Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

robert sexé

  • Degrelle. Qui suis-je ? Par Francis Bergeron, éditions Pardès, 2016, 125 pages

     

    IV. Robert Sexé, une hypothèse plaisante, mais illusoire

    « Finalement, Robert Sexé aurait pu avoir autant de raisons que Léon Degrelle, sinon davantage, de revendiquer d’avoir servi de modèle pour Tintin. » (Bergeron, p. 33)

    Nous avons répondu en détail à cette proposition inattendue (elle avait été publiée dans une interview de Francis Bergeron par Robert Spieler dans Rivarol du 8 octobre 2015). Le lecteur se reportera à ce blog « Dernier Carré. Léon Degrelle » (voir à la date du 1er février 2016, mais la publication fut probablement trop tardive pour que Francis Bergeron puisse en tenir compte).

    zzzz.pngEn résumé, bien qu’elle fût aussi plaisante que séduisante, cette hypothèse ne peut être retenue car le « grand reporter motocycliste des années vingt et trente », qui frisait la quarantaine à l’apparition de Tintin, – né adolescent en janvier 1929 –, et portait des lunettes (parmi les héros de Hergé, seul le professeur Tournesol en sera affligé) n’a jamais envoyé de reportages ou de photographies au vingtième siècle (qui n’en a en tout cas jamais publié). Tout au plus pourrait-on envisager que Hergé se soit laissé inspirer par un cliché de Sexé publié en 1925 dans le magazine Moto Revue (mais les archives de Hergé n’en gardent aucune trace) où l’on aperçoit, à l’arrière-plan, comme sur la couverture de Tintin au pays des Soviets en 1930, la silhouette de la cathédrale de Basile le Bienheureux. Cependant, Tintin ne pilote jamais de moto dans ses premiers albums, sauf un side-car dans les Soviets, qu’il fracasse sur une borne après seulement trois cases, alors que c’est en voiture de course qu’il arrive à Moscou dont on aperçoit la fameuse silhouette de la cathédrale…

    Que Robert Sexé ait connu chez son sponsor des motos Gillet-Herstal le champion René Milhoux est certes une anecdote savoureuse, mais qui ne relève que de la pure coïncidence homophonique : nous l’avons expliqué dans notre article et, par ailleurs, nous espérons pouvoir bientôt revenir en détail sur l’origine de Milou que Léon Degrelle situe sur… des clichés d’Adolf Hitler datant de la Première Guerre mondiale !...

     

    robert sexé,hergé,rené milhoux,léon degrelle,francis bergeron,rivarol

    Photo prise par Robert Sexé à Moscou en 1925. À l’arrière-plan, la cathédrale de Basile le Bienheureux, comme sur la couverture de Tintin au pays des Soviets, mais il s’agirait plutôt d’une coïncidence car Hergé ne reproduit pas la même silhouette… (cette photo est issue de Janpol Schulz, Sexé au Pays des Soviets, Les éditions du Vieux Château, juin 2012 (réédition numérique), p. 155).

     

     

    (A Suivre)