Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

légion wallonie

  • Léon Degrelle, repoussoir des nationalistes flamands ?

    Si vous vous intéressez à toute cette agitation sur le « réchauffement climatique » et les imprécations de nos adolescents en rupture d’école, peut-être aurez-vous suivi dans la presse les avatars de la Thunberg belge, la « trans-n’importe-quoi » Anuna De Wever, prise à partie au festival Pukkelpop (rock, pop, electro…) alors qu’elle voulait conscientiser les festivaliers à son obsession climatique.

    pukkelpop-banner.jpg

    Les jeunes qui étaient venus écouter des groupes tels que Gestapo Knallmuzik (ça ne s’invente pas !) l’avaient éjectée bruyamment du podium car, eux, ils avaient payé cher et vilain pour s’enivrer de leurs rythmes hypnotiques.

     

    Face à un tel affront, la pythie du changement climatique a immédiatement dénoncé ses empêcheurs de sauver la planète : il ne pouvait s’agir que de néo-nazis ! D’ailleurs, elle affirma avoir bien vu que ses « agresseurs » brandissaient des drapeaux flamingants, c’est-à-dire des drapeaux au lion entièrement noir, sans langue ni griffes rouges !

     

    « Faux ! » a affirmé son (du coup) ex-amie cofondatrice de Youth for Climate, Kira Gantois, qui, elle, n’a rien vu de tel et a tenu à dire la vérité. Mais cela n'a quand même pas suffi pour empêcher les organisateurs du Pukkelpop d'interdire la présence de ce drapeau « qui était celui de la collaboration » !

     

    Le sang des nationalistes flamands n’a bien sûr fait qu’un tour, car ce drapeau est bien antérieur à la Seconde Guerre mondiale. En effet, le mouvement flamand –et son drapeau– est lié aux origines mêmes de la Belgique de 1830, en réaction à la francisation forcée de la Flandre par l’état unilingue francophone. Ses premiers hérauts furent le poète Albrecht Rodenbach, l’écrivain Hendrik Conscience, auteur du roman Le Lion des Flandres, et l’abbé Hugo Verriest, inspirateur du mouvement des étudiants nationalistes Blauwvoet (le balbuzard, épervier de mer aux pattes bleues).

     

    Vlaamse Leeuw.jpg

    Vlaamse Leeuw officiel.jpg

     

    Du coup, les jeunes du Vlaams Belang n’ont pas manqué de se faire un bon coup de pub en distribuant des centaines de ces drapeaux nationalistes aux festivaliers.

     

    L’hebdomadaire ‘t Pallieterke, quant à lui, a judicieusement fait remarquer que si le drapeau flamand avait bien été brandi par le Vlaamsch Nationaal Verbond de Staf Declercq, le drapeau belge, lui, l’avait été par Léon Degrelle et la Légion Wallonie, sans que cela ait jamais ému quiconque. Et pourtant il fut, tout autant que le Lion flamand, effectivement utilisé par des «collaborateurs»…

     

    Pallieterke Vlag 2.jpegVoilà qui est bien vu, mais il y a la façon de le dire. Et la manière d’exprimer cette évidence est plutôt offensante, jugez-en : « Que Léon Degrelle et ses légionnaires wallons se soient promenés avec les trois couleurs belges sur leur manche, ça, ce n’est qu’un détail oublié de l’histoire de la collaboration. »

     

    Le rédacteur en chef Karl Van Camp eût pu écrire « Que Léon Degrelle et ses légionnaires wallons aient arboré [ou « aient combattu avec »] les trois couleurs belges sur leur manche… », mais non, pour lui, ils se sont promenés, tout à leur exhibition de ces couleurs abhorrées…

     

    En définitive donc, les Wallons du Front de l’Est et leur Chef Léon Degrelle n’ont effectué qu’une promenade de santé chez les Allemands en croisade avec tous les autres peuples européens contre le bolchevisme. Une espèce de figuration sans importance, histoire de bien montrer leurs manches tricolores...

