Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

benito mussolini

  • La première interview de Léon Degrelle d’après-guerre (3)

    Copie de l’aide-mémoire destiné à la rencontre avec Robert Francotte (1)

     

    1.

     Notes rédigées par Léon Degrelle à Saint-Sébastien (Espagne),

    le neuf mai 1946.

     

    San Sébastian (1).jpg

     

    I. Avant la guerre

    Politique strictement nationale. Lutte pour un Etat fort et propre. Aucune dépendance de l’étranger.

    Quelques amis italiens de Mussolini –qui avaient pour moi une grande affection– ont aidé REX (Automne 1936, Hiver 1936-37). Mais cette aide était d’inspiration purement sentimentale. L’Italie n’avait rien à faire chez nous. Xavier de Grunne [1] reçut ainsi environ quatre millions, à l’automne de 1936, à son château de Wesembeeck-Opem (?).

    Dès le printemps de 1937, cette aide passagère avait pris fin. Quant avec l’Allemagne, rien.

    J’ai vu Hitler, accidentellement, en 1936 (durant les vacances de l’été). Il me proposa le plébiscite de la réconciliation à Eupen-Malmedy. J’en fis part au Roi. La proposition n’eut pas de suite [2].

    Depuis lors, je ne vis (ni moi, ni qui que ce fût de mon entourage) aucun Allemand et ne gardai absolument aucun contact. Je ne savais même pas où se trouvait l’Ambassade d’Allemagne en Belgique. Durant la « drôle de guerre », je fus, avec sincérité totale, un partisan farouche de la neutralité. J’avais

    2.

    vu le Roi à ce sujet, au début de septembre. Entrevue secrète. Le capitaine Jacques de Dixmude m’introduisit le soir au Palais de Laeken [3]. Le Roi approuva totalement ma lutte pour la Paix. Nous n’eûmes jusqu’au 10 mai absolument aucun contact avec la propagande allemande.

    – Oui ou non, la guerre fut-elle, pour tous les Européens indistinctement, une imbécillité et une catastrophe monumentale ?

    II. Mon arrestation, le 10 mai 1940 fut monstrueuse [voir ce blog aux 30 avril et 6 mai 2017]. J’eusse servi mon pays au front avec foi et passion. Le parlement laissa s’effectuer mon arrestation et ma livraison au Conseil de guerre français de Lille. Ce fut une infamie.

    La preuve que nous n’avions rien à voir avec les Allemands, c’est que ceux-ci ne firent même rien pour moi après la guerre de 40 et me laissèrent moisir en prison pendant de longues semaines à Tarbes, Toulouse, Puy-en-Velay et Vernet !

    Je ne fus délivré qu’à la suite de l’intervention de Vichy, de Pierre Daye et de vieux camarades d’Université, tous Belges [4].



    [1] Sur Xavier De Grunne (1894-1944), voir Lionel Baland, Xavier de Grunne, De Rex à la Résistance, éd. Godefroy de Bouillon, 2017.

    Baland De Grunne.jpg

    La couverture de cette biographie s’orne du chromo publié par le chocolat Jacques pour célébrer le Comte Xavier de Grunne, président du club alpin de Belgique, qui, en 1932, dirigea une mission scientifique au Congo belge : il s’agissait d’explorer le versant occidental du mont Ruwenzori au sommet duquel (5094 m) le comte planta le drapeau national. Xavier de Grunne publiera en 1937 le rapport de cette expédition : Vers les glaciers de l’Equateur, Le Ruwenzori, Mission scientifique belge 1932.

     

    Léon Degrelle, qui lui a gardé indéfectiblement son amitié, en dresse le portrait suivant :

    « Pour certains de nos dirigeants, tels que le comte Xavier de Grünne, la guerre avec l’Allemagne était certaine. Ami inséparable du roi Albert, compagnon de ses excursions montagnardes, Xavier de Grünne était animé par un brûlant besoin de se dévouer et par une générosité à la fois sublime et enfantine. Il avait fait au Congo l’ascension du Mont-de-la-Lune, puis était redescendu de la Lune vers la Belgique juste au moment où je frappais à grands coups de balai dans le houraillis de banquistes, de grugeurs, de coupeurs de bourse et de pots-de-viniers des vieux partis de politico-finance. Il était devenu sénateur de Rex, un sénateur impétueux, fantasque, toujours prêt à grimper aux lustres, se retournant, de son fauteuil, pour administrer des paires de claques sonores dans les abajoues de ses adversaires ébaubis. Mais il était droit comme une épée, pur comme les lumières du matin.

