Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dernier Carré "Léon Degrelle"

  • Sculpteur de la famille royale et de Léon Degrelle

    Eugène De Bremaecker signe le médaillon des 31 ans de Léon Degrelle

     

    Dans notre article sur le premier buste de Léon Degrelle par Ferruccio Vecchi, cofondateur des premiers Faisceaux italiens de combat (ce blog au 3 mai 2024), nous regrettions de n'avoir pas inclus le sculpteur Eugène De Bremaecker parmi les médailleurs du Chef de Rex (ce blog au 11 novembre 2023), faute d'avoir trouvé quelque représentation de son œuvre.

     

    Eugène De Bremaecker.png

    Eugène De Bremaecker (1879-1963)

     

     

    Un lecteur fidèle et critique de nos explorations degrelliennes, par ailleurs collectionneur averti de belles pièces de cette époque passionnante et chercheur expérimenté de son histoire, nous a fait le plaisir de nous envoyer un cliché de son exemplaire de la médaille réalisée par Eugène De Bremaecker.

     

    La mauvaise photographie que nous avions reprise du Pays réel du 14 juin 1937 ne lui rendait pas justice, ne permettant pas de reconnaître vraiment les traits de Léon Degrelle et, à peine, sa silhouette !

     

    LD Bremaecker 1.JPG     LD Bremaecker 2.JPG

     

     

    Nous pouvons maintenant constater que l'artiste a parfaitement rendu la physionomie de son modèle, saisie dans sa juvénile mais ferme confiance. Il se dégage de son expression à la fois de l'innocence, du sang-froid et de la force d'âme.

     

    Nous remercions donc avec beaucoup de gratitude notre correspondant attentif de nous avoir fourni ce précieux document. Il nous illustre en effet qu'Eugène De Bremaecker est un portraitiste des plus fins, ce que confirment ses nombreux bustes et médaillons ciselés à l'image des plus hautes personnalités du pays: Léopold III et Astrid, les souverains belges, le Prince Charles-Théodor (qui donna son nom à la troupe scoute de Léon Degrelle –ce blog au 15 juin 2021– et qui deviendra régent du Royaume en 1944), le cardinal Mercier (premier guide spirituel de Léon Degrelle : ce blog au 26 mars 2017), les tribuns socialistes Emile Vandervelde et Camille Huysmans,... en plus de nombreuses compositions inspirées par la musique ou la danse.

     

    Max+Brem. Patriote ill. 1936.10.04.png

    Le Patriote illustré, 4 octobre 1936.

     

    Cette activité de portraitiste quasi officiel lui valut une interview en première page du quotidien Le Soir recueillant quelques anecdotes sur les Rois et Princes devant le chevalet ou l'ébauchoir, le 19 avril 1930 (Eugène de Bremaecker avait déjà eu les honneurs de la « Une » de La Dernière Heure, le 2 août 1927, dont l'essentiel se retrouve dans la notice Wikipedia de l'artiste).

     

    Méd. Centenaire 1930 aa.png

    C'est Eugène De Bremaecker qui fut choisi pour la réalisation de la médaille commémorative du centenaire de l'indépendance de la Belgique (ainsi d'ailleurs que pour la médaille du Volontaire-Combattant 1914-1918 : voir ci-après). L'encyclopédie du savoir universel Wikipedia présente bien la médaille mais sans indiquer le nom de son créateur.

     

    « ...Qu'a donc à nous dire maintenant le statuaire Eugène De Bremaecker des deux princes Léopold et Charles-Théodor, dont il fit les bustes pour l'iconographie familiale du Palais royal ?

    La toute première des séances consacrées au jeune duc de Brabant faillit tourner au tragique. La chose se passait dans l'appartement dit Fontainebleau du Palais de Belle-Vue. L'éclairage de la salle étant défectueux, l'artiste proposa à son jeune modèle d'aller s'installer dans la serre toute proche. Et il allait sonner des domestiques pour le déménagement de son lourd matériel, lorsque le prince Léopold l'arrêta :

    Nous nous en tirerons bien à nous deux, monsieur l'artiste. On n'est jamais plus vite servi que par soi-même.

    Et d'empoigner à l'instant la plus lourde pièce de l'attirail, lequel, en deux ou trois étapes, se trouva commodément à sa nouvelle place. Tout un système séducteur se révélait là. Mais alors quelque chose survint qui fit pâlir d'effroi Eug. De Bremaecker. Une violente rafale soufflait au dehors. Elle arracha de la charpente d'un toit voisin une grosse poutre qui, projetée au travers du vitrage de la serre, effleura le visage du prince héritier, tout en faisant pleuvoir des éclats de verre tout autour de lui. Une déviation d'un centimètre ou deux et la poutre eût tué ou grièvement blessé le futur titulaire de la Couronne. Celui-ci, souriant, ne broncha point. L'artiste, lui, frissonna à la pensée de la terrible responsabilité qu'eût été la sienne, si le malheur s'était produit.

     

    eugène de bremaecker,léopold iii,prince charles,charles-théodor,victor demanet,marc colmant,puccini,pierre daye,xavier de grünne,paul de mont,marcel-henri jaspar,louis franck,max-léo gérard,victor de laveleye,rené lustPour la traduction de la terre glaise en marbre, les poses nombreuses et prolongées qui suivirent eurent lieu dans l'atelier du sculpteur, alors sis rue de Laeken. Le prince Léopold s'y prêtait de la meilleure humeur du monde. S'il devisait abondamment avec le statuaire –généralement de choses instructives et parfois d'épisodes de la vie bruxelloise, dont il se montrait fort averti,– il lui advenait aussi d'accompagner le labeur de l'artiste d'un travail personnel, c'est-à-dire de piocher, un livre à la main, l'un ou l'autre des cours qu'il suivait alors à l'Université. Le gracieux adolescent royal était pénétré de cette vérité qu'il n'y a dans la vie de moments perdus que parce qu'on les perd étourdiment. Le temps est une matière plus précieuse que l'or, voire que le radium. Il n'en fallait pas gaspiller une parcelle. Et voilà encore un signe particulier de caractère que trahissaient les heures passées par le fils aîné du roi Albert sur la sellette.

    Bremaecker Prince Charles DH 1935.05.26.png

    La Dernière Heure, 26 mai 1935.

    Un autre se manifesta chez le jeune comte de Flandre, Charles-Théodor, beaucoup moins expansif, celui-ci, que son frère. Il ne parlait guère pendant la pose ; mais quand il sortait de son mutisme, c'était pour s'exprimer en véritable marin de vocation, profondément épris de navigation lointaine. Avec cela franc, sincère et décidé au possible. Il confia un jour au statuaire qu'il ne pourrait jamais se résoudre à dire blanc quand il pensait noir ou vice versa. Si, par exemple, on me met devant une œuvre d'art, en sollicitant pour elle une admiration qu'elle ne m'inspire pas, vous m'arracheriez la langue plutôt qu'un éloge. Devant une chose dont je ne sens pas la qualité, le maximum qu'on puisse obtenir de moi, c'est que je me taise, par politesse.

    Voilà... Heureux, les artistes à qui leurs modèles livrent ainsi un peu de leur visage intérieur ! Admis à scruter le dedans comme les dehors, de quelle vie véritable ils peuvent animer la toile, ou le bronze, ou le marbre !

    Gérard Harry »

    (Le Soir, 19 avril 1930)

     

    Mais quels furent les liens entre Eugène De Bremaecker et Léon Degrelle ? Le sculpteur fut-il un rexiste convaincu ? A l'instar, par exemple, du médailleur Marc Colmant qui se porta candidat du mouvement Rex aux élections municipales de sa commune bruxelloise, Ganshoren, en 1938, l'année qui suivit la remise du médaillon de De Bremaecker au Chef ?

     

    En fait, nous n'en savons rien et nous ne pouvons que risquer quelques hypothèses à partir des rares traces de l'artiste dans le sillage rexiste.

     

    Eugène De Bremaecker est le seul médailleur dont l'oeuvre a été illustrée dans le quotidien rexiste : ni Victor Demanet, ni Marc Colmant n'ont eu cette opportunité. Jamais il ne sera d'ailleurs fait mention de leur médaillon degrellien dans Le Pays réel. Les productions de Marc Colmant n'y bénéficieront même jamais d'aucun commentaire ou présentation (son nom ne sera ainsi mentionné que dans la seule liste des candidats rexistes aux élections de Ganshoren !). Et si ce n'est pas le cas du plus célèbre Victor Demanet (dont le quotidien ne manque pas de signaler les bustes, médaillons et bas-reliefs consacrés, en 1936, 1937 et 1938, au roi Albert à Arlon, Crainhem et Léopoldville), ce sera toujours sans illustration.

     

     

    PR 1936.12.07 Puccini.png

    Le buste de Giacomo Puccini offert au Théâtre Royal de la Monnaie, le 17 décembre 1936, à l'occasion de représentations de La Bohème, par Eugène de Bremaecker et le fils du compositeur, Antonio Puccini. Nous ignorons où cette sculpture se trouve actuellement. Photo publiée par Le Pays réel, le 7 décembre 1936.

     

    Par contre, quand Le Pays réel présente le buste de Puccini sculpté par De Bremaecker pour le Théâtre de La Monnaie (la scène lyrique bruxelloise), en décembre 1936, une grande photographie ouvre sa rubrique culturelle. De même, lorsque le médaillon de Léon Degrelle est évoqué dans Le Pays Réel du 14 juin de l'année suivante, une photo illustre naturellement l'article. Mais ce traitement, apparemment de faveur, traduit-il une plus grande proximité politique ? Pourrait-on le penser alors qu'à partir de ce moment, le nom de l'éminent médailleur ne sera plus jamais mis en avant (à part sa participation parmi tant d'autres à une exposition bruxelloise en 1938) ?

     

    Couple Puccini+Brem Hebdo 1936.12.25.png

    Antonio, le fils de Giacomo Puccini, et son épouse, accompagnés du sculpteur Eugène De Bremaecker lors de la remise du buste dans le foyer de l'opéra (photographie publiée dans le magazine Hebdo, le 25 décembre 1936.)

     

    Ne peut-on cependant penser que le fait même d'offrir à Léon Degrelle son portrait exprimé dans le bronze suppose au moins quelque sympathie pour le modèle ?

     

    Notre correspondant suggère deux éléments pour, éventuellement, l'expliquer :

     

    « 1. De Bremaecker était un volontaire de la guerre 1914-1918. Or, au moins pour la période 1936-1937, REX put compter sur le soutien de nombreux vétérans de la Grande Guerre (Degrelle mettant régulièrement en avant les anciens combattants dans ses discours et écrits).

     

    2. De Bremaecker semble avoir été un artiste particulièrement attaché à la famille royale comme en témoignent les ''bustes royaux'' qu'il réalisa d'Albert Ier, du prince Charles ou encore de la Reine Astrid. Or, REX était un mouvement monarchiste très attaché à la personne du Roi dont il voulait d'ailleurs renforcer les prérogatives.

     

    Tout cela reste malgré tout fort léger pour sérieusement envisager une communauté d'idéal entre l'artiste et le politicien et, à moins de trouver quelques nouveaux éléments probants, il me semble plus prudent de ne pas considérer De Bremaecker comme ayant été un (sympathisant) rexiste. »

     

    Que De Bremaecker fût particulièrement attaché à la famille royale, nous venons de le vérifier, constatant même qu'une relation de confiance avait pu s'établir entre le sculpteur et les membres de la Cour prenant la pose et s'ouvrant aux confidences.

     

    eugène de bremaecker,léopold iii,prince charles,charles-théodor,victor demanet,marc colmant,puccini,pierre daye,xavier de grünne,paul de mont,marcel-henri jaspar,louis franck,max-léo gérard,victor de laveleye,rené lustQu'en tant que volontaire de guerre (il est, à ce titre, l'auteur, en 1930, de la Médaille du Volontaire-Combattant ainsi que de nombreux monuments glorifiant les héros de la Première Guerre mondiale), il fût sensible aux honneurs rendus par Rex aux Anciens Combattants est également hautement probable : avant les élections triomphales de 1936, de nombreux héros de la Grande Guerre furent accueillis avec éclat par Léon Degrelle sur les listes rexistes : ainsi –pour ne citer que les plus connus– du Comte Xavier de Grünne, volontaire-combattant grièvement blessé aux combats de Tirlemont et prisonnier de guerre, ami intime du Roi Albert ;

    eugène de bremaecker,léopold iii,prince charles,charles-théodor,victor demanet,marc colmant,puccini,pierre daye,xavier de grünne,paul de mont,marcel-henri jaspar,louis franck,max-léo gérard,victor de laveleye,rené lustPortrait de Pierre Daye par Jam (Paul Jamin) dans Le Pays réel, le 7 mai 1936.

    de Pierre Daye, célèbre chroniqueur, soldat-milicien ayant participé aux combats de Namur, d'Anvers, de l'Yser et dans les colonies allemandes d'Afrique ; du dramaturge Paul De Mont, officier volontaire-combattant, Croix de l'Yser, Croix du Feu, grand invalide, amputé des deux jambes,... Tous les sénateurs rexistes (huit sénateurs élus directs, trois provinciaux et un coopté) sont d'ailleurs d'anciens combattants de la Première Guerre mondiale.

     

    A la question de savoir si De Bremaecker fut militant ou même simple membre de Rex, il faut très certainement répondre par la négative. Mais pareille hypothèse est sans doute parfaitement oiseuse car si nous considérons que les médailles qui furent éditées avec le profil de Léon Degrelle datent toutes de la même période 1937-1938, on pourrait se demander si ces oeuvres ne répondaient pas à une commande ou à une espèce de concours (une suggestion pour un cadeau ?) avec un cahier des charges tel que : présenter le profil du chef de Rex ainsi qu'afficher le slogan du mouvement « Rex vaincra ».

     

    Médaille Bremaecker R.JPG  Médaille Demanet R.png  Médaille Colmant.png

    De gauche à droite et par ordre chronologique, le slogan « Rex vaincra » selon Eugène De Bremaecker, Victor Demanet et Marc Colmant.

     

    Ce sont en effet les impératifs auxquels répondent précisément les trois médaillons que nous avons examinés (ce blog au 11 novembre 2023). Nous n'avons bien sûr trouvé aucune trace de pareille demande dans les organes rexistes : une telle publicité n'eût pu qu'alimenter les railleries de la presse prompte à accuser le tribun rexiste de mégalomanie !...

     

    Aussi ne pouvons-nous, compte tenu de tous ces éléments, exclure non plus quelque sympathie pour Léon Degrelle et de l'intérêt pour son combat contre les « banksters » avec le balai pour emblème et « Propreté ! » comme slogan.

     

    Rex Balais 1936.jpg   Rex 1936.01.03 Propreté.png

     

    Et ce, malgré que les parents d'Eugène De Bremaecker fussent d'actifs militants libéraux : le père, Alexis De Bremaecker, fut conseiller libéral à Bruxelles et la mère, Céline, s'occupait de la section féminine de l'Association libérale de Bruxelles. Que la vigoureuse campagne anti-banksters de Léon Degrelle en 1936 n'épargnât pas de grandes figures du Parti libéral (outre le ministre des Transports Marcel-Henri Jaspar –ce blog au 3 mai 2024–, figurèrent ainsi dans le collimateur rexiste le ministre d’État Louis Franck, gouverneur de la Banque nationale ; le ministre des Finances Max-Léo Gérard ; le ministre de la Justice Victor de Laveleye, etc.) ne heurta manifestement pas le sculpteur, avide lui aussi sans doute d'un assainissement des mœurs politiques...

     

    PR 1936.05.17 Max-Léo Gérard.png

     

    Ne manquons pas non plus de relever que si la médaille sculptée par Eugène De Bremaecker honorait les trente et un ans de Léon Degrelle, sa remise au cours du banquet d'anniversaire se passa aussi dans le contexte électrique de la défaite électorale du 11 avril 1937. Deux mois plus tard, le 11 juin, le rédacteur en chef du Pays réel et membre du conseil politique de Rex, Hubert d'Ydewalle, démissionnait avec fracas de ses fonctions, provoquant un véritable séisme politique dans le mouvement.

     

    L'anniversaire de Léon Degrelle devait être l'occasion d'afficher l'union des rexistes et la confiance en l'avenir : Eugène De Bremaecker semble avoir participé ostensiblement et activement à cette manifestation de refondation puisque le quotidien rexiste ne manqua pas de souligner que « La fête se termina par un bal fort animé et l'on retrouvait dans la foule animée des danseurs, MM. René Lust, chef de Rex-Bruxelles-arrondissement, [...] De Bremaecker et quantité de dirigeants rexistes ».

