Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dernier Carré "Léon Degrelle" - Page 7

  • « Hitler est un fou », mais c’est celui qui dit qui est !

    Le « journalisme » rigolo du SoirMag

     

    Monsieur Bellum.jpgCertains connaissent peut-être l’excellente bande dessinée de Hergé parue dans l’hebdomadaire neutraliste belge L’Ouest en 1939. Voulant illustrer la détermination de Hergé, –sentant « que la catastrophe approchait » d’une nouvelle guerre endeuillant l’Europe–, à « combattre en Belgique la folie belliciste des littératuriers de presse », Léon Degrelle a repris, dans son Tintin mon copain, cette brève mais éloquente séquence de Monsieur Bellum, ce belliciste à la conscience formatée par les médias officiels, tel Le Soir (« Bellum » veut dire « Guerre » en latin, et non, comme le suggère mon neveu branché, « Bel homme » en volapuk SMS !). Description précise de la BD :

    « Dans les deux premiers “strips”, Monsieur Bellum écoute distraitement la radio. Il est en bras de chemise, mais porte néanmoins un faux-col, raide comme la Tour Eiffel. Il lit “Le Soir”, ainsi que le veut la bienséance. Soudain une voix surgit dans l’appareil de radio : “Et dans le conflit actuel, la Belgique se doit de garder la plus stricte neutralité”. Le sang de Monsieur Bellum passe aussitôt du violet à l’écarlate. Il se dresse, virulent. Des flèches, des étoiles, des vapeurs jaillissent de ses bras, de son nez rond, de son crâne luisant sur lequel se hérisse une mèche de cheveux, droite comme un vieux blaireau de coiffeur :

    “–Neutralité ! Neutralité ! mais la neutralité des consciences, ça jamais !”

    Au cinquième dessin, M. Bellum arrive dans une rue lépreuse, aux briques fatiguées, près d’une inscription lyriquement évocatrice, “Jules est avec Mariette”. Il s’arrête, tend l’oreille, les mains en alerte. Personne à l’horizon. Alors, en hâte, M. Bellum inscrit, vengeur, sur le mur rongé : “Hitler est un fou !”... Ni vu, ni connu. Il a pu faire du patriotisme sans être pris ! Faisant marche arrière, frottant la craie de ses paumes afin d’effacer toute trace accusatrice de son exploit, il se remet en route, le cigare vainqueur. Il a sauvé la conscience de la Belgique !

    Tous les dessins donnés par Hergé à “L’Ouest” sont de la même veine, sarcastiques, incisifs, démasquant à travers la pleutrerie trépidante de M. Bellum la fausse neutralité des trois quarts des Belges d’alors. » (p. 61)

    Aujourd’hui, à l’occasion d’une édition de Mein Kampf « officialisée », le SoirMag reprend le rôle de M. Bellum lisant Le Soir, de manière presque aussi rigolote.

    Dans son édition du 12 au 18 juin (cette fois, c’est notre voisine qui nous a donné son exemplaire périmé), l’hebdomadaire TV bruxellois présentait la réédition du « livre du pire, retitré Historiciser le mal » : « Une couverture blanche, neutre. Pas de photo du Führer. Un autre titre, savant, qui annonce un traitement critique. Pas de large diffusion en librairie ; disponible uniquement sur commande au prix de 100 euros. »…

    Guère de quoi appâter le chaland amateur de sensations fortes, donc !... Aussi, l’illustration de l’article ne reprendra pas la « neutralité » décourageante de la nouvelle publication en français, mais bien la bonne vieille édition allemande du parti national-socialiste avec photo officielle et grande signature de l’auteur : ça au moins, ça attire l’attention et ça fait lire !...

    Soir Mag Mein Kampf.jpeg

    Mais soyons sérieux : on nous affirme qu’il était nécessaire de rééditer « le brûlot de Hitler » car il était « tombé dans le domaine public en 2016 ». On ne voit pas trop ce que ça changeait, sinon de fournir une occasion de l’assortir d’un « appareil critique puissant, sans concession », de quelque « 2800 notes en face à face des passages décortiqués » pour analyser « ce concentré d’antisémitisme, de racisme et de bellicisme ».

    Pour ce faire, on n’a pas lésiné : on « a mobilisé une cinquantaine de chercheurs », travaillant avec l’aide de « l’Institut d’histoire contemporaine de Munich (IFZ) ». On nous l’affirme : il fallait absolument éviter que ces « 896 pages » pesant « 3,6 kilos » puissent encore « galvaniser les nostalgiques et les néo-nazis », car c’est un livre dangereux qui s’était « répandu comme un poison en Allemagne »…

    En fait, le SoirMag concède que ce n’est même pas vrai : « En réalité, peu de monde l’a lu. » Ah bon ? Et pourquoi ça ? Tout simplement parce qu’il « démontre la faiblesse de son auteur » et sa « pensée pauvre et confuse » : « dans sa forme inaboutie, incohérente et haineuse, avec les obsessions de Hitler, son style [est] consternant, sa prose minable ». Bref, « l’affaire d’un homme hystérique devenu monstrueux »…

    Bien différent du nazisme qui est, lui, « plus réfléchi, plus abominable ». D’ailleurs, en haut lieu, on préférait le nazisme, cet « écosystème en vigueur en Allemagne dans les années 30 » [?] et on mettait donc la théorie de cet « écosystème » en pratique, plutôt que de se préoccuper du « contenu idéologique » de Mein Kampf

    Voilà qui nous rassure et ne nous poussera certes pas à débourser une centaine d’euros pour pareil pensum !... Mais du coup, on se demande pourquoi il fallait tant d’efforts pour réaliser un tel ouvrage –qui, nous dit la directrice des éditions Fayard, n’est finalement pas vraiment une réédition, « mais un livre contre “Mein Kampf” »–, puisque quasiment personne (même en haut lieu) ne le lisait et que pratiquement tout le monde se foutait bien de son contenu ?

    Eh bien, il paraît que des « éditions pirates, brutes et sans recul, circulent toujours en Turquie, dans les pays arabes et en Inde » ! Ça alors ! Et ces gens-là parviennent malgré tout à lire ce bouquin ? Potentiel danger supplémentaire : sont-ce les mêmes qui viennent ensuite migrer chez nous, risquant de propager le poison ?

    Sans doute qu’ils parviennent à le lire et d’autres aussi d'ailleurs et dans toutes les langues, car même si sa « lecture semble ardue et fastidieuse […], les tares qu’il traîne dans ses pages prolifèrent sur le Net… et dans les têtes » !!!...

    Bon ! À force de voir le SoirMag écrire tout et son contraire, on n’y comprend plus rien ! Hitler est un fou ? ou c’est celui qui dit qui est ?... Décidément, le SoirMag est un fou !

    Hitler Linz.jpeg« Hitler, c’était le sens interdit ! Le plan de démontage de l’Allemagne de Hitler était, dès 1935, visible à l’œil nu. […] Les barrières fanatiquement dressées entre Européens nous coupaient de toute possibilité de rechercher des arrangements qui eussent pu sauver la vie aux cinquante millions de personnes qui périrent entre 1939 et 1945. » (Léon Degrelle, Tintin mon copain, pp. 49-52).

     

    Photo extraite de Hitler dans sa patrie (Heinrich Hoffmann, 1938) : Adolf Hitler entre dans son pays natal, suite à l’Anschluss du 13 mars 1938 (les Autrichiens l’avaliseront à 99,75 % par le plébiscite du 10 avril 1938).

     

    Post-scriptum : si ce bouquin illisible est tombé dans le domaine public en 2016, les Nouvelles Editions Latines en assurent la diffusion en français, sans discontinuer, depuis… 1934 ! Mein Kampf – Mon Combat est donc toujours disponible au prix de 36 euros et ne pèse que 1,4 kg pour 686 pages ! Et les NEL n’ont pas attendu l’armée de chercheurs français de l’Histoire correcte pour prendre du recul et assortir le livre d’une mise en garde initiale de huit pages : Nouvelles Editions Latines.

     

  • Léon Degrelle : un talent littéraire des plus précoces

     

    15 juin 1906 – 15 juin 2021

     

    Jeunesse 22 12 28 Martinet titre.jpgÀ l’occasion du cent-quinzième anniversaire de la naissance de Léon Degrelle, nous vous avons retrouvé un des tout premiers textes publiés par le jeune et talentueux conteur.

    C’était dans le dernier numéro de décembre 1922 de la « revue hebdomadaire illustrée » La Jeunesse. Léon Degrelle avait tout juste seize ans et il publiait, sous le pseudonyme de Noël (Léon à l’envers) L’épopée d’un martinet, un récit autobiographique quelque peu romancé, dans la rubrique « Les beaux contes de tous les pays » (pp. 901-903).

    Dès son plus jeune âge, Léon Degrelle témoigna d’exceptionnels talents d’écriture, reconnus d’emblée par son professeur du cycle inférieur des études secondaires à l’Institut Saint-Pierre, Paul Rosman : « Vous serez un grand écrivain ! ». Ce témoignage est d’autant plus intéressant qu’il émane d’un instituteur gaumais n’ayant exercé qu’à titre intérimaire à Bouillon au cours de l’année 1919 (la Gaume, appelée aussi Lorraine belge, est la région wallonne la plus au sud de Belgique ; Florenville, principale cité avec Virton, est à trente kilomètres de Bouillon) : étranger à la petite communauté citadine, il ne pouvait être influencé par aucun a priori local, familial ou social.

    Quatre ans plus tard, son professeur de poésie et de rhétorique (ainsi qu’on appelle les deux dernières années des Humanités classiques en Belgique), le père jésuite Paul Colmant, du Collège Notre-Dame de Namur, confirmera l’intuition de l’instituteur de Bouillon : « Depuis que j’enseigne, c’est la plus belle plume que j’ai rencontrée. »

    Son premier biographe, Usmard Legros, l’avait d’ailleurs aussi déduit de l’examen de ses premiers résultats d’école primaire : Léon Degrelle « fait son école primaire au collège diocésain de Bouillon que dirigent des prêtres séculiers. Bon élève, moyennement appliqué mais fort intuitif et compréhensif, il fait d’excellentes études et ses premières compositions révèlent déjà le futur styliste puisqu’elles lui valent, d’après les petits bulletins orgueilleusement conservés par ses sœurs, des récompenses flatteuses. » (Un homme… un chef. Léon Degrelle, 1938, p. 33).

    Institut Saint-Pierre 6.jpg

    C’est à l’Institut Saint-Pierre, situé en face de sa maison sur l’autre rive de la Semois, sous le château de Godefroid de Bouillon (et non à l’Athénée royal qui était pourtant juste à côté du domicile familial), qu’Edouard Degrelle choisit d’envoyer ses fils Léon et Edouard effectuer le cycle inférieur de leurs Humanités.

    L’Institut disparut dans les bombardements français aux premiers jours de la Seconde Guerre mondiale.

    Entrée en Belgique à l’aube du 10 mai, l’armée française occupa Bouillon qu’elle évacua vingt-quatre heures plus tard après avoir fait sauter tous les ponts enjambant la Semois. Pour retarder vainement l’avance allemande autant que pour venger cette fuite peu glorieuse, l’artillerie française bombarda aveuglément la ville au soir du 11 mai : les quartiers du quai du Rempart (où se trouvait l’Institut Saint-Pierre, sur la rive gauche de la Semois) et du quai de la Maladrerie, plus en aval, sur la rive droite, furent anéantis. La rive droite, en amont, où se trouvaient la propriété des Degrelle, l’Athénée et l’ancien couvent des Sépulcrines (transformé en habitations sociales pour les ouvriers de l’importante ferronnerie voisine), demeurera miraculeusement épargnée.

    Ci-dessous, une photo du quai de la Maladrerie ravagé par les bombardements français : elle fut publiée dans l’annuaire Die Wehrmacht Das Buch des Krieges 1939-40, avec la légende : « Si la ville de Bouillon a souffert des tirs d’artillerie, ce fut de la part des Français. C’est en vain que l’artillerie française a tenté d’arrêter les Allemands. Elle a échoué : le pont détruit a été remplacé dans les plus brefs délais par nos pionniers. » (p. 230). Ce pont provisoire, situé quelque peu en aval du Pont de Liège (visible du jardin des Degrelle) a été construit en une demi-journée par les troupes du génie allemand. N’attendant pas sa réalisation, les Panzers et les véhicules blindés de transport de troupes de la 1ère Division du 19e Corps d’Armée traversèrent néanmoins facilement la Semois, peu profonde et multipliant les gués à cette époque de l’année, pour foncer sur Sedan.

    Bouillon Die Werhmacht.jpeg

    Et Léon Degrelle se le rappelle dans ses premières confidences à son amie Louise Narvaez, à qui il confie ses souvenirs en 1945 dans sa prison-hôpital de San Sébastian :

    « Dès l’âge de treize ans, il écrivit. Il s’était mis à créer des récits et des contes pour les revues bruxelloises, Le Boy-Scout belge et La Jeunesse. […] Quand on regarde des gamins de treize ans, on doit faire un effort pour imaginer qu’un garçonnet de cet âge-là, en courtes culottes, les cheveux en bataille, perché au haut d’un arbre au-dessus de l’eau de la Semois, pouvait déjà être dévoré à ce point par un incendie intérieur. » (Louise, duchesse de Valence, Degrelle m’a dit, p. 35).

    Le Boy-scout avril 1924-horz.jpg

    En réalité, ce n’est pas dans Le Boy-Scout belge que le jeune Léon vit ses premiers textes publiés, mais dans le mensuel Le Boy-Scout où il fit paraître dès novembre 1920 (il a quatorze ans), par exemple, ses impressions sur le congrès de la jeunesse catholique luxembourgeoise ou le compte rendu de camps où sa troupe « Charles Théodore » accueille dans les forêts de Bouillon d’autres troupes scoutes, notamment de Bruxelles. Le Boy-Scout belge, quant à lui, est né quelques années plus tard, en 1927, de la fusion, associant leurs noms, des deux organes du scoutisme catholique belge Le Boy-Scout (né en 1919) et Le Scout belge (né en 1925).

    La troupe scoute de Léon Degrelle, « Charles Théodore » (dont les quatre-vingt membres sont divisés en trois pelotons, Léon Degrelle appartenant au premier), tirait son nom de l’hommage qu’elle voulait rendre au second fils du roi Albert –le « Roi-Chevalier » de la Grande Guerre–, frère du futur Léopold III, Charles, comte de Flandre. Ce dernier, après la capitulation du Reich en 1945 et l’empêchement du retour de son frère en Belgique, fut nommé régent du Royaume. On l’avait surnommé, par opposition à Léopold III, supposé collaborateur, le « Prince du maquis » ! S’il en est besoin, nous rappellerons que, contrairement à tous les autres pays européens, la Belgique, ni sous la régence de Charles, ni par la suite, n’adopta jamais la moindre loi d’amnistie ou de « réconciliation nationale » (voir ce blog au 27 novembre 2020).

