Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

marcel-henri jaspar

  • Sculpteur de la famille royale et de Léon Degrelle

    Eugène De Bremaecker signe le médaillon des 31 ans de Léon Degrelle

     

    Dans notre article sur le premier buste de Léon Degrelle par Ferruccio Vecchi, cofondateur des premiers Faisceaux italiens de combat (ce blog au 3 mai 2024), nous regrettions de n'avoir pas inclus le sculpteur Eugène De Bremaecker parmi les médailleurs du Chef de Rex (ce blog au 11 novembre 2023), faute d'avoir trouvé quelque représentation de son œuvre.

     

    Eugène De Bremaecker.png

    Eugène De Bremaecker (1879-1963)

     

     

    Un lecteur fidèle et critique de nos explorations degrelliennes, par ailleurs collectionneur averti de belles pièces de cette époque passionnante et chercheur expérimenté de son histoire, nous a fait le plaisir de nous envoyer un cliché de son exemplaire de la médaille réalisée par Eugène De Bremaecker.

     

    La mauvaise photographie que nous avions reprise du Pays réel du 14 juin 1937 ne lui rendait pas justice, ne permettant pas de reconnaître vraiment les traits de Léon Degrelle et, à peine, sa silhouette !

     

    LD Bremaecker 1.JPG     LD Bremaecker 2.JPG

     

     

    Nous pouvons maintenant constater que l'artiste a parfaitement rendu la physionomie de son modèle, saisie dans sa juvénile mais ferme confiance. Il se dégage de son expression à la fois de l'innocence, du sang-froid et de la force d'âme.

     

    Nous remercions donc avec beaucoup de gratitude notre correspondant attentif de nous avoir fourni ce précieux document. Il nous illustre en effet qu'Eugène De Bremaecker est un portraitiste des plus fins, ce que confirment ses nombreux bustes et médaillons ciselés à l'image des plus hautes personnalités du pays: Léopold III et Astrid, les souverains belges, le Prince Charles-Théodor (qui donna son nom à la troupe scoute de Léon Degrelle –ce blog au 15 juin 2021– et qui deviendra régent du Royaume en 1944), le cardinal Mercier (premier guide spirituel de Léon Degrelle : ce blog au 26 mars 2017), les tribuns socialistes Emile Vandervelde et Camille Huysmans,... en plus de nombreuses compositions inspirées par la musique ou la danse.

     

    Max+Brem. Patriote ill. 1936.10.04.png

    Le Patriote illustré, 4 octobre 1936.

     

    Cette activité de portraitiste quasi officiel lui valut une interview en première page du quotidien Le Soir recueillant quelques anecdotes sur les Rois et Princes devant le chevalet ou l'ébauchoir, le 19 avril 1930 (Eugène de Bremaecker avait déjà eu les honneurs de la « Une » de La Dernière Heure, le 2 août 1927, dont l'essentiel se retrouve dans la notice Wikipedia de l'artiste).

     

    Méd. Centenaire 1930 aa.png

    C'est Eugène De Bremaecker qui fut choisi pour la réalisation de la médaille commémorative du centenaire de l'indépendance de la Belgique (ainsi d'ailleurs que pour la médaille du Volontaire-Combattant 1914-1918 : voir ci-après). L'encyclopédie du savoir universel Wikipedia présente bien la médaille mais sans indiquer le nom de son créateur.

     

    « ...Qu'a donc à nous dire maintenant le statuaire Eugène De Bremaecker des deux princes Léopold et Charles-Théodor, dont il fit les bustes pour l'iconographie familiale du Palais royal ?

    La toute première des séances consacrées au jeune duc de Brabant faillit tourner au tragique. La chose se passait dans l'appartement dit Fontainebleau du Palais de Belle-Vue. L'éclairage de la salle étant défectueux, l'artiste proposa à son jeune modèle d'aller s'installer dans la serre toute proche. Et il allait sonner des domestiques pour le déménagement de son lourd matériel, lorsque le prince Léopold l'arrêta :

    Nous nous en tirerons bien à nous deux, monsieur l'artiste. On n'est jamais plus vite servi que par soi-même.

    Et d'empoigner à l'instant la plus lourde pièce de l'attirail, lequel, en deux ou trois étapes, se trouva commodément à sa nouvelle place. Tout un système séducteur se révélait là. Mais alors quelque chose survint qui fit pâlir d'effroi Eug. De Bremaecker. Une violente rafale soufflait au dehors. Elle arracha de la charpente d'un toit voisin une grosse poutre qui, projetée au travers du vitrage de la serre, effleura le visage du prince héritier, tout en faisant pleuvoir des éclats de verre tout autour de lui. Une déviation d'un centimètre ou deux et la poutre eût tué ou grièvement blessé le futur titulaire de la Couronne. Celui-ci, souriant, ne broncha point. L'artiste, lui, frissonna à la pensée de la terrible responsabilité qu'eût été la sienne, si le malheur s'était produit.

     

    eugène de bremaecker,léopold iii,prince charles,charles-théodor,victor demanet,marc colmant,puccini,pierre daye,xavier de grünne,paul de mont,marcel-henri jaspar,louis franck,max-léo gérard,victor de laveleye,rené lustPour la traduction de la terre glaise en marbre, les poses nombreuses et prolongées qui suivirent eurent lieu dans l'atelier du sculpteur, alors sis rue de Laeken. Le prince Léopold s'y prêtait de la meilleure humeur du monde. S'il devisait abondamment avec le statuaire –généralement de choses instructives et parfois d'épisodes de la vie bruxelloise, dont il se montrait fort averti,– il lui advenait aussi d'accompagner le labeur de l'artiste d'un travail personnel, c'est-à-dire de piocher, un livre à la main, l'un ou l'autre des cours qu'il suivait alors à l'Université. Le gracieux adolescent royal était pénétré de cette vérité qu'il n'y a dans la vie de moments perdus que parce qu'on les perd étourdiment. Le temps est une matière plus précieuse que l'or, voire que le radium. Il n'en fallait pas gaspiller une parcelle. Et voilà encore un signe particulier de caractère que trahissaient les heures passées par le fils aîné du roi Albert sur la sellette.

    Bremaecker Prince Charles DH 1935.05.26.png

    La Dernière Heure, 26 mai 1935.

