Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livres - Page 5

  • Degrelle. Qui suis-je ? Par Francis Bergeron, éditions Pardès, 2016, 125 pages

     

    VIII. Léon Degrelle en couverture de Signal

    « Rapidement, sa popularité, sur le front, devient considérable. Il fera deux fois la couverture de la revue Signal» (Bergeron, p. 72)

    À notre connaissance, le nouveau Ritterkreuzträger Léon Degrelle n’a fait la couverture que du seul numéro 5/1944 de Signal, d’ailleurs reproduite à la page 80.

    En légende : « LEON DEGRELLE décoré de la Croix de chevalier. Le chef du parti rexiste belge commande la brigade de SS “Wallonie” composée d’engagés volontaires et qui s’est particulièrement distinguée à Tscherkassy. Cliché Atlantic de la PK des SS»

    La revue Signal était un bimensuel national-socialiste très populaire, aux splendides photos couleur, publié dans plus de vingt-cinq langues européennes.

    Nous sommes heureux de vous proposer une reproduction de l’édition grecque (Σύνθημα - Synthêma)  !

    Signal grec.JPG

     

     (A Suivre)

  • Degrelle. Qui suis-je ? Par Francis Bergeron, éditions Pardès, 2016, 125 pages

     VII. L’engagement militaire de Léon Degrelle

    « Pourquoi cet engagement personnel ? Degrelle n’a pas fait son service militaire, n’a jamais manié une arme. Et, à cette époque, il a quatre enfants, dont l’aîné n’a guère que 7 ans. Mais le journaliste Robert Poulet l’a un peu provoqué : “Ce n’est pas tout d’y pousser les autres, peut-être faudrait-il y aller soi-même”, a-t-il écrit, en substance. » (Bergeron, p. 70)

    francis bergeron,léon degrelle,front de l'est,rex,engagementAîné d’une famille de plus de six enfants, Léon Degrelle a été exempté d’office de son obligation de service militaire par la loi de 1928. Ce qui ne l’a pas empêché de demander son incorporation sous les drapeaux (armée de l’air) en 1939, requête refusée au motif qu’il était député de Bruxelles.

    Par ailleurs, après la défaite de la Belgique et les épreuves subies au cours de sa captivité en France, et dans l’inactivité totale où il est réduit depuis son retour au pays, Léon Degrelle, toujours habité par son idéal dont la réalisation se concrétise ailleurs et sans lui, se rappelle au bon souvenir d’Adolf Hitler lui-même. Il lui écrit le 10 avril 1941 (c’est-à-dire bien avant le déclenchement de l’opération Barbarossa, le 22 juin) : « […] C’est pour sortir de cette inaction que je vous écris, Führer, afin d’obtenir de vous l’honneur insigne de pouvoir lutter, fraternellement, à côté de vos soldats. Pendant la durée de la guerre, je ne puis, politiquement, être d’aucune utilité. Laissez-moi donc alors, Führer, mettre à votre disposition, sur les champs de bataille, ma force et ma jeunesse ! […] Führer, je suis certain que vous ne me refuserez pas cette joie. Vous vous souviendrez du jeune homme qui, dès 1936, venait à Berlin vous apporter le salut de Rex. […] Vous me permettrez, j’en suis convaincu, de mêler mon effort à l’effort de la jeunesse du IIIe Reich et de m’engager volontairement parmi vos troupes. Je serai infiniment heureux, malgré mon attachement à mon foyer et à mes quatre petits enfants, de connaître le destin militaire de votre jeunesse héroïque. Que Dieu, Führer, conduise vos drapeaux à la victoire et à la paix. »

    Il reçut la réponse de Hitler par un courrier du Chef des Oberkommando der Wehrmacht en personne, le Generalfeldmarschall Wilhelm Keitel, le 4 ou le 5 juillet : sa requête est refusée « pour des raisons de principe » : « Le Führer ne peut pas vous laisser partir pour le front parce que vous êtes indispensable pour votre activité politique » (Cahiers d’Histoire de la Seconde Guerre mondiale, 1978, pp. 168-170). (1)

    Dans ces conditions, il est difficile de croire –son héroïsme, par la suite, au Front de l’Est en attestera par ailleurs à suffisance– que Léon Degrelle fût un planqué et n’ait pas envisagé, dès le début, de participer à la croisade antibolchevique : il ne faisait, en fait, qu’obéir au Führer.

