il nous racontait parfois des choses incroyables. Mais le latin, oui, il le possédait et il entra au collège des jésuites considéré comme un élève doué. » (p. 30 ; l’anecdote est également racontée dans Jean-Michel Charlier, Léon Degrelle : persiste et signe : « Avais-je à peine suivi pendant quelques mois les cours d’humanité gréco-latines, mon père avait prétendu me parler à table en latin et me faire répondre en latin », p. 32). Mais, comme nous le verrons dans la quatrième partie de notre présentation de son livre, Anne Degrelle-Lemay osera aller bien plus loin encore dans la mise en doute des récits de son père...

     

    9.Carlina Anne 60.jpg

    « Quand nous avons quitté le vol Madrid Séville, j’eus le souffle coupé. Pas seulement à cause de la chaleur qui, déjà au mois de mai, cognait fort, mais par le parfum ensorcelant du jasmin et des fleurs d’oranger qui envahissait tout. […] Cette impression si forte d’avoir atteint une terre promise, un endroit que même dans mes plus beaux rêves je n’aurais pu imaginer, devenait réalité : des palmiers, je ne voyais plus que des palmiers… » (p. 67)

     

    Que la propre fille de Léon Degrelle saute ainsi à pieds joints dans leur délire de la mythomanie permettant de caricaturer péjorativement et à bon compte le fabuleux destin de son père, voilà qui devra leur sembler inespéré ! Et pourtant n’est-ce pas tellement regrettable et irresponsable ? Car il n’est rien de secret ou de mystérieux dans les affaires entrepreneuriales de Léon Degrelle. Il suffit d’ailleurs de lire le seul ouvrage consacré à son exil (José Luis Jerez Riesco, Degrelle en el exilio. 1945-1994, Wandervögel) pour se rendre compte que l’exilé essaya de gagner sa vie comme tout le monde en fondant diverses sociétés qui connurent l’existence de toute société commerciale : succès, prospérité, difficultés, faillites, disparition. Avec d’ailleurs parfois, au final, la ruine financière totale de leur propriétaire…

    « Il séjourna dans la province de Séville, au domaine Majalimar, propriété de l’Entreprise Majalca S.A., dont étaient actionnaires les frères Garcia Gascón, originaires de la région de Béjar, dans la province de Salamanque. Le domaine Majalimar (Vallée du Paradis) fut l’endroit où il fut accueilli et caché de 1949 à 1954. C’est là qu’il conçut l’idée d’écrire une œuvre colossale consistant à raconter l’histoire des dernières années à travers de grands portraits : “J’ai connu Hitler”, “J’ai connu Mussolini”, “J’ai connu Franco”, “J’ai connu Churchill”, “J’ai connu Pétain”, “J’ai connu Laval” [ndlr : ce projet devint Le Siècle de Hitler, dont six volumes ont vu le jour jusqu’à présent : ce blog aux 25 janvier 2016 et 26 mai 2022]…

     

    10-horz.jpg

    « Je me souviens particulièrement d’une de ces fontaines mélodieuses où l’on pouvait lire l’inscription en petites mosaïques bleues sur le fond blanc du muret scintillant sous la vasque d’eau : “Angulus ridet”. Aujourd’hui encore, je l’entends me dire en français : “Ce petit coin me sourit”. » (p. 79).

    Cette sentence tirée des Odes d’Horace (« Ce coin me sourit plus que tout autre », Livre II, Ode 4) agrémentait une magnifique fontaine intégrant une authentique mosaïque romaine : à gauche, on voit s’y amuser Anne et sa mère en 1958. Quarante ans plus tard (1998), à droite, la fontaine dont la mosaïque a été vandalisée, existait encore à l’état de ruine, avant que les religieuses hiéronymites ne la restaurent avec l’ensemble du domaine (ce blog aux 28 mai 2016 et 17 octobre 2018).

     

    Il vécut là plusieurs années, isolé de presque tout le monde, perdu dans ce désert de la Sierra Morena, à vingt kilomètres du village le plus proche où il pouvait se servir d’un unique téléphone à manivelle pour effectuer ses premières opérations et transactions commerciales lui assurant la subsistance. Par la suite, il participa à la création d’une industrie métallurgique non loin du Guadalquivir. Il effectua aussi d’excellentes opérations sur le coton en Australie. Plus tard, en 1952, il se convertit en entrepreneur pour fournir un toit à une cinquantaine de familles d’une base nord-américaine.

     

    12.Constantina Constructions village.jpg

    « Et l’aventure commença –car ce fut bien une aventure !– avec tous les ingrédients de la réussite comme de formidables échecs qui le conduisirent à la banqueroute : une douzaine de villas, toutes différentes : l’une d’elles était même une tour peinte en rouge grenat qui était la première habitation que l’on voyait en arrivant à Constantina par la route de Lora del Río. Ces villas, que les gens du village appelaient les “maisons des Américains” avaient été construites pour abriter les familles des officiers américains qui travaillaient à la Base de Constantina, à cette époque où Franco commençait à communiquer avec le monde capitaliste et à travailler avec lui. […] C’était une époque très joyeuse pour La Carlina. Nous organisions des fêtes de bienvenue pour ces amis yankees et je remplissais à nouveau mon rôle d’hôtesse, profitant de l’occasion pour améliorer mon anglais et recevoir des cadeaux : robes, parfums, boîtes de produits de Revlon : ces dames riches savaient comment plaire à une fille de vingt-trois ans. » (p. 86). Ces photos ne montrent pas la construction des « maisons américaines », mais celles du  village social sur les pentes du terrain face à La Carlina (voir en fin d’article).

    13.Constantina LD Constructions village.jpg

     

     

    Léon supportait sa vie d’exilé avec la plus grande dignité, grâce aux travaux qu’il parvenait à obtenir. Il ne se souciait pas de l’argent. La seule chose qui l’intéressait était d’avoir quelques œuvres d’art lui rappelant que, de tout temps, la passion pour la beauté a toujours emporté les hommes. […] A cette époque, il acheta à un ami la propriété d’une petite vigne appelée “La Carlina”, non loin du centre de Constantina, située sur une hauteur dominant le village, au nord-est. Il acheta cette vigne pour vingt-huit mille six cents pesetas. […] Le nom de Carlina vient d’une plante à la racine oblongue, aux feuilles pointues et épineuses et aux fleurs jaunâtres, plus connue sous le nom de chondrille ou, en termes de botanique, Angelica Carlina [carline acaule]. Professionnellement, il travaillait comme directeur de la société de promotion urbaine “Immeubles Andalous SA”. Il s’occupait de la construction d’un ensemble de bâtiments dans les environs immédiats du vignoble. Ce village s’organisait des deux côtés d’un axe central conçu pour être l’artère principale. Il s’agissait de constructions modestes respectant le cadre et le milieu de la région, édifiée selon les normes de l’architecture populaire de l’endroit, embellissant le paysage et respectant la nature. Le complexe était dominé par une villa de plus grandes dimensions dans la partie la plus élevée du site, qui comportait une tour circulaire pouvant servir de vigie aux maisons des alentours. […] Une fois la construction achevée, les logements furent loués aux ouvriers et au personnel militaire de l’armée nord-américaine affectés à la base voisine de surveillance aérienne, construite en application des accords de 1953 conclus entre l’Espagne et les Etats-Unis sur le site du Cerro Negrillo. Elle comportait un radar de suivi pour le contrôle de la navigation aérienne du détroit de Gibraltar et de la zone sud de la péninsule ibérique.

     

    14.Constantina Village tour vigie.jpg

    La Tour rouge grenat, telle qu’elle existe encore aujourd’hui, non loin de La Carlina.

