Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dernier Carré "Léon Degrelle"

  • Le menteur Assouline : les preuves définitives !

    Pierre Assouline, fieffé menteur antidegrellien (3)

     

     

    Foin des fumisteries : Assouline n’est qu’une vilaine canaille !

    Pour établir son mensonge d’appointé, Assouline a même osé utiliser l’argument –qu’il croyait sans aucun doute massue– d’un témoignage du familier des deux amis, Paul Jamin, alias Jam et Alidor : « Degrelle est un vantard. Il n’a jamais été Tintin, ni inspiré Hergé en quoi que ce soit. C’est tellement évident quand on songe qu’en plus, Tintin, lui, est le contraire d’un fanfaron… » (Hergé, p. 79).

    Tonnerre de Brest ! Serions-nous refaits ? Mais quelle est la référence de pareille affirmation ? La note 101 du bouquin nous la fournit : « Témoignage de Paul Jamin à l’auteur. » C’est-à-dire des propos absolument invérifiables, qu'Assouline met dans la bouche du caricaturiste décédé depuis un an (le 19 février 1995) : nous sommes donc condamnés à devoir croire la canaille sur parole !…

    Alors, Paul Jamin a-t-il vraiment raconté à Assouline ce que celui-ci voulait tellement entendre ? Nous nous permettons d’en douter, ne fût-ce que par la seule phrase « Degrelle n’a jamais inspiré Hergé en quoi que ce soit », contredite, comme nous venons de le voir, par Hergé lui-même (ce blog au 27 décembre 2021), ce que ne pouvait ignorer le fidèle Paul Jamin.

     

    Déménagement Jamin.jpeg

    Tintin mon copain, contrairement aux verba volatils prétendument rapportés par le laquais politiquement correct, a produit des scripta tangibles les contredisant de manière bien plus crédible. Le dessin bien élucidé par sa légende que nous reprenons ci-avant de la page 227 associe Tintin et Léon Degrelle, comme dans tant d'autres d'Alidor publiés dans l'hebdomadaire Pan. Pourquoi donc le dessinateur aurait-il associé régulièrement les deux personnages s'ils n'avaient rien à voir l'un avec l'autre ?

     

    Jam Hergé Wallez Ticket Parade.jpegCe dessin corrobore d’ailleurs celui des « trois pères de Tintin » que nous avons reproduit en début d’article (ce blog au 27 décembre 2021). L'explication du thème de sa vignette fournie par Paul Jamin aux éditeurs du livre dont il devait illustrer la couverture (Eric Fournet, Quand Hergé découvrait l’Amérique, Didier Hatier, 1992) contredit d’ailleurs clairement la pseudo-confidence à Assouline et confirme son caractère apocryphe : Jam n’a pas dessiné un vrai Tintin (ce qui ne lui aurait bien évidemment posé aucun problème), mais « un jeune homme qui pourrait fort bien appartenir à la famille de celui que Hergé envoya en reportage en la Russie des Soviets » (p. 9), c’est-à-dire son frère d’âme, son modèle Léon Degrelle. Rappelons aussi que Paul Jamin, non seulement a relu, en 1989-90, le livre ultime de Léon Degrelle documentant son rapport à Tintin, mais qu’il conseilla judicieusement à son auteur de le faire relire aussi par le spécialiste par excellence de l’œuvre de Hergé, Stéphane Steeman, qui se rendit à Malaga, une première fois, en octobre 1991 (ce blog au 21 mai 2016)…

    Pour autant, Assouline ignorait-il l’identité Degrelle-Tintin ? Non, bien évidemment !

    Nous avons montré comment la chronologie d’Assouline et ses supputations relèvent de la fumisterie et de ses basses besognes au service de la politique commerciale de l’usurpateur Rodwell. Mais veut-on une preuve supplémentaire de sa duplicité ?

     

     

    Profiter de Tintin ? Non ! Attaquer les banksters !

    La thèse d’Assouline est que ce n’est qu’« au soir de sa vie » que Léon Degrelle, incorrigible « prétentieux et mythomane », se serait inventé le rôle de modèle de Tintin : pour les besoins de son Tintin mon copain, toujours en achèvement à l’hôpital où il décéda le 31 mars 1994 (ce blog au 21 septembre 2020 ; notons qu’en 1996, Assouline publia sa biographie censée ruiner le crédit de Tintin mon copain sans avoir même pu lire le dernier livre de Léon Degrelle : il ne sortit des presses syldaves du Pélican d’Or qu’à la « Noël 2000 », comme indiqué à la page 2, –voir ce blog au 10 mai 2017).

    En prétendant cela, Assouline sait que ce n’est pas vrai et qu’il ment : la confidence a effectivement échappé en 1976 (près de vingt auparavant et du vivant de Hergé donc) à Léon Degrelle interviewé par Jean-Michel Charlier pour les deux formidables « Dossiers Noirs » qu’il lui consacra (Autoportrait d’un fasciste : ce blog au 1er juillet 2017). Il est donc primordial de disqualifier ses propos. Voyons ensemble de quelle perverse façon.

    Dans son interview à Jean-Michel Charlier, Léon Degrelle raconte comment, engagé dans l’action catholique (ce blog aux 5 et 8 avril 2017), –le mouvement Rex n’existait pas encore–, il en était rapidement venu aux prises avec la hiérarchie catholique dans les prémisses de ce qui deviendra son combat contre les banksters : « Je m’étais mis, entre autres, à dénoncer le “Boerenbond”. […] C’était la plus grosse organisation religioso-financière des Flandres, une organisation théoriquement parfaite, qui avait pour mission officielle et tout à fait louable de venir en aide aux paysans mais qui, en réalité, avait branché sur ce plan pieux une organisation bancaire géante qui drainait les économies des campagnards chrétiens. Elle avait fait disparaître dans des spéculations des centaines de millions de francs : c’était une affaire honteuse. Mais l’Eglise d’alors touchait sa part sur tout. […] Dès l’instant où j’ai sauté avec mon gourdin sur tous ces salauds, j’ai vu se dresser contre moi le cardinal Van Roey, brandissant sa crosse. La situation était presque comique parce que, précisément, peu avant, il venait de préfacer un bouquin à moi, une Histoire de la guerre scolaire, ouvrage aux parrains originaux puisque la couverture portait, en dehors de mon nom, “Préface du cardinal Van Roey”, archevêque de Malines, et ensuite, “Illustrations de Hergé”, le brave Hergé, Remy Georges, grand copain, le père de Tintin l’universel affublé de mes pantalons de golf. Dès que ma campagne de Vlan eut été déclenchée, le cardinal, avec encore au début une certaine discrétion, me voua aux feux dévorants de l’Enfer où grillent –et c’est juste– les anti-ploutocrates. » (Léon Degrelle: Persiste et signe, Interviews recueillies pour la télévision française par Jean-Michel Charlier, Jean Picollec Editeur, 1985, p. 71).

     

    Histoire Guerre scolaire-horz.jpg

    Ce n’est pas à proprement parler une « préface » que signa le cardinal Van Roey à l’Histoire de la Guerre scolaire de Léon Degrelle, mais une élogieuse lettre de félicitations, reproduite à la fin de l’ouvrage.

     

    On aura bien compris que la référence à Tintin est purement anecdotique dans le récit degrellien de ses premiers démêlés avec le cardinal-primat de Belgique : il ne s’agissait aucunement de parler de son rôle dans les aventures de Tintin, mais de mettre en évidence l’incongruité de la réaction du cardinal qui venait de lui signer une épître flatteuse pour son livre illustré par Hergé. Rien de plus, sinon de rappeler au passage que le héros de Hergé –autre détail cocasse–  avait été affublé de ses pantalons de golf…

    Mais comment Assouline rapporte-t-il le témoignage de Léon Degrelle ? Bien évidemment sans préciser le moindre contexte ! Comme s’il l’avait surpris en flagrant délit de mensonge ! « L’identification de Léon Degrelle à Tintin est d’ailleurs bien trop tardive pour n’être pas a priori suspecte. En 1976 encore, enregistrant douze heures de film et vingt heures de bande-son pour y raconter sa vie en long et en large, il ne citera Hergé qu’une seule fois. Pour affirmer que son “grand copain” avait affublé son petit personnage “de mes pantalons de golf”. Comme s’il avait été le seul à en porter alors qu’entre les deux guerres, c’était l’uniforme des grands voyageurs soucieux de leur mise ! » (Hergé, p. 79).

    Remarquons à nouveau que si les pantalons de golf constituaient prétendument, à l'époque, « l’uniforme des grands voyageurs soucieux de leur mise », Assouline se garde bien d’en donner le moindre exemple, et certainement pas Robert Sexé ou Albert Londres !

     

     

    La confidence fortuite

    Quant à l’argument de la date « tardive », il suinte également la mauvaise foi la plus crasse : « En 1976 encore »… Comme s’il s’agissait d’un nouvel exemple de la récupération qu’il dénonce.

    Non ! C’est en 1976 que cette confidence échappe incidemment à Léon Degrelle, pour la seule et unique fois du vivant de Hergé (nous verrons plus loin pourquoi). Cette allusion tout à fait accessoire au Tintin de Hergé est même très convaincante en ce qu’elle est spontanée et naturelle : Léon Degrelle se souvient simplement que le dessinateur qui s’inspira de lui pour son nouveau héros était involontairement mêlé à ses déboires avec le cardinal Van Roey, ce qui rendait la situation « presque comique ».

    La meilleure preuve qu’Assouline a bien compris ce que Léon Degrelle voulait dire, c’est qu’il cache la raison de l'évocation de Tintin et fait semblant de déplorer que Léon Degrelle, prétendument tout à son autoglorification au long de « douze heures de film », n’aura cité Hergé que cette seule et unique fois. Et ce, pour l'unique raison de s'accaparer indument la paternité de Tintin !

     

    Hergé Voilà.jpegTémoignage manifeste de la proximité indéniable de Hergé avec les idéaux d’Ordre nouveau défendus non seulement par Léon Degrelle et Rex mais également par la rédaction de son journal Le Soir : Hergé fait la « une » de l’hebdomadaire rexiste Voilà en pleine guerre, le 10 juillet 1942. Il surclasse, tel le bienveillant Créateur, un Tintin interloqué (dessin du caricaturiste maison R.V. Roy). Cette « gazette hebdomadaire de la bonne humeur » créée par Léon Degrelle et fort populaire (tirage : 30.000 exemplaires) était dirigée par Victor Meulenijzer, ami d’enfance de Hergé, qui avait été directeur du Pays réel après le départ de Léon Degrelle pour le Front de l’Est. Il paiera de sa vie sa fidélité à l’idéal bourguignon de son chef : il fut fusillé le 30 août 1945, après une parodie de procès qui désespéra son ami Hergé.

     

    Rappelons que Hergé était toujours vivant lorsque Léon Degrelle confia à Jean-Michel Charlier ce détail presque superfétatoire s’il n’avait été amusant. Une telle publicité eût néanmoins pu lui porter préjudice. Léon Degrelle en était d’ailleurs conscient, qui témoignera, après le décès de son ami, dans son Tintin mon copain : « D’un Hergé rexiste, on avait assez peu parlé après 1945. Dans mon refuge, je n’allais pas compromettre un vieux frère comme Georges, qui avait déjà fort à faire pour désherber dans ses albums les quelques nez crochus que la Résistance avait dénichés à la loupe ! » (p. 195).

    Amis Mabire.jpgEn fait, Tintin mon copain, entrepris après la disparition du dessinateur en 1983, n’est en rien une tentative de récupération : c’est un hommage à l’ami fraternel. Nous avons montré comment un article de Jean Mabire, Léon Degrelle fut-il Tintin ?, datant de plus ou moins 1985 et resté inédit, amena la décision de Léon Degrelle de révéler tous les tenants et aboutissants de sa précoce amitié avec Hergé (Léon Degrelle était bien Tintin ! L’intuition première de Jean Mabire, in Magazine des Amis de Jean Mabire, n° 45, Solstice d’été 2015, pp. 18-29).

    Et, comme nous l’avons déjà dit, ces liens d’amitié ne se démentirent jamais après-guerre, par les visites de Germaine Kieckens et Paul Jamin en Espagne, par l’envoi de ses albums par Hergé à Léon Degrelle, par les courriers d’invitation, de remerciements, de recommandations envoyés par Léon Degrelle à Hergé (ce blog au 10 mai 2017).

    Voici quelques exemples éloquents de lettres –adressées pour toute sécurité au fidèle ami commun, Paul Jamin– contenant des messages personnels pour Hergé :

    « Merci aussi au cher Georges de ses quatre bouquins, merveilleux (comme toute la série). Dis-lui que je serais très heureux de le voir se détendre ici. Si ça leur plaît, qu’ils viennent faire un séjour ici, s’inspirer dans une atmosphère très naturelle. Sa femme serait dans un très beau site, nous l’aiderions à se retaper à force d’air pur, de bons plats, et d’affection ! » (21 juillet 1959).

    « Vois un peu si Monsieur Tintin n’a pas besoin d’un beau palais andalou. Il serait à lui à bon compte, et sur-le-champ. » (28 janvier 1961 ; Léon Degrelle évoque ici sa belle propriété de la Carlina –ce blog au 17 octobre 2018– où se rendit effectivement, mais seule, Germaine Kieckens, à au moins deux reprises : ce blog au 10 mai 2017).

    « Je t’envoie, en insistant beaucoup là-dessus, une preuve du talent de l’artiste de Lyon dont je t’avais parlé et que je te demande de recommander vraiment à notre bon vieil Hergé (un fuerte abrazo !). […] Décide Hergé à lui faire une offre intéressante. Il me ferait grand plaisir. » (3 janvier 1967).

     

    LD Picaros.jpg

    Hergé n’a jamais manqué de faire parvenir ses albums de Tintin à celui qui avait inspiré son héros. Jusqu’à Tintin et les Picaros, en 1976. Seul Tintin et l’Alph-art, posthume (1986), a toujours manqué à sa collection.

     

    Voulez-vous une ultime preuve qu’Assouline ne croit absolument pas à la thèse politiquement correcte selon laquelle Léon Degrelle serait définitivement étranger à Tintin ? Et que donc Assouline a menti pour satisfaire ses commanditaires, les héritiers abusifs de la Fondation Hergé qui veulent à tout prix imposer leur menterie ?

     

     

    L'éclairante dédicace

    Nous la trouverons dans la dédicace de son ouvrage Hergé publié à l’instigation de ladite Fondation deux ans seulement après la disparition de Léon Degrelle, tant elle appréhendait la publication annoncée de Tintin mon copain et voulait à tout prix la désamorcer (voir Armand Gérard, Léon Degrelle était bien Tintin ! L’intuition première de Jean Mabire, op. cit., p. 18).

    Cette dédicace était destinée à la propre veuve de Léon Degrelle, à qui l'auteur envoya son ouvrage en priorité, dès sa sortie de presse (l'achevé d'imprimé et le dépôt légal renseignent, à la page 467, « février 1996 » !). Il écrivit, à la suite du titre Hergé :

    « pour Jeanne Degrelle
    et tintin pour les autres !
    Elle y trouvera la trace et
    l’ombre de qui vous savez…

                                                                 Pierre
                                                                         Assouline

                                                                    Mars 96 »

     

    Dédicace Assoulline Jeanne.jpeg

    Par le jeu de mots qu’il effectue sur le nom de Tintin en le privant de sa majuscule, Assouline détruit explicitement, –en s’en amusant !–, la thèse officielle qu’il a été obligé de défendre dans sa biographie de commande : « tintin, rien, bernique pour les autres ! » Le point d’exclamation est d’Assouline, transformant bien le nom du héros des jeunes de 7 à 77 ans en interjection envoyant au diable tous ceux qui se refusent obstinément à comprendre Hergé, à reconnaître le vrai Tintin et seront donc sans doute satisfaits de lire cette biographie bienséante du pourtant « rexisant » ami de Léon Degrelle.

    Examinons d’ailleurs la forme de la dédicace d’Assouline. Il n’utilise pas la préposition « à » que l’on attendrait pour l’hommage du livre à une personne chère ou simplement intéressée, mais la préposition « pour », juste après le titre Hergé, et sur la même ligne, indiquant manifestement qui est la véritable destinataire de l’œuvre. L’auteur confesse donc à Jeanne Degrelle que ce livre a en fait été écrit « pour » elle et pas pour ceux qui l’ont officiellement commandé : « tintin pour les autres ! », précise-t-il explicitement.

    Notons aussi le passage, dans la même phrase, de l’emploi du pronom personnel de la troisième personne du singulier « Elle », logique en ce qu’il évoque la dédicataire « Jeanne Degrelle », à la forme de politesse du pronom de la seconde personne du singulier « vous » : Pierre Assouline exprime donc son implication personnelle dans la dédicace.

    Jeanne Degrelle peut et doit lui faire confiance : ce qu’il lui dit là est la stricte vérité. Nous ne sommes plus dans la dédicace académique où l’on eût attendu « l’ombre de qui elle sait », mais dans une relation personnelle, « l’ombre de qui vous savez » : ce n’est plus un Assouline qui parle à une Madame Degrelle, c’est maintenant moi, Pierre, qui vous parle, à vous, Jeanne. Et c’est d’ailleurs signé familièrement du prénom « Pierre », le nom étant reporté significativement à la ligne suivante…

    Certes, Jeanne Degrelle ne pourra trouver dans cette biographie que « la trace et l’ombre » de Léon Degrelle qui était pourtant si proche de Hergé, puisqu’il s’agit d’une œuvre de commande. Mais la confidence qu’Assouline lui fait dans sa dédicace doit suffire à rétablir la vérité : c’est « tintin » pour les autres, les commanditaires, car « Tintin », c’est et ce sera toujours Léon Degrelle !

     

    Jeanne+LD Malaga.jpg

    Jeanne Degrelle et son tellement plus que Tintin d’époux, à Malaga, au début des années 1990…

     

    Cette analyse serait tirée par les cheveux ? Mais ce serait faire injure au fin connaisseur de la langue française qu’est Assouline que de prétendre le contraire : comme nous l’avons constaté, il n’utilise aucun mot ou tournure au hasard, même et surtout si c’est pour se garantir le confort et la sécurité de ses mensonges. C’est ainsi qu’en 2014, au moment même de la disparition d’une Jeanne Degrelle qu’il estimait ne plus devoir ménager (Jeanne Degrelle-Brevet décéda le 15 décembre 2014 : ce blog au 17 janvier 2016), il commettra un roman, Sigmaringen (Gallimard), où il se permettra à nouveau d’outrager Léon Degrelle, en reprenant les calomnies qu’il dut crédibiliser dans sa biographie aux ordres : nous ne manquerons pas d’y revenir bientôt.