     

    C'est dans cette perspective que, dès le lendemain, les membres du Conseil politique de Rex mettaient leur mandat à la disposition du chef de Rex « pour toute réorganisation éventuelle ». Plusieurs des membres de ce Conseil allaient d'ailleurs en profiter pour prendre rapidement leurs distances : Pierre Daye démissionna immédiatement de ses fonctions de président du groupe parlementaire rexiste à la Chambre. Xavier de Grünne attendra, quant à lui, la fin de l'année pour quitter le navire.

     

    Mais d'autres ne retarderont pas plus longtemps leur départ, provoquant ce qu'on ne peut qu'appeler une hémorragie dans les rangs du mouvement. Ainsi de René Lust, chef du Front populaire de Rex, région de Bruxelles, président du conseil d'administration de Radio-Rex et membre du Conseil politique de Rex, qui s'enfuit dès le 19 juin ; Jacques Crokaert, membre du Conseil politique, le 20 juin ; quant au colonel Georges Vigneron, s'il quittera la direction des Gardes rexistes le 23 juin, il conservera son siège de sénateur provincial. Ce mouvement délétère se poursuivra jusqu'aux élections législatives anticipées du 2 avril 1939.

     

    PR 14.06.1937 a.png

     

    Alarmé par cette avalanche de défections et déçu par ces abandons, Léon Degrelle veut néanmoins y voir, au-delà de l'ingratitude et de l'opportunisme des dissidents, l'occasion d'une salutaire purification du mouvement. Dans son discours de réception du médaillon d'Eugène De Bremaecker, il affirme : « Qui serait devenu député, sénateur ou dirigeant à Rex ou dans ses journaux sans y être porté par la seule et unique force de Rex ? Que ceux qui ne sont pas contents fichent le camp. [...] Ceux qui voudraient se faire de Rex un escabeau seront balayés. [...] Les douleurs et les trahisons ne nous abattront pas. Ce sont ces épreuves qui feront la victoire et qui nous feront rester semblables à ce que nous étions au premier jour. » (Le Pays réel, 14 juin 1937, p. 3).

     

    PR 1937.06.14 Banquet 1.png

    PR 1937.06.14 Banquet 2.png   PR 1937.06.14 Banquet 3.png

     

    Nous étonnerons-nous de ne plus entendre parler d'Eugène De Bremaecker dans l'entourage rexiste après cette fête d'anniversaire où il remit à Léon Degrelle le médaillon qu'il lui avait sculpté ?

     

    L'artiste n'avait en effet pas à se montrer plus catholique que le Pape ni plus rexiste que le chef de Rex-Bruxelles, René Lust, dont le nom lui avait été associé, par Le Pays réel, parmi les danseurs assidus du bal clôturant cette mémorable soirée du 12 juin 1937 !...

     

    Eugène De Bremaecker n'eût de toute façon jamais suivi Léon Degrelle dans sa croisade antibolchevique destinée à rendre à la Belgique, grâce à l'héroïsme de ses faits d'armes au Front de l'Est, une place respectée dans l'Europe d'Ordre nouveau : son patriotisme était trop ancré dans la haine de l'Allemand issue de la Grande Guerre. Il ne parlera d'ailleurs jamais de cet « ennemi héréditaire » qu'en utilisant les expressions patronymiques argotiques classiquement péjoratives. Ainsi de deux anecdotes confiées à l'hebdomadaire Pourquoi Pas ? le 7 janvier 1949 : « C'était pendant la guerre... Une auto boche, fonçant dans le décor et derrière un tramway, manque de me tuer net. Je venais de frôler la mort de tellement près, et dans un éclair si rapide, que c'est après seulement que le choc se fit sentir. » (p. 28) ; « Je me vante d'y avoir écrit [dans la Gazette], en 1934, un article sur ce que nous préparait la Bochie, et dans lequel j'avais tout prévu jusqu'aux parachutages. » (p. 29)...

     

    Après la guerre, De Bremaecker eut bien encore l'occasion d'exprimer son art du portrait dans des médaillons exaltant des figures sportives, musicales ou patriotiques. Nous remarquerons également que, tout comme pour la médaille de Léon Degrelle, le sculpteur opte toujours pour le profil gauche, une caractéristique qui semble lui appartenir en propre !

     

    LLB 1946.06.06.png   DH 1947.11.17.png

    DH 1948.07.09.png   DH 1948.10.18.png

    DH 1949.05.01.png   LLB 1949.09.05.png

    Photographies extraites, de gauche à droite et de haut en bas, de La Libre Belgique du 6 juin 1945 (maréchal Montgomery), de La Dernière Heure des 11 novembre 1947 (Jef Scherens, septuple champion du monde de cyclisme sur piste), 9 juillet 1948 (le musicologue Gaston Knosp), 18 octobre 1948 (lieutenant-général Van Strydonck de Burkel) et 1er mai 1948 (le compositeur Marcel Poot) et de La Libre Belgique du 5 septembre 1949 (le roi Albert et la reine Elisabeth au cours de la Première Guerre mondiale).

  • L’ami de Mussolini, sculpteur de Léon Degrelle

     

     

    Ferruccio Vecchi, cofondateur du mouvement

    fasciste, réalise le premier buste de Léon Degrelle

     

     

    Expo Légion 18.06.43 Buste LD 1.jpegEn commentant l’Exposition photographique de la Légion Wallonie, dont le Cercle des Amis de Léon Degrelle avait fait la « une » de sa XXXIXe Correspondance (ce blog au 20 octobre 2023), nous regrettions que l’auteur du buste du chef spirituel et militaire des Volontaires wallons qui était présenté à cette exposition de juin 1943 n’ait pas été identifié. En effet, disions-nous, « on ne connaît guère de portraits sculptés de Léon Degrelle ».

     

    Et pourtant la presse rexiste ne manquait pas de faire connaître les nombreuses représentations artistiques de Léon Degrelle, notamment les bas-reliefs des meilleurs médailleurs du pays (ce blog au 11 novembre 2023).

     

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur,fiume,d'annunzioDans notre article sur Léon Degrelle dans l'art de la médaille (ce blog au 11 novembre 2023), nous avons omis de parler du médaillon réalisé en 1937 par Eugène De Bremaecker (1879-1963), car nous n'en avions aucune image.

    Une photographie en a quand même été publiée dans Le Pays réel, le 14 juin 1937, mais sa qualité ne rend guère justice à l'art du médailleur. Il s'agit d'un profil gauche (sur les médailles de Victor Demanet et de Marc Colmant, il s'agit toujours du profil droit), mais il est difficile d'en dire davantage. Nous n'en avons malheureusement trouvé la trace dans aucun répertoire ou collection. C'est d'autant plus regrettable qu'Eugène De Bremaecker n'est pas n'importe quel sculpteur. Jouissant d'une flatteuse réputation internationale, il s'est notamment spécialisé dans les portraits de la famille royale : le portrait officiel d'Albert Ier se trouve actuellement au Palais Bellevue, fermant l'aile gauche du Palais royal de Bruxelles ; celui de la reine Astrid est à l'Hôtel-Dieu, à Paris.

    Eugène de Bremaecker ne craignait certes pas de s'afficher dans le milieu rexiste : en témoignent sa belle médaille réalisée pour le trente et unième anniversaire de Léon Degrelle, tout comme sa participation, remarquée par la presse, au bal clôturant le grand meeting donné à cette occasion, le 13 juin 1937.

     

    C'est le 25 mars 1938 que l’hebdomadaire Rex consacra une page entière au tout premier buste de Léon Degrelle.

     

    « Le regard brillant, le front haut recouvert d'une toison broussailleuse et noire comme le geai ; sur la bouche un soupçon d'amertume, un menton volontaire et bien marqué. L'ensemble donne une singulière impression de force et de densité. Mais si un sourire effleure ce visage, tout s'irradie et vous embrase, la bouche prend un ton bonhomme. Ça, c'est Vechi.

    À une époque où la sculpture s'épuise dans des recherches de facture et où nous assistons au gauche effort d'une foule d'artistes pour enfanter des billets mal épannelés en des modelages mafflus, la personnalité austère et rude d'un Vechi s'affirme et triomphe. Aujourd'hui la plupart des sculpteurs travaillent n'importe quelle substance de n'importe quelle manière, l'appliquant à n'importe quoi sans tenir compte des lois de la plastique et des propriétés vitales de l'art. Un homme comme M. Vechi est d'une humeur trop fine pour choir dans un tel travers, sa façon est indépendante, et la liberté de son art qui s'affirmait déjà dans un grand nombre de pièces d'une belle qualité, vient de s'illustrer d'une œuvre magnifique : le buste de Léon Degrelle.


    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur,fiume,d'annunzioC'est une très belle réussite car Léon Degrelle en raison de l'étonnante vivacité de son regard et de la mobilité perpétuelle de son visage, était un modèle difficile et Vechi nous l'avoue.

    Oui, il m'a fort préoccupé ce buste. Le commun croit généralement que pour faire un buste, il suffit d'avoir un modèle. C'est une grave erreur, pour faire un bon buste il faut connaître parfaitement celui qu'il veut représenter, son caractère, son passé, les circonstances de sa vie, tout ce qui fait l'âme d'un homme.

    Et regardant le profil énergique de Léon Degrelle, nous nous taisons pour réduire en réflexion les surprises de notre bonheur. Tandis que Vechi raconte :

    Vous avez raison, c'était très difficile à faire. J'ai essayé une première fois et je n'ai pas réussi à traduire le tempérament de Léon Degrelle, car tout se reflète sur son visage, la puissance de ses sentiments, la pureté de sa foi, l'ardeur de ses pensées...

    En effet, l’œuvre d'art, disait Léonard de Vinci, est une véritable complicité. Cette complicité bien entendu a été soutenue par un métier solide et une inflexion propre. Un artiste ne doit pas se livrer impunément à la débauche des muscles. Les muscles du Discobole sont loin d'être aussi bosselés et tourmentés que ceux du Balzac de Rodin. Ignorance ? Non, au contraire maîtrise, simplification volontaire et discrétion. L'art de Vechi est un art complet, intelligent, dans lequel nous saluons l'équilibre des volontés et des moyens : ce qui compte pour lui c'est la composition animique du style et la fidélité à l'objet. Il faut apprécier le lyrisme d'une œuvre comme ce buste de Léon Degrelle où il déploie ses richesses et tourne ses attentions vers les recherches de facture, les courbes subtiles, les compositions destinées à produire avec exactitude les nuances de la vie. Comme nous l'en félicitons, il nous répond.

    C'est surtout grâce à M. Léon Degrelle. Je n'ai jamais eu l'occasion de peindre un homme aussi étonnant. Dès qu'une séance de pose était terminée, il venait voir mon travail et me disait : ça, c'est exact, ça n'est [pas] bon, ça est de telle manière... etc. Je connais son visage d'une manière parfaite...

    Disons-le, après l'avoir prouvé l’œuvre de Vechi s'augmente avec ce buste de Léon Degrelle d'une pièce qui suffirait à elle seule à établir une réputation. Tous les dons rares du sculpteur s'y conjoignent pour aboutir à une évocation brillante et facile : exécution, fermeté à expression, souci de plastique et d'exactitude, élégance robuste.

    R. F. »

    (Rex, 25 mars 1938)

     

    LD Vecchi 2.jpg

     

    Une présentation toute positive du buste de Léon Degrelle –il s'agit effectivement d'une « première »–, mais qui ne dit rien de concret sur l’œuvre et encore moins sur son auteur, dont le nom même est incorrectement cité, sans prénom et mal orthographié : « Vechi » au lieu de « Vecchi »...

     

    Pour en savoir plus, il fallait ne pas avoir raté Le Pays réel du 4 mars précédent où le buste était présenté en première page par une seule photo légendée : « C'est l'artiste italien Ferruccio Vecchi qui a réalisé l'excellent buste de Léon Degrelle dont nous donnons ci-dessus une photographie. Les sections qui désireraient en obtenir une réplique peuvent s'adresser à l'artiste (66, rue de la Source, Bruxelles). »

     

    Quelques jours plus tard, le 18 septembre, une nouvelle photo sera encore publiée par le quotidien rexiste, sans légende cette fois, en illustration, sur un quart de page, de l'éditorial de Charles de Fraipont, professeur à l'Université de Liège et sénateur de Rex (ce blog au 15 août 2016), intitulé Rexistes et Degrelliens.

          

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur,fiume,d'annunzio     ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur,fiume,d'annunzio

       

    La légende du Pays réel du 4 mars est précieuse en ce qu'elle nous donne le nom précis de l'artiste, Ferruccio Vecchi, et même l'adresse de son domicile dans la commune bruxelloise de Saint-Gilles (nous reviendrons sur les raisons de ce détail ; aujourd'hui, cette maison d'angle a été démolie et remplacée par un immeuble moderne d'une dizaine d'appartements).

     

    Mais qui est ce Ferruccio Vecchi ? La consultation éclair de Wikipédia, l'encyclopédie en ligne du savoir correct d'aujourd'hui, nous apprendra qu'il s'agit d'un sculpteur et d'un ancien combattant des troupes d'assaut italiennes (Arditi) lors de la Première Guerre mondiale. Et surtout qu'il fut l'un des fondateurs, avec Benito Mussolini, le 23 mars 1919 à Milan, des Fasci italiani di combattimento qui donneront naissance, deux ans plus tard, au Parti national fasciste. D'après l'encyclopédie collective, c'est à ce moment que Vecchi fut exclu des Fasci parce qu' « impliqué dans des délits mineurs et des fraudes ». 

     

    Il faut cependant consulter la version italienne de Wikipedia pour apprendre que l'accusé fut acquitté des préventions d'escroquerie et de faux et usage de faux alors que son dénonciateur écopait de deux années de prison. Pour apprendre aussi qu'avec son ami l'écrivain Marinetti, fondateur du mouvement futuriste, il fut des premiers à rejoindre d'Annunzio dans l'Entreprise de Fiume destinée à consacrer l'italianité de la ville.

     

    Vecchi+Marinetti Fiume.jpegFerruccio Vecchi et Filippo Tommaso Marinetti à Fiume, sur la côte croate de la Méditerranée, où ils rejoignirent dès septembre 1919 Gabriele d'Annunzio dans son équipée qui s'achèvera en décembre 1920 (la ville sera néanmoins annexée à l'Italie à la suite du traité de Rome du 27 janvier 1924 ; elle deviendra yougoslave après la Deuxième Guerre mondiale, forçant la majorité italienne de la population à s'exiler).

     

     

    Voilà qui est bigrement intéressant, mais qu'est-ce qui a pu faire se rencontrer Ferruccio Vecchi et Léon Degrelle ? Et comment ce dernier a-t-il fini par être le modèle de l'illlustre Italien pour un buste tombé dans l'oubli le plus total ?

     

    L'Ardito.jpegNous trouverons les principaux éléments de la réponse dans ce qui est la source privilégiée du Wikipédia italien, la seule biographie à ce jour consacrée à ce co-fondateur du Parti fasciste italien : L'Ardito, La vie de provocateur de Ferruccio Vecchi, Ravennois, fondateur du fascisme, par Giulia Belletti et Saturno Carnoli (Edizioni Moderna, 2013).

     

    Dès la préface, le caractère marginal de Ferruccio Vecchi est souligné par l'historien Mimmo Franzinelli, qui le voit évoluer d'égocentrique à arriviste : « Indocile et individualiste, asocial et solitaire, Vecchi ne parvient pas à s’insérer dans l’Italie fasciste dont il avait été –même confusément– le précurseur et le porte-drapeau. L'exil volontaire constitue la prise de conscience d'un mal-être existentiel dont ressortira –lors de son rapatriement– un Ferruccio Vecchi bien différent en tant qu'artiste, décidé à se frayer un chemin dans un monde où le fondateur du futurisme –son vieil ami Marinetti– est devenu membre de l'Académie d'Italie et où tant d'autres ex-révolutionnaires se sont transformés en dignitaires bedonnants. » (p. 8).