    Un autre se manifesta chez le jeune comte de Flandre, Charles-Théodor, beaucoup moins expansif, celui-ci, que son frère. Il ne parlait guère pendant la pose ; mais quand il sortait de son mutisme, c'était pour s'exprimer en véritable marin de vocation, profondément épris de navigation lointaine. Avec cela franc, sincère et décidé au possible. Il confia un jour au statuaire qu'il ne pourrait jamais se résoudre à dire blanc quand il pensait noir ou vice versa. Si, par exemple, on me met devant une œuvre d'art, en sollicitant pour elle une admiration qu'elle ne m'inspire pas, vous m'arracheriez la langue plutôt qu'un éloge. Devant une chose dont je ne sens pas la qualité, le maximum qu'on puisse obtenir de moi, c'est que je me taise, par politesse.

    Voilà... Heureux, les artistes à qui leurs modèles livrent ainsi un peu de leur visage intérieur ! Admis à scruter le dedans comme les dehors, de quelle vie véritable ils peuvent animer la toile, ou le bronze, ou le marbre !

    Gérard Harry »

    (Le Soir, 19 avril 1930)

     

    Mais quels furent les liens entre Eugène De Bremaecker et Léon Degrelle ? Le sculpteur fut-il un rexiste convaincu ? A l'instar, par exemple, du médailleur Marc Colmant qui se porta candidat du mouvement Rex aux élections municipales de sa commune bruxelloise, Ganshoren, en 1938, l'année qui suivit la remise du médaillon de De Bremaecker au Chef ?

     

    En fait, nous n'en savons rien et nous ne pouvons que risquer quelques hypothèses à partir des rares traces de l'artiste dans le sillage rexiste.

     

    Eugène De Bremaecker est le seul médailleur dont l'oeuvre a été illustrée dans le quotidien rexiste : ni Victor Demanet, ni Marc Colmant n'ont eu cette opportunité. Jamais il ne sera d'ailleurs fait mention de leur médaillon degrellien dans Le Pays réel. Les productions de Marc Colmant n'y bénéficieront même jamais d'aucun commentaire ou présentation (son nom ne sera ainsi mentionné que dans la seule liste des candidats rexistes aux élections de Ganshoren !). Et si ce n'est pas le cas du plus célèbre Victor Demanet (dont le quotidien ne manque pas de signaler les bustes, médaillons et bas-reliefs consacrés, en 1936, 1937 et 1938, au roi Albert à Arlon, Crainhem et Léopoldville), ce sera toujours sans illustration.

     

     

    PR 1936.12.07 Puccini.png

    Le buste de Giacomo Puccini offert au Théâtre Royal de la Monnaie, le 17 décembre 1936, à l'occasion de représentations de La Bohème, par Eugène de Bremaecker et le fils du compositeur, Antonio Puccini. Nous ignorons où cette sculpture se trouve actuellement. Photo publiée par Le Pays réel, le 7 décembre 1936.

     

    Par contre, quand Le Pays réel présente le buste de Puccini sculpté par De Bremaecker pour le Théâtre de La Monnaie (la scène lyrique bruxelloise), en décembre 1936, une grande photographie ouvre sa rubrique culturelle. De même, lorsque le médaillon de Léon Degrelle est évoqué dans Le Pays Réel du 14 juin de l'année suivante, une photo illustre naturellement l'article. Mais ce traitement, apparemment de faveur, traduit-il une plus grande proximité politique ? Pourrait-on le penser alors qu'à partir de ce moment, le nom de l'éminent médailleur ne sera plus jamais mis en avant (à part sa participation parmi tant d'autres à une exposition bruxelloise en 1938) ?

     

    Couple Puccini+Brem Hebdo 1936.12.25.png

    Antonio, le fils de Giacomo Puccini, et son épouse, accompagnés du sculpteur Eugène De Bremaecker lors de la remise du buste dans le foyer de l'opéra (photographie publiée dans le magazine Hebdo, le 25 décembre 1936.)

     

    Ne peut-on cependant penser que le fait même d'offrir à Léon Degrelle son portrait exprimé dans le bronze suppose au moins quelque sympathie pour le modèle ?

     

    Notre correspondant suggère deux éléments pour, éventuellement, l'expliquer :

     

    « 1. De Bremaecker était un volontaire de la guerre 1914-1918. Or, au moins pour la période 1936-1937, REX put compter sur le soutien de nombreux vétérans de la Grande Guerre (Degrelle mettant régulièrement en avant les anciens combattants dans ses discours et écrits).

     

    2. De Bremaecker semble avoir été un artiste particulièrement attaché à la famille royale comme en témoignent les ''bustes royaux'' qu'il réalisa d'Albert Ier, du prince Charles ou encore de la Reine Astrid. Or, REX était un mouvement monarchiste très attaché à la personne du Roi dont il voulait d'ailleurs renforcer les prérogatives.

     

    Tout cela reste malgré tout fort léger pour sérieusement envisager une communauté d'idéal entre l'artiste et le politicien et, à moins de trouver quelques nouveaux éléments probants, il me semble plus prudent de ne pas considérer De Bremaecker comme ayant été un (sympathisant) rexiste. »

     

    Que De Bremaecker fût particulièrement attaché à la famille royale, nous venons de le vérifier, constatant même qu'une relation de confiance avait pu s'établir entre le sculpteur et les membres de la Cour prenant la pose et s'ouvrant aux confidences.

     

    eugène de bremaecker,léopold iii,prince charles,charles-théodor,victor demanet,marc colmant,puccini,pierre daye,xavier de grünne,paul de mont,marcel-henri jaspar,louis franck,max-léo gérard,victor de laveleye,rené lustQu'en tant que volontaire de guerre (il est, à ce titre, l'auteur, en 1930, de la Médaille du Volontaire-Combattant ainsi que de nombreux monuments glorifiant les héros de la Première Guerre mondiale), il fût sensible aux honneurs rendus par Rex aux Anciens Combattants est également hautement probable : avant les élections triomphales de 1936, de nombreux héros de la Grande Guerre furent accueillis avec éclat par Léon Degrelle sur les listes rexistes : ainsi –pour ne citer que les plus connus– du Comte Xavier de Grünne, volontaire-combattant grièvement blessé aux combats de Tirlemont et prisonnier de guerre, ami intime du Roi Albert ;

    eugène de bremaecker,léopold iii,prince charles,charles-théodor,victor demanet,marc colmant,puccini,pierre daye,xavier de grünne,paul de mont,marcel-henri jaspar,louis franck,max-léo gérard,victor de laveleye,rené lustPortrait de Pierre Daye par Jam (Paul Jamin) dans Le Pays réel, le 7 mai 1936.

    de Pierre Daye, célèbre chroniqueur, soldat-milicien ayant participé aux combats de Namur, d'Anvers, de l'Yser et dans les colonies allemandes d'Afrique ; du dramaturge Paul De Mont, officier volontaire-combattant, Croix de l'Yser, Croix du Feu, grand invalide, amputé des deux jambes,... Tous les sénateurs rexistes (huit sénateurs élus directs, trois provinciaux et un coopté) sont d'ailleurs d'anciens combattants de la Première Guerre mondiale.