    En vérité, cette dédicace –toute personnelle et que son auteur ne destinait évidemment pas à quelque publicité (sans doute ne fut-elle d'ailleurs envoyée dans l'urgence à Jeanne Degrelle que dans le but de « désamorcer » sa légitime réaction à la lecture de l'histoire biaisée des relations Hergé-Degrelle)– désigne la dédicataire comme seule habilitée à trouver dans son livre fallacieux « la trace et l’ombre » de qui elle sait pertinemment être le vrai Tintin, c’est-à-dire, à l’évidence, son immortel époux Léon Degrelle.

     

     

    Tintin LD Aramis 20.07.1991.jpgA l’occasion de sa visite chez Léon Degrelle à Malaga en 1991, le dessinateur Aramis (Minute, Présent, Le Crapouillot, Valeurs Actuelles,…) a dédicacé à ses hôtes ce dessin original et explicite dans la plus pure tradition de la « ligne claire » hergéenne. Le créateur de Tintin avait déjà revêtu son héros de tous les uniformes militaires du IIIe Reich (Hergé, L’Aviation. Guerre 1939-1945, collection « Voir et Savoir », 1953 : ce blog au 29 septembre 2020), Aramis lui donne, avec encore plus de pertinence, l’uniforme degrellien de SS-Sturmbannführer (commandant) muni de toutes ses décorations, y compris la croix de Chevalier de la Croix de Fer reçue des mains mêmes d’Adolf Hitler.

  • Assouline : « Tintin ? N’importe qui plutôt que Degrelle ! »

    Pierre Assouline, fieffé menteur antidegrellien (2)

     

    La chronologie d’Assouline ? Fumisterie !

    La preuve chronologique décisive avancée par Assouline pour établir l’impossibilité d’une quelconque influence de Léon Degrelle sur Tintin est également toute spécieuse : prétendant convaincre son lecteur, elle n’a d’autre but que de le circonvenir et le tromper. Lorsqu’il dessina les premières cases de Tintin au pays des Soviets en janvier 1929, Hergé n’a en effet pas eu besoin d’attendre les articles de Léon Degrelle de février 1930 pour connaître ses réactions aux persécutions des Cristeros puisqu’elles avaient été publiées… dès le mois d’octobre 1928 ! (ce blog au 7 février 2019).

    Bien plus, Hergé connaissait Léon Degrelle, sa rectitude morale comme sa joie de vivre depuis leur participation commune à la presse scoute catholique (1922-1925), au journal estudiantin L’Avant-Garde (1927) et au quotidien catholique Le XXe Siècle (1928). C’est d’ailleurs le 12 janvier 1928 que Léon Degrelle organisa le saccage de l’exposition soviétique dont l’abbé Norbert Wallez avait dénoncé l’organisation à Bruxelles dans son journal : cette action d’éclat provoqua un véritable séisme secouant le monde médiatique et politique belge. L’abbé Wallez fut le seul à l’appuyer sans réserve : il engagea illico le jeune étudiant dans son équipe rédactionnelle du XXe Siècle et enjoignit Hergé d’envoyer son nouveau héros  combattre les Soviets, à l’image de Léon Degrelle, à partir du 10 janvier 1929 (retrouvez tous ces détails appartenant à la genèse de Tintin dans l’introduction à Cristeros, Aux origines de Tintin) !

    XX S. 1928 01 13 Sac expo Soviets Bxl.JPGEn « Une » du 13 janvier 1928, Le XXe Siècle, le quotidien de l’abbé Wallez, salue « Les justes ravages faits dans l’exposition des bolchevistes russes à Bruxelles par les “Jeunesses Nationales” et les étudiants universitaires ».

     On peut donc affirmer –en respectant la chronologie et les faits– que l’engagement anticommuniste de Tintin puisa –comme chacun sait– les anecdotes de ses aventures dans les mémoires de l’ancien consul belge en Russie, Joseph Douillet, Moscou sans voiles (neuf ans de travail au pays des Soviets) que l’abbé Wallez confia à Hergé en décembre 1928 pour documenter les aventures de Tintin. Mais pour étoffer la personnalité de son nouveau personnage, il s’inspira du courage, de la détermination, du sens de l’initiative et de l’humour de Léon Degrelle, héros du saccage en janvier 1928 de l’exposition bolchevique de Bruxelles.


    C’est ainsi et pas autrement que naîtront Les aventures de Tintin reporter au « Petit Vingtième » au pays des Soviets.

    Un dernier mot pour documenter le peu de sérieux de l’argumentation chronologique d’Assouline prétendant impossible la filiation Degrelle-Tintin puisque le directeur du XXe Siècle n’aurait envoyé Léon Degrelle au Mexique qu’après le début des premières aventures de Tintin… au Congo ! « Ainsi l’abbé Wallez a-t-il expédié Degrelle au Mexique après avoir décidé d’envoyer Tintin au Congo et non le contraire. »

    A nouveau, double erreur : si Léon Degrelle ne se rendit effectivement au Mexique qu’en janvier 1930, ce ne fut qu’avec, pour seule aide de l’abbé Wallez, un pécule de cinq mille francs. Ce voyage ne fut en rien décidé par l’abbé qui ne fit que céder aux sollicitations de son journaliste se muant en reporter de terrain (voir Cristeros, Aux origines de Tintin, p. 73). Mais c’est l’engagement antisoviétique de Léon Degrelle qui donna à l’abbé l’idée d’envoyer Tintin, non pas au Congo, mais chez les Soviets. Comme Léon Degrelle, Tintin y dénoncera les « ignominies » des « révolutionnaires moscovites » (Norbert Wallez, in Le XXe Siècle, 13 janvier 1928).

    Ce n’est que pour ses aventures suivantes que Tintin se rendra au Congo, y exaltant l’œuvre des Pères Blancs.

    Qu’Assouline confonde les deux albums ne plaide guère pour le sérieux de sa réflexion. Une confusion qui fait plutôt désordre dans un passage où l’auteur prétend accuser de mensonge celui qu’il sait dire la vérité…

    LD Avt-Garde 1928 11 22 Leb.jpg

    Portrait de Léon Degrelle, secrétaire de rédaction de L’Avant-Garde depuis un an, par l’étudiant et dessinateur « Leb », publié dans l’hebdomadaire louvaniste, le 22 novembre 1928. Plus tard, Leb dessinera aussi pour Le XXe Siècle (on trouvera, par exemple, son portrait de Pierre Nothomb dans Le « XXe » littéraire et artistique du 10 août 1930).

    Voilà les faits et la véritable chronologie : tout est expliqué en détail dans Cristeros, Aux origines de Tintin, même si Assouline fait semblant que ce livre et cette mise au point n’existent pas !

     

     

    Le modèle de Tintin serait Robert Sexé ? Fumisterie !

    Enfin, parachevant son boulot antidegrellien pour lequel il fut engagé par l’ex-madame Hergé, épouse Rodwell, l’omnipotent patron de la despotique société Moulinsart, Assouline ose affirmer –ce qui ne se trouvait aucunement dans son bouquin de 1996 !– qu’en aucun cas Léon Degrelle n’aurait pu inspirer Hergé pour son héros Tintin : « Je crois bien davantage à des modèles comme Robert Sexé ou Albert Londres, bien sûr ! » (Cahiers, p. 9).

    Outre que, vu ses mensonges à répétition, on se moque bien de savoir ce qu’Assouline croit, on pourrait quand même se demander de quel chapeau sortent Robert Sexé et Albert Londres qui n’ont jamais approché Hergé. Hergé qui ne connaissait absolument pas Sexé (ce blog au 1er février 2016). Hergé qui ne connaissait pas davantage Albert Londres, sauf pour en avoir peut-être lu l’une ou l’autre œuvre et dont il aurait illustré, en 1930, un texte concernant non les Soviets, mais les Juifs (voir plus loin).

    Remarquons qu’à la fin de sa remarque, Assouline assène la locution adverbiale « bien sûr », renforcée d’un point d’exclamation, pour transformer son affirmation gratuitement péremptoire en évidence que le lecteur n’oserait mettre en doute sous peine de passer pour un imbécile !

    Or rarissimes sont ceux à avoir jamais entendu parler de Robert Sexé, valeureux globe-trotter à moto du début des années 1920, jusqu’à ce qu’un certain Janpol Schulz n’en propose, en 1996, une biographie intitulée Sexé au pays des Soviets, opportunément préfacée par… le secrétaire général de la Fondation Hergé, Philippe Goddin, saluant un « reporter dynamique, entreprenant et courageux dont, peut-être, les articles et les photos étaient tombés sous les yeux du jeune dessinateur Hergé. » Mais ce tintinologue officiel s’est toujours bien gardé d’évoquer jusqu’au nom même de Sexé dans ses multiples ouvrages, y compris dans sa monumentale Chronologie d’une œuvre (7 volumes, éditions Moulinsart, de 2000 à 2011).

    Dans sa contribution bienveillante, Goddin s’est contenté de conclure : « Qui sait si un jour, on ne découvrira pas la photo de Robert Sexé dans les archives conservées à la Fondation Hergé ? ». C’était à la fin du siècle dernier et il semble bien que, depuis, rien n’ait jamais été découvert permettant de relier concrètement à Hergé cet aventurier d’exception qui réalisa le premier tour du monde en moto. Même si, collaborateur de La Gerbe, l’hebdomadaire ouvertement national-socialiste d’Alphonse de Châteaubriant, Robert Sexé partageait à l’évidence les idées de Hergé quant au nouvel ordre européen.

    Soir Sexé 1926 12 05.jpg

    Quoi qu’en aient dit Janpol Schulz ou Francis Bergeron, Le XXe Siècle ne reçut jamais Robert Sexé dans ses locaux pour quelque interview ni ne publia jamais de photo de lui. Contrairement au Soir qui, le 5 décembre 1926, illustra d’un cliché son reportage sur la réception à Bruxelles du motocycliste et de son compagnon Henri Andrieu après leur tour du monde.

    C’est le directeur du quotidien Présent, Francis Bergeron, maladivement antidegrellien, qui a répandu dans les milieux nationalistes la fable de Robert Sexé, modèle de Tintin, dans une interview à Rivarol, en octobre 2015. Il entendait en effet poursuivre sa dénonciation de « ceux qui ont voulu du mal à Hergé (ainsi que Degrelle lui-même) », mais sans fournir le moindre élément permettant d’étayer pareille accusation, invraisemblable sinon diffamatoire (Georges Remi, dit Hergé, Pardès, 2011, p. 35).

    Nous avons suffisamment démonté l’argumentaire fantaisiste de Bergeron pour ne plus y revenir (ce blog aux 1er février et 4 mai 2016) : ce sympathique motocycliste de Robert Sexé, quadragénaire et myope, n’a, à l’évidence, jamais pu servir de modèle pour Tintin.

    S’il fallait encore s’en convaincre, il suffit d’ouvrir le livre de Janpol Schulz, Robert Sexé au pays des Soviets –usurpant le titre de Hergé pour mieux accréditer la supercherie– où est notamment repris le reportage de Sexé sur son séjour à Moscou en 1925 pour le bimensuel Moto Revue. On verra que le contenu, tout d’enthousiasme et de bienveillance pour le pays des Soviets, n’a rien à voir avec les aventures de Tintin mettant à nu la terrible réalité du pays des Soviets, telle que la perçut et l’illustra Hergé.

    A cet égard, Robert Sexé se conduirait plutôt comme ces « communistes anglais à qui l’on montre les beautés du bolchevisme » (Tintin au pays des Soviets, p. 29, case 3) en exaltant, par exemple, la riche diversité de la production industrielle soviétique, n’oubliant pas les cierges dont le clergé orthodoxe ferait encore grande consommation : « Et nous réalisons l’immensité de ce “pays des Soviets” : le continent russe. Le laboratoire thermodynamique est en plein quartier d’usines. Tout près, des ateliers d’état fabriquent des avions complets, des automobiles, marque AMO et une fabrique soviétique produit des bougies et de magnifiques cierges d’église… » (Robert Sexé au pays des Soviets, p. 123).

    Le hasard (ou la malchance) veut que l’on peut également mettre en parallèle avec le reportage de Sexé le fameux épisode de la « distribution de pain gratuite aux pauvres de Moscou […], ces bandes d’enfants abandonnés, vagabondant dans les villes et les campagnes vivant de vol et de mendicité » où un petit mendiant se fait traiter de « chien » et chasser d’un violent coup de pied pour n’être pas communiste (Tintin au pays des Soviets, p. 78, case 3, et p. 79, case 1). Robert Sexé choisirait plutôt, quant à lui, le camp du policier soviétique : « Heureusement, pour le pittoresque de la rue, ces caractères classiques de la vie russe, le mendiant et le pope, existent toujours […]. Le petit tzigane s’accroche à vous en pleurnichant, la jeune romanichelle vous mendie des kopeks, les “militionnaires” (agents de police) ferment l’œil sur toute cette mendicité, mais ils sont prompts à intervenir au besoin. Les occasions ne leur manquent pas et ils ont fort à faire contre les terribles jeunes “arabes”, enfance abandonnée et criminelle réfugiée à Moscou depuis la grande famine. » (Robert Sexé au pays des Soviets, p. 124).

    pierre assouline,fondation hergé,tintin,hergé,abbé wallez,leb,joseph douillet,robert sexé,fanny rodwell,janpol schulz,philippe goddin,alphonse de châteaubriant,francis bergeron,albert londres,huibrecht van opstal,luc révillon,gérard berthelot

    Sympathique portrait d’un agent de police soviétique (un « militionnaire ») réalisé par Robert Sexé lors de son séjour à Moscou. A comparer avec les mines patibulaires dont Hergé afflige tous les protagonistes bolcheviques dans Tintin au pays des Soviets. 



    Le modèle de Tintin serait Albert Londres ? Fumisterie !

    En serait-il autrement d’Albert Londres dont le nom n’est sans doute cité par Assouline que pour évoquer un journaliste-explorateur plus célèbre que Robert Sexé ?

    Selon les « hergéologues » appointés, un lien existerait bien avec Hergé censé avoir illustré, comme nous l’avons dit, des passages d’un livre d’Albert Londres venant d’être publié, Le Juif errant est arrivé. C’était le 16 février 1930, dans le supplément dominical du XXe Siècle, Le “XXe” littéraire et artistique. Hergé venait de publier les cent quatorzième et cent quinzième planches de Tintin au pays des Soviets (sur cent trente-huit au final) dans le petit “XXe” du 13 février 1930. Mais ce n’est pas le reportage d’Albert Londres Dans la Russie des Soviets que Hergé aurait illustré, mais son enquête sur les Juifs, des ghettos d’Europe vers la Palestine.

    De quoi établir un lien entre Albert Londres et Tintin ? Sûrement pas ! Au même moment, Léon Degrelle, lui, était aux prises avec les soviets mexicains. Et envoyait à Hergé ce clin d’œil complice reprenant la fameuse anecdote des visiteurs anglais de l’usine soviétique que son ami avait publiée dans le petit “XXe”, le 11 avril 1929 : « Il y a entre la Révolution Russe et la Révolution Mexicaine des similitudes nombreuses qui ne manquent point de saveur. La plus pittoresque est leur commun désir d’épater les visiteurs étrangers. On n’oubliera jamais le voyage à Moscou de la délégation anglaise : sur son passage les Soviets n’hésitèrent point à brûler, sous les cheminées des usines à l’abandon, les dernières charretées de foin des paysans russes, afin que les voyageurs d’Outre-Manche fussent émerveillés par l’épanouissement industriel de l’U.R.S.S. ! » (Le Vingtième Siècle, 11 février 1930).

    Huibrecht Van Opstal avait signalé en 1998 dans son Tracé RG, Le phénomène Hergé que le dessinateur avait illustré le texte sur les Juifs d’Albert Londres (p. 58), mais sans rien reproduire. Philippe Goddin rapportera également l’information en 2000 dans le premier volume de son Hergé, Chronologie d’une œuvre (p. 298), sans en donner non plus d’exemple.

    Serait-ce que les dessins de Hergé exhalassent quelque relent raciste ? On pourrait le supposer à lire le difficultueux ouvrage de Van Opstal (abréviations quasi incompréhensibles, organisation compliquée de l’index, bibliographie hermétique,…). La référence à Albert Londres se trouve en effet dans une recension de dessins chargeant le trait sémite : « [Hergé] illustra Angelroth (sur le juif errant, dans LBQL, 1925), Londres (sur le sionisme, Le Juif Errant est arrivé, dans LVLEA, 1930) et de Vroylande (sur des Juifs avides, en 1941. […] » (Tracé RG, Le Phénomène Hergé, p. 58).

    Nous pensons plutôt qui si les spécialistes officiels de Hergé ont choisi de ne pas publier ce dessin « londrien », c’est que son attribution n’est vraiment pas avérée car, contrairement aux autres illustrations du « XXe » littéraire et artistique (complaisamment reproduites par Goddin dans sa Chronologie), il n’est pas signé « HERGE ». Et l’original ne semble pas non plus appartenir aux archives quasi exhaustives de la Fondation Hergé (ce qui aurait permis d’en authentifier l’auteur).

    XXe litt. 1930 02 16.jpg

    C’est le 16 février 1930 que Le « XXe » littéraire et artistique publie des extraits du Juif errant est arrivé ! d’Albert Londres. Van Opstal et Goddin attribuent le dessin à Hergé, mais rien n’est moins sûr puisque, contrairement à son habitude constante, le dessinateur n’aurait pas signé son œuvre. Et comme tant d’autres dessinateurs –tel Leb, voir ci-avant– ont travaillé pour le supplément littéraire du XXe Siècle… La seule certitude « hergéenne », c’est que Le « XXe » littéraire et artistique faisait régulièrement de la publicité pour Tintin au pays des Soviets !

     

    Si Assouline préfère donc ne pas évoquer l’illustration du Juif errant est arrivé dans son interview aux Cahiers de la BD, peut-être ne cite-t-il alors Albert Londres comme modèle de Tintin que parce qu’en 2014, il est devenu à son tour le héros d’une bande dessinée surfant sur le succès de Tintin et reprenant le même procédé que Schulz dans son titre, Albert Londres au pays des Soviets (Luc Révillon, scénario, et Gérard Berthelot, dessin, Editions Joe). L’éditeur ne manquera d’ailleurs pas du culot de prétendre –tout à fait gratuitement–, en quatrième page de couverture, que «  lorsque Hergé enverra son petit reporter en Russie des Soviets, il se souviendra d’Albert Londres, illustre prédécesseur auquel il vouait une grande admiration » (rappelons que le dessin attribué à Hergé pour Londres est postérieur d’un an aux premières planches des aventures de Tintin).