     

    Nous verrons, en fait, qu'à la suite de ses déboires judiciaires, littéraires et économiques, l'ancien capitaine des Arditi s'exila aux États-Unis en août 1927. Aux abois financièrement malgré l'aide du consulat italien, il quitta New-York quatre ans plus tard (« peut-être expulsé ») et atterrit à Paris où sans davantage de moyens de subsistance, il fut considéré comme un agent provocateur par les groupes antifascistes qu'il tentait d'approcher et finit par être expulsé par les autorités françaises en avril 1932. Vecchi trouva alors refuge à Genève d'où il adressa une requête au Duce pour l'obtention d'un subside mensuel : « Mussolini, qui suivait personnellement cette affaire, essayait de le tenir en haleine, cédant de temps en temps et avec modération à ses demandes, à seule fin de le savoir toujours loin d'Italie » ! (p. 71). Mais le 1er juillet 1933, par un décret rendu par les autorités cantonales de Genève, Vecchi se vit à nouveau expulsé « pour avoir publié des écrits au contenu immoral ». (p. 71).

     

    Et c'est ainsi qu'il aboutit à Bruxelles où l'ambassadeur d'Italie lui avait réservé la fonction de bibliothécaire de l'Institut italien de culture, toujours actif aujourd'hui au 38, rue de Livourne, à Saint-Gilles. Il décora cette Casa d'Italia de grands panneaux figuratifs en métal (« un art nouveau que j'inventai moi-même », p, 71), aujourd'hui disparus : ils furent en effet emmenés par Vecchi lors de son retour en Italie et certains se retrouveront exposés à la Biennale de Venise en 1940. Mais surtout, « en 1937, il s'adonna définitivement à la sculpture avec la réalisation d'un premier portrait » (p. 71). Ce premier portrait, les biographes ne l'identifient pas formellement (ils n'en possèdent d'ailleurs aucune illustration), mais il ne peut s'agir que de celui qui nous occupe, le buste de Léon Degrelle présenté en mars 1938 dans la presse rexiste.

     

     

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur

     

    Quelques exemples de panneaux métalliques (d'une hauteur de 2,5 mètres !) créés par Vecchi pour la décoration de la Casa d'Italia, à Bruxelles : ci-dessus, Amazzone ; ci-dessous, Eva et L'ultima danza di Salomè.

     

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur

     

     

    D'autant que le buste fit rapidement l'objet d'une dispute qui aurait abouti à une action en justice, selon un rapport de la police politique italienne au Ministère de l'Intérieur : « Le sculpteur italien Ferruccio Vecchi fut présenté à Degrelle par le comte Rinaldini [attaché de presse de l'ambassade d'Italie à Bruxelles, auteur d'articles favorables à Rex, notamment sur le Congrès de Lombeek, ce blog au 15 mars 2024], correspondant du Giornale d'Italia et, à ce qu'il me semble, de [l'Agence de presse contrôlée par l'Etat] Stefani, et Degrelle, cédant aux pressions amicales de Rinaldini, commanda à Vecchi un buste qui fut payé 18.000 francs. Vecchi eut alors l'idée de réaliser 2000 reproductions miniatures du buste et voulut que Degrelle les emporte ou, à tout le moins, encourage personnellement leur placement dans les sections du parti rexiste.

    Ne parvenant pas à ses fins, il passa aux menaces aussi bien contre Degrelle que contre Rinaldini, se gagnant le soutien dans cette action d'un certain Dal Prà, squadriste italien. Une intervention amicale du major Bottacci de notre ambassade n'eut pas de succès.

    Vecchi s'adressa alors à l'avocat Jaspar pour attraire Degrelle devant un tribunal et lui réclamer 80.000 francs. Ennemi juré du fascisme, Jaspar a accepté l'affaire avec plaisir afin de la faire mousser en scandale. Le conflit entre Degrelle (actuellement malade et immobilisé pour quelques mois à cause d'une lésion à un poumon [d'après Le Pays réel des 15 et 16 octobre 1938, Léon Degrelle souffrait d'une congestion pulmonaire provoquée par une amygdalite streptococcique ayant affecté le poumon droit]) et un célèbre fasciste italien s'y prêtait à merveille. Vecchi se trouve actuellement à Saint-Raphaël, en France, chez son beau-père.

     

    Vecchi Ferruccio.jpegFerruccio Vecchi, à l'époque de son séjour en Belgique. D'après ses biographes, il emporta quand même un bon souvenir de Bruxelles : « En mars 1939, Vecchi s'installe définitivement à Rome, via Aquileia 22, où, séparé depuis longtemps de son épouse Farina, il vit avec la jeune Belge Simone Alavoine. » (p. 75).

     

    Il paraît que, voici quelque temps, une somme d'argent (5000 francs) a été envoyée de Rome à Vecchi via l'ambassade, somme à lui verser progressivement. Mais il est parvenu à en disposer tout de suite et à la liquider méthodiquement dans des fêtes nocturnes entre Bruxelles et Londres.

    La presse belge, qui est complètement aux mains des Français, attend la tenue du procès pour lancer le cancan qui pourrait être évité en rappelant en Italie Vecchi et son lieutenant Dal Prà. La colonie italienne se sentirait soulagée. » (pp. 72-73).

     

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur

     

    Et c'est, finalement, ce qui se passa : le turbulent, présomptueux et, pour tout dire, encombrant Ferruccio Vecchi fut rappelé incontinent à Rome, grâce à la coïncidence de la préparation du 20e anniversaire de la constitution des Fasci à Milan. Une rencontre avec Galeazzo Ciano, ministre des Affaires étrangères, fut alors organisée pour liquider tout le contentieux Vecchi qui traînait depuis quelque douze ans : « Vecchi est immédiatement reparti à Bruxelles pour rentrer avec armes et bagages à Rome. L'ambassade royale a été chargée de liquider les dettes laissées par Vecchi, dettes semblant s'élever à quelques dizaines de milliers de francs. [...] Mais il ne faut pas oublier que Vecchi est atteint d'une espèce de mysticisme frôlant l'exaltation et qu'il vit dans des conditions de santé fort précaires à cause d'une tuberculose avancée » (rapport cité p. 74).

     

    Malgré ce que laissent entendre les biographes (« [Vecchi] ne retrouva les honneurs des gros titres des journaux qu'en 1938, à l'occasion d'un litige judiciaire contre Léon Degrelle », p. 71), le procès annoncé n'eut pas lieu. Non seulement il n'eut pas lieu, mais la presse belge n'évoqua même jamais le différend opposant les deux hommes, n'accordant en rien l'honneur de ses gros titres au sculpteur et rejetant donc son nom dans l'anonymat le plus complet.

     

     

    Ardito p.73.jpeg

    Comme toujours, il ne faut pas prendre pour argent comptant tout ce que racontent les « historiens » ayant pignon sur rue. On peut en effet se poser des questions sur la rigueur de travail des biographes de Vecchi quand ils légendent, par exemple, la célébrissime photo de la réception du SS-Hauptsturmführer Léon Degrelle par Adolf Hitler en son quartier général de Rastenburg (nord-est de la Pologne actuelle), après le succès de la percée de Tcherkassy, le 20 février 1944 : « Léon Degrelle [...] pendant sa rencontre à Berlin avec Hitler en 1936 » !

    Il n'existe bien sûr aucune photographie de cette première rencontre, imprévue et inespérée de la part de Léon Degrelle, marquant surtout la curiosité et l'intérêt de la part d'Adolf Hitler. Remarquons au passage qu'il n'existe pas non plus de photo de la rencontre entre le roi Léopold III et Adolf Hitler au Berghof. Mais pas pour les mêmes raisons : la visite du souverain belge était imposée et importune (ce blog au 28 juin 2017). L'extrême différence d'impression laissée sur le Führer par ces deux personnalités belges rencontrées pour la première fois est également hautement significative.

    Léopold III en 1940 : « Hitler l'accueillit avec une amabilité assez glacée. [...] Hitler eût vraisemblablement préféré mettre immédiatement fin à la visite [...] qui n'avait apporté que [...] déception à Hitler. » (Paul Schmidt [interprète officiel d'Adolf Hitler], Sur la scène internationale, p. 277-279).

    Léon Degrelle en 1936 : « [Hitler] fut fort impressionné par le dynamisme et en même temps par la maturité d'esprit de ce jeune chef. Lorsque Degrelle eut quitté le grand salon, le Führer déclara à Ribbentrop [...] : Jamais je n'ai vu de tels dons chez un homme de cet âge. » (Degrelle m'a dit, p. 238-240).

     

     

    PR 28.10.1936 Jaspar à la porte.pngCe n'est évidemment pas pour rien que Vecchi aurait choisi Marcel-Henri Jaspar comme avocat car celui-ci, éreinté par les campagnes « anti-banksters » menées par Rex contre lui tout au long de 1936 et 1937, avait déjà porté plainte contre Léon Degrelle (dont il était certes devenu un « ennemi juré »). L'affaire avait fait grand bruit dans les journaux et si le ministre avait gagné son procès, sa réputation en avait été gravement altérée. Par ailleurs, depuis janvier 1938, l'ex-ministre des Transports était violemment accusé d'avoir participé, en pleine guerre civile espagnole, à un trafic illégal d'avions en faveur du camp républicain. L'affaire provoqua un tel scandale que Jaspar agressa physiquement le député rexiste Raphaël Sindic lors de la séance parlementaire du 27 janvier 1938. Inculpé pour coups et blessures, Jaspar fut renvoyé en correctionnelle en octobre 1938 (il sera condamné à 3500 francs d'amende le 1er mars suivant).

     

    Il est plus que probable que si l'affaire lui avait été proposée, Jaspar l'eût fermement refusée : les imputations incertaines de Vecchi concernant la responsabilité de Léon Degrelle dans la diffusion de son buste eussent encore davantage ridiculisé l'avocat-politicien libéral, devenu l'une des têtes de turc préférées du Pays réel.

     

           

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur

     

    Deux des nombreuses caricatures de Marcel-Henri Jaspar publiées par Jam dans le quotidien rexiste Le Pays réel : ci-dessus (13 novembre 1936), le ministre corrompu pris en flagrant délit ; ci-dessous (30 janvier 1938), la fameuse séance parlementaire où le député rexiste Raphaël Sindic se fit agresser physiquement par les partisans du Frente popular et, ajoute malicieusement le caricaturiste, par la mauvaise foi du président de la Chambre, le socialiste Camille Huysmans (devront comparaître devant le tribunal correctionnel, le libéral Jaspar, le communiste Julien Lahaut et le socialiste René Delbrouck, mais pas Frans Van Cauwelaert, le député à longue barbe du dessin, « bankster » catholique férocement étrillé par Léon Degrelle).

     

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur

     

     

    C'est sans doute une trace du souhait de Vecchi de commercialiser son œuvre que l'on retrouve dans la légende de la photo parue, le 4 mars 1938, en première page du Pays réel fournissant l'adresse du sculpteur du buste de Léon Degrelle, à l'intention des « sections qui désireraient en obtenir une réplique ». Mais il n'est nullement précisé qu'il s'agirait d'une copie de taille réduite, ni qu'un total de deux mille exemplaires en seraient disponibles ! Si un tel nombre en avait été réalisé, on en connaîtrait probablement aujourd'hui encore nombre de répliques. Il est même douteux qu'il y ait eu ne fût-ce qu'un seul autre exemplaire fondu, si on considère le prix d'achat (de revient ?) payé par le modèle, 18.000 francs belges de l'époque (l'équivalent de plus de 1600 euros) : y aurait-il eu beaucoup de sections rexistes capables, financièrement, de consentir pareil investissement somptuaire ?

     

    On dispose néanmoins de quelques photographies de l'agence de presse SADO (Service Auxiliaire de Documentation, ce blog au 20 juillet 2016) d'une cérémonie de la J.N.S. (Jeunesse nationale-socialiste) organisée par John Hagemans, dont certaines sont reproduites dans l'album d'hommage John Hagemans, Prévôt de la Jeunesse, 1914-1942. Elles y sont identifiées comme « le vieux rite germanique du lien tranché », cérémonie qui s'est tenue en 1941 dans les locaux réquisitionnés du Grand-Orient de Belgique, devenu le quartier général de la Jeunesse du mouvement Rex.

     

          

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur   ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur

     

    Dans la salle de l'ancien grand temple du Grand-Orient de Belgique, au 79 de la rue de Laeken devenu son siège, la Jeunesse de Rex organise ses festivités. Ici, « le vieux rite germanique du lien tranché » (on distingue une hache sur le billot devant John Hagemans raidi dans le salut rexiste). Au centre des acteurs de la cérémonie, sur un haut pilier, le fameux buste de Léon Degrelle réalisé par Ferruccio Vecchi.

     

     

    Il s'agit là de l’œuvre originale, offerte peut-être par Léon Degrelle à la Jeunesse rexiste pour orner ses locaux, car aucune autre photo ne documente ce buste ni au domicile du Chef de Rex, ni dans aucune autre manifestation politique ou culturelle rexiste ou légionnaire...

     

    Cet éloignement du buste de son modèle traduirait-il un désamour de Léon Degrelle pour son portrait réalisé par Vecchi ? Il faut dire que jamais Léon Degrelle n'en parla alors qu'il était particulièrement fier de ses médaillons dont il possédait d'ailleurs certains originaux.

     

     

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur

    Sculpture originale de Victor Demanet, d'un diamètre de 50 cm, effectuée pour la réalisation du médaillon célébrant Léon Degrelle (ce blog au 11 novembre 2023), dans le parterre fleuri de la terrasse madrilène du dédicataire.

     

     

    Ce n'est que lors des séances de pose pour le buste réalisé pour son quatre-vingtième anniversaire qu'il raconta les éprouvantes tortures infligées par Vecchi pour essayer d'obtenir la meilleure ressemblance. Encore n'a-t-il jamais prononcé le nom de l'auteur (dont il ne se souvenait manifestement plus) ni évoqué son éminente qualité « fasciste » (qu'il ignora probablement : aucune allusion n'y est faite non plus dans les articles de l'époque) : « Ce n'était pas à proprement parler une sculpture, mais plutôt un masque comme on en fait pour les morts. Sauf que j'étais bien vivant et qu'on m'appliquait le plâtre sur la figure avec deux pailles dans les trous de nez pour me permettre de respirer. Et encore ! A peine ! J'ai bien failli périr asphyxié au cours de ces séances interminables ! » (substance de l'enregistrement original en possession de la RTBF pour le film La Führer de vivre, de Philippe Dutilleul).

     

    Et sans doute ce buste, sculpture princeps de Ferrucio Vecchi qui se consacrera désormais à la statuaire, ne plut-elle pas davantage à son auteur. Peut-être parce qu'elle ressortissait davantage au moulage qu'à la sculpture ? Peut-être aussi à cause des souvenirs désagréables qui y étaient liés ?

       

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur

     

     

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur,fiume,d'annunzioEn tout cas, désormais, Vecchi deviendra L'Artista di regime, comme le soulignent ses biographes, un sculpteur officiel de l'Italie fasciste, multipliant les bustes et statues exaltant une image pour le moins emphatique du Duce, de surprenantes allégories guerrières et des bustes plus académiques de personnalités choisies. Il organisera aussi les expositions de ses propres œuvres (à Milan, Rome, Gênes, Turin, Bologne,...) et participera aux prestigieuses Biennales de Venise de 1940 et 1942. Mais il sera aussi invité, en 1941, à présenter ses œuvres à Berlin. Un catalogue sera édité à cette occasion dont la couverture (barrée de l'appréciation sibylline de Mussolini : voir ci-après) s'orne du buste d'un Adolf Hitler farouche, au regard insoutenable et aux épaules nues, mais dans une attitude plus hiératiquement symétrique que celle de Léon Degrelle.

     

    Ce qui nous intéressera davantage, c'est la photographie d'un buste de femme, présenté comme « Mein erstes Werk – La mia prima scultura ».

     

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur,fiume,d'annunzioVecchi refuse donc de présenter le buste de Léon Degrelle comme sa toute première œuvre. Pour lui, ce portrait de 1938 du tribun belge n'était sans doute qu'un moulage plutôt maladroit : la seule partie non moulée et « sculptée » concernait les épaules et le haut de la poitrine dans une attitude suggérant peut-être le défi, mais qui restait, somme toute, assez artificielle.

     

    Par la suite, Ferruccio Vecchi abandonna le recours au moulage (heureusement d'ailleurs pour son principal modèle, Benito Mussolini !) et parfit sa technique, devenant un authentique et talentueux sculpteur. C'est donc à raison qu'il désigne comme sa première œuvre ce buste féminin dans une attitude similaire, mais autrement réussie, à celle de Léon Degrelle deux ans auparavant. Le buste du Chef de Rex aurait alors servi en quelque sorte de « brouillon » à ce nouveau bronze, qui en est quasiment un reflet de miroir.

