Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livres - Page 2

  • L’Encyclopédie de De Bruyne : mensonges et perfidie (13)

    eddy de bruyne,léon degrelle,légion wallonie

    « Exempté du service militaire en Belgique comme aîné d’une famille nombreuse (à la suite d’une démarche administrative facultative). Lors de la mise sur pied de la Légion Wallonie, la commission au grade d’officier lui ayant été refusée, il est engagé comme Schütze (août 1941). »

    À chaque phrase sa perfidie !

     

    Lire la suite

  • L’Encyclopédie de De Bruyne : mensonges et perfidie (12)

    De Bruyne se trompe de scoop (2) :

    Fernand Rouleau est le père de la SS française !

     

     

    Capture.PNGOfficier de réserve de l’armée belge, parlant couramment l’allemand, Fernand Rouleau se donnait les apparences de « commandant faisant fonction » de la Légion Wallonie, ce qu’il ne fut jamais. Son ambition personnelle déplacée et sa méconnaissance des objectifs politiques degrelliens assignés à la Légion et auxquels il était parfaitement étranger risquaient d’entraîner celle-ci sous un contrôle allemand absolu.

    Léon Degrelle se défit donc de son lieutenant dès octobre 1941.

    On retrouva néanmoins, tout au long de la guerre, l’Untersturmführer Fernand Rouleau dans la mouvance SS, notamment à Paris où il fut en charge de la conférence de presse annonçant, le 6 août 1943, à l’ambassade d’Allemagne, la création de la Französische SS Freiwilligen Sturmbrigade, mieux connue sous le nom de Brigade Frankreich.

     

    Insistons-y: cet épisode on ne peut plus important dans la vie de Fernand Rouleau est totalement passé sous silence dans la notice biographique que lui consacre De Bruyne dans son « Encyclopédie » plutôt partielle, sinon partiale !

    Fernand Rouleau était pourtant le seul officier SS « français » parmi tous les officiers de la SS et de la Wehrmacht assistant à la conférence de presse et le seul à prendre la parole en français pour annoncer la création de la première unité française au sein de la prestigieuse Waffen SS.

     

    Capture1.PNG


    La presse ne cita que le seul « lieutenant Rouleau » (ou « Roulleau »).
    Les autres officiers assis à la table des conférenciers ne sont identifiés que par les photographes des agences de presse ayant légendé leurs clichés pour leurs clients. C’est ainsi que l’agence LAPI (Les Actualités Photographiques Internationales) signale, aux côtés de Fernand Rouleau, le Hauptsturm-

    führer Hans Sievers et le Lieutenant Schulz.

    69 LAPI 1.jpgPrésenté comme « l’un des chefs de la section française de la Waffen-SS », Fernand Rouleau serait donc bien le père de la SS française.

     

    Il n'y a, bien entendu, personne pour soutenir pareille fable. Mais si l'on s'en tient aux critères de De Bruyne, il faut bien en convenir: Fernand Rouleau est l'interlocuteur officiel et le seul porte-parole des autorités allemandes. Et, contrairement à la situation belge où Léon Degrelle, initiateur historique de l'entreprise, assume ses prérogatives politiques et son engagement militaire, aucun responsable politique ou militaire français n'assiste à l'inauguration officielle de la Waffen SS française. Bien plus, c’est Fernand Rouleau qui, le surlendemain de l’annonce de la création de la Waffen SS française, le 8 août 1943, recevra effectivement à l’ambassade d’Allemagne, Joseph Darnand, le chef de la Milice, venu prêter serment de fidélité au Führer Adolf Hitler.

     

    On le voit: selon les critères de l'encyclopédiste De Bruyne, l'ancien Lieutenant du Chef (qui ne fut jamais l'initiateur, ni a fortiori le père, du « Corps franc Wallonie » même s'il participa aux négociations aboutissant à sa création), est bien mieux placé pour revendiquer le titre de « père de la SS française » !

     

    Nous retranscrivons la « déclaration de naissance » officielle de la SS française tel qu’elle fut prononcée par Fernand Rouleau et publiée par l’ensemble de la presse française.

     

    « Par la loi du 22 juillet 1943, le président Laval, avec l’assentiment du chef de l’État, le maréchal Pétain, a reconnu à tous les Français le droit de s’engager dans les formations de la Waffen-SS à l’Est, afin de prendre part aux combats pour l’existence et l’avenir de l’Europe.