     

    Cette évocation dépréciative de Léon Degrelle se trouve dans l’article Même les couleurs du drapeau ont été définies par les Wallons (‘t Pallieterke, 22 août 2019, p. 1) où le rédacteur en chef raconte ensuite : « Lorsqu’en 1973, il fallut choisir un drapeau pour la Flandre, il y eut un veto du PSB (les socialistes francophones) pour que le drapeau au lion (sans griffes rouges) soit reconnu comme drapeau officiel. Trop lié à la Volksunie [les nationalistes flamands de l’époque] et, plus encore, trop lié à la collaboration. Il fallut donc trouver un compromis : un Lion flamand aux ongles laqués de rouge. On présenta bien l’une ou l’autre explication héraldique, mais je ne peux pas me souvenir qu’il y eut un seul nationaliste flamand pour réagir avec enthousiasme lorsque ce drapeau officiel fut présenté. Mais retenez bien ceci : ce furent les Wallons qui précisèrent à quoi devait ressembler le drapeau au lion flamand. Même ça, il ne nous a pas été permis de le choisir. »

     

    C’est dire que, pour l’hebdomadaire de l’obsession linguistique flamande se complaisant de manière déconcertante dans une éternelle victimisation, tous les Wallons sont à mettre dans le même sac, héroïques volontaires du combat contre le bolchevisme ou profiteurs du parti socialiste prévaricateur. Ce ne sont de toute façon que des Wallons, ces espèces d’ennemis héréditaires qui ne font rien que de jouer des mauvais tours aux Flamands, allant même jusqu’à épouser leurs garçons et leurs filles, si on en juge par le patronyme de nombre de nos politiques, par exemple socialistes: De Paepe, Vandervelde, Volders, De Man, Wauters, Spaak, Cools, Spitaels, Van Cauwenberghe, Daerden, Vervoort, Onkelinx, Demeyer, Uyttendaele, Degroeve, Booremans, Eerdekens, Thielemans, Close, Ghyssels, etc., etc. C’est à se demander si les méchants du veto de 1973 étaient si Wallons que ça…

     

    't pallieterke,karl van camp,anuna de wever,changement climatique,kira gantois,vlaamse leeuw,drapeau flamand,légion wallonie,wallons flamands,socialistes wallons,wapenboek gelreSans vouloir nous mêler de ce qui ne nous regarde pas, nous ne pouvons néanmoins pas nous empêcher de penser que les Flamands n’étaient quand même pas obligés de danser comme les Wallons (ou prétendus tels) sifflaient (surtout s’ils étaient socialistes) !

     

    De même évacuer sans autre forme de procès les justifications héraldiques paraît également cavalier : une balade sur internet permet de voir que le lion avec pattes «manucurées» provient de la première représentation du Vlaamse Leeuw dans le Wapenboek Gelre (« Armorial de Gelre ») datant du XIVe ou XVe siècle…

     

    De toute façon, n’est-il pas toujours loisible aux Flamands, maintenant que la Belgique ressemble de plus en plus à l’état confédéral imaginé par Léon Degrelle et Staf Declercq (voir le blog « Dernier Carré Weltanschauung » aux 8 juillet 2016 sv. et 13 août 2016 sv.), de déterminer souverainement quel doit être leur emblème sans que quelque étranger (surtout pas Wallon) n’intervienne ?

     

    Quant aux trois couleurs belges arborées sur la manche des Volontaires wallons, on sait que leur présence tient au fait que Léon Degrelle avait espéré conduire une légion englobant Flamands et Wallons au Front de l’Est. Mais le drapeau officiel de la Légion était bien un étendard à croix de Saint-André rouge formée par les bâtons noueux de Bourgogne : il fut remis à ses hommes par Léon Degrelle lors de l’inauguration de la Légion au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, le 8 août 1941 (voir ce blog au 31 juillet 2017). Les Wallons du Front de l’Est se firent également appeler «Bourguignons», le projet degrellien de nouvelle Bourgogne ayant rapidement reçu l’aval du Führer Adolf Hitler lui-même (voir ce blog au 28 juin 2017).