    Tombeau du Géant L'Orient années 20 couleur.jpgPhoto colorisée du Tombeau du Géant situé sur la commune de Botassart, hameau de la ville de Bouillon, dans le Luxembourg belge. La graphie « L’Orient » figurant sur les cartes postales éditées par la maison Nels, de Bruxelles, est née d’une mauvaise compréhension du lieu-dit Lorihan, qui est le nom originel du massif constituant le Tombeau du Géant. Les rives de la Semois fourmillent de localités ou de lieux-dits présentant la désinence –han (probablement le germanique –heim, qui signale un domaine puissant) constituant autant de places fortes, de villages ou de positions stratégiques aisément défendables, établis par les Francs à la fin de l’Empire (IVe siècle). On peut ainsi relever dans la seule région de Bouillon : Poupehan, Frahan, Dohan, Libéhan, Briahan, Mohan, Merleu-Han,…

    Notons surtout que la troupe « Charles Théodore » organisa, début août 1922, le « Camp de la Joie » sur le site même du Tombeau du Géant (à Botassart, petit hameau de Bouillon, abritant aujourd’hui une partie des cendres de Léon Degrelle, voir ce blog au 31 mars 2019) auquel participa la troupe scoute de l’Institut Saint-Boniface d’Ixelles, à laquelle appartenait Georges Remi, alias Hergé. Peut-être est-ce là que se produisit la toute première rencontre entre le créateur de Tintin et son modèle (voir Léon Degrelle, Cristeros, Aux origines de Tintin, Introduction, p. 36 ; voir ce blog au 7 février 2019). Par la suite, les deux jeunes gens collaboreront tous deux au Boy Scout, comme aux revues de l’Association Catholique de la Jeunesse Belge, Le Blé qui lève et L’Effort, de même qu’à partir de 1928, au quotidien catholique Le XXe Siècle.

    St Boniface Fresque Hergé camps.jpg

    L’Institut Saint-Boniface d’Ixelles s’installe dans ses nouveaux et vastes locaux, en avril 1920. Ils comprennent une vaste chapelle néo-gothique à laquelle est accolée une maisonnette à deux étages qui deviendra le local de la troupe scoute de l’Institut. La décoration en sera bien sûr confiée à Hergé : les fresques et frises qu’il a imaginées (scouts et indiens rampant, chevaliers à cheval joutant à la lance, jeu du tir à la corde, emblèmes scouts à la fleur de lys,…) ont miraculeusement traversé les ans quoique fort endommagées. Cette œuvre –comme le local qui l’abrite et n'a plus servi que de débarras a sombré dans l’oubli pendant presque un siècle avant de réapparaître en 2007, année du centenaire du scoutisme : à peine le temps de permettre d’y consacrer une monographie (Philippe Goddin & Thierry Scaillet, Hergé et le décor des locaux scouts de l’Institut Saint-Boniface, Cahiers d’histoire belge du scoutisme, 2007, 2e édition 2013) : depuis lors, aucune mesure de conservation de cet exceptionnel témoignage de l’art de Hergé au service du scoutisme naissant en Belgique n’a jamais été prise… Jusqu’à ce que, tout récemment (mai 2021), le secrétaire d’état socialiste flamand en charge du patrimoine de la région bruxelloise annonce le lancement d’une procédure de classement, tout en précisant qu’il ne s’agissait pour le moment que « d’analyser le pour et le contre », vu –supposons-nous !– les amitiés douteuses de Hergé, en particulier celle le liant à Léon Degrelle (voir ce blog, notamment, le 24 octobre 2016 et les huit chapitres de Degrelle-Hergé, même combat, du 21 septembre au 1er décembre 2020).

    Ces fresques nous intéressent en ce qu’elles authentifient le passage de la troupe scoute de Hergé à Bouillon et sa participation au Camp de la Joie organisé par la troupe scoute de Léon Degrelle à Botassart, sur le site du Tombeau du Géant, en août 1922 : une vaste carte de Belgique indique par des tentes d’indiens rouges les différents camps de la troupe ; sur le côté droit, une liste en récapitule les endroits par ordre chronologique entre 1919 et 1922 : le camp de Botassart est l’avant-dernier, avant celui des Dolomites. Est-ce alors et au Tombeau du Géant que Hergé et Léon Degrelle firent connaissance ?...

     

    L’épopée d’un martinet.

     

    Jamais je ne l’oublierai, ce fameux martinet...

     

    Son souvenir est trop bien gravé dans ma mémoire et aussi, je crois, dans... !

     

    ᛃᛚᛞᛃ

     

    La guerre touchait à sa fin… Les Boches, dans une déroute sans pareille, regagnaient leurs centres d’outre-Rhin. Aussi était-il temps de s’y prendre pour pouvoir garder quelques souvenirs. C’est ce que, dans notre philosophie, nous nous communiquions, mon frère Edouard et moi…

     

    Les occasions pleuvaient… ; notre chambre se vit bientôt transformée en un véritable arsenal où nous nous chargions pour nous exercer à la prochaine guerre, de tout démantibuler !

     

    Un midi, nous allions nous mettre à table quand voilà tout à coup Edouard qui arrive, fier comme Artaban, brandissant un martinet monumental… croyant, le malheureux gosse, à un engin militaire !

    LD Larousse Martinet 2.jpegLe Nouveau Petit Larousse illustré (1924) de Léon Degrelle était toujours à portée de main et le mémorialiste ne s’est jamais privé de l’annoter et de l’illustrer (voir ce blog au 13 mai 2018). Ici, alors qu’il fut bien marqué par l’épisode du martinet de son frère Edouard, c’est plutôt l’oiseau qui retient son attention dans son dictionnaire !

     

    Il était à peine entré que ma grande sœur Marie, vrai gendarme en jupons à qui incombait la police de la garnison bondit sur le martinet :

    « Ah ! je vous tiens maintenant ! Qu’il y en ait encore un qui bouge ! »

     

    Le coup avait été si brusque, si rapide, que devant cette apparition vengeresse, nous croyant arrivés au jugement dernier, atterrés et anéantis par le malheur, nous ne pûmes que baisser la tête dans un désespoir navrant…

     

    Le dîner fut épouvantablement lugubre…

     

    Nous n’osions lever le nez, en proie à de noirs pressentiments !

     

    ᛃᛚᛞᛃ

     

    Les voies de fait allaient bientôt suivre !...

     

    Deux jours après… au cours d’un combat mémorable où les deux frères, avec l’énergique intention de se démantibuler mutuellement le tempérament, se roulaient sur le plancher rivalisant de force, d’adresse et de courage ! La musique adoucit les mœurs, dit-on… Ici, je crois bien que c’était le contraire car les notes éclatantes que nous lancions ne faisaient que nous exciter davantage !

     

    « Le lutte était ardente et noire »… Quand soudain, armée du martinet, Marie apparaît dans l’embrasure de la porte ! Pif ! Paf ! Pouf ! et avant d’avoir pu nous esquiver, nous recevions tous deux une correction de main de maître !

    img_7372.jpg

    « La lutte était ardente et noire » : célèbre vers du poème L’expiation de Victor Hugo : le combat épique entre les deux frères atteint, pour Léon, les sommets hugoliens des Châtiments qui vont bientôt s’abattre sur lui !...

    Image du Panorama, dans la rotonde jouxtant la butte du Lion de Waterloo : cette peinture monumentale (110 mètres de long sur 12 mètres de haut), réalisée sous la direction du peintre français Louis Dumoulin (1860-1924), exalte la charge héroïque de la cavalerie du maréchal Ney contre les troupes anglaises. A noter que cet endroit censé commémorer la victoire des alliés anglo-néerlando-allemands sur Napoléon –le lion qui domine la butte est le Leo Belgicus symbolisant le Royaume uni des Pays-Bas (voir ce blog au 17 octobre 2018)– est devenu, pour tous les touristes, un mémorial napoléonien…

     

    Un commun malheur nous avait réconciliés !

     

    « Tu peux toujours te vanter, sais-tu toi, d’avoir apporté ce martinet, dis-je à Edouard en me frottant les côtes ! En tout cas, j’en ai assez. Il faut en finir. Tu y es ?

    – Oui.

    – Et bien, il nous faut prendre le martinet !

    – Je veux bien, reprit Edouard, qu’enflammait le désir de la vengeance. »

     

    Nous nous concertâmes. On s’emparerait du maudit “knout” et on le jetterait à la rivière, tout comme un chat crevé, pas plus d’honneur que cela !

     

    Nous eûmes bientôt repéré l’endroit où il était caché…

     

    Le lendemain, dimanche, Edouard –oh, le fripon !– se glisse à la cuisine, attrape mon martinet et s’en va le cacher sous le lit de maman…

     

    « Allez ! Il faut se dépêcher ! Va vite le chercher ! » Nous voilà bientôt au jardin…

     

    Edouard sort de son pantalon le fameux martinet !

    « C’est moi qui le jette, me dit-il.

    – Oh, j’aime autant, toutefois que je n’en attrape sur la caisse ! »

     

    Au bord de la rivière… Edouard qui commence à devenir blanc : « Bah ! j’aime mieux que tu le lances !...

    – Eh bien, donne, froussard !... » Et, héroïquement, j’envoie le martinet à la Semois.

     

    Les eaux étaient fortes. Bientôt, il coula et disparut… Tout était consommé… Déjà en nous montait le pressentiment d’un orage futur…

     

    ᛃᛚᛞᛃ

     

     

    A la grand’messe, ma petite sœur fut, on ne peut plus méchante. Il n’en fallait pas plus pour s’attirer les foudres de notre pandore ! Rentrée à la maison, Marie court à la cuisine. « Pas de martinet ! »

    Eglise Bouillon.jpgL’église des Saints Pierre et Paul, de style néo-classique, est l’œuvre de l’architecte Joseph Dumont (1811-1859) qui est également à l’origine de l’église néo-gothique Saint-Boniface, d’Ixelles, à quelques rues de l’Institut Saint-Boniface où le jeune Georges Remi –le futur Hergé–, fut élève et membre de la troupe scoute. L’église de Bouillon fut inaugurée le 11 avril 1851. Léon Degrelle y fut baptisé le 20 juin 1906 par son oncle et parrain, l’abbé Joseph Boever (1874-1950), le frère de sa Maman (ce blog au 15 juin 2016).

    Sur cette rare carte postale, on aperçoit encore les statues de saints dressées aux angles des frontons : au nombre d’une dizaine, elles furent enlevées vers 1925, face au danger que représentait leur rapide dégradation.

     

    Au bruit de l’émeute, je me précipite dans l’escalier, juste à temps pour entendre Edouard piailler. « C’est pas moi, c’est pas moi, c’est “le” Léon ! »

     

    J’étais cuit… Toute la famille grimpait maintenant l’escalier… J’allais être massacré !

     

    Vite, je suis dans ma chambre… Allez ! je me verrouille et puis houp ! la table, l’armoire, le lit, le lavabo, tout derrière la porte… Il était temps, ma grande sœur bondit sur la porte… fermée !

     

    « Ouvre !

    – Non !

    – Ouvre ou j’enfonce la porte !

    – J’aime autant : alors, je saute par la fenêtre ! »

     

    Et boum… boum… Je résistais héroïquement quand voilà le verrou qui saute… Je pousse la table… Avec l’énergie du désespoir, je résiste… L’armoire tombe… Hélas… je faiblis… et dans un effort final, le pandore entr’ouvre la porte… J’étais perdu !

     

    Alors, j’escalade chaise, lit, table de nuit et je saute juste à côté de Marie pour attraper une « ratournée » oh laquelle ! Je m’échappe, je dégringole dans les escaliers ! Papa m’attrape et pif et paf… Aïe, aïe, aïe… Sapristi, ce que j’ai crié !!!

     

    Heureusement que j’étais dur… De guerre lasse, on abandonna ma dépouille pantelante (quand les autres regardaient) ! Ce qui ne m’empêcha pas, en allant me débarbouiller à la cuisine de chiper encore une belle pomme que je croquai avec la satisfaction du devoir héroïquement accompli !

     

    ᛃᛚᛞᛃ

     

     

    Cette épopée eut tout de même un résultat heureux : jamais plus, on ne revit un martinet à la maison.

     

    Noël

     

     

    Une version moins romancée…

     

    LD Scout.jpgDès la création de la troupe de l’Institut Saint-Pierre en 1919, Léon Degrelle se voudra scout. Il a tout juste treize ans.

     

    L’histoire du martinet a suffisamment marqué l’imaginaire de Léon Degrelle pour qu’il la raconte à nouveau dans un ouvrage qui n’était pas destiné à la publication, car il s’agissait d’un long mémoire destiné à se présenter à ses cinq enfants dont il était séparé depuis 1945 : l’aînée, Chantal, avait juste onze ans et le benjamin, Léon-Marie, six. C’est dire qu’ils le connaissaient à peine et que leurs souvenirs devaient aller en s'estompant (voir ce blog au 15 décembre 2020 pour des exemples de correspondance adressée à Anne et Chantal en 1944 et confisquée par la « justice »). Au début des années soixante, Léon Degrelle veut donner à ses enfants, désormais de jeunes adultes, sa version de l’histoire de sa vie, de ses engagements, de son idéal. Retrouvées dans ses papiers après sa disparition, ces pages ont été publiées, sans nom d’éditeur, ni précisions de date ou de lieu, sous le titre Mon Combat, illustré par des aquarelles du Légionnaire René Henrotay.

     

    Mais venons-en à l’histoire du martinet. Dans son conte, le jeune Léon précise que cet objet mystérieux était issu de leur chasse commune aux souvenirs militaires de la Grande Guerre qui venait de s’achever. Il le confirme dans son récit autobiographique : « On maraude dans les bois, à la recherche de cartouches, de grenades, d’armes, d’explosifs perdus ou oubliés. Puis, quand l’école ouvrira, le grand plaisir sera de mettre quelques grains de poudre sur le couvercle du poêle. Ce n’est pas tout à fait un feu d’artifice, mais l’effet est irrésistible. » (p. 57)

     

    Ce qu’il ne raconte pas, c’est que c’est son petit frère Edouard qui est sans doute le plus débrouillard dans cette collectionnite : s’il a découvert le fameux martinet, il a aussi découvert, avec un autre compagnon de jeux, la veille de Noël 1918, un engin explosif abandonné par les Allemand aux effets bien plus terribles. D’après Jean-Marie Frérotte (Léon Degrelle, le dernier fasciste, 1987), il s’agirait d’un détonateur de grenade : « il en traîne partout » (p. 24) ! Mais Léon choisit de ne pas rappeler cette tragédie. Car l’engin explosa en mutilant la main droite de son jeune frère –petite chance dans son malheur– gaucher, qui perd son pouce et les premières phalanges de trois doigts. Emmené d’urgence à l’hôpital militaire de Sedan, il sera opéré par deux chirurgiens qui parviendront à lui éviter l’amputation de la main. Le 2 décembre 1920, le tribunal des dommages de guerre de Neufchâteau lui reconnaîtra une invalidité permanente de 34 %.

    Maman Degrelle+Edouard.jpgLe petit Edouard, neuf ans, peu après l’accident de la Noël 1918 : sa Maman protège sa main meurtrie.

     

    Un gamin de l’époque, François Twisselmann, a raconté ce souvenir dans ses mémoires publiés en 1992 (Ma petite jeunesse à Bouillon), tout en se trompant de main. Remarquons aussi la coutume locale d'accompagner le nom des personnes de l'article défini: le petit Edouard, comme nous venons de le voir, raccuse son frère en le désignant: « c’est “le” Léon ! » (voir aussi ce blog au 25 décembre 2016).

     

    « À 11 heures, à la sortie de l’Institut, deux gamins ont eu un accident en essayant de dégoupiller une grenade. La grenade était cachée dans la jonchaie au bord de la rivière, juste devant l’Institut. Monsieur Genglère [instituteur en chef de l’Institut Saint-Pierre] ne sait pas si c’est l’Edouard Degrelle, un des deux valets du brasseur de la rue du Collège, qui a trouvé la grenade, ou bien si c’est l’Alphonse Louis, le valet du menuisier qui travaille chez Genotte à côté de l’Institut. L’Alphonse demeure dans la deuxième maison en dessous de notre école, après celle de la Pauline Collignon-Florin. C’est l’Edouard Degrelle qui a voulu dégoupiller l’engin qui a éclaté en lui enlevant le pouce et la moitié de l’index gauches ; un éclat de la grenade, et cela c’est encore pire, s’est logé dans l’œil gauche de l’Alphonse Louis.

