Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

humo

  • Degrelle – Hergé, même combat! (8)

    Mon Honneur s’appelle Fidélité

     

    Hergé échappera aux tribunaux de l’épuration qui semblent avoir éprouvé, selon le dessinateur, la peur du ridicule : « Je n'ai cependant pas figuré au procès des collaborateurs du Soir, j'y étais en spectateur… Un des avocats de la défense a d'ailleurs demandé : “Pourquoi n'a-t-on pas aussi arrêté Hergé ?”, ce à quoi l'Auditeur militaire a répondu : “Mais je me serais couvert de ridicule !” » (Pol Vandromme, Le Monde de Tintin, p. 52)

    Mais sa prise de conscience de la mauvaise foi criminelle des vainqueurs (« Grotesque et ignoble ! », écrit-il à son épouse en lui annonçant le verdict du procès du Soir) n’hésitant pas à condamner à mort (et même à exécuter) les plus purs patriotes de ses amis l’amènera à s’engager à fond dans une aide concrète, matérielle et ô combien opportune à tous les persécutés de son entourage.

    En témoignera avec émotion l’écrivain Robert Poulet à l’occasion du décès du dessinateur (« Adieu, Georges », Rivarol, 18 mars 1983, cité dans Tintin, mon copain, p. 130) :« On peut bien le dire à présent : entre 1950 et 1960, il fut la providence des “inciviques”, le grand recours des honnis et des bannis, dont il connaissait la parfaite honnêteté. Il me rendit, à moi parmi beaucoup d’autres, de grands services aux heures difficiles. Je reste et resterai moralement son débiteur. »

    C’est ainsi que son ami très proche, l’artiste Jacques Van Melkebeke, condamné à dix ans de prison pour « incivisme »est engagé comme rédacteur en chef du nouvel hebdomadaire Tintin avec l’appui de Hergé qui ne souffle mot de sa condamnation. Quand la police vient l’arrêter, Van Melkebeke a pu fuir, mais est démissionné d’autorité par Raymond Leblanc, le propriétaire du magazine. Désormais, c’est clandestinement qu’il travaillera à Tintin, pour Hergé, mais aussi pour Edgar P. Jacobs.

    C’est ainsi que Robert Poulet, condamné à mort et, finalement, après six ans de prison, expulsé de Belgique, fut hébergé par Hergé qui, instruit par le précédent de Van Melkebeke, l’engagea également clandestinement dans l’équipe de Tintin pour y écrire des contes pour enfants : son salaire était payé par chèques libellés au nom de jeune fille de son épouse !

    47 Jam Poulet.jpeg

    Extrait des esquisses de prison de « Jam » : caricature de Robert Poulet se promenant, boulet au pied, à la prison de Saint-Gilles en 1946.

     

    C’est ainsi qu’il soutint constamment l’abbé Norbert Wallez à la santé ruinée par ses quatre années de prison épouvantables ; le caricaturiste Jam dont il aida matériellement l’épouse durant les six ans de sa réclusion et qu’il soutiendra encore jusqu’à ce qu’il retrouve un travail ; le dessinateur de Je Suis Partout, Ralph Soupault, qu’il ne connaissait pas personnellement, mais que, recommandé par Paul Jamin, il aida et recommanda à Casterman ; ainsi que son ami le SS-Hauptsturmführer Jean Vermeire –qu’il connut au Petit Vingtième où il signait ses dessin « Jiv »–, officier de liaison de Léon Degrelle à Berlin, avec qui il allait au restaurant lors de ses permissions (en uniforme SS, toujours de fantaisie : voir Huibrecht van Opstal, Tracé RG, Le Phénomène Hergé, p. 89 et Saint-Loup, Les SS de la Toison d’Or,  p. 81) et pour lequel, lorsqu’il apprit sa condamnation à mort, il signa sans hésitation une pétition réclamant sa grâce au prince Charles, régent du Royaume, puisqu’ « il n’a cessé d’agir par idéalisme » (Pierre Assouline, Hergé, p. 205)…

    Alors, s’il faut encore remettre les pendules à l’heure, citons à nouveau Hergé dont l’honneur s’appelle fidélité et qui refusa toujours de participer à la condamnation universelle de Léon Degrelle :« Degrelle était d’ailleurs un homme respectable, il a été lui-même au Front de l’Est, il n’y a pas seulement envoyé quelques pauvres diables. Et militairement parlant, il s’est comporté là-bas comme un héros. » (interview de Hergé dans l’hebdomadaire flamand Humo, 11 janvier 1973, citée dans Tintin mon copain, p. 144).