     

    A la question de savoir si De Bremaecker fut militant ou même simple membre de Rex, il faut très certainement répondre par la négative. Mais pareille hypothèse est sans doute parfaitement oiseuse car si nous considérons que les médailles qui furent éditées avec le profil de Léon Degrelle datent toutes de la même période 1937-1938, on pourrait se demander si ces oeuvres ne répondaient pas à une commande ou à une espèce de concours (une suggestion pour un cadeau ?) avec un cahier des charges tel que : présenter le profil du chef de Rex ainsi qu'afficher le slogan du mouvement « Rex vaincra ».

     

    Médaille Bremaecker R.JPG  Médaille Demanet R.png  Médaille Colmant.png

    De gauche à droite et par ordre chronologique, le slogan « Rex vaincra » selon Eugène De Bremaecker, Victor Demanet et Marc Colmant.

     

    Ce sont en effet les impératifs auxquels répondent précisément les trois médaillons que nous avons examinés (ce blog au 11 novembre 2023). Nous n'avons bien sûr trouvé aucune trace de pareille demande dans les organes rexistes : une telle publicité n'eût pu qu'alimenter les railleries de la presse prompte à accuser le tribun rexiste de mégalomanie !...

     

    Aussi ne pouvons-nous, compte tenu de tous ces éléments, exclure non plus quelque sympathie pour Léon Degrelle et de l'intérêt pour son combat contre les « banksters » avec le balai pour emblème et « Propreté ! » comme slogan.

     

    Rex Balais 1936.jpg   Rex 1936.01.03 Propreté.png

     

    Et ce, malgré que les parents d'Eugène De Bremaecker fussent d'actifs militants libéraux : le père, Alexis De Bremaecker, fut conseiller libéral à Bruxelles et la mère, Céline, s'occupait de la section féminine de l'Association libérale de Bruxelles. Que la vigoureuse campagne anti-banksters de Léon Degrelle en 1936 n'épargnât pas de grandes figures du Parti libéral (outre le ministre des Transports Marcel-Henri Jaspar –ce blog au 3 mai 2024–, figurèrent ainsi dans le collimateur rexiste le ministre d’État Louis Franck, gouverneur de la Banque nationale ; le ministre des Finances Max-Léo Gérard ; le ministre de la Justice Victor de Laveleye, etc.) ne heurta manifestement pas le sculpteur, avide lui aussi sans doute d'un assainissement des mœurs politiques...

     

    PR 1936.05.17 Max-Léo Gérard.png

     

    Ne manquons pas non plus de relever que si la médaille sculptée par Eugène De Bremaecker honorait les trente et un ans de Léon Degrelle, sa remise au cours du banquet d'anniversaire se passa aussi dans le contexte électrique de la défaite électorale du 11 avril 1937. Deux mois plus tard, le 11 juin, le rédacteur en chef du Pays réel et membre du conseil politique de Rex, Hubert d'Ydewalle, démissionnait avec fracas de ses fonctions, provoquant un véritable séisme politique dans le mouvement.

     

    L'anniversaire de Léon Degrelle devait être l'occasion d'afficher l'union des rexistes et la confiance en l'avenir : Eugène De Bremaecker semble avoir participé ostensiblement et activement à cette manifestation de refondation puisque le quotidien rexiste ne manqua pas de souligner que « La fête se termina par un bal fort animé et l'on retrouvait dans la foule animée des danseurs, MM. René Lust, chef de Rex-Bruxelles-arrondissement, [...] De Bremaecker et quantité de dirigeants rexistes ».

     

    C'est dans cette perspective que, dès le lendemain, les membres du Conseil politique de Rex mettaient leur mandat à la disposition du chef de Rex « pour toute réorganisation éventuelle ». Plusieurs des membres de ce Conseil allaient d'ailleurs en profiter pour prendre rapidement leurs distances : Pierre Daye démissionna immédiatement de ses fonctions de président du groupe parlementaire rexiste à la Chambre. Xavier de Grünne attendra, quant à lui, la fin de l'année pour quitter le navire.

     

    Mais d'autres ne retarderont pas plus longtemps leur départ, provoquant ce qu'on ne peut qu'appeler une hémorragie dans les rangs du mouvement. Ainsi de René Lust, chef du Front populaire de Rex, région de Bruxelles, président du conseil d'administration de Radio-Rex et membre du Conseil politique de Rex, qui s'enfuit dès le 19 juin ; Jacques Crokaert, membre du Conseil politique, le 20 juin ; quant au colonel Georges Vigneron, s'il quittera la direction des Gardes rexistes le 23 juin, il conservera son siège de sénateur provincial. Ce mouvement délétère se poursuivra jusqu'aux élections législatives anticipées du 2 avril 1939.

     

    PR 14.06.1937 a.png

     

    Alarmé par cette avalanche de défections et déçu par ces abandons, Léon Degrelle veut néanmoins y voir, au-delà de l'ingratitude et de l'opportunisme des dissidents, l'occasion d'une salutaire purification du mouvement. Dans son discours de réception du médaillon d'Eugène De Bremaecker, il affirme : « Qui serait devenu député, sénateur ou dirigeant à Rex ou dans ses journaux sans y être porté par la seule et unique force de Rex ? Que ceux qui ne sont pas contents fichent le camp. [...] Ceux qui voudraient se faire de Rex un escabeau seront balayés. [...] Les douleurs et les trahisons ne nous abattront pas. Ce sont ces épreuves qui feront la victoire et qui nous feront rester semblables à ce que nous étions au premier jour. » (Le Pays réel, 14 juin 1937, p. 3).

     

    PR 1937.06.14 Banquet 1.png

    PR 1937.06.14 Banquet 2.png   PR 1937.06.14 Banquet 3.png

     

    Nous étonnerons-nous de ne plus entendre parler d'Eugène De Bremaecker dans l'entourage rexiste après cette fête d'anniversaire où il remit à Léon Degrelle le médaillon qu'il lui avait sculpté ?

     

    L'artiste n'avait en effet pas à se montrer plus catholique que le Pape ni plus rexiste que le chef de Rex-Bruxelles, René Lust, dont le nom lui avait été associé, par Le Pays réel, parmi les danseurs assidus du bal clôturant cette mémorable soirée du 12 juin 1937 !...