    Albert Londres BD.jpgDans la biographie qu’il a consacrée au célèbre journaliste (Albert Londres, vie et mort d’un grand reporter, Balland, 505 pages, 1989), Pierre Assouline n’évoque en tout cas jamais les premières aventures de Tintin, ce qui d’ailleurs, à l’époque, n’eût probablement pas été perçu comme particulièrement valorisant, alors qu’aujourd’hui, la préface des Editions de Londres qui diffusent Dans la Russie des Soviets (2012), n’hésite plus à établir ce parallèle : « il est facile et abusif de comparer l’ouvrage avec Tintin au pays des Soviets de 1929. Mais si nous parlons bien de la même époque, les conditions qui conduisent à la naissance des deux œuvres sont presque antinomiques. Si Tintin au pays des Soviets est avant tout une BD anti-soviétique, Dans la Russie des Soviets est un reportage. Et puis, n’oublions pas, si la relation d’Hergé est loin d’être objective, les faits qu’il raconte, notamment l’épisode de la visite de communistes anglais dans les usines soviétiques, ne sont pas totalement idiots à la lumière de ce que l’on sait maintenant de l’époque stalinienne. » (p. 4).

    Cette argumentation est bien alambiquée (en quoi « la relation d’Hergé » est-elle « loin d’être objective » ?) car ce n’est pas « à la lumière de ce que l’on sait maintenant » que les aventures de Tintin chez les Soviets ont été imaginées, ni –cela eût été possible– à celle de ce qu’écrivit Albert Londres en 1920, mais –comme nous venons de le rappeler–, ce reportage en BD (Tintin rédige son article-fleuve aux pages 38-39 de Tintin au pays des Soviets) s’est écrit à la lumière du Moscou sans voiles de Joseph Douillet (l'anecdote de la visite des communistes anglais se trouve aux pages 18-19). La seule chose qu’on pourrait trouver « antinomique » avec l’œuvre de Londres, c’est que Tintin ne se contente pas d’écrire et de dénoncer, il agit, combat activement, avec son intelligence et ses poings, l’injustice et la tyrannie du bolchevisme.

    Car il est vrai qu’à l’inverse des impressions de voyage publiées par Sexé, le reportage d’Albert Londres est, lui, sans complaisance pour le régime soviétique et ses réalisations : « ce sont des étables pour hommes », écrira-t-il, en dénonçant l’implacable système bolchevique organisant, au nom de la dictature du prolétariat, la misère et la famine du peuple russe. Mais il s’en tient à cela, qui est déjà fort bien et fort courageux : il décrit ce qu’il voit et alerte ainsi le monde extérieur, victime de la propagande du régime et de la complaisance de ceux qui se sont contentés de voyages « encadrés »…

    Albert-Londres-1923.jpgCélèbre photographie d’Albert Londres, prise en 1923. Dans sa présentation des Œuvres complètes du reporter (Arléa, 2007), Assouline décrit Albert Londres de la manière suivante (p. VIII) : « Au physique : un bourgeois français, moyen en tout. Signes particuliers : néant. » Rien là qui puisse rappeler Tintin. « Au moral : sentimental, raffiné, dédaigneux, douillet, soucieux de sa ligne, taquin, gourmand, capricieux, courageux, inconscient, impatient, ironique, entêté, potache, fantaisiste, cinglant, ambitieux, insaisissable, taiseux, orgueilleux et fier. Il préfère écouter que parler, regarder plutôt que décrire. » Parmi ces qualificatifs, les seuls pouvant concerner Tintin seraient sans doute sentimental, courageux, entêté. Et peut-être aussi fantaisiste… L’identification avec Léon Degrelle –au physique et au moral !– est, ô combien, plus réussie et convaincante (voir l’introduction de Cristeros, Aux origines de Tintin).

    Pour suivre Tintin et agir concrètement contre le bolchevisme, avec son intelligence et ses poings, il faudra attendre juin 1941 et un certain Léon Degrelle dont l’action antibolchevique de 1928 avait justement été à l’origine des premières aventures de Tintin !

    Ni le quadragénaire à lunettes Sexé, ni le quadragénaire barbichu Londres ne peuvent décidément prétendre avoir servi de modèle à Tintin…

     

    (À suivre)

  • Pierre Assouline, fieffé menteur antidegrellien (1)

    L’obligé de la Fondation Hergé connaît pourtant
    la vérité :
    Léon Degrelle est bien Tintin !

     

    L’enfumage de la « biographie officielle »

     

    Ce n’est qu’aujourd’hui que nous est tombé entre les mains le numéro hors-série des Cahiers de la BD consacré à Hergé, l’ami de Léon Degrelle, sous le titre Hergé, Le père de Tintin se raconte (mars 2020).

    Cahiers BD Hergé.jpegLe titre de cet énième opuscule surfant sur l’image rémunératrice du maître de la ligne claire ne peut qu’induire en erreur son acheteur car, au lieu du scoop d’un récit autobiographique original, il n’aura droit qu’à des commentaires politiquement corrects, rédigés ou inspirés par des appointés et/ou obligés de la toute-puissante Fondation Hergé.

    Et le premier à se substituer à Hergé pour prétendre qu’il « se raconte » n’est autre que cette canaille de Pierre Assouline, auteur, en 1996 chez Plon, d’un Hergé, soi-disant « premier grand portrait d’Hergé [révélant] les coulisses de son œuvre » (Cahiers, p. 11).

    C’est dès ce bouquin qu’il lance la légende apologétique de sa parfaite indépendance d’esprit, gage de l’implacable objectivité de son travail de biographe de Hergé : « Philippe Goddin me proposa au nom de la Fondation Hergé de mettre ses archives à ma disposition pour écrire une biographie […]. Je les prévins aussitôt de l’esprit qui m’animait : la fascination critique pour un homme et une œuvre… la volonté de tout savoir… la liberté de tout écrire… le rejet de tout contrôle… […] Par la volonté de Fanny Rodwell, l’aide de la Fondation Hergé me fut acquise sans réserve ni contrepartie. […] Tout au long de mes recherches, ils ne me ménagèrent jamais leur soutien. Ils s’étaient convaincus que l’exposé rigoureux et la révélation la plus neutre de ces fameuses vérités-qui-ne-sont-pas-bonnes-à-dire valaient décidément mieux que l’insinuation, l’allusion et le soupçon permanent. » (Hergé, p. 12).

    Il nous ressort à nouveau cette fable pour carillonner que tout ce que contient son opus magnum ressortit à la Vérité gravée dans le marbre : « Fanny [Rodwell, la seconde épouse d’Hergé, qui gère les droits (NDLR)] nous a rejoints. Elle serait ravie, m’a-t-elle dit, si je me lançais dans une biographie d’Hergé. Soit, lui ai-je répondu, mais si je découvre un cadavre dans le placard, je le montrerai ! Elle a eu cette phrase décisive : “Vous aurez carte blanche pour tout raconter sans droit de regard de ma part car il y a pire que les accusations, ce sont les insinuations et je sais que, dur ou pas, un livre de vous les fera taire.” » (Cahiers, p. 7).

    Et les Cahiers, s’appuyant sur cette séduisante forfanterie, d’affirmer : « Aujourd’hui, Assouline reste l’une des autorités les plus fiables et les plus objectives sur les rapports ambigus entre Hergé et l’extrême droite. » (p. 7).

     
    Assouline, un chercheur indépendant ? Fumisterie !

    Cahiers BD Assouline.jpegSauf que le récit édifiant d’Assouline relève de l’enfumage : cette légende de la liberté totale d’investigation et d’expression a constitué le plus sûr paravent du mythe à garantir : Hergé n’aurait en fait rien à voir avec l’Ordre nouveau se proposant à l’Europe. Au mieux (ou au pire, c’est selon), il ne serait qu’une victime : victime de son temps, victime des circonstances, victime de ses fréquentations. « Hergé n’a aucun sens politique. […] Hergé, heureusement pour lui, n’est pas un intellectuel, il n’a rien écrit » ! (Cahiers, p. 11).

    Voilà qui est proprement insultant pour l’information du lecteur, mais surtout pour Hergé lui-même ! Hergé n’aurait aucun sens politique ? Il n’a rien écrit ? Mais cet idéaliste de la révolution des âmes, cet artiste « d’imprégnation rexiste » (Hergé, p. 105) a superlativement illustré ses idées, les rendant accessibles à tous, par ses dessins et ses scénarios : nous l’avons établi en abondance, notamment dans notre série « Degrelle-Hergé, même combat ! » (ce blog aux 21, 29 septembre ; 15, 20, 27 octobre ; 20, 27 novembre et 1er décembre 2020).

    Et pour démonter l’imposture du prétendu biographe s’enfonçant dans le mensonge, nous ne reprendrons que ses affirmations méprisables sur Léon Degrelle : « Je ne crois pas [que Léon Degrelle] ait eu beaucoup d’importance. Dès le début, Hergé prend ses distances avec ce confrère journaliste prétentieux et mythomane. À l’époque, ce qui gêne Hergé, c’est l’homme, pas le facho –qu’il n’est pas encore, d’ailleurs. Sur le plan artistique, il ne lui apporte rien non plus : des reporters courant le monde en culottes de golf, ce n’est pas ce qui manque… Je crois bien davantage à des modèles comme Robert Sexé ou Albert Londres, bien sûr ! » (Cahiers, p. 9).

    Passons sur les termes « prétentieux et mythomane », épithètes « balaciens » dont il semble désormais indispensable de marteler le portrait de Léon Degrelle (ils ne manquaient déjà pas dans sa biographie de Hergé, voir plus loin ; à propos de l’indigne prof de l’université de Liège Francis Balace, voir ce blog aux 30 juin 2016, 6 juillet et 8 novembre 2019).

    Cristeros.jpegSur l’importance insigne de Léon Degrelle dans la vie de Hergé, outre les articles de ce blog que nous venons de renseigner, nous ne pouvons que renvoyer à l’introduction Aux origines de Tintin de l’indispensable reprise de tous les textes de Léon Degrelle concernant les Cristeros (éditions de l’Homme libre; à compléter par le téléchargement du premier chapitre Cristeros Chapitre I.pdf, ce blog au 7 février 2019).

    Mais nous nous attaquerons quand même à ce postulat qu’Assouline avance tranquillement, comme s’il s’agissait d’une simple évidence : Léon Degrelle n’a pas eu beaucoup d’importance pour Hergé, surtout pas en tant qu'homme, même pas les culottes de golf : ce n’est qu’un mythomane !


    Hergé n’en avait rien à f… de Léon Degrelle ? Fumisterie !

    Nous avons analysé en détail la symbolique des culottes de golf ainsi que la signification révélatrice de leur abandon dans le dernier album complet, datant de 1976, Tintin et les Picaros dans Cristeros, Aux origines de Tintin (pp. 76-82) : nous y renvoyons nos lecteurs.

    Remarquons néanmoins –à propos de l’apparence toute singulière de Tintin– que si Léon Degrelle put émerveiller Hergé avec ses culottes de golf, ni Robert Sexé, ni Albert Londres (préférés par Assouline comme modèles de Tintin) n’en portèrent jamais en « courant le monde » !

     

    LD Golf Constantina1-horz.jpg

    Au cours de son exil, Léon Degrelle retrouva le goût des culottes de golf qui inspirèrent Hergé pour son Tintin (ce blog au 29 septembre 2020) : ici dans sa propriété de la Carlina, dans les années soixante.

    Mais nous ne pouvons laisser passer sans réagir la réaffirmation de ce mensonge selon lequel Léon Degrelle n’aurait guère eu d’importance pour Hergé. Si aujourd’hui, Assouline lance son assertion comme s’il s’agissait d’une vérité biblique partagée universellement, dans sa biographie d’il y a plus de vingt ans, il se prévalait d’arguments chronologiques qu’il croyait irréfutables mais que Cristeros, Aux origines de Tintin démonta en un tournemain, établissant le mensonge grossier.

    En 1996, en effet, Assouline canardait déjà ses verdicts pseudo-psychiatriques insultants et proférait : « Degrelle est fort en gueule, hâbleur et culotté. Il le restera jusqu’à sa mort à 87 ans. Mais avec l’âge, sa mythomanie et sa mégalomanie iront crescendo. Au soir de sa vie, il s’inventera un rôle de plus dans l’Histoire en assurant qu’à son retour d’un reportage en Amérique, il avait inspiré sinon imaginé le personnage de Tintin. Double mensonge, d‘abord sur les origines, puis chronologique. Tintin est né le 10 janvier 1929, le voyage de Degrelle outre-Atlantique date de décembre 1929-janvier 1930 et le premier article de son enquête sur les catholiques persécutés au Mexique est paru le 1er février 1930 dans le Vingtième Siècle… Ainsi l’abbé Wallez a-t-il expédié Degrelle au Mexique après avoir décidé d’envoyer Tintin au Congo et non le contraire. » (Hergé, pp. 78-79).

    A nouveau, comme dans l’expression enfantine « c’est celui qui dit qui l’est », le menteur n’était pas l’accusé, mais l’accusateur.

    Et même double et triple menteur, car, dans son Tintin mon copain, Léon Degrelle n’a jamais affirmé avoir inspiré le personnage de Tintin « à son retour d’un reportage en Amérique » puisque, comme nous l’allons voir, c’est bien avant son départ en Amérique, lors du sac de l’expo bolchevique de Bruxelles de janvier 1928, que Léon Degrelle s’imposa comme modèle de Tintin. En l’occurrence, l’épopée mexicaine de Léon Degrelle et ses envois de journaux américains à Hergé lui ont carrément permis d’affirmer : « La B.D. européenne naît à Mexico » (p. 13).


    Il n’a jamais prétendu non plus avoir « imaginé le personnage de Tintin ». Il précise au contraire le rôle de chacun des ses « pères » : « C’est bien un prêtre catholique qui a extrait du néant ce petit bonhomme futé. Ce prêtre s’appelait Norbert Wallez. Tintin a eu d’ailleurs plusieurs pères. C’est le fruit dudit abbé, bien sûr ; ce l’est, en second lieu, du grand artiste Hergé lui-même, brandissant ses crayons. Et, indirectement, c’est de moi. » (p. 5). Léon Degrelle est donc bien clair : il n’a ni « inspiré [ni] imaginé le personnage de Tintin ». Ce rôle extrayant du néant le futur héros des jeunes de 7 à 77 ans revient à l’abbé Wallez. Comme revient au « grand artiste Hergé » le rôle de lui avoir donné forme et vie par « ses crayons ». Le rôle que se reconnaît Léon Degrelle, pour indirect qu’il soit, n’en est pourtant pas moins essentiel puisqu’il ressortit aux valeurs morales et spirituelles remarquées et partagées par Hergé qui les insuffla à Tintin.

    Tintin copain p. 227.jpeg

    Les trois « pères » de Tintin réunis par Alidor (alias Paul Jamin, au volant de la limousine décapotée), dans un dessin de 1992 signé Jam, décrypté dans Tintin mon copain (p. 227).

    Cette histoire commune a évidemment créé des liens étroits entre les deux hommes, même s’ils purent connaître des hauts et des bas (sur l’affaire ressassée jusqu’à plus soif de l’ « affiche volée à Hergé », voir ce blog au 20 octobre 2020). Assouline est d’ailleurs bien contraint d’en convenir, même si c’est du bout des lèvres, faisant semblant que c’est toujours à son corps défendant que Hergé a fréquenté Léon Degrelle, partagé ses idées, suivi son parcours.

    Ainsi, après sa démonstration ratée sur la non-relation Degrelle-Tintin, élucubre-t-il : « si Léon Degrelle n’a tenu aucun rôle dans l’imaginaire d’Hergé, cela ne signifie pas pour autant qu’il n’ait exercé aucune influence sur Georges Remi » (Hergé, p. 79). La quadrature du cercle, donc ! Léon Degrelle  n’a tenu aucun rôle dans l’imaginaire de Hergé, tout en exerçant quand même une influence sur lui. Pourquoi Assouline ne nous explique-t-il pas que Hergé aurait été une espèce de Docteur Jekill tout à fait étranger au Mister Hyde-Georges Remi ?

    Assouline doit donc multiplier les contre-vérités et les paradoxes : « Pour n’avoir pas su dire non à Léon Degrelle, [Hergé] va sans le savoir ajouter une pièce supplémentaire au procès à charge qui sera en permanence instruit contre lui longtemps après. » (p. 78). « A défaut d’être en connivence avec [Léon Degrelle], [Hergé] ne lui est pas hostile. » (p. 80). « Georges Remi […] s’est toujours voulu une éponge […]. Aussi n’est-il pas étonnant qu’il collabore plus avant avec Léon Degrelle, fût-ce discrètement. » (p. 81). « Cela étant, par sa formation, par ses amis, par ses idées, par le milieu dans lequel il baigne depuis dix ans, il est d’imprégnation rexiste. Malgré ses sentiments mêlés pour la personne de Léon Degrelle. » (p. 105)…

    Rappelons tout de même les propos explicites de Hergé sur Léon Degrelle : ils vont tous dans le même sens et sont tous positifs. Assouline lui-même en convient involontairement lorsqu’il prétend n’illustrer que l’intérêt du dessinateur pour « l’histoire contemporaine ». Il cite alors un tout bref extrait d’une lettre privée à Robert Crausaz, l’éditeur suisse de La Cohue de 1940 de Léon Degrelle (premier « livre de souvenirs » de Léon Degrelle publié après-guerre et non « nouveau » !) : « [Hergé] est plus sincère dans d’autres de ses élans. Dans son intérêt pour l’histoire contemporaine, par exemple, lorsque dès l’annonce de la parution du nouveau livre de souvenirs de Léon Degrelle La Cohue de 40, il se dépêche de le commander à son éditeur lausannois. Ou quand, en privé, il juge La Campagne de Russie du même Degrelle très émouvant et très bien écrit. » (Hergé, p. 367).

    Mais il n’y a pas que dans sa correspondance privée que Hergé est « sincère » ! Le dessinateur n’a pas craint non plus de s’exprimer publiquement sur Léon Degrelle en ne lui ménageant pas son admiration, même au sujet de son engagement au Front de l’Est et de l’acharnement du gouvernement belge à son encontre. Ainsi, dans une interview à la presse flamande, n’hésite-t-il pas à saluer le dernier Commandeur de la Légion Wallonie : « Degrelle était d’ailleurs bien un homme respectable : il a été lui-même au front de l’Est ; il n’y pas seulement envoyé quelques pauvres diables. Et militairement parlant, il s’est comporté là-bas comme un héros. » (Humo, 11 janvier 1973). Voilà un « intérêt pour l’histoire contemporaine » parfaitement et singulièrement circonscrit !

    De même –et cette déclaration, à elle seule, anéantit le raisonnement pseudo-chronologique d’Assouline pour disqualifier le lien Tintin-Léon Degrelle– concernant son art de la bande dessinée, reconnut-il sa dette vis-à-vis de Léon Degrelle, même s’il confond (exprès ?) les dates : « J’ai découvert la bande dessinée grâce à... Léon Degrelle ! Celui-ci, en effet, était parti comme journaliste au Mexique et il envoyait au Vingtième Siècle, non seulement des chroniques personnelles, mais aussi des journaux locaux (pour situer l’atmosphère) dans lesquels paraissaient des bandes dessinées américaines. J’ai découvert ainsi mes premiers comics. » (La Libre Belgique, 30 décembre 1975).