    Au bruit de l’explosion, l’Eugène Genotte et son ouvrier, le père de l’Alphonse, sont sortis sur le rempart pour voir ce qui s’y passait. Le père de l’Alphonse a couru près de son garçon qui criait et ne voyait plus clair. Le Jules Dachy, le brasseur de la rue du Moulin, et ses ouvriers sont accourus aussi. Et Monsieur Genglère est arrivé au même instant. Mais que faire ? L’Albert Genotte a couru prévenir le docteur Louis Corbiau. Encore bien bon que le docteur n’était pas parti dans les villages. Il est venu en auto tout de suite. Il a fait un pansement à l’Edouard Degrelle pour arrêter le sang. Il a regardé l’œil de l’Alphonse. Il a fait monter les deux gamins dans son auto pour les mener à l’hôpital militaire que l’armée française a installé à Sedan.

    Monsieur Chevy [Lucien Chevy, instituteur en chef de l’école communale des garçons] nous a fait promettre de ne pas toucher aux engins de guerre. Ce n’est pas la première fois qu’il nous le dit. Monsieur Genglère l’avait aussi fait promettre à ses gamins. Cela n’a servi à rien. À cette heure, on n’a plus qu’à se fier aux chirurgiens de Sedan qui ont dû soigner bien des blessés de guerre. […]

    À l’école, Monsieur Chevy nous dit qu’il avait passé la soirée avec le père, la mère et la sœur de l’Alphonse Louis. Le docteur Louis Corbiau l’avait ramené de Sedan avec l’Edouard Degrelle. Il allait être 11 heures. Le pouce et l’index de l’Edouard ont été recousus. Le docteur Corbiau avait dit aux parents de l’Alphonse qu’il perdrait une partie de la vue de l’œil gauche. L’œil droit n’a rien eu. Pour le moment, l’Alphonse doit rentrer à la maison. On lui a donné des lunettes avec un verre gauche tout brouillé. Dans une bonne dizaine de jours, il pourra rentrer à l’Institut Saint-Pierre. » (pp.127-130)

     

    Mais voici le récit du martinet, en version « historique »…

     

    « La grande sœur Marie, la marraine de Léon, est beaucoup plus sévère que Maman. Elle a vingt ans, elle est belle et douce, elle rêve de perfection, de don complet. Elle entrera au Monastère des Abys, chez les Religieuses Visitandines. En attendant, elle a pris dans ses mains fermes la direction du bataillon des petits, qu’elle appelle parfois en riant les “insoumis”. Au reste, on se demande ce qu’aurait donné la nature ardente de son filleul s’il n’avait été maintenu, enfant, dans les brancards d’une piété solide, d’une discipline de vie exacte.

    Famille Degrelle fond jardin.jpg

    Probablement une des dernières photos de la famille Degrelle au grand complet dans son jardin en bord de Semois, avant le départ de l’aînée, Marie, le 31 mai 1921, pour le couvent des Sœurs de la Visitation au Monastère des Abys (près de Paliseul, à une quinzaine de kilomètres de Bouillon). On reconnaît, de gauche à droite, autour de la Maman et du Papa assis, Léon (15 juin 1906), Marie (30 juillet 1896), Suzanne (7 octobre 1911) et, devant elle, Edouard (30 avril 1909), Madeleine (29 juin 1904, voir ce blog au 20 mars 2020), Jeanne (14 juillet 1902) et Louise-Marie (20 juillet 1907).

     

    Edouard, qui était beaucoup plus calme, rentra un jour à la maison, triomphant : il avait trouvé sur la route, perdu par un cavalier, sans doute, un magnifique martinet, qu’il faisait claquer joyeusement.

    “– Bravo ! s’écria Marie en l’annexant, voilà justement ce qu’il me faut ! Et maintenant, marchez droit !”… Le triomphe du pauvre Edouard avait été de courte durée, car ses frère et sœurs ne lui ménagèrent pas les compliments de sa trouvaille… Et désormais, si on n’obéissait pas à une injonction, bzzz… les lanières du martinet cinglaient les mollets nus. C’était fort désagréable. Et Léon trouvait que c’était très humiliant. Aussi résolut-il de se libérer du martinet. Il dit aux “petits” : “Dimanche, soyons tous prêts bien à l’heure pour la grand-messe. Vous partirez tous. Je reviendrai chercher un mouchoir. Et j’irai prendre le martinet dans la chambre de Marie et le jetterai dans la Semois !”

    Ainsi dit fut fait. Les enfants, triomphants, revinrent de l’église comme un troupeau de chevaux échappés, en révolte ouvertes contre tous les ordres donnés par Marie. Celle-ci voulut aller prendre son acolyte en cuir. Disparu !

    “– Qui l’a pris ?”

    “– Moi”, dit Léon qui a toujours eu le courage des responsabilités. Puis lestement, il alla se barricader dans sa chambre. Finalement, il dut bien en sortir et reçut une paire de claques de sa sœur, ce qui le mortifia profondément. Il alla digérer sa rancune dans son arbre, au fond du jardin. Il allait souvent se réfugier là, soit pour lire et étudier quand les petits menaient trop grand tapage, soit pour avaler un affront. » (pp.63-64)

    Marie Degrelle 1920-horz.jpg

    « La grande sœur Marie, la marraine de Léon, […] est belle et douce, elle rêve de perfection, de don complet. Elle entrera au Monastère des Abys, chez les Religieuses Visitandines. »

    Marie prononcera ses vœux définitifs le 28 décembre 1925 et prendra le nom de Sœur Anne-Marie. Dans une lettre de 1975, Léon Degrelle rappela à sa sœur et marraine avec qui il garda toujours le contact –comme avec toutes ses sœurs– cet événement si absolu et bouleversant.

    « Tu partais… Ce que nous avons pleuré ! Huit jours entiers à pleurer ! Les huit derniers jours où tu vivais près de nous… J’ai pleuré alors pour toute ma vie. Et toi, tu restais calme. Je te vois encore comme si c’était maintenant, là, devant moi, t’agenouillant pendant quelques minutes devant le grand Sacré-Cœur de la salle à manger, puis te relevant, simple, souriante, allant toute droite vers la petite voiture et le cheval qui allaient t’emmener pour toujours.

    Tu coupais tout ! Tu te séparais de tout ! Tout notre monde s’écroulait, mourait pour toi… Et fraîche et belle, sans une larme, tu sacrifiais, impassible, cet univers humain pour ton véritable univers.

    Alors, quoi ? Comment aurais-tu voulu que nos âmes ne fussent pas, elles aussi, prises à la gorge par ce drame mystique ! Nous avions vu où était le vrai, le grand. »

  • C’est décidé : les Légionnaires wallons sont des criminels de guerre !

    La curée est lancée pour tenter

    d’accréditer cette odieuse calomnie…

     

    Nous avons relevé naguère qu’une offensive se mettait en place, tendant à criminaliser les Légionnaires wallons sur le Front de l’Est et à les transformer en criminels de guerre, auteurs de génocide et autres crimes imprescriptibles contre l’humanité, alors qu’en quasiment un siècle, aucun dossier de ce genre ne fut jamais ouvert, ni qu’aucun élément à charge de ce type ne fut jamais produit !

    Nous rendions alors compte de la scandaleuse émission diffusée, le 26 novembre 2019, sur la chaîne de télévision publique belge RTBF « Mon père était un SS wallon ». Elle se permettait d’affirmer tout en apportant la preuve du contraire ! que « Les Légionnaires wallons au Front de l’Est ont massacré des juifs. C’est un fait historique » !!! (ce blog au 30 novembre 2019).

    A la base de ce grossier mensonge (bien historique, lui !), les pseudo-historiens du CEGESOMA et leurs suspicions fantasmagoriques : « Comment expliquez-vous qu’il n’y a pas eu ou pratiquement pas eu de condamnations de Belges pour crimes de guerre ? » ; « On ne cherche pas toujours non plus à savoir quel a été le comportement vraiment des Belges qui sont partis se battre sur le Front de l’Est » ; « Ce qui s’est passé sur le front, ça, ça reste une grande inconnue » ; « On s’est intéressé au rexisme en tant que mouvement, mais visiblement pas à tout ce qui a été fait par les soldats qui ont suivi Léon Degrelle à la Légion Wallonie »…

    L’émission « Les enfants de la Collaboration », le 25 novembre 2020 enfonça encore le clou en présentant ces fils et filles de « collaborateurs » comme autant de citoyens conscients des crimes inexpiables de leur parent et condamnant uniment leurs agissements (à l’exception notable du petit-fils du Commandeur de la « Wallonie », José Antonio de la Rosa-Degrelle, voir ce blog au 15 décembre 2020).

    SoirMag 1a.jpegAujourd’hui, c’est le SoirMag qui vient donner sa ruade asine. Son édition du 5 au 11 juin publie, sous le titre se voulant sensationnel : « Mon père était un Waffen-SS », son scoop plutôt faisandé. En effet, c’était déjà sous un titre similaire –« Waffen-SS » était plus sobrement « SS wallon »– que le même témoin –« Julien » s’appelait alors « Antoine »– était venu faire part à la télévision de son mal-être face aux soupçons (aujourd’hui certitudes) des crimes inévitablement commis par son père…

    Et c’est vrai que le pauvre anonyme fils d’incognito semble bien devenu maboul, soigné par un psychanalyste car il n’avait pas « intégré l’impact imaginaire [?] que pouvait avoir le passé de [s]on père sur [lui] et [s]a famille ». Sans doute n’avait-il pas intégré non plus l’impact sur son père et son frère de ses réactions de « post-soixante-huitard » car tous les deux se sont suicidés, sans qu’on en connaisse les raisons précises, mais la présentation qu’en fait le malheureux Julien ou Antoine laisse augurer d’un véritable dérangement mental : « Leur manière de se suicider m’a interpellé d’ailleurs. L’un par balle, comma la Shoah par balle, l’autre par le gaz, comme dans les chambres à gaz » !...

    Ce que le pitoyable Julien-Antoine cherche désespérément à établir, c’est la culpabilité de son papa : « Les Waffen-SS […] se sont attaqués aux Juifs, mais aussi aux Slaves. Des atrocités ont été commises en Pologne, dans le Caucase et en Ukraine, où mon père a été envoyé. » Mais il ne trouve rien. Même le « dossier moral et répressif » de son père qu’il a pu consulter aux Archives générales du Royaume est pour lui « superficiel »… Quelque 230 pages, quand même ! Mais toujours rien sur des « crimes de guerre ». Et pourtant son papa a été promu « sergent dans les troupes de choc » (c’est-à-dire dans son unité militaire dont l’héroïsme fut célébré par de multiples citations à l’ordre du jour de l’armée, voir ce blog au 30 décembre 2019), ce que, dans son obstination, il ne peut interpréter que comme un indice de culpabilité, « une preuve de plus de son engagement »… Conclusion : « si de nombreux aspects de la Légion Wallonie sont très bien documentés, la question des crimes de guerre n’est jamais abordée. […] Et personne ne cherche à savoir s’ils y ont commis des crimes de guerre ».

    Vers le front Enfants train.JPG

    Les « génocidaires » wallons ont toujours été si terrifiants que les enfants des populations slaves se pressaient le long de leur convoi pour profiter de leurs cadeaux.

    Jamais l’idée n’effleurera le lamentable Julien que, sans doute, cette absence totale de document établissant des crimes de guerre dans autant d’archives différentes, est probablement la preuve la plus évidente que son papa, comme d’ailleurs les autres Waffen-SS wallons, n’a pas commis le moindre crime de guerre sur le Front de l’Est.

    Mais il paraît qu’aujourd’hui, le combat de Julien en perpétuelle crise existentielle, c’est d’obtenir un « libre accès aux archives militaires », c’est-à-dire aux « dossiers des collaborateurs de l’Allemagne nazie », car, explique-t-il, « je ne suis pas autorisé à entreprendre ce genre de recherches […]. Mais j’espère que des historiens y parviendront un jour. »

     

    Le problème, c’est justement que jusqu’à aujourd’hui, seuls les historiens patentés ont accès à ces dossiers. Et ils n’y ont jamais rien trouvé, comme le regrette une certaine Florence Rasmont, collaboratrice du tout-puissant CEGESOMA : « on a peu d’infos sur les agissements des légionnaires sur le front de l’Est, les actes commis contre les juifs, les partisans et des populations locales. » Ce que, malgré tous les récits et mémoires concordants des anciens Légionnaires, elle explique par l’ignorance des procureurs de l’épuration : « Au moment de constituer ces dossiers d’instruction à l’époque, on n’avait pas encore pris la pleine mesure des massacres perpétrés sur les populations juives, et leur déportation vers les camps de concentration »!

    Messe Légion+Ukrainiens.JPGLes « génocidaires » wallons ont toujours eu un aumônier pour les accompagner spirituellement. Les messes qu’il célébrait en plein air bénéficiaient également aux populations locales ne se sentant nullement menacées. D’autres photos témoignant de la parfaite entente entre les Bourguignons et leurs hôtes slaves ont été publiées sur ce blog le 23 février 2020).

    Encore une fois, ce qu’il faut absolument mettre dans la tête des gens, c’est que les Volontaires de la croisade contre le bolchevisme ont participé activement à ce qu’il faut désormais considérer comme le but ultime de la Deuxième Guerre mondiale, l’extermination des juifs. Et si le père du toujours masochiste Julien a osé dire, comme d’ailleurs tout le monde, jusqu’au plus haut dans la hiérarchie du IIIe Reich (voir ce blog au 25 mai 2016) : « Je ne savais pas. Les massacres de masse, les camps de concentration, ce que les nazis ont fait aux Juifs, je ne l’ai su qu’en rentrant », cette ignorance coupable n’a rien à voir avec l’ignorance excusable des procureurs de 1945 !

    Ceux-ci ont maintenant appris ce qu’ils devaient apprendre et ceux-là n’ont désormais plus qu’à bien se tenir : « C’est un vrai sujet de recherche qui reste à mener », indique la « docteure » Rasmont. Soyons donc certains que le CEGESOMA saura fantasmer d’autant plus à sa guise les crimes et la culpabilité des Légionnaires que ces derniers sont désormais tous décédés et réduits au silence…

     

    Le SoirMag ou la régie de la « correct fantasy »

    SoirMag 2a.jpeg

    Il ne faut plus parler de journalisme quand on a affaire au SoirMag, et sûrement pas quand il traite de sujets concernant la Seconde Guerre mondiale : il ne s’agit alors plus que de mises en scène d’épouvante, d’éclairages horrifiques, de commentaires suscitant effroi et exécration…

    Ainsi la banale déclaration du pauvre Julien « Mon père était un Waffen-SS » est-elle introduite par le dramatique « Il nous assène cette déclaration glaçante » ! Et quand le malheureux commente la « révélation » de sa mère : « Les meilleurs amis de mon père étaient tous des anciens de la Légion Wallonie ! », le SoirMag commente : « Pendant toutes ces années, Julien les a côtoyés en ignorant tout de leur ignoble passé commun » !

    Ne nous étonnons pas : l’auteur nous est bien connu, c’est le fameux Pierre De Vuyst, celui qui, selon sa rédaction, « peut écrire à peu près sur tout et parfois n’importe quoi » (voir ce blog aux 28 février 2019 et 30 avril 2020). Nous l’avions encore épinglé récemment pour sa légende toute hurluberlue d’une photo du défilé bruxellois célébrant la percée victorieuse de Tcherkassy (ce blog au 22 octobre 2020). Et nous aurions ignoré l’article d’aujourd’hui (il y a longtemps que nous avons résilié notre abonnement) si un lecteur, M. Michel R., ne nous avait pas communiqué sa réaction au SoirMag : le pigiste habituel des pages sur la Collaboration n’avait en effet rien trouvé de mieux que de publier à nouveau une photo du défilé devant la Bourse, mais avec la même légende apocryphe...