    En vertu de cette loi, les volontaires pour la Waffen-SS jouissent du même statut légal que les membres de la L.V.F.

    Le gouvernement français a ainsi montré qu’il appréciait l’offre faite par le Führer des Grossdeutschen Reiches et qu’il est prêt à prendre sa part des devoirs que commandent des heures décisives pour le sort de l’Europe.70 LAPI 2.jpg

    Il est évident que la constitution d’une unité de volontaires français au sein de la Waffen-SS représente un nouveau pas très important dans l’union de la jeunesse européenne contre le nihilisme bolchevik.

    Le fait est que par l’afflux des volontaires de presque tous les pays de l’Europe qui, côte à côte avec leurs camarades allemands, se sont distingués par leur vaillance au front de l’Est, la SS, fondement essentiel du Parti national-socialiste, qui n’avait, à l’origine, qu’une valeur politique interne allemande, s’est transformée aujourd’hui en communauté indissoluble de la jeunesse européenne luttant pour le maintien de ses valeurs culturelles et de sa civilisation.

    Que la jeunesse française ait d’instinct compris la portée de ce nouveau pas, est démontré par le fait qu’en quelques jours et sans la moindre propagande, plus de 1.500 volontaires se sont présentés. Le premier bataillon existe et bientôt le premier régiment SS français sera en mesure de faire la preuve de la permanence des hautes traditions militaires françaises et de l’esprit combatif de sa jeunesse.

    Les conditions d’admission, d’instruction et de soutien familial sont les suivantes :

     

    Conditions d’engagement.

    Les limites d’âge sont fixées à 17 et 40 ans. La taille minima exigée est de 1m65.

     

    Les volontaires doivent être de sang aryen, aptes au service militaire et exempts de toute condamnation infamante.

     

    Les membres de l’organisation Todt et, d’une manière générale, les travailleurs français employés dans les organisations ou des firmes allemandes, en France ou en Allemagne, sont autorisés à s’engager.

     

    Les demandes doivent être adressées :

    En Allemagne : à l’Ergänzungsstelle der Waffen-SS la plus proche ; en France : à Paris, au centre de recrutement, Ersatzcommando Frankreich der Waffen-SS, 24, avenue Recteur-Poincarré, Paris (16e), Métro Ranelagh), et en province, dans les bureaux de la police allemande (Kommandos der Ordnugspolizei), au siège de chaque préfecture régionale.

     

    La loi française assimilant les volontaires de la Waffen-SS à ceux de la L.V.F. leur garantit en conséquence le droit de retrouver, lors de leur démobilisation, pour le moins leur situation dans la vie civile. De même, les droits aux pensions d’invalidité des anciens combattants seront sauvegardés.

     

    Commandement.

    Le commandement sera exercé conjointement par des officiers allemands et français.

     

    Les officiers et sous-officiers français auront la possibilité de récupérer leur grade et de recevoir un commandement après un stage aux école d’officiers et sous-officiers de la Waffen-SS. Ce stage comportera un complément d’instruction et une épreuve de capacité.

     

    En outre, les volontaires présentant les aptitudes requises pourront également être admis dans ces écoles.

     

    La SS veillera elle-même, et d’une façon toute particulière, au soutien matériel des familles des volontaires. Les femmes et les enfants des volontaires mariés, les parents (père et mère) des célibataires ont droit à des allocations familiales attribuées en supplément de la solde du volontaire. Ces allocations garantissent un large soutien aux intéressés qui recevront, en outre, aide et protection en cas de besoin.

     

    Les célibataires non soutiens de famille recevront néanmoins une allocation qui sera versée à un compte d’épargne dont ils pourront disposer librement en France. Toutes précisions à ce sujet seront fournies, sur demande, par les bureaux d’engagement.

     

    La SS se fera un point d’honneur et considérera comme une tâche essentielle d’employer les qualités militaires et la volonté de combat de chaque Français disposé à engager sa vie dans la lutte pour l’existence et l’avenir de l’Europe, contre le bolchevisme, pour la justice sociale, pour la victoire ! »

    71 LAPI 3.jpg

  • L’Encyclopédie de De Bruyne : mensonges et perfidie (11)

     

    De Bruyne se trompe de scoop (1) :

    Fernand Rouleau n’est pas le père de la Légion Wallonie !