    Mes Aventures au Mexique.jpg
    Serons-nous étonnés que ces déclarations de Hergé soient absentes du bouquin à charge d’Assouline ? Mais alors ? Était-ce pour ne pas avoir à dire que Hergé se trompait ou même mentait ? Et qu’elles rendaient impossible la thèse selon laquelle Léon Degrelle n’aurait compté que pour des prunes pour Hergé ?

    Cela est d’autant plus grotesque que dans son chapitre La providence des inciviques (reprenant l’expression de Robert Poulet : ce blog au 1er décembre 2020), Assouline souligne la fidélité absolue de Hergé à ses amis : « Hergé reste aussi fidèle à ses amis qu’envers Léopold III. Nul ne pourra le prendre en défaut sur ce plan-là. Il les défend bec et ongles, surtout s’ils sont dans l’adversité. Quelle que soit la réalité des faits, il arrive toujours à trouver des circonstances atténuantes aux vaincus de la Libération. » (p. 205). Sauf paradoxalement à Léon Degrelle, absent de la liste qu’il dresse : Paul Herten, Victor Meulenijzer, Jean Vermeire, Félicien Marceau, Julien De Proft, Norbert Wallez, Paul Jamin, Robert Poulet…

    Et comment l’expliquer alors que sa sollicitude ne concernait pas seulement ses vrais amis, mais s’étendait aux amis politiques au sens le plus large du mot puisqu’il s’agissait même d’ « inciviques » parfaitement inconnus : « Hergé providence des inciviques… La formule est encore plus juste qu’on ne le croit. Car non seulement il aide ses amis, les amis de ses amis et d’autres Belges en difficulté, mais aussi des épurés français qu’il ne connaît même pas. Sa réputation de samaritain des collaborateurs en détresse a passé la frontière. Son adresse est de celles qui circulent. Avec eux, comme avec les autres, il ne se fait pas prier. » (p. 207).

    Alors, Hergé n’aurait-il vraiment eu « aucun sens politique » ???

    Soupault Petit Parisien 19.12.41.jpg

    Ralph Soupault était le caricaturiste de Je suis Partout, dont les dessins antisémites étaient pour le moins aussi incisifs que ceux de son ami Jam dans la Brüsseler Zeitung. Mais l’étalon répressif français était sans doute moins brutal que le belge : Soupault écopa de quinze ans de travaux forcés alors que Jam fut condamné à mort. Les peines furent néanmoins commuées, mais toujours à l’avantage du condamné français : Soupault sortit de prison en 1950, Jam en 1952. Hergé ne l’avait jamais vu, mais connaître les raisons de sa condamnation et le savoir ami de Paul Jamin suffirent à Hergé pour aider Ralph Soupault. Ici, un de ses dessins publié dans Le Petit Parisien, le 19 décembre 1941.

    N’est-il donc pas inconcevable de vouloir exclure Léon Degrelle du cercle hergéen ? D’autant plus que les deux hommes avaient noué de véritables liens d’amitié qui ne se démentirent jamais : comme nous avons eu l’occasion de l’établir irréfutablement, les contacts entre Léon Degrelle et Hergé ne se sont jamais rompus, qu’ils se soient poursuivis par l’intermédiaire de Germaine Kieckens, sa première épouse, ou via Paul Jamin (alias « Jam » et « Alidor »), le fidèle ami commun (ce blog au 20 octobre 2020).

    En réalité – et nous l’établirons plus loin encore– Assouline savait fort bien que Léon Degrelle est tellement consubstantiel à Tintin que Hergé ne pouvait pas imaginer, cinquante ans plus tard, de les dissocier, même au prix d’un anachronisme (voir aussi ce blog au 15 octobre 2020)…

     

    (À suivre)

  • 2022 : ancrez vos Voeux dans la Tradition !

    N’oubliez pas d’envoyer vos vœux !

    Utilisez les cartes du « Dernier Carré »

     

    cats.jpg 

     

    Les fêtes de fin d’année approchent !

    Pour envoyer vos vœux traditionnels de Solstice, Noël et Nouvel An,

    nous vous proposons des cartes

    inspirées par nos anciens symboles religieux et légendaires.

     

    Nous les devons à notre ami, le dessinateur anticonformiste bien connu

    KORBO.

     

    Deux modèles sont disponibles au prix de 3 euros pièce (10 cartes = 25 euros, enveloppes et frais d’envoi compris).

    Une version en néerlandais est également disponible.

    A commander par virement au compte IBAN BE04 2100 4559 7631 du « Dernier Carré » (Code BIC: GEBABEBB), en précisant les modèles (couronne et/ou sapin), le nombre d’exemplaires et les coordonnées d'expédition.

     

     

  • Léon Degrelle à la mer ; le drame religieux du national-socialisme ; toute l’actualité degrellienne

    37e Correspondance du Cercle des Amis de Léon Degrelle

     

    Cercle 37.jpegLa livraison de septembre de la publication du Cercle des Amis de Léon Degrelle est ponctuellement tombée dans la boîte aux lettres des abonnés : il s’agit déjà de la trente-septième fournée d’informations degrelliennes précieuses et irremplaçables, car quasi-exhaustives.

    Et cette livraison mérite bien le terme de « fournée », tant elle est abondante. L’éditeur lui avait d’ailleurs donné ce nom, avant de s’aviser malicieusement tomber sous le coup de la censure politiquement correcte des talibans de la justice, des réseaux sociaux et autres aboyeurs de la Toile et reprendre l’intitulé traditionnel de « correspondance privée » : Jean-Marie Le Pen l’avait bien appris à ses dépens naguère.

    Souvenez-vous qu’en 2014, le toujours président d’honneur du Front National et député européen, ayant cloué au pilori les « artistes » attaquant son parti, répondit à la journaliste de son « Carnet de bord » hebdomadaire qui lui faisait remarquer avoir oublié Patrick Bruel « On fera une fournée la prochaine fois » : après sept ans de procédure, il s’est retrouvé, le 1er septembre dernier devant l’incontournable 17e Chambre correctionnelle du tribunal de Paris, mais on attend toujours le jugement prévu, paraît-il, le 29 octobre prochain.

     

    Au Mur de l’Atlantique de la côte belge : Léon Degrelle à la mer...
     
    Cet hommage discret au courageux chef historique du Front National introduit la belle photo de couverture de l’héroïque Commandeur de la SS-Sturmbrigade Wallonien : Léon Degrelle est en uniforme –fraîchement décoré par le Führer de la Croix de Chevalier de la Croix de Fer– avec deux de ses enfants, Léon-Marie et Chantal. Comme pour la 36e Correspondance, l’éditeur a recouru à la colorisation, fort réussie dans les tons pastel. Nous regretterons seulement que les documents concernant Léon Degrelle ne soient quasiment jamais référencés.

    Cette photo, par exemple, a été prise au lendemain du défilé triomphal célébrant la percée de Tcherkassy, à Bruxelles, le 1er avril 1944 (ce blog aux 17 février 2017, 15 décembre 2020, 15 et 26 janvier 2021). Alors en permission, le chef de famille bruxellois passa la journée de Pâques à la côte belge, en compagnie de Léon-Marie (5 ans, que l’on voit encapuchonné sur la photo) et Chantal (debout, avec une petite sacoche, devant son Papa), et de son ami Robert Du Welz (ce blog aux 20 mai 2016 et 28 novembre 2017), dont on voit une des filles aux côtés du Commandeur.

    Est-ce pour faciliter ce bref séjour à la mer de ses enfants que Léon Degrelle visita à cette occasion une garnison du mur de l’Atlantique ? C’est possible car approcher les plages devenues domaine militaire était alors interdit : mais pouvait-on refuser quoi que ce soit à celui qui sortait du Quartier Général du Führer l’ayant personnellement honoré de la Croix de Chevalier, et qui venait de vivre un véritable triomphe romain dans la capitale ?

    Cette visite du 9 avril 1944, jour de Pâques, est en tout cas largement documentée par un reportage photographique d’une vingtaine de clichés, où l’on voit le héros de Tcherkassy, accompagné de son fidèle Robert Du Welz, entre-temps SS-Untersturmführer (sous-lieutenant), passer en revue les soldats allemands du mur de l’Atlantique à Coxyde (près de La Panne, non loin de la frontière française) et profiter de l’air iodé de la côte belge.

    aaaa.JPG

    bbbbbbbbbb.JPG

    Mur de l'Atlantique L.D 9 avril 1944 (03).JPG

    cccccccccc.JPG

    Mur de l'Atlantique L.D 9 avril 1944 Du Welz (010).JPG

    cercle des amis de léon degrelle,jean-marie le pen,léon marie degrelle,chantal degrelle,robert du welz,coxyde,atlantikwall,raversyde,joseph goebbels,abbé moreau,pol vandromme,magda goebbels,jean-michel charlier,cardinal van roey,fratelli d'italia,riss,philippe vardon,jorge tria sagnier,violeta friedman,gregorio maranon,omnia veritas,edwige thibaud,massimiliano afiero,ramiro bujeiro,eva muns,jordi mota,associacio wagneriana,questionnaire de proust

     

    C’est le 9 avril, Dimanche de Pâques 1944, que Léon Degrelle, joignant l’utile à l’agréable, visite une garnison du Mur de l’Atlantique, à Coxyde, en compagnie de ses enfants ainsi que de Robert Du Welz et de sa famille.

    De haut en bas, nous disposons tout d’abord d’une vue générale de la prise d’armes. On voit alors le commandant de la place présenter Léon Degrelle et la SS-Sturmbrigade « Wallonien » à ses hommes, soulignant l’héroïsme de leur engagement dans la percée de Tcherkassy, qui attira sur eux l’attention toute particulière du Führer. Le Commandeur passe ensuite le détachement en revue. Puis, les Allemands présentent les fortifications de Coxyde aux Wallons (Robert Du Welz est à gauche, penché pour écouter les explications d’un officier de la Wehrmacht ; un de ses fils est en culotte de golf).

    Arrive enfin la partie récréative : tout le monde se rend dans les dunes et sur la plage : Robert Du Welz donne la main à deux de ses enfants tandis que le commandant de la place emmène Chantal et Léon-Marie. Les enfants Degrelle et Du Welz posent encore au sommet de la dune où les militaires allemands ont réalisé une belle mosaïque de coquillages, manifestant leur confiance en la justesse de leur combat (pareille décoration pouvait aussi ressortir à l’imprudence et fournir une cible : la veille même de la visite de Léon Degrelle, le Samedi Saint, une vingtaine de bombardiers anglo-américains avaient lâché 250 bombes incendiaires sur la cité balnéaire et son petit aérodrome, causant une trentaine de morts dont de nombreux civils).

    Un an plus tard, le 4 août 1945, alors que l’armée allemande a depuis longtemps quitté l’endroit, un avion de reconnaissance américain a photographié toute la côte belge, de Knocke à La Panne. Ce document exceptionnel livrant un panorama complet du littoral belge vient d’être édité (Birger Stichelbaut, Wouter Gheyle, Jeroen Cornilly et Mathieu De Meyer, De Kust, 4 augustus 1945, De zomer van de vrijheid [La Côte, 4 août 1945, l’été de la liberté], Tijdsbeeld, 2021). Sur un des clichés de Coxyde, nous pouvons aisément reconnaître l’endroit précis de la visite de Léon Degrelle, à Pâques de l’année précédente : la villa ayant servi de mess à la garnison allemande est bien reconnaissable et on distingue parfaitement le mur sur lequel étaient juchés les petits Léon-Marie et Chantal. On devine aussi le camouflage des bunkers visités par le nouveau Chevalier de la Croix de Fer. Ces fortifications ne résisteront pas à l’urbanisation touristique frénétique de l’après-guerre et seront détruites dans les années 70 (comme la plupart des bunkers de la côte, sauf ceux de Raversyde –non loin d'Ostende, dans l’ancienne propriété du prince Charles– appartenant aujourd’hui au splendide musée de plein air Atlantikwall). Par contre, la villa a traversé l’histoire jusqu’à aujourd’hui et, malgré son quasi-enfouissement dans le sable des dunes, un peu à l’écart des immeubles résidentiels contemporains, appartient toujours à d’heureux propriétaires privés.

    De Kust Coxyde.jpeg

     

    Le drame religieux du national-socialisme

     

    61ryhcgDTHL.jpgCette 37e Correspondance privée du Cercle des Amis de Léon Degrelle  s’ouvre sur un texte de Léon Degrelle expliquant la différence –en ce qui concerne le sentiment religieux– entre rexisme et national-socialisme. Ici aussi, il aurait été intéressant de donner la référence du texte afin de permettre au lecteur de lire la totalité du chapitre (voire le livre entier) dont il est extrait, De Rex à Hitler (sans date, éditions de l’Homme Libre, pp. 241-246).

    Pour Léon Degrelle, le national-socialisme des débuts se caractérisait par un anticléricalisme absolu chez certains de ses dirigeants. C’est ainsi qu’il agrippe le ministre de l’Education populaire et de la Propagande : « Un ministre intelligent comme Goebbels avait été, avant la guerre, possédé par une haine féroce de l’Eglise catholique, tentant de l’affaiblir par d’affreux procès de mœurs. » Le « procès de mœurs » dont il est ici particulièrement question vise le sordide assassinat –en Belgique– d’un jeune garçon par un Frère des Ecoles Chrétiennes qui lui avait fait subir des violences sexuelles. Léon Degrelle reproche au ministre du Reich d’avoir voulu monter ce fait divers en épingle en envoyant à Bruxelles « un avion spécial contenant vingt journalistes berlinois », car il s’agissait d’un « faible d’esprit, médicalement irresponsable ». Dans le Journal 1933-1939 de Joseph Goebbels, on lit à la date du 2 avril 1937 : « Les procès de Coblence [contre des Franciscains pédophiles et violeurs] vont commencer. Là-dessus, en guise d’ouverture, un horrible crime sexuel commis sur un jeune garçon, dans un couvent belge. J’expédie aussitôt de Berlin un envoyé spécial qui part pour Bruxelles et mènera là-bas son enquête. » (p. 404)

    Abbé Moreau Soirées 24.11.1934 b.jpgUn curé défroqué dénommé Moreau avait entrepris une série de conférences dévoilant « Les Secrets de la confession » dans les cercles francs-maçons de Wallonie : Léon Degrelle y apporta systématiquement la contradiction jusqu’à dénoncer publiquement l’obsédé sexuel qu’était le prêtre apostat (photo : Soirées, 24 novembre 1934).

     

    Certains ne pourraient-ils reprocher au chef de Rex d’avoir oublié son marathon de 1934 poursuivant l’abbé défroqué Moreau dans ses conférences des Maisons du Peuple socialistes et franc-maçonnes censées dénoncer « Les Secrets de la confession » ? Le tartuffissime Pol Vandromme ne manqua en tout cas pas de dénoncer les « injures de poubellier » de Léon Degrelle. Allant jusqu’à plaindre l’ex-curé agitant ses apostasies pour le compte du Parti socialiste, il osa écrire : « L’indignité d’un malheureux, que ses faiblesses eussent pu rendre pitoyable, alors que son outrecuidance relevait du mépris, ne valait pas cette cruauté acharnée et spectaculaire. […] Le silence seul était digne » !!! (Paul Vandromme, Le loup au cou de chien, Degrelle au service d’Hitler, 1978, p. 67 ; voir ce blog au 14 avril 2016).

    Quel dommage que ce méchant haineux n’ait jamais trouvé pareille dignité ! Que sont en effet ses commisérations hypocrites et ses récriminations vindicatives face au bon sens degrellien ? « Pour moi, l’essentiel de la vie d’un prêtre, c’est d’être un porteur de sainteté. Il doit être en exclusivité un héraut de la vie spirituelle. […] Un prêtre qui est tourneboulé sans arrêt par des affaires de contestation politique, de syndicalisme, d’avortement, de pédérastie et cent histoires de ce goût-là, pour moi c’est un rebouteux d’église, ce n’est pas un prêtre. » (Persiste et signe, p. 49 ; sur l'affaire de l'abbé Moreau, voir le récit de Léon Degrelle, pp. 88-92). 

    Il existe cependant une différence fondamentale entre la campagne de Joseph Goebbels exploitant le crime d’un religieux et la campagne de Léon Degrelle discréditant la réputation d’un curé défroqué : le premier, en généralisant un cas particulier, voulait attaquer l’Eglise catholique ; le second, en dénonçant les conférences du prêtre excommunié ridiculisant la confession, a ruiné la campagne anticléricale du Parti socialiste.

    On observe donc que, dès le début de son action politique (nous sommes alors en 1934), Léon Degrelle n’a qu’un objectif, la révolution des âmes, c’est-à-dire le renouveau spirituel du peuple, seule assise solide à l’action politique et sociale. Cette conviction inébranlable fut certainement à l’origine de l’affection que lui porta, dès leur première rencontre de 1936, Adolf Hitler, lui qui estimait que « Le combat intérieur doit précéder le combat extérieur » (ce blog au 25 mai 2021).

    Comme on le sait aujourd’hui, les « cas particuliers » que Goebbels attaquait virulemment avec l’aval du Führer ont constitué jusqu’en ce vingt-et-unième siècle le plus grand scandale de l’Eglise, et ce, dans tous les pays, comme le démontrent les innombrables commissions d’enquête qui se multiplient à travers le monde : en ce sens, les quelque 250 procès intentés dans l’Allemagne nationale-socialiste contre des religieux catholiques pour abus sexuels eussent pu mener –si, en décembre 1937, Adolf Hitler n’avait mis un terme au zèle judiciaire de Joseph Goebbels– à une purge salutaire de l’Eglise institutionnelle.

    Goebbels Cardinaux 1933.jpeg
    Mais ce n’était pas une régénérescence de l’Eglise catholique que visait Goebbels : pour lui, elle ne constituait qu’une institution hégémonique cachant ses ambitions politiques sous des oripeaux religieux : « Nous devons bien comprendre que l’Eglise catholique constitue une internationale et qu’au moment critique, elle sera toujours contre nous. » (Journal 1939-1942, p. 338). Il ne pouvait opérer la distinction entre Eglise institutionnelle et instrument d’élévation spirituelle purifiant l’action politique, distinction que fit toujours Léon Degrelle (ce blog, par exemple, aux 8 avril 2017, 13 mai 2018 ou 25 juin 2020) et que comprenait parfaitement Adolf Hitler (ce blog au 25 mai 2021).

