Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dernier Carré "Léon Degrelle" - Page 4

  • La première interview de Léon Degrelle d’après-guerre (4)

    Copie de l’aide-mémoire destiné à la rencontre avec Robert Francotte (2)

    Notes San Sébastian p. 3.jpg

    III. Retour à Bruxelles – Août 1940

    Je retrouvai ma maison occupée par un Etat-Major de l’Aviation Allemande. Je dus loger, pendant une semaine, dans une mansarde. Je ne demandai rien. 

     3.


    Finalement, ce ne fut que sur intervention d’un avocat belge que ma maison fut évacuée [5].

    Je ne visitai aucune autorité allemande à mon retour et ne vis même pas une seule fois, avant mon départ pour le Front de l’Est, le 10 août 1941, le général Von Falkenhausen [6].

    Le « Pays Réel » ne reparut qu’en octobre [7].

     

    [5] Dans La Cohue de 1940, Léon Degrelle a raconté le détail de la manière dont il retrouva sa maison, le 30 juillet 1940, occupée par la Luftwaffe :

    Drève Lorraine.jpg

    Photo de la villa de Léon Degrelle, à l’orée du bois de la Cambre, à Bruxelles, telle que publiée dans Degrelle m’a dit, de la Duchesse de Valence : « La Drève de Lorraine, la belle propriété de Léon Degrelle, dans la forêt de Soignes, à l’entrée de Bruxelles. A gauche (quatre grandes fenêtres) : son bureau. Au-dessus, sous les toits, la bibliothèque (quinze mille volumes) » (cahier photographique entre les pages 40 et 41).

     

    Le lendemain de mon retour à Bruxelles, j’allai, le cœur battant, à la Drève de Lorraine, retrouver ma chère maison. Une sentinelle barrait l’entrée principale du parc. Non point que les Allemands eussent pris des mesures pour protéger ma propriété abandonnée, ce qui eût été assez indiqué si j’avais été l’agent n° 1 d’Hitler. Loin de là. Non seulement les autorités d’occupation n’avaient pas veillé à ce que le domaine restât intact, mais celui-ci était occupé, envahi par de nombreux membres de la Luftwaffe. Les concierges avaient été refoulés dans une maisonnette à l’écart. Des graminées hautes d’un mètre avaient poussé partout sur la terrasse. Quinze, vingt militaires allemands naviguaient dans les salons. Un gros colonel ronflait encore, nu et luisant, au milieu de mon lit d’érable.

    Je crus d’abord à un quiproquo. Mais non ! D’ailleurs, je ne saurais trop le répéter, les Allemands ne me devaient rien. Ils avaient réquisitionné ma maison comme n’importe quel autre immeuble. Je crus tout de même, puisque j’étais revenu, qu’on allait me rendre ma demeure. Il y avait à Bruxelles, à ce moment-là, des milliers d’autres logements libres.

    Mes propositions n’eurent absolument aucun succès. Ces messieurs se trouvaient bien chez moi et prétendaient fermement y rester.

    N
    e pouvant continuer à camper chez une de mes sœurs sur un sofa [ce blog au 20 mars 2020], j’obtins difficilement, après deux jours de palabres, de disposer d’une chambre à coucher dans mon habitation. Ce fut tout. Encore était-il impossible de dormir, les aviateurs vidant fort bruyamment, jusqu’au petit matin, les dernières bouteilles de ma cave.

    Je m’attendais à voir revenir, d’un jour à l’autre, ma femme et ma ribambelle d’enfants. S’ils étaient arrivés, j’eusse dû les loger à l’hôtel. Je mangeais à la diable, chez des gargotiers des environs. Cette occupation devenait tellement désagréable qu’il ne me resta plus qu’à confier l’affaire à un avocat. Celui-ci connaissait un civil allemand, ami de Goering, et obtint qu’il lui télégraphiât. Grâce à ce hasard, les bureaux de l’aviation reçurent enfin l’ordre d’évacuer le terrain, me laissant une maison aux parquets râpés, aux peintures écaillées par les appareils de radio et où, en fait de biens meubles, il ne restait plus, éparpillés dans une cave et n’ayant tenté personne, lors des pillages belges de la mi-mai, que mes chers vieux atlas enluminés de Mercator, d’Ortélius, de Kaerius, de Blaue et d’autres géographes selon mon cœur [ce blog au 17 octobre 2018].

    Kriegsberichter 8 août 43 a.jpg

    Précisément trois ans plus tard, le 8 août 1943, Léon Degrelle accueillera, dans son vaste bureau de la Drève de Lorraine, d’autres officiels de l’armée allemande autrement policés et respectueux des lieux, dont ces vingt et un correspondants de guerre SS des Légions de Volontaires et de la Waffen SS effectuant un voyage en Flandre à l’invitation du Generalmajor Richard Jungclaus, représentant du Reichsführer Heinrich Himmler. Au programme : visite d’Anvers, Gand, Bruges, Ostende ainsi que de la côte belge et des champs de bataille de la Première Guerre mondiale. Pour clore ce voyage, ils furent reçus par Léon Degrelle en son domicile bruxellois avant d’assister, au studio de Radio-Bruxelles, place Flagey, à un concert symphonique sous la direction du SS-Kriegsberichter flamand Paul Douliez (photo de la délégation ci-dessous, entourant Léon Degrelle : Paul Douliez est le second, à partir de la gauche, debout sur le muret du porche de la Drève de Lorraine), par ailleurs compositeur et auteur en 1954, –en dépit de sa condamnation à mort par contumace–, d’une biographie du compositeur flamand Peter Benoit (1834-1901) qui fait toujours autorité.

    Kriegsberichter 8 août 43 b.jpeg

     

    J’eusse pu, certes m’adresser directement aux autorités d’occupation. […] Ma maison avait été pillée de fond en comble. Les troupes allemandes avaient accroché du matériel partout dans ma maison, crevant ou ébréchant les murs, faisant des dégâts qui s’élevaient à des dizaines de milliers de francs.

    On eût pu tout de même envoyer un vague officier d’ordonnance pour m’aider à récupérer ma demeure et me proposer une indemnité en réparation des dommages que les troupes du Reich avaient causés. Il n’y eut aucune démarche, aucune visite. Je ne reçus aucun appui, aucun souhait, aucune offre de dédommagement. Je ne possédais plus un patard. J’avais emprunté mille francs pour payer mes repas dans les gargotes des environs. […] Je ne parvins à me tirer de mes difficultés matérielles que grâce à un paiement vraiment cocasse. Je n’étais pas mort : donc j’étais encore député ! Imperturbable, cette bonne vieille démocratie, qui m’avait expédié au massacre, m’envoya par chèque, peu après mon retour, les émoluments des trois mois pendant lesquels j’avais survécu ! ça me fit une affaire de dix mille francs que j’avais parlementairement gagnés en buvant de force l’urine démocratique de mes gardiens et en encaissant dans la figure leurs coups de sabots et de trousseaux de clefs. (La Cohue de 1940, pp. 109-111)

    [6] Fils d’un baron prussien, le général Alexander von Falkenhausen fut, durant la Seconde Guerre mondiale, le gouverneur militaire de la Belgique et du Nord de la France, reprenant ainsi le poste occupé par son oncle Ludwig à la fin de la Première Guerre. Réactionnaire antinazi, il ne pouvait que s’attirer l’inimitié des partisans de l’Europe nouvelle. Léon Degrelle le décrit ainsi dans le Persiste et signe de Jean-Michel Charlier :

    « Les Allemands conservateurs de Bruxelles étaient à peu près tous des fonctionnaires qui voulaient prolonger le vieil impérialisme industriel des Allemands de 1914, qui ne pensaient qu’à étendre l’espace territorial allemand et à s’emparer de la vie économique de ces régions riches, bien équipées, aux populations laborieuses, d’un gros rendement. La création de l’Europe n’intéressait pas les généraux à la Falkenhausen. Elle était à leurs yeux une lubie de plus d’un Hitler qu’ils haïssaient. Un accord avec la Haute Finance de la Belgique leur paraissait, par contre, un objectif d’un intérêt extrême. […]

    Avec le général von Falkenhausen et son équipe pro-capitaliste, nulle collaboration n’était pensable.

    Falkenhausen Clebs.jpeg

    Le gouverneur militaire de la Belgique et son clebs tout-puissant.

     

    Je me suis bien gardé de voir ce vieux junker égrillard une seule fois avant de filer en Russie. Je le fuyais comme la peste. Il vivait comme un mandarin –il avait longtemps résidé en Chine [ce blog au 23 août 2021]– dans un somptueux château brabançon, à Seneffe, propriété d’un Juif défenestré. Il s’adonnait au culte de son chien, arbitre en tout, dont les aboiements, ou le silence conciliant, indiquaient s’il fallait repousser ou accueillir le visiteur. En l’honneur de ce roquet-majordome, Falkenhausen avait fait fabriquer à Gand de richissimes cigarettes en tabacs anglais, portant le portrait du toutou comme un camée précieux » (pp. 253-254)

    Au vrai, Falkenhausen correspond d’ailleurs parfaitement au portrait dressé par Léon Degrelle. Dans ses verbeux autant que prétentieux Mémoires d’outre-guerre (Comment j’ai gouverné la Belgique de 1940 à 1944), c’est à peine s’il mentionne l’existence de Rex et de Léon Degrelle (« qui trahit la vocation réelle de son parti » !) aux côtés du VNV et de son chef dont il massacre le nom en « van der Wiele » (p. 162). Il faut attendre les « Annexes » et les questions de l’éditeur Jo Gérard pour en savoir davantage, c’est-à-dire qu’il essaya surtout de saboter le défilé triomphal de la Légion Wallonie à Charleroi et à Bruxelles (ce blog aux 15, 26 janvier 2021, 7 mars 2022).

    « –Et Léon Degrelle ?
    Cette fois, Alexandre von Falkenhausen sourit :
    – Celui-là… je ne l’ai vu qu’une fois, en 1943, à son retour du front russe. J’avais refusé à plusieurs reprises de le rencontrer, malgré ses insistantes démarches. Il en avait conçu, contre moi, un profond ressentiment et il répétait : “Il faut basculer ce général !”
    Mais Degrelle avait acquis sur Hitler une puissante influence, aussi me donna-t-on de Berlin l’ordre catégorique d’accueillir le chef du rexisme. Je répondis que je voulais bien le recevoir en tant que soldat, mais pas en tant que leader d’un parti politique.
    Je le vis donc et il me raconta pendant une demi-heure sa campagne. Il me parut assez exalté et singulièrement imbu de lui-même. Plutôt vulgaire, les Parisiens diraient : “un camelot”.

    Falkenhausen cigarette.jpeg

    Le hobereau prussien von Falkenhausen, ses bésicles d’un autre siècle et sa cigarette de tabac anglais artisanale…

     

    Mais Degrelle vous exposa-t-il ses idées politiques et comment il envisageait l’avenir de la Belgique ?
    – Non, il n’aborda pas ce thème, car il savait que je ne voulais considérer en lui que le soldat. On l’avait prévenu.
    Avez-vous posé des questions à Degrelle ?
    – J’ai essayé d’en obtenir quelques précisions sur la tactique des Russes, mais il se lançait aussitôt dans des récits colorés comme des images d’Epinal.
    Puisque nous parlons de Degrelle, vous dirais-je que pour étoffer le défilé de sa Légion Wallonie à Bruxelles, on avait amené dare-dare quelques centaines d’authentiques soldats allemands de la SS casernés à Beverloo. Cette parade eut lieu à Charleroi, mais contre mon ordre, elle passa au retour par Bruxelles, bien que j’aie tenté en vain de l’empêcher en écrivant aux protecteurs berlinois du chef rexiste qu’on risquait ce jour-là un bombardement allié sur Bruxelles. » (pp. 300-301)

    [7] C’est en fait le 25 août que Le Pays réel sera à nouveau présent dans les kiosques à journaux, soit trois mois après la capitulation.

    Pays réel 1940 08 25 Reparution.JPG

     

     

    À suivre

     

  • La première interview de Léon Degrelle d’après-guerre (3)

    Copie de l’aide-mémoire destiné à la rencontre avec Robert Francotte (1)

     

    1.

     Notes rédigées par Léon Degrelle à Saint-Sébastien (Espagne),

    le neuf mai 1946.

     

    San Sébastian (1).jpg

     

    I. Avant la guerre

    Politique strictement nationale. Lutte pour un Etat fort et propre. Aucune dépendance de l’étranger.

    Quelques amis italiens de Mussolini –qui avaient pour moi une grande affection– ont aidé REX (Automne 1936, Hiver 1936-37). Mais cette aide était d’inspiration purement sentimentale. L’Italie n’avait rien à faire chez nous. Xavier de Grunne [1] reçut ainsi environ quatre millions, à l’automne de 1936, à son château de Wesembeeck-Opem (?).

    Dès le printemps de 1937, cette aide passagère avait pris fin. Quant avec l’Allemagne, rien.

    J’ai vu Hitler, accidentellement, en 1936 (durant les vacances de l’été). Il me proposa le plébiscite de la réconciliation à Eupen-Malmedy. J’en fis part au Roi. La proposition n’eut pas de suite [2].