    Dès le 24 juin, il avait manifesté, dans Le Pays réel, son entière solidarité avec les troupes du Reich dans le combat contre le bolchevisme, affirmant explicitement, le 30 juin, que « les Wallons sont assurément dignes d’avoir leur part à la grande croisade ». Cela se concrétisa par la publication, le 8 juillet, de l’avis de recrutement pour le « Corps Franc Wallonie ». Recrutement auquel, nous venons de le voir, il ne pouvait participer…

    Mais les difficultés rencontrées pour l’engagement prévu de quelque 5000 volontaires décidèrent à l’évidence le Chef de Rex à passer outre aux réticences de Hitler et à montrer l’indispensable exemple : il annonça son enrôlement dans la Légion Wallonie au cours du meeting qu’il tint le 20 juillet à Liège. En trois jours, plus de 400 volontaires s’empressèrent de le rejoindre !

     

    francis bergeron,léon degrelle,front de l'est,rex,engagementL’anecdote savoureuse de Robert Poulet est certainement véridique, connaissant son absolue probité, mais elle coïncida très certainement avec une décision déjà prise, ce qui permit au « beau Léon » de lancer sa réponse flamboyante, à la Cyrano : « C’est pour moi que vous dites cela ? […] Et bien j’y vais ! »

    C’est dans un article de Rivarol du 6 décembre 1985 que Robert Poulet rapporte ce dialogue, mais on doit aussi à la vérité de rappeler la réaction sincère et spontanée de l’écrivain, héros de la Première Guerre mondiale : « Léon Degrelle était allé se battre [au Front de l’Est] dans un mouvement impétueux qu’il était difficile de ne pas admirer. » Léon Degrelle avait fait mouche !

     

     

    1. Il est important de préciser dans quelle perspective Léon Degrelle avait entrepris cette démarche : non pas pour s’aligner aveuglement sur l’Allemagne et s’intégrer inconsidérément dans sa politique, mais pour donner une chance à la Belgique de retrouver un rôle dans l’Europe nouvelle. C’est ce qu’expliqua le chef de Rex dans une interview à Défense de l’Occident (novembre 1972). Il n'est évidemment pas question ici de "pousser les autres" au casse-pipe! : « Dès le début, je m’étais dit qu’il n’y avait de solution que militaire. Les Allemands étaient des soldats qui avaient triomphé, nous étions des vaincus et des civils. Tout était contre nous. Il fallait donc revenir à égalité avec eux et cette égalité, nous ne l’obtiendrions que par l’égalité du sacrifice. Je vais vous révéler un fait peu connu. En avril 1941, quand j’ai vu que l’affaire tournait très mal pour la Belgique et que les Allemands s’affirmaient comme les maîtres de l’Europe, qu’ils avaient balayé les Balkans, la Grèce, la Crète, j’ai écrit à Hitler pour m’engager. À ce moment, je ne pensais pas lever des volontaires. La guerre contre la Russie n’avait pas encore commencé. Je ne cherche donc même pas les circonstances atténuantes de la lutte contre le communisme. Mais comme je ne voulais pas lancer mon pays dans une aventure militaire absurde, je m’y suis lancé tout seul. Ceci dit, j’ai été ravi que l’Allemagne attaque l’Union soviétique deux mois plus tard, car cela nous a permis de nous lancer en masse dans la bagarre. Keitel m’a répondu que le Führer ne pouvait pas accéder à ma demande car il me réservait pour un futur rôle politique très important. Il ne restait plus qu’à aller cultiver mon jardin. »