    Xavier de Grunne.jpg

    Au début de 1939, il était venu me trouver afin de me proposer un plan nouveau de politique étrangère : “Attaqués par Hitler, nous le serons tôt ou tard, m’expliqua-t-il. Inutile de se leurrer. Plutôt que d’attendre d’être rejetés dans le camp anglo-français, parmi la bousculade d’un premier jour d’invasion, mieux vaut passer immédiatement dans la coalition où nous serons refoulés tout de même un jour, bon gré mal gré, panzers allemands dans les reins.”

    Par conséquent, Xavier de Grünne me demandait de lancer à fond le Mouvement rexiste dans une grande campagne d’intervention pro-alliée. […]

    Nos thèses, à chacun de nous, étaient honnêtes et également défendables. Mais, en conscience, j’étais certain que les miennes étaient les plus conformes à l’intérêt de l’Europe et de mon pays. Je fis appeler mes amis les plus chers et les amis les plus chers de Xavier. Tous me donnèrent raison. […] Nous nous déclarâmes d’accord sur la formule et nous nous quittâmes fraternellement.

    Le plus cocasse fut la suite. […] Il avait vu le résultat de cette guerre qu’il avait voulu, en toute bonne foi, précipiter. Fidèle à son pays, il tentait de relever les ruines.

    Il alla aussitôt plus loin que quiconque dans les visions d’avenir. Il comprit tout le parti que les Soviets tireraient de la tragédie où sombrait l’Europe. Redoutant l’ampleur de la poussée communiste de l’après-guerre, n’hésitant pas devant le danger, il imagina un plan personnel de défense de la Belgique aussi secret que radical. Il était devenu presque invisible. Nous ne savions ce qu’il faisait en dehors de ses articles. Audacieux comme toujours, il courait mystérieusement les routes, s’employait à rassembler le matériel de combat d’une milice de son invention qui, au jour de la décomposition générale, ferait face, à Bruxelles, aux bandes de Moscou triomphantes.

    Les Allemands tombèrent sur le pot-aux-roses, découvrirent un arsenal prodigieux. Xavier, qui allait à fond en tout, avait retourné toute la Flandre pour y déterrer les dépôts d’armes enfouis par diverses divisions de l’armée belge, la veille de la capitulation du 28 mai 1940. Il avait ramené, fourbi, caché dans les caves de son château et ailleurs, de quoi armer plusieurs dizaines de milliers d’hommes ! Cher, très cher Xavier, noble et pur paladin de la Lune ! Les lois de la guerre étaient contre lui. Les Allemands le condamnèrent à mort, mais ils ne l’exécutèrent point. On n’entendit plus parler de lui. Seulement après la guerre, l’on apprit qu’il avait succombé, à force de privations, mais fier et indomptable, au camp de concentration de Buchenwald [en fait, le camp de Gross-Strehlitz, aujourd’hui en Pologne]. »

    (Léon Degrelle, La Cohue de 1940, pp. 14-18).

    [2] Sur la réalité du « financement » de Rex par l’Italie et l’Allemagne, voir ce blog au 14 avril 2016.

    Sur les impressions de Léon Degrelle à propos de sa première rencontre avec Adolf Hitler, le 26 septembre 1936, voir ce blog, notamment, au 4 juin 2016.

    [3] Le capitaine Lucien Jacques de Dixmude (surnommé «Dixy »), officier d’ordonnance du roi Albert Ier, découvreur, avec Xavier de Grunne, de la dépouille du roi, mort le 17 février 1934 lors d’une escalade des rochers de Marche-les-Dames, était un cousin de la mère de Léon Degrelle, Marie-Catherine Boever. En février 1945, le commandant Lucien Jacques de Dixmude devait participer à un commando constitué pour libérer Léopold III et sa famille, alors retenus prisonniers en Autriche, projet qui sera abandonné lorsque les Américains les auront libérés le 7 mai 1945.

    Marche les Dames 18 février 1934.jpg

    Au lendemain de la mort du roi Albert Ier, les journalistes accèdent au lieu de l’accident, accueillis par des policiers et un officier du Palais (Lucien Jacques de Dixmude ?) : la voiture du roi, à l’avant-plan, est encore sur place.


    L
    éon Degrelle a raconté comment son cousin pouvait faciliter ses rencontres avec le roi Léopold III dont il était resté officier d’ordonnance : « Quand la guerre de Pologne a éclaté, j’ai vu le roi. Je me rendais discrètement le soir au palais de Laeken où m’attendait un cousin de ma mère, le capitaine Jacques de Dixmude, devenu général depuis lors [plus précisément, en 1956, lieutenant-général au Grand Quartier général des puissances alliées en Europe (Shape)]. Le roi m’attendait dans son salon, encore vêtu de sa tenue d’équitation, chaussé de hautes bottes, détendu par sa chevauchée. Nous avons ainsi monté ensemble toute la série d’articles que j’ai publiés dans Le Pays réel pour défendre la neutralité au lendemain de l’invasion de la Pologne. » (Léon Degrelle : persiste et signe, p. 187).

