Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pierre daye

  • La première interview de Léon Degrelle d’après-guerre (3)

    Copie de l’aide-mémoire destiné à la rencontre avec Robert Francotte (1)

     

    1.

     Notes rédigées par Léon Degrelle à Saint-Sébastien (Espagne),

    le neuf mai 1946.

     

    San Sébastian (1).jpg

     

    I. Avant la guerre

    Politique strictement nationale. Lutte pour un Etat fort et propre. Aucune dépendance de l’étranger.

    Quelques amis italiens de Mussolini –qui avaient pour moi une grande affection– ont aidé REX (Automne 1936, Hiver 1936-37). Mais cette aide était d’inspiration purement sentimentale. L’Italie n’avait rien à faire chez nous. Xavier de Grunne [1] reçut ainsi environ quatre millions, à l’automne de 1936, à son château de Wesembeeck-Opem (?).

    Dès le printemps de 1937, cette aide passagère avait pris fin. Quant avec l’Allemagne, rien.

    J’ai vu Hitler, accidentellement, en 1936 (durant les vacances de l’été). Il me proposa le plébiscite de la réconciliation à Eupen-Malmedy. J’en fis part au Roi. La proposition n’eut pas de suite [2].

    Depuis lors, je ne vis (ni moi, ni qui que ce fût de mon entourage) aucun Allemand et ne gardai absolument aucun contact. Je ne savais même pas où se trouvait l’Ambassade d’Allemagne en Belgique. Durant la « drôle de guerre », je fus, avec sincérité totale, un partisan farouche de la neutralité. J’avais

    2.

    vu le Roi à ce sujet, au début de septembre. Entrevue secrète. Le capitaine Jacques de Dixmude m’introduisit le soir au Palais de Laeken [3]. Le Roi approuva totalement ma lutte pour la Paix. Nous n’eûmes jusqu’au 10 mai absolument aucun contact avec la propagande allemande.

    – Oui ou non, la guerre fut-elle, pour tous les Européens indistinctement, une imbécillité et une catastrophe monumentale ?

    II. Mon arrestation, le 10 mai 1940 fut monstrueuse [voir ce blog aux 30 avril et 6 mai 2017]. J’eusse servi mon pays au front avec foi et passion. Le parlement laissa s’effectuer mon arrestation et ma livraison au Conseil de guerre français de Lille. Ce fut une infamie.

    La preuve que nous n’avions rien à voir avec les Allemands, c’est que ceux-ci ne firent même rien pour moi après la guerre de 40 et me laissèrent moisir en prison pendant de longues semaines à Tarbes, Toulouse, Puy-en-Velay et Vernet !

    Je ne fus délivré qu’à la suite de l’intervention de Vichy, de Pierre Daye et de vieux camarades d’Université, tous Belges [4].



    [1] Sur Xavier De Grunne (1894-1944), voir Lionel Baland, Xavier de Grunne, De Rex à la Résistance, éd. Godefroy de Bouillon, 2017.

    Baland De Grunne.jpg

    La couverture de cette biographie s’orne du chromo publié par le chocolat Jacques pour célébrer le Comte Xavier de Grunne, président du club alpin de Belgique, qui, en 1932, dirigea une mission scientifique au Congo belge : il s’agissait d’explorer le versant occidental du mont Ruwenzori au sommet duquel (5094 m) le comte planta le drapeau national. Xavier de Grunne publiera en 1937 le rapport de cette expédition : Vers les glaciers de l’Equateur, Le Ruwenzori, Mission scientifique belge 1932.

     

    Léon Degrelle, qui lui a gardé indéfectiblement son amitié, en dresse le portrait suivant :

    « Pour certains de nos dirigeants, tels que le comte Xavier de Grünne, la guerre avec l’Allemagne était certaine. Ami inséparable du roi Albert, compagnon de ses excursions montagnardes, Xavier de Grünne était animé par un brûlant besoin de se dévouer et par une générosité à la fois sublime et enfantine. Il avait fait au Congo l’ascension du Mont-de-la-Lune, puis était redescendu de la Lune vers la Belgique juste au moment où je frappais à grands coups de balai dans le houraillis de banquistes, de grugeurs, de coupeurs de bourse et de pots-de-viniers des vieux partis de politico-finance. Il était devenu sénateur de Rex, un sénateur impétueux, fantasque, toujours prêt à grimper aux lustres, se retournant, de son fauteuil, pour administrer des paires de claques sonores dans les abajoues de ses adversaires ébaubis. Mais il était droit comme une épée, pur comme les lumières du matin.