     

    Comment rester Tintin sans Léon Degrelle ?

     

    La tragédie de la « libération » a provoqué une lente évolution du personnage de Tintin qui est certes toujours resté fidèle à ses idéaux de justice et de solidarité, mais a peu à peu abandonné son rôle de redresseur de tort universel et de justicier des sociétés et des nations (ce qu’illustrent d’ailleurs également les « réécritures » des anciens albums dans un sens «politiquement correct»).

    Tintin a ainsi progressivement changé de modèle en passant petit à petit du Léon Degrelle héroïque au Hergé débonnaire. Très éclairant à ce point de vue est le tout dernier album Tintin et les Picaros : filant au San Theodoros pour sauver Bianca Castafiore et les Dupondt du dictateur capitalisto-stalinien Tapioca, Tintin, pour parvenir à ses fins, se lie aux Picaros du général Alcazar (d’allure castriste mais vivant sous la coupe d’une mégère de l’American Way of Life : c’est dire s’il s’agit de dictateurs interchangeables !).

    Et si Tintin s’emploie à aider les Picaros dans leur pseudo-révolution, ce n’est que dans une seule intention, comme le reconnaît Tintin lui-même à la page 46 :« Non, on ne s’en fiche pas, capitaine [de la révolution du général Alcazar]… car nos amis les Dupondt, la Castafiore, Irma et Wagner sont en danger !... Et ils ne seront sauvés que si Alcazar triomphe de Tapioca et prend le pouvoir. » Une fois ce but atteint, c’est alors sans état d’âme qu’il quitte un pays qui a simplement changé de dictateur et son peuple toujours misérable pour rentrer chez lui et vivre tranquille avec ses amis.
    Le dernier dialogue clôturant l’album est très éclairant sur ce repli de l’héroïque Degrelle vers le pragmatique Hergé, affichant sans détour ni vergogne un esprit plutôt petit-bourgeois. Haddock :
    « Eh bien, je ne serai pas fâché de me retrouver chez nous, à Moulinsart… » ; Tintin : « Moi aussi, capitaine… »

    hergé,pol vandromme,robert poulet,jam,léon degrelle,humo,tintin,association pétain-verdun,restaurant botínLe véritable message de Tintin et les Picaros est celui d’un constat d’impuissance face aux mirifiques promesses des uns et des autres qui ne sont que bonnets blancs et blancs bonnets du profitariat politicien. Le souci de justice sociale s’est ici réduit au seul groupe de familiers, comme l’exprime d’ailleurs avec une effusion expansive Bianca Castafiore à la page précédente :« Ah !quelle joie d’être de nouveau tous réunis ! Il faut absolument que je chante ! » Plus rien d’autre ne compte que de se retrouver entre soi…

    C’est donc bien ici que s’exprime pour la première fois avec évidence le resserrement d’ « idéologie » de Tintin : du combat pour la justice sociale de son modèle Léon Degrelle vers la défense du cercle familier de son père Hergé.

    Et désormais, comme Tintin dans les Picaros, il nous faut bien constater avec désenchantement que depuis que l’idéal solaire qui enflamma Hergé et Léon Degrelle a été fracassé par la coalition universelle des matérialismes ploutocratico-marxistes craignant la contagion, nos sociétés sont en totale perdition, prisonnières d’une pensée unique qui les font se résigner à leur sort et à leur sujétion, la justice sociale étant reléguée au rayon des utopies.

    Face à notre impuissance, ne nous resterait-il plus –comme semble le penser Hergé– qu’à nous replier sur notre cercle familier où, jusqu’à présent du moins, nous pouvons encore entretenir et pérenniser la petite flamme de la vérité, de la beauté, de la justice et de la solidarité ?...

    Entretenir cette petite flamme de l’honneur et de la fidélité et nous efforcer de la propager : c’est bien le moins que nous devions à Léon Degrelle ainsi qu’à tous ceux qui ont été jusqu’à offrir le sacrifice de leur vie pour que l’Europe ne soit pas engloutie dans la nuit mortelle du stalinisme et, –hélas, mille fois hélas, en vain !–, pour que vive ce monde d’épanouissement personnel et de justice sociale que Léon Degrelle a voulu forger et que Hergé a pu approcher, mais que nous ne pourrons sans doute plus connaître.

