Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

't pallieterke

  • « Epuration » : la face cachée de la « Libération »

    Repressieverhalen 1.jpgL’hebdomadaire flamand ‘t Pallieterke, s’inquiétant fort judicieusement de l’orientation que prendraient les célébrations du septante-cinquième anniversaire de la « Libération » de la Belgique en septembre 1944, avait lancé un « appel à témoins » afin de documenter la « face (éternellement) cachée » de ce qu’on s’apprêtait à fêter. C’est qu’il craignait à juste titre qu’aucune cérémonie n’évoque la répression sauvage dont furent victimes, non seulement ceux qui crurent en l’ordre nouveau ou sympathisèrent avec l’Allemagne victorieuse, mais même ceux qui n’eurent pour seul tort que d’être dans le collimateur –pour quelque raison que ce soit– de ceux qui se découvrirent soudainement une vocation de « résistant » épurateur… (voir ce blog au 6 juillet 2019)

     

    Cet appel à témoins concernait bien évidemment toutes les régions de Flandre, mais également de Wallonie puisqu’une simple recherche sur Google avait montré au rédacteur en chef Karl Van Kamp qu’à part une photo de femmes tondues à Charleroi, il n’y a pratiquement rien à trouver sur le Net, comme si « ce pan de l’histoire avait été consciencieusement gommé de la mémoire francophone », comme si « du côté wallon, il n’y avait eu que de courageux résistants alors que du côté flamand, il n’y avait que des collabos. Cette fable est tellement ancrée dans les esprits que même en Flandre, on finit par y croire. »

    Exécutions collabos.jpg

    Nous avons bien entendu répercuté cet appel sur le blog « Dernier Carré – Léon Degrelle » et avons envoyé le témoignage de notre amie V. dont la famille fut durement, longuement et tellement arbitrairement éprouvée au sortir de la guerre. Mais à notre grande surprise, ce témoignage n’a guère intéressé puisqu’il ne fut jamais publié (ni même accueilli par un accusé de réception), comme s’il dérangeait la thèse dénoncée selon laquelle les Wallons considèrent les Flamands comme des Kollabos et eux-mêmes comme de purs « résistants » au monstre nazi.

     

    Qu’importe. Foin de ces ressentiments imprégnés des frustrations linguistiques d’un autre temps ! Nous publierons donc de notre côté ce témoignage emblématique (des milliers de Wallons et Bruxellois francophones pourraient certainement en raconter autant s’ils pouvaient enfreindre le tabou du mensonge officiel). Tout en demeurant particulièrement fiers de nos héros du Front de l’Est, qui crurent magnifiquement en une Europe libérée des matérialismes capitaliste et bolchevique et régénérée dans un Ordre nouveau où nos patries charnelles eussent retrouvé leur destin historique.

    Tondues.jpg

     

    Lire la suite

  • L’écrivain flamand Filip De Pillecyn, à propos de l’exécution de Victor Matthys

    Une illustration de la « répression sans mesure
    et sans fin »…

    Un ami flamand, lecteur régulier du blog « Dernier Carré – Léon Degrelle », a lu attentivement notre écho « degrellien » aux préoccupations du ‘t Pallieterke à propos de l’anniversaire de la Libération risquant fort d’occulter la face hideuse de celle-ci (la répression aveugle des « inciviques », voir ce blog au 6 juillet 2019). Ce qui l’a décidé à nous offrir la récente réédition du journal de Filip De Pillecyn (1891-1962), écrit pendant ses 58 mois d’incarcération pour cause de collaboration, dans quinze cellules de trois prisons !

     

    De Pillecyn 1.jpegSalué comme « le Prince des Lettres néerlandaises » par le romancier flamand Gérard Walschap (1898-1989, baronisé en 1975), Filip De Pillecyn est l’un des plus importants écrivains flamands contemporains. Après des études de philologie germanique à l’Université Catholique de Louvain, il s’engage en 1915 comme combattant volontaire sur le front de l’Yser. Son expérience de soldat flamand dans une armée francophone l’amène à formuler les bases de l’ « activisme » flamand. Séduit par la doctrine nationale-socialiste, il rêve d’un Diestschland corporatif indépendant au sein de l’empire germanique (à l’instar, dirons-nous, de la Bourgogne de Léon Degrelle).