    Depuis lors, je ne vis (ni moi, ni qui que ce fût de mon entourage) aucun Allemand et ne gardai absolument aucun contact. Je ne savais même pas où se trouvait l’Ambassade d’Allemagne en Belgique. Durant la « drôle de guerre », je fus, avec sincérité totale, un partisan farouche de la neutralité. J’avais

    2.

    vu le Roi à ce sujet, au début de septembre. Entrevue secrète. Le capitaine Jacques de Dixmude m’introduisit le soir au Palais de Laeken [3]. Le Roi approuva totalement ma lutte pour la Paix. Nous n’eûmes jusqu’au 10 mai absolument aucun contact avec la propagande allemande.

    – Oui ou non, la guerre fut-elle, pour tous les Européens indistinctement, une imbécillité et une catastrophe monumentale ?

    II. Mon arrestation, le 10 mai 1940 fut monstrueuse [voir ce blog aux 30 avril et 6 mai 2017]. J’eusse servi mon pays au front avec foi et passion. Le parlement laissa s’effectuer mon arrestation et ma livraison au Conseil de guerre français de Lille. Ce fut une infamie.

    La preuve que nous n’avions rien à voir avec les Allemands, c’est que ceux-ci ne firent même rien pour moi après la guerre de 40 et me laissèrent moisir en prison pendant de longues semaines à Tarbes, Toulouse, Puy-en-Velay et Vernet !

    Je ne fus délivré qu’à la suite de l’intervention de Vichy, de Pierre Daye et de vieux camarades d’Université, tous Belges [4].



    [1] Sur Xavier De Grunne (1894-1944), voir Lionel Baland, Xavier de Grunne, De Rex à la Résistance, éd. Godefroy de Bouillon, 2017.

    Baland De Grunne.jpg

    La couverture de cette biographie s’orne du chromo publié par le chocolat Jacques pour célébrer le Comte Xavier de Grunne, président du club alpin de Belgique, qui, en 1932, dirigea une mission scientifique au Congo belge : il s’agissait d’explorer le versant occidental du mont Ruwenzori au sommet duquel (5094 m) le comte planta le drapeau national. Xavier de Grunne publiera en 1937 le rapport de cette expédition : Vers les glaciers de l’Equateur, Le Ruwenzori, Mission scientifique belge 1932.

     

    Léon Degrelle, qui lui a gardé indéfectiblement son amitié, en dresse le portrait suivant :

    « Pour certains de nos dirigeants, tels que le comte Xavier de Grünne, la guerre avec l’Allemagne était certaine. Ami inséparable du roi Albert, compagnon de ses excursions montagnardes, Xavier de Grünne était animé par un brûlant besoin de se dévouer et par une générosité à la fois sublime et enfantine. Il avait fait au Congo l’ascension du Mont-de-la-Lune, puis était redescendu de la Lune vers la Belgique juste au moment où je frappais à grands coups de balai dans le houraillis de banquistes, de grugeurs, de coupeurs de bourse et de pots-de-viniers des vieux partis de politico-finance. Il était devenu sénateur de Rex, un sénateur impétueux, fantasque, toujours prêt à grimper aux lustres, se retournant, de son fauteuil, pour administrer des paires de claques sonores dans les abajoues de ses adversaires ébaubis. Mais il était droit comme une épée, pur comme les lumières du matin.

    Xavier de Grunne.jpg

    Au début de 1939, il était venu me trouver afin de me proposer un plan nouveau de politique étrangère : “Attaqués par Hitler, nous le serons tôt ou tard, m’expliqua-t-il. Inutile de se leurrer. Plutôt que d’attendre d’être rejetés dans le camp anglo-français, parmi la bousculade d’un premier jour d’invasion, mieux vaut passer immédiatement dans la coalition où nous serons refoulés tout de même un jour, bon gré mal gré, panzers allemands dans les reins.”

    Par conséquent, Xavier de Grünne me demandait de lancer à fond le Mouvement rexiste dans une grande campagne d’intervention pro-alliée. […]

    Nos thèses, à chacun de nous, étaient honnêtes et également défendables. Mais, en conscience, j’étais certain que les miennes étaient les plus conformes à l’intérêt de l’Europe et de mon pays. Je fis appeler mes amis les plus chers et les amis les plus chers de Xavier. Tous me donnèrent raison. […] Nous nous déclarâmes d’accord sur la formule et nous nous quittâmes fraternellement.

    Le plus cocasse fut la suite. […] Il avait vu le résultat de cette guerre qu’il avait voulu, en toute bonne foi, précipiter. Fidèle à son pays, il tentait de relever les ruines.

    Il alla aussitôt plus loin que quiconque dans les visions d’avenir. Il comprit tout le parti que les Soviets tireraient de la tragédie où sombrait l’Europe. Redoutant l’ampleur de la poussée communiste de l’après-guerre, n’hésitant pas devant le danger, il imagina un plan personnel de défense de la Belgique aussi secret que radical. Il était devenu presque invisible. Nous ne savions ce qu’il faisait en dehors de ses articles. Audacieux comme toujours, il courait mystérieusement les routes, s’employait à rassembler le matériel de combat d’une milice de son invention qui, au jour de la décomposition générale, ferait face, à Bruxelles, aux bandes de Moscou triomphantes.

    Les Allemands tombèrent sur le pot-aux-roses, découvrirent un arsenal prodigieux. Xavier, qui allait à fond en tout, avait retourné toute la Flandre pour y déterrer les dépôts d’armes enfouis par diverses divisions de l’armée belge, la veille de la capitulation du 28 mai 1940. Il avait ramené, fourbi, caché dans les caves de son château et ailleurs, de quoi armer plusieurs dizaines de milliers d’hommes ! Cher, très cher Xavier, noble et pur paladin de la Lune ! Les lois de la guerre étaient contre lui. Les Allemands le condamnèrent à mort, mais ils ne l’exécutèrent point. On n’entendit plus parler de lui. Seulement après la guerre, l’on apprit qu’il avait succombé, à force de privations, mais fier et indomptable, au camp de concentration de Buchenwald [en fait, le camp de Gross-Strehlitz, aujourd’hui en Pologne]. »

    (Léon Degrelle, La Cohue de 1940, pp. 14-18).

    [2] Sur la réalité du « financement » de Rex par l’Italie et l’Allemagne, voir ce blog au 14 avril 2016.

    Sur les impressions de Léon Degrelle à propos de sa première rencontre avec Adolf Hitler, le 26 septembre 1936, voir ce blog, notamment, au 4 juin 2016.

    [3] Le capitaine Lucien Jacques de Dixmude (surnommé «Dixy »), officier d’ordonnance du roi Albert Ier, découvreur, avec Xavier de Grunne, de la dépouille du roi, mort le 17 février 1934 lors d’une escalade des rochers de Marche-les-Dames, était un cousin de la mère de Léon Degrelle, Marie-Catherine Boever. En février 1945, le commandant Lucien Jacques de Dixmude devait participer à un commando constitué pour libérer Léopold III et sa famille, alors retenus prisonniers en Autriche, projet qui sera abandonné lorsque les Américains les auront libérés le 7 mai 1945.

    Marche les Dames 18 février 1934.jpg

    Au lendemain de la mort du roi Albert Ier, les journalistes accèdent au lieu de l’accident, accueillis par des gendarmes et un officier du Palais (Lucien Jacques de Dixmude ?) : la voiture du roi, à l’avant-plan, est encore sur place.


    L
    éon Degrelle a raconté comment son arrière-cousin pouvait faciliter ses rencontres avec le roi Léopold III dont il était resté officier d’ordonnance : « Quand la guerre de Pologne a éclaté, j’ai vu le roi. Je me rendais discrètement le soir au palais de Laeken où m’attendait un cousin de ma mère, le capitaine Jacques de Dixmude, devenu général depuis lors [plus précisément, en 1956, lieutenant-général au Grand Quartier général des puissances alliées en Europe (Shape)]. Le roi m’attendait dans son salon, encore vêtu de sa tenue d’équitation, chaussé de hautes bottes, détendu par sa chevauchée. Nous avons ainsi monté ensemble toute la série d’articles que j’ai publiés dans Le Pays réel pour défendre la neutralité au lendemain de l’invasion de la Pologne. » (Léon Degrelle : persiste et signe, p. 187).

    Sur Léon Degrelle et la neutralité belge, voir ce blog au 20 mai 2018.

    Pour l’anecdote, signalons qu’au nom de l’anticolonialisme, l’imbécile cancel culture d’aujourd’hui n’a pas manqué de vandaliser la statue du père de Lucien, le général Alphonse Jacques, héros du combat contre les esclavagistes arabes au Congo. C’était sur la Grand-Place de Dixmude, le 18 janvier 2022 !

    Le général Alphonse Jacques fut créé baron et autorisé à joindre le nom de la ville de Dixmude à son patronyme par une particule nobiliaire, le 15 novembre 1919 : ce fut la récompense de son action héroïque à la tête du légendaire 12e régiment de Ligne qui stoppa définitivement l’offensive allemande devant Dixmude pendant la Première Guerre mondiale.

    Pays réel 1939 09 24 Neutralité-horz-horz-vert.jpg

    Quelques-uns des éditoriaux de Léon Degrelle concernant la neutralité publié en « une » du Pays réel au lendemain de l’invasion de la Pologne.

     

    [4] Pierre Daye,1892-1960, écrivain, chef du groupe parlementaire rexiste en 1936, parvint à retrouver Léon Degrelle déporté dans un camp du sud de la France et à le ramener à Bruxelles (ce blog au 30 avril 2017).

    Daye FB 165 19 11 1932.jpg

    Bien qu’ayant quitté Rex en 1939 pour rejoindre le Parti catholique, Pierre Daye ne mesura jamais son amitié pour Léon Degrelle, allant jusqu’à harceler Vichy pour hâter sa libération. Après la guerre, réfugié en Argentine, il s’efforça de ménager à son ami un accueil sécurisé dans son pays d’adoption (ce blog au 4 mai 2016).

    Dainah Blu-ray.jpg

     

    Écrivain apprécié, Pierre Daye, qui se battit en Tanzanie et au Congo pendant la Première Guerre mondiale, est l’auteur de nombreuses chroniques africaines, dont, en 1929, la nouvelle Daïnah la métisse, republiée en 1932 dans l’hebdomadaire littéraire Les Feuillets bleus pour bénéficier de sa fortune cinématographique. Elle fut en effet immédiatement adaptée au cinéma par le scénariste Charles Spaak et Jean Grémillon à la réalisation (avec, en vedette, Charles Vanel). Malheureusement, l’œuvre mettant en scène un Noir raffiné se faisant justice en tuant un Blanc, lâche assassin de sa femme, fut véritablement saccagée par la société de production Gaumont. Réduit à un format de moyen métrage (48 minutes) dont le propos non conventionnel était devenu inintelligible (le réalisateur refusa d’ailleurs que son nom apparaisse encore au générique), le film mutilé ne connut aucun succès (néanmoins aujourd’hui disponible en DVD/Blu-ray).

    Daye dédicace Crokaert.jpeg

    En 1932, espérant profiter de la sortie du film, Pierre Daye réunit en volume quelques nouvelles exotiques qu’il publia sous le titre Daïnah la métisse (précisant, en page de garde, « et autres contes des Tropiques »). La nouvelle qui eut les honneurs du grand écran est ainsi dédicacée « Pour Charles Spaak et pour Jean Grémillon, à qui cette petite histoire ne parut pas indigne de l’éclatante vie du cinéma ».

    Ce qui nous intéressera, c’est que, d’une part, un des contes, à la sensualité trouble, Le conquérant de Kateko est justement dédié à son ami Jacques Crokaert. D’autre part, nous disposons de l’exemplaire numéro 5, des trente, sur papier Vergé d’Arches de la nouvelle édition de Daïnah, dédicacé de manière sibylline au couple Jacques Crokaert, exprimant l’inaltérable et vive affection de Pierre Daye pour son ami, et ainsi sa capacité à surmonter certaine déception.

    Les « vieux camarades » de l’Université Catholique de Louvain qui partirent délivrer Léon Degrelle (ce blog au 30 avril 2017) sont les avocats Carl Doutreligne, 1906-1973, agent d’assurances, puis administrateur de sociétés, et Jacques Crokaert, 1901-1949, conseiller communal rexiste d’Ixelles, conseiller provincial rexiste du Brabant, fils du ministre catholique Paul Crokaert qui, soutenu par Léon Degrelle, lança les premières attaques contre les politiciens corrompus de son parti : voir ce blog aux 5 avril 2017 (Paul Crokaert) et 7 mai 2019 (Carl Doutreligne). Jacques Crokaert participa, en septembre 1940, au Bureau politique de Pierre Daye dont le but était de réorganiser « les bases structurelles de la Belgique » dans le cadre d’une Europe dominée par le IIIe Reich.

     

    Jacques Crokaert-horz.jpg

    À gauche, Jacques Crokaert, auteur après la guerre des ouvrages non conformistes La Guerre oubliée, 18 jours qui ont permis Dunkerque et Les Routes de l’Exode, 1940 ; à droite, annonce de l’extravagante condamnation de Carl Doutreligne (La Dernière Heure, 19 mars 1948 ; à noter que le ministère public n’avait requis « que » quinze ans et près de trois fois moins de « dommages et intérêts » !).