     

    Eugène De Bremaecker n'eût de toute façon jamais suivi Léon Degrelle dans sa croisade antibolchevique destinée à rendre à la Belgique, grâce à l'héroïsme de ses faits d'armes au Front de l'Est, une place respectée dans l'Europe d'Ordre nouveau : son patriotisme était trop ancré dans la haine de l'Allemand issue de la Grande Guerre. Il ne parlera d'ailleurs jamais de cet « ennemi héréditaire » qu'en utilisant les expressions patronymiques argotiques classiquement péjoratives. Ainsi de deux anecdotes confiées à l'hebdomadaire Pourquoi Pas ? le 7 janvier 1949 : « C'était pendant la guerre... Une auto boche, fonçant dans le décor et derrière un tramway, manque de me tuer net. Je venais de frôler la mort de tellement près, et dans un éclair si rapide, que c'est après seulement que le choc se fit sentir. » (p. 28) ; « Je me vante d'y avoir écrit [dans la Gazette], en 1934, un article sur ce que nous préparait la Bochie, et dans lequel j'avais tout prévu jusqu'aux parachutages. » (p. 29)...

     

    Après la guerre, De Bremaecker eut bien encore l'occasion d'exprimer son art du portrait dans des médaillons exaltant des figures sportives, musicales ou patriotiques. Nous remarquerons également que, tout comme pour la médaille de Léon Degrelle, le sculpteur opte toujours pour le profil gauche, une caractéristique qui semble lui appartenir en propre !

     

    LLB 1946.06.06.png   DH 1947.11.17.png

    DH 1948.07.09.png   DH 1948.10.18.png

    DH 1949.05.01.png   LLB 1949.09.05.png

    Photographies extraites, de gauche à droite et de haut en bas, de La Libre Belgique du 6 juin 1945 (maréchal Montgomery), de La Dernière Heure des 11 novembre 1947 (Jef Scherens, septuple champion du monde de cyclisme sur piste), 9 juillet 1948 (le musicologue Gaston Knosp), 18 octobre 1948 (lieutenant-général Van Strydonck de Burkel) et 1er mai 1948 (le compositeur Marcel Poot) et de La Libre Belgique du 5 septembre 1949 (le roi Albert et la reine Elisabeth au cours de la Première Guerre mondiale).

  • L’ami de Mussolini, sculpteur de Léon Degrelle

     

     

    Ferruccio Vecchi, cofondateur du mouvement

    fasciste, réalise le premier buste de Léon Degrelle

     

     

    Expo Légion 18.06.43 Buste LD 1.jpegEn commentant l’Exposition photographique de la Légion Wallonie, dont le Cercle des Amis de Léon Degrelle avait fait la « une » de sa XXXIXe Correspondance (ce blog au 20 octobre 2023), nous regrettions que l’auteur du buste du chef spirituel et militaire des Volontaires wallons qui était présenté à cette exposition de juin 1943 n’ait pas été identifié. En effet, disions-nous, « on ne connaît guère de portraits sculptés de Léon Degrelle ».

     

    Et pourtant la presse rexiste ne manquait pas de faire connaître les nombreuses représentations artistiques de Léon Degrelle, notamment les bas-reliefs des meilleurs médailleurs du pays (ce blog au 11 novembre 2023).

     

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur,fiume,d'annunzioDans notre article sur Léon Degrelle dans l'art de la médaille (ce blog au 11 novembre 2023), nous avons omis de parler du médaillon réalisé en 1937 par Eugène De Bremaecker (1879-1963), car nous n'en avions aucune image.

    Une photographie en a quand même été publiée dans Le Pays réel, le 14 juin 1937, mais sa qualité ne rend guère justice à l'art du médailleur. Il s'agit d'un profil gauche (sur les médailles de Victor Demanet et de Marc Colmant, il s'agit toujours du profil droit), mais il est difficile d'en dire davantage. Nous n'en avons malheureusement trouvé la trace dans aucun répertoire ou collection. C'est d'autant plus regrettable qu'Eugène De Bremaecker n'est pas n'importe quel sculpteur. Jouissant d'une flatteuse réputation internationale, il s'est notamment spécialisé dans les portraits de la famille royale : le portrait officiel d'Albert Ier se trouve actuellement au Palais Bellevue, fermant l'aile gauche du Palais royal de Bruxelles ; celui de la reine Astrid est à l'Hôtel-Dieu, à Paris.

    Eugène de Bremaecker ne craignait certes pas de s'afficher dans le milieu rexiste : en témoignent sa belle médaille réalisée pour le trente et unième anniversaire de Léon Degrelle, tout comme sa participation, remarquée par la presse, au bal clôturant le grand meeting donné à cette occasion, le 13 juin 1937.

     

    C'est le 25 mars 1938 que l’hebdomadaire Rex consacra une page entière au tout premier buste de Léon Degrelle.

     

    « Le regard brillant, le front haut recouvert d'une toison broussailleuse et noire comme le geai ; sur la bouche un soupçon d'amertume, un menton volontaire et bien marqué. L'ensemble donne une singulière impression de force et de densité. Mais si un sourire effleure ce visage, tout s'irradie et vous embrase, la bouche prend un ton bonhomme. Ça, c'est Vechi.

    À une époque où la sculpture s'épuise dans des recherches de facture et où nous assistons au gauche effort d'une foule d'artistes pour enfanter des billets mal épannelés en des modelages mafflus, la personnalité austère et rude d'un Vechi s'affirme et triomphe. Aujourd'hui la plupart des sculpteurs travaillent n'importe quelle substance de n'importe quelle manière, l'appliquant à n'importe quoi sans tenir compte des lois de la plastique et des propriétés vitales de l'art. Un homme comme M. Vechi est d'une humeur trop fine pour choir dans un tel travers, sa façon est indépendante, et la liberté de son art qui s'affirmait déjà dans un grand nombre de pièces d'une belle qualité, vient de s'illustrer d'une œuvre magnifique : le buste de Léon Degrelle.


    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur,fiume,d'annunzioC'est une très belle réussite car Léon Degrelle en raison de l'étonnante vivacité de son regard et de la mobilité perpétuelle de son visage, était un modèle difficile et Vechi nous l'avoue.

    Oui, il m'a fort préoccupé ce buste. Le commun croit généralement que pour faire un buste, il suffit d'avoir un modèle. C'est une grave erreur, pour faire un bon buste il faut connaître parfaitement celui qu'il veut représenter, son caractère, son passé, les circonstances de sa vie, tout ce qui fait l'âme d'un homme.

    Et regardant le profil énergique de Léon Degrelle, nous nous taisons pour réduire en réflexion les surprises de notre bonheur. Tandis que Vechi raconte :

    Vous avez raison, c'était très difficile à faire. J'ai essayé une première fois et je n'ai pas réussi à traduire le tempérament de Léon Degrelle, car tout se reflète sur son visage, la puissance de ses sentiments, la pureté de sa foi, l'ardeur de ses pensées...

