Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

In memoriam Jordi Mota

 

Nous avons appris le décès de notre ami Jordi Mota, emporté par la maladie quelques jours avant la fête de Noël 2016.

 

Animateur infatigable du Cercle Wagner de Barcelone (Associacio Wagneriana) depuis plus de vingt-cinq ans, il en avait fait, par ses innombrables publications (dont le quadrimestriel Wagneriana), un centre de référence incontournable pour la documentation wagnérienne dans tous les domaines : biographies, critiques, exégèses, mises en scène, mais aussi un centre de documentation phénoménal sur les innombrables influences du génial compositeur dans tous les arts plastiques (peinture, gravure, sculpture, vitrail,…) et décoratifs (philatélie, mobilier, ustensiles divers,…) ainsi qu’en témoigne le volumineux ouvrage qu’il publia en 1995, avec son épouse Maria Infiesta, Das Werk Richard Wagners im Spiegel der Kunst.

En 1967, il compta, à 20 ans, parmi les fondateurs, à Barcelone, du Cercle espagnol des amis de l’Europe (CEDADE) dont il sera le président de 1970 à 1978. Rapidement devenu le centre européen par excellence de réhabilitation de la réalité historique du Troisième Reich et de sa vision du monde, le CEDADE, outre ses activités militantes, ses conférences politiques et culturelles et ses camps de formation politique et sportive, publia de nombreuses revues et ouvrages historiques aussi bien en espagnol qu’en français et en allemand.

2. Jordi CEDADE.jpgEstimant que la fonction de président devait être assumée par un jeune de moins de trente ans, Jordi Mota démissionna tout en continuant d’animer la vie du CEDADE (on se souviendra des actions spectaculaires en faveur de la libération de Rudolf Hess, « le plus vieux prisonnier politique du monde ») jusqu’en 1989, année du centenaire d’Adolf Hitler, célébré par le Cercle à travers toute l’Espagne.

C’est au cours de ces années de militantisme dévoué à l’idéal solaire européen qu’il fit la connaissance déterminante de Léon Degrelle.

Le dernier Commandeur de la Division Wallonie trouva au CEDADE un formidable réservoir de jeunes avides de se former, en même temps que de précieux collaborateurs pour la propagation de son idéal et la défense de son honneur.

3-horz.jpg

Léon Degrelle prononça de multiples conférences dans les locaux du CEDADE aussi bien à Barcelone qu’à Madrid (au siège duquel fut d’ailleurs organisée la cérémonie de remise de son buste en 1990) et accorda à sa revue nombre d’interviews.

À l’occasion du scandale du « lion ibérique », cette antiquité celtibère (3e siècle av. J.-C.) du patrimoine historique espagnol dont Léon Degrelle – son légitime propriétaire – fut accusé d’organiser la vente illégale, le CEDADE publia un dossier de défense des plus éloquents.

5-horz.jpg

Pour répondre au souhait de Léon Degrelle de voir diffusée le plus rapidement possible sa réaction au scandaleux procès politique intenté en 1980 au Légionnaire Jean-Robert Debbaudt, directeur des Editions de l’Europe réelle, et à la militante rexiste Adrienne Tart, éditeur responsable de sa Lettre au Pape à propos d’Auschwitz, Jordi Mota eut l’idée, en considérant la parfaite lisibilité de l’écriture de l’auteur, de proposer l’édition en fac-simile de Folie de la répression belge. Non seulement on évitait la dactylographie et les épreuves à corriger par des militants ne maniant pas ou peu le français, mais l’originalité même de l’ouvrage le transformait immédiatement un insigne objet de collection !

7-horz.jpg

Parmi les innombrables publications de Jordi Mota (une cinquantaine de livres et plus d’un millier d’articles !), nous sélectionnerons, outre l’ouvrage de référence documentant l’influence wagnérienne dans les arts déjà cité, les ouvrages suivants :

9. Livres.jpg#En espagnol :

- La Femme nationale-socialiste
- Hitler stratège
- Bibliographie de la propagande en espagnol du IIIe Reich (revues, livres, affiches, culture, tourisme, discours…)
- Il y eut un socialisme européen
- Les Interprétations de Wagner

Avec son épouse Maria Infiesta :

- Dictionnaire de l’Opéra
- Peintres wagnériens (en catalan)

 

#En français (avec son épouse Maria Infiesta) :

- Richard Wagner et la littérature espagnole

 

#En anglais (avec son épouse Maria Infiesta) :

- 100 years of Wagner in Catalonia

 

Inutile de préciser que son activité militante incessante, courageuse et désintéressée lui valut quelques arrestations et autant d’incarcérations.

Son engagement wagnérien fut tout logiquement de même nature puisqu’il ne s’agissait pas seulement de musique, mais d’une conception du monde et d’un art de vivre qui devait trouver son apogée radieuse en plein XXe siècle. Sa vie entière se modela donc selon l’idéal wagnérien et ses actuations naturelles, la générosité de la compassion, l’amour des animaux ou le végétarisme. 

10. Jordi prison.jpg

Aussi ne pouvait-il supporter l’évidente et criminelle volonté des maisons d’opéra actuelles (au premier rang desquelles Bayreuth elle-même !) de défigurer les opéras du génie de l’œuvre d’art totale pour en polluer l’esthétique et en dénaturer le sens. Il n’assistait plus qu’à de rares représentations qu’il savait respectueuses des didascalies du compositeur, telles celles de l’opéra de Budapest ou du festival de Wels. Ou il organisait lui-même des représentations idéales, comme cette mémorable et grandiose projection de Parsifal (production historique d’Otto Schenk et Günther Schneider-Siemssen pour le Met, 1993) dans les grottes de Montserrat le 27 septembre 2002, avec le soutien des autorités civiles et religieuses et le concours de wagnériens de toute l’Espagne : il réalisait ainsi le vœu de l’association Wagner de Barcelone qui, en 1935, avait nourri le projet de représenter le Festival scénique sacré sur les lieux mêmes ayant inspiré le compositeur. La guerre civile avait empêché la réalisation du projet, mais la visite de Winifred Wagner à Montserrat en 1955 et la publication dans les années 90 de plusieurs ouvrages scientifiques accréditant Montserrat comme le berceau du Graal éveillèrent chez Jordi Mota la volonté d’ancrer enfin le mythe wagnérien dans la réalité des « montagnes septentrionales de l’Espagne des Wisigoths » (c'est ainsi que Richard Wagner désigne Monsalvat-Montserrat, le mont sacré de Catalogne).

Ses manifestations récurrentes contre les mises en scène irrespectueuses des drames de Richard Wagner lui valurent les dénonciations judiciaires et la rancune définitive de l’opéra de Barcelone. Récemment encore, à l’occasion du bicentenaire de la naissance de Wagner en 2013 et des expositions qu’il prévoyait, le Liceu renonça à utiliser ses richissimes collections lorsqu’il s’avisa de l’identité de leur propriétaire…

Jordi Mota était né le 28 août 1946. Il épousa Maria Infiesta Monterde le 26 janvier 1980. Il fut pour tous ses amis un modèle d’intelligence et d’humour, de culture et d’expérience, de conviction et de fidélité. Il nous a quittés le 19 décembre 2016.

 

11. Jordi Montségur.JPG

 

 

Les commentaires sont fermés.