     

    « À l’annonce de l’invasion de l’URSS, ⤇ F. ROULEAU, Lieutenant du Chef, profitant de l’absence de DEGRELLE en pourparlers avec O. ABETZ à Paris, décrète la mise sur pied d’un Corps Franc Wallon contre le Bolchevisme. Par la suite, grâce à une intervention tapageuse dans le recrutement, DEGRELLE parvient à s’approprier la paternité de la mise sur pied de la Légion Wallonie. »

    Nous voici face au dada obsessionnel de De Bruyne (échafaudé dans Les Wallons meurent à l’Est en 1991, sans aucune mention de source) : Léon Degrelle n’a rien à voir avec la création de la Légion Wallonie ; il a simplement sauté dans le train en marche, de peur sans doute de rater une nouvelle opportunité de se réserver une place confortable au soleil (au prix surtout de se faire trouer la peau, mais cette réalité-là chaud très peu à De Bruyne !)

    53 Fernand Rouleau.jpgMais à qui fera-t-on croire que c’est de sa propre initiative et sans en avoir jamais référé à Léon Degrelle que le propre « Lieutenant du Chef » aurait profité de l’absence momentanée de ce dernier pour s’arroger le pouvoir de « décréter » (être « remplaçant du Chef en son absence » n’autorise pas tout !) la mise sur pied d’un Corps franc Wallonie, mettant ainsi tout le mouvement Rex et son chef devant le fait accompli ?

    Et quelle est l’ « intervention tapageuse dans le recrutement » opérée par un Léon Degrelle probablement mort de jalousie pour se réapproprier la paternité de la Légion Wallonie ? L'affabulateur De Bruyne n’en dira pas plus ! Mais le mal est fait : le pseudo-scoop de De Bruyne a enflé comme une rumeur malfaisante, contaminant sites, blogs, forums se recopiant l'un l'autre sans jamais rien vérifier...

    Lire la suite

  • Léopold III, Adolf Hitler et... Léon Degrelle. En marge de l'Encyclopédie perfide et mensongère de De Bruyne

    La restauration de la Bourgogne historique : le projet des chefs de peuple
    Adolf Hitler et Léon Degrelle

     

     

    Fiery_Grayscale_2 (3).jpgDans la première livraison de notre critique de l'Encyclopédie de l’Occupation, de la Collaboration et de l’Ordre Nouveau en Belgique francophone (1940-1945) d'Eddy De Bruyne (voir ce blog au 23 mars 2017), nous commencions par nous étonner de l'absence sinon de certains « Collaborateurs » éminents, du moins de quelques-uns des principaux acteurs de « l'Occupation, de la Collaboration et de l'Ordre Nouveau en Belgique », à commencer par le roi des Belges lui-même, Léopold III, qui compta parmi ceux qui firent le plus « des pieds et des mains pour rencontrer le Führer, lui serrer la pince et prendre le thé avec lui ».

    Un lecteur nous reproche cependant d'en faire un peu trop en laissant entendre que le roi était tout acquis à l'Ordre Nouveau : « Lorsque vous écrivez que dans l'immédiat après-guerre, Léopold III revint à Berchtesgaden "séduit par ce sanctuaire hitlérien aux étonnantes prouesses architecturales [...] pour compléter son premier séjour par la visite de l'impressionnant Kehlsteinhaus construit pour le 50e anniversaire du Führer : un pèlerinage éclairant sur les vrais sentiments du roi à l'égard du maître du IIIe Reich ?", êtes-vous certain de ne pas prendre vos désirs pour la réalité ? Car il faut bien constater que la visite du roi au Führer s'est soldée par un échec et que la suite a montré que Hitler ne traita pas très favorablement son prisonnier royal, lui refusant tout ce qu'il sollicita et l'emmenant en captivité en Allemagne après le débarquement des alliés. Dès lors, la visite, après-guerre, de Léopold III au Kehlsteinshaus (pour autant qu'elle ait vraiment eu lieu) ne s'apparenterait-elle pas plutôt à la revanche d'un vaincu humilié plutôt qu'au "pèlerinage" d'un disciple convaincu ? »