     

    LD drapeau2.jpeg

     

    Avouons, pour terminer, qu’au moment où tous les peuples européens sont confrontés à la menace du grand remplacement par le débarquement sans fin de hordes de migrants ainsi que –surtout !– par la prolificité exponentielle des allochtones, ce genre de récriminations recuites finit par lasser…

  • Fête du Printemps du « Dernier Carré »

    Comme chaque année, notre association a rassemblé ses amis pour sa traditionnelle « Fête du Printemps ». C’était le 23 mars dernier. L’occasion de dresser un bilan de notre action, mais surtout d’appeler à la vigilance, à la fidélité et à l’opiniâtreté : si nos Anciens ont progressivement disparu, cela ne veut pas dire que leur combat soit devenu sans objet. Il est au contraire plus d’actualité que jamais. La démonstration par le discours de notre secrétaire générale.

     

    Les années passent et les rangs des Anciens s’éclaircissent : pratiquement tous les Volontaires de la Légion Wallonie engagés pour le Nouvel Ordre Européen ont désormais rejoint la Grande Armée des Héros de la Croisade antibolchevique.

    Cela veut-il dire que leur idéal social et national a disparu ?

     

    IMG_6270.JPGCertes non, car leur exemple nous est plus que jamais précieux, à nous qui, convaincus par leur cause et séduits par leur combat héroïque, avons choisi de les rejoindre et de les défendre, aujourd’hui qu’ils ne sont plus là et ne peuvent plus le faire.

     

    Quel autre engagement pourrions-nous prendre en effet pour le futur de nos patries, aujourd’hui que l’Union européenne technocratique et mondialiste a réussi à priver nos différentes nations de leurs prérogatives naturelles; aujourd’hui que les banksters ont affermi la dictature de l’usure cosmopolite; aujourd’hui que nos frontières doivent s’ouvrir aux invasions migratoires de toutes provenances sous prétexte de combler un déficit des naissances entretenu par la généralisation criminelle de l’avortement…

     

    Alors oui, la célébration de nos patries, telle que chantée par Léon Degrelle dans La Chanson Ardennaise, nous est précieuse pour renouer avec nos coutumes, nos traditions, nos langues, notre patrimoine…

     

    Alors oui, la préservation de nos identités par la récupération de notre souveraineté, la fierté de notre histoire et le contrôle de nos frontières pour empêcher le « grand remplacement » est d’une urgence toujours plus évidente, tout comme le fut la croisade de nos héros du Front de l’Est.

     

    fête du printemps,dernier carré,légion wallonie,gilets jaunesAlors oui, la lutte sans merci lancée, –alors déjà par le Rexisme–, contre la finance anonyme, les politiciens corrompus, les banksters du capitalisme apatride nous apparaît définitivement indispensable pour rendre au citoyen appauvri et asservi les moyens élémentaires d’une existence digne.

     

    Voilà pourquoi le mouvement des « Gilets jaunes » qui, en France, ne faiblit pas mais existe encore aussi chez nous, nous apparaît tellement important.

     

    C’est le sursaut des petites gens qui n’en peuvent plus d’être écrasés de taxes et d’impôts au profit des parasites importés et des parasites au pouvoir.

     

    C’est le réveil du Pays réel contre le pays soi-disant légal, contre ceux qui ont usurpé leur situation en trahissant le mandat reçu de leurs électeurs et en se laissant corrompre par le pouvoir et l’argent.

     

    fête du printemps,dernier carré,légion wallonie,gilets jaunes

     

    C’est la révolte des autochtones, des « indigènes » cantonnés dans le mépris d’autorités qui ne leur reconnaissent d’existence que dans la mesure où ils paient impôts et taxes destinés à financer leur propre dilution au sein des allochtones appelés à les remplacer.

     

    Aujourd’hui, le mépris de ces pseudo-élites se fait encore plus écrasant par la criminalisation du mouvement de revendication sociale des Gilets jaunes : plus que jamais, ces derniers sont désignés comme les parias de la société, responsables de tous les débordements et violences, pourtant bien identifiées comme orchestrées et encadrées par l’appareil d’Etat. Où sont d’ailleurs les morts, les blessés, les éborgnés, les mains arrachées ?