    Ce dernier –souverainement méfiant vis-à-vis de l’institution catholique– s’est en effet exprimé dans le même sens que Léon Degrelle : « Pourquoi détruirions-nous ce merveilleux pouvoir que la plupart des hommes ont d’incarner le sentiment du divin qui est en eux ? » (Libres Propos, 14 octobre 1941).

    Le ministre de l’Education populaire reprendra aussi ce point de vue, mais de manière purement tactique, pour mieux installer la « discipline de l’Etat » dans les territoires de l’Est : « La jeunesse s’est totalement éloignée des Eglises, et même de la religion. Nous devons tout de même tenter de raviver ces besoins, car l’activité religieuse, dans ces territoires, peut au moins être une base de la discipline de l’Etat. Mais c’est très difficile à mettre en œuvre, parce qu’il n’y a ni prêtre, ni popes ; ils ont tous été éliminés. On se retrouve donc dans cette situation absurde où nous, nationaux-socialistes, sommes contraints d’introduire des prêtres dans ces territoires » ! (Journal 1939-1942, p. 363).

    Quel était alors le sens religieux de Joseph Goebbels (excommunié à cause de son mariage, en décembre 1931, avec la protestante Maria Magdalena Ritschel, au surplus divorcée de l’industriel Günther Quandt) ?

    Ces réflexions qu’il confie à son Journal fournissent peut-être des éléments de réponse : « Pourquoi reprocher à l’humanité actuelle de ne plus avoir de foi ? Ne doit-elle pas perdre toute foi ? Ce n’est ni le mal ni le mauvais qui, à eux seuls, amènent le déclin, c’est le mensonge et la fausseté.

    Éliminez le mensonge, le “faire comme si”, alors nous redeviendrons peut-être sains. […]

    Et à quoi donc est-ce que je crois ? J’ai tant perdu de toute cette foi vigoureuse qui déterminait autrefois mes actions et mes pensées. Depuis que, chez moi, les yeux se sont dessillés, je suis devenu sarcastique, ironique, sceptique et relativiste. Cela m’a enlevé une part énorme de la force d’impact et de la puissance de conviction qui étaient les miennes.

    Je ne crois plus qu’à ceci : la vérité finira par être plus forte que le mensonge, je ne crois plus qu’à la victoire finale de la vérité et je ne crois plus qu’en moi-même.

    Cette foi doit poursuivre fermement et solidement sa vie en moi. C’est d’elle que je tirerai toute mon énergie et toute ma qualité. D’ailleurs, peu importe en quoi nous croyons, pourvu que nous croyions. Le peuple qui perd la foi se perd lui-même. Nous pouvons tout prendre au peuple, sauf ce en quoi il croit, qu’il s’agisse du Christ ou de Rome ou de la race ou de la nation ou de que sais-je encore. » (Journal 1923-1933, p. 12).

     

    Goebbels autographe.jpeg

    Un hymen frappé d’anathème par l’Eglise…

    Carte de remerciements pour les vœux de bonheur reçus à l’occasion du mariage du Dr Joseph Goebbels et Mme Magda Ritschel. Les noces furent célébrées le 19 décembre 1931 ; la carte est datée de Noël 1931 et est signée « Votre Dr Goebbels et Madame ».

     

    Plus loin, il écrira aussi, logiquement : « Mon Parti est mon Eglise, et je crois servir le Seigneur au mieux quand j’accomplis sa volonté et que je libère mon peuple opprimé des chaînes de l’esclavage » (p. 291). Et cette « église » politique, libératrice du peuple est bien radicalement opposée au christianisme, « doctrine de la déchéance » professée par les églises institutionnelles catholique ou protestante : « Par toute sa conception et sa structure intellectuelle, notre christianisme sera toujours opposé à une vision nationale forte. C’est que son essence même est entièrement marquée par le judaïsme. […] En réalité, le christianisme est une doctrine de la déchéance. Pour un homme moderne, il ne mérite que le mépris intellectuel. […] Mais dans tous les cas, notre mission actuelle est d’éliminer l’influence politique des églises. Ce qu’elles veulent ou ce qu’elles s’efforcent d’atteindre sur le plan religieux nous indiffère dans la perspective des grandes missions que nous nous sommes données sur cette terre ; mais dès qu’elles se mêlent de la problématique terrestre, il faut les remettre sévèrement à leur place. » (Journal 1939-1942, pp. 446-447).

    Léon Degrelle dira-t-il autre chose en racontant crûment son expérience des élections de 1937 à Jean-Michel Charlier pour son grand documentaire Autoportrait d’un fasciste : « Van Roey [le cardinal primat de Belgique] se mit à envoyer des messages dans tous les sens pour ordonner à ses curés de prendre parti contre moi, affirmant que mon action était contraire à la charité chrétienne. Évidemment, la charité chrétienne eût dû consister à caresser l’échine des voleurs de la politico-finance, au lieu de leur marteler les fesses, comme je le faisais, avec une sainte ardeur ! » (Persiste et signe, p. 108).

     

    L’actualité degrellienne

    C’est certainement en suivant à la trace tout ce qui se publie de et sur Léon Degrelle que la publication du Cercle des Amis de Léon Degrelle illustre au mieux le caractère irremplaçable de son travail pour tous les fidèles de l’auteur de Révolution des âmes.

    C’est ainsi qu’il nous apprend qu’à l’occasion de l’anniversaire du décès de celui qu’elle appelle « le fils adoptif d’Hitler », une section du mouvement de jeunesse des Fratelli d’Italia, –Gioventù Nazionale Verona–, a publié un bref hommage sur son compte Facebook : « Léon Degrelle 15/06/1906 – 31/03/1994. Pour tous ceux qui rêvent encore d’un siècle de chevaliers. »

    C’en fut déjà trop pour le gardien de l’orthodoxie démocratique, de la woke culture et de la doxa migrantifa réunies qu’est le réseau « social » de Zuckenberg (cinquième plus grande fortune du monde) : alerté par les politicards véronais de droite comme de gauche, Facebook a immédiatement censuré cette inconvenante marque de respect, considérée sans doute comme une vile trumperie

    Sur le héros du Front de l’Est, on ne peut décemment publier que de vilaines caricatures ou des contre-vérités certifiées conformes à l’évangile officiel.

    Vardon Charlie Hebdo.jpeg
    Ainsi d’un dessin de Riss dans Charlie Hebdo, censé ridiculiser Philippe Vardon, directeur de campagne du candidat Rassemblement National aux dernières élections régionales en Région Sud.

    Ainsi du livre, publié en avril dernier par Jorge Tria Sagnier, l’avocat de Violeta Friedman (qui attaqua Léon Degrelle en justice pour ses opinions), « Violeta Friedman contre Léon Degrelle, un procès singulier contre le négationnisme de l’Holocauste » (Hebraica Ediciones, Madrid, 2021, 105 pages). C’est l’occasion pour le Cercle des Amis de résumer l’affaire en en rappelant l’origine –un article du Tiempo en 1985, « Des chasseurs de nazis viendront en Espagne pour capturer Degrelle », qui donnait la parole à l’exilé– et rappelant ses acquittements successifs avant que le tribunal constitutionnel ne reconnaisse en novembre 1991 à la plaignante son « intérêt légitime » à attaquer les déclarations de Léon Degrelle. Afin d’accélérer l’aboutissement des procédures anti-révisionnistes, en 1995, le code pénal espagnol s’est aligné sur les lois « mémorielles » se multipliant en Europe pour punir les historiens réfractaires.

    Heureusement, nombreuses sont encore les rééditions des œuvres de Léon Degrelle qui continuent à voir régulièrement le jour : passons-les en revue, en fournissant les liens permettant aux collectionneurs de compléter exhaustivement leur bibliothèque (les prix indiqués sont ceux figurant sur les sites, sans les frais d’envoi).

    Moja droga.jpgUne traduction polonaise de Mon chemin de Saint Jacques, aux éditions Agencja Wydawniczo-Reklamowa, Moja droga do Santiago (168 pages, 11,50 euros).

     

    Une traduction bulgare de l’édition allemande de La Campagne de Russie, aux éditions Edelweiss-press, de Bulgarie, Защото омразата умира (254 pages, 10,25 euros). Traduite de la version allemande, cette édition comporte également la préface que Léon Degrelle avait écrite pour elle.

    Zashtoto.jpg

     

    la-rivoluzione.pngLa première édition en italien de Révolution des Âmes, aux éditions Passaggio al Bosco, La Rivoluzione delle Anime (124 pages, 12 euros).

    Une nouvelle édition en français des Âmes qui brûlent (180 pages, 21 euros), mais avec un titre qui reprend le sous-titre de la version espagnole de 1954 : « Notes sur la paix, la guerre et l’exil » aux éditions Omnia Veritas, ainsi qu’une nouvelle édition de la traduction espagnole, Almas ardiendo, Notas de paz, de guerra y de exilio (il faut noter cette bizarrerie que le tout premier chapitre « Le feu et les cendres » n’a jamais été traduit en espagnol), chez le même éditeur (172 pages, 21 euros), mais sans le « prologue » du grand académicien espagnol Gregorio Marañón, auquel tenait pourtant beaucoup Léon Degrelle (ce blog au 31 mars 2021) et que les éditions de l’Homme Libre avaient traduit en français pour sa belle réédition de Les Âmes qui brûlent (158 pages, 15 euros). Il faut dire que le Cercle dénonce sans détour le peu de scrupule des éditions Omnia Veritas qui n’ont pas hésité non plus à publier sans autorisation de l’auteur une réédition « en un format ridicule et sur du papier médiocre » du rare et indispensable L’Ordre SS d’Edwige Thibaud.

    Ames Omnia Veritas-horz.jpg


    À
    propos des Âmes qui brûlent, précisons également que la citation degrellienne sur laquelle se termine traditionnellement la Correspondance du Cercle des Amis de Léon Degrelle, est, cette fois-ci, précisément extraite de cette œuvre (Deuxième partie « Sources de vie », chapitre IV « La terre originelle ») : «On est l’homme d’un peuple, d’un sol, d’un passé. On peut ne pas le savoir. On peut essayer de l’oublier. Mais les événements se chargent vite de nous ramener aux sources de vie.
     »

     

    Afiero 1.jpeg

    En ce qui concerne les livres parlant de Léon Degrelle, la Correspondance du Cercle mentionne le livre en anglais de Massimiliano Afiero, Belgian Waffen-SS Legions & Brigades, 1941-1944 (Osprey Publishing, 48 pages, en version téléchargeable ou en version papier sur des sites tels Amazon, 14,76 euros, ou Bol.com, 13,19 euros). C’est un des livres de la bibliographie de l’article du même Massimiliano Afiero sur « Les Volontaires wallons dans les forces armées allemandes » de la revue The Axis Forces in World War Two dont nous avons rendu compte sur notre blog le 23 août dernier.

    A ce moment, nous nous sommes contentés –coupablement !– d’évoquer la bibliographie sommaire présentée par Massimiliano Afiero : « trois de ses propres ouvrages consacrés à la Légion, que nous ne connaissons pas : un en anglais et deux en italien » ! Réparons immédiatement cette désinvolture inconvenante en en donnant toutes les coordonnées.

    Le premier, en anglais, dont nous venons de parler bénéficie des remarquables illustrations du dessinateur de presse argentin Ramiro Bujeiro, spécialiste de l’histoire militaire (essentiellement la Deuxième Guerre mondiale, mais aussi le Vietnam, l’Afghanistan, l’Irak,… : plus d’une cinquantaine d’ouvrages aux éditions Osprey !). Il semble bien que l’article dont nous avons rendu compte sur notre blog soit le résumé de cette brochure qui contient les mêmes petites erreurs et confusions dans un récit au demeurant toujours passionnant et fourmillant de détails techniques singuliers.

    Comme l’a bien observé le Cercle, la couverture s’illustre, à droite, d’un beau portrait en pied de Léon Degrelle. À gauche, on reconnaît le lieutenant Lucien Lippert, futur Commandeur de la Légion, et au centre, le SS-Obersturmführer Léon Gillis, qui, le 30 novembre 1944, jour de la Saint-André, patron des Bourguignons, reçut lors de la prise d’armes rassemblant à Gronau (Hanovre) l’ensemble des troupes de la 28. SS-Freiwilligen-Grenadier-Division « Wallonien », la Croix de Chevalier de la Croix de Fer des mains du Commandeur Léon Degrelle pour s’être héroïquement distingué durant les combats d’Estonie (août 1944) : à la tête de son peloton antichar, il avait empêché la progression soviétique en anéantissant plusieurs blindés russes T34, avant d'être lui-même grièvement blessé.

    L’artiste Ramiro Bujeiro propose encore dans cette brochure de Massimiliano Afiero, parmi sa magnifique et riche iconographie, une aquarelle représentant le Schütze Léon Degrelle : il prononce son serment de fidélité au Führer Adolf Hitler dans le cadre de la guerre contre le bolchevisme, le 22 août 1941, au terme de son instruction au camp Regenwurmlager de Meseritz, à la frontière polonaise.

    Afiero 2-horz.jpgLes deux autres ouvrages de Massimiliano Afiero, en italien, consacrés aux Bourguignons sur le Front de l’Est et à leur Chef, sont Wallonie, I volontari belgi valloni sul fronte dell’Est (Editions Marvia, 346 pages, 2006, 30,40 euros) et Rex vaincra, Leon Degrelle e la Legione Wallonie  (Soldiershop Serie Ritterkreuz, 86 pages, 2018, 24,95 euros).


    Léon Degrelle répond au « Questionnaire de Proust »

    Cedade août 1980.jpegLa 37e Correspondance du Cercle des Amis de Léon Degrelle a également eu la bonne idée de traduire les réponses de l’infatigable exilé rexiste au « Questionnaire de Proust » que lui proposa Eva Muns à l’issue de la conférence  qu’il donna le 30 janvier 1981 à l’occasion du quarante-septième anniversaire de la prise de pouvoir d’Adolf Hitler en Allemagne. Cette conférence avait été donnée dans les locaux du Cercle espagnol des Amis de l’Europe (CEDADE) et avait été l’occasion d’un article de la journaliste militante sur la Révolution totale de Rex dans le numéro d’août suivant de la revue du CEDADE, dont la couverture s’ornait d’une photo de l’orateur pendant sa conférence.

    Eva Muns est une personnalité historique du Cercle espagnol des Amis de l’Europe, animatrice infatigable de sa section féminine, artiste, musicienne, sportive, auteur et coauteur de nombreux articles dont le chapitre consacré à la peinture dans El Arte en el Tercer Reich (Ediciones Wotan, 2 vol., 1981). Après la fin du CEDADE (ce blog au 25 juin 2020), Eva Muns suivit Jorge Mota dans l’aventure wagnérienne de l’Associació Wagneriana de Barcelone dont elle dirige la revue en catalan.


    Voici quelques-unes des réponses-phares de Léon Degrelle au fameux Questionnaire, dans la traduction du Cercle des Amis.

     

    CEDADE : Quelle est votre caractéristique principale ?

    Léon Degrelle : L’esprit de conquête.

     

    C : Qu’appréciez-vous le plus chez un ami ?

    LD : La fidélité.

     

    C : Qui aimeriez-vous être ?

    LD : Celui qui reconstruira l’Europe. 

    Eva.jpegEva Muns joue de la flûte en compagnie de Jordi Mota, à l’occasion d’une excursion dans les montagnes pyrénéennes (photo extraite du numéro spécial de Wagneriana, décembre 2017, en hommage au président de l’Association wagnérienne catalane, Jordi Mota, pour le premier anniversaire de sa disparition : ce blog au 4 février 2017).

    C : Quels sont vos compositeurs préférés ?

    LD : Wagner et Beethoven.

     

    C : Quel est votre vrai héros ?

    LD : Hitler.

     

    C : Quel personnage politique méprisez-vous le plus ?

    LD : Churchill, pour avoir commis le meurtre de l’Europe.

     

    C : Quelle réforme politique admirez-vous le plus ?

    LD : La nationale-socialiste.

     

    C : Quels dons naturels aimeriez-vous posséder ?

    LD : L’amour des autres (don spirituel) et la force de ne jamais se fatiguer (don physique).

     

    C : Quels faits vous inspirent le plus d’indulgence ?

    LD : Les actes d’amour.

     

    Cercle des Amis de Léon Degrelle, adhésion (26 ou 33 euros, selon que vous résidiez en France ou non) et renseignements sur les livres présentés : www.boutique-nationaliste.com

    Adresse : Cercle des Amis de LD, BP 92733, 21027 Dijon Cedex, France. lesamisdeleon.degrelle@gmail.com

     

  • De Gaulle a lu Hitler qui a lu De Gaulle

    Pas sûr ! Méfions-nous des récits apologétiques...

     

    A la suite de notre article qui moquait le SoirMag présentant de manière rigolote la réédition de Mein Kampf remis au goût du jour (ce blog au 22 juin 2021), une lectrice nous a exprimé son étonnement d’apprendre que l’œuvre fondatrice du national-socialisme soit diffusée en français, sans discontinuer depuis l’accession au pouvoir du chancelier Adolf Hitler : « Comment se fait-il qu’un éditeur français nazi ait pu et puisse encore diffuser en toute impunité l’œuvre maudite par excellence alors qu’il est impossible de trouver un seul livre de Léon Degrelle dans une librairie dite normale ? »

    Mein Kampf Sorlot.jpgRappelons, tout d’abord, que si le politiquement correct aggravé par la « Cancel Culture » empêche de se procurer normalement les livres de Léon Degrelle (et de bien d’autres !), on peut se procurer ses plus récentes publications aux Editions de l'Homme Libre ou quelques éditions originales sur le site de la Boutique Nationaliste.

     

     

    Lire Mein Kampf en français

    De plus, les Nouvelles Editions Latines ne représentent en aucun cas une officine nazie ! L’édition française de Mein Kampf constituait même une action patriotique censée permettre aux Français de connaître au plus intime la pensée du Führer, pensée que celui-ci n’aurait pas voulu permettre aux Français de connaître…

    Mais laissons le journaliste-historien Eric Branca –qui publia naguère Les Entretiens oubliés d’Hitler, 1923-1940 (ce blog au 28 février 2019)–, nous le présenter dans son nouvel opus, De Gaulle et les grands (février 2020) :

    « C’est […] un éditeur proche de l’Action française, Fernand Sorlot, propriétaire des Nouvelles Editions latines, qui décida de son propre chef de passer outre au veto de Hitler et de publier une traduction intégrale du texte de Mein Kampf. L’initiative fut soutenue par la LICA (la Ligue internationale contre l’antisémitisme, ancêtre de la LICRA), pourtant bien opposée aux idées de Maurras mais qui […] versa 50.000 francs à Sorlot pour aider à la diffusion de l’ouvrage. Dès la première page y figurait cette injonction du maréchal Lyautey : “Tout Français doit lire ce livre”. Exactement ce que Hitler ne voulait pas… De fait, à peine l’ouvrage sorti des presses, l’éditeur allemand de Hitler, Max Aman, attaqua Sorlot devant le tribunal de la Seine en faisant valoir qu’il ne lui avait jamais cédé le moindre droit d’exploitation. Ce qui provoqua, le 18 juin 1934, la condamnation de Sorlot et le retrait du commerce de tous les exemplaires du Mein Kampf déjà en place. » (p. 81).