     

    « Comptons les erreurs : 1) ce n'était pas en août 1941, mais en avril 1944 ; 2) c'était la célébration du retour de Tcherkassy et non le départ au front ; 3) la Légion Wallonie n'a été mutée à la Waffen-SS qu’en juin 1943 (double impossibilité pour situer la photo en 1941 !) ; 4) en août 41, Léon Degrelle était simple soldat, servant de mitrailleuse (et non « promu capitaine » ; et en avril 1944, il fut promu Sturmbannführer, c’est-à-dire major). Ça fait quand même beaucoup en UNE SEULE PHRASE ! Surtout qu'on trouve ces infos en deux clics sur Wikipédia »

    S'il est vraisemblable que Wikipedia eût sans doute mieux informé un pisse-copie de la trempe de De Vuyst, cette officine du politiquement correct est quand même loin d’être l’Evangile ! Notre blog constitue certainement une source encore plus fiable…

     

  • À propos du sens du sacré chez Hitler et Degrelle : une exceptionnelle proximité spirituelle.

    Comment Adolf Hitler et Léon Degrelle

    pouvaient-ils se comprendre ?

     

    À l’occasion de la parution de la 36e Correspondance privée du Cercle des Amis de Léon Degrelle, nous avons eu l’occasion d’aborder le long article documenté de Jeff Davis, un des rédacteurs critiques du Cercle, mettant les choses au point « A propos de Fascismes d’Europe de Thomas Ferrier ».

    L’occasion donc de feuilleter cet opuscule pour voir ce qu’on y écrit sur Léon Degrelle.

    Et nous serons plutôt déçus car, dépassé par son projet de définir « origines, idéologie, histoire » des multiples manifestations du fascisme en Europe, Thomas Ferrier ne peut, dans les 120 pages au format A5 qui lui sont imparties, que transformer sa prétendue encyclopédie en bottin pas mondain de tous les noms qu’il a pu glaner dans ses traques livresques.

    C’est ainsi que nous apprendrons que « En Belgique, Léon Degrelle (mort en 1994) représente le fascisme appelé Rexisme. Collaborateur dès 1940, il s’engagera dans la Waffen-SS et se réfugiera après 1945 en Espagne. » (p. 53)

    Ces approximations schématiques que n’oseraient même pas les manipulateurs du CEGESOMA se poursuivent par cette révélation retentissante : « D’autres comités [que le « Comité de Libération française » créé le 6 janvier 1945 par Jacques Doriot à Sigmaringen « avec l’assentiment d’Hitler et le soutien d’Himmler »] verront parallèlement le jour avec […] Degrelle pour la Belgique […] » ! (p. 85) 

    LD Drapeau Fauconnier.jpeg

    Léon Degrelle remet au porte-drapeau Robert Fauconnier le premier étendard de la Légion Wallonie (noir frangé d’or et frappé de la Croix de Bourgogne rouge), à l’occasion du départ du premier contingent de Volontaires, le 8 août 1941, dans le grand hall du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles (voir ce blog aux 31 juillet 2017 et 31 août 2019): « Dans quelques instants, le Chef de Rex sera devenu, à l'instar du plus modeste d'entre vous, un simple soldat de la 1ère compagnie de votre bataillon. Avant de faire ce dernier geste, il me reste à vous confier notre drapeau. [...] C'est parce que les Rexistes de langue française constituent quatre-vingt-six pour cent de l'effectif de la Légion Wallonie que l'on nous a fait l'honneur insigne de choisir, pour nous guider au combat, l'emblème à la Croix de Bourgogne, symbole de grandeur, ressuscité par Rex. [...] Que ce drapeau ranime sans cesse votre ferveur révolutionnaire et votre amour du pays natal ! » (Le Pays réel, 9 août 1941).

     On se demande bien quel « comité » a pu créer, à la toute fin de la guerre ou même au cours de celle-ci, le Standartenführer Léon Degrelle, commandeur de la Division SS Wallonie, qu’Adolf Hitler venait de reconnaître, en novembre 1944, Volksführer des Wallons (voir ce blog au 28 novembre 2017) !... Notons néanmoins, pour la petite histoire, que, le 13 novembre 1944, Léon Degrelle se rendit justement à Sigmaringen pour y prononcer une conférence sur le redressement de la France dans l’Europe nouvelle. Il en profita pour inviter les responsables du gouvernement français à réunir sous son autorité les volontaires de la Charlemagne et ses Bourguignons afin de former le corps d’armée SS Occident : serait-ce là le « comité » évoqué par Ferrier ?

    Trêve de plaisanterie : dès l’annonce de l’offensive des Ardennes (19 décembre 1944), Léon Degrelle est informé qu’il est chargé, en tant que Volksfûhrer d’organiser le maintien de l’ordre dans les territoires belges libérés des Anglo-Américains. Il restera dans les Ardennes belges jusqu’au 10 janvier 1945 et en profitera pour enlever aux dignitaires de Rex exilés en Allemagne toute illusion d’exercer encore dans le futur des responsabilités politiques, les réservant à ses Légionnaires. Rentré en Allemagne, le Commandeur Léon Degrelle rejoindra la Division SS Wallonie pour participer à ses derniers combats en Poméranie (fin janvier-début mai 1945).


    Lire la suite

  • Cercle des Amis de Léon Degrelle


    36e Correspondance privée – Avril 2021

     

    La dernière livraison de la Correspondance réservée aux membres du Cercle des Amis de Léon Degrelle nous est parvenue au début de la semaine dernière. Et, comme d’habitude, elle nous a réservé son lot d’informations originales et même souvent surprenantes (mais nous réserverons la meilleure, car méritant à elle seule une communication particulière, à notre prochaine publication).

    La page de couverture s’orne, cette fois, d’un beau portrait colorisé de l’orateur Léon Degrelle dans un meeting en plein air, sans micro : nous sommes dans la petite commune de Daverdisse (Luxembourg belge, à une trentaine de kilomètres de Bouillon), le 21 août 1938. C’est-à-dire un an après le scandale du soutien de l’Eglise institutionnelle de l'hippopotame de Malines (le cardinal Van Roey, voir ce blog au 13 mai 2018) à la coalition, évidemment contre nature, des catholiques, socialistes, libéraux et communistes contre Rex aux élections du 11 avril 1937, suivi de la déconfiture lamentable de leur champion, le « catholique » Premier ministre Paul Van Zeeland, compromis dans le scandale de la cagnotte de la Banque nationale et obligé de démissionner le 25 octobre 1937 (voir ce blog aux 6 mai 2016 et 14 avril 2017). Nous sommes surtout un mois après le congrès triomphal de Rex, ayant rassemblé à Lombeek plus de 60.000 participants, le 10 juillet 1938, et six mois avant l’élection de Léon Degrelle au Parlement, le 2 avril 1939.

    LD Serp.jpgToutes les photographies de Léon Degrelle reproduites dans cette correspondance du Cercle bénéficient de ce traitement colorisé assez convaincant, tel, justement, le fameux cliché du discours enflammé tenu à la tribune du congrès rexiste de Lombeek (qui avait déjà paru tout aussi sémillant sur la pochette du double 33T Léon Degrelle, De Rex au Front de l’Est édité par la SERP de Jean-Marie Le Pen en 1970). Mais il y a aussi ce beau portrait de profil du Chef de Rex.

    Dans son monumental ouvrage sur la Légion Wallonie publié en deux volumes aux éditions Heimdal, André Lienard reproduit des photos signées, censées faire partie d’une série de quatre cartes postales éditées en 1943 « au profit du fond de propagande de Rex ». Ce sont, en fait, des photos d’avant-guerre du Chef de Rex : deux portraits, l’un de face, l’autre de profil; une photo où, vêtu d’une culotte de golf, il enlace sa femme, Marie-Paule, et porte à bras leur première fille, Chantal (voir ce blog au 22 octobre 2019); ainsi qu’une photo où il embrasse sa mère devant la maison familiale de Bouillon (voir ce blog au 15 juin 2020).

    Toutes les cartes portent le même fac-simile d’une signature de Léon Degrelle. Les deux portraits sont revêtus du copyright du studio de photographie « Max », au 14 du boulevard de Waterloo, à Bruxelles.

    André Lienard prétend reproduire l’intégralité de ce « lot de propagande comprenant quatre cartes postales dédicacées représentant Léon Degrelle avant-guerre en tenue civile » à la page 340 de son Légion Wallonie (août 1941-juin 1943), publié en 2015 aux Editions Heimdal.

    LD NB 36 b-horz.jpg

    LD couleur 36-horz.jpg

    Pour André Lienard, seuls les deux portraits du  haut ont été publiés par le photographe Max pour participer à une série de cartes postales autographiées destinées à la propagande de Rex. Il semble ignorer l’existence de la photo du bas (à gauche, colorisée par le Cercle des Amis de Léon Degrelle) : ne ferait-elle donc pas partie du même ensemble ? Voilà qui paraît assez peu crédible…

    Le problème est que la photo colorisée que le Cercle des Amis de Léon Degrelle reproduit  constitue manifestement un troisième portrait, de profil, appartenant à la même série, ce qui porterait le nombre de cartes postales « de propagande » signées à au moins cinq, car il existe encore une autre photo de Léon Degrelle en culotte de golf avec son épouse et Chantal (portant également toutes deux les mêmes vêtements), prise au même moment que celle reproduite dans l’ouvrage du peu scrupuleux Lienard…


    Décès d’André Lienard

    Il nous faut ici déplorer la disparition de l’auteur de ces deux importants volumes consacrés à la Légion Wallonie publiés aux éditions Heimdal en 2015 et 2019. Un troisième et dernier tome était normalement en préparation. Mais il y a fort à craindre qu’il ne voie désormais jamais le jour…

    Jean-Pierre Pierard André Lienard.jpgAndré Lienard est décédé le 26 mars dernier, à l’âge de 61 ans seulement, dans un hôpital de Charleroi dont il habitait la banlieue. Militaire de carrière, il avait participé, en 1992, à la mission des Casques bleus belges de la FORPRONU (Force de Protection des Nations-Unies) en Yougoslavie. Dès sa mise à la retraite, passionné qu’il était d’histoire militaire, il s’employa à fréquenter assidument les Légionnaires wallons du Front de l’Est dont il acquit progressivement les archives. Une dizaine d’années à peine lui suffirent pour devenir le propriétaire de la collection documentaire la plus étoffée sur la Légion Wallonie. C’est elle qui permit l’exposition remarquable Rex et l’Ordre Nouveau, à l’Abbaye de Stavelot, de novembre 2014 à mars 2015 (voir ce blog au 30 juin 2016) ainsi que l’édition par Heimdal des deux volumes consacrés à la Légion Wallonie (volume 1 : Wallonisches Infanterie-Bataillon 373, août 1941-juin 1943 ; volume 2 : 5. SS-Sturmbrigade « Wallonien », Kampfgruppe Ruelle, 28. SS-Freiwilligen-Grenadier-Division « Wallonien », juin 1943-avril 1945).

     

    Légion Heimdal 1-horz.jpg

     

    Si l’exposition de Stavelot bénéficiait des notices historiques irréprochables de l’historien Mathieu Simons, méticuleux et intègre, on ne peut malheureusement pas en dire autant des textes publiés chez Heimdal, du seul cru d’André Liénard qui, après l’avoir sollicitée, avait refusé toute relecture par des spécialistes de la Légion Wallonie et de Léon Degrelle. Du coup, non seulement le style, la grammaire et l’orthographe de ces livres sont déplorables, mais leur contenu s’efforce surtout de singer le politiquement correct des sectateurs du CEGESOMA afin, probablement, de prétendre à quelque légitimité d’historien (les commentaires sur Léon Degrelle, tout au long des deux volumes, sont particulièrement affligeants).

    Nous nous contenterons de renvoyer au compte rendu sévère publié par le Dernier Carré dans sa Correspondance n° 99 (décembre 2019), tout en en reprenant la nécessaire conclusion : « Toutes ces critiques ne doivent pourtant pas empêcher d’acquérir ces volumes car leur richesse iconographique absolument exceptionnelle rachète beaucoup. » (69 euros le volume, à commander sur https://www.editions-heimdal.fr/fr/).


    Degrelliana

    De nouvelles éditions d’œuvres de Léon Degrelle en langues étrangères continuent de manifester l’actualité de l’auteur de Révolution des Âmes et l’intérêt constant que lui portent toujours le public, justifiant amplement ces publications.

    Nous avons déjà signalé l’édition italienne de l’indispensable ouvrage Léon Degrelle : Persiste et signe. Interviews recueillies pour la télévision française par Jean-Michel Charlier, sous le titre Parla Degrelle ! (voir ce blog au 2 mars 2021).

    En Espagne, c’est une nouvelle édition de Mon Chemin de Saint-Jacques qui vient de sortir aux éditions Fides : Mi Camino de Santiago, dans une traduction de José Luis Jerez Riesco qui en signe également la préface (16 euros, sur https://edicionesfides.wordpress.com/2021/03/01/mi-camino-de-santiago-de-leon-degrelle/).

    Camino Fides.jpgJosé Luis Jerez Riesco est le président de l’Asociación cultural « Amigos de Léon Degrelle », auteur notamment d’un important Degrelle en el exilio. 1945-1994 (voir ce blog aux 28 mai 2016 et 19 avril 2019).

    On notera avec intérêt que ce livre écrit en 1951, étranger aux préoccupations historiques et politiques de son auteur puisqu’il retrace l’expérience mystique et spirituelle de son pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle, compte sans doute –avec la traduction espagnole de Révolution des Âmes (voir ce blog au 31 mars 2021)– parmi les œuvres qui ont connu le plus grand nombre d’éditions dans le monde hispanique, ce qui en dit assez sur la nature essentielle de l’attraction exercée par Léon Degrelle sur la jeunesse européenne : ce n’est pas tant le récit de la vie du héros du Front de l’Est qui est le plus fascinant (et pourtant !), mais ce sont bien les motivations spirituelles et morales qui le fondent, la révolution de l’âme qui a postulé cet engagement vital, irrépressible et définitif.

    José Luis Jerez Riesco fit d’abord paraître ce récit en espagnol, en 1996, aux éditions Barbarroja, de Madrid, avec, en couverture, un dessin original de Léon Degrelle représentant un pèlerin accompagné du texte « C’est l’air, c’est la lumière des sommets qui t’appellent… »

    Il faut souligner que cette traduction est la toute première manifestation de l’existence de ce texte tout d’introspection : les éditions de l’Homme libre n’en publieront l’original français d’après le manuscrit que trois ans plus tard, accompagné –politesse toute naturelle – de la traduction de la préface de José Luis Jerez Riesco. Cette édition est toujours disponible sur https://editions-hommelibre.fr/ au prix de 15 euros.

     

    Camino Barbarroja-horz.jpg

     

    Une seconde édition a vu le jour en 2003, aux éditions Ojeda, de Barcelone ; une troisième (autorisée ?), en Argentine, aux éditions Sieghels, spécialisées dans les publications nationales-socialistes, en 2014 ; une quatrième (pirate ?), au Mexique, disponible à la Libreria Vigente la Derrota Mundial, dans la collection « Editorial prohibida » (on y trouve aussi pas moins de vingt-cinq ouvrages sur le soulèvement des Cristeros)…

     


    Hommage à Léon Degrelle

    Le Cercle des Amis de Léon Degrelle nous apprend également l’existence d’un mouvement et d’une revue nationaliste espagnole, Movimiento Disidente, activement soutenue par la FET y de las JONS (Phalange Espagnole Traditionnaliste et des Comités d’Offensive Nationale-Syndicaliste), qui a rendu hommage au dernier Commandeur de la Légion Wallonie pour le vingt-septième anniversaire de sa mort. Le but de ce mouvement prônant la « révolte immédiate » est de permettre la renaissance et la diffusion des idéaux nationalistes, s’inscrivant dans la ligne de Blas Piñar, l’ancien chef charismatique de Fuerza Nueva, –qui fut longtemps la providence de Léon Degrelle (voir ce blog au 25 mai 2019)– : « pour en finir avec la lâcheté et la peur et pour faire front, vigoureusement, face à ceux qui bafouent l’unité de la patrie ».