     

    Pire même, puisqu’il s’agit du péché absolu pour lequel il n’existe aucune rémission, les Gilets jaunes sont aujourd’hui accusés –non : ils sont coupables– d’être fondamentalement antisémites. C’est Bernard-Henri Lévy (un philosophe, paraît-il) qui a lancé la curée : « Puisse cette scène hallucinante [de la prise à partie d’Alain Finkieldraut] pulvériser les derniers restes de l’impunité médiatique dont jouissaient les Gilets jaunes » !

     

    De tels mensonges scandaleusement répugnants, uniquement destinés à maintenir l’ordre établi en place, c’est-à-dire celui de la paupérisation des classes moyennes et du renforcement d’une oligarchie arrogante, ne peuvent que renforcer la détermination de ceux qui essayaient seulement de demander justice et qui se voient écrabouillés par le pouvoir.

     

    Arrivés à un tel degré de persécution, il ne reste sans doute aux Gilets jaunes qu’à durcir le mouvement.

     

    Fête du Printemps, dernier carré, légion wallonie, gilets jaunes

     

    Jusqu’à l’insurrection ? Pourquoi pas puisque la révolte des peuples opprimés est dans l’ordre naturel depuis la plus haute antiquité.

     

    Athènes et Rome reconnaissaient le tyrannicide comme le modèle du dévouement civique. Tout comme l’Eglise catholique a théorisé, dès le Moyen Âge, le principe de la « guerre juste » qui justifia, entre autres, la révolte des Cristeros mexicains contre leur gouvernement oppresseur : Léon Degrelle en fut d’ailleurs chez nous l’un des premiers porte-drapeaux puisque c’est en leur honneur et celui de leur cri de ralliement « Vivat Christus Rex » qu’est né le rexisme.

     

    Nous espérons sincèrement que le mouvement des Gilets jaunes parviendra à rétablir une société plaçant l’intérêt de ses citoyens au centre des préoccupations politiques, économiques et sociales. Car c’est déjà ce que voulurent réaliser nos Anciens par leur engagement vital au Front de l’Est.

     

    Contrairement à ce que tous les prétendus historiens à la De Bruyne et à la Balace affirment aujourd’hui, ce n’est pas par antisémitisme, bêtise, appât du gain, désir de promotion sociale ou nationalisme dévoyé que les jeunes Wallons –à l’instar de toute la jeunesse européenne– se sont engagés aux côtés des Allemands sur le front antibolchevique. Mais c’était pour protéger l’Europe des appétits de Staline et, surtout, pour reconstruire une Europe authentiquement sociale, organisée autour de ses composantes naturelles que sont la famille, la profession et la nation, où la valeur essentielle eût été le travail et non la finance apatride, où le sens des responsabilités aurait été exalté au service de la communauté nationale, permettant à chacun de trouver sa juste place.

     

    C’est à leur exemple que les Gilets jaunes devraient être attentifs pour donner un sens et du contenu à leur action. Et surtout, qu’ils ne se contentent pas de quelques promesses de réformes sociales ou de timides avancées économiques. Qu’ils ne cessent pas de se remettre en question. De la même façon que notre cher Fernand Kaisergruber –dont nous commémorons déjà le premier anniversaire de la disparition– avait prévu ce que devait être l’attitude politique permanente des Légionnaires du Front de l’Est après la victoire :

    « Je puis aussi vous affirmer autre chose –et pour les gens d’action que nous étions, ce ne sont pas de vaines paroles. Si l’ordre établi après la victoire de nos armes n’eût pas été conforme à ce que nous avions voulu, qu’il n’eût pas été à la mesure des sacrifices consentis, nous eussions été assez résolus pour le faire savoir et à réagir avec autant de détermination que nous avions mis à combattre pour lui ! »

     

    fête du printemps,dernier carré,légion wallonie,gilets jaunes

     

    En l’honneur de Fernand,

    En l’honneur de Léon Degrelle dont nous commémorons cette année le 25e anniversaire de la disparition,

    En l’honneur des quelque 2500 Légionnaires qui offrirent leur vie pour nous au Front de l’Est,

    Et en l’honneur de tous les Anciens, leur famille et leurs amis qui ont, depuis, rejoint leur Grande Armée,

    nous allons chanter ensemble l’hymne aux camarades disparus, « Ich hatte einen Kameraden » et ensuite le chant de fidélité « Wenn alle untreu werden ».