    Sur Léon Degrelle et la neutralité belge, voir ce blog au 20 mai 2018.

    Pour l’anecdote, signalons qu’au nom de l’anticolonialisme, l’imbécile cancel culture d’aujourd’hui n’a pas manqué de vandaliser la statue du père de Lucien, le général Alphonse Jacques, héros du combat contre les esclavagistes arabes au Congo. C’était sur la Grand-Place de Dixmude, le 18 janvier 2022 !

    Le général Alphonse Jacques fut créé baron et autorisé à joindre le nom de la ville de Dixmude à son patronyme par une particule nobiliaire, le 15 novembre 1919 : ce fut la récompense de son action héroïque à la tête du légendaire 12e régiment de Ligne qui stoppa définitivement l’offensive allemande devant Dixmude pendant la Première Guerre mondiale.

    Pays réel 1939 09 24 Neutralité-horz-horz-vert.jpg

    Quelques-uns des éditoriaux de Léon Degrelle concernant la neutralité publié en « une » du Pays réel au lendemain de l’invasion de la Pologne.

     

    [4] Pierre Daye,1892-1960, écrivain, chef du groupe parlementaire rexiste en 1936, parvint à retrouver Léon Degrelle déporté dans un camp du sud de la France et à le ramener à Bruxelles (ce blog au 30 avril 2017).

    Daye FB 165 19 11 1932.jpg

    Bien qu’ayant quitté Rex en 1939 pour rejoindre le Parti catholique, Pierre Daye ne mesura jamais son amitié pour Léon Degrelle, allant jusqu’à harceler Vichy pour hâter sa libération. Après la guerre, réfugié en Argentine, il s’efforça de ménager à son ami un accueil sécurisé dans son pays d’adoption (ce blog au 4 mai 2016).

    Dainah Blu-ray.jpg

     

    Écrivain apprécié, Pierre Daye, qui se battit en Tanzanie et au Congo pendant la Première Guerre mondiale, est l’auteur de nombreuses chroniques africaines, dont, en 1929, la nouvelle Daïnah la métisse, republiée en 1932 dans l’hebdomadaire littéraire Les Feuillets bleus pour bénéficier de sa fortune cinématographique. Elle fut en effet immédiatement adaptée au cinéma par le scénariste Charles Spaak et Jean Grémillon à la réalisation (avec, en vedette, Charles Vanel). Malheureusement, l’œuvre mettant en scène un Noir raffiné se faisant justice en tuant un Blanc, lâche assassin de sa femme, fut véritablement saccagée par la société de production Gaumont. Réduit à un format de moyen métrage (48 minutes) dont le propos non conventionnel était devenu inintelligible (le réalisateur refusa d’ailleurs que son nom apparaisse encore au générique), le film mutilé ne connut aucun succès (néanmoins aujourd’hui disponible en DVD/Blu-ray).

    Daye dédicace Crokaert.jpeg

    En 1932, espérant profiter de la sortie du film, Pierre Daye réunit en volume quelques nouvelles exotiques qu’il publia sous le titre Daïnah la métisse (précisant, en page de garde, « et autres contes des Tropiques »). La nouvelle qui eut les honneurs du grand écran est ainsi dédicacée « Pour Charles Spaak et pour Jean Grémillon, à qui cette petite histoire ne parut pas indigne de l’éclatante vie du cinéma ».

    Ce qui nous intéressera, c’est que, d’une part, un des contes, à la sensualité trouble, Le conquérant de Kateko est justement dédicacé à son ami Jacques Crokaert. D’autre part, nous disposons de l’exemplaire numéro 5, des trente, sur papier Vergé d’Arches de la nouvelle édition de Daïnah, dédicacé de manière sibylline au couple Jacques Crokaert, exprimant l’inaltérable et vive affection de Pierre Daye pour son ami, exprimant ainsi sa capacité à surmonter certaine déception.

    Les « vieux camarades » de l’Université Catholique de Louvain qui partirent délivrer Léon Degrelle (ce blog au 30 avril 2017) sont les avocats Carl Doutreligne, 1906-1973, agent d’assurances, puis administrateur de sociétés, et Jacques Crokaert, 1901-1949, conseiller communal rexiste d’Ixelles, conseiller provincial rexiste du Brabant, fils du ministre catholique Paul Crokaert qui, soutenu par Léon Degrelle, lança les premières attaques contre les politiciens corrompus de son parti : voir ce blog aux 5 avril 2017 (Paul Crokaert) et 7 mai 2019 (Carl Doutreligne). Jacques Crokaert participa, en septembre 1940, au Bureau politique de Pierre Daye dont le but était de réorganiser « les bases structurelles de la Belgique » dans le cadre d’une Europe dominée par le IIIe Reich.