    Nous donnons bien volontiers raison à notre correspondant sur ce dernier point, tant il est vrai que le Führer ne s'en laissa jamais conter par quelque monarque brandissant son statut pour extorquer quelque privilège et qu'il dut trop souvent rappeler son encombrant prisonnier à la réalité de son statut et de ses responsabilités dans un conflit où chacun devait tenir sa place: l'histoire avait changé toutes les données géopolitiques et c'est l'Allemagne nationale-socialiste qui se retrouvait investie du destin européen auquel chaque pays devait prendre sa part de combat et de souffrance (comme s'y engagèrent d'ailleurs spontanément Léon Degrelle et la Légion Wallonie). Ce que le Führer ne manqua évidemment pas d'essayer –vainement– de faire comprendre à son royal interlocuteur.

     

    Lire la suite

  • L’Encyclopédie de De Bruyne : mensonges et perfidie (10)

     

    La « collaboration » selon Léon Degrelle

     

    « Débouté dans ses tentatives [de jouer un rôle politique de premier plan], la Collaboration lui semble la seule issue possible pour arriver à ses fins. Il s’y résout lors d’un meeting à Liège (05.01.1941 – suite à l’éditorial du Pays Réel du 1er janvier 1941, ponctué par le salut hitlérien) au cours duquel il lance de nouveau un vibrant Heil Hitler (alors qu’en octobre 1939 il avait formellement interdit le salut hitlérien). »

     

    Le goût de l’ellipse confine à la dissimulation et au mensonge par omission chez un De Bruyne que son empressement à établir ses contre-vérités brouille avec la grammaire la plus élémentaire (ignorance des règles régissant l’épithète détachée) et même avec le vocabulaire (seul l’électeur a « débouté » –tout provisoirement– Léon Degrelle de ses prétentions politiques en 1937 ; par contre, en 1940, Léon Degrelle eût certes apprécié avoir affaire à la vraie justice avant d’être arrêté, mis au secret, déporté et torturé !)…

     

     48 P.E. Janson 1937.jpgÀ sa libération des prisons françaises, Léon Degrelle n’a pas imaginé un seul instant « jouer un rôle politique de premier plan » hors de la « Collaboration », c’est-à-dire de la mise en œuvre de l’ordre nouveau national-socialiste rejoignant l’idéal rexiste. Avant même de rentrer à Bruxelles, il rencontre à Paris son ami, l’ambassadeur Otto Abetz (avec d’ailleurs les encouragements écrits de Paul-Emile Janson, le ministre de la Justice responsable de ses avanies !) pour évoquer l’avenir de la Belgique bourguignonne dans le nouvel ordre européen. Il retournera encore à Paris en août pour poursuivre ses discussions, cette fois en compagnie d’Henri De Man.

     

    Lire la suite

  • « Dictionnaire amoureux de Tintin » : par Albert Algoud, tintinolâtre douteux, menteur et grossier

    D'un dictionnaire relatif à Tintin, on attendrait un recueil de renseignements sur l'univers du « héros des jeunes de 7 à 77 ans », un état des connaissances le concernant, bref un répertoire d'informations exactes, croisées, vérifiées, passées au crible de la critique historique. D'un dictionnaire « amoureux », on accepte avec joie l'a priori favorable, on pardonne volontiers l'excès hagiographique et on se réjouit d'avance de parcourir un inventaire original et divertissant de l’œuvre immortelle de Hergé.

     

    albert algoud,dictionnaire amoureux de tintin,léon degrelle,hergé,tintin mon copain,tintin,olivier mathieu,jean vermeire,jiv,germaine kieckens

     Hélas, déformation « amoureuse » ou scrupule historique oblige, nous avons immédiatement voulu vérifier si une occurrence « Degrelle » y figurait. Eh oui ! Elle existe bien ! Mais, face à tant de flagornerie politiquement correcte, face à un tel aplatissement bien-pensant, face à cette trimballée de mensonges rituels récités tel un catéchisme des lieux communs antidegrelliens, tout plaisir de lire nous a quitté, tout ensemble que l'estime que nous aurions pu avoir pour l'humoriste présumé, chroniqueur de France-Inter, connu pour sa prétendue tintinolâtrie féconde, mais dont nous avouons que ce « dictionnaire » est le premier pensum à nous être tombé entre les mains (cadeau d'anniversaire providentiel d'un Philippulus bienveillant).