    Xavier de Grunne.jpg

    Au début de 1939, il était venu me trouver afin de me proposer un plan nouveau de politique étrangère : “Attaqués par Hitler, nous le serons tôt ou tard, m’expliqua-t-il. Inutile de se leurrer. Plutôt que d’attendre d’être rejetés dans le camp anglo-français, parmi la bousculade d’un premier jour d’invasion, mieux vaut passer immédiatement dans la coalition où nous serons refoulés tout de même un jour, bon gré mal gré, panzers allemands dans les reins.”

    Par conséquent, Xavier de Grünne me demandait de lancer à fond le Mouvement rexiste dans une grande campagne d’intervention pro-alliée. […]

    Nos thèses, à chacun de nous, étaient honnêtes et également défendables. Mais, en conscience, j’étais certain que les miennes étaient les plus conformes à l’intérêt de l’Europe et de mon pays. Je fis appeler mes amis les plus chers et les amis les plus chers de Xavier. Tous me donnèrent raison. […] Nous nous déclarâmes d’accord sur la formule et nous nous quittâmes fraternellement.

    Le plus cocasse fut la suite. […] Il avait vu le résultat de cette guerre qu’il avait voulu, en toute bonne foi, précipiter. Fidèle à son pays, il tentait de relever les ruines.

    Il alla aussitôt plus loin que quiconque dans les visions d’avenir. Il comprit tout le parti que les Soviets tireraient de la tragédie où sombrait l’Europe. Redoutant l’ampleur de la poussée communiste de l’après-guerre, n’hésitant pas devant le danger, il imagina un plan personnel de défense de la Belgique aussi secret que radical. Il était devenu presque invisible. Nous ne savions ce qu’il faisait en dehors de ses articles. Audacieux comme toujours, il courait mystérieusement les routes, s’employait à rassembler le matériel de combat d’une milice de son invention qui, au jour de la décomposition générale, ferait face, à Bruxelles, aux bandes de Moscou triomphantes.

    Les Allemands tombèrent sur le pot-aux-roses, découvrirent un arsenal prodigieux. Xavier, qui allait à fond en tout, avait retourné toute la Flandre pour y déterrer les dépôts d’armes enfouis par diverses divisions de l’armée belge, la veille de la capitulation du 28 mai 1940. Il avait ramené, fourbi, caché dans les caves de son château et ailleurs, de quoi armer plusieurs dizaines de milliers d’hommes ! Cher, très cher Xavier, noble et pur paladin de la Lune ! Les lois de la guerre étaient contre lui. Les Allemands le condamnèrent à mort, mais ils ne l’exécutèrent point. On n’entendit plus parler de lui. Seulement après la guerre, l’on apprit qu’il avait succombé, à force de privations, mais fier et indomptable, au camp de concentration de Buchenwald [en fait, le camp de Gross-Strehlitz, aujourd’hui en Pologne]. »

    (Léon Degrelle, La Cohue de 1940, pp. 14-18).

    [2] Sur la réalité du « financement » de Rex par l’Italie et l’Allemagne, voir ce blog au 14 avril 2016.

    Sur les impressions de Léon Degrelle à propos de sa première rencontre avec Adolf Hitler, le 26 septembre 1936, voir ce blog, notamment, au 4 juin 2016.

    [3] Le capitaine Lucien Jacques de Dixmude (surnommé «Dixy »), officier d’ordonnance du roi Albert Ier, découvreur, avec Xavier de Grunne, de la dépouille du roi, mort le 17 février 1934 lors d’une escalade des rochers de Marche-les-Dames, était un cousin de la mère de Léon Degrelle, Marie-Catherine Boever. En février 1945, le commandant Lucien Jacques de Dixmude devait participer à un commando constitué pour libérer Léopold III et sa famille, alors retenus prisonniers en Autriche, projet qui sera abandonné lorsque les Américains les auront libérés le 7 mai 1945.

    Marche les Dames 18 février 1934.jpg

    Au lendemain de la mort du roi Albert Ier, les journalistes accèdent au lieu de l’accident, accueillis par des policiers et un officier du Palais (Lucien Jacques de Dixmude ?) : la voiture du roi, à l’avant-plan, est encore sur place.