     

     

    À suivre

     

  • La première interview de Léon Degrelle d’après-guerre (2)

    Circonstances de l’interview

     

    Jaquette Francotte Heure Espagne.jpegVoici donc le contexte de l’interview tel que l’a donné Robert Francotte aux journaux socialistes qui vont le publier. Il sera suivi de la dactylographie complète de la copie manuscrite du texte donné par Léon Degrelle à son premier visiteur belge depuis son hospitalisation forcée. Les parenthèses dans le texte ainsi que les notes numérotées entre parenthèses sont du transcripteur. Par contre, pour permettre une meilleure compréhension des allusions degrelliennes par le lecteur contemporain, nous nous sommes permis quelques annotations numérotées entre crochets renvoyant à des commentaires sur fond coloré.

     

    Ces textes destinés au journal socialiste Le Peuple seront rassemblés peu après dans le livre L’Heure de l’Espagne (Bruxelles, Editions De Visscher, 1947), mais, comme nous l’avons dit, ne constituent qu’une partie des quatorze pages du manuscrit degrellien.

    Peuple 1946 05 11 Une.JPG

    Première page du quotidien Le Peuple, le 11 mai 1946 : « Notre envoyé Robert Francotte a pu interviewer le sinistre Degrelle. L’entretien a duré trois heures et demie. […] La communication qui suit a été téléphonée par notre correspondant, de Saint-Sébastien, à la United Press. »

     

    Contexte de la visite de Robert Francotte à Léon Degrelle (extraits)

     

    L’Affaire Degrelle

     

    Enfin, il est un problème extrêmement épineux et toujours pendant entre l’Espagne et la Belgique. La livraison de Léon Degrelle !

     

    – […] à l’origine, il nous a été impossible de recevoir la demande d’extradition pure et simple formulée par le Gouvernement Belge, car elle est en contradiction avec les belgo-espagnols antérieurs en cette matière. […] Enfin, il est extrêmement pénible, pour un pays, de livrer délibérément un réfugié à la mort. A ce propos, je vous avouerai que, bien que n’étant pas à l’origine de la décision, je porte encore le remord de l’affaire Laval. Le droit d’asile ne doit pas être un vain mot ! Guillaume II fut-il livré par la Hollande ? Et ne suis-je pas forcé de me souvenir qu’aux jours sombres de la révolution de 1936, ici, à Madrid même, je ne dus la vie qu’à la protection de l’Ambassade mexicaine (communiste pourtant) […] ?

    Mort Laval 2.jpeg

    « Dans les premiers jours de juin [1945], radios et journaux annoncèrent l’arrivée en Espagne et l’internement “provisoire” de Laval ordonné par Franco à la forteresse de Monjuich, dominant Barcelone. […] Le général De Gaulle exigea que Laval soit immédiatement livré à la “justice” française. Lâchement, Franco céda et ordonna hypocritement de faire ramener Laval, non à la frontière franco-espagnole, mais au point géographique d’où il avait quitté l’Allemagne. Ce point se trouvait dans la zone d’occupation américaine. […] Quelques heures après son arrivée, Laval fut livré à la Police française qui procéda à la saisie de ses valises et de l’ensemble des documents […]. (René de Chambrun, Laval devant l’Histoire, pp. 213-215)

    « [Laval] s’adosse au poteau. On lui lie les mains. Sa figure se crispe à peine. […] Un adjudant est debout sur une chaise. Je vois Laval qui nous regarde. Tout est rapide : “En joue !” –“Vive la France !” crie Laval. – “Feu !” Et je vois Laval qui glisse. Il est tombé à genoux, la figure contre terre. » (Jacques Baraduc, Dans la cellule de Pierre Laval, pp. 199-200)

     

    […] – Malheureusement, l’opinion étrangère et celle de mon pays en particulier, sont particulièrement choquées d’apprendre que Degrelle, non content de jouir de la protection espagnole, vit princièrement […]. Je crois qu’il serait du plus haut intérêt, pour nos deux pays, de permettre à un correspondant belge de constater, par lui-même, l’inexactitude éventuelle de ces affirmations. Voulez-vous me donner cette autorisation ?

     

    – (Un temps de réflexion.) D’accord ! Monsieur Lojendio communiquera au Gouverneur Civil de la Province de Guipuscoa les instructions nécessaires et vous pourrez vous rendre à l’hôpital Mola de San Sebastian. […] J’espère contribuer, par ceci, au maintien des bonnes relations entre votre pays et le mien.

     

    Ainsi je quittai le Ministre des Affaires Extérieures, porteur d’une autorisation inespérée que je devais utiliser dès le lendemain.

     

    […] Dès le premier pas dans la ville, je sursaute en voyant toutes les voitures portant, devant leurs numéros, les sinistres initiales SS en noir sur fond blanc ! Fausse alerte ! Il ne s’agit que des initiales de la ville de San Sebastian. […]

    Hôpital Mola San Sebastian.jpg

    « Hospital Militar General Mola », San Sebastian.

     

    Le Gouverneur de la Province me fait remettre les instructions écrites destinées au Directeur de l’Hôpital Militaire Mola et, dans sa propre voiture, fanion en tête, je me rends aussitôt auprès d’un des hommes dont on parle le plus en ce moment, auprès de celui que la Belgique réclame au titre de traître numéro un […]. Léon Degrelle, l’inventeur de Rex, l’apprenti dictateur foudroyé, l’orateur magnétiseur des foules, l’homme au balai, l’imitateur d’Hitler, le subsidié de Mussolini… l’homme qu’enfin je vais voir !

     

    La voiture me dépose devant l’Hôpital Militaire, une ancienne école transformée en établissement hospitalier depuis la guerre civile.

     

    Déjà, deux sentinelles armées témoignent de précautions spéciales.

     

    Peu d’instants plus tard, le Directeur, auquel je me présente, fait appeler l’officier de garde et… sans autre formalité, je suis immédiatement escorté, de couloir en couloir, à travers l’hôpital. A chaque porte, une sentinelle présente les armes, puis, gravissant quelques courts escaliers, j’en trouve une autre à chaque palier appuyée au mur, lequel porte les traces de longues stations précédentes.

     

    1945. Cpt Ortega, LD, Du Welz.jpg

    1945. Mola LD Ring (MV).jpg

    Sur une terrasse surplombant le patio de l’hôpital, les rescapés du crash du Heinkel dans la baie de San Sebastian assistent à un… match de boxe ! Sur la photo du haut, un gardien vient prendre les ordres du capitaine Ortega, chef de la garde des Belges hospitalisés, Léon Degrelle dont le bras gauche est encore plâtré et Robert Du Welz. Sur la photo du bas, on distingue le ring installé dans la cour intérieure.

     

    Un dernier palier puis nous tournons à gauche, l’officier pousse une porte vitrée et, de derrière une table où il est assis, se lève brusquement… Degrelle ! Oui… Degrelle lui-même !

    En me voyant, il a un sursaut, une sorte de prise de défensive que, sans doute, mon uniforme lui inspire (car il m’a plu de le rencontrer dans la tenue que j’ai portée, de mon côté, pendant la guerre).

    Mais après l’exposé de ma qualité et de mes intentions, il reprend un équilibre immédiat, m’offre un siège et entame un monologue (ou presque) qui durera trois heures et demie.

    Les traits sont durement marqués. Au moins physiquement, l’homme a souffert. Il est plus maigre. Mais ses yeux ont toujours une vie intense, une mobilité extraordinaire. De sa chute, il ne reste guère de traces. Les cinq fractures sont réduites mais l’épaule reste ankylosée. Qu’à cela ne tienne, de l’autre bras, il fera tous les moulinets nécessaires et abattra le poing sur la table comme aux plus belles heures de ses meetings.

    On sent que pour cet être dynamique, cette idole des foules, la détention doit être pénible.


    Je viens d’employer le mot « détention ». De quoi s’agit-il ? Degrelle est-il, oui ou non, soumis aux mêmes conditions que tous les autres émigrés ?

     

    Heinkel 111 LD San Sebastian.jpgL’épave du Heinkel 111 qui, à bout d’essence, s’écrasa dans la baie de San Sebastian, à quelques kilomètres de la frontière française : grièvement blessé, Léon Degrelle dut à son état de ne pas être immédiatement extradé en Belgique (ce blog aux 20 mai 2016 et 18 juin 2020).

     

    NON ! Depuis le jour où il fut retiré blessé de l’avion qui venait de s’écraser sur la plage de Saint-Sébastien, il vit, gardé étroitement, dans cette petite chambre dans cet hôpital où son état ne le retient plus. Sous sa fenêtre, des sentinelles armées montent une garde permanente. A sa porte, la lampe du palier est toujours allumée. En face, la porte de l’officier de garde est toujours ouverte, tandis qu’à trois mètres, une sentinelle armée veille au départ de l’escalier. A côté d’elle, s’ouvre la porte du corps de garde om quatre ou cinq soldats en permanence tiennent sous leur regard le toit-terrasse où Degrelle est autorisé à prendre l’air de temps en temps. Enfin, comme je l’ai dit précédemment, à chaque volée d’escalier, un cerbère veille nuit et jour. Notons encore que, comble de précaution, toute cette garde (quarante hommes au total) est changée tous les jours ! C’est une manière d’île du Diable, l’île en moins, le diable en plus.

    En fait, l’ex-führer de Rex ne voit que son infirmière, le personnel d’entretien et ses gardes. Il est strictement au régime de « l’incommunicado », c’est-à-dire du secret absolu. Pas de correspondance, pas de visite, rien que l’usage d’un petit poste récepteur de radio.

    Défiant par nature, j’ai fouillé du regard les moindres recoins de sa chambre. J’ai relevé ces mille et un détails qui témoignent d’une longue habitation par son occupant actuel. Tous ces petits riens qu’il est impossible d’improviser en vue d’une visite.

    Ce sont ces graffiti à même le mur blanc. Vers de Péguy, de Verhaeren, citations de Racine. Cartes géographiques annotées où s’inscrivent les campagnes de Russie de la Légion Wallonne et l’itinéraire du voyage final Oslo-Saint-Sébastien. Photos familiales et menus souvenirs. Traces d’usure aux endroits fréquemment utilisés, etc. etc.

    Tout le reste, réceptions, sorties et fêtes n’est que légende et il est même étonnant de constater avec quelle rigueur, au contraire, l’Espagne traite un émigré, si l’on consent, un instant, à se placer du point de vue d’un pays neutre ou sympathisant de l’Axe. […]

    1946 mai. Mola 2 (Francotte).jpgLéon Degrelle dans sa chambre-cellule de l’Hôpital Mola (photo prise en mai 1946 par Francotte).

     

    Dans sa petite chambre d’hôpital, meublée d’un lit au dessus duquel un crucifix s’incline, d’une table où il écrit le troisième tome de ses mémoires et décorée des cartes de ses campagnes de Russie, des photos de sa femme et de ses enfants, d’une page en couleurs de Signal représentant des tanks allemands dans les steppes enneigées, et sur les murs ces passages de Corneille, de Verhaeren et de Péguy, je contemple avec l’intensité que l’on devine : l’homme. Et cet homme dont mon pays réclame la tête, rédige le texte suivant, parmi quatorze pages de notes qu’il me destine.

    Signal 18-2sept1941.jpeg

    La revue Signal, célèbre pour ses magnifiques clichés géants en couleur de scènes du front, n’a pas publié de photo de chars allemands « dans les steppes enneigées », mais « sur la grande piste qui mène vers l’infini de l’Est » : c’était durant la Vormarsch de l’été 1941 vers le Caucase à laquelle participa Léon Degrelle et la Légion Wallonie.

     

    À suivre

     

  • Il y a 80 ans : le sacrifice de John Hagemans, Prévôt de la Jeunesse Rexiste

     

     

     

    1563527276.jpegLe 26 août 1942, –voilà aujourd’hui précisément quatre-vingts ans– disparaissait dans la croisade héroïque contre le bolchevisme sur le Front de l’Est une figure emblématique du combat décisif pour la restauration de l’Empire thiois au cœur d’une Europe assumant l’unité de son destin.

    Léon Degrelle l’a rappelé dans La Campagne de Russie : étudiant communiste à l’Université Libre de Bruxelles par souci du bien-être matériel et social de son peuple, John Hagemans sut rapidement que c’était chez Rex qu’il pourrait incarner réellement son idéal, lui conférer son indispensable dimension spirituelle et le faire rayonner parmi les jeunes gens avides de grandeur et de sacrifice. C’est ainsi qu’il devint rapidement le Chef national (Prévôt) de la Jeunesse rexiste, se faisant « le héraut de la grandeur de nos vieux Pays-Bas et le guide épique, l’enchanteur passionnément aimé de la génération nouvelle ».

    En racontant, dans Le Pays réel du 13 septembre 1942, la geste héroïque des Légionnaires wallons à Tscherjakow, Léon Degrelle chanta surtout la gloire du plus pur et du plus noble de ses soldats.