     

    Busto di Donna Il Ponte.png      Buste Vecchi 1938 d.jpg

    A gauche, le Busto di Donna, dans la photographie proposée sur le site de la grande salle de ventes milanaise Il Ponte – Casa d'Aste.

    Le catalogue de l'exposition allemande de 1941 précisait que l’œuvre appartenait à la collection du riche industriel fasciste Francesco Marinotti (1891-1966), à l'époque vice-podestat de Milan. Elle avait probablement été acquise à la XXII Biennale de Venise où elle fut présentée de mai à octobre 1940. Elle a récemment été mise en vente, estimée entre 800 et 1200 euros, et adjugée le 11 décembre 2019 à 10.000 euros.

     

    Il existe une courte séquence (1 min. 24'') filmée dans l'atelier romain de Ferruccio Vecchi, disponible sur youtube, présentant l'artiste en action et sélectionnant trois réalisations originales : L'Aviateur (un homme prêt à prendre son envol, tenant d'une main une gigantesque aile d'avion), Invocation (un jeune homme, genou en terre, déclarant sa flamme à une jeune fille extatique) et « un groupe exaltant la famille et le travail agricole ».

     

     

    Mussolini 0.jpeg

    Expo Vecchi Mussolini.jpeg

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur

     

     

    Des œuvres qui se veulent empreintes de grandeur, d'héroïsme et de modernité, mais qui n'évitent pas souvent un kitsch assez désarmant quoique résolument assumé. Ainsi des portraits de Mussolini qui furent présentés à un Duce assez interloqué à l'exposition de Rome, en mars 1940 : les photos de la visite furent, paraît-il, censurées mais le modèle écrivit tout de même dans le livre d'or de l'exposition, non sans quelque malice : « Enfin, une nouvelle expression artistique ! »

     

      

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur     ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur

     

    A gauche, « L'Empire jaillit de l'esprit du Duce. » ; à droite, « Mein Kampf. Du sommet de la pensée de Hitler, jaillit la jeune Germania qui a brisé les chaînes de l'esclavage. »

     

     

     

    Le buste en bronze de Léon Degrelle réalisé par Ferruccio Vecchi en 1938, –sa toute première œuvre en tant que statuaire–, est disponible, ainsi que de nombreux et rares articles de qualité muséale concernant Léon Degrelle, sur le site Le Cercle du Collectionneur.

     

    LD Vecchi 6.jpg

     

     

     

  • 135e anniversaire !

     

     

     

    AH Eiffel face.jpeg

    La Tour Eiffel, inaugurée le 31 mars 1889, ne manqua pas de figurer au programme de la visite parisienne d'Adolf Hitler, né vingt jours plus tard, le 20 avril 1889.

    C'était le 23 juin 1940 ; ils venaient tous deux d'avoir 51 ans ! (voir aussi ce blog au 20 avril 2019).

     

     

    [Führerhauptquartier, Mercredi 29 octobre 1941, le soir.]

     

    Von Kluge pose une question : « Mon Führer, quelles furent vos impressions lors de votre visite à Paris, l'année dernière ? »

     

     

    AH+entourage Eiffel 23.06.1940.jpg

     

    Le Général Günther von Kluge fut l'un des artisans du succès de la campagne de France : il put accompagner le Führer dans sa visite de Paris, en juin 1940.

    Promu le mois suivant General-feldmarschall, von Kluge finit par se compromettre dans la trahison des officiers de la Wehrmacht qui fomentèrent l'attentat du 20 juillet 1944.

    Il se suicida le 18 août 1944.

     

    Je fus très heureux à la pensée qu'il y avait au moins une ville dans le Reich qui était supérieure à Paris du point de vue du goût – j'ai nommé Vienne.

     

    Le vieux Paris donne un sentiment de parfaite distinction. Les grandes perspectives sont imposantes.

     

    Durant des années, j'envoyai mes collaborateurs à Paris, afin de les habituer à la grandeur – pour le moment où nous entreprendrions, sur des bases nouvelles, la réfection et le développement de Berlin. Berlin n'existe pas en ce moment mais sera un jour plus belle que Paris.

     

    À l'exception de la Tour Eiffel, Paris ne possède rien de ce qui donne son caractère particulier à une ville, comme c'est le cas du Colisée pour Rome.

     

    (Adolf Hitler, Libres propos sur la guerre et la paix, p. 97).

     

    adolf hitler,tour eiffel,günther von kluge

     

     

     

    LD AH 27.08.1944 retouché.JPG

    Le 27 août 1944, Adolf Hitler, tout rayonnant de la joie de revoir Léon Degrelle vivant, lui décerne les plus hautes décorations militaires du Reich et lui fait la confidence la plus affectueusement personnelle qui se puisse concevoir (voir aussi ce blog, entre autres, aux 20 juillet 2018 et 23 juillet 2021).

     

    Je fus tout particulièrement surpris en voyant comment, depuis six mois, Hitler avait repris une vigueur nouvelle.

     

    Son pas était paisible, assuré, son visage reposé d'une étonnante fraîcheur. Depuis la guerre, il avait grisonné beaucoup. Son dos s'était courbé. Mais tout son être rayonnait de vie, d'une vie mesurée, disciplinée.

     

    Il me décora. Puis il me guida vers une petite table ronde.

     

    Il donnait l'impression que nul souci lancinant ou urgent ne l'agitait. Pas un mot désabusé ne laissait sous-entendre qu'il doutait le moins du monde des possibilités d'un redressement final.

     

    Rapidement, il délaissa les considérations militaires et passa à la question du libéralisme bourgeois. Il m'expliqua avec une merveilleuse lucidité pourquoi la chute de celui-ci était inéluctable.

     

    Son œil brillait de bonne humeur. Il se lança avec passion dans un débat sur l'avenir du socialisme. Son visage, admirablement soigné, frémissait. Ses mains fines et parfaites avaient des gestes élémentaires mais ardents, compagnes vivantes de l'orateur.

     

    Cette discussion me donna confiance. Si Hitler était hanté par les problèmes sociaux au point que, pendant toute une heure d'après-midi, il les vivait et les exposait avec une telle netteté, c'est qu'il avait de sérieux apaisements pour le reste. [...]

     

    Au moment du départ, comme s'il eût voulu graver à jamais dans mon cœur un souvenir plus personnel, Hitler revint me prendre la main dans ses deux mains : « Si j'avais un fils, me dit-il lentement, affectueusement, je voudrais qu'il fût comme vous... »

     

    Je scrutai ses yeux clairs, si sensibles, à la flamme simple et rayonnante. Il s'en alla sous les sapins, par un chemin semé de brindilles. Longtemps, je le suivis du regard...

     

    (Léon Degrelle, La Campagne de Russie, pp. 380-381).

     

     

  • Trente ans après la disparition de Léon Degrelle

     

    L' « hommage » du SoirMag

     

    Qui l'eût cru ? L'hebdo TV du Soir (merci à notre fidèle ami, courageusement abonné au SoirMag, de nous avoir envoyé l'article) a célébré –à sa façon, il est vrai– le trentenaire de la disparition de Léon Degrelle : « Décédé il y a 30 ans, Léon Degrelle reste comme une tache noire sur l'histoire de Belgique. » Preuve s'il en fallait, qu'encore et toujours, Léon Degrelle demeure populaire et qu'encore et toujours, à temps et à contretemps, il faut salir sa mémoire à coups de ragots et de mensonges...

     

    SoirMag 30.03.2024 a.jpeg

     

    Pourquoi en effet consacrer sans cesse autant d'encre à diffamer le charismatique Chef de Rex, si son combat contre la pourriture politique ne trouvait pas, aujourd'hui encore, écho naturellement positif dans notre particratie aux scandales politico-financiers permanents ? Ce n'est sûrement pas pour rien que le journaleux de service se devait de rappeler qu'en 1936 déjà, Léon Degrelle « invente le mot banksters pour fustiger le grand capital » !

     

    C'est donc sur une double-page intitulée doctement Le crépuscule d'un traître que l'hebdomadaire entend raisonner ses lecteurs et leur rappeler qu'il faut détester le seul homme politique belge dont le programme n'était pas que socio-économico-politique, mais essentiellement spirituel et moral : « rendre à notre peuple sa pureté et sa noblesse [...], lui rendre la passion du foyer, lui rendre la foi dans les grandes valeurs morales [...] en renouant avec nos traditions de fierté et d'héroïsme. » (ce blog au 15 mars 2024)...

     

    Pour ce faire, pour établir la « tache noire » que représenterait sur l'histoire de la Belgique le défenseur des Cristeros offrant leur vie à Christus Rex contre les lois violemment irréligieuses de la république mexicaine (ce blog, entre autres, au 7 février 2019), le SoirMag va donc chercher une infaillible (?) caution historique chez les appointés des Archives de l’État, « spécialisés » dans la Deuxième Guerre mondiale, dont nous avons souvent pu épingler l'incompétence crasse (ce blog dès le 18 mars 2016) : c'est ainsi qu'ils soulignent, par exemple, dans leur « inventaire de ses méfaits [dressé] pour le Cegesoma », le fait que Léon Degrelle « a été décoré par Hitler en août 1944 » !

     

    Signal 44 LD Finlande.pngUn crime de guerre inexpiable de Léon Degrelle : avoir été élevé, par Adolf Hitler en personne, au rang de Chevalier de la Croix de Fer en récompense de son héroïsme dans les combats du Front de l'Est. C'était  le 20 février 1944 et non « en août 1944 » où, le 27, il devait encore recevoir, toujours des mains du Führer, les Feuilles de Chêne. Et sans doute Léon Degrelle aggrava-t-il son cas en faisant la « une » du grand bimensuel populaire allemand Signal célébrant cet événement exceptionnel (ici, l'édition finlandaise du 1er mars 1944 ; voir aussi ce blog au 9 mai 2016).

     

     

    Ainsi d'Alain Colignon n'hésitant pas à culpabiliser une « enfant de la collaboration » d'avoir involontairement sauvé la vie de sa mère vouée au peloton d'exécution parce qu'elle en était enceinte (ce blog au 15 décembre 2020). Ainsi de Chantal Kesteloot insinuant systématiquement que les Volontaires du Front de l'Est n'étaient que des « criminels de guerre » (ce blog aux 11 mars 2022 et 12 octobre 2023). Ainsi même de l'inénarrable Francis Balace (que, vu l'enflure de son impéritie, Léon Degrelle n'appelait plus que « Besace », ce blog au 30 juin 2016), le plus calamiteux professeur d'Histoire de l'Université de Liège (ce blog, entre autres, au 8 novembre 2019)...

     

    Autre caution du « sérieux » de l'information de cet article : l'ésotériste Arnaud de la Croix (ce blog au 13 décembre 2016) qui postule un antisémitisme pourtant inexistant chez Léon Degrelle (ce blog au 12 octobre 2023). Il est vrai que, pour ce pseudo-historien, le croisé du Front de l'Est était inspiré par son modèle Godefroid de Bouillon, tout autant antisémite puisqu'il aurait rançonné tous les Juifs rencontrés sur sa route lors de la Première Croisade !

     

    On aura deviné qu'il est inutile de passer en revue le chapelet de calomnies de cet article uniquement destiné à salir l'image de celui qui est présenté comme un « traître [qui] écrit pour justifier ses actes en déformant la vérité » ! Quand on sait que son premier livre de souvenirs, La Cohue de 1940, fut interdit de diffusion et les exemplaires qu'on parvint à saisir, mis au pilon, on se doute bien que les vérités qui y étaient dévoilées sur les politiciens de 1940, à nouveau aux affaires après 1945, n'étaient vraiment pas bonnes pour leur réputation...

     

    Ce qui dérange en particulier tous ces gens d'alors et d'aujourd'hui, c'est l'aura qui se dégage toujours de ce personnage légendaire et la sympathie qu'il suscite naturellement. Sympathie qu'il faut absolument stigmatiser et condamner, à défaut de pouvoir l'interdire : « Le souvenir de Degrelle continue de gêner la Belgique », « il a réellement séduit, enflammé et rallié une partie de ses compatriotes au service de l'Allemagne nazie », « comment cet homme put à ce point galvaniser une partie de nos compatriotes avec ses diatribes fascisantes, finalement assez primaires », « un intrigant qui subjugua pourtant certains Bruxellois et Wallons, [...] dont le nom provoque encore un profond malaise »...

     

    LD Rex Foule drapelets.jpeg

    LD Torreon 11.1992.jpg

    En 1990 comme en 1930, la même ferveur a toujours accompagné le fascinant Léon Degrelle.

     

    LD Steeman Paseo oct.91.jpeg

    « Stéphane Steeman sème le trouble en faisant le déplacement [en Espagne pour rencontrer Léon Degrelle], ce qui ne manque pas de susciter la polémique à Bruxelles autour de l'humoriste » (voir ce blog, entre autres, aux 27 janvier 2016 et 21 septembre 2020). Sur cette photo prise en octobre 1991, Léon Degrelle et Stéphane Steeman devisent agréablement à une terrasse sur le Paseo Maritimo de Malaga.

     

    Pour illustrer notre propos et vérifier qui déforme réellement la vérité, épinglons seulement cette ahurissante affirmation : « [Léon Degrelle] est condamné à mort par fusillade le 27 décembre 1944 par le Conseil de guerre à Bruxelles. Par contumace, car il s'est enfui outre-Rhin, [...] cherchant à se dissimuler pour échapper à ses poursuivants » !

     

    Comme si Léon Degrelle avait cherché à échapper à son procès et à sa condamnation ! Mais il ignorait même totalement la tenue d'une telle iniquité qui prétendit le condamner à partir de lois d'exception ! C'est le 16 décembre 1944 que le persécuteur Ganshof van der Meersch (ce blog au 30 avril 2017) signe le mandat d'arrêt de Léon Degrelle et que, trois jours plus tard, l'assignation à comparaître parvient au... bourgmestre d'Uccle (fuyant le terrorisme de la résistance, la famille Degrelle avait quitté la Drève de Lorraine depuis le mois de septembre 1944 : ce blog au 13 mars 2023). Léon Degrelle a donc tout ignoré et de son procès et de sa condamnation : le 16 décembre 1944 débutait l'offensive Von Rundstedt et le Commandeur des Bourguignons se trouvait alors en visite à Prague et à Vienne.

     

    La Division Wallonie reformée et forte de plus de 4000 hommes était, quant à elle, à l'entraînement dans le Hanovre et Léon Degrelle était surtout préoccupé de la transformer en corps d'armée Occident réunissant Français et Wallons sous son commandement (ce blog au 25 mai 2021).

     

    Ce n'est que le 24 décembre que Léon Degrelle reçut l'ordre de Himmler de se rendre dans les Ardennes, non pour combattre, mais pour assurer, en tant que Volksführer, «  l'ordre civil, politique et militaire dans les territoires occupés par les troupes allemandes ». Le jour de Noël, il sera à Saint-Vith qu'il quitte dès le lendemain car les bombardiers anglo-américains s'appliquaient à anéantir la petite cité germanophone belge sous des tonnes de bombes incendiaires, exterminant quasiment la population civile restée sur place. Il se logera alors à Limerlé, à une vingtaine de kilomètres plus au sud. Vu l'échec de la bataille des Ardennes, Léon Degrelle et son état-major quittèrent ce village le 10 janvier 1945 au matin et rejoignirent la Division Wallonie engagée dans les ultimes combats de Poméranie pour retarder les hordes staliniennes et permettre aux populations civiles allemandes de leur échapper.

     

    LD Limerlé.jpegPendant l'opération Wacht am Rhein de reconquête de la Belgique par l'Allemagne, Léon Degrelle (ici, surplombant un Saint-Vith pas encore tout à fait réduit en cendres) est investi, en tant que Chef de Peuple, de tous les pouvoirs politiques et militaires pour restaurer la paix civile.

     

    Loin donc d'être « latitant », Léon Degrelle n'a rien su à ce moment de ses démêlés judiciaires, ni surtout des extravagances juridiques qui prétendirent les fonder (ce blog au 9 janvier 2021) : lois rétroactives, réduction à six mois du délai d'appel, déchéance automatique de la nationalité belge, perte définitive des droits civils et politiques,... Rappelons que l'extradition de Léon Degrelle d'Espagne exigée par la Belgique avait pour objet l'exécution de la sentence de mort et en aucun cas la tenue d'un nouveau procès, contradictoire cette fois, proposée en vain et réclamée à maintes reprises par le contumace malgré lui...