    L
    éon Degrelle a raconté comment son cousin pouvait faciliter ses rencontres avec le roi Léopold III dont il était resté officier d’ordonnance : « Quand la guerre de Pologne a éclaté, j’ai vu le roi. Je me rendais discrètement le soir au palais de Laeken où m’attendait un cousin de ma mère, le capitaine Jacques de Dixmude, devenu général depuis lors [plus précisément, en 1956, lieutenant-général au Grand Quartier général des puissances alliées en Europe (Shape)]. Le roi m’attendait dans son salon, encore vêtu de sa tenue d’équitation, chaussé de hautes bottes, détendu par sa chevauchée. Nous avons ainsi monté ensemble toute la série d’articles que j’ai publiés dans Le Pays réel pour défendre la neutralité au lendemain de l’invasion de la Pologne. » (Léon Degrelle : persiste et signe, p. 187).

    Sur Léon Degrelle et la neutralité belge, voir ce blog au 20 mai 2018.

    Pour l’anecdote, signalons qu’au nom de l’anticolonialisme, l’imbécile cancel culture d’aujourd’hui n’a pas manqué de vandaliser la statue du père de Lucien, le général Alphonse Jacques, héros du combat contre les esclavagistes arabes au Congo. C’était sur la Grand-Place de Dixmude, le 18 janvier 2022 !

    Le général Alphonse Jacques fut créé baron et autorisé à joindre le nom de la ville de Dixmude à son patronyme par une particule nobiliaire, le 15 novembre 1919 : ce fut la récompense de son action héroïque à la tête du légendaire 12e régiment de Ligne qui stoppa définitivement l’offensive allemande devant Dixmude pendant la Première Guerre mondiale.

    Pays réel 1939 09 24 Neutralité-horz-horz-vert.jpg

    Quelques-uns des éditoriaux de Léon Degrelle concernant la neutralité publié en « une » du Pays réel au lendemain de l’invasion de la Pologne.

     

    [4] Pierre Daye,1892-1960, écrivain, chef du groupe parlementaire rexiste en 1936, parvint à retrouver Léon Degrelle déporté dans un camp du sud de la France et à le ramener à Bruxelles (ce blog au 30 avril 2017).

    Daye FB 165 19 11 1932.jpg

    Bien qu’ayant quitté Rex en 1939 pour rejoindre le Parti catholique, Pierre Daye ne mesura jamais son amitié pour Léon Degrelle, allant jusqu’à harceler Vichy pour hâter sa libération. Après la guerre, réfugié en Argentine, il s’efforça de ménager à son ami un accueil sécurisé dans son pays d’adoption (ce blog au 4 mai 2016).

    Dainah Blu-ray.jpg

     

    Écrivain apprécié, Pierre Daye, qui se battit en Tanzanie et au Congo pendant la Première Guerre mondiale, est l’auteur de nombreuses chroniques africaines, dont, en 1929, la nouvelle Daïnah la métisse, republiée en 1932 dans l’hebdomadaire littéraire Les Feuillets bleus pour bénéficier de sa fortune cinématographique. Elle fut en effet immédiatement adaptée au cinéma par le scénariste Charles Spaak et Jean Grémillon à la réalisation (avec, en vedette, Charles Vanel). Malheureusement, l’œuvre mettant en scène un Noir raffiné se faisant justice en tuant un Blanc, lâche assassin de sa femme, fut véritablement saccagée par la société de production Gaumont. Réduit à un format de moyen métrage (48 minutes) dont le propos non conventionnel était devenu inintelligible (le réalisateur refusa d’ailleurs que son nom apparaisse encore au générique), le film mutilé ne connut aucun succès (néanmoins aujourd’hui disponible en DVD/Blu-ray).

    Daye dédicace Crokaert.jpeg

    En 1932, espérant profiter de la sortie du film, Pierre Daye réunit en volume quelques nouvelles exotiques qu’il publia sous le titre Daïnah la métisse (précisant, en page de garde, « et autres contes des Tropiques »). La nouvelle qui eut les honneurs du grand écran est ainsi dédicacée « Pour Charles Spaak et pour Jean Grémillon, à qui cette petite histoire ne parut pas indigne de l’éclatante vie du cinéma ».