     

    Armand Gérard

     

    ppppppppppppppppppppppppppppppp.jpg

    Si le souci de son couple et de ses amis proches a toujours été essentiel pour Léon Degrelle (ci-dessus avec son épouse Jeanne, sur la plage de Malaga ; et avec quelques intimes dont Raymond Van Leeuw, héros du Front de l’Est, son épouse Mia, et le photographe Jacques de Schutter, au restaurant Botín de Madrid : le propriétaire décorait toujours la table de Léon Degrelle d’œillets rouges et blancs, couleurs du drapeau bourguignon) ; à l’inverse de Hergé, sa mission de « passeur d’idéal » et de héraut de la révolution des âmes véhiculée par le national-socialisme a animé jusqu’à son dernier souffle le tribun politique et le chef de peuple que Léon Degrelle fut toujours (ci-dessous, discours à ses camarades Légionnaires du Front de l’Est à Palma de Majorque en 1989, haie d’honneur de jeunes Européens pour un meeting à Madrid et rencontre avec l’Association Pétain-Verdun).

    51 Meeting Palma.jpg

    52 Meeting Madrid.jpg

    53 Meeting Pétain-Verdun.jpg

     

    Bibliographie

     

    Assouline Pierre, Hergé, Plon, Paris, 1996.

    Bergeron Francis, Georges Remi dit Hergé, Pardès, Qui suis-je ?, 2011.

    Brami Emile, Céline, Hergé et l’affaire Haddock, Ecriture, 2004.

    Charlier Jean-Michel, Léon Degrelle : persiste et signe, Interviews recueillies pour la télévision française, Jean Picollec, 1985.

    Degrelle Léon, La Cohue de 1940, Robert Crausaz, 1949.

    , Cristeros, Aux origines de Tintin, L’Homme Libre, 2019.

    , De Rex à Hitler, L’Homme libre, 2015.

    , Eu, SS Tintín [Moi, Tintin le SS] Interview par Sarah Adamopoulos, O Independente, 26 juin 1992.

    , Révolution des Âmes, Les Editions de France, 1938.

    , Tintin mon copain, Pélican d’or, Klow, Syldavie, 2000.

    Debaeke Siegfried, Hitler in Vlaanderen, De Klaproos, 2011.

    De Bens Els, De Belgische dagbladpers onder Duitse censuur (1940-1944) [La Presse quotidienne belge sous la censure allemande], Nederlandsche boekhandel, 1973.

    Delesse Catherine, Le vrai-faux réel dans la bande dessinée : la presse et autres médias dans Tintin, Palimpsestes, http://palimpsestes.revues.org/838; DOI : 10.4000/palimpsestes.838.

    Faurisson Robert, Le Problème des chambres à gaz, ou la rumeur d’Auschwitz, in Le Monde, 29 décembre 1978.

    Friedrich Jörg, L’incendie. L’Allemagne sous les bombes 1940-1945, Editions de Fallois, 2006.

    Gérard Armand, Léon Degrelle était bien Tintin, L’intuition première de Jean Mabire, Magazine des Amis de Jean Mabire n° 45, Solstice d’été 2015.

    , Introduction à : Léon Degrelle Cristeros, Aux origines de Tintin, L’Homme Libre, 2019.

    Goddin Philippe, Hergé, Lignes de vie, Biographie, Editions Moulinsart, 2007.

    Heinemans Jan et Van Impe Marc, Openhartig gesprek met Hergé [Entretien à cœur ouvert avec Hergé], Elseviers Magazine, 22 décembre 1973.

    Hergé, « Les Aventures de Tintin » sont citées d’après les rééditions dans les « Archives Tintin », Editions Moulinsart (2010-2013).

    , L’aviation, Guerre 1939-1945, Collection « Voir et Savoir », Dargaud, 1953.

    , Humo sprak met Hergé [Humo a parlé avec Hergé], Interview in Humo, 11 janvier 1973.

    , « L’Invité du mois : Hergé », Interview in La Libre Belgique, 30 décembre 1975.

    , Openhartig gesprek met Hergé [Entretien à cœur ouvert avec Hergé], Elseviers Magazine, 22 décembre 1973

    Hitler Adolf, Libres propos sur la guerre et la paix, Flammarion, 1952.