     

    Mais cela ne suffit pas à l'establishment s'indignant que si « Degrelle figure dans le camp des vaincus », « il n'a jamais été rattrapé par son passé. [...] Il ne sera pas inquiété dans sa retraite au soleil » (une bonne douzaine de tentatives d'assassinat ou d'enlèvement quand même ! Voir ce blog au 3 janvier 2023). Néanmoins, l'auteur de l'article peut tout de même se réjouir : « Mais sa famille a été condamnée : femme, parents, frère assassiné par les résistants à la fin du conflit » !

     

    De quoi certainement mettre du baume au cœur de ces gens confits dans la haine recuite ! Quelle différence avec celui qu'Adolf Hitler a déclaré considérer comme le fils qu'il se fût choisi (ce blog, entre autres, au 20 juillet 2018) et a logiquement reconnu comme « Chef de peuple » (ce blog au 28 novembre 2017) !

     

    Comment Léon Degrelle envisageait-il en effet sa mission au moment même où, le 27 décembre 1944, sa condamnation était affichée sur la Grand-Place de Bruxelles et où le peloton d'exécution fourbissait ses armes dans la cour de la prison de Saint-Gilles ?

     

    Il s'en est expliqué dans le documentaire historique de Jean-Michel Charlier, Autoportrait d'un fasciste (ce blog au 1er juillet 2017), qui fut invariablement déprogrammé des chaînes françaises de la télévision. Mais l'essentiel de l'interview peut toujours se retrouver dans l'ouvrage Léon Degrelle : persiste et signe (Interviews recueillies pour la télévision française par Jean-Michel Charlier, éd. Jean Picollec, 1985) :

     

    « A mon arrivée au front des Ardennes, lors de l'offensive du maréchal von Rundstedt, le jour de la Noël 1944, quelle fut ma première initiative ? Je fis imprimer des milliers de tracts à jeter sur la Belgique : j'accordais l'amnistie immédiate à tous nos adversaires, en vertu de mes pouvoirs de Volksführer reconnu officiellement par Hitler, dans le strict respect des accords internationaux et plus particulièrement de la Convention de La Haye qui fixe les droits des délégués du pouvoir militaire en zone de guerre. Usant de ces prérogatives, je lançais également un décret accordant immédiatement à tous nos compatriotes luttant dans le camp des Alliés des droits identiques à ceux de nos soldats, au port de leurs décorations, aux pensions des invalides, des orphelins et des veuves, leur assurant la considération due à tous les braves, quelle qu'eût été politiquement leur couleur.

    Nous bâtissions notre œuvre future dans un esprit de fraternité. C'était normal. Il n'y a pas un homme d’État qui puisse baser un grand travail sur la haine. La haine est un complexe d'infériorité, le réflexe de l'homme qui doute de son pouvoir de conviction. Si le responsable d'un pays y recourt, il n'est plus qu'un politicien déporté par ses passions et par la peur. On travaille par amour de son peuple et avec l'amour de son peuple. Jamais nous n'avons connu d'autre loi dans notre aciton, du premier au dernier jour du Rexisme. » (p. 375).

     

    LD Voiture Limerlé 1.jpeg LD Voiture Limerlé 2.jpegCes photos de la voiture de Léon Degrelle abandonnée dans les Ardennes ont été publiées par Giovanni Hoyois, ancien secrétaire général de l'ACJB (l'Action catholique de la Jeunesse belge où milita également l'étudiant Léon Degrelle, ce blog au 15 mars 2024) dans son livre L'Ardenne dans la tourmente (Dupuis, [1945]).

    L'auteur raconte : « Un jour, Degrelle s'enhardit à vouloir se rendre à La Roche, mais son auto fut mitraillée près d'Houffalize et il eut peine à la ramener à Limerlé où force lui fut de l'abandonner. » (p. 167).

    Quoique devenu résolument antidegrellien après la condamnation épiscopale de Rex le 20 novembre 1935 (ce blog au 8 avril 2017), Hoyois confirme la détermination de Léon Degrelle d'apaiser les passions déchirant le royaume, même s'il met cette volonté sur le compte de la hâblerie  : « Degrelle se vantait des grandes victoires qu'il escomptait toujours et il se gonflait d'importance : Nous sommes à Liége et aux portes de Bruxelles. Je suis nommé gouverneur général de la Belgique. Dans six mois, la guerre sera finie et je rentrerai à Bruxelles pour pacifier le pays. » (p. 166).

  • Etsi mortuus urit

     

     

    Léon Degrelle 1994 - 2024

     

     

     

    LD Grille.jpg

     

    Il faut redire sans cesse le prix de la vie.

     

    Elle est l'admirable instrument mis dans nos mains

    pour forger une œuvre de raison et de cœur.

     

    La vie n'est pas une forme de tristesse mais

    la joie faite chair.

     

    Joie d'être utile.

     

    Joie de dompter ce qui pourrait nous salir

    ou nous amoindrir.

     

    Joie d'agir et de se donner.

     

    Joie d'aimer tout ce qui frémit, esprit et matière,

    parce que tout, sous la poussée d'une vie droite,

    élève, allège, au lieu de peser.

     

    Il faut aimer la vie.

     

    On est tout près, parfois, aux heures de lassitude et de dégoût,

    de douter d'elle.

     

    Il faut se ressaisir, se redresser.

     

    Trop d'hommes sont vils ?

     

    Mais à côté de ceux dont la bassesse est un blasphème à la vie,

    il y a tous ceux qu'on voit, ou qu'on ne voit pas,

    qui sauvent le monde et l'honneur de vivre.

     

    LD Bureau Pieta.jpg

     

    Les Âmes qui brûlent, chapitre XVI

     

  • Cercle des Amis de Léon Degrelle

     

     

    40e Correspondance privée – février 2024

     

    Pour marquer la quarantième parution de sa Correspondance privée, le Cercle des Amis de Léon Degrelle a réalisé un judicieux montage dynamique de trois photographies emblématiques de la vie de Léon Degrelle, illustrant son combat permanent et indispensable à la révolution des âmes.

    Rassemblés sous le ciel de feu des Âmes qui brûlent, les trois clichés, en même temps qu’ils célèbrent trois moments importants de la vie militante de Léon Degrelle, mettent en lumière trois piliers de l’idéal solaire de ce vrai chef de peuple, tribun visionnaire et champion de l’élévation spirituelle de sa communauté, de la défense de celle-ci, de sa force et de sa liberté.

     

     

    1936 : Révolution des âmes dans les élections

     

    LD Palais sports 1936.05.17.png« Les partis prétendent maintenir leurs privilèges ; ils sont l’exaspération des intérêts de clans. C’est pourquoi ils accusent Rex de vouloir la dictature. Les rexistes ne veulent à aucun prix de la dictature. [Ovation] Les partis agitent cet épouvantail, alors qu’aujourd’hui, ils nous imposent la dictature des banksters que Rex est le seul à combattre. Les rexistes ne prendront le pouvoir que le jour où le peuple le leur aura donné. [Applaudissements]. »

    (Extrait du discours de Léon Degrelle, citation du compte rendu du meeting rexiste dans Le Soir, 19 mai 1936).

     

    Le premier instantané, à l'arrière-plan de gauche, a été pris lors du discours enflammé de Léon Degrelle au Palais des Sports de Bruxelles, le 17 mai 1936 (à propos de cette photo, voir ce blog au 9 avril 2019). Ce meeting rassemblant plus de 17.000 personnes fut la manifestation la plus spectaculaire de la vigoureuse et déterminante campagne électorale de Rex contre les « banksters ». Malgré l’hostilité générale de tous les milieux politiques, médiatiques, intellectuels et même religieux, elle devait amener, le 24 mai suivant, l’élection triomphale de 21 députés et de 8 sénateurs rexistes.

     

    PR 1936.05.06.png

    PR 1936.05.08.png

    PR 1936.05.13.png

    Le Pays réel –quotidien nouvellement créé le 1er mai 1936– est le journal de combat de Rex (le titre en a même été dessiné par l'ami fidèle Hergé : ce blog au 20 octobre 2020). Il cloue au pilori les banksters de tous bords : catholiques, le 6 mai ; socialistes, le 8 mai ; libéraux, le 13 mai…

     

    Le soir même des élections, ce dimanche 24 mai qui marquait le triomphe de Rex sur la particratie affairiste, dans un sobre communiqué de victoire, Léon Degrelle rappelait le sens spirituel du combat rexiste : « Tous les partis ont subi une dure défaite parce qu’ils avaient méprisé tout un peuple. […] À tous, nous disons : Venez, Rex est un mouvement fraternel ouvert à tous les Belges. […] Rex n’a jamais voulu appuyer son influence sur la force, mais sur un immense courant des cœurs. Nous sommes forts parce que nous nous aimons. […] Pour nous, il n’existe plus qu’un seul parti, celui du pays et du peuple. Nous sommes la jeunesse. Notre passion, c’est la pureté du pays. » (Le Soir, 24 mai 1936).

     

     

    1938 : Révolution des âmes par la communion populaire

     

    LD Lombeek 1938.jpg« Nous voulons rendre à notre peuple sa pureté et sa noblesse. Nous voulons lui rendre la passion du foyer, lui rendre la foi dans les grandes valeurs morales. Nous sauverons la Patrie en rendant au peuple le sens de la grandeur et en renouant avec nos traditions de fierté et d'héroïsme. [...] Il y a des intérêts moraux et spirituels à sauvegarder au-delà de la politique et nous les plaçons au-dessus d'elle. » (Discours de Léon Degrelle à Lombeek, le 10 juillet 1938, in 60.000, Congrès national Lombeek 10-7-38).

     

    La deuxième photographie du montage, à l'arrière-plan de droite, est sans doute la photo la plus connue de Léon Degrelle-orateur. Elle a été prise lors du discours de clôture aux grandioses Journées rexistes de Lombeek, organisées en 1938 dans cette petite bourgade du Brabant flamand, située à une petite vingtaine de kilomètres à l'ouest de Bruxelles et dirigée par le député-bourgmestre rexiste Robert Motteux (qui fut révoqué de son mandat communal quatre jours plus tard pour avoir accueilli le congrès en « uniforme rexiste » ceint de l'écharpe mayorale).

    Lombeek LD+Motteux.pngLe Bourgmestre Robert Motteux, à la gauche de Léon Degrelle, porte la chemise et la cravate des gardes rexistes ainsi qu'à la taille, l'emblème de sa fonction : l'écharpe tricolore aux glands d'or. Pour révoquer Robert Motteux le 14 juillet 1938, le ministre de l'Intérieur invoquera son « inconduite grave », notamment le port d'un uniforme contrevenant à la loi de 1934 sur les milices privées. Mais le bourgmestre sera aussi reconnu coupable « d'avoir fait arborer l'étendard d'un parti politique (le drapeau rexiste) à la façade de la maison communale », « d'avoir permis à M. Degrelle de prononcer du haut du perron de la maison communale de Lombeek un discours politique » et d'avoir effectué « à plusieurs reprises le salut hitlérien » ! Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage... À noter que, dès le surlendemain, le nouveau bourgmestre, en compagnie de Léon Degrelle à l'hôtel de ville, rendra un solennel hommage à son prédécesseur, en portant chemise bleue et cravate rouge ainsi que l'écharpe mayorale. Et en effectuant le salut rexiste ! En toute impunité, cette fois.

     

    Réunis en congrès national du 8 au 10 juillet, plus de 60.000 rexistes exprimèrent, en une manifestation triomphale, l'intensité de leur foi dans le renouveau politique et social promis par l'idéal rexiste de révolution des âmes.

     

    Il appartiendra à Jean Denis (voir ce blog aux 15 juin 2017 et 15 juin 2022), docteur en philosophie et lettres et auteur de Principes rexistes et Bases doctrinales de Rex, de tirer la leçon de ce congrès historique, plaçant résolument le message degrellien dans la perspective de José Antonio Primo de Rivera, le fondateur de la Phalange espagnole fusillé par les Républicains dans la cour de la prison d'Alicante le 20 novembre 1936.

    Médaille Lombeek.png

    Médaille commémorative (tirée à 50.000 exemplaires) du Congrès national de Rex à Lombeek-Notre-Dame, dont l'apothéose fut le rassemblement général de quelque 60.000 adhérents, sympathisants et leur famille, le 10 juillet 1938. Ci-après, cliché à la « une » du Pays réel, le 11 juillet 1938.

    PR 1938.07.11.png

     

     

    Fasciné par la figure de José Antonio qu'il rapproche de celle de Léon Degrelle, Jean Denis l'était tout autant par la doctrine sociale de la Phalange lui paraissant répondre aux mêmes principes spirituels à la base du combat rexiste. Il publiera d'ailleurs une présentation des Vingt-sept points de la Phalange dans un petit ouvrage publié la même année que le Congrès de Lombeek, Une révolution dans la guerre. Préface à l'étude de la tragédie hispanique (Renaix, Centre d'Etudes hispaniques, 1938). Il accompagnera aussi plus tard le chef de Rex dans son voyage à travers l'Espagne nationaliste du 2 au 14 février 1939.

     

    Jean Denis écrit donc en conclusion du Congrès de Rex :

    « Le vieillard et l'adolescent, l'homme et la femme, le travailleur calleux et l'intellectuel raffiné : il apparaissait qu'à tous, le masque de la vie quotidienne était tombé ; et chaque visage n'était plus que la lumière d'un regard, la même lumière toujours, faite d'allégresse et de gravité qui, dans la pénombre de l'arc de triomphe, faisait de chacun d'eux tous un archange levant la main en signe de foi, d'espérance et d'amour. Des milliers d'âmes transformées pour toujours.

    Lombeek Arc triomphe.jpeg

     

    L'on songeait à la parole de Léon Degrelle, au message ineffable qu'il a porté partout et qu'il portera jusqu'à son dernier souffle. Lui aussi poète et prophète.

    Sa parole dont il ne faut rien extraire et citer parce qu'elle se trouve vivante en chacun de nos cœurs et que nous savons bien, nous tous, ce que c'est que sa Révolution des Âmes, puisqu'il l'a faite en chacun de nous jusqu'au plus secret de nous-mêmes. Lui qui, seul parmi tous, nous a rendu notre unité de destin dans l'univers. Et qui, brisant les barrières des enclos maudits, nous conduit –et conduit dès à présent notre peuple– vers d'autres horizons, vers d'autres pâturages où traçant des voies d'empire –qu'importe la souffrance quand on sait la pérennité de son œuvre–, il nous rend notre place, à l'air libre, sous les étoiles
    . »

    Lombeek Voiture.jpg

    Lombeek Tribune.jpg

     

     

    1942 : Révolution des âmes dans la Croisade européenne

    La photo de premier plan dans le montage du Cercle, montre le soldat Léon Degrelle, chef spirituel de la Légion mais pas encore son Commandeur, arborant cependant les pattes de col de lieutenant, grade dont il refusa le privilège (ce blog au 31 juillet 2017), mais qu'il gagna dans les combats de Gromowaja-Balka en février 1942 (à propos de cette photo, voir ce blog au 23 août 2021). Sa casquette s'orne aussi de l'Edelweiss dont s'enorgueilliront toujours les Wallons qui servirent sous les ordres du Général Ernst Rupp, commandant la 97e Division de Chasseurs de montagne à laquelle fut rattachée la Légion à la veille des combats du Donetz, en février 1942, et ce, jusqu'après la Vormarsch (plus de 1200 kilomètres à pied pour contourner la mer d'Azov, de Slaviansk à Maïkop), et les combats du Caucase, d'août à novembre 1942.

    LD Leutnant Pieske.jpgC'est donc dans cet uniforme que Léon Degrelle négocia directement avec Heinrich Himmler dans son train spécial stationné au Grand Quartier général de Hitler, le passage de la Légion Wallonie à la Waffen SS (ce blog au 20 octobre 2023).

     

    Et que, dans la foulée, il l'accompagna, le 24 mai 1943, au camp d'entraînement de Pieske, après avoir convaincu le Reichsführer SS de faire la connaissance de ses « Bourguignons ».

     

     

     

    LD Lippert Himmler (dos) Pieske.jpg

    Pieske Himmler Légion.jpg

    Léon Degrelle et Lucien Lippert accompagnent Heinrich Himmler –ici, de dos, saluant– dans sa BMW 335 lors de sa visite des Légionnaires wallons à Pieske, le 24 mai 1943 (une autre photo est à voir sur ce blog au 30 avril 2020). C'est une visite en toute décontraction qu'effectue le « terrible » Reichsführer SS, saluant à tout-va, heureux de découvrir en ces Bourguignons des soldats alertes, espiègles, consciencieux, intelligents, fidèles, efficaces (ce blog au 24 janvier 2020 ; Saint-Loup, Les SS de la Toison d'Or, pp. 339-340).