    Ce qui nous intéressera, c’est que, d’une part, un des contes, à la sensualité trouble, Le conquérant de Kateko est justement dédicacé à son ami Jacques Crokaert. D’autre part, nous disposons de l’exemplaire numéro 5, des trente, sur papier Vergé d’Arches de la nouvelle édition de Daïnah, dédicacé de manière sibylline au couple Jacques Crokaert, exprimant l’inaltérable et vive affection de Pierre Daye pour son ami, exprimant ainsi sa capacité à surmonter certaine déception.

    Les « vieux camarades » de l’Université Catholique de Louvain qui partirent délivrer Léon Degrelle (ce blog au 30 avril 2017) sont les avocats Carl Doutreligne, 1906-1973, agent d’assurances, puis administrateur de sociétés, et Jacques Crokaert, 1901-1949, conseiller communal rexiste d’Ixelles, conseiller provincial rexiste du Brabant, fils du ministre catholique Paul Crokaert qui, soutenu par Léon Degrelle, lança les premières attaques contre les politiciens corrompus de son parti : voir ce blog aux 5 avril 2017 (Paul Crokaert) et 7 mai 2019 (Carl Doutreligne). Jacques Crokaert participa, en septembre 1940, au Bureau politique de Pierre Daye dont le but était de réorganiser « les bases structurelles de la Belgique » dans le cadre d’une Europe dominée par le IIIe Reich.

     

    Jacques Crokaert-horz.jpg

    À gauche, Jacques Crokaert, auteur après la guerre des ouvrages non conformistes La Guerre oubliée, 18 jours qui ont permis Dunkerque et Les Routes de l’Exode, 1940 ; à droite, annonce de l’extravagante condamnation de Carl Doutreligne (La Dernière Heure, 19 mars 1948 ; à noter que le ministère public n’avait requis « que » quinze ans et près de trois fois moins de « dommages et intérêts » !).

     

     

    À suivre

     

  • L’art oratoire de Léon Degrelle

     

    Enchantement ou dandysme ?

     

    Commentant la présentation de la nouvelle biographie de Joris Van Severen, La Séduction d’un fasciste de Dieter Vandenbroucke, telle qu’elle se trouve à la fois dans le trimestriel Joris Van Severen (4e trimestre 2020) et sur le site du CEGESOMA Belgium WWII, nous avons cité –en traduction du néerlandais– l’appréciation que le Leider du Verdinaso aurait émise au sujet d’une déclaration du Chef de Rex sur l’art du tribun (voir ce blog au 21 février 2021). Nous remettons notre citation dans le contexte « dandyste » où elle intervient :

    Van Severen Dandy en uniforme.jpeg« Le dandysme de Van Severen, sa politique esthétique et sa rhétorique imprégnée de virilité sont au cœur de son pouvoir de séduction.» (Dieter Vandenbroucke) 

    « Comment [Joris Van Severen] réussissait-il à concilier son rôle de chef d’un Nouvel Ordre soldatesque avec sa vie privée souvent chaotique de dandy et de coureur de jupons ? […] Van Severen a toujours été davantage attiré par “la magie de la personnalité vivante” que par les théories. Cela se reflétait dans sa vie privée qui, malgré sa position de modèle en tant que fasciste exemplaire, faisait des gorges chaudes. En premier lieu, ses nombreuses relations agitées avec des femmes mariées et la vigueur avec laquelle il plongeait dans la vie nocturne de la Côte, alimentaient bien des ragots. Dans son journal personnel, Van Severen appelait ces excursions des « raids », –ailleurs il a utilisé d’autres métaphores tout aussi explicites. À noter : le Chef de Rex, Léon Degrelle, s’est fait moucher au cours d’un entretien lorsqu’il compara la foule à des femmes devant, de préférence, être “prises” rapidement ; selon Van Severen, des femmes de ce genre se laissent également prendre avec la même rapidité par d’autres. “Rien n’est plus fuyant que les femmes”. De même qu’une relation durable nécessite plus d’efforts, ainsi la foule doit-elle être intégrée dans un ordre discipliné. Selon Van Severen, le Verdinaso parfaitement masculin en était garant. »

     

    Puisqu’il ne s’agit que d’une présentation concise de son livre par l’auteur lui-même, nous ne disposons évidemment pas des références qui pourraient appuyer les propos placés aussi bien dans la bouche de Léon Degrelle que dans celle de Joris Van Severen.