     

    Membre du Conseil culturel flamand fondé par le prêtre nationaliste Cyriel Verschaeve (1874-1949), De Pillecyn s’attache à développer un art flamand dont l’enracinement exprime l’âme du peuple, et devient directeur général de l’enseignement secondaire. Arrêté en septembre 1944, il sera condamné trois ans plus tard à dix ans d’emprisonnement, à un million de francs de «dommages et intérêts» à l’Etat belge ainsi qu’à la suppression de ses droits civiques et à une interdiction d’encore publier ses œuvres. Libéré conditionnellement en 1949, il parvient à publier ses derniers romans grâce à une maison d’édition spécialement créée pour les auteurs frappés d’interdit professionnel par la prétendue « épuration ». Avant son décès le 7 août 1962, Filip De Pillecyn sera encore membre du Comité du Pèlerinage de l’Yser dont les rassemblements annuels à la tour de l’Yser sont l’occasion de rappeler les buts du Frontbeweging (« mouvement frontiste » créé pour protester contre l’unilinguisme francophone de l’armée belge et affirmer la spécificité flamande) : « Plus jamais de guerre, autonomie et paix de Dieu ».

    Pillecyn Vlaamse Weeldereeks.jpg

    Filip De Pillecyn, « Pur styliste », carte postale de la série « Vlaamse Weeldereeks » (Collection Patrimoine flamand) distribuée par De Standaard Boekhandel, à l’époque département librairie du quotidien catholique De Standaard qui crache aujourd’hui toutes ses dents contre ce livre de Filip De Pillecyn (voir ci-après).

    Lire la suite

  • A propos de la libération / persécution de 1945

    Le sens de la vie, selon Léon Degrelle

     

    Nous nous sommes fait l’écho naguère de l’appel à témoins lancé par l’hebdomadaire nationaliste flamand ‘t Pallieterke concernant le 75e anniversaire de la « libération » de la Belgique en septembre 1944 (voir ce blog au 6 juillet 2019). Entretemps, les nombreuses et édifiantes réponses reçues de toutes les régions de Flandre ont été publiées dans deux suppléments du magazine, mais sans aucun écho des régions bruxelloise ou wallonne. Et pourtant, nous avions bien envoyé le témoignage d’une famille namuroise littéralement persécutée pour son engagement en faveur de l’Europe d’Ordre nouveau promise par la croisade antibolchevique. Nous le publierons très certainement bientôt.

     

    Léon Pallieterke.jpgCe qui nous a néanmoins passablement interloqué, c’est la publication d’un portrait charge de Léon Degrelle particulièrement édifiant quant à la réputation qui, dès la fin de la guerre, fut répandue sur le dernier Commandeur de la Légion Wallonie (dessin de Jef Nys, daté de 1946).

     

    On y voit en effet Léon Degrelle en uniforme feldgrau (de la Wehrmacht plutôt que de la SS néanmoins, mais pourvu de sa croix de Chevalier de la croix de fer) prenant plaisir à la compagnie de deux affriolantes jeunes filles, genre vahiné tahitienne, sur une plage où foisonnent palmiers et personnages à sombrero (masculin à longs poncho et moustaches ; féminin à large décolleté et jambe dégarnie), le tout irradié par un soleil interloqué.

     

    Ce qui correspond à la thèse désormais accréditée par tous les pseudo-historiens de la mouvance (désormais seule accréditée) du CEGESOMA, les Collignon, Balace, De Bruyne, Conway, etc. : Léon Degrelle aurait lâchement abandonné ses soldats pour s’enfuir vers l’Espagne (par exemple, dans Axe & Alliés, p. 66, voir ce blog au 28 novembre 2017). Nous avons déjà documenté, par le témoignage notamment de l’officier d’ordonnance du Commandeur, Charles Generet, qu’il n’en était évidemment rien (voir ce blog au 20 juillet 2018), mais cette fable aura la vie dure tant que de jeunes historiens ne secoueront pas le joug du conformisme officiel. Il est symptomatique à cet égard que ce soit une image en tout point semblable à celle du magazine flamand de 1946, innocemment (?) rappelée aujourd’hui, que le mensuel wallon Confluent publia en novembre 1977.