    Cahiers Institut allemand Sorlot.jpg
    On peut toutefois ajouter que la germanophobie de Fernand Sorlot s’adoucira quelque peu durant l’Occupation, grâce sans doute à l’entregent francophile de l’ambassadeur du Reich à Paris, Otto Abetz, marié à une Française et créateur des fameux Cahiers franco-allemands – Deutsch-Französische Monatshefte. Il fonda également l’Institut allemand de Paris favorisant une meilleure connaissance du patrimoine littéraire et culturel allemand en France. C’est ainsi que se multiplièrent les traductions d’ouvrages allemands et leur publication, notamment par Fernand Sorlot, qui était également l’éditeur des Cahiers de l’Institut allemand. Ce qui lui valut une sévère condamnation, le 15 mai 1948, à vingt ans d’indignité nationale et une amende de deux millions de francs !...

    Eric Branca aurait quand même pu ajouter que si Adolf Hitler ne voulait pas diffuser son livre en France tel qu’il l’avait écrit en 1924, dans sa prison de Landsberg, c’est qu’il estimait que ses considérations belliqueuses concernant la France avaient perdu toute pertinence, ainsi qu’il l’expliqua dans une interview à un journaliste français que le chroniqueur avait pourtant reprise dans son récent ouvrage que nous venons d’évoquer, Entretiens oubliés (au surtitre éloquent, signé Adolf Hitler : « On m’insulte en répétant que je veux faire la guerre ») :

    « J’étais en prison quand j’ai écrit ce livre. Les troupes françaises occupaient la Ruhr. C’était le moment de la plus grande tension entre nos deux pays. Oui, nous étions ennemis ! […] Mais aujourd’hui, il n’y a plus de raison de conflit. Vous voulez que je fasse des corrections dans mon livre, comme un écrivain qui prépare une nouvelle édition de ses œuvres ? Je ne suis pas un écrivain, je suis un homme politique. Ma rectification ? Je l’apporte tous les jours dans ma politique extérieure toute tendue vers l’amitié avec la France ! Si je réussis le rapprochement franco-allemand comme je le veux, ça, ce sera une rectification digne de moi ! Ma rectification, je l’écrirai dans le grand livre de l’Histoire ! » (pp. 201-202, interview d’Adolf Hitler accordée à Bertrand de Jouvenel, publiée dans le quotidien Paris-Midi, le 28 février 1936).

     

    Paris-Midi 1936 02 28.JPEG


    Albert Speer, ancien ministre de l’Armement (à ce titre, responsable du formidable effort de guerre de l’Allemagne nazie dans les derniers mois du conflit, mais qui sauva sa tête en crachant allègrement dans la soupe devant le Tribunal de Nuremberg), le confirme dans ses mémoires (même si c’est d’une manière suspecte, lui permettant d’affirmer n’avoir jamais pu lire le livre maudit) : « La politique, pour Hitler, était une question d’opportunité. Même sa profession de foi, Mein Kampf, n’échappait pas à ce critère. Il prétendait, en effet, que bien des parties de son livre n’étaient plus valables, qu’il n’aurait jamais dû fixer si tôt ses pensées par écrit, remarque qui me fit abandonner mes tentatives, vaines jusqu’alors, de lire ce livre. » (Au cœur du Troisième Reich, p. 174).

    Voilà pour l’édition « princeps » de Mein Kampf en français (encore qu’il soit parfaitement possible de se procurer ce texte sans débourser les 100 euros de la « mise à jour » au bénéfice de la Fondation Auschwitz, ou les 36 euros du « Sorlot 1934 », en le téléchargeant, gratuitement et en toute légalité, sur le site québécois de textes appartenant au domaine public La Bibliothèque électronique du Québec, dans la Collection Polémique et Propagande).

     

     

    Lire la suite

  • The Axis Forces in World War Two

    Belles illustrations pour une documentation

    souvent lacunaire

     

    The Axis Forces est une revue d’histoire militaire consacrée, comme l’indique son titre, aux troupes de l’Axe Rome-Berlin-Tokyo et à ses alliés. Elle existe depuis janvier 2017 et en est à son dix-huitième numéro, dont la couverture s’illustre du portrait de Léon Degrelle.

    Il s’agit d’une célèbre photographie officielle (ici colorisée, tout comme, notamment, sur le boîtier du film de Jean-Michel Charlier Léon Degrelle, Autoportrait d’un fasciste, exemplaire d'objectivité : ce blog au 1er juillet 2017) qui a été prise en mai 1943 au Regenwurmlager de Pieske (Meseritz), soit peu avant le passage à la Waffen-SS.

    Le jeune soldat de la Légion Wallonie, parti, à trente-cinq ans, au Front de l’Est avec le premier contingent, le 8 août 1941, a déjà pris du galon : il est en uniforme de Leutnant (sous-lieutenant) de la Wehrmacht, porteur des Croix de Fer de Seconde Classe (3 mars 1942) et de Première Classe (21 mai 1942), de l’Ostmedaille (Médaille du Front de l’Est) obtenue le 15 août 1942, au moment de sa création, ainsi que de l’Infanterie Sturmabzeichen (Insigne d’assaut d’Infanterie), décerné le 25 août 1942. Le cartouche du magazine cache le Verwundetenabzeichen (Insigne en bronze des blessés) conquis dès le 23 mars 1942 : il se trouve en effet juste sous la Croix de Fer de Première Classe (elle se distingue bien sur la photo en noir et blanc de la page suivante du magazine où Léon Degrelle est casqué et porte la barrette de l’Ostmedaille au-dessus de la poche de poitrine et non plus son ruban au second bouton de la vareuse sous celui de la Croix de Fer de Seconde Classe). L'examen de cette photo qui nous permet de détailler les décorations militaires que le courage de Léon Degrelle sur le Front de l'Est lui a gagnées en un an à peine met aussi en évidence l'absence totale de leur simple énumération dans les sept colonnes que le malhonnête De Bruyne consacre au fondateur de la Légion Wallonie dans sa prétendue Encyclopédie.

    Axis Forces LD NB 1942.JPGLa casquette du sous-officier s’orne également de l’Edelweiss des Chasseurs de montagne que le Général Ernst Rupp a permis aux Wallons de porter après qu’ils eurent héroïquement servi au sein de sa 97. Jäger-Division (« Partout où marchera et combattra le bataillon wallon, ses héros morts marcheront et combattront en esprit avec lui. […] Que mes meilleurs vœux et ceux de toute la division accompagnent le bataillon et chacun de ses membres. » Generalleutnant Ernst Rupp, Ordre du jour de la Division du 18 novembre 1942 ; ce blog au 30 décembre 2019).

     

     La couverture de ce numéro 18 d’Axis Forces met en lumière l’article-phare, signé par le rédacteur en chef, Massimiliano Afiero, Walloon volunteers in the German armed forces (« Les volontaires wallons dans les forces armées allemandes »). Il est également richement illustré (notamment par quelques photos qui avaient été demandées au « Dernier Carré »), mais comporte aussi quelques erreurs qu’il eût été facile d’éviter avec un minimum de recherche ou en proposant l’article à une simple relecture (pour notre part, nous sommes toujours heureux de pouvoir compter sur l’expertise bienveillante d’un amateur éclairé !).

    Il faut dire que la bibliographie de l’auteur est plutôt sommaire : à part trois de ses propres ouvrages consacrés à la Légion (que nous ne connaissons pas : un en anglais et deux en italien), elle ne renseigne qu’un méchant De Bruyne (For Rex and for Belgium, 2004) ainsi que, –heureusement !–, Léon Degrelle (La Campagne de Russie, dans la traduction italienne de 1981) et Jean Mabire (Légion Wallonie au front de l’est, 1987). Mais aujourd’hui, est-il encore possible d’ignorer Théo Verlaine, La Légion Wallonie en photos et documents (2005), André Lienard, Légion Wallonie (Heimdal, 2 vol., 2015 et 2019, pour les nombreux documents originaux publiés : ce blog au 3 mai 2021), ni surtout, précisément sur le même sujet que veut traiter Massimiliano Afiero, Thibault Daoût, Un Corps Franc de volontaires belges contre le Bolchevisme (deux importants articles in La Belgique en guerre, Editions De Krijger, n° 1, 2014 et n° 2, 2018).

    Axis Forces 15.JPGContrairement à ce que dit la légende de la photo du haut, nous n’assistons pas à un engagement dans les combats de Gromowaja-Balka, mais à un exercice de tir à Blagodatch où la Légion a établi ses quartiers après la sanglante bataille de « Gromo ». L’Adjudant Léon Degrelle porte fièrement les pattes d’épaule d’Oberfeldwebel qu’il y a gagnées (bord argenté avec deux étoiles). Le Commandeur Pierre Pauly est l’officier portant lunettes, un genou en terre, près du Légionnaire participant à l’exercice, en arrière-plan de Léon Degrelle.

    Car The Axis Forces commence fort, en voulant brosser un rapide aperçu de la situation politique de la Belgique : l’auteur prétend décrire l’irréductible opposition entre des Flamands protestants et des Wallons catholiques : « Dans la Belgique occupée par les forces armées allemandes en mai 1940, cohabitaient toujours deux peuples différents par la religion et la langue : les Wallons au sud, catholiques et francophones, et les Flamands au nord, protestants et germanophones. »

    C’est télescoper un siècle d’histoire : l’actuelle Belgique –unie par la religion, mais divisée par la langue– n’est que le résultat de la désolante partition du prospère Royaume Uni des Pays-Bas –qui avait quelque peu ressuscité les florissantes XVII Provinces bourguignonnes (le fabuleux Leo Belgicus : voir ce blog aux 8 août 2017 et 17 octobre 2018)– initiée par la révolte insurrectionnelle bruxelloise de 1830. Ces émeutes qui aboutirent à la scission des Pays-Bas se déclenchèrent, notamment, pour des raisons religieuses (les provinces du Nord et le roi Guillaume d’Orange étant protestants, contrairement à la Flandre et à la Wallonie catholiques) et linguistiques (les Wallons francophones refusant le néerlandais officiel tout comme la bourgeoisie flamande essentiellement francophone, alors que le peuple utilisait les différents parlers régionaux, ne pratiquant pas le néerlandais « standard » qu’il ne comprenait guère).

    C’est aussi ignorer la volonté politique des authentiques nationalistes que furent Léon Degrelle et Joris Van Severen, soucieux du destin de nos régions : en rétablissant l’unité des XVII Provinces sous le nom de « Bourgogne » ou de « Dietschland » (Pays thiois) sans distinction linguistique, ils eussent permis de retrouver l’âge d’or qui irradia les règnes de Philippe le Hardi à Charles-Quint, où tous les citoyens partageant cette même aire historique et culturelle profitèrent de la même prospérité économique et de la même opulence artistique (ce blog au 7 mai 2019).

    Mais revenons à l’article d’Axis Forces, tout en précisant bien qu’il n’est pas question dans cette présentation d’établir un « corrigé » du texte (qui fourmille d’approximations factuelles et d’erreurs, de dates notamment) : notre seul but est d’en redresser les principales inexactitudes et de replacer les événements dans leur contexte politique.

    « Pour des raisons évidemment raciales, les Allemands acceptèrent immédiatement les volontaires flamands dans les rangs de leurs formations de Waffen-SS […]. En ce qui concerne les Wallons par contre, la collaboration ne vint que plus tard, grâce surtout à l’action de Léon Degrelle. »

    Plutôt que de « raisons évidemment raciales », nous parlerions surtout de reprise aveugle de la Flamenpolitik (politique favorisant la Flandre au détriment de la partie francophone du pays) déjà pratiquée pendant la Première Guerre mondiale. Conjuguée à la réputation de sélection et d’excellence physiques de la SS, cette stratégie fut menée avec succès par l’administration militaire allemande, dirigée par le hobereau prussien Alexander von Falkenhausen, pour ruiner les rêves d’indépendance des Flamands et précipiter leur assimilation dans le Reich.

    Capture2.JPGEn Chine communiste, Alexander von Falkenhausen est considéré comme un héros pour avoir aidé la résistance chinoise contre l’invasion japonaise de 1930 à 1938, même si c’était en tant que conseiller militaire du nationaliste Tchang-Kaï-chek. Son buste a récemment été inauguré (2016) sur la Place des Volontaires étrangers défenseurs de la Chine, du Jianchuan Museum Cluster de Sichuan, musée privé consacré, entre autres, à la guerre sino-japonaise. On l’aperçoit ici entre les bustes de Minnie Vautrin (missionnaire américaine à Nankin) et Bernhard Arp Sindberg (avec la toque : ce jeune Danois travaillant dans une importante cimenterie à Nankin organisa l’inviolabilité du site accueillant des milliers de réfugiés chinois en hissant… le drapeau allemand à croix gammée).

    C’est pour lutter efficacement contre cette politique délétère pour le pays que Léon Degrelle, sciemment ignoré par les autorités allemandes, saisira l’opportunité de la guerre à l’Est et saura, par son courage et ses hauts-faits militaires, contourner l’obstacle de la Militärverwaltung, parvenant à traiter directement avec Adolf Hitler en personne. Seule façon à son point de vue de ruiner les manœuvres des réactionnaires allemands de Bruxelles et de lui permettre de parvenir à ses fins politiques, c’est-à-dire assurer à son pays une place honorable au sein de l’Europe nouvelle (ce blog au 28 juin 2017).

    Léon Degrelle ne manquera pas de déplorer amèrement les mauvais choix des nationalistes flamands, mettant en évidence leur précipitation, mauvaise conseillère : « Non seulement les Flamands avaient décidé tout de suite de s’engager mais ils l’avaient malheureusement fait d’une façon assez maladroite. La maladresse de leur politique m’a désespéré pendant toute la guerre. Ils s’étaient, en juin 1940, jetés trop vite dans les bras des Allemands. Ils avaient reçu des embrassades, mais pas de garanties. Ils se sont lancés de la même façon dans l’aventure du front de l’Est, s’alignant dans les rangs de la Waffen S.S. sans avoir obtenu la moindre promesse politique, sans que même leur soit reconnu le droit à être commandés dans leur langue et par des hommes de leur peuple. Jusqu’au dernier jour de la guerre, leur commandeur serait un Allemand. Eux qui avaient répété pendant des années leur slogan “In Vlaanderen Vlaamsch” admettraient –on ne leur avait même pas demandé leur avis– de laisser tomber en Russie leur vieille langue chargée de civilisation et de n’utiliser que l’allemand pour leur commandement ! […]

    Ces impérialistes [annexionnistes allemands] s’employaient à nous manœuvrer pour nous séparer. Ils jetèrent les Flamands en août 1941 dans les bras de la Waffen S.S., où les risques étaient gros d’être malaxés. La Waffen S.S. était une puissance, mais une puissance dangereuse : il ne fallait entrer là qu’en force. Nous, les Wallons, par contre, on nous avait catapultés tactiquement parmi les unités de la Wehrmacht, l’armée ancienne, opposée en de nombreux points à la Waffen S.S. Alors que nous partions précisément pour constituer une unité politique supérieure, l’Europe, certains Allemands nous coupaient dès avant le départ en deux tronçons, Wallons d’un côté, Flamands de l’autre ! […]

    Nous sentions que la situation de notre pays était désespérée, qu’il était menacé de séparation et d’absorption, que seulement en atteignant une situation d’égaux, nous pourrions, peut-être, un jour, acquérir la position de force qui nous permettrait de traiter avec les Allemands en hommes respectés. […] Que nous servait en effet d’imaginer une Europe s’étendant jusqu’à Vladivostok si notre petit pays, au lieu de pouvoir s’exalter à la pensée de refleurir au sein d’une grande unité européenne, ne parvenait même pas à conserver sa minuscule personnalité ! » (Léon Degrelle : Persiste et signe, pp. 265-267).

     

    Plus loin, Massimiliano Afiero écrit : « Le 2 novembre 1935, Degrelle fonda le Parti Populaire de Rex, qui, en 1936, obtint 34 sièges au Sénat. »

    Meulenijzer Coup de Courtrai.jpgLe 2 novembre 1935, c’est la date de ce qui fut appelé le « Coup de Courtrai », la remise en cause par Léon Degrelle et trois cents jeunes rexistes (c’est-à-dire des militants organisant la propagande du journal Rex) de la direction du Parti Catholique qu’ils veulent régénérer, à l’occasion du Congrès des Cercles et Associations catholiques. Cette action de rupture fut ainsi saluée par Robert Brasillach : « C’est le 2 novembre 1935 que Rex vint véritablement au monde » (Léon Degrelle et l’avenir de Rex, p. 36). Sans doute est-ce là l’origine du renseignement de M. Afiero, car c’est en réalité le 23 février 1936, lorsque le Parti Catholique proclama sa rupture définitive avec Rex en interdisant à ses membres d’encore y collaborer que Léon Degrelle annonça l’intention du « Front populaire de Rex » de se présenter seul aux élections (ce blog au 8 avril 2017).

    En aucun cas, Léon Degrelle, allergique au mot même, n’établit quelque parti politique sur le mode traditionnel : il fonda le Mouvement populaire de Rex, comme il l’explique très précisément : « Je n’avais rien à voir avec les vieillards pourris du Parti catholique [qui me condamnèrent]. […] Ce geste, au lieu de me blesser, me libérait. C’est grâce à lui qu’en quelques mois, avant les grandes élections de 1936, je pus créer un Rex national, en dehors et au-dessus des ukases de l’Eglise politique et des vieux partis. Rex serait ouvert à tous les Belges [aux non-catholiques comme aux catholiques]. Nous somme devenus de la sorte le Mouvement Rexiste. Pas le parti rexiste. Je n’ai jamais admis le mot parti. Parti signifie quelque chose de séparé. C’est se couper d’une partie des gens. Mouvement, c’est ce qui avance. » (Léon Degrelle : Persiste et signe, p. 109).

     

    Autre précision nécessaire à la vérité historique, le résultat des élections législatives du 24 mai 1936 n’est pas de 34 sénateurs rexistes, mais de 21 députés et 8 sénateurs.


    Axis Forces : « Dans les années précédant immédiatement le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le parti de Degrelle observa une attitude pacifiste, exprimant la volonté de maintenir la Belgique hors de la guerre et à distance de l’alliance franco-anglaise. Cette ligne politique a été mal interprétée, comme une sorte de soutien, quoique indirect, à la politique expansionniste allemande ».