    LD Discours Berlin 1943 01 07.jpgPhoto de presse de l'agence SIPHO (Service International Photographique) datée du 10 février 1943 et légendée : « Léon Degrelle pendant son discours à Berlin le 7 janvier [erreur pour « février »] 1943. Dans la salle coupole du Reichsportfeld à Berlin, Léon Degrelle a parlé aux ouvriers wallons et aux volontaires wallons contre le Bolchevisme. »

    C'est dans cette tenue aussi que, pour la dernière fois avant de revêtir l'uniforme SS du soldat politique, Léon Degrelle parla à Berlin, le 7 février 1943, devant plus de deux mille soldats et ouvriers wallons, pour rappeler le sens de cette guerre de civilisation. Nous avons déjà publié l'essentiel de ce discours (ce blog au 16 janvier 2016) : un an plus tard, après avoir été appelé en son Grand Quartier général du Front de l'Est par le Führer Adolf Hitler qui le fit Chevalier de la Croix de Fer, Léon Degrelle redisait à nouveau aux milliers de Français venus l'écouter, le 7 mars 1944 au Palais de Chaillot, la nécessité de la révolution sociale et spirituelle :

    « Ce qui nous intéresse le plus dans la guerre, c'est la révolution qui suivra, c 'est de rendre à des millions de familles la joie de vivre, c'est que les travailleurs européens se sentent des hommes libres, fiers, respectés, c'est que dans toute l'Europe, le capital cesse d'être un instrument de domination des peuples et soit mis au service du bonheur des peuples. La guerre ne peut s'achever sans cette révolution socialiste qui sauvera le travailleur des usines et le travailleur des champs. Nous ne sommes pas des anarchistes. Nous voulons rétablir la justice sociale alors que pendant l'avant-guerre et même pendant la guerre, chez les pays capitalistes, c'est le peuple qui paie, c'est le peuple qui souffre, c'est le peuple qui est écrasé. »

     

    LD Chaillot 1944.03.05.jpg

    « Organisée par la Waffen SS française, la Légion des Volontaires français contre le bolchevisme et la milice française, la manifestation qui s'est déroulée dans le cadre grandiose du Palais de Chaillot, réunissait plusieurs milliers de Parisiens qui ne ménagèrent pas leurs applaudissements enthousiastes au Chef. Jamais peut-être il n'a été donné à un public français d'entendre de plus rudes vérités que celles que le Chef a dites sur le ton amical et franc que nous lui connaissons. » (Le Pays réel, 7 mars 1944).

     

     

    « Nous qui sommes Peuple »

     

    Illustrant parfaitement le montage photographique de la première page, le texte de Léon Degrelle choisi par le Cercle des Amis (extrait de l'éditorial de l'hebdomadaire Rex du 21 juin 1935) explique la raison d'être du mouvement populaire représenté par Rex en même temps qu'il éclaire le sens de son action.

     

    Rex 1935.06.21.png

     

    «  Ce que nous voulons, c'est rassembler les grandes masses populaires, les organiser, les stimuler, rendre agissante leur vertu. [...] Rex est essentiellement un mouvement populaire. Nous somme peuple, nous ne somme pas avec le peuple, nous ne venons pas au peuple : nous sommes le peuple lui-même qui se réveille et qui regarde avec audace et confiance l'avenir, parce qu'il veut vivre. [...] Entre le politicien et le peuple, il n'y a que de froides relations juridiques, un contrat dont chacune des parties redoute toujours que l'autre ne le viole. Nous voulons, nous, entre l'homme d’État et son peuple : courant de confiance, d'abandon et, disons le mot, d'amour. La vraie souveraineté populaire, c'est celle-là : des chefs qui commandent avec autorité, mais qui, par le contact direct et fréquent avec leur peuple se sentent en constante communion d'idées et de volonté avec tout ce qu'il y a de sain dans le pays. »

     

     

    Degrelliana

    Comme toujours, la Correspondance du Cercle donne accès à une véritable bibliothèque d'ouvrages indispensables au bagage intellectuel de tout nationaliste identitaire, qu'ils relèvent de l'histoire (par exemple, le premier volume de biographies de recrues de La Légion des Volontaires français contre le bolchevisme, d'Eric Le Clanche), de la culture (comme Germanica, d'Alain de Benoist), de la littérature (Les Chiens de paille, de Pierre Drieu la Rochelle ou Lettres à une provinciale, de Robert Brasillach), tous ouvrages disponibles à la Boutique nationaliste.

     

    Mais ce sont surtout les informations concernant Léon Degrelle qui nous intéresseront, tant elles relèvent de la quasi-exhaustivité.

     

     

    Miège

     

    Cercle Miège.jpeg

     

    Ce qui nous a fait un tout particulier plaisir est sans conteste le charmant dessin, poétiquement évocateur, de Miège, qui est désormais, aux côtés de Chard, le dessinateur attitré de Rivarol.

    Miège a choisi de représenter Léon Degrelle « à l'air libre, dans la nuit claire, sous les étoiles », comme le préconisait José Antonio (discours du 29 décembre 1933 ; voir aussi Jean Denis, cité ci-avant). Il porte la houppette de Tintin –personnage qu'il a inspiré comme en témoigne son opus ultimum Tintin mon copain coincé sous le bras–, mais avec les cheveux que le Chef de Rex avait naturellement foncés, ce qui lui donne aussi une ressemblance avec Quick, le ketje de Bruxelles. D'autant plus appropriée qu'il est justement en arrêt devant l'enseigne du restaurant Chez Léon de Bruxelles, spécialiste du « moules-frites » national : ayant développé une chaîne de restaurants populaires couvrant toute la France, Chez Léon de Bruxelles, raccourci aujourd'hui en Léon, est ainsi devenu le point de rendez-vous idéal (un stamcafé comme on désigne à Bruxelles son bistrot préféré) de tous les degrelliens français !

    En une silhouette suggestive, Miège a réussi à rassembler toutes les étapes de la vie intrépide et généreuse de Léon Degrelle, amalgamant les valeurs altruistes du scoutisme tintinesque à la révolution des âmes de Rex (dont il porte la boutonnière) et l'héroïsme du Légionnaire de la Croisade pour l'Europe Nouvelle libérée de l'exploitation capitaliste et de la menace bolchevique : le poète-soldat, la tête dans les étoiles, porte sa Croix de Chevalier et ses énormes godillots sont bien ceux que le Führer a fourrés de Völkischer Beobachter (voir J.-M. Charlier, Léon Degrelle : persiste et signe, p. 332) !

    R&A Miège.jpeg
    Pour mieux connaître Miège, nous vous conseillons vivement de lire le dernier numéro de Réfléchir&Agir (et de vous abonner à cet excellent trimestriel: 35 ou 40 € numéro hors-série compris–, selon que vous habitiez la France ou non): une réjouissante interview, fort instructive, du dessinateur vous y attend.

     

    Le dernier recueil de ses dessins –En traits libres, Editions Dualpha, préfacé par Francis Bergeron– est également disponible sur le site de la Boutique nationaliste.

     

     

     

     

     

    Editions degrelliennes

     

    Hasta la sangre-horz.jpg

     

    Le Cercle signale une nouvelle édition de Mes aventures au Mexique en espagnol par une maison d'édition mexicaine appelée Lina Delir. Ce nom était utilisé par les Cristeros pour signer leurs communiqués et tracts clandestins pendant la Cristiada, nom du soulèvement des catholiques mexicains contre l'intolérance religieuse du gouvernement franc-maçon entre 1926 et 1930 : il est l'acronyme de « Ligue nationale de fense de la liberté religieuse » (ce blog, entre autres, aux 2 avril et 25 décembre 2017).

    Il s'agit en réalité de la traduction espagnole des récits et documents sur la persécution des catholiques au Mexique, rassemblés et présentés par Mgr Louis Picard, aumônier-général de l'Action Catholique de la Jeunesse Belge (ACJB) et Giovanni Hoyois, son président, sous le titre La Tragédie Mexicaine. Jusqu'au Sang... (Editions de la Jeunesse Catholique, Louvain, 1928). Rappelons que Mgr Picard fut le mentor de Léon Degrelle (ce blog, entre autres, au 5 avril 2017 et 20 février 2019) qui occupait d'ailleurs un « kot » (logement étudiant) chez lui, à Louvain, et à qui il confia les Editions Rex, appelées à devenir le vecteur essentiel de la Révolution des Âmes (tous les détails sont à retrouver dans Léon Degrelle, Cristeros, Editions de l'Homme libre). Il était donc naturel de compléter cet ouvrage par Mes aventures au Mexique qu'écrivit Léon Degrelle dans la foulée de ses reportages sur la persécution des Cristeros pour le vingtième siècle (octobre 1928-janvier 1929, ce blog au 7 février 2019). Regrettons seulement que cette édition mexicaine rassemblant les deux livres n'associe le nom de Léon Degrelle qu'à celui de G. Hoyois, –qui, en 1945, éreinta lamentablement le proscrit condamné à mort dans son L'Ardenne dans la tourmente–, faisant l'impasse sur Mgr Picard qui fut pourtant l'âme de la défense des Cristeros en Belgique et qui associa étroitement Léon Degrelle à son action (voir Léon Degrelle, Cristeros, pp. 19-34).

     

    Mexico Riesco.jpgIl semble que, pour obtenir cet ouvrage (400 pages, 45 euros, frais d'envoi compris), il faille s'adresser à luzdealbania@gmail.com. La version espagnole de Mes Aventures au Mexique a cependant déjà connu une édition indépendante dès 2006, avec une introduction de José Luis Jerez Riesco (à qui l'on doit l'indispensable Léon Degrelle en Exil: ce blog au 19 avril 2019). Publiée par l'éditeur espagnol Nueva Republica, elle est toujours disponible au prix d'à peine 12 euros, sur le site de Fides Ediciones Mundial.

     

    Une autre publication mexicaine a retenu l'attention du compilateur d'informations degrelliennes du Cercle : Elbruz Altus Vexilum. Un nom singulier associant le nom de la plus haute montagne du Caucase, aux confins de l'Europe, l'Elbrouz, aux deux pics jumeaux où fut enchaîné Prométhée, et la traduction latine –Altus Vexilum– du titre de l'hymne national-socialiste, Die Fahne hoch ! (« Drapeau levé ! »).

    Cercle Elbruz Zorrilla.jpeg

     

    Le Cercle se réfère au site français VoxNR qui, le 5 août 2023, a mis sur son site la traduction du récit donné par l'écrivain Juan Guerrero Zorrilla de sa rencontre avec Léon Degrelle à Madrid, le 20 avril 1989, à l'occasion du centenaire d'Adolf Hitler. Cet article provient de la revue mexicaine Elbruz Altus Vexilum qui l'aurait publié dans son numéro 6 de septembre 2013.

     

    Elbruz 8 p. 1.pngUne collection de la plupart des premiers numéros de la revue Elbruz Altus Vexilum est disponible sur Internet (du n° 0 au n° 16, mais sans les numéros 2, 8 et 12), mais ces souvenirs de Juan Guerrero Zorrilla ne se trouvent en tout cas pas dans la sixième publication (l'erreur vient peut-être de ce que ce texte fut d'abord publié avec cette référence par l'association culturelle mexicaine Robert Brasillach, le 28 juillet 2023). Plus probablement cet article a-t-il été publié dans le numéro 8 (printemps 2014) dont nous ne connaissons que la couverture justement consacrée à Léon Degrelle (« Le dernier gentilhomme »).

     

     

    Elbruz 13 p. 40.png

    Reproduisons pour l'anecdote la publication pour le moins inattendue, dans le 13e numéro d'Elbruz Altus Vexilum (p, 40), d'une photo de la famille royale belge en illustration d'un article sur la nécessité en Europe de faire de nombreux enfants pour contrer « la décadence de l'Occident due à la défaite de l'Axe à l'issue de la Deuxième Guerre mondiale » !...

     

    L'écrivain mexicain Juan Guerrero Zorrilla est né en 1942 à Tampico, principal port industriel de l’État mexicain de Tamaulipas, située à l'embouchure du Rio Pánuco sur le Golfe du Mexique. Coïncidence extraordinaire, le paquebot qui emmena Léon Degrelle de Hambourg à Veracruz s'appelait justement Rio Panuco ! Construit par les chantiers navals de Kiel en 1924, il assurait la traversée de l'Atlantique pour la compagnie allemande Ozean Linie. Revendu en 1934 à un armateur australien, il fut coulé par l'aviation japonaise en 1942 dans le port de Darwin (voir ce blog au 1er mai 2016 et Léon Degrelle, Cristeros, pp. 245-248).

     

    LD Rio Panuco Bastingage-horz.jpg

    Léon Degrelle à bord du Rio Panuco l'emmenant au Mexique. Il écrit à ses parents une lettre qui, destinée à les rassurer, donne aussi de précieux renseignements sur la vie à bord du navire :

    À bord du Rio Panuco, le 8 décembre 1929.

    Mes bien chers tous,
    Nous sommes entrés hier dans les mers américaines. À midi, nous avons aperçu, éclatante sous le soleil, la première des îles Bahamas, celles que découvrit d'abord Christophe Colomb. Je dois dire que nous étions moins émus que lui, puisque nous prenions joyeusement un bain de mer ! À l'avant du bateau, un bassin est aménagé où pénètre et s'écoule sans cesse la bonne eau tiède. Et c'est très amusant, en plein Décembre, alors que vous vous calfeutrez dans les maisons, de prendre ici, en face de la Floride, des bains de mer deux et trois fois par jour ! J'ai décrit à Cécile [van den Bossche, d'Ostende, avec qui Léon Degrelle s'était fiancé en novembre 1928], qui vous communiquera ma lettre, les tempêtes effrayantes qui nous en ont fait voir de toutes les couleurs pendant la 1ère semaine dans l'Atlantique. Cela nous a valu, en plus d'impressions poétiques, lyriques et... parfois plus prosaïques, trois jours de retard, si bien que nous ne débarquerons que le 11 ou le 12 à Vera Cruz.

    Depuis les îles Açores, d'où je vous ai envoyé une lettre-télégramme, nous avons eu un temps magnifique. Soleil éblouissant, torride depuis quelques jours. Dans les flots, de gros dauphins qui dansent. Au fil de l'eau, des troupes argentées de poissons-volants. Des soirées chaudes, placardées d'étoiles, avec des clairs de lune qui blanchissent la mer.

    Et avec cela une santé splendide. On est d'ailleurs très bien nourri, quoique la cuisine allemande diffère parfois très fort de la nôtre. J'ai d'épatants compagnons de route avec lesquels le temps passe comme un éclair. Puis, il y a des concerts à bord, des visites de St Nicolas, des bals, une grande fête de travestis. Bref, impossible de s'ennuyer. Au contraire !

    Et puis une grande fraternité internationale. On est en rapport ici avec des représentants de tous les peuples d'Europe et je vous avoue que c'est bien formateur de vivre dans cette tour de Babel.

    LD Rio Panuco Passagers.jpgDemain, nous faisons escale à La Havane où j'irai passer quelques heures. Puis, trois jours après, le pied gaillard, je foulerai le sol mexicain, prêt à de nouvelles et magnifiques aventures.

    Ah ! Vraiment, je suis heureux d'avoir entrepris une pareille randonnée. Et mille fois encore, je vous remercie de m'y avoir aidé avec tant d'affection et de générosité. Ce sera dans ma jeunesse, le plus beau, le plus impérissable des souvenirs.

    Il fait à présent une chaleur formidable qui nous aplatit tous comme des omelettes ! Ce que cela ferait du bien à notre chère maman ! C'est ici, tout le long du pont, grands bains de soleil !

    J'ai une collection splendide de photos de bord qui vous amusera bien à mon retour. Cela fait un album très vivant.
    Je crois qu'il est prudent que, déjà, je vous souhaite... la nouvelle année ! En effet, c'est à peu près alors que ma lettre vous parviendra. Pour vous, mes bien chers papa et maman, je renouvelle tous les vœux que chaque jour et très tendrement je forme pour vous et confie au Bon Dieu. Vous êtes les plus chers exemples de dévouement, d'abnégation et d'amour. Il n'est point de souhaits assez ardents et assez complets que je puisse former pour mon cher papa et ma chère maman.

    Bonne année aussi à tous mes chers frère et sœurs ainsi qu'à leur descendance ! D'ailleurs, je rentrerai en janvier et serai à temps au pays encore pour dire à chacun à cette occasion tout ce que je lui souhaite particulièrement.