     

    Comme quoi les légendes traversent allègrement les frontières linguistiques… formatant les opinions des « amis » sur celles des « ennemis » !

    Capture.PNG

    Le mensuel Confluent de novembre 1977, tel que reproduit en noir et blanc dans Tintin mon copain.

    Lire la suite

  • Léon Degrelle, repoussoir des nationalistes flamands ?

    Si vous vous intéressez à toute cette agitation sur le « réchauffement climatique » et les imprécations de nos adolescents en rupture d’école, peut-être aurez-vous suivi dans la presse les avatars de la Thunberg belge, la « trans-n’importe-quoi » Anuna De Wever, prise à partie au festival Pukkelpop (rock, pop, electro…) alors qu’elle voulait conscientiser les festivaliers à son obsession climatique.

    pukkelpop-banner.jpg

    Les jeunes qui étaient venus écouter des groupes tels que Gestapo Knallmuzik (ça ne s’invente pas !) l’avaient éjectée bruyamment du podium car, eux, ils avaient payé cher et vilain pour s’enivrer de leurs rythmes hypnotiques.

     

    Face à un tel affront, la pythie du changement climatique a immédiatement dénoncé ses empêcheurs de sauver la planète : il ne pouvait s’agir que de néo-nazis ! D’ailleurs, elle affirma avoir bien vu que ses « agresseurs » brandissaient des drapeaux flamingants, c’est-à-dire des drapeaux au lion entièrement noir, sans langue ni griffes rouges !

     

    « Faux ! » a affirmé son (du coup) ex-amie cofondatrice de Youth for Climate, Kira Gantois, qui, elle, n’a rien vu de tel et a tenu à dire la vérité. Mais cela n'a quand même pas suffi pour empêcher les organisateurs du Pukkelpop d'interdire la présence de ce drapeau « qui était celui de la collaboration » !

     

    Le sang des nationalistes flamands n’a bien sûr fait qu’un tour, car ce drapeau est bien antérieur à la Seconde Guerre mondiale. En effet, le mouvement flamand –et son drapeau– est lié aux origines mêmes de la Belgique de 1830, en réaction à la francisation forcée de la Flandre par l’état unilingue francophone. Ses premiers hérauts furent le poète Albrecht Rodenbach, l’écrivain Hendrik Conscience, auteur du roman Le Lion des Flandres, et l’abbé Hugo Verriest, inspirateur du mouvement des étudiants nationalistes Blauwvoet (le balbuzard, épervier de mer aux pattes bleues).

     

    Vlaamse Leeuw.jpg

    Vlaamse Leeuw officiel.jpg

     

    Du coup, les jeunes du Vlaams Belang n’ont pas manqué de se faire un bon coup de pub en distribuant des centaines de ces drapeaux nationalistes aux festivaliers.

     

    L’hebdomadaire ‘t Pallieterke, quant à lui, a judicieusement fait remarquer que si le drapeau flamand avait bien été brandi par le Vlaamsch Nationaal Verbond de Staf Declercq, le drapeau belge, lui, l’avait été par Léon Degrelle et la Légion Wallonie, sans que cela ait jamais ému quiconque. Et pourtant il fut, tout autant que le Lion flamand, effectivement utilisé par des «collaborateurs»…

     

    Pallieterke Vlag 2.jpegVoilà qui est bien vu, mais il y a la façon de le dire. Et la manière d’exprimer cette évidence est plutôt offensante, jugez-en : « Que Léon Degrelle et ses légionnaires wallons se soient promenés avec les trois couleurs belges sur leur manche, ça, ce n’est qu’un détail oublié de l’histoire de la collaboration. »

     

    Le rédacteur en chef Karl Van Camp eût pu écrire « Que Léon Degrelle et ses légionnaires wallons aient arboré [ou « aient combattu avec »] les trois couleurs belges sur leur manche… », mais non, pour lui, ils se sont promenés, tout à leur exhibition de ces couleurs abhorrées…

     

    En définitive donc, les Wallons du Front de l’Est et leur Chef Léon Degrelle n’ont effectué qu’une promenade de santé chez les Allemands en croisade avec tous les autres peuples européens contre le bolchevisme. Une espèce de figuration sans importance, histoire de bien montrer leurs manches tricolores...