    Movimiento disidente 3 2021 Couv.jpg
    Sous un titre –Léon Degrelle por mil años– s’inspirant de l’Hitler pour mille ans publié en 1969 aux prestigieuses éditions de La Table Ronde, Carlos Sampedro signe un hommage de sept pages à Léon Degrelle, avec de belles illustrations. Certes, les données biographiques sont quelque peu hésitantes, mais la communion du cœur et de l’esprit compensent largement les quelques approximations historiques. En voici la conclusion :

    « Durant le franquisme, je ne sais s’il s’est impliqué dans des activités politiques, mais après la mort de Franco, quand il les a reprises, il devint un véritable mythe et la référence pour des milliers de jeunes qui attendaient de pouvoir se déplacer à Madrid ou Barcelone pour l’écouter.

    En ce qui concerne son travail d’écrivain, nombreuses sont ses œuvres fondamentales : Mémoires d’un fasciste, Les Âmes qui brûlent ou La Campagne de Russie, entre autres. Des livres capables d’exalter, mais aussi d’émouvoir. Dans le journal de son pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle, il nous raconte ce qui fut pour lui un « repas divin » : des tranches de pain dur trempées dans l’eau d’un ruisseau. Voilà l’étoffe dont était fait Léon Degrelle.

    De convictions profondément chrétiennes qu’il transmit à Rex, il évolua durant la guerre à des positions proches du national-socialisme, mais il n’abandonna jamais sa foi. C’est dans cette foi que la mort le surprit, le 31 mars 1994, à l’Hôpital Parque San Antonio de Malaga, sur les rives méditerranéennes qu’il aima toujours.

    Son corps fut incinéré et ses cendres furent dispersées dans son pays natal de Bouillon ainsi que dans les montagnes de l’Obersalzberg, en Bavière. »

    Rappelons que vous pouvez retrouver les endroits précis où ont été répandues les cendres de Léon Degrelle grâce aux données de géolocalisation publiées sur notre blog au 31 mars 2019.

    Les revues Movimiento Disidente ne se vendent pas en kiosque, mais se téléchargent gratuitement sur : https://movimientodisidente.blogspot.com/


    Thomas Ferrier, un « spécialiste des fascismes » ?

    Un enfumeur auquel le Cercle des Amis de Léon Degrelle rive son clou !

    Le Cercle des Amis de Léon Degrelle nous apprend que l’opuscule Fascismes d’Europe de Thomas Ferrier paru en août 2019 dans la collection « Idées » de Synthèse Nationale (148 pages, 23 euros, port compris sur http://lesbouquinsdesynthesenationale.hautetfort.com/) constitue en fait une nouvelle version de Fascisme, fascismes, national-socialisme, de Thomas Stahler, paru en 2004 chez Ars Magna et qui ne comportait que 33 pages. Par la même occasion, il nous apprend que Ferrier effectue une sorte de coming out en abandonnant Stahler et en reprenant son espèce d’opus magnum définitivement à son compte.

    Ferrier Fascismes d'Europe.jpgLa « Note de l’auteur » (de Thomas Ferrier, donc) que Synthèse Nationale publie pour présenter ce produit qu’il reprend déplorablement à son compte se conclut par cette phrase : « On ne saurait comprendre l’Europe d’aujourd’hui sans comprendre les égarements d’hier ».

    Devons-nous comprendre que l’époque merveilleuse que nous vivons s’est heureusement libérée des « égarements d’hier », c’est-à-dire de ces « fascismes d’Europe » qui ont tenté de libérer nos pays des matérialismes du capital apatride et du communisme dogmatique ?

     

    Sans aucun doute, car la première phrase expose déjà la prémisse qui faussera l’analyse : « Le fascisme a été, avec le communisme, le principal phénomène politique du XXe siècle » ! Sauf que ce n’est pas au fascisme qu’il faut associer ou comparer le communisme, mais bien au capitalisme, son éternel complice (et ses avatars politiques : conservatisme pseudo-chrétien ou non, libéralisme ou socialisme francs-maçons et internationalistes, etc. : les mêmes qui s’allièrent contre Rex en 1937, voir ci-avant).

    Et c’est ce que Jeff Davis, le critique du Cercle, nous confirme tout au long d’une dizaine de chapitres, redressant autant de bobards et de contre-vérités (à propos, surtout, d’Adolf Hitler) propagés dans ce libelle. C’est que, en effet, « Ferrier a une fâcheuse tendance à baser sa théorie sur des sources tendancieuses et à procéder à des raccourcis simplistes. »

    Capture.JPG

    Thomas Ferrier, tel qu’il apparaît dans la vidéo de Daniel Conversano (sur laquelle nous reviendrons plus en détail dans notre prochain article) en tant que « spécialiste des fascismes d’Europe » : une réelle imposture…

     

    On lira avec profit particulièrement le chapitre « Hitler et l’Europe » pour saisir tout le sel de la prestation de Thomas Ferrier invité par un certain Daniel Conversano dans une de ses vidéos en ligne de Vive l’Europe (à visionner sur YouTube : nous y reviendrons longuement dans notre prochain article). Jeff Davis y rappelle opportunément les propos du comte Richard von Coudenhove-Kalergi, véritable prophète du messianisme juif et du métissage obligatoire de l’Europe, pour opposer l’Europe du Führer à la catastrophe d’aujourd’hui.

    Ce comte a donné son nom à une Fondation octroyant tous les deux ans un prix fort recherché à « une personnalité ayant contribué de manière exceptionnelle au processus de construction européenne » (parmi les lauréats : Helmut Kohl, Franz-Josef Strauss, Juan Carlos d’Espagne, Ronald Reagan [!], Angela Merkel, Hermann Van Rompuy, Jean-Claude Juncker,…). Mais ses livres demeurent difficilement accessibles. Le principal, Idéalisme pratique (Editions Paneuropa, 1925), a néanmoins bénéficié, en 2014, d’une traduction française et est accessible en ligne sur www.profusif.eu/wp-content/uploads/2017/05/COUDENHOVE-KALERGI_Idealisme_Pratique_1925.pdf.

     

    1200px-International_Paneuropean_Union_flag-horz.jpg

     

    On y retrouvera les sources permettant à Jeff Davis d’affirmer que « Ce n’est pas Hitler qui est responsable de la destruction de l’Europe et de sa submersion actuelle par un raz-de-marée allogène mais la politique cosmopolite belliciste de ses ennemis » :


    « L’humain du lointain futur sera un métis. […] La race du futur, négroïdo-eurasienne, d’apparence semblable à celle de l’Égypte ancienne [???], remplacera la multiplicité des peuples par une multiplicité des personnalités. » (p.18)

    « Les émissaires principaux de la noblesse cérébrale : du capitalisme, du journalisme, de la littérature, qu’elle soit corrompue ou intègre, sont des Juifs. La supériorité de leur esprit les prédestine à devenir l’un des éléments les plus importants de la noblesse du futur. En regardant dans l’histoire du peuple juif, on est éclairé quant à son avance dans le combat pour le leadership de l’humanité. » (p. 41)

    « à peine un siècle après sa libération, ce petit peuple se tient aujourd’hui à la pointe de la science moderne avec Einstein, à la pointe de la musique moderne avec Mahler, à la pointe de la philosophie moderne avec Bergson, à la pointe de la politique moderne avec Trotsky [sic !]. Le judaïsme ne doit la place prééminente qu’il occupe à ce jour qu’à sa seule supériorité spirituelle […] » (p. 43)


    Personalia

    Dans le même ordre d’idées, le Cercle donne des nouvelles des persécutés pour délit d’opinion (ou de blasphème, c’est selon), c’est-à-dire essentiellement pour crime de révisionnisme : qu’ils soient exilés comme Vincent Reynouard ou emprisonnés comme Johan Livernette, écrivain catholique contre-révolutionnaire (auteur de l’éclairante brochure Synthèse du mouvement révolutionnaire mondial : 8 euros sur https://johanlivernette.wordpress.com/) et Hervé Ryssen, entretemps –et provisoirement ?– libéré après plus de sept mois d’incarcération qu’on s’efforça bien de rendre des plus pénibles.

    Et concernant les anciens combattants de la Croisade antibolchevique, les nouvelles ne peuvent qu’être désolantes, nous informant progressivement de leur disparition… Ce que ne manque pas de communiquer le Cercle lorsqu’elles lui parviennent.

    Iwan Fialka.jpeg

    Iwan Fialka, héros du Front de l’Est

     

    Aujourd’hui, c’est de l’Ukrainien Iwan Fialka qu’il s’agit.

    Il n’a pas vingt ans lorsqu’apprenant la création de la Division SS Galicie, en avril 1943, il s’y enrôle. Il sera l’un des héros de la deuxième bataille de Brody, au nord de l’Ukraine, en juillet 1944 (la première, victorieuse, eut lieu au début de l’opération Barbarossa, en juin 1941). Appartenant à une unité de défense antiaérienne (Flak), Iwan Fialka se distingua en détruisant un char et en abattant deux avions soviétiques. Malgré l’anéantissement de leur Division Galicie, nombreux furent les Ukrainiens à rejoindre l’Armée Insurrectionnelle Ukrainienne (UPA, branche militaire de l’Organisation des Nationalistes Ukrainiens, OUN) qui mena jusque dans les années cinquante des opérations de guérilla contre l’Armée Rouge. Iwan Fialka fut capturé par les Russes et ne fut libéré de leurs camps qu’en 1954. Les drapeaux de la Division Galicie ainsi que ceux de l’OUN et de l’UPA honorèrent ses funérailles.

    Terminons cette présentation de la nouvelle Correspondance du Cercle des Amis de Léon Degrelle en saluant les cinq pages de recension des meilleures publications pouvant nous intéresser, qu’elles soient historiques, doctrinales ou littéraires : souvent éditées par des maisons n’ayant pas pignon sur rue, toutes sont néanmoins disponibles sur le site de la boutique du Cercle, transformant celui-ci en référence indispensable pour se constituer la bibliothèque idéale du nationaliste identitaire !

    Ne manquez surtout pas de vous rendre sur www.boutique-nationaliste.com pour y commander vos ouvrages de référence et y régulariser votre nécessaire adhésion (26 ou 33 euros, selon que vous résidiez en France ou non).

    Adresse : Cercle des Amis de LD, BP 92733, 21027 Dijon Cedex, France. lesamisdeleon.degrelle@gmail.com

  • In memoriam Léon Degrelle

     

    31 mars 1994 – 31 mars 2021

     

    Près d’un mois après l’annonce du décès, le 31 mars 1994, de León José de Ramirez y Reina, alias Léon Degrelle, sa fille Anne Balaguer Degrelle fit paraître cet hommage empreint d’amour et de dignité dans l’hebdomadaire madrilène La Nación.

     

    C’était le 20 avril, date symbolique s’il en est puisqu’on célébrait ce jour le cent-cinquième anniversaire de la naissance d’Adolf Hitler, celui qui considéra Léon Degrelle comme le fils qu’il aurait aimé avoir, celui aussi dont Léon Degrelle ne cessa de défendre l’honneur et la mémoire tout au long de ses près de cinquante ans d’exil.

     

    LD + Anne Madrid.jpg

    Léon Degrelle et sa fille Anne, dans l’appartement madrilène de la rue García Morato. Seule sa fille Anne pouvait se permettre de fumer en présence de l’illustre exilé, allergique au tabac !

     

     

     

    Léon Degrelle, mon père

     

    Il s’en est allé à 87 ans, sans jamais avoir abandonné le combat. Il ne déposa jamais les armes, se battant comme un lion pour défendre ses idéaux contre la meute des pseudo-« historiens », falsificateurs de l’Histoire, vainqueurs de cette guerre où le meilleur de la jeunesse européenne offrit sa vie.

     

    Dès sa prime jeunesse à l’Université de Louvain, dans les pages du magazine estudiantin qu’il fonda, il entreprit de lutter contre la corruption politique.

    Avant-Garde 1927 12 01.jpg

    Dès sa première année à l’Université Catholique de Louvain (septembre 1927), Léon Degrelle ressuscite le journal estudiantin L’Avant-Garde pour en faire l’organe de la bonne humeur, mais aussi de la propreté morale, de la justice sociale, du rayonnement de la foi catholique parmi les étudiants louvanistes (numéro du 1er décembre 1927 : à noter le dessin de Hergé pour annoncer les conditions de participation au congrès des étudiants).

     

    Son parti « Rex » fut le tremplin qui lui permit de se projeter au-delà des frontières de sa Belgique natale et de se rapprocher des grands courants politiques de l’époque : la Phalange de José Antonio, le Fascisme de Mussolini, le National-Socialisme de Hitler. Comme eux, il voulut mettre un terme aux démocraties vermoulues de la vieille Europe. Il s’efforça d’effacer les privilèges d’une bourgeoisie antisociale. Il offrit son aide à une classe ouvrière opprimée, en la libérant de l’emprise du marxisme dans les usines.

     

    Sa plume, son éloquence lui gagnèrent l’estime et le respect de millions de compatriotes qui votèrent pour Rex en 1936.

     

    S’il combattit dans l’arène politique, il voulut rapidement aussi se battre sur le champ de bataille. En 1941, il créa sa Légion « Wallonie » qui irait combattre coude à coude avec les Espagnols de la División Azul, les Français de la Division Charlemagne, des Italiens, des Suédois, des Danois et même des Britanniques. Ce furent quasiment quatre années où il se couvrit de gloire, s’engageant comme simple soldat et gagnant les plus hautes décorations, parmi lesquelles la cravate de Chevalier de la Croix de Fer avec Feuilles de Chêne. Années d’une guerre acharnée dans une Russie qui se referma sur ces héros comme une gigantesque nasse. Pris au piège sur tous les fronts, de l’Atlantique à l’Oural, ils durent se battre contre les véritables auteurs de crimes contre l’Humanité : les alliés et leurs bombes incendiaires qui anéantirent l’Allemagne et sa population civile.

    LD + Anne Carlina.jpg

    Anne en compagnie de son père, dans la villa de Constantina, au moment de son mariage avec le Phalangiste Servando Balaguer (21 juillet 1962) : son père était apparu dans la gloire de ses décorations portées sur l’uniforme blanc d’apparat de la Phalange espagnole.

     

    Dans son exil, dans cette Espagne qui l’accueillit lorsque son avion s’écrasa sur la plage de San Sébastian en 1945, il consacra les quarante-huit dernières années de sa vie à écrire, à défendre contre la haine, les calomnies, les injures la mémoire de ses camarades tombés au combat, à exprimer dans ses livres historiques ce que fut la « grande aventure » de notre siècle, l’ultime épopée de croisés qui voulurent sauver une Europe qui n’est plus que ce « Marché commun », ayant perdu toute trace des valeurs chrétiennes, spirituelles ou patriotiques.

     

    Pendant cette période de sa vie, je fus sa collaboratrice la plus intime ; avec sa seconde épouse, Jeanne Brevet, nous fûmes les premières lectrices de ses manuscrits et nous nous relayâmes pour les dactylographier. Il publia, contre vents et marées, plus de vingt titres chez des éditeurs qui firent tout pour que soit entendue cette voix différente des sacro-saints « détenteurs de la vérité », les historiens du mensonge.