    En effet, l’œuvre d'art, disait Léonard de Vinci, est une véritable complicité. Cette complicité bien entendu a été soutenue par un métier solide et une inflexion propre. Un artiste ne doit pas se livrer impunément à la débauche des muscles. Les muscles du Discobole sont loin d'être aussi bosselés et tourmentés que ceux du Balzac de Rodin. Ignorance ? Non, au contraire maîtrise, simplification volontaire et discrétion. L'art de Vechi est un art complet, intelligent, dans lequel nous saluons l'équilibre des volontés et des moyens : ce qui compte pour lui c'est la composition animique du style et la fidélité à l'objet. Il faut apprécier le lyrisme d'une œuvre comme ce buste de Léon Degrelle où il déploie ses richesses et tourne ses attentions vers les recherches de facture, les courbes subtiles, les compositions destinées à produire avec exactitude les nuances de la vie. Comme nous l'en félicitons, il nous répond.

    C'est surtout grâce à M. Léon Degrelle. Je n'ai jamais eu l'occasion de peindre un homme aussi étonnant. Dès qu'une séance de pose était terminée, il venait voir mon travail et me disait : ça, c'est exact, ça n'est [pas] bon, ça est de telle manière... etc. Je connais son visage d'une manière parfaite...

    Disons-le, après l'avoir prouvé l’œuvre de Vechi s'augmente avec ce buste de Léon Degrelle d'une pièce qui suffirait à elle seule à établir une réputation. Tous les dons rares du sculpteur s'y conjoignent pour aboutir à une évocation brillante et facile : exécution, fermeté à expression, souci de plastique et d'exactitude, élégance robuste.

    R. F. »

    (Rex, 25 mars 1938)

     

    LD Vecchi 2.jpg

     

    Une présentation toute positive du buste de Léon Degrelle –il s'agit effectivement d'une « première »–, mais qui ne dit rien de concret sur l’œuvre et encore moins sur son auteur, dont le nom même est incorrectement cité, sans prénom et mal orthographié : « Vechi » au lieu de « Vecchi »...

     

    Pour en savoir plus, il fallait ne pas avoir raté Le Pays réel du 4 mars précédent où le buste était présenté en première page par une seule photo légendée : « C'est l'artiste italien Ferruccio Vecchi qui a réalisé l'excellent buste de Léon Degrelle dont nous donnons ci-dessus une photographie. Les sections qui désireraient en obtenir une réplique peuvent s'adresser à l'artiste (66, rue de la Source, Bruxelles). »

     

    Quelques jours plus tard, le 18 septembre, une nouvelle photo sera encore publiée par le quotidien rexiste, sans légende cette fois, en illustration, sur un quart de page, de l'éditorial de Charles de Fraipont, professeur à l'Université de Liège et sénateur de Rex (ce blog au 15 août 2016), intitulé Rexistes et Degrelliens.

          

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur,fiume,d'annunzio     ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur,fiume,d'annunzio

       

    La légende du Pays réel du 4 mars est précieuse en ce qu'elle nous donne le nom précis de l'artiste, Ferruccio Vecchi, et même l'adresse de son domicile dans la commune bruxelloise de Saint-Gilles (nous reviendrons sur les raisons de ce détail ; aujourd'hui, cette maison d'angle a été démolie et remplacée par un immeuble moderne d'une dizaine d'appartements).

     

    Mais qui est ce Ferruccio Vecchi ? La consultation éclair de Wikipédia, l'encyclopédie en ligne du savoir correct d'aujourd'hui, nous apprendra qu'il s'agit d'un sculpteur et d'un ancien combattant des troupes d'assaut italiennes (Arditi) lors de la Première Guerre mondiale. Et surtout qu'il fut l'un des fondateurs, avec Benito Mussolini, le 23 mars 1919 à Milan, des Fasci italiani di combattimento qui donneront naissance, deux ans plus tard, au Parti national fasciste. D'après l'encyclopédie collective, c'est à ce moment que Vecchi fut exclu des Fasci parce qu' « impliqué dans des délits mineurs et des fraudes ». 

     

    Il faut cependant consulter la version italienne de Wikipedia pour apprendre que l'accusé fut acquitté des préventions d'escroquerie et de faux et usage de faux alors que son dénonciateur écopait de deux années de prison. Pour apprendre aussi qu'avec son ami l'écrivain Marinetti, fondateur du mouvement futuriste, il fut des premiers à rejoindre d'Annunzio dans l'Entreprise de Fiume destinée à consacrer l'italianité de la ville.

     

    Vecchi+Marinetti Fiume.jpegFerruccio Vecchi et Filippo Tommaso Marinetti à Fiume, sur la côte croate de la Méditerranée, où ils rejoignirent dès septembre 1919 Gabriele d'Annunzio dans son équipée qui s'achèvera en décembre 1920 (la ville sera néanmoins annexée à l'Italie à la suite du traité de Rome du 27 janvier 1924 ; elle deviendra yougoslave après la Deuxième Guerre mondiale, forçant la majorité italienne de la population à s'exiler).

     

     

    Voilà qui est bigrement intéressant, mais qu'est-ce qui a pu faire se rencontrer Ferruccio Vecchi et Léon Degrelle ? Et comment ce dernier a-t-il fini par être le modèle de l'illlustre Italien pour un buste tombé dans l'oubli le plus total ?

     

    L'Ardito.jpegNous trouverons les principaux éléments de la réponse dans ce qui est la source privilégiée du Wikipédia italien, la seule biographie à ce jour consacrée à ce co-fondateur du Parti fasciste italien : L'Ardito, La vie de provocateur de Ferruccio Vecchi, Ravennois, fondateur du fascisme, par Giulia Belletti et Saturno Carnoli (Edizioni Moderna, 2013).

     

    Dès la préface, le caractère marginal de Ferruccio Vecchi est souligné par l'historien Mimmo Franzinelli, qui le voit évoluer d'égocentrique à arriviste : « Indocile et individualiste, asocial et solitaire, Vecchi ne parvient pas à s’insérer dans l’Italie fasciste dont il avait été –même confusément– le précurseur et le porte-drapeau. L'exil volontaire constitue la prise de conscience d'un mal-être existentiel dont ressortira –lors de son rapatriement– un Ferruccio Vecchi bien différent en tant qu'artiste, décidé à se frayer un chemin dans un monde où le fondateur du futurisme –son vieil ami Marinetti– est devenu membre de l'Académie d'Italie et où tant d'autres ex-révolutionnaires se sont transformés en dignitaires bedonnants. » (p. 8).