    Delannoy Jean et Piryns Piet, Humo sprak met Hergé [Humo s’entretient avec Hergé], Humo, 11 janvier 1973.

    Benoît-Jannin Maxime, Les guerres d’Hergé, Aden, Bruxelles, 2007.

    Mathieu Olivier, De Léon Degrelle à Tintin, Retranscription du texte de la conférence prononcée le vendredi 26 octobre 1990, à 20 heures, à l’occasion de la première manifestation du CER (cercle d’étudiants révisionnistes), au 104, boulevard Bockstael, Auditorium Bockstael, 1020 Bruxelles, édition à compte d’auteur, 1990.

    Mathot René, Au ravin du loup, Hitler en Belgique et en France, mai-juin 1940, Racine, 2000.

    Van Opstal Huibrecht, Tracé RG, Le Phénomène Hergé, Claude Lefrancq, Bruxelles, 1998.

    Peeters Benoît, Hergé, fils de Tintin, Grandes biographies, Flammarion, Paris, 2002.

    Poulet Robert, Adieu Georges, in Rivarol, 18 mars 1983.

    Riesco José Luis Jerez, Degrelle en el exilio. 1945-1994, EdicionesWandervögel, Buenos Aires, 2000. Cette date doit être apocryphe puisque, entre autres exemples, l’auteur évoque la date du décès de Marie-Christine, une des filles de Léon Degrelle, en 2006 (p. 287).

    Rothuizen William et Schröder Peter, Kuifje & Hergé [Tintin & Hergé], Haagse Post, 31 mars 1973.

    Sadoul Numa, Tintin et moi, Entretiens avec Hergé, Champs-Flammarion, 4e édition, Paris, 2000.

    Saint-Loup, Les SS de la Toison d’Or, Presses de la Cité, 1975.

    Springael Hervé, Avant Tintin, Dialogue sur Hergé, chez l’auteur, 1987.

    Valla Jean-Claude, La France sous les bombes américaines, 1942-1945, Librairie nationale, 2001.

    Vandromme Pol, Le Monde de Tintin, Gallimard, Paris, 1959.

    Wagner Friedlind, Héritage de feu, Souvenirs de Bayreuth, Plon, 1947.

     

    Capture.JPG

    C’est en 1989 que Gommer réalisa l’un des plus beaux portraits de Léon Degrelle, tellement reproduit que plus personne ne se soucie de son auteur, croyant l'œuvre libre de droits et appartenant au domaine public !

     

  • Degrelle – Hergé, même combat ! (5)

    Le Sceptre d’Ottokar

    Il ne manque pas, dans l’œuvre de Hergé –surtout dans Quick et Flupke–, de dessins caricaturant Mussolini ou Hitler (ainsi d’ailleurs que n’importe quel dirigeant politique français ou britannique : voir, par exemple, Tintin mon copain, p. 34). Mais c’est surtout Le Sceptre d’Ottokar, (publié dans Le Petit Vingtième dans les années critiques 1938-1939) que l’on brandit pour prouver l’incompatibilité entre Hergé et le nazisme : le conflit borduro-syldave évoque l’Anschluss, les Bordures se servent d’avions « nazis » Heinkel HE 118 et le méchant chef de la Garde d’Acier (démarquage de la Garde de fer du « fasciste » roumain Codreanu) s’appelle Müsstler, nom associant Mussolini et Hitler : pouvait-on faire plus antinazi, et ce, en pleine « drôle de guerre » ?

     

    On ne peut certes que constater que les vilains Bordures ressemblent à des nazis : « à l’époque, c’est bien entendu l’Allemagne qui était visée », déclare Hergé à Numa Sadoul (Tintin et moi, p. 129). En cela, Hergé manifeste simplement qu’il est aussi le produit de son époque et de la société dans laquelle il vit. Société dont les opinions sont bien sûr également modelées par la presse qu’elle lit. Et à cette époque, la presse (y compris catholique) était unanimement aussi bien antihitlérienne qu’antibolchevique. Degrelle lui-même avait consacré un numéro spécial de Soirées contre Hitler dès le 12 mai 1933. Et par la suite, son hebdomadaire a continué d’éreinter le Führer et son régime pendant une grande partie de 1934 et 1935 (20 juillet 1934 : « La terreur hitlérienne, reportage hallucinant »)… Il faudra attendre l’entrevue avec Hitler du 26 septembre 1936 pour que le Degrelle de Prière à Notre-Dame de la Sagesse ne voie plus guère d’incompatibilité avec le Hitler de Mein Kampf avant de devenir définitivement le Degrelle de Hitler pour mille ans !