     

    L’idée que Léon Degrelle nourrissait pour cette urbanisation était d’aménager de manière artistique le milieu rural en avant-garde pionnière du tourisme intérieur. Destinée à des vacanciers à la recherche éventuelle d’une alternative aux loisirs de masse sur les plages du littoral, cette initiative voulait revitaliser les villages qui ne pouvaient bénéficier des plans touristiques consacrés aux plages ensoleillées alors qu’ils regorgent de trésors environnementaux, d’endroits bucoliques et de paysages naturels à l’incomparable beauté. C’est ainsi qu’il pensait que les marines nord-américains de la base amphibie de Rota, dans la province de Cadiz, pourraient sans doute être intéressés par ces installations de type bungalow situées sur les contreforts méridionaux de la Sierra Morena, à seulement 80 kilomètres de Séville.

    Les archives de l’administration de Constantina conservent, en tout, treize dossiers présentés par Léon J. Ramirez Reina, représentant l’entreprise “Immeubles Andalous SA”. Ils concernent la construction des villas touristiques des environs du Château blanc et du Château rouge. Trois datent de 1958, huit de 1959, une de 1960 et une encore de 1962, la dernière année de sa domiciliation dans cette ville. » (José Luis Jerez Riesco, Degrelle en el exilio. 1945-1994, pp. 191-195).

     

    15.Constantina Place marché.jpg

    « Constantina est un village important de la campagne sévillane, très riche, avec des fermes dédiées à l’agriculture et à l’élevage appartenant à de grands propriétaires terriens. C’est un beau village andalou, de petites maisons blanches et de rues étroites pour se protéger du soleil, avec des balcons et des patios pleins de fleurs. » (p. 69).

     

    Léon Degrelle, néanmoins, a bien dû se rendre compte de la méfiance de sa fille à son égard. Et sans doute l’ambiguïté de leur relation où l’équivoque le disputait au scepticisme a-t-elle fini par en altérer la qualité, le papa ne pouvant que se lasser face à l’inutilité des explications qu’il devait répéter vainement à sa fille ne voulant entendre que les réponses qu’elle exigeait… « J’étais sa fille. Il m’aimait. Il recherchait mon approbation en tout. Pour lui, j’avais grandi dans un milieu hostile. Même lorsque je lui disais qu’il n’y eut jamais de commentaire haineux à son égard de la part de la famille Lemay, il en voyait le résultat dans ma prédisposition à douter. » (p. 93).

    Anne Degrelle-Lemay n’en démordra d’ailleurs jamais : « Parmi toutes les amitiés influentes [que mon père] noua alors dans le monde de la politique, le destin voulut que son ami, Girón de Velasco, ministre de Franco, l’emmenât en Andalousie et l’épaulât dans de nouveaux projets professionnels… Il ne répondait jamais à mes questions : “Que faisais-tu ?”; “De quoi vivais-tu ?” […] Mais sa vie d’exilé en Espagne fut toujours un mystère pour moi et pour ma famille. » (p. 166).

    Peut-être Léon Degrelle pensa-t-il aussi à sa fille Anne lorsqu’il répondit à la question de Jean-Michel Charlier « D’où tirez-vous vos ressources en Espagne ? » :

    « – […] J’ai fait la démonstration qu’à l’encontre de tant de politiciens rapaces et inutiles, je pouvais, lorsque j’étais éloigné de la politique, être un heureux créateur de richesses. J’ai surtout pu édifier ou rassembler de la beauté. C’est elle qui m’a toujours passionné, par-dessus tout. L’argent, finalement, je m’en fiche. Ce qui m’intéresse, c’est qu’il serve à créer ou à trouver du beau […]. Eh bien ! je voudrais voir ceux qui m’ont si souvent sali, je voudrais les voir face à un exil aussi dur que le mien, sans un sou au départ, souffrant encore de mes blessures, traqué de toutes parts, devant mener une vie impossible, obligé de filer sans cesse d’un refuge à l’autre, je voudrais les voir créer par leur seul effort ce que j’ai créé, dans un pays étranger, à force d’exprimer le jus de mes méninges et de travailler. » (Léon Degrelle : persiste et signe, p. 396)

     

    Nous examinerons dans le prochain chapitre de notre recension comment Anne Degrelle/Anne Lemay présente sa relation aux Degrelle et aux Lemay, les deux familles étant pour elle, quoi qu’elle prétende, à des antipodes parfaitement antagonistes…

     

     

    La ruine du village social

     

    16.Plan primitif village social.jpg

    Plan primitif des maisonnettes du village social imaginé par Léon Degrelle (approuvé par les autorités communales de Constantina). Construit en face de La Carlina, ce village devait répondre non seulement aux impératifs économiques de ses habitants, mais également à leurs besoins sociaux ou esthétiques par l’organisation des logements en escalier, mais décalés de façon à respecter la vie privée et dans un cadre traditionnel offrant de l’espace pour les loisirs (toits-terrasses, jardins, espaces communs…). Des conceptions inspirées à Léon Degrelle par la Weltanschauung nationale-socialiste à la base des cités ouvrières du Reich allemand : « Le plan de construction de milliers de maisons populaires avait lui aussi réclamé une vaste mobilisation. Hitler avait vu beau, intime et grand. [...] La majorité des maisons imaginées par lui furent bâties à un étage, isolées dans un jardinet. Les enfants pourraient y courir, la femme y cueillir quelques salades ou des cerises, l'homme y lire son journal en paix pour se détendre après son labeur. Ces maisons unifamiliales étaient construites, elles aussi, selon le style de chaque région, si différent et si charmant en Allemagne. Lorsqu'il fallait se résoudre à créer des complexes importants, Hitler veillait à ce qu'ils fussent toujours aérés et embellis par de vastes jardins où les enfants pourraient s'ébattre sans danger. Tous ces logements avaient été agencés de telle façon que fussent respectées les normes d'hygiène qui avaient fait presque toujours défaut dans les logis ouvriers. » (Léon Degrelle, Hitler unificateur de l'Allemagne, L'Homme Libre, 2006, p. 77).

     

    17.Carlina. Village pente.jpg

     

    « Les plus graves problèmes apparurent quand il entreprit un projet qui mûrissait dans son esprit créatif depuis quelques années : construire des logements sociaux en escalier épousant la pente d’un terrain de sa propriété. Les plans réalisés par un de ses amis architecte étaient magnifiques. Mais l’ “entrepreneur” amateur ne sut pas s’entourer de professionnels expérimentés.

     

    18.Commande LD Village social.jpg

    Bon de commande signé par Léon José de Ramirez Reina pour les 84 logements sociaux à construire près de La Carlina par l’architecte Alfonso Gómez de la Lastra.

     

    Les problèmes surgirent dès le début. Le principal fut l’eau. On dut forer plusieurs puits avant d’en creuser enfin un au débit suffisant. […] Mais il fallait encore affronter une autre difficulté majeure : la qualité de la terre, du terrain sur lequel ces maisons devaient se construire. Les charges de dynamite pulvérisaient des tonnes de roches. J’assistais à ce boucan infernal en me demandant comment pourrait s’édifier sur ce sol hostile un complexe urbain en soi déjà risqué. Mon père disparaissait des semaines entières à la recherche du financement. […] Une nuit d’orage et de pluies torrentielles, un bruit assourdissant me réveilla, me rappelant les bombardements de l’Allemagne. Toutes les maisons à moitié construites, dont la plupart n’avaient pas encore de toit, s’étaient effondrées. Plus tard, nous avons su la véritable cause de cet effondrement : c’était la mauvaise qualité des matériaux de construction, en particulier du ciment. De quoi désespérer en pensant à la cimenterie de ma famille maternelle, une des plus importantes de Belgique, à Tournai, jolie ville où, dans mes dernières années de baccalauréat, je passais tous mes week-ends dans la maison de mon oncle Michel. Ces belles maisons n’étaient qu’un château de cartes qui s’envolèrent à la première tempête d’automne. » (p. 96).

    « Mon scepticisme concernant le financement de la construction de ces maisons luxueuses n’a fait que croître…  […] Entre-temps, mon père allait et venait, cherchant de l’aide auprès de quelque ami pouvant lui porter secours » (p. 95).

     

    19.Carlina. LD Village pente.jpg

    (La documentation iconographique de cet article provient du CPDH (Collection Privée de Documentations Historiques) de ©Jacques de Schutter).

