Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quand Léon Degrelle explose les ventes...

Estimés 6.600 euros, des Degrelliana

rapportent 14.000 euros (+ 30% de frais) !

 

D'habitude, les ventes des livres de Léon Degrelle ne suscitent aucune polémique et, même dédicacés, n'attirent guère les foules dans les salles de vente car les œuvres du héros de Tcherkassy sont assez couramment disponibles chez les meilleurs bouquinistes.

 

Mais ce dernier samedi de juin était spécial car, pour la première fois, un manuscrit quasi complet d'un livre de Léon Degrelle allait être proposé aux enchères par la prestigieuse maison Arenberg Auctions. En même temps que trois disques 78 tours comportant l'enregistrement du discours historique du Chef de Rex, au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, saluant le départ des 850 premiers Volontaires wallons au Front de l'Est, le 8 août 1941.

 

De quoi alerter les gardiens de l'orthodoxie du politiquement correct qui se firent un devoir, par Le Soir interposé, de tirer la sonnette d'alarme de la moralité outragée et du devoir de mémoire sélectif.

 

arenberg auctions,le soir,jean-claude vantroyen

 

Mais ces cris d'orfraie eurent surtout l'effet contre-productif d'assurer on ne peut plus efficacement la publicité de la vente : sans eux, nous n'aurions même pas été au courant de cette exceptionnelle mise aux enchères ! Ce sont d'ailleurs nos amis du Cercle des Amis de Léon Degrelle qui, véritables bénédictins de l'information degrellienne, nous ont alertés.

 

Confié au vieux pisse-copie du quotidien vespéral Jean-Claude Vantroyen, l'exercice de bienpensance dérape dès les premières lignes, mélangeant allègrement faits réels et souhaits personnels, accumulant imprécisions et contre-vérités. Il est vrai que sa bio dans Le Soir en ligne nous prévient « Il aime particulièrement lire de la science-fiction en écoutant du jazz » !... Et en s'autorisant sans doute aussi quelques fumettes...

 

C'est ainsi que nous apprendrons que « Léon Degrelle est un personnage banni de la vie et de l'histoire belges » ! Car c'est bien entendu le journal de la cancel culture qui décide de qui appartient ou non à l'histoire de Belgique !

 

Qu' « il a levé la Légion Wallonie pour combattre avec les Allemands à l'Est » et non pour combattre le communisme menaçant l'Europe et rendre à la Belgique une place honorable dans le nouveau concert des nations (ce blog, par exemple, au 18 janvier 2016).

 

Ou que Léon Degrelle « a vécu dans l'Espagne franquiste sans être dérangé ». Car échapper à une douzaine de tentatives d'enlèvement ou d'assassinat (ce blog au 3 janvier 2023) fait sans doute partie des activités récréatives organisées par le paradis des vacances qu'est l'Espagne...

 

Même les faits les plus connus ou les plus immédiatement vérifiables sont entachés d'erreurs traduisant le manque le plus total de professionnalisme : Léon Degrelle « voulait intituler son bouquin Nous les fascistes », alors que la reproduction du manuscrit de la table des matières (voir photo ci-dessus) indique « Souvenirs d'un fasciste ». Mais, nous assure Vantroyen, « L'éditeur a préféré un titre moins violent » Et ce titre, Hitler pour 1000 ans, –autrement plus violent quand même !–, le journaleux n'est même pas capable de le recopier correctement, le transformant en « Mille ans pour Hitler » !

 

arenberg auctions,le soir,jean-claude vantroyen

« Pendant vingt ans, le bolchevisme a pesé de son poids monstrueux sur le monde. Il a tyrannisé des centaines de millions d'hommes, dépensé des milliards pour étendre sa lèpre sur l'univers.

L'Europe entière s'est dressée pour sauver sa vie et anéantir le bolchevisme. Nous partons parce que l’Europe est pour nous un bien sacré, la fleur de la civilisation, le pays des conducteurs de peuples.

Nous partons parce que notre pays est en cause, comme tous les pays de l'Europe, et que se refuser à la lutte commune, c'est trahir son peuple et déserter.

Nous partons pour que notre Patrie puisse à nouveau manifester sa présence, rappeler à ceux qui la croyaient jetée au sol, que les plus hautes vertus animent toujours le glorieux LEO BELGICUS de Charlemagne et de Philippe le Bon, du Téméraire et de Charles-Quint, de Philippe II et de Marie-Thérèse, de Léopold II et d'Albert Ier.

La Belgique à cette heure écarte son suaire. Elle se dresse, face à l'avenir. La voici, voici ses fils, calmes et résolus, au rendez-vous de l'Histoire. C'est pour elle, pour cette Patrie chérie dont l'amour frémit dans chaque pulsation de notre sang, c'est pour réveiller son nom, enrichir son honneur que nous nous avançons. »

 

(Discours de Léon Degrelle (extraits) au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, le 8 août 1941 : voir ce blog au 8 août 2017).

 

 

Une telle constance dans le dénigrement gratuit finit par faire consensus chez tout le monde. Même le propriétaire de la maison de ventes se croit obligé d'en rajouter : « Un texte écrit par un fan explicite de Hitler ne devrait-il pas tout simplement être détruit ? » Rassurons-nous, ce ne sera pas le cas car même si le marchand affirme qu' « il ne s'agit pas d'argent », il n'est pas non plus tout à fait désintéressé : « je ne vois pas pourquoi je refuserais de le vendre » ! En effet, selon lui, « Ce n'est pas à nous de l'enterrer. Cette tâche incombe aux historiens » !!!

 

Vous avez bien lu : la tâche des historiens est désormais de faire disparaître les documents qui embêtent l'histoire officielle. Comme le suggère Vantroyen, « Apparemment, faire commerce de produits nazis ou collaborationnistes n'est pas interdit. [...] Pas interdit, mais moral ? »

 

C'est avec de pareils raisonnements dont les sophismes ruinent la démocratie que sont contestées les victoires électorales du Vlaams Belang ou du Rassemblement national et que sont justifiées émeutes et violences qui les saluent...

 

arenberg auctions,le soir,jean-claude vantroyen

 

En attendant, le manuscrit partiel de Hitler pour 1000 ans estimé à 5.000 euros est parti à 10.500 euros !

 

Les trois 78 tours du discours de Léon Degrelle au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles saluant le départ du premier contingent de la Légion Wallonie au Front de l'Est, le 8 août 1941, a atteint le double de son estimation de 400 euros.

 

Quant aux « +/- 25 publications par, sur ou contre Léon Degrelle et Rex », estimées une centaine d'euros, elles ont été adjugées à... 700 euros. Les affiches de la Légion, elles, ont plus que doublé leur estimation de 500 euros...

 

En ajoutant les frais de 28 % (en salle) ou 30 % (par Internet), on arrive à un beau total de quelque 19.000 euros pour les six « Degrelliana » !...

 

Commentaires

  • Depuis 2 ou 3 messages, pour lire la note, je suis obligé de forcer ma "Web protection de sécurité" : l'Europe accentue sa CENSURE, mais on arrive encore à passer outre ;
    Pour combien de temps ?
    Bonne journée

Écrire un commentaire

Optionnel