     

    (A Suivre)

     

  • Degrelle. Qui suis-je ? Par Francis Bergeron, éditions Pardès, 2016, 125 pages

     

    VI. Elections de 1937 : une défaite qui était victoire

    « La défaite est écrasante : Van Zeeland est élu avec 81% des suffrages exprimés (276 000 voix). Or, dans la même circonscription, lors des élections de 1936, Rex avait obtenu, allié avec le VNV, 75 000 voix. » (Bergeron, p. 55)

    Van Zeeland Petit Parisien - Copie.jpgFrancis Bergeron a raison d’insister sur les circonstances exceptionnelles de ces élections, absolument inédites alors dans les démocraties européennes (même si le « Front républicain » est désormais la norme dans la France d’aujourd’hui) : « C’est donc un obstacle formidable que doit franchir le parti, seul contre tous. » Mais ce n’est pas seulement contre les partis, mais contre le système incluant l’Eglise catholique qu’il devra également lutter : alors plutôt que de parler de l’ « erreur considérable » de Léon Degrelle d’avoir provoqué ces élections qu’il eût largement emportées dans des conditions normales, il eût fallu souligner le scandale inouï du « coup de crosse » de Malines aggravant encore la situation , de cette incroyable ingérence de l’Eglise dans un scrutin où « non seulement les autorités catholiques demandent de ne pas voter Rex, mais elles condamnent l’abstention, c’est-à-dire qu’elles demandent de voter Van Zeeland » !

    Dans ces conditions où la défaite était inévitable, il eût été également juste de placer les résultats électoraux dans une perspective plus contextuelle.


    léon degrelle,1937,van zeeland,francis bergeron,rex,élections,coup de crosseNotons tout d’abord qu’aux élections du 24 mai 1936, Rex ne présentait nullement de liste commune avec le VNV (c’est Jean-Michel Etienne, dans Le Mouvement rexiste jusqu’en 1940, qui opère cet amalgame pour trafiquer son analyse). Les résultats de Rex à Bruxelles lui sont donc tout personnels : 53.582 voix, soit 15,77%.

    Le 11 avril 1937, Rex obtint 69.642 voix (19%), soit, vu les circonstances, loin de la majorité absolue face à la coalition de tous les partis, mais bien au-delà de celle logiquement espérée dans un scrutin où chaque parti se fût présenté indépendamment. Léon Degrelle réalise donc bien une progression substantielle par rapport à 1936 (plus de 3%). La coalition du système contre nature, quant à elle, ne faisait que stagner par rapport à l’addition des scores catholiques, socialistes, libéraux et communistes de 1936, n’augmentant qu’à peine de 0,5%.


    Van Zeeland Photo - Copie.jpg
    Autre information intéressante : Paul Van Zeeland, le champion de la démocratie et  de l'épiscopat, le vainqueur de Degrelle, « danger pour le pays et pour l’Eglise », empêtré dans le scandale politico-financier de la « cagnotte de la Banque nationale » dénoncé par Rex, dut démissionner six mois plus tard, le 25 octobre 1937, pour rejoindre définitivement les oubliettes de l’histoire.

     

    (A Suivre)

     

     

  • Degrelle. Qui suis-je ? Par Francis Bergeron, éditions Pardès, 2016, 125 pages

     

    V. Pierre Daye en Argentine

    « Sous la pression de la communauté internationale, l’Espagne l’expulse de son territoire, mais Pierre Daye peut gagner l’Amérique latine, où il vivra treize années, sous un faux nom. En décembre 1947, il est déchu de sa nationalité belge, et il mourra en Argentine en 1960. » (Bergeron, p. 50).