    John Hagemans 2.jpg

     

     

    Le Prévôt va mourir

     

    Hagemans Faire-part 1.jpegL’aube du mercredi se leva, où allait tomber glorieusement le Prévôt de la Jeunesse Rexiste, le sous-officier John Hagemans.

    Trois pelotons avaient été assemblés, qui avaient reçu l’ordre de déblayer toute la crête ouest et de « peigner » la forêt dans la direction sud-ouest sur plusieurs kilomètres de profondeur.

    John Hagemans était arrivé la veille seulement parmi nous. Il accompagnait un chargement de munitions et un groupe de renfort. Aussitôt, il avait voulu prendre part à l’expédition de la crête ouest. Il était rentré sain et sauf. Il avait passé la nuit à monter de garde. Lorsque les pelotons d’assaut se formèrent, il demanda à les accompagner comme volontaire.

    La colonne se déploya en tirailleurs.

    Le Prévôt avait un visage calme, grave. Il connaissait le danger de cet assaut. Depuis qu’il était au Front, il nous parlait chaque jour de sa chère Jeunessse, envoûté par les projets grandioses qu’il méditait pour elle. Ce guerrier avait, au suprême degré, le sens du grandiose. Son âme impériale, même dans l’âpre vie quotidienne du Front, rejoignait sans cesse les milliers de Jeunes qui, dans notre vieil et glorieux Occident, avaient suivi avec des yeux brûlants sa bannière de gloire et de noblesse.

    John Hagemans 4.jpg


    S
    on idéal le consumait au point qu’il brûlait ses forces corporelles. Il avait été à la veille de nous quitter, tant il sentait défaillir sa vigueur physique. Les longues marches d’une offensive de 1150 km l’avaient fortifié au lieu de l’affaiblir. Il était arrivé au Caucase, vigoureux et joyeux, dessinant, à l’arrivée aux étapes, de pittoresques croquis de route, animant ses camarades par son feu et par son humour.

    John Hagemans 3.jpgMais ce matin du 26 août, au flanc d’un talus brillant de soleil, il portait sur son visage le recueillement et l’austérité de celui qui sait la grandeur de l’idée qu’il mûrit et le danger que court le corps d’homme qui la contient. Le preux était un ardent chrétien, et le soldat qui le précédait l’entendait qu’il répétait à voix basse l’Ave Maria.

    Tout chez lui était spiritualité, le serment de chevalier, le service du soldat, la pierre sculptée qui dit l’élan d’un peuple. Au moment où il va mourir et où seule la pensée du contact avec l’ennemi devrait le préoccuper, c’est la vie chrétienne de cet Occident parfait qui s’épanouit comme une fleur écarlate, à la pointe extrême de sa vie…

     

    Les yeux au ciel…

     

    Il n’a eu le temps de rien voir.

    Une grenade lourde s’est abattue sur le versant du ravin : dix hommes gisent, fauchés monstrueusement en un seul coup.

    Plusieurs sont morts, d’autres sont fracassés par d’affreuses blessures. John Hagemans est tombé sur le côté droit, puis s’est retourné sur le dos, comme s’il voulait voir, en mourant, le grand ciel bleu et doré qu’il va rejoindre. Il n’a qu’une blessure qui lui a tailladé jusqu’à l’os l’avant-bras gauche. Il est inconscient, ne sent pas son sang qui coule à flots.

    Un camarade rampe jusqu’à lui : ses yeux regardent déjà dans le vide, mais ses lèvres remuent encore faiblement, continuent la prière d’avant le coup fatal « Sainte Marie… Sainte Marie… »

    Le visage devient de cire. Le Prévôt de la Jeunesse Rexiste, le sous-officier John Hagemans est mort…

    John Hagemans 5.jpg

    Hagemans Faire-part 2.jpeg

     

    Pareil aux chevaliers de pierre

     

    Il allait reposer, durant la journée, près d’une petite haie de jardin où nous l’avions étendu entre les deux camarades morts en même temps que lui, A…, un admirable idéaliste, et l’infirmier B…, un héros de la guerre 1940.

    Ceux qui ont pu, dans notre village, accablés de mitraille, arriver jusqu’au corps de John Hagemans, n’oublieront jamais l’admirable, la pathétique beauté de ce mort.

    Seul un minuscule éclat avait atteint la joue gauche. Le corps vidé de son sang avait la majesté du visage de Napoléon reposant à Sainte-Hélène. La ressemblance était extraordinaire : un front immense d’une merveilleuse luminosité, les mâchoires carrées et serrées, les lèvres blanches où flottait un dernier sourire.

    Mais on pensait autant au saint qu’au héros, tant il émanait de ce corps de sérénité et d’austérité.

    Hagemans mort + LD.jpegNous avons entouré son corps de grandes fleurs de tournesol, cueillies en rampant dans le champ voisin. Su sa poitrine brillait, éclaboussée de son sang, son insigne d’Ancien de Rex. En face, luisaient les grands monts heurtés sans cesse par le fracas de la bataille.

    Agenouillés près du corps, nous sentions, malgré la jugulaire du casque, nos mâchoires trembler de chagrin.

    Nous pensions à ce jeune foyer, anéanti, à un petit garçon de quelques mois dans les bras d’une jeune maman brisée.

    Nous pensions à toute notre Jeunesse que la catastrophe allait jeter dans un abîme de douleur. Le Prévôt mort… Il était là sous nos yeux, livide, sublime, ses grands cils baissés, ses bras croisés sur la poitrine comme ceux des chevaliers de pierre gisant sur les tombeaux de nos cathédrales.

    Hagemans + Epouse.jpeg

     

    Pure et dure…

     

    John Hagemans fut vengé le jour même par ses camarades des trois pelotons d’assaut. Ils progressèrent jusqu’à la fin du jour, dégageant le secteur ouest. L’ennemi allait devoir se retirer profondément, à quelques kilomètres dans les bois et ne plus nous attaquer par ses poussées soudaines de groupes particulièrement acharnés.

    À la nuit, on enterra le Prévôt, sous la fervente lumière d’une étonnante lune orange qui éclairait la cime de tous les monts. Il fut enseveli comme chaque soldat, à même la terre conquise, une terre crayeuse et résistante, pure et dure comme l’avait été celui qu’elle allait recouvrir…

    Hagemans Dessin Front.jpeg

    Ce dessin de John Hagemans réalisé trois jours avant sa mort illustre le cadre de son ultime combat au pied des monts du Caucase : à l’avant-plan, les tournesols qui orneront sa tombe.

     

     

    Le promontoire sacré

    Hagemans + LD isolés.jpegPendant quarante heures encore, formés en carré autour de nos chères tombes fleuries, sous le tir écrasant des lance-grenades lourdes qui de loin nous couvraient de centaines de projectiles énormes d’un calibre de 75, harcelés par les balles explosives des derniers éléments soviétiques se déplaçant de crête en crête, couverts de débris de toutes sortes, asphyxiés par l’affreuse odeur des dizaines de chevaux morts, rompus par six jours et six nuits de lutte presque incessante, méconnaissables, les compagnons de combat de John Hagemans allaient résister jusqu’au bout.

    Le vendredi 28 août, à midi, arrivaient les troupes spécialisées et l’artillerie puissante qui allaient mettre à la raison les dernières bandes tapies dans les bois et réduire les batteries ennemies qui martelaient le secteur conquis par nos armes.

    Déjà, depuis deux jours, les grands monts du Sud tombaient un par un ouvrant la voie à de nouvelles avances.

    Il ne nous restait plus qu’à reprendre nos fusils et à retrouver les chemins ombreux et ravinés qui nous conduiront à la mer.

    Hagemans Tombe.jpeg

    La tombe de John Hagemans est marquée d’une croix sur cette photo du cimetière des héros de la Légion à Tscherjakow.

     

    Mais là-haut, témoin immortel de nos luttes, à l’avant du promontoire majestueux qui domine tout le pays, l’inoubliable Prévôt Rexiste, le Héros, le Guide et la Lumière, demain, de toute la Jeunesse de sa Patrie, John Hagemans, parmi ses camarades morts, regarde, au loin, vers les terres où naîtra l’avenir glorieux dont il rêvait et qu’aura assuré son Sacrifice.

     

    Léon Degrelle

    Tscher…

    Vendredi 28 août, à 12h30

     

    (Le Pays réel, 13 septembre 1942)

  • La première interview de Léon Degrelle d’après-guerre (1)

     

    20 pages datées de San Sebastian 1946 !

     

    Capture.JPG

     

    Voilà quelque temps, un lecteur fréquentant assidument tous les sites « militaria » réels et virtuels nous a alerté à propos de la vente d’importants manuscrits de Léon Degrelle sur le site belge 2ememain.be. D’après le propriétaire qui garantissait « à 100% l’authenticité de l’origine », il s’agirait de « notes rédigées le 9 mai 1946 par Léon Degrelle à Saint-Sébastien en Espagne, dans l’hôpital où il dut séjourner après le crash de son avion ».

     

    Le propriétaire nous expliqua avoir reçu ces documents d’un habitant de sa commune de la banlieue bruxelloise, un ancien officier rexiste ayant appartenu à la NSKK.

     

    Un simple coup d’œil aux photos proposées permet immédiatement de se rendre compte qu’il ne s’agit pas de l’écriture de Léon Degrelle, mais d’une retranscription datant de l’époque immédiatement postérieure à son atterrissage en catastrophe en Espagne.

     

    La lecture de ce texte couvrant vingt feuillets confirme d’ailleurs la thèse de la transcription puisqu’en cinq endroits, le copiste ressent le besoin d’expliciter ce que Léon Degrelle veut dire (deux fois à la page 4, une fois aux pages 12, 15 et 16). De même, à la dernière page (page 20), le copiste décrit le texte original tel qu’il l’a eu en sa possession pour le retranscrire : il couvrait « quatorze feuillets écrits d’un seul côté » et ces quatorze feuillets (ce détail numérique est important : voir ci-après) étaient « de la main de Léon Degrelle », formant deux ensembles, l’un de la page 1 à 11 et un autre de la page a à c. Les premiers feuillets (1 et a) étaient signés, les derniers (11 et c) paraphés.

     

    Tous ces détails contribuent à authentifier l’origine du texte : en l’absence de photocopieur qui ne se généralisera sur le marché qu’une trentaine d’années plus tard, cette transcription peut fonctionner comme « copie certifiée conforme » du texte rédigé par Léon Degrelle.

     

    Mais qui a effectué la transcription ? L’officier rexiste bruxellois, non identifié ? Le Hauptsturmführer Robert Du Welz, compagnon belge de Léon Degrelle ayant pris place à ses côtés dans le désormais légendaire Heinkel HE 111 H23 du ministre Speer (ce blog aux 20 mai 2016 et 18 juin 2020) et qui put lui servir de « secrétaire » ? Ou quelque autre inconnu ?

     

    Du Welz+LD mai 45 b.jpgQuelques jours après avoir atteint de justesse la baie de San Sebastian, dans l’écrasement de leur avion à bout de carburant mais saufs, Robert Du Welz –toujours en uniforme SS, son seul vêtement– et son chef Léon Degrelle sont à l’hôpital militaire « Général Mola » : le dernier Commandeur de la Wallonie y a été admis en raison de ses multiples fractures. Remarquez la croix de Chevalier de la Croix de Fer sommant le lit d’hôpital de Léon Degrelle.

     

    Sans exemple de l’écriture du capitaine Du Welz, il nous est impossible de nous prononcer, mais, les hésitations du copiste dans certaines transcriptions de noms propres nous font pourtant hésiter à le croire : un Belge eût su comment écrire Wezembeek-Oppem (ou Wesembeek-Ophem selon l’orthographe flamande originelle : page 1), de même un Légionnaire ne se fût pas interrogé sur la lisibilité du nom Stargard, ville où il venait de livrer de si cruels combats (p. 9)…

     

    Néanmoins, l’importance de ce texte n’en demeure pas moins réelle.

     

    Intitulé « Notes rédigées par Léon Degrelle à Saint-Sébastien (Espagne) le neuf mai 1946 », ce texte, de toute évidence écrit par celui que la Belgique a condamné à mort et dont elle réclame officiellement l’extradition, constitue son aide-mémoire pour la première interview qu’il va accorder tout juste un an après son hospitalisation, le 8 mai 1945.

     

    Le nouveau ministre des Affaires Etrangères, Alberto Martín-Artajo, avait en effet exceptionnellement autorisé le capitaine Robert-André Francotte, « War Correspondent » et envoyé du quotidien socialiste Le Peuple, à rencontrer Léon Degrelle dans l’espoir de « contribuer, par ceci, au maintien des bonnes relations entre [la Belgique et l’Espagne]. » (Francotte, L’Heure de l’Espagne, p. 122).

     

    Alberto Martin-Artajo gros-plan.jpgEn juillet 1945, Alberto Martin-Artajo (1905-1979), président du Conseil technique d’Action Catholique, remplaça le phalangiste José-Félix de Lequerica au poste de ministre des Affaires Etrangères d’Espagne. Le Caudillo Franco estimait alors avoir besoin d’un catholique « bon teint » pour améliorer l’image de l’Espagne au lendemain de la guerre. Cet homme aux fermes convictions refusera de livrer Léon Degrelle au même sort que Pierre Laval, comme en témoignera Jacques de Thier, l’ambassadeur de Belgique en Espagne : « La résistance du ministre Martin Artajo n’est pas inspirée par un parti pris, il veut régler l’affaire par une procédure conforme aux principes juridiques et qui satisfasse sa conscience. » (Un diplomate au XXe siècle, p. 106).