     

    Jacques Crokaert-horz.jpg

    À gauche, Jacques Crokaert, auteur après la guerre des ouvrages non conformistes La Guerre oubliée, 18 jours qui ont permis Dunkerque et Les Routes de l’Exode, 1940 ; à droite, annonce de l’extravagante condamnation de Carl Doutreligne (La Dernière Heure, 19 mars 1948 ; à noter que le ministère public n’avait requis « que » quinze ans et près de trois fois moins de « dommages et intérêts » !).

     

     

    À suivre

     

  • Coup de tonnerre dans l'historiographie degrellienne

     

    Les Mémoires d'Anne Degrelle-Lemay

     

    C’est la nouvelle que nous n’attendions plus : la biographie de Léon Degrelle la plus autorisée, puisque rédigée du point de vue de sa fille Anne.

     

    Le livre, intitulé Degrelle, l’homme qui changea mon destin, authentique reviviscence des annales degrelliennes, est sorti de presse ce 1er juin 2022 aux éditions espagnoles SND Editores.

     

    Née le 27 juillet 1936, la troisième fille de Léon Degrelle et Marie-Paule Lemay reçut le prénom d’Anne, celui de la fille de Benito Mussolini, Anna Maria (son troisième enfant aussi), chez qui se trouvait précisément le Chef de Rex ce jour-là. Son enfance bruxelloise fut certes marquée par l’absence de son père participant héroïquement à la Croisade contre le bolchevisme au Front de l’Est, mais qui écrivait le plus souvent possible à ses enfants (ce blog au 15 décembre 2020) et transformait ses permissions en fêtes mémorables (ce blog au 13 octobre 2021).

     

    Ce n’est qu’après-guerre qu’elle put retrouver son père tant aimé, après la tragique disparition de son frère Léon-Marie dans un accident de la circulation à Séville (ce blog au 26 février 2016). Elle fut dès lors constamment à ses côtés, observant son combat politique et littéraire, participant aux difficultés et aux dangers de son exil mouvementé, s’engageant elle-même dans le combat de renouveau national espagnol aux côtés de son époux Servando Balaguer et de Blas Piñar, le chef charismatique de Fuerza Nueva (ce blog au 25 mai 2019).

     

    Elle donna naissance à quatre beaux enfants qu’elle éleva dans la foi de ses parents, le respect de son histoire et de sa culture et l’amour actif de son prochain. C’est aussi cet héritage reçu de son Papa ainsi que son histoire authentique et sa véritable personnalité qu’Anne Degrelle-Lemay a voulu transmettre à ses enfants et ses onze petits-enfants à travers ces mémoires, indispensables aussi à tout degrellien (voir aussi l’hommage d’Anne Degrelle à son Papa, sur ce blog au 31 mars 2021).

     

    anne degrelle-lemay,benito mussolini,servando balaguer,blas piñar,carlina,snd editores

    Anne en conversation avec son Papa, dans l’appartement madrilène de la Calle García Morato.

     

    Nous n’avons pas encore reçu l’ouvrage, mais nous y reviendrons longuement après lecture.

     

    En guise de mise en bouche, en voici le sommaire :

    Livre I. Une vie effilochée

    Naître sous une bonne étoile ; Pour qui retentissent les sirènes ?; Voyage en enfer : l’Allemagne, notre nouvelle maison ; Retour à Bruxelles ; L’amour infini d’une grand-mère ; « Degrelle = tabou », notre nouveau nom : Lemay ; Fin du calvaire : Maman revient dans notre vie ; Lutte et courage d’une femme exceptionnelle ; Vie estudiantine et professionnelle : le destin me joue des tours ; Les retrouvailles.

    Livre II. Les raccommodages du destin

    L’été 58 ; La Carlina ; Madrid, un monde différent ; Les avatars d’un entrepreneur amateur ; Adieu à La Carlina ; Les années 70 ; Les enfants grandissent ; Mort de Franco ; Mort de Maman ; Le vie change, pour le meilleur et pour le pire ; Les années 90 ; Les enfants deviennent adultes ; Les dernières années avec mon père ; La campagne de Russie : la bataille de Tcherkassy ; Mon divorce ; La mort de mon mari : une tristesse infinie ; Ma vie de solitude ; Remerciements.

    anne degrelle-lemay,benito mussolini,servando balaguer,blas piñar,carlina,snd editores

    Anne Degrelle-Lemay, Degrelle, el hombre que cambió mi destino, Fuenlabrada (Espagne), SND Editores, 2022, 180 pages, 22 euros (+ 11 euros de frais de port, soit 33 euros à verser au compte ES11 2100 4256 4222 0009 7728 de Sierra Norte Digital S.L.). Pour toute correspondance : aromero@elcorreodeespana.com.