     

    Nous verrons, en fait, qu'à la suite de ses déboires judiciaires, littéraires et économiques, l'ancien capitaine des Arditi s'exila aux États-Unis en août 1927. Aux abois financièrement malgré l'aide du consulat italien, il quitta New-York quatre ans plus tard (« peut-être expulsé ») et atterrit à Paris où sans davantage de moyens de subsistance, il fut considéré comme un agent provocateur par les groupes antifascistes qu'il tentait d'approcher et finit par être expulsé par les autorités françaises en avril 1932. Vecchi trouva alors refuge à Genève d'où il adressa une requête au Duce pour l'obtention d'un subside mensuel : « Mussolini, qui suivait personnellement cette affaire, essayait de le tenir en haleine, cédant de temps en temps et avec modération à ses demandes, à seule fin de le savoir toujours loin d'Italie » ! (p. 71). Mais le 1er juillet 1933, par un décret rendu par les autorités cantonales de Genève, Vecchi se vit à nouveau expulsé « pour avoir publié des écrits au contenu immoral ». (p. 71).

     

    Et c'est ainsi qu'il aboutit à Bruxelles où l'ambassadeur d'Italie lui avait réservé la fonction de bibliothécaire de l'Institut italien de culture, toujours actif aujourd'hui au 38, rue de Livourne, à Saint-Gilles. Il décora cette Casa d'Italia de grands panneaux figuratifs en métal (« un art nouveau que j'inventai moi-même », p, 71), aujourd'hui disparus : ils furent en effet emmenés par Vecchi lors de son retour en Italie et certains se retrouveront exposés à la Biennale de Venise en 1940. Mais surtout, « en 1937, il s'adonna définitivement à la sculpture avec la réalisation d'un premier portrait » (p. 71). Ce premier portrait, les biographes ne l'identifient pas formellement (ils n'en possèdent d'ailleurs aucune illustration), mais il ne peut s'agir que de celui qui nous occupe, le buste de Léon Degrelle présenté en mars 1938 dans la presse rexiste.

     

     

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur

     

    Quelques exemples de panneaux métalliques (d'une hauteur de 2,5 mètres !) créés par Vecchi pour la décoration de la Casa d'Italia, à Bruxelles : ci-dessus, Amazzone ; ci-dessous, Eva et L'ultima danza di Salomè.

     

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur

     

     

    D'autant que le buste fit rapidement l'objet d'une dispute qui aurait abouti à une action en justice, selon un rapport de la police politique italienne au Ministère de l'Intérieur : « Le sculpteur italien Ferruccio Vecchi fut présenté à Degrelle par le comte Rinaldini [attaché de presse de l'ambassade d'Italie à Bruxelles, auteur d'articles favorables à Rex, notamment sur le Congrès de Lombeek, ce blog au 15 mars 2024], correspondant du Giornale d'Italia et, à ce qu'il me semble, de [l'Agence de presse contrôlée par l'Etat] Stefani, et Degrelle, cédant aux pressions amicales de Rinaldini, commanda à Vecchi un buste qui fut payé 18.000 francs. Vecchi eut alors l'idée de réaliser 2000 reproductions miniatures du buste et voulut que Degrelle les emporte ou, à tout le moins, encourage personnellement leur placement dans les sections du parti rexiste.

    Ne parvenant pas à ses fins, il passa aux menaces aussi bien contre Degrelle que contre Rinaldini, se gagnant le soutien dans cette action d'un certain Dal Prà, squadriste italien. Une intervention amicale du major Bottacci de notre ambassade n'eut pas de succès.

    Vecchi s'adressa alors à l'avocat Jaspar pour attraire Degrelle devant un tribunal et lui réclamer 80.000 francs. Ennemi juré du fascisme, Jaspar a accepté l'affaire avec plaisir afin de la faire mousser en scandale. Le conflit entre Degrelle (actuellement malade et immobilisé pour quelques mois à cause d'une lésion à un poumon [d'après Le Pays réel des 15 et 16 octobre 1938, Léon Degrelle souffrait d'une congestion pulmonaire provoquée par une amygdalite streptococcique ayant affecté le poumon droit]) et un célèbre fasciste italien s'y prêtait à merveille. Vecchi se trouve actuellement à Saint-Raphaël, en France, chez son beau-père.

     

    Vecchi Ferruccio.jpegFerruccio Vecchi, à l'époque de son séjour en Belgique. D'après ses biographes, il emporta quand même un bon souvenir de Bruxelles : « En mars 1939, Vecchi s'installe définitivement à Rome, via Aquileia 22, où, séparé depuis longtemps de son épouse Farina, il vit avec la jeune Belge Simone Alavoine. » (p. 75).

     

    Il paraît que, voici quelque temps, une somme d'argent (5000 francs) a été envoyée de Rome à Vecchi via l'ambassade, somme à lui verser progressivement. Mais il est parvenu à en disposer tout de suite et à la liquider méthodiquement dans des fêtes nocturnes entre Bruxelles et Londres.

    La presse belge, qui est complètement aux mains des Français, attend la tenue du procès pour lancer le cancan qui pourrait être évité en rappelant en Italie Vecchi et son lieutenant Dal Prà. La colonie italienne se sentirait soulagée. » (pp. 72-73).

     

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur

     

    Et c'est, finalement, ce qui se passa : le turbulent, présomptueux et, pour tout dire, encombrant Ferruccio Vecchi fut rappelé incontinent à Rome, grâce à la coïncidence de la préparation du 20e anniversaire de la constitution des Fasci à Milan. Une rencontre avec Galeazzo Ciano, ministre des Affaires étrangères, fut alors organisée pour liquider tout le contentieux Vecchi qui traînait depuis quelque douze ans : « Vecchi est immédiatement reparti à Bruxelles pour rentrer avec armes et bagages à Rome. L'ambassade royale a été chargée de liquider les dettes laissées par Vecchi, dettes semblant s'élever à quelques dizaines de milliers de francs. [...] Mais il ne faut pas oublier que Vecchi est atteint d'une espèce de mysticisme frôlant l'exaltation et qu'il vit dans des conditions de santé fort précaires à cause d'une tuberculose avancée » (rapport cité p. 74).

     

    Malgré ce que laissent entendre les biographes (« [Vecchi] ne retrouva les honneurs des gros titres des journaux qu'en 1938, à l'occasion d'un litige judiciaire contre Léon Degrelle », p. 71), le procès annoncé n'eut pas lieu. Non seulement il n'eut pas lieu, mais la presse belge n'évoqua même jamais le différend opposant les deux hommes, n'accordant en rien l'honneur de ses gros titres au sculpteur et rejetant donc son nom dans l'anonymat le plus complet.