    Daye Feuillets bleusss.jpg
    On sait que Pierre Daye faillit accueillir en Argentine un Hergé écœuré par l’acharnement aveugle de la soi-disant « épuration » : « j’attends donc de tes nouvelles avec une impatience fébrile et j’espère, j’espère ! que le temps est proche où nous quitterons pour toujours cette pauvre vieille Europe chancelante… », lui écrit le dessinateur le 10 avril 1948.

    Ce qu’on sait moins, c’est qu’il fut sur le point d’accueillir également Léon Degrelle, ainsi qu’on peut le lire dans une lettre de ce dernier à son ami néo-argentin, exactement à la même époque : « Le “convoyeur” (Fuldner) se chargeait, lui, du visa. Il annonça qu'il enverrait mes papiers et objets personnels par la valise diplomatique. Il proposa que le départ eût lieu le 11 février. Afin d'être certain que tout serait au point, je proposai le 21 février. Fuldner devait, en effet, aller encore en Suisse retrouver (et rechercher) sa femme et sa fille. Il fut entendu que nous ferions le voyage ensemble, tous les quatre. Depuis ce temps-là, Fuldner n'a plus réapparu à mes yeux. Le voyage fut reporté définitivement au 1er mars, mais à cette date-là, pas le moindre signe de vie de Fuldner ne m'était parvenu ! Moi, j'étais fin prêt, muni de mon passeport, ayant acheté valises, vêtements, etc. avec mes toutes dernières réserves. Il fallut laisser partir l'avion, où ma place avait été retenue. […]

    Enfin, il est arrivé, par un autre pays d'Amérique du Sud, un câble, puis une lettre d'un ami, agent secret espagnol, m'avertissant de ne pas partir, à aucun prix : Perón s'est formellement opposé à ce que je vive réfugié dans son pays, dit-il. Il y a là-bas aussi des indiscrétions, paraît-il. Cela ne m'étonne pas […]. Reste-t-il des possibilités de vivre en Argentine discrètement ? Que s'est-il passé à mon sujet chez Perón ? […] Fais l'impossible pour m'envoyer d'amples nouvelles et me dire s'il reste des chances pour moi de pouvoir vivre en Argentine. »
    (Lettre à Pierre Daye du 23 avril 1948 – Archives Marc Vanbesien).

     

    (A Suivre)

  • Degrelle. Qui suis-je ? Par Francis Bergeron, éditions Pardès, 2016, 125 pages

     

    IV. Robert Sexé, une hypothèse plaisante, mais illusoire

    « Finalement, Robert Sexé aurait pu avoir autant de raisons que Léon Degrelle, sinon davantage, de revendiquer d’avoir servi de modèle pour Tintin. » (Bergeron, p. 33)

    Nous avons répondu en détail à cette proposition inattendue (elle avait été publiée dans une interview de Francis Bergeron par Robert Spieler dans Rivarol du 8 octobre 2015). Le lecteur se reportera à ce blog « Dernier Carré. Léon Degrelle » (voir à la date du 1er février 2016, mais la publication fut probablement trop tardive pour que Francis Bergeron puisse en tenir compte).

    zzzz.pngEn résumé, bien qu’elle fût aussi plaisante que séduisante, cette hypothèse ne peut être retenue car le « grand reporter motocycliste des années vingt et trente », qui frisait la quarantaine à l’apparition de Tintin, – né adolescent en janvier 1929 –, et portait des lunettes (parmi les héros de Hergé, seul le professeur Tournesol en sera affligé) n’a jamais envoyé de reportages ou de photographies au vingtième siècle (qui n’en a en tout cas jamais publié). Tout au plus pourrait-on envisager que Hergé se soit laissé inspirer par un cliché de Sexé publié en 1925 dans le magazine Moto Revue (mais les archives de Hergé n’en gardent aucune trace) où l’on aperçoit, à l’arrière-plan, comme sur la couverture de Tintin au pays des Soviets en 1930, la silhouette de la cathédrale de Basile le Bienheureux. Cependant, Tintin ne pilote jamais de moto dans ses premiers albums, sauf un side-car dans les Soviets, qu’il fracasse sur une borne après seulement trois cases, alors que c’est en voiture de course qu’il arrive à Moscou dont on aperçoit la fameuse silhouette de la cathédrale…