     

    Après quelques recherches, nous avons néanmoins pu trouver une origine probable de la « comparaison » degrellienne de la foule avec la femme. Mais elle ne provient pas de quelque écrit de Léon Degrelle lui-même, mais d’un de ses amis, Pierre Daye. Et il n’est nullement question d’un éventuel commentaire de Joris Van Severen (dont nous avouons n’avoir trouvé nulle trace) ni d’une réaction quelconque de Léon Degrelle à ce commentaire…

     

    Daye 1.jpegPierre Daye a beaucoup publié sur Rex et Léon Degrelle. Notamment cette petite brochure abondamment illustrée de quatorze pages, Portrait de Léon Degrelle (Rex, sans date), qui fera quasiment partie intégrante, mais sans les photographies, de Léon Degrelle et le Rexisme (Fayard, 1937).

     

    Pierre Daye y développe essentiellement une analyse du talent oratoire du tribun et chef de Rex Léon Degrelle, dont voici, dans son contexte, la comparaison avec la femme :

    « Solide, musclé, souple, une sorte de rappel continu de la vie charnelle se manifeste en [Léon Degrelle]. Il ne discourra pas une fois sans évoquer, dans ses comparaisons, l’amour, sans faire allusion à la femme.

    Son don est non seulement spirituel, mais physique. Son empire sur le peuple vient peut-être de là aussi, de ce courant qui est indéfinissable, mais qui pénètre jusqu’au plus profond de l’être ceux qui l’écoutent. Les femmes, dit-on, sont saisies d’émoi en le voyant. Ce n’est pas seulement parce qu’il est beau garçon, mais c’est parce qu’elles ressentent, plus encore que les hommes, ces mystérieuses irradiations.

    Léon Degrelle me disait un jour : “Quand j’ai devant moi une foule, au bout d’une demi-heure, je la prends comme on prend une femme !” » (p.9 ; pp. 244-245 de Léon Degrelle et le Rexisme. Pierre Daye y conclut : « C’est ce que, par mauvaise plaisanterie, on a appelé le “Rex appeal” ! »).

    LD Orateur Rex débuts 3.jpg

    Dans un parc, sur une tribune improvisée, Léon Degrelle convainc son public d’hommes et de femmes de toutes classes de balayer les banksters et de régénérer la vie publique.

    Bien plus tard, après la guerre, dans ses Interviews recueillies pour la télévision française par Jean-Michel Charlier, réalisées en 1976, Léon Degrelle reviendra sur son art de tribun, exactement dans le même esprit, mais sans la vulgarité soulignée par Dieter Vandenbroucke, ce qui nous fait sincèrement douter que l’éventuelle remarque de Joris Van Severen, non seulement ait pu jamais avoir quelque influence sur lui, mais ait même pu exister :

    « Il faut enchanter les foules comme on enchante une femme. C’est du même ordre. C’est une espèce d’immense acte de séduction. La foule se donne parce que la séduction a déclenché en elle le déclic du don. J’ai toujours ressenti la même projection vibrante de tout mon être à la seconde précise où j’accrochais le public dans mes grands meetings. Quand je commençais, je ne savais même pas ce que j’allais dire. Je porte en moi ma vérité. Je porte en moi ma doctrine. J’ai en face de moi une foule souvent énorme : je ne la vois même pas, les puissants réflecteurs m’aveuglent, je ne distingue qu’une masse humaine toute noire. Qu’est-ce que c’est ? des jeunes ? des vieux ? des ouvriers ? des paysans ? des riches ? des pauvres ? Mystère total. Inutile donc de préparer une première phrase ronflante. On ne peut que trébucher sur elle. Il faut immédiatement improviser. […] Je me mettais à planer, je faisais de larges tours au-dessus du public, comme chez nous, à Bouillon, le faisaient les “bêtes aux poules”, les éperviers qui cherchent leur proie du haut du ciel. Tout d’un coup, je sentais que cela y était ! Vlan ! Je plongeais en plein dans la salle, j’attrapais dans mes griffes la proie pantelante. La proie pantelante, c’était le public.

    C’est un phénomène extraordinaire, cette compénétration soudaine de deux grands courants, l’un émetteur, l’autre récepteur, ces fluides qui jaillissent, captent, s’unissent, repartent !