    Bien des choses de ma part aussi à tous les oncles, tantes, cousins, cousines et amis les meilleurs.

    Mais pour vous, mes bien chers tous, par delà les 8000 km qui déjà nous séparent, j'envoie les plus affectueux, les plus ardents, les plus... tropicaux baisers de votre grand explorateur.

    L.

     

     

    Juan Guerrero Zorrilla.png

    Juan Guerrero Zorrilla est surtout connu pour ses contes fantastiques et récits de science-fiction pour lesquels il reçut plusieurs récompenses littéraires de même que, tout récemment le 10 août 2023, l'hommage officiel de l'université de l'Etat mexicain de Tamaulipas.

     

     

    Cedade 1989.pngLe récit de sa rencontre avec Léon Degrelle que l'écrivain a confié à la revue Elbruz Altus Vexilum témoigne de ses profondes convictions nationales-socialistes puisque c'est pour participer à l'hommage rendu par le CEDADE (Cercle Espagnol Des Amis De l'Europe, ce blog, notamment, au 4 février 2017) à Adolf Hitler pour le centième anniversaire de sa naissance qu'il traversa l'Atlantique pour Madrid. Son témoignage est cependant fort restreint, essentiellement à cause de la vive émotion qui l'étreignit pendant cette soirée, mais aussi parce qu'il ne parlait ni le français, ni l'allemand qui furent surtout pratiqués à cette occasion. Extrayons-en ces précisions (nous retraduisons d'après l'original publié par l'Asociación Cultural Robert Brasillach : notons, au passage, qu'elles établissent à nouveau la capacité de Léon Degrelle de s'exprimer en allemand : ce blog, entre autres, au 26 mai 2022) :

    « Le restaurant, pas très grand, était plein : c'est là que se produisit la rencontre avec le Général Degrelle, l'homme le plus important que j'aie connu dans ma vie. [...] Puis la causerie a commencé. En fait, je n'ai pratiquement rien compris : il parla d'abord en français, puis en allemand ; mais j'étais en compagnie de bons camarades [...] et je m'assis à côté du seul Espagnol qui se trouvait là. »

     

    LD Madrid Christophersen+Tonningen 1989 04 20.jpgC'est dans un petit restaurant populaire de Madrid qu'en toute discrétion Léon Degrelle célébra, le 20 avril 1989, le centenaire d'Adolf Hitler en compagnie d'une petite trentaine d'amis européens qui eurent l'exceptionnelle bonne fortune de fêter cet événement en compagnie de celui que le Führer se fût choisi pour fils.

    À la droite de Léon Degrelle, on reconnaît l'Allemand Thies Christophersen (1918-1997), auteur en 1970 du fameux rapport Le mensonge d'Auschwitz, et Florentine Heubel (1914-2007) qui, épousant, le 21 décembre 1940, Meinoud Rost van Tonningen, le chef du Mouvement National-Socialiste de son pays (qui deviendra, peu de temps après, le président de la banque des Pays-Bas), fut la première Néerlandaise à se marier selon le cérémonial SS : sa bague runique de mariage qu'elle eut l'occasion de présenter au baise-main du Führer devint sa plus précieuse relique.

    À la gauche du Commandeur de la Sturmbrigade Wallonien, se trouve, en fin de banquette, l'Allemand Ewald Althans (né en 1966) promu alors par le Generalmajor Otto Ernst Remer à la direction des jeunes de son Deutsche Freiheitsbewegung (Mouvement allemand pour la Liberté). La 40e Correspondance du Cercle propose justement la première partie d'un entretien-témoignage du plus haut intérêt du Général Remer à propos des mensonges répandus sur la réalité du Front de l'Est : de quoi largement démonétiser les récentes tentatives injustifiées de criminalisation des Légionnaires wallons par le CEGESOMA (ce blog, entre autres, au 30 novembre 2019 et 11 mars 2022).

    Assis à gauche de Léon Degrelle, le Phalangiste Alberto Torresano (1934-2023) est probablement le « seul Espagnol qui se trouvait là » dont parle Juan Guerrero Zorrilla.

    C'est à lui, parfait francophone, que Léon Degrelle dédicaça cette photo historique, datée symboliquement du 20 avril 1989. Proche de Léon Degrelle, Alberto Torresano compta parmi les dernières personnes à pouvoir lui rendre visite à l'hôpital de Malaga où il devait décéder (ce blog au 5 août 2023).

     

    Paloma+Alberto Drève Lorraine.jpeg

    Alberto Torresano, en visite à Bruxelles en 1990 avec son épouse Paloma, tenait à voir la maison de Léon Degrelle, Drève de Lorraine, en lisière du Bois de la Cambre. La photo a été prise à l'arrière de la villa, devant la grille ouvrant sur l'étroite Drève du Caporal.


    Dans l'attachant ouvrage
    Léon Degrelle. Documents et Témoignages, publié en 2014 dans la collection des Cahiers d'Histoire du Nationalisme de Synthèse nationale sous la direction de Christophe Georgy, il signa un familier et sincère Léon mon Ami ! (ce blog au 22 janvier 2016).

    Alberto Torresano était connu dans tous les milieux nationalistes européens pour sa fidélité absolue au message politique et social de la Phalange historique et à la figure de José Antonio, son chef charismatique. Il était surtout apprécié par tous ceux qui l'ont connu et qui sont immanquablement devenus ses amis pour sa gentillesse envahissante, son humour bon enfant et son entregent tenace. Aussi est-ce avec émotion que nous avons appris, par l'In memoriam reconnaissant du Cercle des Amis de Léon Degrelle, son décès survenu le 14 septembre dernier, dans sa nonantième année. Un important dossier d'hommage a été publié par la Lettre des Amitiés Franco-Espagnoles n° 115, Automne 2023, du Cercle Franco-Hispanique (adhésion : 25 €. Ecrire à cfh.grimaldi@free.fr).

     

    Tout serait à présenter et commenter dans cette XXXXe Correspondance privée du Cercle des Amis de Léon Degrelle. Reprenons seulement pour conclure le communiqué du Dernier Carré expliquant comment la cessation de ses activités ne signifie nullement la disparition de l'idéal solaire qui inspira nos héroïques Anciens et justifia son existence.

     

    Cercle Dernier Carré.jpeg

     

    Cercle des Amis de Léon Degrelle, adhésion (30 ou 37 euros, selon que vous résidiez en France ou non) et renseignements sur les livres présentés : www.boutique-nationaliste.com.

     

    Adresse : Cercle des Amis de LD, BP 92733, 21027 Dijon Cedex, France.

    lesamisdeleon.degrelle@gmail.com

     

     

  • Prosit 2024 !

  • Les Degrelle d'Espagne: bon sang ne saurait mentir !

    bourgogne,communion carliste,pedro sanchez,amnistie,catalogne,ferraz,psoe,phalange,cara al sol,vierge,immaculée conception,onkelinx,escorial,jorge de la rosa degrelle,josé antonio de la rosa degrelle,vox,la sexta,el español,les âmes qui brûlent,gregorio marañonbourgogne,communion carliste,pedro sanchez,amnistie,catalogne,ferraz,psoe,phalange,cara al sol,vierge,immaculée conception,onkelinx,escorial,jorge de la rosa degrelle,josé antonio de la rosa degrelle,vox,la sexta,el español,les âmes qui brûlent,gregorio marañon

    Jorge de la Rosa :

    «Pour moi, l’œuvre de Léon Degrelle Les âmes qui brûlent est édifiante.»


    Jorge de la Rosa : « Gregorio Marañon estimait que cette œuvre aurait pu avoir le prix Nobel de littérature si son auteur avait choisi un autre bord. »
    Il est clair que les motifs d'ordre politique, si enrobés qu'ils nous paraissent dans la passion, les fumées et le sang des révolutions et des guerres, ne sont autre chose que des éléments circonstanciels. [...] Ces pages sont d'une beauté impossible à surpasser, vibrantes de pathétisme humain pleines d'espérance dans un monde uni et meilleur. (Gregorio Marañon, Prologue à Les âmes qui brûlent, pp. 248, 251)

    Jorge de la Rosa : « C'est le même sang qui court dans mes veines que celui de mes ancêtres [...] Il est clair que je ne renie rien car sans mon ascendance, je n'existerais pas. Eh bien oui, je suis l'arrière-petit-fils de Léon Degrelle. »
    Le sang d'avance a raison. On fait corps avec lui, comme si nos veines ne constituaient qu'un organisme et que la famille n'avait qu'un seul cœur, un cœur qui projette le même sang dans chacun d'entre nous et le rappelle de toutes parts au foyer vital. (Les âmes qui brûlent, p. 46)

    Jorge de la Rosa : « On ne peut pas dissocier la foi de la nature humaine. Je ne pense pas que ma foi fasse du tort à qui que ce soit. »
    Pour moi, Dieu c'est tout. [...] Ce qui compte, c'est d'arriver au cœur de l'homme, tendu naturellement vers le spirituel. [...] Je le répète à tous les jeunes de maintenant : [...] il n'y a pas d'obstacle pour celui qui a la foi, qui est brûlé par elle et qui brûlera les autres grâce à elle. (Persiste et signe, pp. 50, 54)

    Lœuvre factice [du plaisir des possessions] s'effondrera parce qu'elle est contraire aux lois mêmes du cœur et de Dieu. Lui seul donnait au monde son équilibre, orientait les passions, leur ouvrait les vannes du don complet et de l'amour authentique [...]. La vraie, la grande révolution à faire est là. Révolution spirituelle. (Les âmes qui brûlent, pp. 37-38)

     

    Jorge de la Rosa : « L'esprit avant le corps : c'est lui qui gagne ou qui capitule »
    Avant le corps, c'est l'esprit qui gagne ou qui capitule (Les âmes qui brûlent, p. 95)

     

    Depuis l'annonce du marchandage opéré par Pedro Sanchez avec les sécessionnistes catalans pour arracher la présidence du gouvernement espagnol, –l'amnistie contre leurs votes indispensables pour obtenir une courte majorité (179 voix contre 171)–, les patriotes ne décolèrent pas : chaque jour, ce sont des milliers d'Espagnols qui protestent, Calle de Ferraz à Madrid, devant le siège du parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE).

    Inutile de dire que les médias du politiquement correct s'emploient consciencieusement à essayer de discréditer ces manifestations : elles sont d'extrême-droite car le parti Vox (conservateur, eurosceptique) y participe ; elles sont fascistes car des jeunes de la Phalange osent y chanter le Cara al Sol, bras tendu ; elles sont même nazies car... l'arrière-petit-fils du Waffen-SS Léon Degrelle y brandit un portrait de la Vierge, l'Immaculée Conception, patronne d'Espagne (les souverains hispaniques furent, dès le XVIIe siècle, les premiers et ardents défenseurs de ce dogme).

     

    Manif Ferraz Falange 1.png

    « Amnistia No », « Pedro Sanchez, ¡ traidor ! », « ¡ A prisión ! »... Les manifestations contre le parti socialiste sont quotidiennes et rassemblent des dizaines de milliers de personnes à travers toute l'Espagne. Parmi les drapeaux patriotiques qui les accompagnent, il n'est pas rare de voir l'étendard blanc frappé des bâtons noueux rouges de Bourgogne : ce n'est pas l'emblème de la Légion Wallonie, mais celui de la Communion traditionaliste carliste.

     

    C'est un fouille-merde, journaleux spécialiste de la dénonciation politique, qui a reconnu le descendant du héros de Tcherkassy lors de la seizième protestation populaire et s'est empressé de l'identifier comme la menace antidémocratique planant sur le pays : « L'arrière-petit-fils de Léon Degrelle, membre de la SS pendant la IIe Guerre mondiale avec le rang de Standartenführer, est un des participants actifs à la mobilisation contre Ferraz » ! (réseau social X, 12 novembre).

     

    Maestre Jorge 12.11-vert.jpg

    Le 12 novembre, Jorge de la Rosa Degrelle est dénoncé pour être de la famille de Léon Degrelle. Le justicier reproduit son dangereux message : « Depuis vendredi passé, j'emporte avec moi la Patronne d'Espagne pour qu'elle nous donne la victoire et nous protège sous son manteau »

     

    Car tel père, tel arrière-petit-fils ! Quand on pense qu'on n'a jamais fait grief à la ministre socialiste belge Laurette Onkelinx d'être la petite-fille de son grand-père, bourgmestre nazi-compatible flamand pendant la Deuxième Guerre mondiale, et de sa grand-mère, tondue à la Libération. Il est vrai que, contrairement au fidèle et lumineux jeune Degrelle, Laurette la renégate eut tôt la bonne idée de se ranger opportunément du côté de l'assiette au beurre (ce blog aux 18 janvier 2016 et 6 juillet 2019)...


    Maestre Jorge b 14.11.2023.pngDeux jours après son scoop, l'écrivassier établissait irréfutablement la gravité du danger en dénonçant la présence de l'arrière-petit-fils « accompagné de son frère » sur les listes présentées par Vox à l'Escorial lors des élections législatives de 2019. Et de reproduire le Bulletin officiel de la liste de tous les candidats. On y voit effectivement que Jorge Luis de la Rosa Degrelle de Felipe –l'arrière-petit-fils de Léon Degrelle– est le cinquième candidat de Vox pour la municipalité madrilène d'El Escorial et que José Antonio de la Rosa Degrelle –fils de Godelieve (ce blog au 17 avril 2023) et donc petit-fils de Léon Degrelle– en est le dixième. Mais, comme nos lecteurs le savent depuis longtemps, ce dernier n'est pas le frère de Jorge, mais bien son père (ce blog au 15 décembre 2020). C'est dire le sérieux du travail d'enquête de ce « journaliste d'investigation » qui, aujourd'hui encore diffuse immuablement ses âneries à l'identique (précisons que Vox est devenu le troisième parti d'El Escorial, talonnant avec 22,64 % le PSOE et le Parti Populaire). Il est ainsi intervenu dans les débats de la chaîne inclusive La Sexta sur les manifestations anti-amnistie pour y dénoncer à nouveau, le 14 novembre dernier, la présence d' « un arrière-petit-fils du nazi Léon Degrelle » dans la rue Ferraz, de même que son appartenance au parti Vox...

    Tout ce raffut diffamatoire autour de la participation d'une seule personne à ces manifestions multitudinaires journalières valait bien un éclairage objectif et serein. Ce qu'a fait le site indépendant d'informations El Español, quotidien digital vivant grâce à un financement participatif, dont les journalistes sont essentiellement des dégoutés de journaux comme El País ou El Mundo et qui est, paraît-il, à l'origine de virulentes campagnes anti-corruption contre les gouvernements de droite ou de gauche (sans qu'il faille y voir de lien avec les croisades anti-banksters du Pays réel  de Léon Degrelle !).

    El Español Jorge 14.11-vert.jpg

    El Español du 14 novembre : « Jorge, l'arrière-petit-fils du nazi Léon Degrelle derrière la photo de la Vierge, à Ferraz : "C'est l'amour de l'Espagne qui me guide". Le jeune de 25 ans a été pointé pour son lien avec le collaborateur belge de Hitler. Il ne renie pas ses origines, mais dit qu'il n'a pas pu le connaître. »

     

    Ce journal attentif au sensationnel, mais quand même aussi à une information correcte de ses lecteurs a tout simplement interviewé le jeune Madrilène, Jorge de la Rosa Degrelle, sur les raisons de sa participation, depuis le premier jour, aux manifestations contre le pacte des socialistes avec les sécessionnistes catalans et sur l'influence que peut encore avoir sur lui la pensée et l'action de son arrière-grand-père, Léon Degrelle, celui qu'on ne présente plus que péjorativement comme « le collaborateur belge des nazis ».

    « Je comprends l'intérêt suscité par mon nom et le destin de mon arrière-grand-père, mais celui-ci est mort trois ans avant ma naissance. Bien sûr que je dois porter mon nom, mais ce qui me guide, c'est mon amour de l'Espagne et mon mépris pour ceux qui sont en train de démolir l’État de droit. Je me revendique juste comme un Espagnol. Je considère [les dénonciations contre moi] comme honteuses et bornées, mais la gauche est ainsi faite. Elle est dépourvue de toute humanité, empathie ou respect pour la personne qui pense autrement qu'elle. Et, dans mon cas, il n'est même pas question de mes idées, mais de mon sang ! Car pour elle, c'est le même sang qui court dans mes veines que celui de mes ancêtres et c'est là mon crime.