     

    32 Soirées 1933 05 12.jpegPremier numéro spécial de Soirées sur Adolf Hitler, peu après son accession au pouvoir. Un an plus tard, le ton sera beaucoup plus agressif. Après la défense désespérée de la politique de neutralité face à l’Allemagne et aux alliés franco-britanniques, l’hostilité au régime national-socialiste culminera lors de l’invasion. Le Pays réel titrera en grandes capitales sur toute sa première page, encadrant un grand portrait du roi Léopold III : « Un crime. L’Allemagne attaque la Belgique. […] Rex au service de la Belgique. […] Vive la Belgique ! Vive le Roi ! Vive Léon Degrelle ! » A ce moment, le député Léon Degrelle était déjà incarcéré et soumis à l’arbitraire de la Sûreté de l’Etat belge (voir ce blog aux 30 avril et 6 mai 2017)…

     

    Et si Hergé n’alla peut-être pas si loin, remarquons néanmoins que la détestation unanime de la presse de l’époque manifestée pour Hitler et le national-socialisme ne l’empêcha pas, à la même époque que le Sceptre d’Ottokar, de critiquer le refus des offres de paix de Hitler dans des planches spectaculaires où Flupke montant la garde à la frontière est remplacé par un sourd-muet pour rendre inaudibles et inefficaces les propos amicaux d’un Führer qui s’en repart découragé, ni de publier, en 1939, la série antibelliciste de Monsieur Bellum (voir Tintin mon copain, pp. 58 et 60-62)… A ce propos, nous ne pouvons passer sous silence l’interprétation délibérément mensongère de celui qui se présente comme un « hergéologue distingué », Philippe Goddin, larbin en chef de la Fondation Hergé, chargé du lissage politiquement correct de l’image de Hergé. Contre toute vraisemblance, il n’hésite pas à présenter cette planche destinée à l’hebdomadaire Vers le Vrai de son ami d’enfance Julien De Proft (condamné à deux ans de prison par les tribunaux d’épuration) comme un acte hostile à Hitler : « Un vétéran belge de la Grande Guerre juge plus prudent de remplacer son jeune compatriote, qui n’est autre que Flupke, par un sourd-muet, moins exposé à la propagande de cet inquiétant Führer » (Philippe Goddin, Hergé, Lignes de vie, p. 197 ; ce tricheur multipliera ainsi les contresens en réinterprétant tous les engagements de Hergé pour s’efforcer de les désamorcer, ainsi, par exemple, du sens pourtant limpide de L’Etoile mystérieuse, p. 292 : «Certains iront jusqu'à assimiler la bannière étoilée du Peary à un gage donné aux Allemands. Une vue contestable [...]. Le gouvernement des Etats-Unis n'est impliqué ni de près ni de loin dans l'histoire. »).

     

    Mais revenons au Sceptre d’Ottokar pour y découvrir que ce n’est pas tant l’essence du national-socialisme qui y est dénoncée (dont le culte de la beauté et de la nature eût dû séduire Hergé), mais plutôt les emblèmes, organisations, saluts,… si faciles à caricaturer. Et d’ailleurs, nous affirmons que ce faisant, Hergé dénonce tous les « régimes aveuglément dictatoriaux » mis dans le même sac : « La Bordurie est clairement un régime fasciste [mais] la Bordurie est tout simplement un état policier, c’est tout. Et je suis contre les états policiers, point » explique-t-il aux journalistes de Humo (11 janvier 1973, p. 21). C’est d’ailleurs ainsi qu’il faudrait lire le nom du despote Müsstler un peu autrement que le précise Hergé à qui on reproche à ce moment ses prises de positions anticommunistes : Müs-st-ler, pour Mussolini, Staline et Hitler. Hergé cherche en effet alors à se dédouaner dans ses interviews à Humo ou à Numa Sadoul : « le mauvais du Sceptre d’Ottokar ne s’appelle-t-il pas Müsstler, combinaison évidente de Mussolini-Hitler ? » (Numa Sadoul, Tintin et moi, p. 129). Mais dans son interview aux néerlandais Heinemans et Van Impe, il supprimera encore un dictateur, rendant complètement caduc son jeu de mots : « Mon “Müsstler” dans Le Sceptre d’Ottokar , c’est Mussolini » (Elsevier, 22 décembre 1973, p. 155)…