    Cette double projection de sensations échappe encore à l’analyse scientifique. Jusqu’à maintenant, au moins. Je n’ai jamais rencontré un médecin qui m’ait expliqué ces phénomènes. Or ce sont pourtant des phénomènes d’ordre médical et d’ordre psychique, ces courants aussi puissants qu’inconnus qui passent de l’être qui prend à l’être pris, qui font qu’on brûle, qui font qu’on tient, qui font qu’on possède ! […]

    Alors, voilà ! Il faut être le type puissant, à la vigueur physique inlassable ; il faut posséder une volonté d’acier, être décidé à passer à travers tout, savoir qu’on passera. Il faut avoir la foi !

    Et il faut enchanter !

    Telle est la loi de la réussite politique, la vraie, la seule, celle qui fait qu’on est le maître, et non qu’on a ramené, comme une aumône, un panier de voix. 
    » (Léon Degrelle : persiste et signe…, pp. 82-83).

    Meeting Palais Sports 1936.jpeg

    L’enchantement des foules pour la révolution des âmes. Les banderoles du Palais des Sports de Bruxelles proclament, en 1936 : «Les partis, c’est la haine et la mort», « La foi nous rend invincibles », « Pur et puissant »…

    Dans son livre déjà cité, Pierre Daye approfondit son analyse du talent oratoire de Léon Degrelle, reprenant également les métaphores du courant électrique, du magnétisme et des fluides :

    « Depuis quelques mois, je comprends assez bien ce que peut être l’empire, non pas de la parole, même la plus éloquente, mais d’un esprit qui parvient à transparaître dans la parole. Je cherche, tout en le constatant, à comprendre ce phénomène et à l’analyser. Puis-je y réussir ? J’ai entendu de grands orateurs de mon époque, de plus parfaits que Léon Degrelle ; je n’en ai jamais rencontré un qui dégageât, même de loin, un “magnétisme” semblable, duquel émanât un fluide aussi étrange, aussi puissant. Talent prestigieux ? Soit, mais autre chose aussi, qu’il est bien difficile de définir, quelque chose qui me fait admettre aujourd’hui que, parfois, puisse surgir un homme exerçant sur les foules une domination telle, par sa seule force intérieure, qu’il les soulève dans de grands mouvements de foi et d’enthousiasme, comme lors des premières croisades.

    LD Orateur guerre PBA.jpgL’engagement militaire de Léon Degrelle contre le bolchevisme fut également au service de son idéal de régénération nationale, secondant désormais ses talents de tribun (ici au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, début 1943).

     

    Le talent oratoire de Léon Degrelle est tout simple et sans apprêt. Point de périodes bien équilibrées, aucune rhétorique, aucune science dans un art difficile entre tous, mais un langage direct, à l’emporte-pièce, frappé de formules qui font balle. Jamais un effet théâtral, jamais un trémolo dans la voix. Des mots à tout le monde, mais des traits âpres, ironiques, lancés d’un organe sonore, métallique, si puissant qu’un jour où, devant douze mille auditeurs, les fils des haut-parleurs avaient été sabotés et coupés, Degrelle put continuer à parler durant une heure sans qu’on perdît, au dernier rang, une syllabe de ce qu’il disait. Cependant de quelle manière il se donne ! “Quelle gymnastique !” comme s’exclament les bonne gens des campagnes qui l’entendent pour la première fois ! Quels gestes magnifiques, amples, faciles, justes ! Eloquence naturelle avant tout.

    LD Orateur guerre Chaillot.jpg

    La révolution des âmes, entraînant une régénération nationale, sociale et spirituelle se prêche désormais au niveau européen. Ici, à Paris, au Palais de Chaillot, le 5 mars 1944 : « Nous sommes arrivés au moment où toutes les délimitations de l’Europe d’hier, de l’Europe des guerres civiles, sont mortes. Ou bien les peuples ont retrouvé dans leurs veines, la grande force de la jeunesse, l’esprit du sacrifice et de la grandeur, et ils forment un seul bloc socialiste et révolutionnaire, ou bien ils ont conservé la stérilité et la décadence des vieillards qui ne comprennent plus rien. […] Car ce qui nous intéresse le plus dans la guerre, c’est la révolution qui suivra, c’est de rendre à ces millions de familles ouvrières la joie de vivre, c’est que les millions de travailleurs européens se sentent enfin des êtres libres, fiers, respectés, c’est que dans toute l’Europe, le capital cesse d’être un instrument de domination des peuples pour devenir un instrument au service du bonheur des peuples. »