    Même si la presse fit semblant de croire que le neutralisme de Rex manifestait son soutien à la politique allemande, il est important de souligner que cette politique avait été définie par le Roi Léopold III lui-même dès le 14 octobre 1936 et appliquée et défendue officiellement par le gouvernement belge. Il est tout aussi important d’observer que si Léon Degrelle et Rex défendirent avec une ferme honnêteté la neutralité absolue de la Belgique, ce ne fut pas le cas du Roi et de son gouvernement qui favorisèrent outrageusement les anciens alliés de 14-18, allant jusqu’à accepter la présence permanente auprès de Léopold III du Général Edouard Laurent, représentant du Général Gamelin, chef d’Etat-Major de la Défense nationale française ! (ce blog aux 28 juin 2017 et 22 juin 2021).

     

    Axis Forces : « Le Conseil général du mouvement rexiste a lancé la constitution d’une nouvelle unité paramilitaire sur le modèle de la SS allemande, les Formations de Combat. Cette unité était chargée de protéger les chefs et les réunions du mouvement et de collaborer avec la police locale et les autorités allemandes afin de maintenir l’ordre dans le pays. »

    SS Hugo Boss.jpgC’est le couturier national-socialiste Hugo Boss, spécialisé dans les uniformes militaires, qui, à la demande d’Adolf Hitler en 1932, dessina les uniformes de la SS. Dès que le Washington Post leva le lièvre en 1997, les « ayants droit » n’ont pas manqué de réclamer des compensations sonnantes et trébuchantes au désormais « leader » (Führer, en anglais et en franglais) du prêt-à-porter masculin…

     

    En créant, le 9 juillet 1940, les Formations de combat, d’inspiration évidemment paramilitaire, Léon Degrelle entendait reconstituer le « Service d’ordre et de sécurité » de Rex, dissous par la loi « anti-milices privées » du 4 mai 1936. Et si leur uniforme était noir, sa coupe n’avait rien à voir avec l’élégance de celui de la SS allemande : aucune référence n’a jamais été faite avec l’ « Ordre noir », même si la troupe d’élite rexiste entendait bien représenter l’ « avant-garde des bâtisseurs de l’ordre nouveau » (Pays réel, 11 octobre 1940). Constituant un des principaux viviers de recrutement pour la Légion Wallonie, les Formations de combat ne furent d’aucune utilité pour « collaborer […] avec les autorités allemandes afin de maintenir l’ordre dans le pays. » Probablement l’auteur confond-il ces unités avec les Gardes wallonnes, créées en juillet 1941 par Léon Degrelle reprenant le nom des légendaires troupes de Charles-Quint (ce blog au 30 décembre 2019), qui seront placées sous l’autorité de la Wehrmacht et seront chargées de la surveillance et de la protection d’installations militaires, de lignes de chemin de fer, de ponts, etc. (ce blog au 9 juillet 2017).

    LD Formation de combat.jpgLéon Degrelle en uniforme des Formations de combat.

    Le 8 août 1941, Léon Degrelle et ses amis se rendront au Palais des Beaux-Arts pour la cérémonie de départ du premier contingent de Volontaires de la Légion Wallonie en uniforme des Formations de combat, affichant les bâtons noueux rouges de la croix de Bourgogne sur la poche de poitrine droite –signe évident de la volonté politique qui les animaient de rendre la Belgique aux XVII Provinces bourguignonnes– et non pas avec celui des Gardes wallonnes, troupes auxiliaires de police, coiffées d’ailleurs du casque de la gendarmerie.

    Garde Wal..jpeg

    Les Gardes wallonnes portent le casque des forces de l’ordre, modèle Adrian, du nom de l’ingénieur français qui les imagina au début de la Première Guerre mondiale : au constat de l’efficacité de la protection qu’il assurait, le ministre de la Guerre, Charles de Broqueville, le fit adopter par l’armée belge en octobre 1915.

    Quel dommage, une fois encore, que Massimiliano Afiero n’ait pas confié son texte à une relecture. Il aurait sûrement évité la mauvaise retranscription du nom du chef de la Première Croisade, Godefroid de Bouillon, roi de Jérusalem –ou plus précisément, « Avoué du Saint-Sépulcre » : « Le 8 août 1941, 860 volontaires wallons quittèrent la gare de Bruxelles. Mais avant le départ, une grande manifestation fut organisée, tout d’abord au Palais des Beaux-Arts, puis sur la Place Royale, face à la statue de Geoffrey du Boulogne [sic], l’inspirateur de la première croisade contre les infidèles » !

    Il n’y eut pas de manifestation sur la Place Royale, le 8 août 1941, seulement le défilé des Légionnaires qui, en quittant le Palais des Beaux-Arts, remontèrent vers la Place Royale pour traverser la Place des Palais, face au Palais royal, emprunter le boulevard Botanique et arriver à la place Rogier et à la gare du Nord. La petite histoire veut qu’en défilant devant la statue de Godefroid de Bouillon, érigée au centre de la Place Royale, un Volontaire s’écria « Godefroid ! Voici les nouveaux croisés ! » Le symbole était d’autant plus frappant que le Chef, Léon Degrelle, originaire de Bouillon, avait vécu toute son enfance à l’ombre du château de Godefroid, enflammé par les récits de la Première Croisade.

    Précisons aussi que ce n’est qu’en septembre 1941 qu’arrivèrent les écussons aux trois couleurs belges, sommés du nom « Wallonie » : il s’agissait de calmer les remous parmi certains Volontaires choqués de devoir revêtir l’uniforme feldgrau (ce blog au 2 février 2021).

     

     

    Axis Forces : « Le Hauptmann René Dupré, commandant de la quatrième compagnie, fut tué en marchant sur une mine. Ce fut le premier mort de la Légion. »

    Gustave Adam Pays réel.jpeg
    Il n’est pas possible de passer sous silence le destin du Légionnaire Gustave Adam, qui fut malheureusement la première et toute jeune victime de la Légion : il n’avait que dix-neuf ans lorsque, le 13 novembre 1941, il trouva la mort en participant, sous les ordres du capitaine René Duprés, aux combats contre un camp de partisans dans une forêt le long de la rivière Samara. Le Pays réel a célébré son sacrifice en ces termes : « Gustave Adam fut le premier mort de la Légion Wallonie.  Né le 14 février 1922, il était bien jeune quand il participa, dès le début de Rex, à l’action de notre Mouvement. […] Son désintéressement, sa sincérité, sa loyauté lui attiraient le respect même de la part de nos adversaires politiques qui reconnaissaient en lui : un pur ! […] Gustave Adam repose aujourd’hui dans les terres de l’Est, il laisse le souvenir d’un cœur généreux, d’une âme dévouée, assoiffée d’idéal. »

    Si le capitaine (Hauptmann) René Duprés ne fut pas le premier Bourguignon à laisser la vie au Front de l’Est, il fut néanmoins le premier officier à succomber au cours du terrible hiver 1941 en s’aventurant à cheval, aveuglé par le blizzard, dans un champ de mines. C’était dans les neiges de Grichino, à l’ouest du Donetz, le 1er décembre 1941 (l’encyclopédiste De Bruyne renseigne inexplicablement dans son opus magnum à prendre avec des pincettes –ce blog au 23 mars 2017– le… 3 novembre 1942 ! C'est néanmoins lui aussi qui affirme que le Capitaine René Duprés « est le premier mort d'une très longue liste de légionnaires », d'où sans doute l'erreur de Massimiliano Afiero).

    Dans sa Campagne de Russie, Léon Degrelle a retracé avec émotion les derniers moments de l’héroïque officier de trente-deux ans : « Egarée parmi ces rafales qui tourbillonnaient jusqu’à trois mètres de hauteur, une de nos compagnies s’engagea dans une des zones minées. Le commandant avançait en tête, à cheval. C’était un jeune capitaine de l’armée belge. Il portait le beau nom campagnard de Dupré. Sa bête cogna sur un de ces engins terribles. Le cheval monta tout droit à deux mètres de hauteur, retomba, les intestins épars, tandis que le cavalier gisait dans la neige rouge, les jambes déchiquetées. La steppe criait, sifflait, miaulait sa victoire. Nos soldats durent, avec deux morceaux de bois, fixer les membres tailladés et transporter ainsi sur des branches de sapin leur infortuné capitaine. Après quelques kilomètres, ils atteignirent une isba déserte.

    Il fallut vingt-six heures avant qu’une ambulance tout terrain pût arriver au secours du mourant. Il avait onze fractures. Il fumait par petits coups secs. Il fit ses adieux à ses garçons. De grosses gouttes de sueur descendaient le long de son visage, tellement la souffrance le torturait. Il succomba, sans un mot de regret, en tirant une dernière fois sur sa cigarette… » (pp. 44-45).

    On le voit, les détails anecdotiques ou les précisions politiques ne sont pas la priorité de l’auteur qui se concentre essentiellement sur l’organisation du Bataillon wallon d’Infanterie 373 (constitué « conformément à l'ordre n° 3680/41 du commandement allemand ») et ses engagements militaires. Ce qui est évidemment important pour savoir qui fait quoi et à quel moment, mais prive le lecteur des nécessaires informations expliquant certaines réactions humaines ou certains aménagements de l’organigramme.

    1941, 22 août. Prestation de Serment 2 (Soir).jpgLe 22 août 1941, en tant que Commandeur de la Légion Wallonie, le Major Georges Jacobs prête solennellement serment d’ « obéissance au haut commandement de l’armée allemande et à son chef suprême Adolf Hitler » sur le sabre du General der Kavallerie (général de corps d’armée) Franz Freiherr von Dalwigk zu Lichtenfels, répétant la formule dictée en français par l’officier de liaison, le Lieutenant Leppin, qui en précise la portée : « Dans le combat contre le bolchevisme ». Léon Degrelle y insistera dans son discours : « [Notre serment au Chef des Armées antisoviétiques] sera limité dans le temps : sa portée sera exactement circonscrite par la durée de la guerre contre le Bolchevisme. »

    C’est ainsi, par exemple, que tous les bouleversements survenus dans les premiers mois de l’histoire de la Légion sont énumérés sans la moindre explication : « Le Hauptmann Jacobs, jugé inapte à commander une unité militaire sur le champ de bataille, fut remplacé par l’ancien officier de l’armée belge, le Hauptmann Pierre Pauly. L’officier de liaison allemand, le lieutenant Leppin, fut également renvoyé à la demande expresse de Degrelle. Pour le remplacer, arriva un officier de réserve, le Hauptmann Erich von Lehe. […] En raison des pertes sévères et du manque de personnel, le commandeur Pauly décida de dissoudre la deuxième compagnie, en en répartissant les survivants parmi les autres compagnies. […] Le Hauptmann Pauly fut rapatrié, officiellement pour raisons de santé. »

    Il eût été plus exact de dire que le Major Georges Jacobs, âgé de près de 50 ans, vétéran de la Guerre de 14-18, fut victime –comme soixante-six autres Légionnaires, dont six officiers– des effroyables conditions climatiques de ce premier hiver de guerre. Il fut démobilisé le 20 décembre 1941 (demeurant en poste jusqu’à l’arrivée de son successeur), ce qui ne l’empêcha pas de revenir courageusement au Front à la fin de la guerre : après avoir dirigé le Service Légionnaire (entraide et protection des familles de Légionnaires, des Gardes Wallonnes, etc.), puis le Département de la Discipline intérieure de Rex, l’ex-Commandeur Georges Jacobs reprit du service en septembre 1944 à la Division Wallonie avec le grade de SS-Sturmbannführer. Le Major Jacobs aurait également été victime de la raillerie de Légionnaires qui l’auraient surnommé « PPM », c’est-à-dire « Pauvre Petit Major ». Un sobriquet que ne manquent jamais de reprendre les chroniqueurs d’après-guerre (dont le mange-ragots De Bruyne), mais que Léon Degrelle a dénoncé comme provenant de Jean Vermeire. Ce détail est d’autant plus piquant que ce dernier avait quant à lui usurpé son grade de lieutenant en mentant sur sa situation dans l’armée belge lors de son engagement dans la Légion : il n’était donc lui-même qu’un PPM, « Pauvre Petit Menteur » !

    Saint-Loup annoté LD Jacobs-Vermeire.jpegEn lisant Les SS de la Toison d’Or de Saint-Loup (1975), Léon Degrelle découvre l’anecdote sur le prétendu surnom donné par les Légionnaires au Commandeur Jacobs : il manifeste son scepticisme et identifie spontanément la « source » de Saint-Loup, qu’il discrédite par une annotation manuscrite réprobatrice.

     

    Léon Degrelle tenait Georges Jacobs en grande estime. C’est à lui qu’il confia son testament et les archives de la Wallonie, mais dans la débâcle des derniers jours de la guerre, le Major Jacobs ne put garder ces dernières (qui devraient donc probablement toujours se trouver aujourd’hui chez les Russes). Fait prisonnier le 27 mai 1945 à Bohmstedt (au nord de l’Allemagne, en bordure de la mer du Nord) par les Britanniques, il est rapidement remis aux autorités belges, rapatrié, jugé et condamné à la peine de mort. C’est Saint-Loup qui donne le détail ignoble de la répression haineuse de son pays : « En 1946, prisonnier en Belgique, ce grand bourgeois riche et cultivé fut frappé d’une amende de trois millions qu’il ne put solder intégralement malgré la vente de tous ses biens. Malade, presque mourant à l’infirmerie de la prison de Saint-Gilles, il vit arriver un huissier qui, dans l’espoir de parfaire la somme due à l’Etat, pratiqua la saisie des biens encore disponibles, c’est-à-dire une paire de chaussettes de rechange et s’en fut avec. » (Les SS de la Toison d’Or, p. 100). Réfugié en Espagne après la commutation de sa peine et sa libération anticipée, Georges Jacobs décédera le 14 février 1964 à Constantina, le village andalou où Léon Degrelle s’était installé (ce blog au 15 décembre 2020).

    Cimetière Constantina.jpgC’est dans le petit village  de Constantina, dans la province de Séville, que le Major Georges Jacobs trouva refuge, non loin de La Carlina, le somptueux domaine édifié par son chef Léon Degrelle (ce blog au 28 mai 2016) : il repose auprès de Léon-Marie Degrelle dans le cimetière municipal (ce blog au 26 février 2016).

    Si Léon Degrelle –appuyé par le nouveau Commandeur Pierre Pauly qui arrive à la Légion le 30 décembre 1941– demanda expressément le renvoi du Lieutenant Leppin, l’officier de liaison allemand entre la Légion et les autorités militaires allemandes, avocat prussien, protestant et particulièrement arrogant, c’est qu’il sut se rendre tellement odieux aux Wallons –allant jusqu’à les traiter d’Untermenschen– que son maintien auprès de la Légion était devenu impossible. Léon Degrelle exigea donc son départ et son remplacement par un officier connaissant bien le français. Ce remplacement fut effectué au début de l’année 1942 et est mentionné dans une note datée du 15 février 1942 du Major Baumann (Kommandostab Z, section de l’administration militaire allemande chargée des liaisons avec les formations militaires et paramilitaires belges). Le nouvel officier de liaison sera le Hauptmann Erich von Lehe, 47 ans, un aristocrate de Hambourg parlant parfaitement la langue des Bourguignons et qui saura nouer des relations amicales avec Léon Degrelle et ses hommes. Docteur en philosophie et lettres, spécialiste en paléographie et histoire régionale, il appliquera sa science de la critique historique à la constitution de ses convictions politiques et raciales. Il restera en poste jusqu’en juin 1942. Après avoir été renvoyé en Allemagne pour cause de maladie, il sera transféré à l'Etat-Major du Général von Falkenhausen à Bruxelles où il s'occupera des affaires des Légionnaires wallons jusqu'à l'évacuation du pays par les Allemands. Selon son petit-fils, Klaus Vogel (cofondateur de SOS-Méditerranée), il conservera intacte jusqu'à sa mort, le 23 avril 1983, son amitié pour Léon Degrelle (Tous sont vivants, Les Arènes, 2017).

    LD+Von Lehe.jpeg

    Le 15 juin 1942, trente-sixième anniversaire de Léon Degrelle, John Hagemans organisa une cérémonie pour l’accueil des jeunes du contingent du 10 mars qui renouvelèrent leur serment de fidélité au Chef. Dans son discours exaltant la jeunesse nationale-socialiste de Rex, Léon Degrelle rappela clairement le but de leur engagement : « refaire les XVII Provinces au sein de la Germanité ». A cette occasion, l'officier de liaison Erich von Lehe qui, l'avant-veille, avait fêté ses 48 ans reçut l’insigne de Rex des mains de Léon Degrelle.

    Quant au capitaine Breveté d’Etat-Major Pierre Pauly, trente-sept ans, qui succéda au quinquagénaire Georges Jacobs, si son action de reprise en mains des troupes wallonnes porta incontestablement ses fruits, ses sautes d’humeur et ses accès de colère donnèrent bien du fil à retordre à Léon Degrelle : c’est ainsi qu’il dut sauver deux Légionnaires, soupçonnés de vol dans le magasin de ravitaillement, du conseil de guerre ou l’aumônier Joseph Sales du peloton d’exécution pour abandon de poste face à l’ennemi… Le Commandeur ne resta en fonction qu’à peu près quatre mois, du 15 décembre 1941 au 8 avril 1942.

    Pauly Croix Fer 2e classe.jpegAprès les durs combats de Gromowaja-Balka, le Generalmajor Werner Sanne, Commandeur de la 100. leichte Infanterie-Division, récompensa l’héroïsme des Wallons de trente-sept Croix de Fer de Seconde Classe, –fait exceptionnel pour un seul bataillon !–,  lors d’une prise d’armes, le 13 mars 1942. Le Commandeur Pierre Pauly fut le premier à la recevoir.

     

    Ordre jour Wehrmacht.pngAfiero donne précisément le bilan des héroïques combats de Gromowaja-Balka (28 février-1er mars 1942) se soldant par soixante-cinq morts et cent dix blessés et récompensant la Légion de trente-sept Croix de Fer de Seconde Classe et d’une citation à l’ordre du jour de la 100e Division d’Infanterie légère du général Werner Sanne (en réalité à l’ordre du jour de la Wehrmacht, dans le communiqué du Haut Commandement des Forces armées, rédigé au Quartier Général du Führer, le 5 mars 1942), Léon Degrelle, étant, quant à lui, promu directement au grade d’Oberfeldwebel, adjudant, pour bravoure au feu (sans passer donc par le grade de Feldwebel, sergent, contrairement à ce qu'affirme De Bruyne dans sa soi-disant Encyclopédie qui donne le grade de Feldwebel au 22 mars 1942, alors que le Soldbuch de Léon Degrelle renseigne directement Oberfeldwebel au 28 février 1942 –voir ce blog aux 28 novembre 2017 et 21 mai 2016).