     

    De même qu’on fait toujours semblant d’oublier que si la Garde d’Acier évoque sans doute la Garde de Fer –le mouvement nationaliste roumain–, son antenne syldave, le ZZRK, porte, elle, un nom aux relents bien soviétiques : Zyldav Zentral Revolutzionär Komitzät ! Quelque dix ans après la guerre, dans l’Affaire Tournesol, la Bordurie sera d’ailleurs clairement identifiée à un état stalinien, avec les moustaches du Petit père des peuples comme emblème national.

     

    Parlant de son essence, il faut bien convenir que le national-socialisme est avant tout une éthique de vie et même une esthétique de vie où le destin personnel ne s’accomplit qu’en communion avec et pour les siens. À partir de là, on comprend mieux la démarche de Hergé : son opposition au régime bordure qui a des allures nazies dans Le Sceptre d’Ottokar alors qu’il devient plus clairement soviétique dans L’Affaire Tournesol, ressortit davantage à la dénonciation de toute dictature imbécile où ne peuvent exister ni épanouissement individuel ni justice sociale (voir, dans la conclusion Comment rester Tintin sans Léon Degrelle, ce que Hergé illustrera dans les Picaros). C’est également ce qu’avait manifestement compris la censure allemande lorsqu’elle signifia à l’auteur du Sceptre qu’elle avait bien saisi ses intentions profondes (voir plus loin le sujet La tragédie de la « libération »).

     

    Le gommage des traits antisémites

    À l’appui de la rupture radicale qu’aurait opérée Hergé avec ses « péchés de jeunesse », on a relevé con amore la saga impressionnante des « corrections » supprimant les gags mettant en scène des juifs, changeant les noms à consonance sémitique, réécrivant, redessinant ou modifiant tout ce qui pourrait encore donner prise à l’infamante accusation de racisme (voir Tintin mon copain, pp. 150 sv.). Cette course au politiquement correct rendant toujours plus incolores, inodores et insipides les aventures de Tintin a cependant souffert deux exceptions notables.

     

    La première concerne l’absence de suppression (ou de correction) d’une caricature antisémite évidente. Il s’agit d’un dessin de L’Oreille cassée (voir Tintin mon copain, p. 81) où on voit le boutiquier d’un magasin de brocante présenter toutes les caractéristiques caricaturales du juif : nez crochu, dos voûté, barbe, calotte, lorgnons et les mains qui se frottent de plaisir à la perspective d’une bonne affaire (sans parler de l’accent yiddish : « Ah, voui !... »). Ce juif-ci est resté inexplicablement intact, depuis sa première publication dans Le Petit Vingtième, le 21 janvier 1937, jusqu’à ses plus récents tirages d’aujourd’hui !

     

    33 LD T-shirt Tintin Copain.jpgAutre exception, d’un tout autre genre puisqu’il s’agit d’une création originale, véritable « hyperbolisation » du trait juif le plus brocardé, –l’imposante protubérance nasale !–, présentée en une hilarante séquence au second degré et qui nuance de manière surprenante cette autocensure que l’on croyait devenue automatique chez le Hergé d’après-guerre.

     

    Il s’agit du fameux épisode du « nasique » de Vol 714 pour Sidney (p. 42), publié en 1967. On y voit les « méchants » Allan et Rastapopoulos en embuscade dans la forêt indonésienne et surpris par un singe au gros nez mou, le nasique. Effrayé, le singe s’enfuit sous les sarcasmes d’Allan : « Oh ! un… truc, un… chose, un… un nasique ! C’est ça, un nasique !...Ha ! ha !... Regardez-le détaler comme un lapin ! Quel pif !... Non mais, quel pif !... vous avez vu ce pif ?!... Il me rappelle vaguement quelqu’un… Mais qui ?... » A ce moment, Allan, décomposé, croise le regard furieux de Rastapopoulos avec son gros nez sémitique !