     

    À suivre

  • La première interview de Léon Degrelle d’après-guerre (4)

    Copie de l’aide-mémoire destiné à la rencontre avec Robert Francotte (2)

    Notes San Sébastian p. 3.jpg

    III. Retour à Bruxelles – Août 1940

    Je retrouvai ma maison occupée par un Etat-Major de l’Aviation Allemande. Je dus loger, pendant une semaine, dans une mansarde. Je ne demandai rien. 

     3.


    Finalement, ce ne fut que sur intervention d’un avocat belge que ma maison fut évacuée [5].

    Je ne visitai aucune autorité allemande à mon retour et ne vis même pas une seule fois, avant mon départ pour le Front de l’Est, le 10 août 1941, le général Von Falkenhausen [6].

    Le « Pays Réel » ne reparut qu’en octobre [7].

     

    [5] Dans La Cohue de 1940, Léon Degrelle a raconté le détail de la manière dont il retrouva sa maison, le 30 juillet 1940, occupée par la Luftwaffe :

    Drève Lorraine.jpg

    Photo de la villa de Léon Degrelle, à l’orée du bois de la Cambre, à Bruxelles, telle que publiée dans Degrelle m’a dit, de la Duchesse de Valence : « La Drève de Lorraine, la belle propriété de Léon Degrelle, dans la forêt de Soignes, à l’entrée de Bruxelles. A gauche (quatre grandes fenêtres) : son bureau. Au-dessus, sous les toits, la bibliothèque (quinze mille volumes) » (cahier photographique entre les pages 40 et 41).

     

    Le lendemain de mon retour à Bruxelles, j’allai, le cœur battant, à la Drève de Lorraine, retrouver ma chère maison. Une sentinelle barrait l’entrée principale du parc. Non point que les Allemands eussent pris des mesures pour protéger ma propriété abandonnée, ce qui eût été assez indiqué si j’avais été l’agent n° 1 d’Hitler. Loin de là. Non seulement les autorités d’occupation n’avaient pas veillé à ce que le domaine restât intact, mais celui-ci était occupé, envahi par de nombreux membres de la Luftwaffe. Les concierges avaient été refoulés dans une maisonnette à l’écart. Des graminées hautes d’un mètre avaient poussé partout sur la terrasse. Quinze, vingt militaires allemands naviguaient dans les salons. Un gros colonel ronflait encore, nu et luisant, au milieu de mon lit d’érable.

    Je crus d’abord à un quiproquo. Mais non ! D’ailleurs, je ne saurais trop le répéter, les Allemands ne me devaient rien. Ils avaient réquisitionné ma maison comme n’importe quel autre immeuble. Je crus tout de même, puisque j’étais revenu, qu’on allait me rendre ma demeure. Il y avait à Bruxelles, à ce moment-là, des milliers d’autres logements libres.

    Mes propositions n’eurent absolument aucun succès. Ces messieurs se trouvaient bien chez moi et prétendaient fermement y rester.

    N
    e pouvant continuer à camper chez une de mes sœurs sur un sofa [ce blog au 20 mars 2020], j’obtins difficilement, après deux jours de palabres, de disposer d’une chambre à coucher dans mon habitation. Ce fut tout. Encore était-il impossible de dormir, les aviateurs vidant fort bruyamment, jusqu’au petit matin, les dernières bouteilles de ma cave.

    Je m’attendais à voir revenir, d’un jour à l’autre, ma femme et ma ribambelle d’enfants. S’ils étaient arrivés, j’eusse dû les loger à l’hôtel. Je mangeais à la diable, chez des gargotiers des environs. Cette occupation devenait tellement désagréable qu’il ne me resta plus qu’à confier l’affaire à un avocat. Celui-ci connaissait un civil allemand, ami de Goering, et obtint qu’il lui télégraphiât. Grâce à ce hasard, les bureaux de l’aviation reçurent enfin l’ordre d’évacuer le terrain, me laissant une maison aux parquets râpés, aux peintures écaillées par les appareils de radio et où, en fait de biens meubles, il ne restait plus, éparpillés dans une cave et n’ayant tenté personne, lors des pillages belges de la mi-mai, que mes chers vieux atlas enluminés de Mercator, d’Ortélius, de Kaerius, de Blaue et d’autres géographes selon mon cœur [ce blog au 17 octobre 2018].

    Kriegsberichter 8 août 43 a.jpg

    Précisément trois ans plus tard, le 8 août 1943, Léon Degrelle accueillera, dans son vaste bureau de la Drève de Lorraine, d’autres officiels de l’armée allemande autrement policés et respectueux des lieux, dont ces vingt et un correspondants de guerre SS des Légions de Volontaires et de la Waffen SS effectuant un voyage en Flandre à l’invitation du Generalmajor Richard Jungclaus, représentant du Reichsführer Heinrich Himmler. Au programme : visite d’Anvers, Gand, Bruges, Ostende ainsi que de la côte belge et des champs de bataille de la Première Guerre mondiale. Pour clore ce voyage, ils furent reçus par Léon Degrelle en son domicile bruxellois avant d’assister, au studio de Radio-Bruxelles, place Flagey, à un concert symphonique sous la direction du SS-Kriegsberichter flamand Paul Douliez (photo de la délégation ci-dessous, entourant Léon Degrelle : Paul Douliez est le second, à partir de la gauche, debout sur le muret du porche de la Drève de Lorraine), par ailleurs compositeur et auteur en 1954, –en dépit de sa condamnation à mort par contumace–, d’une biographie du compositeur flamand Peter Benoit (1834-1901) qui fait toujours autorité.

    Kriegsberichter 8 août 43 b.jpeg

     

    J’eusse pu, certes m’adresser directement aux autorités d’occupation. […] Ma maison avait été pillée de fond en comble. Les troupes allemandes avaient accroché du matériel partout dans ma maison, crevant ou ébréchant les murs, faisant des dégâts qui s’élevaient à des dizaines de milliers de francs.

    On eût pu tout de même envoyer un vague officier d’ordonnance pour m’aider à récupérer ma demeure et me proposer une indemnité en réparation des dommages que les troupes du Reich avaient causés. Il n’y eut aucune démarche, aucune visite. Je ne reçus aucun appui, aucun souhait, aucune offre de dédommagement. Je ne possédais plus un patard. J’avais emprunté mille francs pour payer mes repas dans les gargotes des environs. […] Je ne parvins à me tirer de mes difficultés matérielles que grâce à un paiement vraiment cocasse. Je n’étais pas mort : donc j’étais encore député ! Imperturbable, cette bonne vieille démocratie, qui m’avait expédié au massacre, m’envoya par chèque, peu après mon retour, les émoluments des trois mois pendant lesquels j’avais survécu ! ça me fit une affaire de dix mille francs que j’avais parlementairement gagnés en buvant de force l’urine démocratique de mes gardiens et en encaissant dans la figure leurs coups de sabots et de trousseaux de clefs. (La Cohue de 1940, pp. 109-111)

    [6] Fils d’un baron prussien, le général Alexander von Falkenhausen fut, durant la Seconde Guerre mondiale, le gouverneur militaire de la Belgique et du Nord de la France, reprenant ainsi le poste occupé par son oncle Ludwig à la fin de la Première Guerre. Réactionnaire antinazi, il ne pouvait que s’attirer l’inimitié des partisans de l’Europe nouvelle. Léon Degrelle le décrit ainsi dans le Persiste et signe de Jean-Michel Charlier :

    « Les Allemands conservateurs de Bruxelles étaient à peu près tous des fonctionnaires qui voulaient prolonger le vieil impérialisme industriel des Allemands de 1914, qui ne pensaient qu’à étendre l’espace territorial allemand et à s’emparer de la vie économique de ces régions riches, bien équipées, aux populations laborieuses, d’un gros rendement. La création de l’Europe n’intéressait pas les généraux à la Falkenhausen. Elle était à leurs yeux une lubie de plus d’un Hitler qu’ils haïssaient. Un accord avec la Haute Finance de la Belgique leur paraissait, par contre, un objectif d’un intérêt extrême. […]

    Avec le général von Falkenhausen et son équipe pro-capitaliste, nulle collaboration n’était pensable.