    Que Robert Sexé ait connu chez son sponsor des motos Gillet-Herstal le champion René Milhoux est certes une anecdote savoureuse, mais qui ne relève que de la pure coïncidence homophonique : nous l’avons expliqué dans notre article et, par ailleurs, nous espérons pouvoir bientôt revenir en détail sur l’origine de Milou que Léon Degrelle situe sur… des clichés d’Adolf Hitler datant de la Première Guerre mondiale !...

     

    robert sexé,hergé,rené milhoux,léon degrelle,francis bergeron,rivarol

    Photo prise par Robert Sexé à Moscou en 1925. À l’arrière-plan, la cathédrale de Basile le Bienheureux, comme sur la couverture de Tintin au pays des Soviets, mais il s’agirait plutôt d’une coïncidence car Hergé ne reproduit pas la même silhouette… (cette photo est issue de Janpol Schulz, Sexé au Pays des Soviets, Les éditions du Vieux Château, juin 2012 (réédition numérique), p. 155).

     

     

    (A Suivre)

     

  • Degrelle. Qui suis-je ? Par Francis Bergeron, éditions Pardès, 2016, 125 pages

     

    III. Tintin mon copain trop tardif ?

    « Degrelle ne va évoquer qu’assez tardivement cette ressemblance avec Tintin. » (Bergeron, p. 28)
    francis bergeron,jean mabire,tintin mon copain,synthèse nationale,tintin,hergé
    C’est une erreur courante de croire que ce n’est qu’avec Tintin mon copain (toujours en voie d’achèvement en 1994 ; le manuscrit se trouvait encore sur la table de nuit de sa chambre d’hôpital où il devait décéder le 31 mars : voir Alberto Torresano, Léon mon Ami !, in Léon Degrelle, Documents et témoignages, Cahiers d’Histoire du Nationalisme, Synthèse nationale, p. 116) que Léon Degrelle révèle avoir servi de modèle à Tintin. La première trace documentée – même si c’est subrepticement – se trouve dans l’interview-fleuve de Jean-Michel Charlier en 1976 (qui ne sera publiée qu’en 1985) : « Tintin l’universel affublé de mes pantalons de golf » (p. 71).

    Vers la même époque (1985), Jean Mabire a le projet d’un article « Léon Degrelle fut-il Tintin ? » où son intuition perçoit tous les points de ressemblance physique, mais aussi morale, éthique, spirituelle (voir le Bulletin des Amis de Jean Mabire du Solstice 2015).

    francis bergeron,jean mabire,tintin mon copain,synthèse nationale,tintin,hergéNous sommes quelque temps après le décès de Hergé (3 mars 1983). Donc le moment, pour Léon Degrelle, de rendre hommage à son ami en révélant la nature fraternelle de leur relation amorcée dès Le XXe Siècle et dressant le parallèle de leurs destins. Pourquoi ne pas l’avoir fait avant, « pendant la période rexiste », « lors des engagements du front de l’Est » ou « dans l’immédiat après-guerre » (Bergeron, p. 28) ? Encore qu’on le voie mal se revendiquer de Tintin lors des « Six jours » du Palais des Sports de Bruxelles ou lors des corps à corps de Tcherkassy, Léon Degrelle a clairement expliqué dans Tintin mon copain qu’il n’avait nulle intention de nuire à son ami Hergé en jetant de l’huile sur le feu de la répression et de l’épuration : « Dans mon refuge, je n’allais pas compromettre un vieux frère comme Georges, qui avait déjà fort à faire pour désherber dans ses albums les quelques nez crochus que la “Résistance” avait dénichés à la loupe ! » (p. 195).