     

    Nous avons la confirmation que ce texte était bien destiné au reporter du Peuple (ou Le Monde du Travail, l’édition liégeoise du Peuple) ainsi que du quotidien socialiste flamand Vooruit, puisque Robert Francotte écrit : « cet homme dont mon pays réclame la tête, rédige le texte suivant, parmi quatorze pages qu’il me destine » (L’Heure de l’Espagne, p. 129. Nous soulignons).

     

    Il semble donc que le texte original a bien été confié au journaliste. Pourquoi dès lors une copie « conforme » ? Était-elle destinée à d’éventuels autres journalistes ? Cela paraît peu vraisemblable puisque le ministre Artajo précisa bien à Francotte : « Monsieur Lojendio [Luis Lojendio, son attaché de presse] communiquera au Gouverneur Civil de la Province de Guipuscoa [le phalangiste Francisco Sáenz de Tejada, baron de Benasque, 1895-1966] les instructions nécessaires et vous pourrez vous rendre à l’hôpital Mola de San Sebastian. Mais je tiens à vous faire remarquer que vous êtes le premier et le seul visiteur que Degrelle aura été autorisé à voir depuis son atterrissage en Espagne ! » (L’Heure de l’Espagne, p. 122).

     

    Francotte 1.jpeg

    Dans son bouquin sur l’Espagne de Franco, le capitaine Robert-André Francotte n’a pas manqué de publier sa photo en uniforme anglais, portant sur l’extrémité des épaulettes l’écusson « British War Correspondent ». Très fier de son look british, Francotte ne résiste pas à théâtraliser sa rencontre avec « celui que la Belgique réclame au titre de traître numéro un » : « de derrière une table où il est assis, se lève brusquement… Degrelle ! Oui… Degrelle lui-même ! En me voyant, il a un sursaut, une sorte de prise de défensive que, sans doute, mon uniforme lui inspire (car il m’a plu de le rencontrer dans la tenue que j’ai portée, de mon côté, pendant la guerre). »

     

    Pouvait-il plutôt s’agir de confier une copie du texte authentique à un correspondant belge de confiance (ancien Légionnaire ?) capable de vérifier sur place que le journaliste avait fait un usage correct des déclarations sensationnelles de Léon Degrelle proposant rien moins que se livrer à la Belgique pour participer à un procès honorable ?

     

    En l’état actuel de nos connaissances, nous en sommes réduit à ces conjectures. L’important néanmoins se trouve dans les déclarations que Léon Degrelle destinait au journaliste pour publication. Ce ne sera pour lui qu’une demi-satisfaction car tout à la délectation de son « scoop », Francotte ne retiendra des quatorze pages degrelliennes que ce qui agite les esprits belges, c’est-à-dire le retour du condamné à Bruxelles.

     

    Ce qui précède cet épisode dans son reportage est une description dramatisée des conditions de vie de Léon Degrelle; ce qui le suit, est une pseudo-relation de prétendus propos de Léon Degrelle, censés entretenir la veine des révélations sensationnelles (dont la moindre n’est pas la supputation qu’Adolf Hitler serait toujours en vie !)…

     

    Les autres informations contenues dans les notes de San Sebastian n’étaient pourtant pas moins sensationnelles, mais… au seul avantage de Léon Degrelle puisqu’elles mettaient dangereusement en cause tant de politiciens belges toujours en place. Elles seront reprises et explicitées dans La Cohue de 1940, mais là aussi la police belge de la pensée veilla : ce fut le seul livre qu’elle fit jamais saisir (en Suisse !) et mettre au pilon !

     

    Soir 1950 09 28 p.2 Interdiction Cohue.JPG

    Le Soir rend compte de l’interdiction suisse de diffusion de La Cohue de 1940 (28 septembre 1950, p. 2).

    Jl off. Rép. fr. 1950.06.03 Interdiction Cohue.JPG

    La France n’a pas attendu la saisie de La Cohue de 1940 en Suisse pour répondre au souhait du gouvernement belge et en interdire la diffusion sur son territoire : dès le 30 mai, le ministre de l’Intérieur signe l’arrêté de censure (Journal officiel de la République française, 3 juin 1950).

     

    À suivre

  • Coup de tonnerre dans l'historiographie degrellienne

     

    Les Mémoires d'Anne Degrelle-Lemay

     

    C’est la nouvelle que nous n’attendions plus : la biographie de Léon Degrelle la plus autorisée, puisque rédigée du point de vue de sa fille Anne.

     

    Le livre, intitulé Degrelle, l’homme qui changea mon destin, authentique reviviscence des annales degrelliennes, est sorti de presse ce 1er juin 2022 aux éditions espagnoles SND Editores.

     

    Née le 25 juillet 1936, la troisième fille de Léon Degrelle et Marie-Paule Lemay reçut le prénom d’Anne, celui de la fille de Benito Mussolini, Anna Maria (son troisième enfant aussi), chez qui se trouvait précisément le Chef de Rex ce jour-là. Son enfance bruxelloise fut certes marquée par l’absence de son père participant héroïquement à la Croisade contre le bolchevisme au Front de l’Est, mais qui écrivait le plus souvent possible à ses enfants (ce blog au 15 décembre 2020) et transformait ses permissions en fêtes mémorables (ce blog au 13 octobre 2021).

     

    Ce n’est qu’après-guerre qu’elle put retrouver son père tant aimé, après la tragique disparition de son frère Léon-Marie dans un accident de la circulation à Séville (ce blog au 26 février 2016). Elle fut dès lors constamment à ses côtés, observant son combat politique et littéraire, participant aux difficultés et aux dangers de son exil mouvementé, s’engageant elle-même dans le combat de renouveau national espagnol aux côtés de son époux Servando Balaguer et de Blas Piñar, le chef charismatique de Fuerza Nueva (ce blog au 25 mai 2019).

     

    Elle donna naissance à quatre beaux enfants qu’elle éleva dans la foi de ses parents, le respect de son histoire et de sa culture et l’amour actif de son prochain. C’est aussi cet héritage reçu de son Papa ainsi que son histoire authentique et sa véritable personnalité qu’Anne Degrelle-Lemay a voulu transmettre à ses enfants et ses onze petits-enfants à travers ces mémoires, indispensables aussi à tout degrellien (voir aussi l’hommage d’Anne Degrelle à son Papa, sur ce blog au 31 mars 2021).

     

    anne degrelle-lemay,benito mussolini,servando balaguer,blas piñar,carlina,snd editores

    Anne en conversation avec son Papa, dans l’appartement madrilène de la Calle García Morato.

     

    Nous n’avons pas encore reçu l’ouvrage, mais nous y reviendrons longuement après lecture.

     

    En guise de mise en bouche, en voici le sommaire :

    Livre I. Une vie effilochée

    Naître sous une bonne étoile ; Pour qui retentissent les sirènes ?; Voyage en enfer : l’Allemagne, notre nouvelle maison ; Retour à Bruxelles ; L’amour infini d’une grand-mère ; « Degrelle = tabou », notre nouveau nom : Lemay ; Fin du calvaire : Maman revient dans notre vie ; Lutte et courage d’une femme exceptionnelle ; Vie estudiantine et professionnelle : le destin me joue des tours ; Les retrouvailles.

    Livre II. Les raccommodages du destin

    L’été 58 ; La Carlina ; Madrid, un monde différent ; Les avatars d’un entrepreneur amateur ; Adieu à La Carlina ; Les années 70 ; Les enfants grandissent ; Mort de Franco ; Mort de Maman ; Le vie change, pour le meilleur et pour le pire ; Les années 90 ; Les enfants deviennent adultes ; Les dernières années avec mon père ; La campagne de Russie : la bataille de Tcherkassy ; Mon divorce ; La mort de mon mari : une tristesse infinie ; Ma vie de solitude ; Remerciements.

    anne degrelle-lemay,benito mussolini,servando balaguer,blas piñar,carlina,snd editores

    Anne Degrelle-Lemay, Degrelle, el hombre que cambió mi destino, Fuenlabrada (Espagne), SND Editores, 2022, 180 pages, 22 euros (+ 11 euros de frais de port, soit 33 euros à verser au compte ES11 2100 4256 4222 0009 7728 de Sierra Norte Digital S.L.). Pour toute correspondance : aromero@elcorreodeespana.com.

     

     

  • Il y a 80 ans, le 36e anniversaire de Léon Degrelle

     

    C’est aujourd’hui l’anniversaire de la naissance de Léon Degrelle. Le cent-seizième.

    Il y a 80 ans, c’est de manière particulière que se fêta son 36e anniversaire –l’âge de l’accomplissement du destin terrestre de Jésus, assurant la gloire du Christ-Roi–, par la publication d’un éditorial dans Le Pays réel du dimanche 14 juin 1942 (le journal ne paraissait pas le lundi) : c’est, à notre connaissance, le seul article célébrant l’anniversaire du tribun bourguignon jamais publié dans la presse rexiste.

    Cet anniversaire emblématique fut également célébré de manière grandiose sur le Front du Donetz où se trouvaient alors Léon Degrelle et ses Légionnaires, grâce au Prévôt de la Jeunesse, John Hagemans, et son génie scénographique, qui emmenait le Second Contingent de Volontaires, celui, bouillonnant d’héroïsme, de la Jeunesse rexiste.

    LD 1942 a.jpg
    Cet éditorial du Pays réel, le quotidien du « Front intérieur »,  était signé « J.D. », c’est-à-dire Jean Denis (1902-1992) qui, alternant la fonction avec le rédacteur en chef José Streel, allait prendre sa place d’éditorialiste pendant deux semaines, du 12 au 25 juin.

    Proclamé Docteur en Philosophie et Lettres de l’Université Catholique de Louvain en 1926, Jean Denis milita à l’Association Catholique de la Jeunesse Belge (ACJB) de Mgr Louis Picard dont il était le secrétaire et chez qui Léon Degrelle avait installé son « kot » (logement d’étudiant : ce blog au 5 avril 2017).

    C’est donc auprès de Mgr Picard promouvant inlassablement le culte du Christ-Roi défini par le pape Pie XI dans l’encyclique Quas Primas (1925) et qui donnerait son nom au mouvement de révolution des âmes de Léon Degrelle (ce blog aux 2 avril et 25 décembre 2017 ; Mgr Picard écrira un de ses livres les plus importants, Le Christ-Roi, pour les éditions Rex en 1929) que les deux jeunes gens nouèrent leurs premiers liens d’amitié.

    Dès lors, Jean Denis demeurera d’une fidélité irrévocable à son engagement auprès de celui qu’il regardera toujours comme son « chef, c’est-à-dire le dépositaire de notre volonté collective » (dédicace de son ouvrage doctrinal Principes rexistes, 1936) : rédacteur en chef de l’hebdomadaire Soirées (1931), journaliste au Pays réel (1936), il sera élu député rexiste de Namur aux élections du 24 mai 1936.

    Jean Denis So!rées 1933 08 25.jpeg

    Une des rares photos de Jean Denis que nous avons pu retrouver : publiée dans le « numéro spécial consacré à Rex » de Soirées (25 août 1933), elle montre le rédacteur en chef de ce magazine, fier d’avoir compris « le langage poétique de l’image » recherchant en permanence« la simple conjonction des textes et des documents photographiques ».

     

    Durant la guerre, celui que Léon Degrelle considérait comme l’ « un des premiers et des plus purs militants du rexisme » sera responsable du Département culturel de l’Etat-major du Chef de Rex (1941), tout en poursuivant son œuvre d’éditorialiste au Pays réel, de journaliste à Radio-Bruxelles et de chroniqueur au National-socialisme, l’ « Organe mensuel du mouvement rexiste », dès son lancement en décembre 1942. Il sera également nommé par le commandant de la Gendarmerie nationale, le colonel Adrien Van Coppenolle, professeur à l’école de Tervuren de la Police générale du Royaume.

    Avec José Streel (1911-1946, ce blog au 30 juin 2016), auteur, en 1941, de La Révolution du Vingtième Siècle (œuvre majeure qui vient de reparaître aux éditions de L’Æncre), Jean Denis est considéré comme l’idéologue du rexisme. Le destin des deux hommes, s’il fut quelque peu parallèle, ne connut cependant pas une identique fin funeste.

    Après avoir voulu mettre les leurs à l’abri en Allemagne en 1944 (Jean Denis était le papa de quatre jeunes enfants ; José Streel, de trois), ils seront vite rattrapés par la « justice » belge.