    Falkenhausen Clebs.jpeg

    Le gouverneur militaire de la Belgique et son clebs tout-puissant.

     

    Je me suis bien gardé de voir ce vieux junker égrillard une seule fois avant de filer en Russie. Je le fuyais comme la peste. Il vivait comme un mandarin –il avait longtemps résidé en Chine [ce blog au 23 août 2021]– dans un somptueux château brabançon, à Seneffe, propriété d’un Juif défenestré. Il s’adonnait au culte de son chien, arbitre en tout, dont les aboiements, ou le silence conciliant, indiquaient s’il fallait repousser ou accueillir le visiteur. En l’honneur de ce roquet-majordome, Falkenhausen avait fait fabriquer à Gand de richissimes cigarettes en tabacs anglais, portant le portrait du toutou comme un camée précieux » (pp. 253-254)

    Au vrai, Falkenhausen correspond d’ailleurs parfaitement au portrait dressé par Léon Degrelle. Dans ses verbeux autant que prétentieux Mémoires d’outre-guerre (Comment j’ai gouverné la Belgique de 1940 à 1944), c’est à peine s’il mentionne l’existence de Rex et de Léon Degrelle (« qui trahit la vocation réelle de son parti » !) aux côtés du VNV et de son chef dont il massacre le nom en « van der Wiele » (p. 162). Il faut attendre les « Annexes » et les questions de l’éditeur Jo Gérard pour en savoir davantage, c’est-à-dire qu’il essaya surtout de saboter le défilé triomphal de la Légion Wallonie à Charleroi et à Bruxelles (ce blog aux 15, 26 janvier 2021, 7 mars 2022).

    « –Et Léon Degrelle ?
    Cette fois, Alexandre von Falkenhausen sourit :
    – Celui-là… je ne l’ai vu qu’une fois, en 1943, à son retour du front russe. J’avais refusé à plusieurs reprises de le rencontrer, malgré ses insistantes démarches. Il en avait conçu, contre moi, un profond ressentiment et il répétait : “Il faut basculer ce général !”
    Mais Degrelle avait acquis sur Hitler une puissante influence, aussi me donna-t-on de Berlin l’ordre catégorique d’accueillir le chef du rexisme. Je répondis que je voulais bien le recevoir en tant que soldat, mais pas en tant que leader d’un parti politique.
    Je le vis donc et il me raconta pendant une demi-heure sa campagne. Il me parut assez exalté et singulièrement imbu de lui-même. Plutôt vulgaire, les Parisiens diraient : “un camelot”.

    Falkenhausen cigarette.jpeg

    Le hobereau prussien von Falkenhausen, ses bésicles d’un autre siècle et sa cigarette de tabac anglais artisanale…

     

    Mais Degrelle vous exposa-t-il ses idées politiques et comment il envisageait l’avenir de la Belgique ?
    – Non, il n’aborda pas ce thème, car il savait que je ne voulais considérer en lui que le soldat. On l’avait prévenu.
    Avez-vous posé des questions à Degrelle ?
    – J’ai essayé d’en obtenir quelques précisions sur la tactique des Russes, mais il se lançait aussitôt dans des récits colorés comme des images d’Epinal.
    Puisque nous parlons de Degrelle, vous dirais-je que pour étoffer le défilé de sa Légion Wallonie à Bruxelles, on avait amené dare-dare quelques centaines d’authentiques soldats allemands de la SS casernés à Beverloo. Cette parade eut lieu à Charleroi, mais contre mon ordre, elle passa au retour par Bruxelles, bien que j’aie tenté en vain de l’empêcher en écrivant aux protecteurs berlinois du chef rexiste qu’on risquait ce jour-là un bombardement allié sur Bruxelles. » (pp. 300-301)

    [7] C’est en fait le 25 août que Le Pays réel sera à nouveau présent dans les kiosques à journaux, soit trois mois après la capitulation.

    Pays réel 1940 08 25 Reparution.JPG

     

     

    À suivre

     

  • La première interview de Léon Degrelle d’après-guerre (3)

    Copie de l’aide-mémoire destiné à la rencontre avec Robert Francotte (1)

     

    1.

     Notes rédigées par Léon Degrelle à Saint-Sébastien (Espagne),

    le neuf mai 1946.

     

    San Sébastian (1).jpg

     

    I. Avant la guerre

    Politique strictement nationale. Lutte pour un Etat fort et propre. Aucune dépendance de l’étranger.

    Quelques amis italiens de Mussolini –qui avaient pour moi une grande affection– ont aidé REX (Automne 1936, Hiver 1936-37). Mais cette aide était d’inspiration purement sentimentale. L’Italie n’avait rien à faire chez nous. Xavier de Grunne [1] reçut ainsi environ quatre millions, à l’automne de 1936, à son château de Wesembeeck-Opem (?).

    Dès le printemps de 1937, cette aide passagère avait pris fin. Quant avec l’Allemagne, rien.

    J’ai vu Hitler, accidentellement, en 1936 (durant les vacances de l’été). Il me proposa le plébiscite de la réconciliation à Eupen-Malmedy. J’en fis part au Roi. La proposition n’eut pas de suite [2].

    Depuis lors, je ne vis (ni moi, ni qui que ce fût de mon entourage) aucun Allemand et ne gardai absolument aucun contact. Je ne savais même pas où se trouvait l’Ambassade d’Allemagne en Belgique. Durant la « drôle de guerre », je fus, avec sincérité totale, un partisan farouche de la neutralité. J’avais

    2.

    vu le Roi à ce sujet, au début de septembre. Entrevue secrète. Le capitaine Jacques de Dixmude m’introduisit le soir au Palais de Laeken [3]. Le Roi approuva totalement ma lutte pour la Paix. Nous n’eûmes jusqu’au 10 mai absolument aucun contact avec la propagande allemande.

    – Oui ou non, la guerre fut-elle, pour tous les Européens indistinctement, une imbécillité et une catastrophe monumentale ?

    II. Mon arrestation, le 10 mai 1940 fut monstrueuse [voir ce blog aux 30 avril et 6 mai 2017]. J’eusse servi mon pays au front avec foi et passion. Le parlement laissa s’effectuer mon arrestation et ma livraison au Conseil de guerre français de Lille. Ce fut une infamie.

    La preuve que nous n’avions rien à voir avec les Allemands, c’est que ceux-ci ne firent même rien pour moi après la guerre de 40 et me laissèrent moisir en prison pendant de longues semaines à Tarbes, Toulouse, Puy-en-Velay et Vernet !

    Je ne fus délivré qu’à la suite de l’intervention de Vichy, de Pierre Daye et de vieux camarades d’Université, tous Belges [4].



    [1] Sur Xavier De Grunne (1894-1944), voir Lionel Baland, Xavier de Grunne, De Rex à la Résistance, éd. Godefroy de Bouillon, 2017.

    Baland De Grunne.jpg

    La couverture de cette biographie s’orne du chromo publié par le chocolat Jacques pour célébrer le Comte Xavier de Grunne, président du club alpin de Belgique, qui, en 1932, dirigea une mission scientifique au Congo belge : il s’agissait d’explorer le versant occidental du mont Ruwenzori au sommet duquel (5094 m) le comte planta le drapeau national. Xavier de Grunne publiera en 1937 le rapport de cette expédition : Vers les glaciers de l’Equateur, Le Ruwenzori, Mission scientifique belge 1932.

     

    Léon Degrelle, qui lui a gardé indéfectiblement son amitié, en dresse le portrait suivant :

    « Pour certains de nos dirigeants, tels que le comte Xavier de Grünne, la guerre avec l’Allemagne était certaine. Ami inséparable du roi Albert, compagnon de ses excursions montagnardes, Xavier de Grünne était animé par un brûlant besoin de se dévouer et par une générosité à la fois sublime et enfantine. Il avait fait au Congo l’ascension du Mont-de-la-Lune, puis était redescendu de la Lune vers la Belgique juste au moment où je frappais à grands coups de balai dans le houraillis de banquistes, de grugeurs, de coupeurs de bourse et de pots-de-viniers des vieux partis de politico-finance. Il était devenu sénateur de Rex, un sénateur impétueux, fantasque, toujours prêt à grimper aux lustres, se retournant, de son fauteuil, pour administrer des paires de claques sonores dans les abajoues de ses adversaires ébaubis. Mais il était droit comme une épée, pur comme les lumières du matin.