    Il y mettra de même les points sur les « i » à propos de la valeur qu’il accordait à cette péripétie anecdotique : « Avoir aidé Hergé à faire de Tintin un personnage qui, avec le temps, porterait à travers la planète la culotte de golf décrochée de ma garde-robe et la houppette cueillie sur ma boîte crânienne, ne serait qu’un incident merveilleux à travers ma vie haute en couleurs. », p. 21)

    Mais, visiblement, Léon Degrelle n’envisageait que l’aspect extérieur de Tintin, ne se rendant apparemment pas tout à fait compte de l’importance de son influence spirituelle et morale sur celui qui deviendrait le héros « des jeunes de 7 à 77 ans »…

     

    (A Suivre)

     

  • Degrelle. Qui suis-je ? Par Francis Bergeron, éditions Pardès, 2016, 125 pages

    II. Cristeros et Mes Aventures au Mexique

    Mes Aventures au Mexique.jpg« Mais il est certain que, [au Mexique, Léon Degrelle] n’a participé à aucun fait d’armes. Et son témoignage, quoique plaisant, reste très superficiel. » (Bergeron, p. 26)


    L
    imiter l’expérience mexicaine de Léon Degrelle à la seule publication de
    Mes Aventures au Mexique est quelque peu réducteur car le livre n’a été publié qu’en 1933, réunissant les impressions de voyage que Léon Degrelle avait publiées dans son nouvel hebdomadaire Soirées (du 23 octobre 1931 au 9 avril 1932, et non dans le vingtième siècle, comme le pense Francis Bergeron, p. 25).

     

    Lire la suite

  • Degrelle. Qui suis-je ? Par Francis Bergeron, éditions Pardès, 2016, 125 pages

    I. La Légion d’honneur du papa de Léon, Edouard Degrelle

    A l’issue de la Première Guerre mondiale, le papa de Léon, Edouard Degrelle « fait partie des résistants clandestins, et sera décoré de la Légion d’honneur par la France pour “faits de patriotisme”. » (Bergeron, p. 15)

    Peut-être eût-il été intéressant d’expliquer quelles furent ces actions qui valurent à un obscur brasseur des Ardennes belges la plus prestigieuse des décorations françaises ?

    Edouard+famille 1938.jpg« Mon père, qui était un patriote fervent, avait monté à Arlon [...] un service de renseignements pour l’armée française. [...] Il a pu observer, un des tout premiers, au début de 1916, que s’opérait dans la direction de Verdun un déplacement gigantesque d’unités militaires, d’artillerie, de munitions, de ravitaillement. Il a ainsi acquis la certitude qu’un événement décisif se préparait. [...] Il est parvenu à rassembler des renseignements nombreux. Il [...] allait jusqu’à Liège, tenait ses rendez-vous avec des agents français dans des églises à peine éclairées. C’est pour cela qu'il a reçu après la guerre la légion d’honneur que vint lui annoncer, dès l’armistice, à Bouillon, le maréchal Pétain [...]. » (Charlier, Léon Degrelle : persiste et signe, p. 28)

    Lire la suite

  • Degrelle. Qui suis-je ? Par Francis Bergeron, éditions Pardès, 2016, 125 pages

     

    La collection « Qui suis-je ? » des éditions Pardès rassemble des monographies sur toute sorte de personnages historiques, le plus souvent fort intéressantes en ce qu’elle donne accès à des renseignements non autrement disponibles pour le lecteur francophone (Leni Riefenstahl, Juan Perón, Knut Hamsun, Arno Breker, Ernst Jünger,…) ou à des témoignages de première main sur des acteurs de notre histoire récente (où trouver ailleurs de bons éléments biographiques sur François Brigneau, Lucien Rebatet, Pierre Gripari, Robert Poulet, Jacques Chardonne,… ?).

     

    Lire la suite