    Déjà condamné à mort par contumace le 17 janvier 1945, José Streel fut arrêté à Bruxelles le 3 mai et, après une parodie de procès, fusillé le 21 février 1946 ; tandis que Jean Denis, arrêté en Allemagne le 2 mai 1945, convaincu de « trahison » en sa qualité de lieutenant de réserve, fut également condamné à mort par le Conseil de Guerre de Bruxelles pour « ses causeries à la radio où il reprenait toutes les théories de Degrelle » (Le Soir, 6 janvier 1946). Le Ministère public les avait pourtant méprisées en décrétant ces billets « bêtes à faire pleurer, faits de ragots et de racontars farcis de fautes de français » (Le Soir, 29 novembre 1945) ! À cela s’ajouta également l’extravagante amende de deux millions de francs belges (près d’un million d’euros d’aujourd’hui !). La peine fut néanmoins commuée et après cinq ans d’un emprisonnement dans les conditions les plus dégradantes, Jean Denis fut libéré en 1951.

    Pays réel 1936.05.29 Jean Denis b.JPGPhotographie de Jean Denis publiée dans Le Pays réel, le 29 mai 1936, pour saluer son élection à la Chambre des Représentants parmi les 21 députés rexistes.

    Ruiné et profondément meurtri par la haine bestiale d’une justice prétendant avoir ainsi « épuré » la société, Jean Denis, refusant désormais d’encore s’exprimer, put se retirer dans une paisible bourgade rurale du Brabant wallon, mais à l’écart de Chastre, son village natal, dont le curé (le bien nommé abbé Maton) témoigna méchamment et stupidement à son procès, le dénonçant comme un « suppôt de l’hitlérisme », car il se serait prétendu « chrétien mais nazi » (La Libre Belgique, 4 décembre 1945)...

     

    Pays réel 1942 06 14 a.JPG

     

    L’anniversaire du Chef de Rex

     

    Demain, quinze juin, Léon Degrelle entrera dans sa trente-septième année.

    Chaque année, cette date du 15 juin est célébrée par tous les rexistes avec une ferveur d’un caractère familial. A pareille époque, depuis deux lustres déjà, les lettres et les télégrammes de congratulation affluaient et des fleurs par brassées étaient adressées à celui qui fut vraiment pour nous tous le messager de Dieu et qui, à l’instant même où notre génération sacrifiée allait sombrer dans le désespoir, suscita en elle d’inépuisables énergies de rédemption.

    Marie-Paule Lemay Secours Légionnaire.jpgMarie-Paule Degrelle préside une réunion de Solidarité Légionnaire dont elle est la présidente.

     

    Aujourd’hui, nous aurons tous une pensée pour le Chef qui se trouve éloigné de nous de plus de trois mille kilomètres, et nos hommages iront à Madame Degrelle qui demeure l’admirable gardienne d’un foyer qui nous est cher à tous.

    Voici un an, tandis que nous fêtions les 35 ans du Chef, il y avait dans nos hommages une sorte de tendresse affectueuse. Léon Degrelle, en effet, était à peine remis des souffrances indescriptibles qu’il avait endurées dans les prisons françaises et en nous souvenant du fait qu’un an auparavant, au moment où il entrait dans sa 35e année, il était prisonnier condamné à mort, nous appréciions mieux l’incalculable bienfait de la Providence qui, au terme d’une si longue épreuve, nous l’avait rendu, physiquement affaibli, mais moralement plus fort, plus grand et plus énergique que jamais.

    Pub Guerre en prison LD Pays réel 42.05.01.JPGLéon Degrelle vient de publier ses douloureux souvenirs de prison : arrêté par la Sûreté belge en dépit de son immunité parlementaire à l’aube du 10 mai 1940, il fut livré, avec une vingtaine d’autres Belges, au mépris de toute disposition légale, aux forces de police françaises et balloté de prisons en bagnes et en camps d’internement où il fut battu et torturé (voir ce blog au 6 mai 2017 ; publicité parue dans Le Pays réel, le 1er mai 1942).

     

    En ces instants où nous considérions un passé si récent et si douloureux avec une émotion que nous ne pouvions point cacher, nous ne soupçonnions pas que, huit jours plus tard, allait se produire en Europe un événement capital qui serait pour notre pays l’occasion de s’affirmer à nouveau dans le monde et, pour Léon Degrelle, le point de départ d’une nouvelle action et de nouveaux sacrifices, auprès desquels pâliraient tous ceux d’un passé pourtant chargé de luttes dramatiques.

    Le jour même où s’ouvraient les hostilités contre la barbarie bolcheviste, la Légion naissait dans la volonté du Chef de REX. Sans la Légion, nous ne serions aujourd’hui nulle part, non pas seulement nous, membres du mouvement rexiste, mais nous, Belges.

    Défilé Légion Bxl.jpg

    Défilé de Volontaires de la Légion Wallonie dans la croisade contre le bolchevisme, à Bruxelles, place Royale, devant la statue du premier Croisé, Godefroid de Bouillon (mai 1943).

     

    Avec la Légion, nous sommes maintenant partout chez nous en Europe. Et cela, c’est à Léon Degrelle, et à lui seul, que nous le devons. Il eut ce mouvement spontané du cœur, qui était en même temps un trait de génie, par lequel une occasion unique, une occasion qui ne se représente pas deux fois dans un siècle d’histoire, fut saisie fermement, instantanément, avec une irrésistible pugnacité.

    Pays réel 1942 06 10 Citation Légion.JPGÀ la Une du Pays réel du 10 juin 1942 : la Légion Wallonie entre dans la gloire des armées engagées sur le Front de l’Est.

     

    Telle doit être notre pensée dominante en ce jour anniversaire de Léon Degrelle et ce n’est plus au martyr persécuté, mais au héros légionnaire que doivent aller nos hommages affectueux.

    Plus que jamais nous devons être orgueilleux de notre Chef qui, par sa vaillance, a su imposer le prestige de notre nom à l’Europe entière.

    Nous n’avons pas à refaire aujourd’hui toute l’histoire de la Légion. Cette histoire est tellement chargée d’événements héroïques qu’il ne nous serait pas possible de les évoquer même schématiquement au cours d’un bref article.

     

     

    Le trente-sixième anniversaire de Léon Degrelle au Front de l’Est

    36 ans LD Front 1.jpeg

    36 ans LD Front 2.jpeg

    36 ans LD Front 3.jpeg

    36 ans LD Front 4.jpeg

    A l'occasion du trente-sixième anniversaire de Léon Degrelle, le Prévôt de la Jeunesse, John Hagemans, qui vient d’arriver au Front avec le Contingent du 10 mars, issu principalement des « Serments de la Jeunesse » du mouvement rexiste, organise la présentation des nouveaux étendards de la Légion qu’il a dessinés personnellement, ainsi qu’une solennelle prestation de serment de fidélité des jeunes légionnaires rexistes au Chef.

     

    Il en laissera cette relation :

    « Il y a eu ici une cérémonie admirable le 15 juin [1942], pour l’anniversaire du Chef. Prestation de serment en sa présence, avec tous les participants (c’est certainement la première fois que ça arrive, hein, ça !) en feldgrau ! Casques d’acier, etc. Ce fut très simple, mais d’une grandeur vraiment extraordinaire. Après le serment, dont les paroles de renoncement prenaient une valeur particulière dans notre état militaire, le Chef fit un speech où les vieux partisans “thiois” comme nous eurent une indicible joie à l’entendre parler pour la première fois depuis que la Jeunesse Nationale-Socialiste combat avec ce thème bien précis de “cette Jeunesse thioise qui refera l’Empire, le Saint Empire d’Occident…”

    Voilà enfin une reconnaissance de fait qui nous passe bien de toutes les autres, n’est-ce pas ! Le thème général de son discours fut : “Refaire les Dix-Sept Provinces” et ce, au sein de la Germanité, avec le génie éclairé d’Adolf Hitler au sommet de ce tout admirable que sera le Grand Empire Germanique reconstitué. “Dans cet Empire, dit-il aussi, nous inscrirons comme aux plus beaux âges la splendeur de notre civilisation, de cette civilisation des Dix-Sept Provinces, la fleur de la culture germanique”, etc., etc. »

    (John Hagemans, Prévôt de la Jeunesse, 1914-1942, Edition de la Jeunesse Légionnaire, 1943, pp. 74-75).

     

    Hagemans+LD Sous-bois.jpeg

    John Hagemans a reconnu en Léon Degrelle son Chef naturel, tel qu’il le présente dans la Charte de la Jeunesse : « Seule la valeur personnelle d’un Chef pourra faire de lui un aide sérieux au point de vue moral. Le Chef veillera à être toujours de bonne humeur dans l’effort. S’il a bon caractère, il a gagné l’amitié de son équipe et s’il se montre courageux, dévoué, il gagnera rapidement son respect et sa considération. Le Chef doit être pour tous l’exemple vivant. »

    Sur ce cliché, John Hagemans et Léon Degrelle sont parmi les jeunes Légionnaires : « Le Chef communique sa bonne humeur. »

     

    Contentons-nous de donner à nos lecteurs quelques détails complémentaires au sujet des récentes distinctions dont fut honoré le Chef de REX. Ces renseignements, que les précédentes correspondances ne nous avaient pas fournis, nous ont été apportés par des légionnaires en permission.

    La nomination de Léon Degrelle au grade d’officier est un événement historique en ce sens que c’est la première nomination faite par Adolf Hitler, en tant que Chef des armées d’Europe. C’est la première fois que le Chancelier Hitler a nommé un officier étranger dans une armée d’étrangers, soumis à ses ordres pour la Croisade antibolcheviste. Cette nomination a été faite au Grand Quartier Général, au Front. Elle a été signée par le Fuehrer lui-même, et contresignée par le général Keitel. Enfin signalons encore que le document officiel indique que Léon Degrelle a été nommé officier « pour sa bravoure exceptionnelle au combat ». L’importance de ces quelques détails n’échappera certainement pas à nos militants et il est absolument inutile de la commenter.

    Pays réel 1942 05 10 LD Lieutenant Epée d'or.JPGDans l’euphorie suscitée par les honneurs récompensant l’héroïsme de Léon Degrelle, Victor Matthys, chef a.i. de Rex, lança une souscription pour offrir une épée en or au nouvel officier, gravée des noms des Légionnaires tombés au champ d’honneur. Quelques jours plus tard, Léon Degrelle fit savoir qu’il refusait pareil hommage et demanda d’offrir l’argent récolté à Solidarité légionnaire pour les familles des victimes du Front de l’Est.

    Pays réel 1942 05 20 LD refuse Epée d'or 2.jpg

     

    Quant à la Croix de Fer de 1ère classe, celle-ci a été donnée au Chef de REX pendant les combats mêmes, à l’improviste, sans diplôme, à la lisière d’un petit bois où le Général de division avait rejoint la Légion. C’est donc une fois encore en reconnaissance des témoignages les plus évidents et les plus indiscutables d’une bravoure exceptionnelle que cette distinction a été décernée au Chef de REX. Il convient de noter à ce propos que l’attribution de la Croix de Fer de première classe est un fait extrêmement rare. Dans un secteur assez vaste du front où combat la Légion, Léon Degrelle est le seul titulaire de cette haute distinction.

    Pays réel 1942 06 09 Croix Fer 1Cl. LD.JPG


    I
    l y a, dans la vie, d’étranges concordances et d’émouvantes coïncidences. Les circonstances dans lesquelles fut attribuée au Chef la Croix de Fer de 1ère classe sont, à ce propos, particulièrement évocatrices.

    C’était, comme nous l’avons dit, à la lisière d’un petit bois, vers la fin de la matinée, le 21 mai dernier, au moment précis où toutes les hiérarchies du mouvement, des centaines de militants rexistes et de parents de légionnaires se trouvaient réunis dans la cour de la Caserne des Grenadiers à Bruxelles, pour la cérémonie religieuse de commémoration des Héros tombés dans le combat.

    Pays réel 1942 05 22 Hommage martyrs rexistes.JPG

    L’impressionnante cérémonie d’hommage aux « martyrs du Mouvement rexiste », –ceux d'avant-guerre, de la Légion au Front de l'Est ainsi que du « Front intérieur », auxquels étaient également associés le Chef du Verdinaso (mouvement national-solidariste thiois) Joris Van Severen et les vingt autres victimes d’Abbeville, assassinés deux ans auparavant, le 20 mai 1940–, fut organisée à la Caserne des Grenadiers, sise rue des Petits Carmes, derrière le Petit Sablon. Après-guerre, cette caserne fut connue sous le nom de « Caserne Prince Albert » (abritant le « Club Prince Albert », le mess des officiers de la garnison de Bruxelles). Il ne faut donc pas la confondre avec l’autre Caserne des Grenadiers située près du Parc royal de Laeken, qui abrita après-guerre l’Ecole des Cadets et accueille aujourd’hui la quatrième Ecole européenne de Bruxelles. Dans son ouvrage sur la Légion Wallonie (Heimdal, 2015), André Lienard situe, lui, l’événement dans une « Caserne Saint-Jean » inexistante et le date de 1943 (vol. 1, p. 401) !

    (Première page du Pays réel du 22 mai 1942)

    C’était au moment même où, des marches de l’autel, le prêtre officiant exaltait les vertus d’énergie, de courage et de volonté.

    Deux ans auparavant, jour pour jour, heure pour heure, Léon Degrelle, enchaîné, torturé par des bourreaux infâmes, passait à Abbeville, non loin du kiosque tragique et n’échappait à la mort que par un hasard miraculeux.