     

    Mais Rastapopoulos est-il juif ? Certains ont prétendu que l’affairiste grec Aristote Onassis lui aurait servi de modèle, au moins dans cette aventure de Tintin où il reçoit sur son yacht luxueux la cantatrice Bianca Castafiore, tel Onassis invitant la « jet-set » internationale à bord du somptueux Christina, avec surtout une certaine Maria Callas…

     

    D’autres insistent sur une lettre de 1973 dans laquelle Hergé présente son personnage comme suit : « Rastapopoulos ne représente exactement personne en particulier. Tout est parti d'un nom, nom qui m'avait été suggéré par un ami ; et tout s'est articulé autour de ce nom. Rastapopoulos, pour moi, est plus ou moins grec levantin (sans plus de précision), de toute façon apatride, c'est-à-dire (de mon point de vue à l'époque) sans foi ni loi ! ... Un détail encore : il n'est pas juif ! » (Benoît Peeters, Hergé, fils de Tintin, p. 105)

     

    Le « détail » a son importance car il contredit tout ce qui précède et qui caractérise traditionnellement le juif dans la caricature : apatride, sans foi ni loi… La parenthèse « (sans plus de précision) » qui s’applique à « grec levantin » empêche de préciser qui le terme « levantin » désigne. C’est-à-dire la population non musulmane de l’Empire ottoman, principalement juive. Et levantin juif n’exclut bien sûr pas d’être « plus ou moins » d’origine grecque (comme Onassis, originaire de Smyrne !)… D’où la nécessité du détail rédempteur : « il n’est pas juif ! »

     

    On le voit : cette explication de Hergé sent l’embrouille, et pour cause : il s’agit d’une réponse (10 novembre 1973) au courrier d’un lecteur de l’hebdomadaire Tintin (Benoît Peeters, Hergé, fils de Tintin, p. 105, n. 1). Passé maître, depuis l’épuration de 1945, dans l’art du camouflage, Hergé a l’habitude de noyer le poisson, comme lorsqu’il répond, en 1961, à un autre lecteur qui lui demandait « Comment vous voyiez-vous il y a 15 ans ? » , c’est-à-dire en 1946 : « Conscient de l’importance de la question, je désire que nos lecteurs profitent de l’expérience que j’ai acquise dans ce domaine. Pour me voir, j’ai toujours utilisé, il y a quinze ans comme aujourd’hui, et avec d’excellents résultats, un appareil extrêmement ingénieux qu’on nomme “miroir” » ! (Tintin mon copain, p. 177)

     

    34 Vroylande Contes.jpgBien qu’il fût illustré par de magnifiques dessins de Hergé, ce recueil de Fables de Robert de Vroylande (Styx, 1941) ne connut jamais de réédition (à part un fac-simile en trente exemplaires publié par l’Association des Amis de Hergé du Canton de Vaud, en 2005). Et ce, à cause du seul conte Les deux juifs et leur pari décrété antisémite. Rappelons que le très catholique Robert du Bois de Vroylande, après avoir été rédacteur en chef de Rex en 1934-35, rompit avec Léon Degrelle engagé contre les « banksters » du Parti catholique et fit paraître en 1936 les pamphlets rageusement impuissants Quand Rex était petit et Léon Degrelle pourri. Du coup, la bien-pensance d’aujourd’hui n’hésite pas à imputer de manière diffamatoire à Léon Degrelle l’arrestation, la déportation et la mort en camp de concentration allemand en 1944 de l’opposant Robert du Bois de Vroylande, décoré de la Croix du Prisonnier politique à titre posthume…

     

    Pour autant, jamais Hergé n’avait mis en évidence avec une telle insistance le trait physique juif le plus caricaturé : son nez ! Et il le fait par un gag le comparant à l’appendice d’un primate ! Est-ce pour exonérer Rastapopoulos de sa judéité ? On nous permettra d’en douter car l’animal est justement un « nazi-que » : le nom seul, par antiphrase, suffit à évoquer le juif ! Et il est d’ailleurs plus que probable que ce soit le nom même de l’animal (qu’Allan prend soin de répéter à son « patron ») qui a inspiré cette séquence du plus haut comique !