     

  • Fernand Kaisergruber, l’honnête homme,…

    … face aux historiens malhonnêtes (Eddy De Bruyne et Francis Balace)

     

    Voilà déjà un an que nous a quittés Fernand Kaisergruber fondateur de notre association « Dernier Carré », rassemblant « la Communauté des Anciens du Front de l’Est (Légion Wallonie), de leurs familles et de leurs amis » dans le but « d’aider matériellement et moralement les Anciens et leurs veuves »…

     

    Kaisergruber%2c Fernand (mit Zigarette).jpgVeillant toujours scrupuleusement à honorer la raison d’être originelle de son association, Fernand fut ainsi pratiquement le dernier à quitter le « Dernier Carré » des glorieux Volontaires de la Croisade antibolchevique, des derniers Légionnaires à s’être sacrifiés pour sauver les valeurs de notre civilisation et jeter les bases d’une Europe nouvelle fondée sur la justice sociale, la solidarité communautaire, la mise hors-la-loi de la finance apatride et la reconnaissance du travail comme principe moteur de l’économie.

     

    Aujourd’hui donc, s’il n’est plus question d’aide matérielle aux Anciens, il nous reste cependant la mission « d’entretenir la flamme de leur idéal auprès des jeunes générations », la raison d’être de notre blog, qui, selon la volonté de Fernand, n’existe que pour tordre le cou aux mensonges et calembredaines répétées par tous les pseudo-historiens trop paresseux pour examiner objectivement les sources historiques, ou trop lâches pour mettre en péril leur gagne-pain soumis au politiquement correct.

     

    En ce jour anniversaire de la disparition du toujours scrupuleux Fernand Kaisergruber, nous ne pouvions mieux illustrer son honnêteté foncière qu’en donnant à lire le courrier qu’il envoya à l’ « historien » Eddy De Bruyne, à l’occasion de la sortie de son méchant livre Les Wallons meurent à l’Est (1991), qui deviendra encore plus méchant sous le titre Léon Degrelle et la Légion Wallonie, la fin d’une légende (2013)…

     

    On y voit un Fernand s’efforçant de croire encore à la bonne foi d’un De Bruyne dont, en septembre 1986, il avait apprécié une monographie sur le recrutement d’étrangers (surtout russes) à la Légion Wallonie, tout en soulignant ses énormes a priori défigurant complètement la réalité de la vie des Wallons au Front de l’Est.

    Capture-horz.jpg

    Par contre, Fernand condamne sans ambiguïté la préface du néfaste Francis Balace, dont il ne s’explique pas la présence dans ce livre. Alors qu’elle aurait dû lui fournir l’explication lumineuse du parti-pris antidegrellien de De Bruyne (à propos des « préfaces » de Balace, cette « crapuleuse besace », voir ce blog aux 30 juin 2016 et 23 mars 2017) !

     

     

    Lire la suite

  • La « collaboration » qui hante le SoirMag

     

    La sombre lumineuse histoire des SS wallons !

     

    Nous remercions vivement notre fidèle correspondant Thibaut B. de nous avoir fait parvenir cet article du SoirMag, l’hebdomadaire belge de l’info TV (n° 4521, semaine du 16 au 22 février 2019), spécialisé dans la rectification des « Fake News » (voir ce blog au 28 novembre 2018) : c’est sous le fake titre La sombre histoire des SS wallons qu’est paru cet article, que nous corrigeons donc ici.