    Xavier de Grunne.jpg

    Au début de 1939, il était venu me trouver afin de me proposer un plan nouveau de politique étrangère : “Attaqués par Hitler, nous le serons tôt ou tard, m’expliqua-t-il. Inutile de se leurrer. Plutôt que d’attendre d’être rejetés dans le camp anglo-français, parmi la bousculade d’un premier jour d’invasion, mieux vaut passer immédiatement dans la coalition où nous serons refoulés tout de même un jour, bon gré mal gré, panzers allemands dans les reins.”

    Par conséquent, Xavier de Grünne me demandait de lancer à fond le Mouvement rexiste dans une grande campagne d’intervention pro-alliée. […]

    Nos thèses, à chacun de nous, étaient honnêtes et également défendables. Mais, en conscience, j’étais certain que les miennes étaient les plus conformes à l’intérêt de l’Europe et de mon pays. Je fis appeler mes amis les plus chers et les amis les plus chers de Xavier. Tous me donnèrent raison. […] Nous nous déclarâmes d’accord sur la formule et nous nous quittâmes fraternellement.

    Le plus cocasse fut la suite. […] Il avait vu le résultat de cette guerre qu’il avait voulu, en toute bonne foi, précipiter. Fidèle à son pays, il tentait de relever les ruines.

    Il alla aussitôt plus loin que quiconque dans les visions d’avenir. Il comprit tout le parti que les Soviets tireraient de la tragédie où sombrait l’Europe. Redoutant l’ampleur de la poussée communiste de l’après-guerre, n’hésitant pas devant le danger, il imagina un plan personnel de défense de la Belgique aussi secret que radical. Il était devenu presque invisible. Nous ne savions ce qu’il faisait en dehors de ses articles. Audacieux comme toujours, il courait mystérieusement les routes, s’employait à rassembler le matériel de combat d’une milice de son invention qui, au jour de la décomposition générale, ferait face, à Bruxelles, aux bandes de Moscou triomphantes.

    Les Allemands tombèrent sur le pot-aux-roses, découvrirent un arsenal prodigieux. Xavier, qui allait à fond en tout, avait retourné toute la Flandre pour y déterrer les dépôts d’armes enfouis par diverses divisions de l’armée belge, la veille de la capitulation du 28 mai 1940. Il avait ramené, fourbi, caché dans les caves de son château et ailleurs, de quoi armer plusieurs dizaines de milliers d’hommes ! Cher, très cher Xavier, noble et pur paladin de la Lune ! Les lois de la guerre étaient contre lui. Les Allemands le condamnèrent à mort, mais ils ne l’exécutèrent point. On n’entendit plus parler de lui. Seulement après la guerre, l’on apprit qu’il avait succombé, à force de privations, mais fier et indomptable, au camp de concentration de Buchenwald [en fait, le camp de Gross-Strehlitz, aujourd’hui en Pologne]. »

    (Léon Degrelle, La Cohue de 1940, pp. 14-18).

    [2] Sur la réalité du « financement » de Rex par l’Italie et l’Allemagne, voir ce blog au 14 avril 2016.

    Sur les impressions de Léon Degrelle à propos de sa première rencontre avec Adolf Hitler, le 26 septembre 1936, voir ce blog, notamment, au 4 juin 2016.

    [3] Le capitaine Lucien Jacques de Dixmude (surnommé «Dixy »), officier d’ordonnance du roi Albert Ier, découvreur, avec Xavier de Grunne, de la dépouille du roi, mort le 17 février 1934 lors d’une escalade des rochers de Marche-les-Dames, était un cousin de la mère de Léon Degrelle, Marie-Catherine Boever. En février 1945, le commandant Lucien Jacques de Dixmude devait participer à un commando constitué pour libérer Léopold III et sa famille, alors retenus prisonniers en Autriche, projet qui sera abandonné lorsque les Américains les auront libérés le 7 mai 1945.

    Marche les Dames 18 février 1934.jpg

    Au lendemain de la mort du roi Albert Ier, les journalistes accèdent au lieu de l’accident, accueillis par des gendarmes et un officier du Palais (Lucien Jacques de Dixmude ?) : la voiture du roi, à l’avant-plan, est encore sur place.


    L
    éon Degrelle a raconté comment son arrière-cousin pouvait faciliter ses rencontres avec le roi Léopold III dont il était resté officier d’ordonnance : « Quand la guerre de Pologne a éclaté, j’ai vu le roi. Je me rendais discrètement le soir au palais de Laeken où m’attendait un cousin de ma mère, le capitaine Jacques de Dixmude, devenu général depuis lors [plus précisément, en 1956, lieutenant-général au Grand Quartier général des puissances alliées en Europe (Shape)]. Le roi m’attendait dans son salon, encore vêtu de sa tenue d’équitation, chaussé de hautes bottes, détendu par sa chevauchée. Nous avons ainsi monté ensemble toute la série d’articles que j’ai publiés dans Le Pays réel pour défendre la neutralité au lendemain de l’invasion de la Pologne. » (Léon Degrelle : persiste et signe, p. 187).

    Sur Léon Degrelle et la neutralité belge, voir ce blog au 20 mai 2018.

    Pour l’anecdote, signalons qu’au nom de l’anticolonialisme, l’imbécile cancel culture d’aujourd’hui n’a pas manqué de vandaliser la statue du père de Lucien, le général Alphonse Jacques, héros du combat contre les esclavagistes arabes au Congo. C’était sur la Grand-Place de Dixmude, le 18 janvier 2022 !

    Le général Alphonse Jacques fut créé baron et autorisé à joindre le nom de la ville de Dixmude à son patronyme par une particule nobiliaire, le 15 novembre 1919 : ce fut la récompense de son action héroïque à la tête du légendaire 12e régiment de Ligne qui stoppa définitivement l’offensive allemande devant Dixmude pendant la Première Guerre mondiale.

    Pays réel 1939 09 24 Neutralité-horz-horz-vert.jpg

    Quelques-uns des éditoriaux de Léon Degrelle concernant la neutralité publié en « une » du Pays réel au lendemain de l’invasion de la Pologne.

     

    [4] Pierre Daye,1892-1960, écrivain, chef du groupe parlementaire rexiste en 1936, parvint à retrouver Léon Degrelle déporté dans un camp du sud de la France et à le ramener à Bruxelles (ce blog au 30 avril 2017).

    Daye FB 165 19 11 1932.jpg

    Bien qu’ayant quitté Rex en 1939 pour rejoindre le Parti catholique, Pierre Daye ne mesura jamais son amitié pour Léon Degrelle, allant jusqu’à harceler Vichy pour hâter sa libération. Après la guerre, réfugié en Argentine, il s’efforça de ménager à son ami un accueil sécurisé dans son pays d’adoption (ce blog au 4 mai 2016).

    Dainah Blu-ray.jpg

     

    Écrivain apprécié, Pierre Daye, qui se battit en Tanzanie et au Congo pendant la Première Guerre mondiale, est l’auteur de nombreuses chroniques africaines, dont, en 1929, la nouvelle Daïnah la métisse, republiée en 1932 dans l’hebdomadaire littéraire Les Feuillets bleus pour bénéficier de sa fortune cinématographique. Elle fut en effet immédiatement adaptée au cinéma par le scénariste Charles Spaak et Jean Grémillon à la réalisation (avec, en vedette, Charles Vanel). Malheureusement, l’œuvre mettant en scène un Noir raffiné se faisant justice en tuant un Blanc, lâche assassin de sa femme, fut véritablement saccagée par la société de production Gaumont. Réduit à un format de moyen métrage (48 minutes) dont le propos non conventionnel était devenu inintelligible (le réalisateur refusa d’ailleurs que son nom apparaisse encore au générique), le film mutilé ne connut aucun succès (néanmoins aujourd’hui disponible en DVD/Blu-ray).