     

    Un jour viendra où cette voix, unie à celle des « révisionnistes », chaque jour plus nombreux, ouvrira les yeux aux nouvelles générations. Impatiente de l’entendre, cette jeunesse qu’il adorait venait le voir de tous les coins du monde avant de rentrer chez elle, enthousiasmée par son verbe et son idéal.

    Musée Séville Vitrine 6.jpg« L'Espagne qu'il a tant étudiée et admirée ». Passionné d’histoire et d’archéologie, Léon Degrelle mit à profit les travaux nécessaires à sa propriété de la Sierra Norte de Séville pour y réaliser d’importantes fouilles. C’est tout un site néolithique qu’il y mit à jour dans les grottes avoisinantes. Une salle d’exposition du Musée Archéologique de Séville lui est consacrée. Elle a porté jusqu’il y a peu le nom de Grotte de Don Juan (comme l’appelaient les villageois de Constantina). Le Bulletin de la Société de Spéléologie et de Karstologie réservait à ses fouilles, en 2003 encore, une nouvelle et importante étude.

    Bulletin Société espagnole spéléologie, 2003.jpg

     

    Il s’en est allé. Il a laissé sa vie en Espagne, la Patrie de son ami et camarade José Antonio. La grande Nation qu’il a tant étudiée et admirée, où sont nés ses petits-enfants et ses arrière-petits-enfants (comme il s’était réjoui d’apprendre que l’un d’eux, mon fils, s’était porté volontaire à la Légion !). La Nation qui lui offrit un refuge grâce au Caudillo Franco, ce pour quoi nous, sa famille, ne pourrons jamais lui être suffisamment reconnaissants. La Nation qu’il exalta dans son livre Almas ardiendo, ouvrage traduit et préfacé par le Dr Gregorio Marañón.

     

    Merci à l’Espagne !

     

    Anne Degrelle

     

    On remarquera que l’hommage d’Anne Degrelle à son père situe pertinemment le mouvement et les idées de celui-ci parmi ceux de José Antonio Primo de Rivera, Benito Mussolini et Adolf Hitler, mais, surtout, qu’elle invoque la tutelle de trois hommes que son père connut, parmi les plus éminents d’Espagne, parlant immédiatement au cœur et à l’esprit de tous les Espagnols, le fondateur de la Phalange José Antonio, le Caudillo Francisco Franco et le Dr Gregorio Marañon.

     

    Il est bien sûr inutile de présenter José Antonio, héroïque fondateur de la Phalange Espagnole, théoricien de la nation en tant qu’ « unité de destin dans l’universel ».

     

    C’est dès 1933 que Léon Degrelle put nouer des liens directs avec José Antonio qui lui octroya le tout premier carnet de membre d’honneur de la « Phalange extérieure ». Ce qui l’accrédita comme membre de la « Vieille Garde » et récipiendaire de la Médaille créée en 1942 pour honorer les premiers membres de la Phalange, pionniers de la révolution nationale-syndicaliste (voir ce blog au 25 octobre 2019).

    Diploma Vieja Guardia.jpegC’est le 19 janvier 1959 que fut concédée la Médaille de la « Vieille Garde » de la Phalange à Léon Degrelle. Le diplôme d’octroi (qui détaille son patronyme « à l'espagnole », en associant les noms de son père et de sa mère) lui donne le numéro 35.214 et porte ses effets rétroactivement à 1934, année où José Antonio lui signa sa carte de premier membre de la Phalange espagnole de l’extérieur. Sur la photo de 1962 avec sa fille Anne (voir ci-dessus), Léon Degrelle porte la médaille de la Vieille Garde de la Phalange juste sous la Croix de Fer de Première Classe.

     

    Nous avons déjà évoqué les liens entre Léon Degrelle et le Caudillo Francisco Franco (voir ce blog au 25 octobre 2019). Nous rappellerons néanmoins qu'au cours de la nuit du 22 novembre 1975, après avoir veillé pendant deux heures la dépouille du Chef de l’Etat exposée dans le Salon des Colonnes du Palacio de Oriente à Madrid, Léon Degrelle, terrassé par l’émotion, sera victime d’une terrible crise d’angine de poitrine.

     

    Léon Degrelle avait déjà noué des liens personnels avec le Généralissime qu’il avait rencontré le 9 février 1939 dès avant la victoire nationaliste. Sans doute le désormais Chef d’Etat n’oublia-t-il pas ce premier contact ayant révélé une réelle proximité car, après qu’en octobre 1943, il fut obligé, sous la pression des Anglo-américains, de rappeler la División Azul, c’est Léon Degrelle qui accueillit officiellement les Croisés espagnols refusant le retour parmi ses Bourguignons arborant le drapeau à la Croix de Saint-André. Tout comme Charles-Quint devenu roi d’Espagne avait donné aux armées de son nouvel empire l’étendard aux bâtons noueux de Bourgogne.

     

    C’est ainsi que, malgré les difficultés politiques et diplomatiques provoquées par l’arrivée de l’encombrant Degrelle en Espagne, Franco refusa toujours de le livrer au sort funeste (qu’il n’avait d’ailleurs jamais imaginé) de Pierre Laval : il le protégea (lui accordant même, en 1945, un premier viatique de vingt mille pesetas !) et parvint toujours à louvoyer parmi les ukases venus de Belgique, des Nations-Unies ou de son propre gouvernement d’Opus Dei pour sauver son compagnon d’idéal (déterminant à cet égard fut le rappel à l’ordre de Léon Degrelle lui écrivant du fond de sa détresse, en 1946 : « Le sang d’un chrétien compte-t-il donc peu pour vous ? »)…

    Drapeau 1ère Compagnie.jpg

     

    Léon Degrelle saura montrer sa reconnaissance dans de multiples articles de presse et brochures, tels, par exemple, en 1965, le Dossier du mois « Franco » ou, en 1976, Franco, Chef d’Etat

     

    Gregorio Marañón, républicain anticommuniste, avait fui la guerre civile en se réfugiant à Paris, mais revint d’exil en 1943 pour fonder l’Institut de pathologie médicale et diriger l’Institut d’endocrinologie expérimentale ainsi que le Centre de recherches biologiques ; écrivain et penseur, membre de l’Académie Royale Espagnole (8 avril 1934, fauteuil « k »), « il est considéré comme l’un des intellectuels espagnols les plus brillants du XXe siècle », nous affirme Wikipedia, que l’on ne mettra ici pas en doute. Médecin renommé et chercheur éminent, Marañón était aussi historien des sciences et biographe, publiant de nombreux essais et chroniques. Mais le seul ouvrage de langue étrangère qu’il trouva suffisamment important pour qu’il se consacre, en 1954, à sa traduction fut le livre de Léon Degrelle, Les Âmes qui brûlent, Notes de paix, de guerre et d’exil, dédié à ses enfants Chantal, Anne, Godelieve, Léon-Marie et Marie-Christine.

    Marañón Académie 1957 05 25.jpgDiscours de Gregorio Marañón à l’Académie Royale Espagnole à l’occasion de la réception d’un nouveau membre (1957).

    Dans la préface à l’édition espagnole de ce livre de Léon Degrelle –qui lui vaudra l’inimitié et l’ostracisme des milieux « libéraux » de l’Espagne franquiste mais aussi un formidable accueil populaire (ce texte est intitulé L’homme qui pensait autrement dans les œuvres complètes de l’académicien)–, Marañón évoque « Ces pages d’une incomparable beauté et d’un humanisme bouleversant, porteuses d’espoir pour un monde meilleur, ces pages pour lesquelles, mobilisant toutes nos ressources, nous avons voulu polir notre langue castillane la plus pure et la plus noble, de la même façon qu’on polit l’or où va se sertir l’émeraude. »

     

    La figure de Gregorio Marañón est tellement considérable et respectée en Espagne que c’est elle qu’évoque aussi Elena Balaguer Degrelle, une des filles d’Anne Degrelle pour asseoir la légitime considération due à son grand-père qui ne devrait pas souffrir la calomnie. En effet, le sang de la petite-fille de Léon Degrelle n’avait fait qu’un tour en lisant l’article crapuleusement mensonger de l’éditorialiste Gabriel Albiac dans le quotidien libéral El Mundo, censé commenter le décès de son aïeul.

    Pour donner une idée indépendante de notre opinion sur la personnalité de Gabriel Albiac, né en 1950 dans la communauté autonome de Valence, nous nous référerons encore à ce qu’en dit l’encyclopédie du politiquement correct Wikipedia : « Gabriel Albiac est professeur de philosophie à l'Université Complutense de Madrid depuis 1974. […] Proche des idées communistes dans les années 1970 et 1980, Gabriel Albiac prend ses distances avec l'extrême gauche au début des années 1990 pour se rapprocher du libéralisme. […] Admirateur de la culture juive, il est un fervent défenseur d'Israël. »

    Elena Balaguer.jpgElena Balaguer Degrelle, digne fille d’Anne Degrelle et fière petite-fille de Léon Degrelle.

     Elena avait envoyé immédiatement un droit de réponse au quotidien bien-pensant, qui la publia le 12 avril 1994.

     

    De toute évidence, Elena Balaguer Degrelle a hérité de la sensibilité à fleur de peau et de la réactivité polémique de son grand-père, toujours allergique à la méchanceté et au mensonge.

     

     

    Léon Degrelle, mon grand-père

     

    Monsieur le Directeur,

     

    Il est difficile de résumer une vie aussi longue et intense en quelques lignes.

     

    Léon Degrelle fonda le parti « Rex » (pour Christus Rex et non pour évoquer quelque monarchie) ; il parvint à obtenir vingt et un députés aux élections de 1936, créa de nombreux journaux et dirigea différentes maisons d’éditions.

     

    Il consacra ses années d’exil en Espagne à écrire de nombreuses œuvres, parmi lesquelles Almas ardiendo, œuvre traduite et préfacée par le Dr Gregorio Marañón.

     

    Almas.jpegMais par-dessus tout, ce fut un homme des plus attachants comme père et grand-père.

     

    Je ne parviens pas à comprendre que des gens comme Gabriel Albiac aient attendu sa mort pour, de manière stupide et mensongère, l’appeler « assassin », ne manquant pas de provoquer ainsi de cruelles souffrances à sa famille et à ses amis. Je veux imaginer que ce ne fut que par ignorance.

     

    Léon Degrelle, mon grand-père, n’a jamais été ni accusé ni condamné pour quelque assassinat. Je vous joins une attestation signée par l’ambassadeur belge, déclarant qu’il fut condamné à mort le 27 décembre 1944 pour « crimes contre la sécurité de l’Etat », que la prescription fut atteinte le 5 février 1969 et qu’ « Il ne fut pas concerné par le procès de Nuremberg ».

     

    Il est évident que son seul délit fut de combattre dans le camp des vaincus de la guerre. Et comme on le sait : « Vae Victis ! »

     

    Croyez-vous, Monsieur Albiac, qu’un homme aussi libéral et démocrate que le Dr Marañón –qui consacra une part importante de sa vie à étudier l’Histoire– serait devenu l’ami intime et l’admirateur d’un « assassin » ? Savez-vous qu’une des demandes d’extradition formulées par la Belgique fit que mon grand-père dut se cacher au domicile d’un communiste, ancien combattant, qu’il avait pu sortir de prison et à qui il avait donc sauvé la vie ? Cela pourrait-il vous intéresser de savoir qu’il avait des collaborateurs juifs dans ses journaux et dans son parti, dont l’un fut même élu député rexiste ?

     

    J’ai étudié les sciences et les technologies de l’information et de la communication et je suis une fervente partisane de la liberté d’expression. Mais en lisant des articles comme ceux de M. Albiac, il me vient des doutes quant à avoir choisi la bonne profession.

     

    Elena Balaguer Degrelle

    Elena Pétain-Verdun.jpg

    Elena Balaguer Degrelle n’a pas rejoint la presse du mensonge conformiste, elle fait au contraire honneur aujourd’hui à son diplôme dans le domaine de l’audiovisuel.

     

    La date du 5 février 1969 donnée par Elena comme entrée en vigueur de la prescription ne correspond à aucune réalité. Mais Elena ne fait que citer la lettre de l’ambassadeur de Belgique à Madrid, André Ernemann, en réponse à une demande d’information de Violeta Friedman sur la situation de Léon Degrelle contre qui elle avait porté plainte en 1985. Le cafouillage chronologique de l’ambassadeur n’est guère explicable car la prescription devait intervenir vingt ans après la condamnation de 1944, c’est-à-dire le 27 décembre 1964. C’est paniqué devant la proximité de cette échéance que le gouvernement belge fit adopter, le 3 décembre 1964, la fameuse Lex Degrelliana ajoutant dix ans à la date de prescription, soit désormais le 27 décembre 1974.

     

    Deux autres précisions d’Elena pour illustrer l’ouverture d’esprit de son grand-père qu’un journaliste fanatique tel que Gabriel Albiac ne pouvait soupçonner posent question. Tout d’abord, concernant l’antisémitisme supposé imprégner les idées de Léon Degrelle, Elena évoque la présence de juifs parmi les journalistes et les députés rexistes. Si nous ignorons à qui elle veut précisément faire allusion, il ne semble effectivement guère douteux que de nombreux juifs furent membres, collaborateurs et électeurs de Rex. Mais en se manifestant en faveur du mouvement de régénération nationale, personne n’avait à se déclarer juif ou non-juif. Le seul exemple que nous ayons où cela eut quelque importance fut l’engagement dans la Légion Wallonie, aux côtés de l’Allemagne nationale-socialiste, du juif J. Marber, ce qui peut effectivement paraître paradoxal : il ne fut démobilisé qu’à l’occasion du passage à la Waffen-SS, mais sans que cela n’entame sa détermination d’œuvrer en Belgique pour l’Ordre nouveau (voir ce blog au 20 mars 2020).

     

    LD Hidalgo+Baudouin.jpgPendant toutes ses années d’exil, Léon Degrelle ne cessa jamais de réclamer le droit de revenir en Belgique pour rendre compte de ses actes devant un tribunal impartial. Il écrivit aux journaux, aux députés, au cardinal, au roi… Sans jamais recevoir de réponse. Alidor –le « Jam » du Pays réel– met ici en scène l’exilé, ibériquement « incognito », débarquant d’Espagne dans la Friture préférée de Baudouin. Sans doute va-t-il s’expliquer autour d’un cornet de frites-mayonnaise et cervelas, arrosé d’une chope de bière en ce qui le concerne car le roi triste a déjà son eau minérale...

     

    Concernant l’anticommunisme qui imprégna le parcours politique de Léon Degrelle, Elena veut insister sur le fait que cet engagement fondamental ne l’empêcha pas de reconnaître la qualité des personnes fourvoyées dans l’idéologie marxiste ni de tisser des liens étroits avec elles. Elle ne cite que le seul exemple d’un « communiste, ancien combattant » qui, par reconnaissance pour l’avoir aidé à sortir de prison, cacha Léon Degrelle chez lui pour échapper à l’arrestation. Nous ignorons de qui il peut s’agir précisément, mais probablement est-ce une de ces péripéties hautes en couleur ayant permis à Léon Degrelle d’échapper à la « busca y captura », le mandat d’amener lancé le 30 janvier 1970 par le gouvernement d’Opus Dei soucieux d’intégrer à tout prix le Marché Commun européen. Pour ces froids technocrates, se servir de Léon Degrelle comme monnaie d’échange devait permettre non seulement d’assurer à l’Espagne la sécurité d’importants débouchés économiques, mais aussi de mettre fin à son isolement politique.