     

    SoirMag.jpgSa page de couverture associait rien moins que « Majesté » Mathilde (comme elle exige qu’on l’appelle), Léon Degrelle en majesté sur les marches de la Bourse lors du défilé historique de la Légion Wallonie à Bruxelles, le 1er avril 1944, et « les ours et les loups », les animaux sauvages parmi les plus majestueux d’Europe, l’ours symbolisant Berlin, capitale de la nouvelle Europe, et le loup, Wolf, choisi comme emblème par le Führer Adolf Hitler (vous aurez vite identifié l’intruse dans cette association de majestés) !

     

    Le prétexte de cette publication destinée à forcer le « succès de librairie » ? La réédition, aux éditions BelgOBelge sous le titre SS Wallons. Témoignages et récits (19,9€), du livre que Daniel-Charles Luytens avait publié en 2010 aux Editions Jourdan SS Wallons. Témoignages. Récits de la 28e division SS de grenadiers volontaires Wallonie

     

    Décédé le 8 mai de l’année dernière, l’auteur Daniel-Charles Luytens était un chroniqueur populaire dans la veine d’un Jo Gérard. Sa soif de « scoop » pouvait parfois sembler puérile (Les fils cachés de Hitler, Les plus étonnantes histoires du IIIe Reich,…), mais elle permettait quand même à son lecteur de disposer, à chaque fois, de textes originaux et inédits. Avec ce recueil de « témoignages et récits », il eut le mérite insigne de produire enfin pour le grand public les témoignages authentiques de Volontaires du Front de l’Est. Et ce, sans prétendue contextualisation ni mise en perspective politiquement correcte.

     

    Rien que pour cela, ce livre accessible dans toutes les librairies (ce qui est loin d’être le cas des ouvrages écrits par quelque Légionnaire que ce soit –voir en fin d’article– et certainement pas par Léon Degrelle !) mérite notre reconnaissance et, surtout, la recommandation de le diffuser le plus largement possible.

     

    C’est un certain Pierre de Vuyst qui signe le compte rendu de cette réédition pour le SoirMag : « il peut écrire à peu près sur tout et parfois n’importe quoi » précise sa « Bio express » sur le site du Soir ! Et pourtant, il commence si bien son compte rendu que nous ne résistons pas au plaisir d’en citer toute l’introduction :

    « L’épisode le plus troublant de cette collaboration est sans doute celui des SS wallons. Qu’est ce qui a bien pu amener des hommes francophones à servir volontairement dans les rangs de l’envahisseur nazi dont ils ne parlaient pas la langue, pour aller combattre les Russes sur le front de l’Est ? Constituée en juillet 1941, la Légion Wallonie rassemble des volontaires recrutés par le mouvement politique Rex. Dès novembre 1941, forte de 1.000 hommes, la légion est active dans le secteur sud du front de l’Est, combat sur le Donetz en mai 1942. En juin 1943, elle intègre la Waffen SS sous le nom de SS-Sturmbrigade « Wallonien », soit la Brigade d’Assaut SS Wallonie. Jusqu’en février 1944, les SS wallons combattent en Ukraine, en particulier à Tcherkassy où la brigade se distingue, mais est littéralement décimée. Dotée de nouvelles recrues dénichées notamment au sein des Jeunesses rexistes, elle se bat ensuite en Estonie, devient la 28e SS Panzer Grenadier Division (28. SS Pz Gren Div) en décembre 1944 et se bat en Poméranie. De février à avril 1945, elle participe aux combats de Stargard, Stettin et Altdam. Le 3 mai 1945, elle capitule dans la région de Schwerin. Au total, quelque 2.500 de ses combattants ont perdu la vie quelque part entre le Caucase et la Baltique. »

    Lire la suite

  • Honneur et Fidélité : Adieu à Fernand Kaisergruber

    C'est sous un crachin au diapason de notre désolation qu'ont été célébrées, ce jeudi 22 mars, au cimetière d'Uccle, les funérailles de Fernand Kaisergruber.

    Quelque cent cinquante personnes étaient présentes pour accompagner la famille et lui rendre un peu de l'amitié que nous prodigua sans jamais compter Fernand.