    Ainsi se manifeste à nous, jusque dans des détails visibles et troublants, le rythme d’une vie d’homme : la vie d’un homme qui est notre vie, parce que cet homme est notre Chef.

    Vers lui vont aujourd’hui toutes nos pensées. A lui vont toutes nos énergies. Et à la veille de cet anniversaire qui nous est si cher, nous ne pouvons mieux faire que de répéter le cri de guerre et de ralliement de nos Jeunesses :

    – Au Chef !

    LD 1942 c.jpg

  • « Degrelle n’entendait rien à l’allemand ! » « Hitler ne comprenait pas le français ! »

    Voilà des assertions gratuites auxquelles nous avons eu l’occasion de tordre le cou à de multiples reprises déjà (notre blog aux 10 et 12 mai 2016 ; 5 janvier, 21 juin et 20 juillet 2018 ; 25 mai 2021).

    Jeune Nation LD 11 juin 2021.JPG


    M
    ais rien n’y fait : nous avons appris par un correspondant, ami français de Léon Degrelle, que peu après la publication de notre dernier article sur l’ « exceptionnelle proximité spirituelle » d’Adolf Hitler et Léon Degrelle (25 mai 2021) documentant justement les compétences linguistiques de chacun, le site du mouvement français Jeune Nation du pourtant clairvoyant degrellien Yvan Benedetti, auteur d’un bel article dans le premier Cahier d’histoire du nationalisme consacré à Léon Degrelle (voir notre blog aux 30 novembre 2016 et 6 février 2021) a publié, le 11 juin suivant, un article d’un certain Francis Gourmain se présentant comme « passionné d’histoire et fin observateur de notre société », intitulé Léon Degrelle ne parlait pas allemand.

    Ce contributeur régulier de Jeune Nation ne pousse cependant pas sa passion de l’histoire degrellienne jusqu’à se renseigner sur le site du Dernier Carré – Léon Degrelle qu’il ne connaît probablement même pas. Il bénéficie d’autres sources : des « personnes qui ont été directement en contact avec Degrelle » (c’est-à-dire, visiblement, ne l’ayant rencontré qu’occasionnellement), sans aucun doute sympathiques, mais dont le témoignage ne doit pas s’affranchir de la critique car il ne pourrait qu’amener à des conclusions abusives et péremptoires, telle que celle de Jeune Nation : « Degrelle ne parlait donc pas allemand, voilà maintenant un fait historique bien établi sur des témoignages sérieux, indépendants et concordants ».

    LD+Fabiola+Baudouin.jpgAlidor (alias Paul Jamin, le « Jam » de Rex) imagine la rencontre surréaliste (humainement mais aussi linguistiquement) de Léon Degrelle avec les anciens souverains belges, Baudouin et Fabiola : l'Ardennais ânonne un français hispanisé, tandis que l'aristocrate castillane  répond par l'expression wallonne du doute (le « Ben voyons » zémourien) !...

     

    Dans le contexte de Francis Gourmain, prétendre établir un « fait historique » en trompetant que « Degrelle ne parlait donc pas allemand » revient à s’attribuer la découverte que le Commandeur de la Wallonie ne pouvait rien comprendre à l’allemand… et que donc « après enquête […], il apparaît sans aucun doute possible » qu’il ne dit pas la vérité lorsqu’ « il fait état de conversations sur un ton libre et informel avec Adolf Hitler et de confidences directes que ce dernier lui a faites » !!!

    Outre que Léon Degrelle n’a jamais prétendu lire le théâtre de Schiller dans le texte ou déclamer les vers de Goethe, il a néanmoins clairement expliqué (nous le rappelons ci-après) comment il pouvait suffisamment comprendre l’allemand pour surprendre tous ses interlocuteurs.

    A quoi peut donc alors servir le sensationnalisme de cet article présenté à la manière d’un scoop rétablissant une prétendue vérité occultée ? Surtout que son auteur se sent quand même obligé d’expliquer l’extraordinaire et incontestable proximité entre Adolf Hitler et Léon Degrelle (« le courant passait entre les deux hommes »), alors qu’ils sont censés ne pouvoir se parler de manière intelligible : « le langage explicite ne représente que dix à trente pourcents de la communication entre deux êtres ». Cela laisse quand même singulièrement sur sa faim : qu’étaient alors les soixante-dix à quatre-vingt-dix pourcents restants de leurs conversations ? Des borborygmes ? Des œillades ? Des gesticulations ? Du mime ? De la danse ?

    Cet article date déjà d’un an. Mais comme on nous en parle encore, nous ne pouvons que mettre à nouveau –et définitivement ?– les points sur les « i ».

    Voici le texte intégral de l’article de M. Gourmain.

     

    « 

    Dans ses écrits, Léon Degrelle revendique une grande proximité avec le Führer, il fait état de conversation sur un ton libre et informel avec Adolf Hitler et de confidences directes que ce dernier lui a faites.

    Seulement, après enquête auprès de personnes qui ont été directement en contact avec Degrelle, il apparaît sans aucun doute possible que Degrelle ne parlait pas allemand.

    Nous avons d’abord posé la question à Monsieur Pierre Dortiguier qui a rendu visite à plusieurs reprises à Degrelle à Málaga et à son secrétaire à Madrid, et voici sa réponse :

    « Merci de cette question sur Léon : non, il ne parlait pas l’allemand, comme me l’a assuré son secrétaire Raimond Van Leeuw. Il parlait avec A.H. par un interprète. Et dans sa bibliothèque à Málaga que j’ai vue en partie, car nous sommes restés jusqu’au soir sur la terrasse, je n’ai pas vu d’ouvrages [note FG : Pierre veut dire « d’ouvrages en allemand » car nous lui avions demandé de préciser ce point]. Je l’ai revu ensuite trois fois à Madrid chez son secrétaire que j’ai visité huit ans consécutivement. Raymond non plus ne parlait pas allemand, sauf le commandant Lippert qui était sorti 1er ou second de l’École de Guerre. »

    Réponse très claire que nous avons transmise à Mark Weber, historien Américain à la tête de l’iHR (Institute for Historical Review = Institut d’histoire révisionniste).

    Mark parle allemand, c’est à lui qu’on doit la traduction de pas mal de discours d’Hitler en anglais que nous avons nous-mêmes repassé en français sur JN.

    Or, ci-dessous Mark explique qu’il a essayé de s’entretenir avec Degrelle en allemand et que cela n’a rien donné :

    « Thank you, François, for your earlier message, and for passing on the message of Pierre. During a visit to France, probably in 1989 or 1990, I was with a French friend who had a good relationship with Degrelle. On an occasion when he had to speak anyway with Degrelle by telephone, he encouraged or at least permitted me to also speak with him. After “introducing” me, he put on line with Degrelle. As I recall, I probably first said a few words in very simple French. Then I tried to speak with him in German. I was surprised that, as quickly became clear, Degrelle did not speak or understand German. Of course, that meant that our “conversation” was brief. I appreciate all the more what Pierre wrote to you, because – based on my own experience – I have assumed that Degrelle and Hitler must have spoken with each other through an interpreter – perhaps more than one. »

    Ni Pierre Dortiguier ni Mark Weber ne remettent en cause le fait que Degrelle ait été proche d’Hitler et qu’il ait eu des conversations avec lui. La photo en illustration montre bien que le courant passait entre les deux hommes, rappelons que le langage explicite ne représente que dix à trente pourcents de la communication entre deux êtres.

    Degrelle ne parlait donc pas allemand, voilà maintenant un fait historique bien établi sur des témoignages sérieux, indépendants et concordants.

    »


    Quand nous avons eu connaissance de cette « mise au point historique », il y avait déjà six mois qu’elle était mise en ligne. Nous avons néanmoins posté la brève réponse ci-après, témoignage de Léon Degrelle lui-même afin qu’il soit bien clair que ce dernier n’a jamais établi sa « grande proximité avec le Führer » sur ses compétences linguistiques. Sans nous faire évidemment d’illusions sur la portée d’une réponse si tardive…

     

    « 

    couv-rex-hitler-relie-w-TcRcjstb-6de8.jpgLéon Degrelle s’est expliqué lui-même sur sa connaissance passive de la langue allemande:

    « Officiellement, j’ignorais la langue allemande […]. Avec le temps, certains Allemands s’aperçurent que j’avais parfaitement compris des réflexions qu’ils avaient échangées, à mon insu, croyaient-ils. Ils me firent la réputation d’un jouteur redoutable, connaissant l’allemand sur le bout des doigts, mais qui faisait semblant de l’ignorer. La vérité, c’est que je ne savais pas l’allemand. Je n’ai jamais eu de dispositions spéciales pour apprendre les langues germaniques. Je ne comprenais donc pas l’allemand, mais – ce qui est une toute autre chose – je devinais l’allemand, comme j’ai toujours deviné les autres langues. Connaissant les quelques centaines de mots de base, j’établissais des rapports, des intonations me frappaient. En tout cas, en allemand, j’ai toujours compris ce que je ne devais pas comprendre. Parfois, quand l’interprète avait escamoté une nuance dans sa traduction, je l’interrompais pour rectifier. Les autres s’exclamaient alors : “Vous voyez bien que vous connaissez l’allemand !” Et pourtant je ne le connaissais pas. Je le sentais, c’est tout. […] Pendant la guerre, quand même j’avais parfaitement compris, je faisais semblant de n’avoir rien compris du tout. Ainsi, pendant que l’interprète s’éternisait à bredouiller sa traduction, j’avais tout le temps de préparer et de peser mes réponses. C’était un petit truc extrêmement utile. » (De Rex à Hitler, Editions de l’Homme Libre, p. 328).

    Sur les relations personnelles entre Adolf Hitler et Léon Degrelle, vous devriez consulter le blog du « Dernier Carré – Léon Degrelle » (Association des Anciens de la Légion Wallonie, de leur famille et de leurs amis) :

    – le 5 janvier 2018: sur la maîtrise du français que possédait Adolf Hitler ;

    – le 25 mai 2021: sur la qualité exceptionnelle des relations entre Adolf Hitler et Léon Degrelle.

    »


    Mais rencontrons néanmoins les principaux arguments développés par les deux témoins de Francis Gourmain.

    Ce n'est effectivement pas parce qu'un correspondant américain –Mark Weber, historien aujourd'hui à la tête de l’institut américain d’histoire révisionniste– a essayé de parler allemand (en ne préjugeant même pas de son accent) avec Léon Degrelle au téléphone à la fin des années 1980 que celui-ci n'y pouvait rien comprendre durant la guerre où il n'était pratiquement environné que de hauts-gradés germanophones avec qui il devait avoir à faire quotidiennement.

    De plus, M. Mark Weber n’est pas un témoin si neutre ou objectif qu’on voudrait nous le faire croire. L’Institute for Historical Review (dont il devint le directeur en 1995) négocia, au début des années 1990, l’exclusivité de la publication aux Etats-Unis de certains ouvrages de Léon Degrelle traduits en anglais (notamment la série Le Siècle de Hitler –dont seulement six volumes ont vu le jour en français : les trois premiers –Hitler né à Versailles– aux Editions Art & Histoire d’Europe : Le Traquenard de Sarajevo, La Pseudo-guerre du droit et Les Tricheurs de Versailles, à rechercher sur Rakuten ou le site de bouquinistes Livre Rare Book ; les trois autres aux Editions de l’Homme Libre : Hitler démocrate, 2 vol. et Hitler unificateur). Mais l’affaire tourna court, achoppant à l’évidence sur des questions de sous (frais de traduction, droits d’auteur et autres).

    Mais il y a plus : les responsables de l’Institute for Historical Review –en ce, véritables spécialistes de la révision de l’histoire !– se permirent de dénoncer le travail de Léon Degrelle, mettant en cause non seulement son objectivité (l’entreprise degrellienne réhabilitait-elle trop efficacement la figure d’Adolf Hitler ?), mais aussi les « nombreuses erreurs de fait » qui parsèmeraient son travail (se gardant cependant bien d’en donner le moindre exemple !) et, pour faire bonne mesure, se plaignant aussi de « fréquentes répétitions » ! Tant qu’ils y étaient, pourquoi ne pas lui avoir reproché aussi d’écrire en français ? Il est vrai qu'ils osèrent même enjoindre à Léon Degrelle d'abandonner son œuvre sur Adolf Hitler !

     

     

    jeune nation,yvan benedetti,francis gourmain,alidor,pierre dortiguier,raimond van leeuw,mark weber,institute for historical review,theodore o'keefe,robert faurisson,arthur meyer,ein fähnlein,jean vermeire,paul otto schmidt,pourquoi pas?,ion antonescu

     

     

    Ce dernier et scandaleux courrier adressé fielleusement au « Dear General Degrelle » est daté du 28 janvier 1994, est signé par le directeur de l’époque, Theodore O’Keefe, et n’a pas reçu de réponse. Cela se comprend à la lecture de ses insultantes calomnies, mais aussi par l’état de santé déclinant de Léon Degrelle qui devait succomber quelques semaines après sa réception : l’ultime coup de pied de l’âne au mémorialiste de La Campagne de Russie tant apprécié par Robert Faurisson…

    Si Mark Weber n’a donc peut-être pas de raisons personnelles d’accabler Léon Degrelle, sa généralisation abusive à partir d’une brève et fortuite conversation téléphonique (le « il ne parlait pas l’allemand » devenant immédiatement « il ne comprenait pas l’allemand » et face à tant d'ignorance, la conjecture de la nécessité de « plus d'un interprète » !) semble bien trouver son origine dans les relations tumultueuses de son Institute avec le dernier Commandeur de la Légion Wallonie.