     

    Pendant les plus de deux années que dura cette chasse à l’homme (1970-1972), Léon Degrelle connut plus d’une quinzaine de cachettes qui ne furent pas toutes assurées, comme lors des premières années de son exil, par ses puissants amis au pouvoir, mais ont été proposées aussi par de nouveaux partisans et sympathisants, tel sans doute ce « communiste, ancien combattant », le proscrit devant faire flèche de tout bois pour assurer sa sécurité. C’est ainsi qu’il se souvient dans une lettre à son ami Paul Jamin, alias « Jam » et « Alidor », le 3 janvier 1974 : « J’ai passé deux ans de refuge en refuge, toujours traqué. Lopez Bravo volatilisé, l’affaire s’est calmée, mais j’ai vécu longtemps à un millimètre de l’extradition avec des flics abondant sans cesse, des sommations, des interventions d’un fanatisme incroyable de l’ambassade de Belgique. »

     

    Elena eût également pu évoquer d’autres amitiés « particulières » ayant uni son grand-père à des personnalités communistes.

     

    Ainsi du marxiste Enrique Tierno Galván, professeur de droit politique à l’Université de Salamanque, fondateur du Parti Socialiste Populaire qui, peu avant la mort de Franco, constituera avec le Parti communiste espagnol une Junte démocratique d’Espagne. Arrêté et jugé en 1957 pour ses activités subversives antifranquistes, il connut la prison et l’interdiction d’encore écrire. Ce qu’apprenant, Léon Degrelle le considérant comme un intellectuel d’exception, décida de lui envoyer incontinent sa propre machine à écrire !

     

    Ainsi surtout du richissime homme d’affaires communiste Teodulfo Lagunero, qui finança le parti communiste espagnol en exil et organisa le retour clandestin de Santiago Carrillo (affublé de la célèbre perruque fournie par le coiffeur de Picasso), caché dans sa luxueuse Mercedes grise conduite par sa femme.

     

    Capture.JPGTeodulfo Lagunero se réjouit de pouvoir montrer aux réalisateurs du documentaire Léon Degrelle ou la Führer de vivre un exemplaire de l’important livre de mises au point publié par Jean-Michel Charlier, Léon Degrelle : Persiste et signe. Il leur détaille avec fierté sa belle dédicace : « A mon grand et cher ami Teodulfo Lagunero dont je ne peux pas dire qu’il soit mon frère en politique, mais dont j’admire profondément la gentillesse, le cœur et l’intelligence extraordinaire. Avec toute mon affection. Léon Degrelle. Septembre 1992. »

     

    Il témoignera de son amitié pour Léon Degrelle dans le film-documentaire de Philippe Dutilleul La Führer de vivre (2009) : « Il y a beaucoup de personnes de gauche qui m’ont demandé comment c’était possible, cette amitié. Eh bien, j’ai dit : “Pourquoi pas ?” Les idées sont une chose et le fait que j’ai eu l’opportunité ou la chance de rencontrer par hasard ce personnage important en est une autre. Et en le fréquentant, j’ai pu voir que ce n’était pas un fanatique exalté, mais une personne correcte, bien éduquée et très cultivée. Ça m’intéresse beaucoup d’entrer à l’intérieur de sa formation intellectuelle de fasciste. Et c’était une personne très intéressante. »

     

    LD Journal terrasse Malaga.jpg

     

  • L’art oratoire de Léon Degrelle

     

    Enchantement ou dandysme ?

     

    Commentant la présentation de la nouvelle biographie de Joris Van Severen, La Séduction d’un fasciste de Dieter Vandenbroucke, telle qu’elle se trouve à la fois dans le trimestriel Joris Van Severen (4e trimestre 2020) et sur le site du CEGESOMA Belgium WWII, nous avons cité –en traduction du néerlandais– l’appréciation que le Leider du Verdinaso aurait émise au sujet d’une déclaration du Chef de Rex sur l’art du tribun (voir ce blog au 21 février 2021). Nous remettons notre citation dans le contexte « dandyste » où elle intervient :

    Van Severen Dandy en uniforme.jpeg« Le dandysme de Van Severen, sa politique esthétique et sa rhétorique imprégnée de virilité sont au cœur de son pouvoir de séduction.» (Dieter Vandenbroucke) 

    « Comment [Joris Van Severen] réussissait-il à concilier son rôle de chef d’un Nouvel Ordre soldatesque avec sa vie privée souvent chaotique de dandy et de coureur de jupons ? […] Van Severen a toujours été davantage attiré par “la magie de la personnalité vivante” que par les théories. Cela se reflétait dans sa vie privée qui, malgré sa position de modèle en tant que fasciste exemplaire, faisait des gorges chaudes. En premier lieu, ses nombreuses relations agitées avec des femmes mariées et la vigueur avec laquelle il plongeait dans la vie nocturne de la Côte, alimentaient bien des ragots. Dans son journal personnel, Van Severen appelait ces excursions des « raids », –ailleurs il a utilisé d’autres métaphores tout aussi explicites. À noter : le Chef de Rex, Léon Degrelle, s’est fait moucher au cours d’un entretien lorsqu’il compara la foule à des femmes devant, de préférence, être “prises” rapidement ; selon Van Severen, des femmes de ce genre se laissent également prendre avec la même rapidité par d’autres. “Rien n’est plus fuyant que les femmes”. De même qu’une relation durable nécessite plus d’efforts, ainsi la foule doit-elle être intégrée dans un ordre discipliné. Selon Van Severen, le Verdinaso parfaitement masculin en était garant. »

     

    Puisqu’il ne s’agit que d’une présentation concise de son livre par l’auteur lui-même, nous ne disposons évidemment pas des références qui pourraient appuyer les propos placés aussi bien dans la bouche de Léon Degrelle que dans celle de Joris Van Severen.

     

    Après quelques recherches, nous avons néanmoins pu trouver une origine probable de la « comparaison » degrellienne de la foule avec la femme. Mais elle ne provient pas de quelque écrit de Léon Degrelle lui-même, mais d’un de ses amis, Pierre Daye. Et il n’est nullement question d’un éventuel commentaire de Joris Van Severen (dont nous avouons n’avoir trouvé nulle trace) ni d’une réaction quelconque de Léon Degrelle à ce commentaire…

     

    Daye 1.jpegPierre Daye a beaucoup publié sur Rex et Léon Degrelle. Notamment cette petite brochure abondamment illustrée de quatorze pages, Portrait de Léon Degrelle (Rex, sans date), qui fera quasiment partie intégrante, mais sans les photographies, de Léon Degrelle et le Rexisme (Fayard, 1937).

     

    Pierre Daye y développe essentiellement une analyse du talent oratoire du tribun et chef de Rex Léon Degrelle, dont voici, dans son contexte, la comparaison avec la femme :

    « Solide, musclé, souple, une sorte de rappel continu de la vie charnelle se manifeste en [Léon Degrelle]. Il ne discourra pas une fois sans évoquer, dans ses comparaisons, l’amour, sans faire allusion à la femme.

    Son don est non seulement spirituel, mais physique. Son empire sur le peuple vient peut-être de là aussi, de ce courant qui est indéfinissable, mais qui pénètre jusqu’au plus profond de l’être ceux qui l’écoutent. Les femmes, dit-on, sont saisies d’émoi en le voyant. Ce n’est pas seulement parce qu’il est beau garçon, mais c’est parce qu’elles ressentent, plus encore que les hommes, ces mystérieuses irradiations.

    Léon Degrelle me disait un jour : “Quand j’ai devant moi une foule, au bout d’une demi-heure, je la prends comme on prend une femme !” » (p.9 ; pp. 244-245 de Léon Degrelle et le Rexisme. Pierre Daye y conclut : « C’est ce que, par mauvaise plaisanterie, on a appelé le “Rex appeal” ! »).

    LD Orateur Rex débuts 3.jpg

    Dans un parc, sur une tribune improvisée, Léon Degrelle convainc son public d’hommes et de femmes de toutes classes de balayer les banksters et de régénérer la vie publique.

    Bien plus tard, après la guerre, dans ses Interviews recueillies pour la télévision française par Jean-Michel Charlier, réalisées en 1976, Léon Degrelle reviendra sur son art de tribun, exactement dans le même esprit, mais sans la vulgarité soulignée par Dieter Vandenbroucke, ce qui nous fait sincèrement douter que l’éventuelle remarque de Joris Van Severen, non seulement ait pu jamais avoir quelque influence sur lui, mais ait même pu exister :

    « Il faut enchanter les foules comme on enchante une femme. C’est du même ordre. C’est une espèce d’immense acte de séduction. La foule se donne parce que la séduction a déclenché en elle le déclic du don. J’ai toujours ressenti la même projection vibrante de tout mon être à la seconde précise où j’accrochais le public dans mes grands meetings. Quand je commençais, je ne savais même pas ce que j’allais dire. Je porte en moi ma vérité. Je porte en moi ma doctrine. J’ai en face de moi une foule souvent énorme : je ne la vois même pas, les puissants réflecteurs m’aveuglent, je ne distingue qu’une masse humaine toute noire. Qu’est-ce que c’est ? des jeunes ? des vieux ? des ouvriers ? des paysans ? des riches ? des pauvres ? Mystère total. Inutile donc de préparer une première phrase ronflante. On ne peut que trébucher sur elle. Il faut immédiatement improviser. […] Je me mettais à planer, je faisais de larges tours au-dessus du public, comme chez nous, à Bouillon, le faisaient les “bêtes aux poules”, les éperviers qui cherchent leur proie du haut du ciel. Tout d’un coup, je sentais que cela y était ! Vlan ! Je plongeais en plein dans la salle, j’attrapais dans mes griffes la proie pantelante. La proie pantelante, c’était le public.

    C’est un phénomène extraordinaire, cette compénétration soudaine de deux grands courants, l’un émetteur, l’autre récepteur, ces fluides qui jaillissent, captent, s’unissent, repartent !

    Cette double projection de sensations échappe encore à l’analyse scientifique. Jusqu’à maintenant, au moins. Je n’ai jamais rencontré un médecin qui m’ait expliqué ces phénomènes. Or ce sont pourtant des phénomènes d’ordre médical et d’ordre psychique, ces courants aussi puissants qu’inconnus qui passent de l’être qui prend à l’être pris, qui font qu’on brûle, qui font qu’on tient, qui font qu’on possède ! […]

    Alors, voilà ! Il faut être le type puissant, à la vigueur physique inlassable ; il faut posséder une volonté d’acier, être décidé à passer à travers tout, savoir qu’on passera. Il faut avoir la foi !

    Et il faut enchanter !

    Telle est la loi de la réussite politique, la vraie, la seule, celle qui fait qu’on est le maître, et non qu’on a ramené, comme une aumône, un panier de voix. 
    » (Léon Degrelle : persiste et signe…, pp. 82-83).

    Meeting Palais Sports 1936.jpeg

    L’enchantement des foules pour la révolution des âmes. Les banderoles du Palais des Sports de Bruxelles proclament, en 1936 : «Les partis, c’est la haine et la mort», « La foi nous rend invincibles », « Pur et puissant »…

    Dans son livre déjà cité, Pierre Daye approfondit son analyse du talent oratoire de Léon Degrelle, reprenant également les métaphores du courant électrique, du magnétisme et des fluides :

    « Depuis quelques mois, je comprends assez bien ce que peut être l’empire, non pas de la parole, même la plus éloquente, mais d’un esprit qui parvient à transparaître dans la parole. Je cherche, tout en le constatant, à comprendre ce phénomène et à l’analyser. Puis-je y réussir ? J’ai entendu de grands orateurs de mon époque, de plus parfaits que Léon Degrelle ; je n’en ai jamais rencontré un qui dégageât, même de loin, un “magnétisme” semblable, duquel émanât un fluide aussi étrange, aussi puissant. Talent prestigieux ? Soit, mais autre chose aussi, qu’il est bien difficile de définir, quelque chose qui me fait admettre aujourd’hui que, parfois, puisse surgir un homme exerçant sur les foules une domination telle, par sa seule force intérieure, qu’il les soulève dans de grands mouvements de foi et d’enthousiasme, comme lors des premières croisades.

    LD Orateur guerre PBA.jpgL’engagement militaire de Léon Degrelle contre le bolchevisme fut également au service de son idéal de régénération nationale, secondant désormais ses talents de tribun (ici au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, début 1943).

     

    Le talent oratoire de Léon Degrelle est tout simple et sans apprêt. Point de périodes bien équilibrées, aucune rhétorique, aucune science dans un art difficile entre tous, mais un langage direct, à l’emporte-pièce, frappé de formules qui font balle. Jamais un effet théâtral, jamais un trémolo dans la voix. Des mots à tout le monde, mais des traits âpres, ironiques, lancés d’un organe sonore, métallique, si puissant qu’un jour où, devant douze mille auditeurs, les fils des haut-parleurs avaient été sabotés et coupés, Degrelle put continuer à parler durant une heure sans qu’on perdît, au dernier rang, une syllabe de ce qu’il disait. Cependant de quelle manière il se donne ! “Quelle gymnastique !” comme s’exclament les bonne gens des campagnes qui l’entendent pour la première fois ! Quels gestes magnifiques, amples, faciles, justes ! Eloquence naturelle avant tout.

    LD Orateur guerre Chaillot.jpg

    La révolution des âmes, entraînant une régénération nationale, sociale et spirituelle se prêche désormais au niveau européen. Ici, à Paris, au Palais de Chaillot, le 5 mars 1944 : « Nous sommes arrivés au moment où toutes les délimitations de l’Europe d’hier, de l’Europe des guerres civiles, sont mortes. Ou bien les peuples ont retrouvé dans leurs veines, la grande force de la jeunesse, l’esprit du sacrifice et de la grandeur, et ils forment un seul bloc socialiste et révolutionnaire, ou bien ils ont conservé la stérilité et la décadence des vieillards qui ne comprennent plus rien. […] Car ce qui nous intéresse le plus dans la guerre, c’est la révolution qui suivra, c’est de rendre à ces millions de familles ouvrières la joie de vivre, c’est que les millions de travailleurs européens se sentent enfin des êtres libres, fiers, respectés, c’est que dans toute l’Europe, le capital cesse d’être un instrument de domination des peuples pour devenir un instrument au service du bonheur des peuples. »

    Où se trouve alors l’invraisemblable prestige qu’exerce cette parole sur des multitudes de plus en plus vastes ? Dans l’âme dont elle vibre sans doute, dans la sincérité qui transparaît, dans une force invisible que l’on sent tout à coup éclater et s’imposer à toutes les volontés. “Tu n’as pas idée, me disait une fois Degrelle, épuisé, après avoir parlé devant vingt mille hommes hostiles d’abord, et qu’il avait en quelque sorte domptés, tu n’as pas idée de l’électricité que j’ai dû dépenser !”

    Oui, une espèce d’électricité qui se transfuse et dont le chef de Rex m’assure qu’il sent, à un moment précis de chaque harangue, qu’elle vient d’entrer en contact avec la foule des hommes assemblés. Une manière de phénomène qui doit se rapprocher de ceux de la suggestion et auquel, par conséquent, il serait vain de vouloir trouver une explication définitive. » (pp. 3-7 ; pp. 232 et 242-243 de Léon Degrelle et le Rexisme).

    LD au milieu de la foule.jpgOn voit que la réaction attribuée à Joris Van Severen face à l’éloquence de Léon Degrelle est assez trivialement incongrue. Si elle est exacte, elle démontrerait une différence fondamentale entre les deux hommes à propos de leur vocation et de l’objectif de leur art oratoire : chez Léon Degrelle, c’est l’enchantement des foules pour obtenir leur adhésion à son projet de société régénérée spirituellement (rénovation nationale par la révolution des âmes) ; chez Joris Van Severen, ce serait l’intégration obligatoire des masses dans un ordre discipliné.