     

    Des témoignages lus avec émotion par sa fille cadette et ses petits-enfants, nous retiendrons surtout la bienveillance et la compréhension qui caractérisaient son amour pour chacun des siens, de même que son souci de les encourager toujours à épanouir leur véritable personnalité dans le souci du bien et du beau. Pour une vie accomplie dans l'honneur parce que vécue dans la fidélité aux vraies valeurs.

    Lire la suite

  • 8 août 1941 – 8 août 2017: 76e anniversaire de la création de la Légion Wallonie par Léon Degrelle

    Le Message du Chef : « Que soient balayées les forces de mort qui ont failli tuer la Patrie et qui ricanent, sans doute, devant votre immolation ! Notre Pays sera aux hommes à l'âme rude qui auront, face à la mort, fait la preuve de la grandeur de leur idéal. »

    2219229279.2.jpg

     

    Voilà aujourd'hui 76 ans que Léon Degrelle inaugura solennellement au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles la Légion Wallonie par une harangue exaltant les plus hautes valeurs morales justifiant la nécessité réfléchie du sacrifice même de sa propre vie.

    Seul fondateur, car seul initiateur de cette démarche historique, Léon Degrelle est –comme nous l'avons montré (voir ce blog aux 9 et 16 juillet 2017)– le seul vrai père de la Légion Wallonie, contrairement aux fariboles du soi-disant encyclopédiste De Bruyne prétendant au mépris de toute vraisemblance que le lieutenant général des Formations de Combat, Fernand Rouleau, aurait mis Léon Degrelle et tout l'état-major de Rex devant le fait accompli, obligeant son chef à sauter dans le train en marche de la collaboration militaire pour ne pas perdre la face !

    Nous reproduisons ci-après le discours fondateur de la Légion Wallonie, tel que Léon Degrelle le prononça au Palais des Beaux-Arts à destination des Légionnaires sacrifiant vie familiale et professionnelle pour répondre à l'appel de leur idéal et engager leur destin dans les combats du Front de l'Est qu'ils savaient titanesques et cruels, mais décisifs.

    Tout le monde pourra vérifier qu'il ne s'agit plus ici, contrairement aux élucubrations insanes de De Bruyne, de forfanterie, d'ambition personnelle ou de lutte partisane pour quelque prébende ou préséance, mais bien du don total de sa vie pour une cause qui la dépasse, la mérite et l'exige : la croisade contre le communisme menaçant d'anéantissement l'Europe et sa civilisation !

    Ce discours de vérité rappelant clairement à chacun les enjeux et les risques librement encourus fut publié dans Le Pays réel du 9 août 1941. Le lendemain, le quotidien rexiste publia un émouvant éditorial de l'épouse de Léon Degrelle, Marie-Paule Lemay, destiné « A celles qui restent... », d'une même élévation spirituelle, manifestant une totale communion d'âme et ne permettant pas de douter un seul instant de la qualité insigne de l'engagement sacrificiel consenti par tous les Volontaires de cette Croisade antibolchevique ainsi que par leurs proches.

     

     

    Lire la suite

  • L’Encyclopédie de De Bruyne : mensonges et perfidie (13)

    eddy de bruyne,léon degrelle,légion wallonie

    « Exempté du service militaire en Belgique comme aîné d’une famille nombreuse (à la suite d’une démarche administrative facultative). Lors de la mise sur pied de la Légion Wallonie, la commission au grade d’officier lui ayant été refusée, il est engagé comme Schütze (août 1941). »

    À chaque phrase sa perfidie !

     

    Lire la suite

  • L’Encyclopédie de De Bruyne : mensonges et perfidie (11)

     

    De Bruyne se trompe de scoop (1) :

    Fernand Rouleau n’est pas le père de la Légion Wallonie !