    Où se trouve alors l’invraisemblable prestige qu’exerce cette parole sur des multitudes de plus en plus vastes ? Dans l’âme dont elle vibre sans doute, dans la sincérité qui transparaît, dans une force invisible que l’on sent tout à coup éclater et s’imposer à toutes les volontés. “Tu n’as pas idée, me disait une fois Degrelle, épuisé, après avoir parlé devant vingt mille hommes hostiles d’abord, et qu’il avait en quelque sorte domptés, tu n’as pas idée de l’électricité que j’ai dû dépenser !”

    Oui, une espèce d’électricité qui se transfuse et dont le chef de Rex m’assure qu’il sent, à un moment précis de chaque harangue, qu’elle vient d’entrer en contact avec la foule des hommes assemblés. Une manière de phénomène qui doit se rapprocher de ceux de la suggestion et auquel, par conséquent, il serait vain de vouloir trouver une explication définitive. » (pp. 3-7 ; pp. 232 et 242-243 de Léon Degrelle et le Rexisme).

    LD au milieu de la foule.jpgOn voit que la réaction attribuée à Joris Van Severen face à l’éloquence de Léon Degrelle est assez trivialement incongrue. Si elle est exacte, elle démontrerait une différence fondamentale entre les deux hommes à propos de leur vocation et de l’objectif de leur art oratoire : chez Léon Degrelle, c’est l’enchantement des foules pour obtenir leur adhésion à son projet de société régénérée spirituellement (rénovation nationale par la révolution des âmes) ; chez Joris Van Severen, ce serait l’intégration obligatoire des masses dans un ordre discipliné.

    Comme nous l’avons dit en conclusion de notre présentation de la nouvelle biographie du fondateur du Verdinaso par Dieter Vandenbroucke, il nous faudra attendre sa parution pour vérifier l’exactitude de ce qu’il met dans la bouche de ceux qu’il incrimine ainsi que la pertinence de ce qu’il s’autorise à en déduire…

    Pays réel 21.05.41 LD hommage Van Severen.jpg

    Léon Degrelle a-t-il réagi aux critiques de son art oratoire qu’on prête à Joris Van Severen ? Rien n’est moins sûr. Mais il ne manqua pas de rendre hommage à son compagnon d’infortune à l’occasion du premier anniversaire de son assassinat par la soldatesque française à Abbeville.

  • Joris van Severen et Léon Degrelle

    Léon Degrelle s’engagea au Front de l’Est.

    Joris van Severen aurait-il franchi ce pas ?

     

    Suite à un article paru dans le courrier trimestriel du Centre d’Etudes Joris van Severen (« Un camarade de tranchée de Joris van Severen sur le front de l’Yser, officier sur le Front de l’Est ? »), nous nous sommes intéressé à l’histoire du colonel Jules Frankignoul, officier de l’armée belge prisonnier à l’Oflag de Prenzlau, qui, en 1944, se porta volontaire pour rejoindre la Division Wallonie au Front de l’Est avant d’y renoncer sur pression de son entourage (voir ce blog au 23 janvier 2019).

     

    Nous avions écrit que nous ne pouvions « souscrire à la conclusion de Maurits Cailliau, sentant par trop son politiquement correct contemporain » car nous avions interprété qu’il se réjouissait que l’ami de Joris van Severen ne se soit pas compromis au Front de l’Est.

     

    Nous posant la question de savoir en quoi la qualité d’ami de Joris van Severen eût pu paraître incompatible avec un engagement au Front de l’Est, nous ajoutions : « Il n’est évidemment pas question pour nous d’imaginer ce que l’histoire du Verdinaso, du mouvement flamand et de la collaboration fût devenue si Joris van Severen n’avait pas été assassiné le 20 mai 1940. Mais peut-on exclure qu’il eût pu entrevoir de nouvelles possibilités pour le Dietschland après la victoire allemande ? qu’il eût d’ailleurs pu s’y voir encouragé par l’entourage royal ? qu’à l’instar de Léon Degrelle, il se fût engagé contre le communisme, aussi patriotiquement que tant d’autres Flamands ? qu’il eût pu se montrer fier de l’engagement de son ami Frankignoul dans les rangs de ceux qui voulaient bâtir une nouvelle Europe libérée des banksters, authentiquement nationale et sociale ? »

     

    Joris vitrail.jpegC’est à cela qu’entend répondre M. Maurits Cailliau dans le nouveau courrier (2e trimestre 2019, pp. 19-20) du Studiecentrum Joris van Severen.