     

     

    Ardito p.73.jpeg

    Comme toujours, il ne faut pas prendre pour argent comptant tout ce que racontent les « historiens » ayant pignon sur rue. On peut en effet se poser des questions sur la rigueur de travail des biographes de Vecchi quand ils légendent, par exemple, la célébrissime photo de la réception du SS-Hauptsturmführer Léon Degrelle par Adolf Hitler en son quartier général de Rastenburg (nord-est de la Pologne actuelle), après le succès de la percée de Tcherkassy, le 20 février 1944 : « Léon Degrelle [...] pendant sa rencontre à Berlin avec Hitler en 1936 » !

    Il n'existe bien sûr aucune photographie de cette première rencontre, imprévue et inespérée de la part de Léon Degrelle, marquant surtout la curiosité et l'intérêt de la part d'Adolf Hitler. Remarquons au passage qu'il n'existe pas non plus de photo de la rencontre entre le roi Léopold III et Adolf Hitler au Berghof. Mais pas pour les mêmes raisons : la visite du souverain belge était imposée et importune (ce blog au 28 juin 2017). L'extrême différence d'impression laissée sur le Führer par ces deux personnalités belges rencontrées pour la première fois est également hautement significative.

    Léopold III en 1940 : « Hitler l'accueillit avec une amabilité assez glacée. [...] Hitler eût vraisemblablement préféré mettre immédiatement fin à la visite [...] qui n'avait apporté que [...] déception à Hitler. » (Paul Schmidt [interprète officiel d'Adolf Hitler], Sur la scène internationale, p. 277-279).

    Léon Degrelle en 1936 : « [Hitler] fut fort impressionné par le dynamisme et en même temps par la maturité d'esprit de ce jeune chef. Lorsque Degrelle eut quitté le grand salon, le Führer déclara à Ribbentrop [...] : Jamais je n'ai vu de tels dons chez un homme de cet âge. » (Degrelle m'a dit, p. 238-240).

     

     

    PR 28.10.1936 Jaspar à la porte.pngCe n'est évidemment pas pour rien que Vecchi aurait choisi Marcel-Henri Jaspar comme avocat car celui-ci, éreinté par les campagnes « anti-banksters » menées par Rex contre lui tout au long de 1936 et 1937, avait déjà porté plainte contre Léon Degrelle (dont il était certes devenu un « ennemi juré »). L'affaire avait fait grand bruit dans les journaux et si le ministre avait gagné son procès, sa réputation en avait été gravement altérée. Par ailleurs, depuis janvier 1938, l'ex-ministre des Transports était violemment accusé d'avoir participé, en pleine guerre civile espagnole, à un trafic illégal d'avions en faveur du camp républicain. L'affaire provoqua un tel scandale que Jaspar agressa physiquement le député rexiste Raphaël Sindic lors de la séance parlementaire du 27 janvier 1938. Inculpé pour coups et blessures, Jaspar fut renvoyé en correctionnelle en octobre 1938 (il sera condamné à 3500 francs d'amende le 1er mars suivant).

     

    Il est plus que probable que si l'affaire lui avait été proposée, Jaspar l'eût fermement refusée : les imputations incertaines de Vecchi concernant la responsabilité de Léon Degrelle dans la diffusion de son buste eussent encore davantage ridiculisé l'avocat-politicien libéral, devenu l'une des têtes de turc préférées du Pays réel.

     

           

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur

     

    Deux des nombreuses caricatures de Marcel-Henri Jaspar publiées par Jam dans le quotidien rexiste Le Pays réel : ci-dessus (13 novembre 1936), le ministre corrompu pris en flagrant délit ; ci-dessous (30 janvier 1938), la fameuse séance parlementaire où le député rexiste Raphaël Sindic se fit agresser physiquement par les partisans du Frente popular et, ajoute malicieusement le caricaturiste, par la mauvaise foi du président de la Chambre, le socialiste Camille Huysmans (devront comparaître devant le tribunal correctionnel, le libéral Jaspar, le communiste Julien Lahaut et le socialiste René Delbrouck, mais pas Frans Van Cauwelaert, le député à longue barbe du dessin, « bankster » catholique férocement étrillé par Léon Degrelle).

     

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur

     

     

    C'est sans doute une trace du souhait de Vecchi de commercialiser son œuvre que l'on retrouve dans la légende de la photo parue, le 4 mars 1938, en première page du Pays réel fournissant l'adresse du sculpteur du buste de Léon Degrelle, à l'intention des « sections qui désireraient en obtenir une réplique ». Mais il n'est nullement précisé qu'il s'agirait d'une copie de taille réduite, ni qu'un total de deux mille exemplaires en seraient disponibles ! Si un tel nombre en avait été réalisé, on en connaîtrait probablement aujourd'hui encore nombre de répliques. Il est même douteux qu'il y ait eu ne fût-ce qu'un seul autre exemplaire fondu, si on considère le prix d'achat (de revient ?) payé par le modèle, 18.000 francs belges de l'époque (l'équivalent de plus de 1600 euros) : y aurait-il eu beaucoup de sections rexistes capables, financièrement, de consentir pareil investissement somptuaire ?

     

    On dispose néanmoins de quelques photographies de l'agence de presse SADO (Service Auxiliaire de Documentation, ce blog au 20 juillet 2016) d'une cérémonie de la J.N.S. (Jeunesse nationale-socialiste) organisée par John Hagemans, dont certaines sont reproduites dans l'album d'hommage John Hagemans, Prévôt de la Jeunesse, 1914-1942. Elles y sont identifiées comme « le vieux rite germanique du lien tranché », cérémonie qui s'est tenue en 1941 dans les locaux réquisitionnés du Grand-Orient de Belgique, devenu le quartier général de la Jeunesse du mouvement Rex.

     

          

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur   ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur

     

    Dans la salle de l'ancien grand temple du Grand-Orient de Belgique, au 79 de la rue de Laeken devenu son siège, la Jeunesse de Rex organise ses festivités. Ici, « le vieux rite germanique du lien tranché » (on distingue une hache sur le billot devant John Hagemans raidi dans le salut rexiste). Au centre des acteurs de la cérémonie, sur un haut pilier, le fameux buste de Léon Degrelle réalisé par Ferruccio Vecchi.

     

     

    Il s'agit là de l’œuvre originale, offerte peut-être par Léon Degrelle à la Jeunesse rexiste pour orner ses locaux, car aucune autre photo ne documente ce buste ni au domicile du Chef de Rex, ni dans aucune autre manifestation politique ou culturelle rexiste ou légionnaire...