     

    « À l’annonce de l’invasion de l’URSS, ⤇ F. ROULEAU, Lieutenant du Chef, profitant de l’absence de DEGRELLE en pourparlers avec O. ABETZ à Paris, décrète la mise sur pied d’un Corps Franc Wallon contre le Bolchevisme. Par la suite, grâce à une intervention tapageuse dans le recrutement, DEGRELLE parvient à s’approprier la paternité de la mise sur pied de la Légion Wallonie. »

    Nous voici face au dada obsessionnel de De Bruyne (échafaudé dans Les Wallons meurent à l’Est en 1991, sans aucune mention de source) : Léon Degrelle n’a rien à voir avec la création de la Légion Wallonie ; il a simplement sauté dans le train en marche, de peur sans doute de rater une nouvelle opportunité de se réserver une place confortable au soleil (au prix surtout de se faire trouer la peau, mais cette réalité-là chaud très peu à De Bruyne !)

    53 Fernand Rouleau.jpgMais à qui fera-t-on croire que c’est de sa propre initiative et sans en avoir jamais référé à Léon Degrelle que le propre « Lieutenant du Chef » aurait profité de l’absence momentanée de ce dernier pour s’arroger le pouvoir de « décréter » (être « remplaçant du Chef en son absence » n’autorise pas tout !) la mise sur pied d’un Corps franc Wallonie, mettant ainsi tout le mouvement Rex et son chef devant le fait accompli ?

    Et quelle est l’ « intervention tapageuse dans le recrutement » opérée par un Léon Degrelle probablement mort de jalousie pour se réapproprier la paternité de la Légion Wallonie ? L'affabulateur De Bruyne n’en dira pas plus ! Mais le mal est fait : le pseudo-scoop de De Bruyne a enflé comme une rumeur malfaisante, contaminant sites, blogs, forums se recopiant l'un l'autre sans jamais rien vérifier...

    Lire la suite

  • Février 1944 : percée de Tcherkassy

     

     

     

    L’Europe à Tcherkassy

     

     

    LD Ms Europe Tcherkassy.jpgVoilà trente ans, nous luttions tous au coude à coude à Tcherkassy, camarades allemands, camarades des Pays-Bas, camarades flamands, camarades du Danemark, camarades de Norvège, camarades des pays baltes et nous aussi, camarades wallons.

    Germains de langue française, nous offrions notre sang ; des milliers des nôtres donnaient leur vie au service d’une œuvre grandiose. Nous étions, nous, dans ces combats farouches, la véritable Europe, l’Europe du sang le plus pur, l’Europe de deux mille ans de civilisation, arcboutés dans les neiges de Tcherkassy pour défendre un merveilleux passé et pour construire l’avenir !

    Notre sacrifice et nos morts n’ont pas, dans l’immédiat, remporté la victoire. Mais n’empêche, notre Europe était la bonne Europe, la vraie Europe, non celle des calculateurs sordides d’intérêts matériels à mettre en commun, non celle des combinaisons égoïstes de petits politiciens accrochés à des ambitions étroites ! Notre Europe était l’Europe de l’idéal commun, de la foi commune, de la force commune !

    On ne meurt pas pour quelque chose de médiocre. On offre sa jeunesse, sa vie, pour réaliser une grande œuvre. Notre Europe l’était, une Europe commandée par un vrai chef, une Europe ordonnées, ouverte à tout ce qui était grand, soutenue, du bout des steppes jusqu’à l’Atlantique, par une force énorme et saine, notre force à nous, Waffen SS, garçons de vingt-huit pays européens, soudés les uns aux autres, à un million, par la discipline et par l’idéal, décidés à réaliser tous ensemble, à travers tout, la même œuvre !

    LD février 1991.jpgCette Europe-là avait une âme, elle avait un sens, elle possédait la seule vraie unité : celle d’une croyance commune. Et elle s’appuyait, puissamment, sur du réel : nos bras, nos armes, nos idées, notre volonté de fer qui eussent assuré à jamais sa stabilité.

    Tôt ou tard, cette Europe-là, l’Europe des idéalistes forts, submergera l’Europe des politiciens-boutiquiers d’aujourd’hui ! Ce jour-là viendra, tôt ou tard, camarades ! Et on verra qu’à Tcherkassy, comme tout au long de cette grande épopée du Front de l’Est, nous avons gagné quand même !

    Heil !

     

    Léon Degrelle, 17 février 1974.