    Daye dédicace Crokaert.jpeg

    En 1932, espérant profiter de la sortie du film, Pierre Daye réunit en volume quelques nouvelles exotiques qu’il publia sous le titre Daïnah la métisse (précisant, en page de garde, « et autres contes des Tropiques »). La nouvelle qui eut les honneurs du grand écran est ainsi dédicacée « Pour Charles Spaak et pour Jean Grémillon, à qui cette petite histoire ne parut pas indigne de l’éclatante vie du cinéma ».

    Ce qui nous intéressera, c’est que, d’une part, un des contes, à la sensualité trouble, Le conquérant de Kateko est justement dédié à son ami Jacques Crokaert. D’autre part, nous disposons de l’exemplaire numéro 5, des trente, sur papier Vergé d’Arches de la nouvelle édition de Daïnah, dédicacé de manière sibylline au couple Jacques Crokaert, exprimant l’inaltérable et vive affection de Pierre Daye pour son ami, et ainsi sa capacité à surmonter certaine déception.

    Les « vieux camarades » de l’Université Catholique de Louvain qui partirent délivrer Léon Degrelle (ce blog au 30 avril 2017) sont les avocats Carl Doutreligne, 1906-1973, agent d’assurances, puis administrateur de sociétés, et Jacques Crokaert, 1901-1949, conseiller communal rexiste d’Ixelles, conseiller provincial rexiste du Brabant, fils du ministre catholique Paul Crokaert qui, soutenu par Léon Degrelle, lança les premières attaques contre les politiciens corrompus de son parti : voir ce blog aux 5 avril 2017 (Paul Crokaert) et 7 mai 2019 (Carl Doutreligne). Jacques Crokaert participa, en septembre 1940, au Bureau politique de Pierre Daye dont le but était de réorganiser « les bases structurelles de la Belgique » dans le cadre d’une Europe dominée par le IIIe Reich.

     

    Jacques Crokaert-horz.jpg

    À gauche, Jacques Crokaert, auteur après la guerre des ouvrages non conformistes La Guerre oubliée, 18 jours qui ont permis Dunkerque et Les Routes de l’Exode, 1940 ; à droite, annonce de l’extravagante condamnation de Carl Doutreligne (La Dernière Heure, 19 mars 1948 ; à noter que le ministère public n’avait requis « que » quinze ans et près de trois fois moins de « dommages et intérêts » !).

     

     

    À suivre

     

  • La première interview de Léon Degrelle d’après-guerre (2)

    Circonstances de l’interview

     

    Jaquette Francotte Heure Espagne.jpegVoici donc le contexte de l’interview tel que l’a donné Robert Francotte aux journaux socialistes qui vont le publier. Il sera suivi de la dactylographie complète de la copie manuscrite du texte donné par Léon Degrelle à son premier visiteur belge depuis son hospitalisation forcée. Les parenthèses dans le texte ainsi que les notes numérotées entre parenthèses sont du transcripteur. Par contre, pour permettre une meilleure compréhension des allusions degrelliennes par le lecteur contemporain, nous nous sommes permis quelques annotations numérotées entre crochets renvoyant à des commentaires sur fond coloré.

     

    Ces textes destinés au journal socialiste Le Peuple seront rassemblés peu après dans le livre L’Heure de l’Espagne (Bruxelles, Editions De Visscher, 1947), mais, comme nous l’avons dit, ne constituent qu’une partie des quatorze pages du manuscrit degrellien.

    Peuple 1946 05 11 Une.JPG

    Première page du quotidien Le Peuple, le 11 mai 1946 : « Notre envoyé Robert Francotte a pu interviewer le sinistre Degrelle. L’entretien a duré trois heures et demie. […] La communication qui suit a été téléphonée par notre correspondant, de Saint-Sébastien, à la United Press. »

     

    Contexte de la visite de Robert Francotte à Léon Degrelle (extraits)

     

    L’Affaire Degrelle

     

    Enfin, il est un problème extrêmement épineux et toujours pendant entre l’Espagne et la Belgique. La livraison de Léon Degrelle !

     

    – […] à l’origine, il nous a été impossible de recevoir la demande d’extradition pure et simple formulée par le Gouvernement Belge, car elle est en contradiction avec les belgo-espagnols antérieurs en cette matière. […] Enfin, il est extrêmement pénible, pour un pays, de livrer délibérément un réfugié à la mort. A ce propos, je vous avouerai que, bien que n’étant pas à l’origine de la décision, je porte encore le remord de l’affaire Laval. Le droit d’asile ne doit pas être un vain mot ! Guillaume II fut-il livré par la Hollande ? Et ne suis-je pas forcé de me souvenir qu’aux jours sombres de la révolution de 1936, ici, à Madrid même, je ne dus la vie qu’à la protection de l’Ambassade mexicaine (communiste pourtant) […] ?

    Mort Laval 2.jpeg

    « Dans les premiers jours de juin [1945], radios et journaux annoncèrent l’arrivée en Espagne et l’internement “provisoire” de Laval ordonné par Franco à la forteresse de Monjuich, dominant Barcelone. […] Le général De Gaulle exigea que Laval soit immédiatement livré à la “justice” française. Lâchement, Franco céda et ordonna hypocritement de faire ramener Laval, non à la frontière franco-espagnole, mais au point géographique d’où il avait quitté l’Allemagne. Ce point se trouvait dans la zone d’occupation américaine. […] Quelques heures après son arrivée, Laval fut livré à la Police française qui procéda à la saisie de ses valises et de l’ensemble des documents […]. (René de Chambrun, Laval devant l’Histoire, pp. 213-215)

    « [Laval] s’adosse au poteau. On lui lie les mains. Sa figure se crispe à peine. […] Un adjudant est debout sur une chaise. Je vois Laval qui nous regarde. Tout est rapide : “En joue !” –“Vive la France !” crie Laval. – “Feu !” Et je vois Laval qui glisse. Il est tombé à genoux, la figure contre terre. » (Jacques Baraduc, Dans la cellule de Pierre Laval, pp. 199-200)

     

    […] – Malheureusement, l’opinion étrangère et celle de mon pays en particulier, sont particulièrement choquées d’apprendre que Degrelle, non content de jouir de la protection espagnole, vit princièrement […]. Je crois qu’il serait du plus haut intérêt, pour nos deux pays, de permettre à un correspondant belge de constater, par lui-même, l’inexactitude éventuelle de ces affirmations. Voulez-vous me donner cette autorisation ?

     

    – (Un temps de réflexion.) D’accord ! Monsieur Lojendio communiquera au Gouverneur Civil de la Province de Guipuscoa les instructions nécessaires et vous pourrez vous rendre à l’hôpital Mola de San Sebastian. […] J’espère contribuer, par ceci, au maintien des bonnes relations entre votre pays et le mien.

     

    Ainsi je quittai le Ministre des Affaires Extérieures, porteur d’une autorisation inespérée que je devais utiliser dès le lendemain.

     

    […] Dès le premier pas dans la ville, je sursaute en voyant toutes les voitures portant, devant leurs numéros, les sinistres initiales SS en noir sur fond blanc ! Fausse alerte ! Il ne s’agit que des initiales de la ville de San Sebastian. […]

    Hôpital Mola San Sebastian.jpg

    « Hospital Militar General Mola », San Sebastian.

     

    Le Gouverneur de la Province me fait remettre les instructions écrites destinées au Directeur de l’Hôpital Militaire Mola et, dans sa propre voiture, fanion en tête, je me rends aussitôt auprès d’un des hommes dont on parle le plus en ce moment, auprès de celui que la Belgique réclame au titre de traître numéro un […]. Léon Degrelle, l’inventeur de Rex, l’apprenti dictateur foudroyé, l’orateur magnétiseur des foules, l’homme au balai, l’imitateur d’Hitler, le subsidié de Mussolini… l’homme qu’enfin je vais voir !