    Comme nous l’avons dit en conclusion de notre présentation de la nouvelle biographie du fondateur du Verdinaso par Dieter Vandenbroucke, il nous faudra attendre sa parution pour vérifier l’exactitude de ce qu’il met dans la bouche de ceux qu’il incrimine ainsi que la pertinence de ce qu’il s’autorise à en déduire…

    Pays réel 21.05.41 LD hommage Van Severen.jpg

    Léon Degrelle a-t-il réagi aux critiques de son art oratoire qu’on prête à Joris Van Severen ? Rien n’est moins sûr. Mais il ne manqua pas de rendre hommage à son compagnon d’infortune à l’occasion du premier anniversaire de son assassinat par la soldatesque française à Abbeville.

  • Cercle des Amis de Léon Degrelle


    35e Correspondance privée – Décembre 2020

     

    Annoncé pour juin dernier, nous l’attendions avec impatience, ce magazine que le Cercle des Amis de Léon Degrelle publie régulièrement en France. C’est que, particulièrement au courant de tout ce qui se publie sur Léon Degrelle, la publication du Cercle fonctionne véritablement –avons-nous dit un jour– comme un Degreller Beobachter et ses informations inédites nous sont toujours précieuses.

    Capture.JPGNous rappelons ce mot car un ami nous a transmis jouissivement la copie qu’il a découverte du « tweet » d’un quidam –un certain Maxime, faisant preuve, en l’occurrence de la maximale imbécillité–, qui est un jour tombé sur notre blog et a voulu partager son indignation sans doute « citoyenne » : « L’association, qui s'appelle "Dernier carré" produit également une lettre confidentielle pour ses membres qui s'intitule le "Degreller Beobachter". Pour mémoire le journal du NSDAP s’appelait le "Völkischer Beobachter". La référence est évidente » !...

    Mais rendons à César ce qui lui appartient et au Cercle sa Correspondance privée et empressons-nous de la présenter !

    Comme le plus souvent, la couverture s’orne d’un portrait original de Léon Degrelle. Il s’agit cette fois de la célèbre encre de Chine de Korbo (mais ce n’est pas mentionné : voir ce blog au 1er décembre 2020) reproduit sur bois découpé à la forme du visage et artistement accompagné de l’emblème de Rex. C’est Vincent Florian qui en est l’auteur et ses réalisations sont visibles sur Instagram (Auboisdecheznous) où l’on peut également lui proposer la réalisation de projets personnels.

    Lire la suite

  • A propos de Joris Van Severen, le « bon vivant », Adolf Hitler « à la vie ennuyeuse » et Léon Degrelle, le « dandy »…

    Considérations sur « La Séduction d’un fasciste »,

    la nouvelle biographie annoncée de Joris Van Severen

     

    Le chef du Verdinaso, Joris Van Severen, arrêté et livré aux Français en même temps que Léon Degrelle dès que les Allemands envahirent la Belgique, le 10 mai 1940, et assassiné à Abbeville dix jours plus tard, bénéficie d’un Centre d’Etudes performant, organisant régulièrement un colloque, animant un site internet (www.jorisvanseveren.org), publiant régulièrement un trimestriel ainsi qu’un annuaire, des études historiques, littéraires, critiques, iconographiques de grande qualité, effectuées par des collaborateurs indépendants et non inféodés au politiquement correct. Toutes choses absolument impensables du côté francophone du pays, et certainement pas si l’objet d’étude de pareil Centre serait les Volontaires wallons du Front de l’Est et l’œuvre et la personnalité de Léon Degrelle…

    Joris VS 4 trim 2020.jpegLe dernier numéro du trimestriel (4e trimestre 2020) est essentiellement consacré à l’annonce d’un nouvel ouvrage sur « le premier fasciste de Flandre » : La séduction d’un fasciste, par Dieter Vandenbroucke, spécialisé en histoire de la littérature.

    Le livre devrait sortir au cours de cette année mais est d’ores et déjà présenté par l’auteur sur le site Belgium WWII, la « plateforme virtuelle sur la Belgique et ses habitants durant la Seconde Guerre mondiale » (où sévissent aussi l’ineffable Besace –voir ce blog au 30 juin 2016ainsi que tous les affidés du CEGESOMA).

     

    C’est ce texte qui est repris dans le trimestriel. L’angle de vue qui se veut original, loin des dénigrements gratuits aussi bien que des hagiographies, prétend examiner comment Joris Van Severen pouvait concilier ses activités de « parlementaire du parti Frontiste nationaliste flamand » et sa vie privée de « dandy, amateur de femmes, toujours habillé avec recherche ».

    Van Severen Fauteuil.jpg

    Van Severen Costume.jpeg

    Joris Van Severen « dandy, amateur de femmes, toujours habillé avec recherche », mais « dans sa vie privée, sombrant dans la solitude et l’inquiétude ».

    Il effectue à ce propos une comparaison avec ce qu’aurait déclaré Léon Degrelle sur l’art du tribun : « Le Chef de Rex, Léon Degrelle, a dû revenir sur ses propos lorsqu’il compara la foule à des femmes devant, de préférence, être “prises” rapidement ; selon Van Severen, de semblables femmes se laissent également prendre avec la même rapidité par d’autres. “Rien n’est plus fuyant que les femmes”. De même qu’une relation durable nécessite plus d’efforts, ainsi la foule doit-elle être intégrée dans un ordre discipliné. Selon Van Severen, le Verdinaso parfaitement masculin en était garant. »

    DMO Mechelen.jpeg

    Meeting Izegem 17.04.1935.jpeg

    « Le Verdinaso parfaitement masculin était garant de l’intégration de la foule dans un ordre discipliné. »

     Du coup, l’auteur se pose la question de savoir « comment l’image que se faisait Van Severen de la femme et des relations féminines pouvait s’intégrer à l’idéologie du Verdinaso qui considérait la famille et le mariage comme la pierre angulaire de la vie en société. »

    Verdivro.jpeg

    Les femmes ne sont pas absentes du Verdinaso, elles occupent leur place dans l’organisation (le Vedivro, Union des Femmes et Jeunes filles thioises), bien à part de ce public quasi-masculin.

    LD Foule Femmes.jpg

    LD Foule Familles Lombeek.jpg

    Dans le public rexiste, les femmes sont aussi nombreuses que les hommes et les jeunes gens, et non moins enthousiastes. Les meetings (en bas, à Lombeek) sont d’ailleurs l’occasion de vastes rassemblements familiaux, dans la joie et la décontraction, avant la ferveur de l’unanime communion politique avec le Chef.

    Pour y répondre, l’auteur s’est surtout servi de documents privés inédits (journaux intimes, notes et correspondance) le montrant surtout amateur de littérature décadente (Baudelaire, d’Annunzio…). Ce serait d’ailleurs cette attitude poétique matérialisant la formule de l’artiste-aventurier, héros révolutionnaire de Fiume, « Faire de ma vie une œuvre d’art » qui, devenant son précepte, l’aurait ainsi mené vers les « eaux extrémistes » du fascisme au « caractère théâtral ». C’est ainsi que Dieter Vandenbroucke suggère de considérer Joris Van Severen « comme un acteur, un artiste de l’art-performance exprimant sur scène assurance et détermination mais, en coulisses, dans sa vie privée, sombrant dans la solitude et l’inquiétude. »

    Van Severen+Jong Dinaso.jpeg

    « Joris Van Severen, artiste de l’art-performance exprimant sur scène assurance et détermination ».

     

    On imagine bien que pareil diagnostic de psychiatre ayant reçu Van Severen sur son divan a valu à son auteur une visite de mise au point d’un responsable du Centre d’études.

    C’est ainsi que Ruud Bruijns se fend de quelques commentaires où sont dénoncées « la comparaison conventionnelle et injuste avec Hitler » ainsi que la présentation de Van Severen en dandy : « Si on veut parler d’apparences et de séduction, le “beau Léon” Degrelle a facilement dépassé Van Severen ».

    Concernant son premier argument à propos d’Adolf Hitler, voilà ce qu’il nous assène : « Van Severen était un bon vivant qui profitait de la vie, alors que Hitler, à beaucoup de points de vue, menait une vie plutôt austère et même ennuyeuse – sans boisson, sans festins, sans pratiquement aucune femme. Hitler n’était pas non plus un grand lecteur ni un penseur profond, au contraire de Van Severen. » Voilà qui relève on ne peut mieux du conventionnel et de l’injuste, pour ne pas dire plus…

    Hitler ancien combatant.jpeg

    « Hitler menait une vie ennuyeuse » : ici, après-dîner, avec d’anciens camarades de la Première Guerre mondiale.

    Nous ne nous étendrons pas sur l’énormité de cette proposition, comme si le fait de refuser l’alcool (le régime national-socialiste fut le premier à lutter contre les addictions au tabac et à l’alcool), ou de refuser de manger de la viande de boucherie (allez dire cela aux végétariens, végétaliens ou végans tellement à la mode aujourd’hui) était rédhibitoire et empêchait de profiter de la vie. Le Führer servait d’ailleurs à ses invités viandes, poissons ou gibier, arrosés de champagne ou de vin. En témoignent ses « Propos de table » qui ne manquent pas non plus ni de piquant, ni d’humour, ni de culture (il faut lire, pour s’en rendre compte les Tischgespräche im Führerhauptquartier : ils viennent d’être retraduits et publiés aux éditions para-universitaires du Nouveau Monde ; devons-nous nous étonner aussi que M. Bruijns n’évoque pas les goûts artistiques et musicaux du Führer ?).

    Pour notre part, nous n’avons en tout cas qu’exceptionnellement pu trouver une photo où Joris Van Severen manifeste quelque joie de vivre ou sourie tout simplement : à croire, effectivement, qu’au-dehors, il se considérait toujours en représentation. Parmi les nombreuses photographies de la Joris Van Severen Fotobiografie (voir en fin d’article), nous n’en avons guère trouvé que trois (pp. 54, 128 et 165) où le Leider esquisse un sourire et une seule où il en fait un peu plus (p.185: ci-dessous)…

    Van Severen Kessels.jpeg

    Exceptionnel document montrant un Joris Van Severen surpris par l’objectif (c’est-à-dire en ne posant pas) et affichant un vrai sourire, en compagnie de son ami, le photographe Willy Kessels.

    Quant aux relations d’Adolf Hitler avec les femmes, il existe nombre de livres traitant le sujet, même s’ils ne brillent souvent pas par leur niveau (il y en a même un qui ose s’intituler Les Testicules de Hitler !) : mais les historiens sérieux concluent néanmoins que le Führer ne les méprisait pas davantage que Van Severen et qu’il ne traita certainement pas plus mal Eva Braun que Van Severen ne traita Rachel Baes. Quant à ses qualités de lecteur et l’étendue de sa bibliothèque, contentons-nous de renvoyer au livre de Timothy W. Ryback, de son propre aveu lacunaire, Dans la bibliothèque privée d’Hitler (Le Cherche Midi, 2008, 416 pages), tout en nous interrogeant sur l’œuvre de penseur que nous a laissée Joris Van Severen dont, à l’inverse d’Adolf Hitler, nous ne connaissons pas grand-chose, si ce n’est à travers sa correspondance ou ses publications de presse. La Fotobiografie ne documente que cinq brochures écrites de sa plume : De la fracture populaire démolibérale au Pays thiois et à l’Ordre par le Verdinaso, Le Mouvement flamand et l’esclavage des Pays-Bas, Trois discours de Joris Van Severen, Le Verdinaso et La Constitution des Pays-Bas.

    AH Ex-libris.jpg« Hitler n'était pas non plus un grand lecteur ». On n’a guère retrouvé que quelque 1200 livres appartenant à la bibliothèque privée d’Adolf Hitler. Ils portent en principe tous cet ex-libris.

    Concernant le second argument, relatif à Léon Degrelle, M. Bruijns sous-entend que le tribun wallon, contrairement à Joris Van Severen, faisait tout pour profiter de son pouvoir de séduction sur les femmes et que finalement, il était donc bien plus «dandy» que le chef du Verdinaso. D’ailleurs, « le style personnel de Van Severen n’était certes pas unique en politique. Il y avait d’innombrables politiciens séduisants qui s’habillaient élégamment. L’adage est toujours valable aujourd’hui, selon lequel l’habit fait le moine. »

    En ce qui concerne Léon Degrelle, nous constaterons que le problème ne se pose guère en ces termes et que s’il s’habillait toujours correctement, il n’en fit jamais un fromage. Sauf pour expliquer son goût pour les culottes de golf, que lui emprunta d’ailleurs Hergé pour en vêtir Tintin : « Mes premières ressources me suffisaient toutefois pour m’offrir le vêtement qui, par-dessus tout, m’enchantait : une culotte de golf ! Pourquoi ?... Je n’ai jamais joué au golf ! Mais cet accoutrement me paraissait d’une suprême élégance. Cette folie se limitait d’ailleurs à un achat annuel. Je m’amenais, à cette fin, au grand magasin de vêtements masculins “Les Trois Suisses”, champion bruxellois du merveilleux –à mes yeux !– prêt à porter ! Je me déshabillais, j’essayais, je payais, j’abandonnais sur une chaise vide l’ancien pantalon, désormais inutile. Je n’avais plus qu’à ressortir rutilant, requinqué à neuf ! » (Tintin mon copain, p. 19).

    LD Dandy Golf.jpgLe « dandy » Léon Degrelle portant sa culotte de golf « d’une suprême élégance ».

    Pour le reste, nous avons déjà établi un court parallélisme entre les deux chefs attachés à la reconstitution des XVII Provinces (voir ce blog au 7 mai 2019), mais nous pensons que ce qui distinguait fondamentalement les deux hommes, c’était justement le concept de «joie de vivre», à la base de la Révolution des âmes prônée par Léon Degrelle. Nous pensons même que c’est cette philosophie de vie (affirmée dans les nombreux ouvrages qu’il nous a laissés) qui l’a rapproché aussi intimement d’Adolf Hitler, et ce, dès leur première rencontre de 1936, ce qui explique d’ailleurs l’incroyable évolution de leurs relations (ce blog, notamment, aux 12 mai 2016, 21 juin et 20 juillet 2018).

    Hitler  rit.jpeg

    La joie de vivre d’Adolf Hitler.

    LD Beau Léon.jpg

    LD Chevet Chantal.jpg

    LD Joie de vivre Front Est.JPG

    La joie de vivre de Léon Degrelle : le « dandy » chef de Rex, le père de famille au chevet de sa fille gravement malade, le soldat au Front de l’Est.

    La dispute de M. Bruijns avec l’auteur de La Séduction d’un fasciste porte évidemment et essentiellement sur « l’idée d’analyser Van Severen sur base d’’une “interaction entre la vie publique et la vie privée, en ce compris des questions sur le genre et la sexualité” » que le critique n’estime guère pertinente car elle relierait trop « la masculinité en politique au fascisme ».

    Nous attendrons donc avec curiosité la nouvelle biographie insolite de Dieter Vandenbroucke pour en juger.

     

    joris van severen,verdinaso,dieter vandenbroucke,cegesoma,vedivro,rud bruijns,willy kessels,timothy ryback,fotobiografie,pieter jan verstraete,maurits cailliauLes photographies de Joris Van Severen sont extraites du magnifique ouvrage de Pieter Jan Verstraete et Maurits Cailliau, Joris Van Severen, Fotobiografie, Studiecentrum Joris Van Severen, 2014. Le livre –248 pages, 648 illustrations– est toujours disponible en versant 65 euros, frais de port compris, sur le compte du Studiecentrum Joris Van Severen BE71 0001 7058 1469. Pour tout renseignement : www.jorisvanseveren.org.