     

    Cette évocation dépréciative de Léon Degrelle se trouve dans l’article Même les couleurs du drapeau ont été définies par les Wallons (‘t Pallieterke, 22 août 2019, p. 1) où le rédacteur en chef raconte ensuite : « Lorsqu’en 1973, il fallut choisir un drapeau pour la Flandre, il y eut un veto du PSB (les socialistes francophones) pour que le drapeau au lion (sans griffes rouges) soit reconnu comme drapeau officiel. Trop lié à la Volksunie [les nationalistes flamands de l’époque] et, plus encore, trop lié à la collaboration. Il fallut donc trouver un compromis : un Lion flamand aux ongles laqués de rouge. On présenta bien l’une ou l’autre explication héraldique, mais je ne peux pas me souvenir qu’il y eut un seul nationaliste flamand pour réagir avec enthousiasme lorsque ce drapeau officiel fut présenté. Mais retenez bien ceci : ce furent les Wallons qui précisèrent à quoi devait ressembler le drapeau au lion flamand. Même ça, il ne nous a pas été permis de le choisir. »

     

    C’est dire que, pour l’hebdomadaire de l’obsession linguistique flamande se complaisant de manière déconcertante dans une éternelle victimisation, tous les Wallons sont à mettre dans le même sac, héroïques volontaires du combat contre le bolchevisme ou profiteurs du parti socialiste prévaricateur. Ce ne sont de toute façon que des Wallons, ces espèces d’ennemis héréditaires qui ne font rien que de jouer des mauvais tours aux Flamands, allant même jusqu’à épouser leurs garçons et leurs filles, si on en juge par le patronyme de nombre de nos politiques, par exemple socialistes: De Paepe, Vandervelde, Volders, De Man, Wauters, Spaak, Cools, Spitaels, Van Cauwenberghe, Daerden, Vervoort, Onkelinx, Demeyer, Uyttendaele, Degroeve, Booremans, Eerdekens, Thielemans, Close, Ghyssels, etc., etc. C’est à se demander si les méchants du veto de 1973 étaient si Wallons que ça…

     

    't pallieterke,karl van camp,anuna de wever,changement climatique,kira gantois,vlaamse leeuw,drapeau flamand,légion wallonie,wallons flamands,socialistes wallons,wapenboek gelreSans vouloir nous mêler de ce qui ne nous regarde pas, nous ne pouvons néanmoins pas nous empêcher de penser que les Flamands n’étaient quand même pas obligés de danser comme les Wallons (ou prétendus tels) sifflaient (surtout s’ils étaient socialistes) !

     

    De même évacuer sans autre forme de procès les justifications héraldiques paraît également cavalier : une balade sur internet permet de voir que le lion avec pattes «manucurées» provient de la première représentation du Vlaamse Leeuw dans le Wapenboek Gelre (« Armorial de Gelre ») datant du XIVe ou XVe siècle…

     

    De toute façon, n’est-il pas toujours loisible aux Flamands, maintenant que la Belgique ressemble de plus en plus à l’état confédéral imaginé par Léon Degrelle et Staf Declercq (voir le blog « Dernier Carré Weltanschauung » aux 8 juillet 2016 sv. et 13 août 2016 sv.), de déterminer souverainement quel doit être leur emblème sans que quelque étranger (surtout pas Wallon) n’intervienne ?

     

    Quant aux trois couleurs belges arborées sur la manche des Volontaires wallons, on sait que leur présence tient au fait que Léon Degrelle avait espéré conduire une légion englobant Flamands et Wallons au Front de l’Est. Mais le drapeau officiel de la Légion était bien un étendard à croix de Saint-André rouge formée par les bâtons noueux de Bourgogne : il fut remis à ses hommes par Léon Degrelle lors de l’inauguration de la Légion au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, le 8 août 1941 (voir ce blog au 31 juillet 2017). Les Wallons du Front de l’Est se firent également appeler «Bourguignons», le projet degrellien de nouvelle Bourgogne ayant rapidement reçu l’aval du Führer Adolf Hitler lui-même (voir ce blog au 28 juin 2017).