     

    La voiture me dépose devant l’Hôpital Militaire, une ancienne école transformée en établissement hospitalier depuis la guerre civile.

     

    Déjà, deux sentinelles armées témoignent de précautions spéciales.

     

    Peu d’instants plus tard, le Directeur, auquel je me présente, fait appeler l’officier de garde et… sans autre formalité, je suis immédiatement escorté, de couloir en couloir, à travers l’hôpital. A chaque porte, une sentinelle présente les armes, puis, gravissant quelques courts escaliers, j’en trouve une autre à chaque palier appuyée au mur, lequel porte les traces de longues stations précédentes.

     

    1945. Cpt Ortega, LD, Du Welz.jpg

    1945. Mola LD Ring (MV).jpg

    Sur une terrasse surplombant le patio de l’hôpital, les rescapés du crash du Heinkel dans la baie de San Sebastian assistent à un… match de boxe ! Sur la photo du haut, un gardien vient prendre les ordres du capitaine Ortega, chef de la garde des Belges hospitalisés, Léon Degrelle dont le bras gauche est encore plâtré et Robert Du Welz. Sur la photo du bas, on distingue le ring installé dans la cour intérieure.

     

    Un dernier palier puis nous tournons à gauche, l’officier pousse une porte vitrée et, de derrière une table où il est assis, se lève brusquement… Degrelle ! Oui… Degrelle lui-même !

    En me voyant, il a un sursaut, une sorte de prise de défensive que, sans doute, mon uniforme lui inspire (car il m’a plu de le rencontrer dans la tenue que j’ai portée, de mon côté, pendant la guerre).

    Mais après l’exposé de ma qualité et de mes intentions, il reprend un équilibre immédiat, m’offre un siège et entame un monologue (ou presque) qui durera trois heures et demie.

    Les traits sont durement marqués. Au moins physiquement, l’homme a souffert. Il est plus maigre. Mais ses yeux ont toujours une vie intense, une mobilité extraordinaire. De sa chute, il ne reste guère de traces. Les cinq fractures sont réduites mais l’épaule reste ankylosée. Qu’à cela ne tienne, de l’autre bras, il fera tous les moulinets nécessaires et abattra le poing sur la table comme aux plus belles heures de ses meetings.

    On sent que pour cet être dynamique, cette idole des foules, la détention doit être pénible.


    Je viens d’employer le mot « détention ». De quoi s’agit-il ? Degrelle est-il, oui ou non, soumis aux mêmes conditions que tous les autres émigrés ?

     

    Heinkel 111 LD San Sebastian.jpgL’épave du Heinkel 111 qui, à bout d’essence, s’écrasa dans la baie de San Sebastian, à quelques kilomètres de la frontière française : grièvement blessé, Léon Degrelle dut à son état de ne pas être immédiatement extradé en Belgique (ce blog aux 20 mai 2016 et 18 juin 2020).

     

    NON ! Depuis le jour où il fut retiré blessé de l’avion qui venait de s’écraser sur la plage de Saint-Sébastien, il vit, gardé étroitement, dans cette petite chambre dans cet hôpital où son état ne le retient plus. Sous sa fenêtre, des sentinelles armées montent une garde permanente. A sa porte, la lampe du palier est toujours allumée. En face, la porte de l’officier de garde est toujours ouverte, tandis qu’à trois mètres, une sentinelle armée veille au départ de l’escalier. A côté d’elle, s’ouvre la porte du corps de garde om quatre ou cinq soldats en permanence tiennent sous leur regard le toit-terrasse où Degrelle est autorisé à prendre l’air de temps en temps. Enfin, comme je l’ai dit précédemment, à chaque volée d’escalier, un cerbère veille nuit et jour. Notons encore que, comble de précaution, toute cette garde (quarante hommes au total) est changée tous les jours ! C’est une manière d’île du Diable, l’île en moins, le diable en plus.

    En fait, l’ex-führer de Rex ne voit que son infirmière, le personnel d’entretien et ses gardes. Il est strictement au régime de « l’incommunicado », c’est-à-dire du secret absolu. Pas de correspondance, pas de visite, rien que l’usage d’un petit poste récepteur de radio.

    Défiant par nature, j’ai fouillé du regard les moindres recoins de sa chambre. J’ai relevé ces mille et un détails qui témoignent d’une longue habitation par son occupant actuel. Tous ces petits riens qu’il est impossible d’improviser en vue d’une visite.

    Ce sont ces graffiti à même le mur blanc. Vers de Péguy, de Verhaeren, citations de Racine. Cartes géographiques annotées où s’inscrivent les campagnes de Russie de la Légion Wallonne et l’itinéraire du voyage final Oslo-Saint-Sébastien. Photos familiales et menus souvenirs. Traces d’usure aux endroits fréquemment utilisés, etc. etc.

    Tout le reste, réceptions, sorties et fêtes n’est que légende et il est même étonnant de constater avec quelle rigueur, au contraire, l’Espagne traite un émigré, si l’on consent, un instant, à se placer du point de vue d’un pays neutre ou sympathisant de l’Axe. […]

    1946 mai. Mola 2 (Francotte).jpgLéon Degrelle dans sa chambre-cellule de l’Hôpital Mola (photo prise en mai 1946 par Francotte).

     

    Dans sa petite chambre d’hôpital, meublée d’un lit au dessus duquel un crucifix s’incline, d’une table où il écrit le troisième tome de ses mémoires et décorée des cartes de ses campagnes de Russie, des photos de sa femme et de ses enfants, d’une page en couleurs de Signal représentant des tanks allemands dans les steppes enneigées, et sur les murs ces passages de Corneille, de Verhaeren et de Péguy, je contemple avec l’intensité que l’on devine : l’homme. Et cet homme dont mon pays réclame la tête, rédige le texte suivant, parmi quatorze pages de notes qu’il me destine.

    Signal 18-2sept1941.jpeg

    La revue Signal, célèbre pour ses magnifiques clichés géants en couleur de scènes du front, n’a pas publié de photo de chars allemands « dans les steppes enneigées », mais « sur la grande piste qui mène vers l’infini de l’Est » : c’était durant la Vormarsch de l’été 1941 vers le Caucase à laquelle participa Léon Degrelle et la Légion Wallonie.

     

    À suivre

     

  • Il y a 80 ans : le sacrifice de John Hagemans, Prévôt de la Jeunesse Rexiste

     

     

     

    1563527276.jpegLe 26 août 1942, –voilà aujourd’hui précisément quatre-vingts ans– disparaissait dans la croisade héroïque contre le bolchevisme sur le Front de l’Est une figure emblématique du combat décisif pour la restauration de l’Empire thiois au cœur d’une Europe assumant l’unité de son destin.

    Léon Degrelle l’a rappelé dans La Campagne de Russie : étudiant communiste à l’Université Libre de Bruxelles par souci du bien-être matériel et social de son peuple, John Hagemans sut rapidement que c’était chez Rex qu’il pourrait incarner réellement son idéal, lui conférer son indispensable dimension spirituelle et le faire rayonner parmi les jeunes gens avides de grandeur et de sacrifice. C’est ainsi qu’il devint rapidement le Chef national (Prévôt) de la Jeunesse rexiste, se faisant « le héraut de la grandeur de nos vieux Pays-Bas et le guide épique, l’enchanteur passionnément aimé de la génération nouvelle ».

    En racontant, dans Le Pays réel du 13 septembre 1942, la geste héroïque des Légionnaires wallons à Tscherjakow, Léon Degrelle chanta surtout la gloire du plus pur et du plus noble de ses soldats.

    John Hagemans 2.jpg

     

     

    Le Prévôt va mourir

     

    Hagemans Faire-part 1.jpegL’aube du mercredi se leva, où allait tomber glorieusement le Prévôt de la Jeunesse Rexiste, le sous-officier John Hagemans.