    Lire la suite

  • L’Encyclopédie de De Bruyne : mensonges et perfidie (9)

     3. Conditions de voyage de la déportation en France de Léon Degrelle

    « dans un convoi comportant 73 personnes, accompagnées de 25 gendarmes et de M. DELIERNEUX, directeur au département de la Justice »

    Avec un tel énoncé, De Bruyne laisse entendre que la déportation de Léon Degrelle s’est réalisée dans les meilleures conditions sous la protection de la gendarmerie et d’un haut fonctionnaire de la Justice !... Comme nous venons de le voir, il n’en est évidemment rien.

    Sans ergoter sur le nombre de gendarmes formant l’escorte des prisonniers (mais aucun chiffre avancé par De Bruyne ne semble correct !), nous nous intéresserons plus particulièrement au nombre des déportés qui risquaient tout de même leur vie dans cette aventure.

     

    Lire la suite

  • L’Encyclopédie de De Bruyne : mensonges et perfidie (8)

     

     

    10 mai 1940, l’heure des règlements de compte a sonné : les tentatives d’assassinat de Léon Degrelle

     

    « Arrêté par la Sûreté belge (10.05.1940 – en vertu de la loi du 22 mars 1940 relative à la défense des institutions nationales) et déporté en France (15.05.1940 via Ostende-La Panne, Dunkerque, Cassel, Calais, Béthune dans un convoi comportant 73 personnes, accompagnées de 25 gendarmes et de M. DELIERNEUX, directeur au département de la Justice), il échappe de justesse à une exécution sommaire à Abbeville. Libéré (22.07.1940) du camp du Vernet d’Ariège (⤇ P. DAYE), il regagne Bruxelles espérant y jouer un rôle politique de premier plan. »


    36 LD Ennemi n°1.jpgV
    oilà comment, en quelques lignes imprécises et lapidaires, De Bruyne rend compte, comme d’un incident sans gravité, de l’arrestation scandaleuse et des tortures incessantes qui furent infligées par le gouvernement belge criminel à un élu de la Chambre des Représentants du peuple, censé jouir de l’immunité parlementaire : c’est légalement que Léon Degrelle aurait été arrêté, déporté en France et aurait même échappé à l’« exécution sommaire » qui attendait certains de ses compagnons de misère à Abbeville, avant de revenir sain et sauf à Bruxelles pour retrouver sa vaine obsession de « jouer un rôle politique de premier plan ».

     

    Toujours présenter Léon Degrelle comme un matamore, maladivement assoiffé de pouvoir !... La phrase suivante (au solécisme navrant) y insiste d’ailleurs : « Débouté dans ses tentatives, la Collaboration lui semble la seule issue possible pour arriver à ses fins. »

     

    Lire la suite

  • L’Encyclopédie de De Bruyne : mensonges et perfidie (7)

     

    Léon Degrelle, victime de sa naïveté démocratique

     

    « Les élections législatives du 04.05.1936 sont triomphales pour DEGRELLE et le Front Populaire de Rex […]. Cependant, un an plus tard,[…] »

    31 Lambert Chardome.jpgPour De Bruyne, les succès de Degrelle ne peuvent qu’être éphémères, puisqu’il est dévoré d’ambition, prêt à tout pour arriver à ses fins et peu soucieux de démocratie.

    Pourtant, au moment même de son triomphe électoral, il est un fait capital qu’à nouveau De Bruyne cache dans le silence de ses oubliettes : face au gouvernement qui, en octobre 1936, fait semblant de craindre une « marche sur Bruxelles » des rexistes et interdit toutes leurs manifestations, le lieutenant-colonel Lambert Chardome (celui-là même qui promit de remplacer le major Lippert à la tête de la légion Wallonie avant de manger sa parole), commandant le régiment des Chasseurs Ardennais, proposa carrément à Léon Degrelle d’occuper Bruxelles avec ses troupes dans la perspective d’un coup d’état qui eût été appuyé par les forces de l’ordre (le colonel de gendarmerie Georges Vigneron était tout acquis à Léon Degrelle).

    Lire la suite