    Je suis animé par un profond patriotisme et je ne pouvais pas concevoir d'être ailleurs qu'ici. Ce qui est en jeu, ce n'est pas seulement la Constitution, mais l'Espagne en tant que nation. Sans Espagne, il ne peut y avoir tout le reste. On ne peut non plus concevoir l'Espagne sans la chrétienté. Et le message de l'Immaculée Conception est un message d'espoir : il insuffle patience, courage et foi. On ne peut pas dissocier la foi de l'hispanité et encore moins de la nature humaine. Je ne pense pas que ma foi ou mes idées fassent du tort à qui que ce soit.

    Twitter Jorge 12.11.2023 b.png

    Jorge de la Rosa Degrelle, le 12 novembre : « L'Immaculée continue à Ferraz de protéger son peuple de la trahison : que le destin nous trouve toujours forts et dignes ! »

     

    Il est clair que je ne renie rien car sans mon ascendance, je n'existerais pas. Eh bien oui, je suis l'arrière-petit-fils de Léon Degrelle. C'est ce que je suis et je ne peux pas être autre chose. Pour moi, son œuvre Les âmes qui brûlent est édifiante en ce qu'elle présente la chrétienté comme un lien fondamental qui unit et un pilier essentiel à la base de l'identité de l'Espagne et de l'Europe.

    Je pense qu'il est juste de rappeler la préface de Gregorio Marañon [1887-1960, écrivain et scientifique espagnol, membre de l'Académie royale d'Espagne, ce blog au 31 mars 2021] qui estimait que cette œuvre aurait pu avoir le prix Nobel de littérature si son auteur avait choisi un autre bord ou un autre moment pour décider de faire ce choix. Qui sait ce qu'il en aurait été de Léon Degrelle s'il avait encore attendu quelques années avant de lutter contre le communisme ?


    Mon seul but en acceptant de vous parler a été de donner de la visibilité aux mobilisations qui se déroulent à Ferraz et dans le reste de l'Espagne contre la trahison du PSOE. On ne peut pas étouffer à ce point l'Espagne sans que se produise de réaction, surtout si on nous empêche de manifester pacifiquement et qu'on arrête personnes âgées et familles parce qu'elles réclament justice. »

    Qu'ajouter à cette leçon de pur idéalisme ? N'illustre-t-elle pas à merveille le mot d'ordre de la Jeunesse Légionnaire, plus que jamais d'actualité car nécessaire et indispensable : « Dur et Pur » !

     

    Révolution des âmes !

     

    Twitter Jorge 13.11-vert.jpg

    Jorge de la Rosa Degrelle, le 13 novembre : « L'esprit avant le corps : c'est lui qui gagne ou qui capitule. »

    « C'est l'heure, le moment immortel au cours duquel la jeunesse espagnole se lance en rue dans le combat pour un rêve : ce rêve est, fut et sera l'Espagne. »

  • Léon Degrelle dans l'art de la médaille

    Les médaillons de Victor Demanet et

    Marc Colmant

     

    Si Léon Degrelle a été abondamment dessiné (par exemple, en pré-Tintin, par Albert Raty, ce blog au 1er février 2016), peint (notamment par un artiste flamand, ce blog au 13 avril 2022) et caricaturé, le plus souvent méchamment et calomnieusement, mais aussi de manière sympathique (toujours chez Jam ; avec rosserie lorsque, après-guerre, il deviendra Alidor ! ce blog, par exemple, aux 2 février 2017, 4 juin 2019, 26 mai 2022), il fut aussi célébré dans le marbre, le bronze ou le cuivre, et ce, par les meilleurs artistes belges.

    victor demanet,marc colmant,albert raty,jam,alidor,révolution des Âmes,godefroid de bouillon,saint arnould,henri de man,plan du travail,orec,jules boever,fernand degreef,ganshoren,le cercle du collectionneurFusain du grand peintre ardennais Albert Raty, en frontispice de Mon pays me fait mal, publié en 1927 par un Léon Degrelle de vingt ans, dont la houppette inspirera Hergé (ce blog, entre autres, au 23 janvier 2016). Charles, le frère d'Albert Raty, avait épousé Jeanne, la sœur aînée de Léon Degrelle, le 23 avril 1924.

    Nous évoquerons ici quelques plaquettes, médaillons ou médailles ornés de son profil, constituant autant d'œuvres d'art séduisantes et pittoresques.

     

    Victor Demanet

     

    La plus belle plaque murale est due, sans doute, au ciseau de Victor Demanet (1895-1964) montrant un Degrelle sûr de lui, au visage fermé dont le sourcil anguleux souligne la détermination. Ce bas-relief fut fidèlement sculpté, en 1936, d’après le célèbre cliché diffusé au milieu des années 30 sous la forme d’une carte postale à la signature imprimée. Elle faisait partie d’une série de portraits de Léon Degrelle, vendus au profit du fonds de propagande de Rex. Ces photographies avaient été réalisées par le Studio Max, situé sur le prestigieux (à l’époque) boulevard de Waterloo de Bruxelles, dans le haut de la ville (ce blog au 3 mai 2021).

     

    LD Studio Max-horz.jpg

     

    Rien dans les biographies disponibles de Victor Demanet ne signale de particulière sympathie pour Léon Degrelle et le rexisme.

    Si la Biographie Nationale (t. 43, suppl. XV, fasc. 1er, col. 287-292) souligne bien son « amour du peuple » s’exprimant particulièrement dans sa « sculpture dédiée au labeur ouvrier », elle se garde bien de le rapprocher de la constante exhortation de Léon Degrelle à la « Révolution des âmes » (ce blog au 12 octobre 2023). L’auteur prend d’ailleurs soin de préciser qu’aux côtés de « nos rois (principalement le roi Albert), nos reines, nos princes », l’activité sculpturale officielle de Victor Demanet honore plus spécialement… « nos résistants ». Tant il est vrai que le sculpteur namurois fournit, après-guerre, nombre de bronzes exaltant la brigade Piron, le général Patton ou différentes personnalités de la résistance et de l’antirexisme, tel, par exemple, François Bovesse,

    Force nous est néanmoins de constater qu’au temps de la lutte épique contre les « banksters », des grands rassemblements populaires de Léon Degrelle et des formidables succès électoraux rexistes, Demanet multiplia les portraits du chef de Rex, notamment cette belle médaille du jeune Léon Degrelle au col de chemise ouvert, en 1938. Disponible en différents formats –dont une épinglette–, elle présente au revers la reproduction du célèbre bas-relief « Vouloir » (aussi appelé « L’Effort »), sommé du texte « Rex vaincra » ou, dans la version néerlandaise, « Rex Ter Zege ».

     

    Médaille FR 1 A Demanet-horz.jpg

    Les médailles conçues par Victor Demanet pour exalter la figure de Léon Degrelle et l’action spirituelle et sociale de son mouvement Rex ont été commercialisées sous deux formats : 8,25 et 5,35 cm, gravées des deux côtés de la pièce. À l’avers, le profil de Léon Degrelle, col ouvert, à l’expression déterminée, est entouré (auréolé !) de son nom : à gauche « LEON » précédé du monogramme de Victor Demanet ; à droite « DEGRELLE ». Le revers s’orne de la reproduction de « L’Effort » ou « Vouloir », sujet ayant servi de support à de nombreuses médailles commémoratives professionnelles ; au-dessus, la devise « REX VAINCRA » ; au-dessous, l’emblème de Rex en couronne du Christ-Roi, imaginé par Richard Krack (ce blog au 12 novembre 2020). Cette médaille existe également sous forme d'insigne à piquer au revers de son veston ou de broche pour le vêtement (2,25 cm de diamètre) dont l’arrière, aveugle, est muni d’une attache sous forme d’épingle verticale ou d’épingle à fermoir de sécurité.

     

    Peut-être est-ce d’ailleurs à cette proximité avec Léon Degrelle que le sculpteur dut la commande pour la ville de Bouillon (dont le père du tribun, le brasseur Edouard Degrelle, était conseiller communal, constamment réélu depuis 1904, en même temps d’ailleurs que conseiller provincial de Luxembourg) de deux statues emblématiques de la ville, Godefroid de Bouillon et Saint Arnould.

    L’initiative en revient à l’éphémère et inefficace Office de Redressement économique (OREC, un organisme imaginé par Henri De Man dans le cadre de son Plan du Travail et mis en place en avril 1935 pour stimuler un programme de travaux publics et de résorption du chômage : il disparut dès 1938), mais ce sont des mécènes, associés à l’Administration des Ponts et Chaussées, qui en assurèrent le financement. Prononçant le discours inaugural à la cérémonie de remise des statues à la ville de Bouillon, le représentant du gouvernement justifia le choix historique et artistique des nouveaux ornements du Pont de Liège, concluant : « À l’ombre du vieux château, ces statues de Godefroid de Bouillon et de Saint Arnould rappelleront qu’ici, l’on a toujours le culte de la patrie et de la grandeur nationale. »

    Av. Lxbg 28.06.1939.pngPeu après la réalisation des portraits de Léon Degrelle, Victor Demanet sculptera deux statues monumentales pour la ville natale de son modèle : Saint Arnould et Godefroid de Bouillon. Leur inauguration, le 25 juin 1939, fut l’occasion d’une cérémonie grandiose, associant les représentants de la Cour royale et du Gouvernement aux notables locaux. L’Avenir du Luxembourg, le grand quotidien catholique de la province (dont le grand-père maternel de Léon Degrelle, le Dr Jules Boever, fut l’un des fondateurs), en fit un compte rendu détaillé (« Pour honorer deux de ses illustres enfants, Bouillon a vécu des heures inoubliables »), mais en confondant les deux sculptures: la photo de première page ne reproduit pas le monument de Saint Arnould, mais celui de Godefroid de Bouillon !...


    P
    lacés de part et d’autre de l’accès au Pont de Liège du côté de la place Saint-Arnould, sur la même rive que la maison familiale des Degrelle, les deux monuments en pierre du pays de Gaume, entendaient immortaliser les principaux ducs de Bouillon, Saint Arnould, –premier de la lignée et patron des brasseurs–, et Godefroid de Bouillon, chef de la Première Croisade, avoué du Saint-Sépulcre et modèle inspirant de Léon Degrelle.

     

    victor demanet,marc colmant,albert raty,jam,alidor,révolution des Âmes,godefroid de bouillon,saint arnould,henri de man,plan du travail,orec,jules boever,fernand degreef,ganshoren,le cercle du collectionneur

    Dix mois après leur inauguration, les statues de Victor Demanet échappèrent miraculeusement à la destruction lorsque les artificiers du 295e régiment d’infanterie de l’armée française firent sauter, au soir du 11 mai 1940, les ponts de Bouillon sur la Semois, tout en bombardant les quartiers populaires situés en bordure de la rivière (les documents mis aujourd’hui à la disposition des touristes laissent entendre mensongèrement que la dévastation de la ville fut l’œuvre des Allemands. Ainsi du site Connaître la Wallonie qui écrit sans sourciller : « lors de l’invasion allemande de mai 1940, aucune chance n’est laissée au Pont de Liège. Le bombardement épargne miraculeusement les deux statues » !). Les ouvrages d’art furent rapidement réparés par le génie allemand, installant sur le pont de Liège une passerelle permettant le passage des piétons, assurant ailleurs la traversée pour le charroi le plus lourd (ce blog au 15 juin 2021).

    Saint Arnould 1940.pngPhoto prise peu après la prise de Bouillon par les Allemands en mai 1940. Une autochenille allemande Sd. Kfz. 10 (Sonderkraftfahrzeug 10) est stationnée à l'entrée du pont de Liège, près de la statue intacte de Saint Arnould.

     

    Les statues ne furent que peu abîmées : la photo de 1940 (ci-contre) montre en effet un Saint Arnould intact alors que celles de 1941 (ouvrant et fermant cette digression) le montrent, neuf mois plus tard, décapité, Godefroid demeurant entier. Certains n’ont pas manqué de voir dans cette mutilation une menace voilée contre le brasseur Edouard Degrelle via son saint patron…

     

    Après la guerre, les œuvres d’art restaurées ne furent néanmoins pas autorisées à rejoindre le lieu pour lequel elles avaient été conçues : punition pour la supposée (et dès lors coupable) proximité degrellienne de leur concepteur ?

     

    Godefroid fut le mieux traité, placé à la fin du sentier pédestre menant à l’entrée de son château. Saint Arnould, quant à lui, a été relégué tout au bout du quai de la Tannerie, en surplomb de la Semois, loin de toute habitation et dissimulé par l’abondante végétation, ce qui a grandement facilité une nouvelle décapitation par d’imbéciles vandales en juin 2020.

    victor demanet,marc colmant,albert raty,jam,alidor,révolution des Âmes,godefroid de bouillon,saint arnould,henri de man,plan du travail,orec,jules boever,fernand degreef,ganshoren,le cercle du collectionneur

    (Les photos ouvrant et fermant ce texte ont été prises le 6 février 1941 par le Service photographique de Ministère des Travaux publics de Belgique et sont conservées aux Archives générales du Royaume).

     

     

    Marc Colmant

     

    Le sculpteur bruxellois Marc Colmant (1898-1962) est un artiste moins connu que Victor Demanet, ne bénéficiant pas de notice dans la Biographie Nationale, ni même d’une référence sur « Wikipedia ».

    IMG_20231107_123824.jpgC’est dire que nous n’avons guère de renseignements sur lui, sinon qu’il réalisa de belles statuettes dans le style romantique qui connaissent toujours le succès dans les ventes d'art contemporaines ainsi que des médaillons pour quelques tombes de notables, notamment celle du bourgmestre de Ganshoren, Jan Frans (Fernand) Degreef, mort en 1928 (photo ci-contre).

     

     

    Colmant Faune.jpg« Marc Colmant est un sculpteur qui, à en juger par ce qu'il expose, aime à travailler en petites dimensions. La plupart du temps, cela lui réussit très bien. Il y a dans Faune à la Sarbacane [...] un mouvement, une élégance nerveuse du meilleur aloi. » (Le Nouveau Journal, 26 novembre 1943).

     

    Ce n’est pourtant pas par hasard que Marc Colmant réalisa une médaille en l’honneur de Léon Degrelle : il était lui-même militant rexiste et même troisième candidat de la liste de Rex aux élections communales du 16 octobre 1938 à Ganshoren, la commune du nord de l'agglomération bruxelloise où il habitait. Il ne sera malheureusement pas élu.

    Médaille LD Marc Colmant.png

     

    Le médaillon proposé par Marc Colmant (diam. 14 cm) est, tout comme le bas-relief de Victor Demanet, inspiré de la photographie du Studio Max. Mais il n'est pas traité à la manière de Demanet que nous pourrions qualifier d' « hyperréaliste ». Si les accentuations de relief et l'arrondi de la tête mettent sa jeunesse en évidence, ils confèrent aussi à Léon Degrelle une expression plus introspective, soulignée par sa moue mi-amusée, mi-dubitative et des sourcils interrogateurs. Un portrait du jeune chef tout au service du destin de renaissance spirituelle du peuple qu'il s'est assigné, autrement dit, la « révolution des âmes » (ce blog, entre autres, au 31 mars 2020).

    Pour l'artiste, qui signe fièrement son œuvre, aucun besoin de nommer le portrait de celui qui s'est rendu célèbre en chassant les banksters de la cité, à l'instar de Celui qui chassa les marchands du Temple. Seul compte le mot d'ordre : REX VAINCRA.

    À l'évidence, l’œuvre d'un artiste qui connaît son modèle de près et apprécie sa joie de vivre et son humanité curieuse et attentive.

    Après la guerre, il semble bien que Marc Colmant eut à souffrir d'une définitive damnatio memoriae car nous n'avons plus trouvé trace d'aucune exposition accueillant ses œuvres, ni d'aucune critique les commentant. Même sa tombe a subi cette loi inique de l'effacement en disparaissant du cimetière communal de Ganshoren.

    Colmant Tombe Ganshoren.jpg

    Marc Colmant est mort en 1962 à l'âge de 64 ans seulement. Il reposait dans le caveau de ses parents qu'il avait aménagé dans l'ancien cimetière de Ganshoren. Malgré sa valeur aussi bien historique que patrimoniale, sa tombe a été rasée peu avant l'ouverture du Nouveau Cimetière en 1976. Voici l'endroit où se trouvait le monument funéraire, dans la seconde allée, à l'emplacement numéro 68...

     

    Toutes les œuvres ici décrites sont disponibles sur le site Le Cercle du Collectionneur.