     

    À l’appui de cette conviction, rappelons que, lorsqu’il faisait parler des étrangers fantaisistes (Syldaves, Arumbayas,…) ou lorsqu’il donnait des noms de fantaisie à ses héros: l’émir Ben Kalish Ezab [jus de réglisse] ou le cheikh Bab El Ehr [radoteur] dans Tintin au pays de l’or noir, Endaddine Akass [et ça dans ta caisse] dans Tintin et l’Alph-Art, etc., Hergé utilisait le marollien, dialecte bruxellois uniquement compréhensible par ses lecteurs de la capitale belge. Et, en flamand de Bruxelles, « Nazike » signifie « petit nazi » (à propos du marollien dans l’œuvre de Hergé, voir aussi Tintin mon copain, p. 6)…

     

    Qu’on nous permette enfin de préciser que les traits sémitiques de Rastapopoulos soulignés dans cette séquence au second degré sont comme par hasard associés à un redoutable bankster (président d’une hollywoodienne Cosmos Pictures dans Les Cigares du Pharaon, trafiquant d’opium dans Le Lotus bleu, trafiquant d’armes et d’esclaves dans Coke en Stock, etc.) : dans Vol 714 pour Sydney, ce redoutable chef de gang, gêné « de ne plus être milliardaire », a décidé d’enlever « un célèbre milliardaire », trouvant « plus simple et plus rapide de prendre une partie » de sa fortune… (pp. 3 et 20).

     

    Pareille association est d’ailleurs récurrente dans l’œuvre de Hergé qui, dès Tintin au Congo, y pourfend systématiquement l’impérialisme américain, à l’instar d’un certain Léon Degrelle. L’identification des dirigeants de banques ou de multinationales américaines avec des personnages sémitiques culminera, comme chacun sait, dans L’Etoile mystérieuse où Tintin, mandaté par le « Fonds Européen de Recherches Scientifiques » mettra en échec les manœuvres de la banque américaine Blumenstein/Bohlewinkel (lire le chapitre « L’ennemi : l’impérialisme américain », in Cristeros, pp. 70-75).

     

    Nous conclurons ce chapitre en rappelant la réponse de Hergé aux accusations récurrentes de racisme et d’antisémitisme : « Quand est-ce qu’on va enfin bien vouloir voir ce que le plus petit enfant voit : que tous ces albums sont, de a à z, des caricatures. Les Noirs et les Jaunes et les Peaux-rouges et les Juifs et les Arabes ont tous des traits exagérés et sont laids à faire peur, d’accord. Mais regardez un peu aussi les figures de Blancs : ils n’ont quand même pas l’air plus beaux pour un poil ! Et alors, on me fout dans les pattes que les méchants de l’histoire sont noirs ou juifs ou n’importe quoi. Mais sacrebleu ! Qu’ils comptent une fois combien de mauvais blancs se baladent dans les albums de Tintin ! Rastapopoulos, c’est un brave homme, sans doute ? Et le colonel Boris, Dawson, les frères Loiseau, Miller, le docteur Müller, Allan Thompson, Alfred Halambique, Bohlwinkel et tant d’autres : tous de braves blancs sans doute ? Dans mes histoires, je ne m’intéresse pas aux races, mais aux gens. Comment est-ce que Tintin pourrait vivre une aventure à l’étranger si n’y habitaient pas des gens de l’endroit ? Ces types voudraient peut-être que l’Amérique du Sud ou l’Inde soit remplie de Blancs ? Je trouve toutes ces insinuations parfaitement dégoûtantes ! » (Humo, 11 janvier 1973, p. 24).

     

    Nous remarquerons, au passage, la candeur de Hergé qui évacue l’accusation d’antisémitisme en rangeant simplement les « méchants juifs » parmi les « méchants blancs »… Comme si cela allait suffire aux censeurs de l’inexpiable !

     

     A suivre

     

     

  • Mais si ! les Flamands pensent toujours à Léon Degrelle !

                         2. « Humo, hebdomadaire indépendant » flamand

    IMG_20161121_160601.jpg

    Le second article évoquant Léon Degrelle n’est pas à proprement parler consacré au dernier Commandeur de la Légion Wallonie. Il s’agit de l’interview –aux remarquables propos de bon sens !– d’un ancien Volontaire flamand au Front de l’Est, Jan Fossey, publiée le 15 novembre 2016 par Humo, un magazine populaire pour ses programmes de télévision.


    Âgé aujourd’hui de 91 ans, cet homme au courage tranquille n’a pas voulu laisser sans réponse une réflexion de l’historien Bruno De Wever (frère du bourgmestre d’Anvers, Bart De Wever, par ailleurs président du parti nationaliste flamand N-VA, membre de l’actuelle coalition gouvernementale belge).

    Lire la suite