     

    Cet éloignement du buste de son modèle traduirait-il un désamour de Léon Degrelle pour son portrait réalisé par Vecchi ? Il faut dire que jamais Léon Degrelle n'en parla alors qu'il était particulièrement fier de ses médaillons dont il possédait d'ailleurs certains originaux.

     

     

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur

    Sculpture originale de Victor Demanet, d'un diamètre de 50 cm, effectuée pour la réalisation du médaillon célébrant Léon Degrelle (ce blog au 11 novembre 2023), dans le parterre fleuri de la terrasse madrilène du dédicataire.

     

     

    Ce n'est que lors des séances de pose pour le buste réalisé pour son quatre-vingtième anniversaire qu'il raconta les éprouvantes tortures infligées par Vecchi pour essayer d'obtenir la meilleure ressemblance. Encore n'a-t-il jamais prononcé le nom de l'auteur (dont il ne se souvenait manifestement plus) ni évoqué son éminente qualité « fasciste » (qu'il ignora probablement : aucune allusion n'y est faite non plus dans les articles de l'époque) : « Ce n'était pas à proprement parler une sculpture, mais plutôt un masque comme on en fait pour les morts. Sauf que j'étais bien vivant et qu'on m'appliquait le plâtre sur la figure avec deux pailles dans les trous de nez pour me permettre de respirer. Et encore ! A peine ! J'ai bien failli périr asphyxié au cours de ces séances interminables ! » (substance de l'enregistrement original en possession de la RTBF pour le film La Führer de vivre, de Philippe Dutilleul).

     

    Et sans doute ce buste, sculpture princeps de Ferrucio Vecchi qui se consacrera désormais à la statuaire, ne plut-elle pas davantage à son auteur. Peut-être parce qu'elle ressortissait davantage au moulage qu'à la sculpture ? Peut-être aussi à cause des souvenirs désagréables qui y étaient liés ?

       

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur

     

     

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur,fiume,d'annunzioEn tout cas, désormais, Vecchi deviendra L'Artista di regime, comme le soulignent ses biographes, un sculpteur officiel de l'Italie fasciste, multipliant les bustes et statues exaltant une image pour le moins emphatique du Duce, de surprenantes allégories guerrières et des bustes plus académiques de personnalités choisies. Il organisera aussi les expositions de ses propres œuvres (à Milan, Rome, Gênes, Turin, Bologne,...) et participera aux prestigieuses Biennales de Venise de 1940 et 1942. Mais il sera aussi invité, en 1941, à présenter ses œuvres à Berlin. Un catalogue sera édité à cette occasion dont la couverture (barrée de l'appréciation sibylline de Mussolini : voir ci-après) s'orne du buste d'un Adolf Hitler farouche, au regard insoutenable et aux épaules nues, mais dans une attitude plus hiératiquement symétrique que celle de Léon Degrelle.

     

    Ce qui nous intéressera davantage, c'est la photographie d'un buste de femme, présenté comme « Mein erstes Werk – La mia prima scultura ».

     

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur,fiume,d'annunzioVecchi refuse donc de présenter le buste de Léon Degrelle comme sa toute première œuvre. Pour lui, ce portrait de 1938 du tribun belge n'était sans doute qu'un moulage plutôt maladroit : la seule partie non moulée et « sculptée » concernait les épaules et le haut de la poitrine dans une attitude suggérant peut-être le défi, mais qui restait, somme toute, assez artificielle.

     

    Par la suite, Ferruccio Vecchi abandonna le recours au moulage (heureusement d'ailleurs pour son principal modèle, Benito Mussolini !) et parfit sa technique, devenant un authentique et talentueux sculpteur. C'est donc à raison qu'il désigne comme sa première œuvre ce buste féminin dans une attitude similaire, mais autrement réussie, à celle de Léon Degrelle deux ans auparavant. Le buste du Chef de Rex aurait alors servi en quelque sorte de « brouillon » à ce nouveau bronze, qui en est quasiment un reflet de miroir.

     

    Busto di Donna Il Ponte.png      Buste Vecchi 1938 d.jpg

    A gauche, le Busto di Donna, dans la photographie proposée sur le site de la grande salle de ventes milanaise Il Ponte – Casa d'Aste.

    Le catalogue de l'exposition allemande de 1941 précisait que l’œuvre appartenait à la collection du riche industriel fasciste Francesco Marinotti (1891-1966), à l'époque vice-podestat de Milan. Elle avait probablement été acquise à la XXII Biennale de Venise où elle fut présentée de mai à octobre 1940. Elle a récemment été mise en vente, estimée entre 800 et 1200 euros, et adjugée le 11 décembre 2019 à 10.000 euros.

     

    Il existe une courte séquence (1 min. 24'') filmée dans l'atelier romain de Ferruccio Vecchi, disponible sur youtube, présentant l'artiste en action et sélectionnant trois réalisations originales : L'Aviateur (un homme prêt à prendre son envol, tenant d'une main une gigantesque aile d'avion), Invocation (un jeune homme, genou en terre, déclarant sa flamme à une jeune fille extatique) et « un groupe exaltant la famille et le travail agricole ».

     

     

    Mussolini 0.jpeg

    Expo Vecchi Mussolini.jpeg

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur

     

     

    Des œuvres qui se veulent empreintes de grandeur, d'héroïsme et de modernité, mais qui n'évitent pas souvent un kitsch assez désarmant quoique résolument assumé. Ainsi des portraits de Mussolini qui furent présentés à un Duce assez interloqué à l'exposition de Rome, en mars 1940 : les photos de la visite furent, paraît-il, censurées mais le modèle écrivit tout de même dans le livre d'or de l'exposition, non sans quelque malice : « Enfin, une nouvelle expression artistique ! »

     

      

    ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur     ferruccio vecchi,mussolini,eugène de bremaecker,victor demanet,charles de fraipont,arditi,marinetti,fiume d'annunzio,genève,casa d'italia,marcel-henri jaspar,rinaldini,dal prà,léopold iii,raphaël sindic,camille huysmans,julien lahaut,rené delbrouck,sado,john hagemans,lien tranché,grand-orient,cercle du collectionneur

     

    A gauche, « L'Empire jaillit de l'esprit du Duce. » ; à droite, « Mein Kampf. Du sommet de la pensée de Hitler, jaillit la jeune Germania qui a brisé les chaînes de l'esclavage. »

     

     

     

    Le buste en bronze de Léon Degrelle réalisé par Ferruccio Vecchi en 1938, –sa toute première œuvre en tant que statuaire–, est disponible, ainsi que de nombreux et rares articles de qualité muséale concernant Léon Degrelle, sur le site Le Cercle du Collectionneur.

     

    LD Vecchi 6.jpg