     

    LD drapeau2.jpeg

     

    Avouons, pour terminer, qu’au moment où tous les peuples européens sont confrontés à la menace du grand remplacement par le débarquement sans fin de hordes de migrants ainsi que –surtout !– par la prolificité exponentielle des allochtones, ce genre de récriminations recuites finit par lasser…

  • Il y a 75 ans : la « libération » de la Belgique.

     

    Récits degrelliens de l’épuration. Appel à témoins !

     

    Nos amis du ‘t Pallieterke s’inquiètent, fort judicieusement, de l’orientation que prendront les célébrations du septante-cinquième anniversaire de la Libération de la Belgique en septembre 1944, craignant qu’aucune cérémonie n’évoque la répression sauvage dont furent victimes, non seulement ceux qui crurent en l’ordre nouveau ou sympathisèrent avec l’Allemagne victorieuse, mais même ceux qui n’eurent pour seul tort que d’être dans le collimateur –pour quelque raison que ce soit– de ceux qui se découvrirent soudainement une vocation de « résistant » épurateur.

     

    Repressieverhalen 1.jpgL’hebdomadaire nationaliste flamand a donc lancé un « appel à témoins » afin de documenter cette face souvent occultée de la « Libération », rappelant d’ailleurs que, voilà 75 ans, ‘t Pallieterke et son rédacteur en chef Bruno De Winter (qui n’appartenait en aucune façon à ceux qu’on désignait par l’expression « les noirs », par référence non pas à la couleur de leur peau mais à celle de leur uniforme) furent les premiers à stigmatiser dans leurs articles l’inhumanité aveugle de la répression. Cet appel à témoins concerne bien évidemment toutes les régions de Flandre, mais également de Wallonie puisqu’une simple recherche sur Google a montré au rédacteur en chef Karl Van Kamp qu’à part une photo de femmes tondues à Charleroi, il n’y a pratiquement rien à trouver sur le net, comme si « ce pan de l’histoire avait été consciencieusement gommé de la mémoire francophone », comme si « du côté wallon, il n’y avait eu que de courageux résistants alors que du côté flamand, il n’y avait que des collabos. Cette fable est tellement ancrée dans les esprits que même en Flandre, on finit par y croire. »

     

    Sans doute est-ce d’ailleurs pourquoi, dans son ultime ouvrage Tintin mon copain, Léon Degrelle consacrera trois chapitres (« Hergé sous les verrous », « L’intolérance absolue », « C’était affreux, affreux ! ») à cette face hideuse et donc bien cachée de la victoire qui va se célébrer sans états d’âme à travers toute l’Europe dans quelques semaines.

     

    Dans cet ouvrage, Léon Degrelle propose en fait un condensé de ce qu’il avait déjà publié dans ses Lettres à mon Cardinal (le primat de Belgique Léon-Joseph Suenens), exemples atroces des exactions subies par les « collaborateurs » ou prétendus tels en Belgique, accompagnés par d’autres exemples venant de France, puisque Tintin mon copain, contrairement aux Lettres, n’intéressait pas que le seul microcosme belge.

     

    Lettres Cardinal.jpegNous reproduisons ici le texte des Lettres à mon Cardinal, publié sans illustrations, accompagné des photographies documentant Tintin mon copain, que les éditeurs voulurent le plus richement illustré pour en corroborer toutes les déclarations et en faire une sorte de vingt-cinquième album des aventures du célèbre reporter.

     

    En effet, comme le souligne l’hebdomadaire flamand ‘t Pallieterke, si les textes concernant la répression de la collaboration en Wallonie sont rares, difficiles d’accès et parfois même falsifiés (il donne l’exemple éclairant des parents de la passionaria socialiste d’origine flamande Laurette Onkelinx dissimulant son passé familial pour le moins « nazi-compatible » sous des délires frénétiquement hystériques –voir ce blog au 18 janvier 2016), les photographies les illustrant sont encore plus rares.

     

    Lire la suite