    Trois pelotons avaient été assemblés, qui avaient reçu l’ordre de déblayer toute la crête ouest et de « peigner » la forêt dans la direction sud-ouest sur plusieurs kilomètres de profondeur.

    John Hagemans était arrivé la veille seulement parmi nous. Il accompagnait un chargement de munitions et un groupe de renfort. Aussitôt, il avait voulu prendre part à l’expédition de la crête ouest. Il était rentré sain et sauf. Il avait passé la nuit à monter de garde. Lorsque les pelotons d’assaut se formèrent, il demanda à les accompagner comme volontaire.

    La colonne se déploya en tirailleurs.

    Le Prévôt avait un visage calme, grave. Il connaissait le danger de cet assaut. Depuis qu’il était au Front, il nous parlait chaque jour de sa chère Jeunessse, envoûté par les projets grandioses qu’il méditait pour elle. Ce guerrier avait, au suprême degré, le sens du grandiose. Son âme impériale, même dans l’âpre vie quotidienne du Front, rejoignait sans cesse les milliers de Jeunes qui, dans notre vieil et glorieux Occident, avaient suivi avec des yeux brûlants sa bannière de gloire et de noblesse.

    John Hagemans 4.jpg


    S
    on idéal le consumait au point qu’il brûlait ses forces corporelles. Il avait été à la veille de nous quitter, tant il sentait défaillir sa vigueur physique. Les longues marches d’une offensive de 1150 km l’avaient fortifié au lieu de l’affaiblir. Il était arrivé au Caucase, vigoureux et joyeux, dessinant, à l’arrivée aux étapes, de pittoresques croquis de route, animant ses camarades par son feu et par son humour.

    John Hagemans 3.jpgMais ce matin du 26 août, au flanc d’un talus brillant de soleil, il portait sur son visage le recueillement et l’austérité de celui qui sait la grandeur de l’idée qu’il mûrit et le danger que court le corps d’homme qui la contient. Le preux était un ardent chrétien, et le soldat qui le précédait l’entendait qu’il répétait à voix basse l’Ave Maria.

    Tout chez lui était spiritualité, le serment de chevalier, le service du soldat, la pierre sculptée qui dit l’élan d’un peuple. Au moment où il va mourir et où seule la pensée du contact avec l’ennemi devrait le préoccuper, c’est la vie chrétienne de cet Occident parfait qui s’épanouit comme une fleur écarlate, à la pointe extrême de sa vie…

     

    Les yeux au ciel…

     

    Il n’a eu le temps de rien voir.

    Une grenade lourde s’est abattue sur le versant du ravin : dix hommes gisent, fauchés monstrueusement en un seul coup.

    Plusieurs sont morts, d’autres sont fracassés par d’affreuses blessures. John Hagemans est tombé sur le côté droit, puis s’est retourné sur le dos, comme s’il voulait voir, en mourant, le grand ciel bleu et doré qu’il va rejoindre. Il n’a qu’une blessure qui lui a tailladé jusqu’à l’os l’avant-bras gauche. Il est inconscient, ne sent pas son sang qui coule à flots.

    Un camarade rampe jusqu’à lui : ses yeux regardent déjà dans le vide, mais ses lèvres remuent encore faiblement, continuent la prière d’avant le coup fatal « Sainte Marie… Sainte Marie… »

    Le visage devient de cire. Le Prévôt de la Jeunesse Rexiste, le sous-officier John Hagemans est mort…

    John Hagemans 5.jpg

    Hagemans Faire-part 2.jpeg

     

    Pareil aux chevaliers de pierre

     

    Il allait reposer, durant la journée, près d’une petite haie de jardin où nous l’avions étendu entre les deux camarades morts en même temps que lui, A…, un admirable idéaliste, et l’infirmier B…, un héros de la guerre 1940.

    Ceux qui ont pu, dans notre village, accablés de mitraille, arriver jusqu’au corps de John Hagemans, n’oublieront jamais l’admirable, la pathétique beauté de ce mort.

    Seul un minuscule éclat avait atteint la joue gauche. Le corps vidé de son sang avait la majesté du visage de Napoléon reposant à Sainte-Hélène. La ressemblance était extraordinaire : un front immense d’une merveilleuse luminosité, les mâchoires carrées et serrées, les lèvres blanches où flottait un dernier sourire.

    Mais on pensait autant au saint qu’au héros, tant il émanait de ce corps de sérénité et d’austérité.

    Hagemans mort + LD.jpegNous avons entouré son corps de grandes fleurs de tournesol, cueillies en rampant dans le champ voisin. Su sa poitrine brillait, éclaboussée de son sang, son insigne d’Ancien de Rex. En face, luisaient les grands monts heurtés sans cesse par le fracas de la bataille.

    Agenouillés près du corps, nous sentions, malgré la jugulaire du casque, nos mâchoires trembler de chagrin.

    Nous pensions à ce jeune foyer, anéanti, à un petit garçon de quelques mois dans les bras d’une jeune maman brisée.

    Nous pensions à toute notre Jeunesse que la catastrophe allait jeter dans un abîme de douleur. Le Prévôt mort… Il était là sous nos yeux, livide, sublime, ses grands cils baissés, ses bras croisés sur la poitrine comme ceux des chevaliers de pierre gisant sur les tombeaux de nos cathédrales.

    Hagemans + Epouse.jpeg

     

    Pure et dure…

     

    John Hagemans fut vengé le jour même par ses camarades des trois pelotons d’assaut. Ils progressèrent jusqu’à la fin du jour, dégageant le secteur ouest. L’ennemi allait devoir se retirer profondément, à quelques kilomètres dans les bois et ne plus nous attaquer par ses poussées soudaines de groupes particulièrement acharnés.

    À la nuit, on enterra le Prévôt, sous la fervente lumière d’une étonnante lune orange qui éclairait la cime de tous les monts. Il fut enseveli comme chaque soldat, à même la terre conquise, une terre crayeuse et résistante, pure et dure comme l’avait été celui qu’elle allait recouvrir…

    Hagemans Dessin Front.jpeg

    Ce dessin de John Hagemans réalisé trois jours avant sa mort illustre le cadre de son ultime combat au pied des monts du Caucase : à l’avant-plan, les tournesols qui orneront sa tombe.

     

     

    Le promontoire sacré

    Hagemans + LD isolés.jpegPendant quarante heures encore, formés en carré autour de nos chères tombes fleuries, sous le tir écrasant des lance-grenades lourdes qui de loin nous couvraient de centaines de projectiles énormes d’un calibre de 75, harcelés par les balles explosives des derniers éléments soviétiques se déplaçant de crête en crête, couverts de débris de toutes sortes, asphyxiés par l’affreuse odeur des dizaines de chevaux morts, rompus par six jours et six nuits de lutte presque incessante, méconnaissables, les compagnons de combat de John Hagemans allaient résister jusqu’au bout.

    Le vendredi 28 août, à midi, arrivaient les troupes spécialisées et l’artillerie puissante qui allaient mettre à la raison les dernières bandes tapies dans les bois et réduire les batteries ennemies qui martelaient le secteur conquis par nos armes.

    Déjà, depuis deux jours, les grands monts du Sud tombaient un par un ouvrant la voie à de nouvelles avances.

    Il ne nous restait plus qu’à reprendre nos fusils et à retrouver les chemins ombreux et ravinés qui nous conduiront à la mer.

    Hagemans Tombe.jpeg

    La tombe de John Hagemans est marquée d’une croix sur cette photo du cimetière des héros de la Légion à Tscherjakow.

     

    Mais là-haut, témoin immortel de nos luttes, à l’avant du promontoire majestueux qui domine tout le pays, l’inoubliable Prévôt Rexiste, le Héros, le Guide et la Lumière, demain, de toute la Jeunesse de sa Patrie, John Hagemans, parmi ses camarades morts, regarde, au loin, vers les terres où naîtra l’avenir glorieux dont il rêvait et qu’aura assuré son Sacrifice.

     

    Léon Degrelle

    Tscher…

    Vendredi 28 août, à 12h30

     

    (Le Pays réel, 13 septembre 1942)