     

    Entretemps, il nous est prêté, en tant que rédacteur de notre Courrier, un excès de « political correctness » –accusation que, par ailleurs, nous rejetons avec force. Elle se fonde sur le soupçon que nous aurions voulu innocenter celui qui fut l’ami de Joris van Severen au temps du Front de l’Yser d’un possible engagement au Front de l’Est. Nous savons tous en effet que nombre de disciples de Joris van Severen –et sûrement pas parmi les plus modestes d’entre eux – ont résolument franchi ce pas.

    En ce qui nous concerne, nous nous garderons bien d’écrire l’histoire avec des « et si… » à propos de ce que Joris van Severen aurait pu faire s’il n’avait pas été assassiné à Abbeville en mai 1940. Toutefois, et après avoir étudié de nombreux documents allemands ainsi que les notes du journal de Joris van Severen lui-même, nous avons bien peur de devoir penser qu’il aurait plutôt partagé le sort d’un Paul Hoornaert, le chef de la Légion Nationale, qui mourut dans un camp de concentration allemand [certains parlent de Sonnenburg, aujourd’hui en Pologne, sur l’Oder, réservé à des opposants politiques des pays occupés ; d’autres du Fort de Breendonk, près d’Anvers] (nous avons rassemblé nos conclusions dans un essai intitulé « Les soupçons légitimes des Allemands sur le Verdinaso » qui sera publié dans le 23e Annuaire Joris van Severen qui paraîtra en mai prochain).

     

    Nous regrettons d’avoir heurté M. Cailliau à propos de ce que nous avons compris à tort comme une tentation de « politiquement correct » et nous ne polémiquerons pas sur le fait de savoir qui écrit le plus d’histoire-fiction en évoquant la possibilité de réaliser le rêve thiois au sein du IIIe Reich ou celle d’aller mourir dans un de ses camps de concentration puisque, malheureusement, Joris van Severen n’a eu la possibilité d’effectuer aucun de ces choix après son assassinat à Abbeville, le 24 mai 1940.

     

    Lire la suite

  • L’Encyclopédie de De Bruyne : mensonges et perfidie (8)

     

     

    10 mai 1940, l’heure des règlements de compte a sonné : les tentatives d’assassinat de Léon Degrelle

     

    « Arrêté par la Sûreté belge (10.05.1940 – en vertu de la loi du 22 mars 1940 relative à la défense des institutions nationales) et déporté en France (15.05.1940 via Ostende-La Panne, Dunkerque, Cassel, Calais, Béthune dans un convoi comportant 73 personnes, accompagnées de 25 gendarmes et de M. DELIERNEUX, directeur au département de la Justice), il échappe de justesse à une exécution sommaire à Abbeville. Libéré (22.07.1940) du camp du Vernet d’Ariège (⤇ P. DAYE), il regagne Bruxelles espérant y jouer un rôle politique de premier plan. »


    36 LD Ennemi n°1.jpgV
    oilà comment, en quelques lignes imprécises et lapidaires, De Bruyne rend compte, comme d’un incident sans gravité, de l’arrestation scandaleuse et des tortures incessantes qui furent infligées par le gouvernement belge criminel à un élu de la Chambre des Représentants du peuple, censé jouir de l’immunité parlementaire : c’est légalement que Léon Degrelle aurait été arrêté, déporté en France et aurait même échappé à l’« exécution sommaire » qui attendait certains de ses compagnons de misère à Abbeville, avant de revenir sain et sauf à Bruxelles pour retrouver sa vaine obsession de « jouer un rôle politique de premier plan ».

     

    Toujours présenter Léon Degrelle comme un matamore, maladivement assoiffé de pouvoir !... La phrase suivante (au solécisme navrant) y insiste d’ailleurs : « Débouté dans ses tentatives, la Collaboration lui semble la seule issue possible pour arriver à ses fins. »

     

    Lire la suite