    Mais revenons à notre sujet. Nous avons repris contact avec notre camarade allemand Arthur Meyer, qui, dès 1984, fut un participant actif aux cérémonies commémoratives de la percée victorieuse de Tcherkassy à Bad Windsheim (ce blog aux 2 mars 2021 et 15 mars 2022). De même que, chez nous, en Belgique, il participa très régulièrement aux réunions d’Anciens et d’amis de la Légion Wallonie.

     

    Meyer 1.jpegPage de couverture de la revue allemande Ein Fähnlein (« Un petit drapeau », sous-titre : « pour préserver la vertu et la tradition »). Le but de ce magazine allemand paraissant irrégulièrement est d’établir des ponts entre les générations pour que puissent se comprendre « les jeunes Allemands des années 30 et 40 du vingtième siècle et les jeunes Allemands du vingt-et-unième siècle ». Les pastilles censurant certaines parties d’uniformes sur les photos (par exemple les fez des soldats de la division Handschar) sont placées pour respecter les lois de la République fédérale d’Allemagne : un symbole signifiant l'interdiction de la vision même de choses décrétées in-visibles ! Comme le souligne l’éditeur avant de publier une page de BD de notre ami Korbo : « Tout passe mieux avec un peu d’humour » !...

     

    Arthur Meyer a en effet signé voici peu un article richement illustré dans la revue Ein Fähnlein zur Erhaltung von Tugend und Tradition (février 2021) qui commémore la réunion historique des Anciens Légionnaires avec leur Chef, dans la propriété majorquine du Haupsturmführer Jean Vermeire le 12 juin 1989 (ce blog au 11 mai 2020), réunion à laquelle il demeure fier d’avoir pu assister : « Léon Degrelle était déjà malade à l’époque et la chaleur de l’été aggravait encore son état d’insuffisance cardiaque. Vermeire, qui m’avait félicité pour mon engagement dans les réunions de Bad Windsheim, m’avait aussi spontanément invité. Je pense bien que j’étais le seul Allemand à être présent à cette réunion. […] C’est alors que le titulaire de la Croix de Chevalier avec Feuilles de Chêne intervint. Il prit un par un chacun de ses hommes dans ses bras et les embrassa. Aucun œil ne put rester sec et personne n’eut honte de ses larmes coulant désormais à flots. Après la cérémonie, nous profitâmes de l’ombre de la terrasse et Vermeire me présenta au Chef. Il y avait déjà deux ans que je correspondais par lettre avec lui, mais aujourd’hui je pouvais enfin rencontrer ce héros courageux et tellement éprouvé. Et moi aussi, selon l’usage wallon, je fus enlacé et embrassé par lui, –quel honneur ce fut pour moi ! »

    Nous avons donc demandé à Arthur Meyer comment il avait communiqué avec Léon Degrelle, à Majorque ainsi que dans sa correspondance. « Comme je l’écris, c’est Jean Vermeire qui m’a présenté à Léon Degrelle : il parlait parfaitement allemand et il put me servir d’interprète, même si le Chef écoutait attentivement tout ce que je disais et pouvait réagir à mes propos. Pour la correspondance, je pouvais compter sur l’aide du Légionnaire Alex Stroinowsky qui était devenu un véritable ami : c’est lui qui traduisait nos échanges. »

     

    LD + Meyer Majorque 89.jpeg

    Parmi la bonne vingtaine de photos illustrant l’article d’Arthur Meyer, ces deux-ci témoignent de la chaleur de sa rencontre avec Léon Degrelle. Ne manquons pas la dédicace du Commandeur, en parfait allemand (déclinaisons, pronoms, trémas, majuscules compris !) : « Pour vous, Arthur, avec mes meilleures salutations ».


    Q
    uant à l'argument de la bibliothèque, il relève du grotesque: peut-on imaginer le visiteur de Léon Degrelle profiter de la présence des invités sur la terrasse pour faire autre chose que de promener rapidement son regard sur les longs rayons de la bibliothèque de l'auteur de Hitler pour 1000 ans ? Et certes pas de l’inventorier, même « en partie » ! Non seulement c'eût été malvenu, mais impossible, vu qu'elle comportait, rien qu'à Malaga, plusieurs milliers de livres.

    En ce qui nous concerne, nous pouvons en parler à l'aise pour en avoir dressé personnellement une fraction de l’immense catalogue (Jeanne, l’épouse de Léon Degrelle, avait entrepris elle-même ce patient recensement, peu après les funérailles de son mari). Nous n’en avons donc examiné en détail que la dernière partie : si la toute grande majorité des titres étaient bien entendu en français, une grande partie était en espagnol et de nombreux volumes intéressants en allemand (un tout petit reliquat, en anglais). Consultant les premières pages de ce seul relevé partiel, nous retrouverons sans peine plusieurs dizaines de titres en allemand. Certes des classiques comme Wenn alle Brüder schweigen, mais aussi des documents historiques comme les SS-Leitheft, des mémoires allemands sur Tcherkassy, l’holocauste, la SS, les crimes de guerre alliés, etc., des ouvrages d'art sur ou de Breker, Speer, Hitler (même Picasso !), le judaïsme, etc.

     

    Bib 1.jpeg


    P
    ar ailleurs, le témoignage de Raymond Van Leeuw n'est pas nécessairement déterminant non plus pour la thèse de Jeune Nation.

    I
    l ne parlait pas allemand ? Sans doute, comme la plupart des Légionnaires. Mais Raymond n'était pas attaché non plus à Léon Degrelle sur le Front et n'assista certes pas aux rencontres de son Commandeur avec Adolf Hitler ! Qu'un interprète fût parfois présent est certainement probable, mais on n'en possède pas de trace, ni photographique, ni écrite. Le seul témoignage de première main vient d'une interview de l'interprète officiel Paul-Otto Schmidt à l'hebdomadaire belge Pourquoi Pas ? le 21 septembre 1962. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la barrière de la langue n'avait pas l'air de jouer quelque rôle (voir notre blog au 12 mai 2016) : « Je me souviens fort bien de Degrelle, qui vint rendre visite au Führer à deux ou trois reprises. Votre compatriote était un des rares individus qui ne tremblaient pas en présence du dictateur. Il y allait avec fougue et ne craignait pas de couper la parole au maître du IIIe Reich. »

     

     

    PourquoiPas 21 09 1962 Interview Schmidt.jpg


    L
    ’hebdomadaire bruxellois Pourquoi Pas ? interviewe l’interprète officiel du Führer, Paul-Otto Schmidt : c’est spontanément que ce dernier insiste sur la proximité entre Adolf Hitler et Léon Degrelle, notamment lors de leurs conversations animées.


    Q
    uel est dès lors l’intérêt du « fait historique bien établi », mais complaisamment biaisé, claironné par Francis Gourmain ? Croit-il vraiment à son scoop, alors qu’enfonçant des portes ouvertes (Léon Degrelle n’a en effet jamais prétendu parler couramment allemand !), il sert en réalité l’eau au moulin des contempteurs de celui que le Führer se fût choisi pour fils, tout heureux de crachoter leurs calomnies, même par sous-entendus : « mythomanie », « mégalomanie », « mensonges »...

    Rappelons donc la conclusion de nos enquêtes sur les compétences linguistiques de Léon Degrelle et Adolf Hitler –et donc leur capacité à se comprendre sans interprète (voir les références en début d’article ; rappelons qu’il est établi que le Führer et le général Ion Antonescu se parlaient volontiers en français, sans interprète : ce blog au 25 mai 2021) : « Adolf Hitler comprenait parfaitement le français. Mieux : il le parlait assez couramment pour convaincre un témoin allemand qu’il s’exprimait “dans un excellent français”. Léon Degrelle, quant à lui, comprenait l’allemand suffisamment pour en avoir au moins une bonne connaissance passive. Les deux hommes pouvaient donc pleinement se comprendre, quelle que soit la langue utilisée. »

     

     

  • Un mystérieux portrait de Léon Degrelle

    Voici quelques mois, un internaute anonyme a posté sur la Toile un message avec la photo d’un magnifique tableau représentant Léon Degrelle, et qui daterait de 1938.

    Tableau Léon Degrelle.jpg

     

    Il était précisé que sa famille détient cette peinture depuis des décennies, sans pouvoir préciser comment elle y est arrivée (commande particulière d’un membre de la famille ? ami ou sympathisant de Léon Degrelle ? achat par conviction politique rexiste ? cadeau pour services exceptionnels rendus au Mouvement ? don ou héritage du peintre lui-même ?).

    Tableau Léon Degrelle 3.jpgD’après l'internaute ayant posté les photos, l’auteur de cette splendide huile sur toile (ou sur panneau ?) serait un certain « Geukens », originaire du Limbourg belge. Sur la photo, nous devinons « B. Geukens », mais si le détail de l’épinglette de Rex est photographié, de même que le cartouche de cuivre avec le nom « Léon DEGRELLE » précisant qu’il est le « CHEF de REX », aucune photo de la signature proprement dite n’accompagne le message de Facebook.

    Nous avons essayé de nous renseigner, sur l’œuvre et le peintre mais sans succès… Nous avons bien trouvé, sur un site Internet populaire de ventes privées, un tableau religieux (« Madone dans une niche d’église en bois » présenté par un vendeur flamand) signé de manière assez semblable, mais que le propriétaire lit « R. Geukens A.V.G. » et sans autre précision qu’une date, 1962, plus tardive donc, mais qui pourrait encore correspondre à l’activité du peintre après-guerre.

     

    Geukens Madone 1962.JPG

     

    Comme on peut le voir sur le gros-plan de la signature, il est en effet possible qu’il s’agisse de « notre » B. Geukens car la barre initiale du prétendu « R » ressemble tout à fait à l’amorce d’un « B », tout comme le jambage du « G », de même dimension, pourrait aussi appartenir au portraitiste talentueux de Léon Degrelle. On notera comme différences essentielles entre les deux signatures, la forme arrondie de l’écriture de 1938, par rapport à la forme plus « géométrique » de 1962, de même que sa position : en bas à droite, en 1938 ; en haut à droite, en 1962. Quant aux prétendues initiales « A.V.G. » lues par le vendeur trop expéditif, elles n’appartiennent de toute évidence pas à la signature, mais à la date : « AUG. 62 », soit, en néerlandais, « Augustus 1962 », Août 1962.

     

    Signature Geukens 1962 b-horz.jpg

    A gauche, gros plan de la signature du tableau de 1962 ; à droite, agrandissement, forcément flou, de la signature de 1938, telle qu'on la devine sur la photographie publiée sur Internet.

     

    Il faut également remarquer la différence de facture : le portrait de 1938 est brossé de manière scrupuleusement réaliste avec un art consommé de l’éclairage tandis que l’austère majesté de l’autel marial de 1962 s’exprime par des textures aux reliefs impressionnants comme appliquées au couteau et au gros pinceau.

    L’apparition soudaine de ce portrait de Léon Degrelle est d’autant plus déconcertante qu’un visiteur tout aussi anonyme de notre blog Weltanschauung, a laissé ce message sur notre site, pratiquement au même moment : « Je dispose d’une huile sur toile de Léon Degrelle en uniforme signée d’un peintre bien côté. Pour plus d’informations, suis à votre disposition. »

    Tableau Léon Degrelle 2.jpg
    S’agirait-il de la même œuvre ? Peut-être pas puisque le Chef de Rex apparaîtrait sur cette toile « en uniforme » (des Formations de Combat ? de Volontaire sur le Front de l’Est ? d’officier ou de commandeur de la SS-Sturmbrigade Wallonien ?). À moins que, s’il s’agit de la même œuvre signée par le peintre « Geukens », le port de l’insigne « Rex » suffise à notre correspondant pour parler d’uniforme ? Cependant, nous précise-t-il, l’œuvre serait signée d’un peintre « bien côté » sans autre précision. Est-ce à dire qu’il s’agirait d’un artiste mieux connu et documenté que le B. ou R. Geukens du tableau dont nous avons reçu la photographie par ailleurs ?

    Signalons enfin qu’aucun site renseignant biographies et/ou cotes des artistes peintres belges ne connaît de « Geukens » et que le petit tableau religieux s’est vendu pour une soixantaine d’euros en 2017.

    Mais comme le visiteur de notre blog Weltanschauung n’a laissé aucun moyen de lui répondre, nous n’avons pu qu’essayer de prendre contact par le même moyen que lui : un message sur notre blog, resté depuis sans la moindre réaction.

    Peut-être cet article en forme de bouteille à la mer pourra-t-il faire avancer les choses si un lecteur reconnaît ce tableau ? Ou en connaît l’histoire ? Ou connaît son propriétaire ? Et pourrait nous mettre en relation ?...