    A la suite de ces événements, les traits caractériels du capitaine Pauly ne firent que s’aggraver : il accusera publiquement nombre de ses hommes de lâcheté face à l’ennemi et giflera une quinzaine de Légionnaires, dont certains venaient d’être décorés par le général Sanne. Et ce, non seulement en présence de Léon Degrelle, mais aussi de l’officier de liaison von Lehe qui rédigea une plainte auprès de la justice militaire ! Pierre Pauly passa donc devant le conseil de guerre où il fut considéré comme irresponsable de ses actes grâce à un certificat médical du médecin de la Légion, le Dr Silvère Miesse.

    LD Pauly Sanne.jpeg

    C’est un Commandeur Pauly souriant de satisfaction qui regarde le Général Sanne féliciter Léon Degrelle qui vient de recevoir la Croix de Fer de Seconde Classe et de se voir promu adjudant et proposé pour le grade d’officier. En effet, si Léon Degrelle était incontestablement le chef spirituel de la Légion, lui insufflant en permanence la foi en l’idéal, il n’en était pas moins pénétré de réelles valeurs militaires : courage et esprit de sacrifice, intelligence de la situation sur le terrain et sens de l’initiative, exemplarité de la conduite entraînant la confiance des hommes et stimulant leur ardeur au combat.

    Démobilisé, il passa un an et demi dans un centre médical allemand avant de rentrer en Belgique. Il restera néanmoins toujours fidèle à Rex. Léon Degrelle a d'ailleurs souligné, dans La Campagne de Russie, cette fidélité fanatique à Rex, en rapportant l'héroïque engagement de la dernière chance du Commandeur dans les combats acharnés de Gromowaja-Balka : « Le commandeur, capitaine Pauly, rassembla les débris de toutes les Compagnies et, une grenade à la main, se jeta le premier à la contre-attaque en poussant notre vieux cri : "Rex vaincra !" Tout ce qui restait de valide au Bataillon le suivit, y compris les armuriers, les cuisiniers, les estafettes, les charretiers. Ce fut une mêlée frénétique. » (p. 83)

     

    Pierre Pauly occupera donc diverses fonctions administratives et journalistiques (Radio Bruxelles, L’Avenir) avant d’intégrer la Formation B (chargée notamment de la protection des autorités rexistes). C’est ainsi qu’il participera aux représailles consécutives à l’assassinat du bourgmestre de Charleroi, Oswald Englebin (ce blog au 7 juin 2018), avant d’être évacué en Allemagne en septembre 1944. Il se rend alors aux troupes alliées avant d’être transféré aux autorités belges. Il devra alors vivre une véritable saga judiciaire, jugé tout d’abord par le Conseil de guerre de Tournai qui le condamne à mort pour trahison, le 6 juillet 1945. En appel, le 11 décembre, la Cour militaire confirme la sentence. Dans le cadre de la tuerie de Courcelles, le Conseil de guerre de Charleroi le condamne à nouveau à la peine de mort, le 3 août 1946. Les conclusions circonstanciées de son avocat pour établir son déséquilibre mental firent qu’en appel, son cas fut disjoint des autres accusés par la Cour militaire qui décida de le placer en observation médico-mentale. Dès lors, l’ancien commandeur de la Wallonie n’eut de cesse d’être fusillé à son tour, envoyant même une supplique en ce sens au Régent, le Prince Charles : il sera passé par les armes à Tournai, le 21 juin 1948, sept mois après ses vingt-sept co-inculpés, exécutés en représailles de Courcelles.

    1942. von Lehe+LD+Pauly (Sado).jpgCélèbre photographie de l’agence de presse SADO (Service Auxiliaire de DOcumentation) mettant en scène une réunion au PC de la Légion Wallonie sur le Front de l’Est : devant la carte militaire, le Capitaine Erich von Lehe et le Commandeur Pierre Pauly suivent attentivement les commentaires de l’Adjudant Léon Degrelle.

    La seconde partie de l’article de Massimiliano Afiero chroniquant l’action des Volontaires wallons dans les forces armées allemandes, paraîtra dans la prochaine livraison (n° 19 de novembre 2021) du magazine The Axis Forces. Certes, un tel article laissera sans doute quelque peu dubitatifs les amis et la famille des Anciens Légionnaires du Front de l’Est. Néanmoins, tel quel, certes imparfait, il pourra susciter l’attention et la curiosité chez ses lecteurs anglophones ignorant tout de l’épopée bourguignonne et les amèneront –pouvons-nous espérer– à continuer à se renseigner aux bonnes sources bibliographiques (sans oublier les blogs informatiques comme celui du Dernier Carré !).

    Exercice Cie Bonniver.JPG

    Pour vous abonner à cette revue d’histoire militaire non conformiste au format pdf (ainsi qu’à la revue sœur Fronti di Guerra, paraissant, elle, en italien), il vous suffit de faire un don de (minimum !) 10 euros au compte de l’association culturelle Ritterkreuz : IBAN: IT70 K076 0103 4000 0009 3983 450.

     

    Ce versement (surtout s’il peut se montrer un peu plus généreux) est indispensable pour soutenir les auteurs dans leurs recherches (et nous savons combien elles sont indispensables !) afin de traquer le plus opiniâtrement possible la vérité historique dans un domaine livré chaque jour un peu plus aux fantasmes haineux des pseudo-historiens spécialisés en réécriture du passé et des médias devenus outils de rééducation sociétale.

  • Un Panthéon nationaliste…

    …pour réfléchir & agir !

     

    Réflechir-horz.jpg

     

    S’il est une revue que nous attendons avec impatience dans notre boîte aux lettres (dame ! elle ne paraît qu’une fois… toutes les saisons !), c’est bien Réfléchir&Agir, tant ses analyses sont d’une pertinence sans faille, son humour décapant, l’éventail de ses préoccupations exhaustif, n’oubliant surtout pas l’histoire ni la culture.

    Divine surprise ! Le numéro d’été est accompagné d’un Hors-Série consacré aux « Aventuriers, Soldats et Héros » devant animer le Panthéon du militant nationaliste-révolutionnaire.

    Le sens d’une telle publication ? Nous rappeler ces exemples constituant autant de repères. Nous rendre courage aussi, si besoin en est. Avant tout, surtout, nous exhorter au respect des vertus de notre race et de ses valeurs spirituelles, des mythes fondateurs de notre culture et de notre civilisation sans pareilles. Nous pousser à exalter toujours et partout notre histoire et ses hauts faits. à cultiver nos traditions ancestrales. À toujours demeurer fidèles à l’exemple, la force d’âme et l’enseignement de nos immortels Anciens. Surtout à cette heure où nous ne pouvons plus nous reconnaître dans le monde actuel.

    Comment résister à citer ces extraits de l’édito qui nous fouettent la fermeté et la hardiesse, la constance et la volonté, la fidélité et l’honneur.

    Réflechir Sommaire.jpeg

    « Nous vivons aujourd’hui dans un monde vétuste et sans joie. Un monde que nous ne reconnaissons pas, qui nous agresse au quotidien : nomade, fluide, métissé, transgenre, dégénéré. Être un militant nationaliste-révolutionnaire dans ce contexte peut souvent être la source d’un immense découragement, d’une grande lassitude devant l’écroulement accéléré de tous les grands murs porteurs de notre civilisation. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin chaque jour d’avoir à nos côtés ces cohortes silencieuses de nos héros morts ou vivants, hommes de guerre, aventuriers, explorateurs dont le courage a fait la grandeur et l’immensité mais beaucoup plus encore : ils ont accepté de sa battre et de mourir, de mettre leur vie dans la balance quand d’autres se contentaient simplement de vivre. […]

    Au quotidien, les soirs de fatigue, lorsque nous pensons que tout est perdu, pensons simplement à nos héros, raccrochons-nous à leur épopée et à leur exemple car eux n’ont jamais failli. […]

    Le culte de notre mémoire qui autrefois faisait partie intégrante de notre calendrier mémoriel quotidien est aujourd’hui contrôlé, contesté voire condamné car il dérange les tenants du Nouvel Ordre Mondial qui veulent réécrire l’histoire après l’avoir déconstruite. À l’homme vertical d’hier qui a écrit les plus belles pages de gloire de la civilisation européenne se substituent peu à peu d’autres idoles frelatées habilement fabriquées par les nouveaux marchands de sommeil que sont les médias et les financiers cosmopolites qui mènent le monde […].

    Les voilà les nouveaux héros du monde moderne promus par l’Occident dégénéré que nous ne pourrons demain purifier que par un grand feu de joie… Avant que ne revive le souvenir de nos grands Prétoriens dont la figure et la geste seules seront enseignées à nos enfants, ne serait-ce que parce que nos Anciens ne communiaient qu’à la seule religion valable et authentiquement nôtre : celle du courage et de l’honneur. A travers les âges, ce sont ces exemples qui parlent à notre âme et à notre cœur, ces héros qui sont les derniers purs dans ce monde de canailles et qui demeurent nos derniers repères, nos ultimes boussoles. »

    Plus de soixante figures d’exception sont proposées à notre respect et à notre méditation. Ce choix est évidemment arbitraire et limité, car c’est un volume de plusieurs centaines de pages qui eût été nécessaire. Mais nous est néanmoins proposée une magnifique galerie d’exemples d’héroïsme, de pureté, de sagesse, de générosité, de distinction…

    Et parmi ces figures, Léon Degrelle trouve naturellement sa place.

    Réflechir  Degrelle.jpeg

    Très beau texte présentant Léon Degrelle : il ne pèche que par excès de lyrisme car écrit avec la seule mémoire du cœur et non à coups de références livresques.

    Aussi, nous consacrant depuis des années à servir la vérité historique concernant l’auteur de Révolution des Âmes, chantre jusqu’à la mort du national-socialisme qui incarna souverainement cette renaissance, et de son Chef Adolf Hitler dont il sut s’attirer respect et affection, nous appartiendra-t-il de rectifier ces détails véniels.

    Ce n’est pas en 1938, mais après les élections de mai 1936 que Léon Degrelle « arrive aux portes du pouvoir » en faisant élire 21 députés et 8 sénateurs : le commandant des Chasseurs Ardennais lui propose alors, en vain, de prendre le pouvoir par un coup de force mené avec ses troupes d’élite (ce blog au 14 avril 2017).

    C’est en juin 1943 que les Wallons intègrent la Waffen-SS (et non en 1944). Et ce, au terme d’âpres négociations menées directement avec le Reichsführer Heinrich Himmler lui-même. Cela se passait au Quartier-Général d’Adolf Hitler avec qui Himmler était en contact téléphonique permanent : nul doute que cela permit le succès des demandes de Léon Degrelle (commandement belge autonome, utilisation courante de la langue française, maintien de l’aumônier catholique,… : voir ce blog au 20 juillet 2018).

    Enfin, Léon Degrelle a reçu la Croix de Chevalier de la Croix de Fer avec Feuilles de Chêne, mais pas les Epées et les Diamants (son ami Sepp Dietrich –ce blog au 12 janvier 2021– en était titulaire, tout comme le général Ferdinand Schoerner, qui le recommanda pour les « Feuilles de Chêne », les obtiendra dans les dernières semaines de la guerre : ce blog au 5 mars 2018).

    Par contre, il eût valu la peine de préciser que c'est à deux reprises (20 février et 27 août 1944) qu'Adolf Hitler fit emmener dans son avion personnel Léon Degrelle à son Quartier-Général pour le décorer personnellement et que c'est lorsqu'il lui remit les Feuilles de Chêne (en même temps que la Croix allemande en Or et l'Agrafe en Or des Combats rapprochés) qu'il lui confia: « Si j'avais un fils, je voudrais qu'il soit comme vous »... (ce blog, entre autres, aux 18 juin 2018 et 5 novembre 2020).

    Nous savons qu’il est de bon ton de « déconstruire » cette histoire-là aussi et que des auteurs de chez nous, s’improvisant biographes de Degrelle, osèrent même s’y compromettre (ce blog, notamment, au 12 mai 2016).

    Mais, outre qu’après avoir établi l’exceptionnelle proximité spirituelle entre Adolf Hitler et Léon Degrelle (ce blog, par exemple, au 25 mai 2021), nous avons prouvé la parfaite vraisemblance de cette reconnaissance (ce blog au 21 juin 2018), nous pensons également fermement que cette proximité avérée par le Führer appartient définitivement au « mythe » degrellien.

    AH+LD.jpgExceptionnel document : nous sommes le 27 août 1944, un mois à peine après l’inimaginable attentat du 20 juillet impliquant un nombre effarant d’officiers supérieurs et visant, en pleine guerre, à éliminer le chef suprême des armées.

     

    Adolf Hitler y échappe par miracle, mais quelle confiance accorder encore à sa hiérarchie militaire ? Quelques semaines plus tard, il ordonne que revienne à lui ce soldat étranger qui depuis longtemps déjà retient son attention par son intelligence politique aussi bien que par son courage indomptable, et a su toucher son cœur par la fidélité inconditionnelle au serment le liant à sa personne.

     

    Comme le montre la photo, Adolf Hitler rayonne alors d’une joie irrépressible en étreignant la main de Léon Degrelle.

     

    C’est à l’issue de leur rencontre, au moment de se quitter, qu’il lui confie cette marque d’affection qui déterminera à jamais la vie du national-socialiste belge : « Si j’avais un fils, je voudrais qu’il soit comme vous… »

     

    Ne manquez surtout pas de vous abonner à l’indispensable Réfléchir&Agir : les formules d’abonnement aux prix relevant du symbolique font de ce magazine un bienfaiteur de l’humanité nationaliste-révolutionnaire (l’abonnement compte un numéro par saison, soit quatre numéros par an) :

    - Abonnement simple : 26 euros

    - Abonnement hors de France métropolitaine : 40 euros

    Il vous est quand même loisible de souscrire un abonnement de soutien à un prix supérieur laissé à votre discrétion !

    Rendez-vous sur le site www.reflechiretagir.com

  • « Nous n’irons pas à Touapse »

    Les mémoires de guerre de Fernand Kaisergruber

    à nouveau disponibles !

     

     

    Touapse Couverture.jpgDepuis longtemps épuisé, le recueil des mémoires de guerre du SS-Unterscharführer (sergent) Fernand Kaisergruber, Nous n’irons pas à Touapse, est enfin à nouveau accessible.

    La qualité de ce témoignage avait décidé le prestigieux éditeur anglais Helion a en proposer une version anglaise au public international. Cette édition rencontra un incontestable succès de librairie et de vente par correspondance (voir ce blog aux 1er février et 9 avril 2016).

    Ce fut pour Fernand Kaisergruber une grande joie d’avoir encore pu connaître la bonne fortune de son livre s’apparentant quasiment à un « best-seller », et de recevoir les innombrables commentaires positifs ou critiques qu’il suscita. Il ne manqua d’ailleurs pas d’y réagir avec son bon sens, sa modestie et son humour habituels (voir ce blog au 21 janvier 2017).

    De nombreux autres commentaires de lecteurs s’ajoutèrent encore sur le site d’Helion ou du diffuseur Amazon, car l’intérêt du monde anglophone pour les aventures de ce Volontaire du Front de l’Est, engagé à 18 ans et miraculeusement sorti –quoique grièvement blessé– du piège de Tcherkassy, ne s’est jamais démenti.

    Nous ne citerons que ces quelques avis qui soulignent l’importance des souvenirs de ce soldat, dont le destin mêlé à celui de millions d’autres fit l’histoire de la Seconde Guerre mondiale :

    « Facilement le meilleur livre écrit du point de vue allemand. L'auteur ne s'excuse pas pour ses pensées ou ses actions pendant la guerre, mais donne un compte rendu honnête de ses actions et de ses sentiments à l'époque. Y compris les actions de ses compatriotes belges envers les volontaires qui avaient choisi le mauvais camp. »

    « Après avoir lu tant de documents "haut placés", il est plus qu'intéressant de les relier aux expériences directes d'un soldat, et surtout d'un volontaire étranger au sein de la Waffen SS. »

    « C'est une lecture très intéressante. Les derniers chapitres du livre concernant la période immédiatement après la fin de la guerre sont excellents. Ces hommes se sont battus avec courage pour une cause en laquelle ils croyaient et beaucoup l'ont payé de leur vie. »

    Fernand Kaisergruber 3-42.jpg

    Mars 1942 : Fernand Kaisergruber vient de s’engager à la Légion Wallonie et a reçu son uniforme de Gefreiter de la Wehrmacht.

     

    Les mémoires de Fernand Kaisergruber avaient connu une première édition en français en 1991, puis, face à la demande, une seconde en 2013, toujours à compte d’auteur. La question s’était posée de la réécriture du premier jet original, mais l’auteur avait finalement décidé de ne rien changer, en le justifiant dans une note insérée :

     

    Touapse Couverture.jpg« Ce livre de souvenirs, je l’ai écrit en quelques mois en 1991 et tout d’une traite, même quelques nuits durant dès que je l’eus entamé, tant j’étais replongé dans mon passé. Par la suite, j’en ai relu quelques passages à plusieurs occasions, afin d’y retrouver des détails que je n’avais plus en mémoire. Et pour la seconde fois, je viens de le relire en son entièreté.

    Déjà, lors de la première relecture, je m’étais demandé s’il ne serait pas utile de le réécrire, afin de le rédiger d’une manière un peu plus classique. Car j’avais constaté un manque de classicisme de ma part, dans sa rédaction. Il est vrai que c’est à la hâte que j’avais couché sur papier tous les souvenirs qui me revenaient à l’esprit, au fur et à mesure que je progressais.

    Après ma dernière relecture, je me suis dit pourtant qu’il valait mieux ne rien modifier, car la première mouture était celle qui m’était venue tout naturellement et je pense que c’est meiux ainsi ! J’espère que les lecteurs seront de cet avis. »

    Si la seconde édition conserva donc la spontanéité de la première écriture, elle comptait néanmoins une cinquantaine de pages supplémentaires, grâce à une mise en pages plus lisible, mais aussi par l’insertion d’une nombreuse iconographie. Elle est en effet abondamment illustrée de photographies issues des négatifs originaux et de dessins réalisés par un autre Volontaire, Paul Vanbrusselen, ami d’enfance de l’auteur, qui n’hésita pas à s’engager avec lui à la Légion en 1942.

    C’est cette belle édition –qui apporte une attention toute spéciale à la parfaite qualité des photographies– que nous sommes particulièrement heureux de pouvoir remettre aujourd’hui à votre disposition au prix de 29 €.

    En ce qui concerne les frais d'envoi, vous avez le choix entre différentes possibilités que nous vous détaillons ci-après : veuillez effectuer le versement du montant correspondant à vos souhaits sur le compte BE53 9730 5389 5153 de Marie Kaisergruber. N’oubliez pas d’indiquer les coordonnées d’envoi en fonction de l’option choisie !

     

    Frais Envoi 2.jpg

     

    Pour toute question au sujet d'une commande : bourguignon.fk@gmail.com